Énergie nucléaire et avenir de la France

Posté le 30 mars , 2017, 8:21
3 mins

Le « Huffigton Post » s’offusquait, dans un article du 22 novembre, en plein débat pour les primaires à droite, de l’engagement de François Fillon en faveur du nucléaire, devenue selon ce média l’énergie la plus chère du monde. Bien que « réchauffiste », cette publication en ligne ne voit pas d’un bon œil cette énergie sans émission de gaz à effets de serre, dirait-on.

Et le prix de l’énergie nucléaire poserait problème.

Je ne prendrai pas parti sur cette comparaison des prix d’aujourd’hui, c’est affaire de spécialiste et je n’en suis pas une.

En revanche, je suis certaine d’une chose : la remontée du prix de l’énergie produite à partir de combustibles fossiles est inéluctable à terme.

La ressource s’épuisera, son forage deviendra de plus en plus cher. Puis, un jour, on en sera à distribuer les dernières tonnes d’une ressource disparue.

Ça n’est qu’une question de temps.

Ce jour-là, non seulement le nucléaire sera meilleur marché, quel que soit son prix, mais il sera aussi le seul recours.

Car imaginer que les énergies dites renouvelables se seront entre-temps développées au point de pouvoir à elles seules satisfaire les besoins énergétiques d’un monde où ces derniers ne cessent de croître est complètement illusoire.

Cela relève au mieux d’un optimisme béat totalement déconnecté des réalités techniques, au pire d’une propagande politicienne d’arrière-boutique, visant à mobiliser contre un candidat tout ce que la microsphère médiatico-politique parisienne compte de climato-bobos qui s’obstinent à prendre leurs désirs pour des réalités.

Or, dans la politique, la vraie, la vision est essentielle.

Il faut voir loin et vouloir con­struire.

Un candidat qui comprend que l’énergie nucléaire est une ressource critique à terme, et qu’il convient d’en conserver et d’en développer la maîtrise, veut travailler pour l’avenir du pays, pour l’intérêt général, pour l’indépendance de la France.

En revanche, celui qui choisit délibérément de ne pas le comprendre (à ce niveau, c’est forcément un choix) a pour seule ambition de travailler à son propre succès électoral, en essayant de surfer sur des fantasmes écolo-catastrophistes, sans se soucier du fait qu’il est en train d’insulter l’avenir.

Il semblerait néanmoins que le pays profond, dont la bobosphère parisienne semble ignorer jusqu’à l’existence, tant son mépris pour le petit peuple est grand, soit de moins en moins enclin à se laisser impressionner.

14 Commentaires sur : Énergie nucléaire et avenir de la France

  1. quinctius cincinnatus

    2 avril 2017

    Mme Sylvie Danas semble ignorer que l’ uranium est, elle aussi, une énergie … fossile … vraiment aux  » 4V²  » vous faites s’ exprimer n’ importe qui ! … sans parler de l’ E.F.R. qui est encore loin d’ être maîtrisé

    Répondre
  2. BRENUS

    31 mars 2017

    Dès qu’un article provient du Huffington post, il est suspect à mes yeux. Ce média gauchiste, LGBT , féministe dans le sens le plus minable qui soit ne mérite aucune considération. En France, il n’est que de voir les zozos qui y officient, BRP et consorts De ce fait, l’opinion de ce torchon, je m’en torche..

    Répondre
    • Bistouille Poirot

      3 avril 2017

      pour la confusion sur les énergies fossiles lire ce que j’ai écrit le 30 mars, il y a 3 jours…

      Répondre
    • Bistouille Poirot

      3 avril 2017

      Vous n’êtes pas le seul et la denrée commence à se faire rare….

      Répondre
  3. Gérard Pierre

    31 mars 2017

    Le nucléaire c’est pas bien !

    Le nucléaire c’est dangereux !

    Le nucléaire c’est cher !

    …… et quand on a fini de dire tout ça ? …… ? ? ?

    ¤ C’est pas bien ? …… mais encore ?

    ¤ C’est dangereux ?
    – Aucun barrage hydroélectrique n’a jamais cédé, en France, à la suite d’une ‘’fragilité structurelle‘’ décelée trop tard, entraînant la mort par noyade de dizaines de personnes résidant paisiblement en aval de l’édifice ?
    – Aucune centrale thermique n’a jamais connu le moindre accident mortel, que ce soit au cours de sa construction comme au cours de son exploitation ?
    – Combien de morts par accidents nucléaires dans une centrale FRANÇAISE depuis la première construite ?
    Oui, c’est dangereux, … si on ne fait pas de prévention ! … et à défaut d’exemples létaux avérés les « zantinukléhères » tentent d’instiller le doute dans le sérieux du travail des ingénieurs et des techniciens de nos centrales en matière de maintenance des installations !

    ¤ C’est cher !
    – Pourquoi les aciéries électriques allemandes opèrent-elles la plupart de leurs coulées de nuit ? …… sinon parce qu’en Allemagne les tarifs de jour sont prohibitifs ? …… et que, de leur propre aveu, l’électricité française serait la moins chère d’Europe ?
    – Pourquoi, à défaut de pouvoir invoquer un prix de production élevé, transfère-t-on l’argument du coût ‘’prohibitif‘’ sur celui du démantèlement de ces centrales ? …… alors qu’il suffit de ne pas les démanteler mais de les améliorer !
    – Quel est le coût de production d’un kw d’origine éolienne ?
    – Quel est le coût de production d’un kw d’origine photovoltaïque ?
    – Quel est le coût de production d’un kw d’origine thermique chez nos amis d’outre Rhin ?
    – Quel est le coût de production d’un kw d’origine simplement hydroélectrique ?

    Quant à mes quatre derniers exemples, sont-ils purs de toute retombée polluante ?

    Pour une fois, laissons un peu la parole aux techniciens et aux scientifiques, … [je veux dire, les vrais scientifiques pas ceux idéologiquement encartés] … ceux qu’on n’entend pratiquement jamais dans tous les débats !

    Être de droite, c’est AUSSI avoir le courage de délaisser le sentier confortable de l’idéologie conviviale pour celui d’une vérité moins attractive ! ……

    Pro nucléaire ! ! ! …… c’est tellement peu romantique pour les Che Guevara écolos accrocs au red bull et à l’électricité dite verte !

    Répondre
    • Bistouille Poirot

      3 avril 2017

      Le dernier arrêt connu de la centrale de Golfech sur la Garonne a été décidé après une inondation de 5 cm d’eau de pluie dans un local non nucléaire de l’installation. Le dernier coup de grisou dans une mine de charbon en Turquie il y a 5 ans s’est soldé par l’ensevelissement de 147 mineurs. Ce n’est pas Fukushima qui a tué 17.000 japonais mais un Tsunami. Il faut prendre la mesure de vos capacités les hommes, vous n’êtes pas près de provoquer la faible marée enregistrée sur la côte ouest des USA par le raz de marée nippon.

      Répondre
  4. Bistouille Poirot

    30 mars 2017

    Ma chère Sylvie Danas, vous reconnaissez au moins votre manque de connaissances dans le domaine nucléaire quand nombre de vos confrères s’imaginent comme seuls détenteurs de la connaissance sinon de la vérité. Donc vous avez droit à deux bons points.
    Pour faire un peu d’histoire vous apprendrez que le PC par le biais de la CGT Energie, sa courroie de transmission est un ardant défenseur de l’énergie nucléaire quand on sait que Joliot Curie a été le premier administrateur du Commissariat à l’Energie Atomique et qu’un général coiffé d’une caisse à boulons dotée de 2 étoiles naines et pâlichonnes l’a suivi à la condition de privilégier pour des raisons militaires le choix d’une filière nucléaire de production d’électricité utilisant de l’uranium naturel, modéré au graphite et refroidi au gaz. Ce type de centrale était celui qui permettait la fabrication de la bombe atomique. Le rendement énergétique passable de ce type de centrale était connu dès l’origine et à terme la France s’est dotée de la filière Westinghouse à uranium légèrement enrichi et refroidi par…. notre réseau fluvial. On savait dès le départ que la filière graphite gaz était limitée à 500 MW alors que celle à uranium enrichi laissait espérer 2.000 puis 2500 MW.
    Auquel cas nous remercierons le RPR Fillon de reconnaître l’utilité de l »énergie nucléaire mais cette exploitation est à relativiser.
    Vous en doutez? RV à Fessenheim, prenez le pouls de la CGT locale et revenez m’en parler. Pour une fois que les cocos sont dans le vrai….autant le dire….

    Répondre
  5. Bistouille Poirot

    30 mars 2017

    Enfant, je jouais au cerceau animé par ma seule force physique. Mon petit fils de 10 ans exige aujourd’hui une mini moto jouet dotée d’un moteur électrique, NON, il la veut avec un moteur thermique. Nous ne sommes pas sortis de l’auberge….

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      3 avril 2017

      vous  » éduquez  » mal vos petits enfants … les miens, au nombre de 7, ne sont pas , à l’ exception d’ un seul, le moins intelligent mais aussi le seul qui soit … envieux, aussi consumméristes

      Répondre
    • Bistouille Poirot

      3 avril 2017

      Certes l’éducation des enfants est encore l’apanage des grands parents en Chine mais n’en suis pas originaire. En France, elle relève toujours de celle d’un père et d’une mère bien que contrariée par une école aujourd’hui à la dérive. Cependant le grand père de mon petit fils a bien éduqué ….ses parents [au moins pour la moitié d’entre eux] ce qui fait que les volontés et les exigences de ce lardon restent lettre morte. Pour le reste, la nature nous a été agréable en évitant à ma fille de courir le risque de faire six autres enfants. Son unique moutard saura trouver la porte de sortie de l’auberge pour la Saint Nicolas prochaine et suivre le cerceau que je lui réserve.
      En hommage aux chinois qui l’ont inventé et qui continue de tourner rond…

      Répondre
  6. Bistouille Poirot

    30 mars 2017

    Si vous me permettez d’exploiter un scénario imaginant le remplacement du nucléaire par des éoliennes à partir des hypothèses suivantes:
    Installation nucléaire = 3.000 Mégawatts soit: 3. 000. 000. 000. 000 Watts
    1 éolienne = 0,1 Mégawatts soit: 100. 000. 000 Watts
    Parc éolien nécessaire pour remplacer l’installation nucléaire:
    3. 000. 000. 000. 000 divisé par 100. 000. 000 = 30. 000 éoliennes
    Une éolienne occupe 4 hectares de montagne mais il y a fort à parier qu’elle sera construite sur le champ d’un agriculteur, plus facile, moins cher….
    Surface occupée par le parc éolien pour remplacer la centrale nucléaire : 30.000 éoliennes x 4 = 120.000 hectares
    surface de la France métropolitaine = 550.000 Km2 = 55. 000. 000 hectares
    nombre de départements : 96
    surface moyenne d’un département : 55.000. 000 / 96 = ~ 550. 000 hectares
    Autrement dit et suivant les hypothèses, pour remplacer une centrale nucléaire par un parc éolien dans un département moyen de 550.000 ha il faudra occuper 120. 000 ha de terres agricoles pour du vent et sur le dos des agriculteurs car vous imaginez bien que nos centres urbains trouveront toujours une raison pour s’en exonérer…. Tachez d’en parler à mon maraîcher, il vous dira ce qu’il pense du… » vert » ou du « grün »….
    Plus grave, vous décideriez d’interdire à des chinois de descendre de leur vélo et à des indiens de leurs éléphants alors que leur PIB annuel est à deux chiffres et que les seuls chinois mettent en route une centrale thermique au fuel ou au charbon PAR SEMAINE ! Mais mes pauvres enfants, vous rêvez, non seulement l’éolien ne suffira pas mais il nous faudra utiliser toutes les formes d’énergie mais avec peine devant la demande incompressible des pays émergeants.
    Alors, si il nous faut attendre les années 2050 pour profiter de la fusion nucléaire, il faut éviter messieurs les Verts d’imaginer qu’il faille se passer des énergies « FOSSILES » qui produisent toutes des EFFETS DE SERRE sauf une ….L’ENERGIE NUCLEAIRE qui elle, en est une, bande de malhonnêtes…. Pas d’accord ? Suivez mon cursus et inscrivez-vous à un cours de Génie Atomique à l’Institut des Sciences et Techniques Nucléaires de Saclay (INSTN) ou dans une Université de sciences économiques comme Paris IX Dauphine. Ciao et à + , rigolos pleins de poils !….

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      3 avril 2017

      savoir aussi que l’ énergie nucléaire  » consomme  » plus d’ eau , vous savez cette denrée si précieuse, celle de la vie, et qui devient si rare ( même à la météo parisianno-stupide ) , consomme donc plus d’ eau ***, que l’ agriculture extensive et que des  » déchets  » on ne sait véritablement encore quoi faire … à part cela c’ est une énergie  » propre  »

      *** au point que des centrales sur les bords de la Loire ou de la Garonne sont durant une partie de l’ été en … rupture

      Répondre
      • Bistouille Poirot

        3 avril 2017

        la faible consommation d’énergie durant l’été est seule responsable du ralenti des centrales nucléaires installées sur la Loire et la Garonne et non pas le manque d’eau de ces fleuves.

        Répondre
        • Gérard Pierre

          6 avril 2017

          Un peu comme qui dirait que si les jours rallongent entre fin décembre et fin juin ce n’est pas imputable à une rupture de stock d’ampoules électriques !

          Répondre

Répondre

  • (pas publié)