Air France et l’islam radical

Posté le 11 octobre , 2016, 9:46
3 mins

Il serait difficile de taxer le « Canard enchaîné » d’être un journal extrémiste ou islamophobe.

Pourtant, dans son édition du 5 octobre, il donne du grain à moudre à tous ceux dont nous sommes qui s’inquiètent de la progression de l’islam radical en France.
Sous le titre « La chasse aux barbus est ouverte à Air France », l’hebdomadaire révèle un certain nombre de faits « troublants ».

Ainsi, un salarié s’est réfugié… au Yémen, après avoir été soupçonné d’être pour quelque chose dans les avaries d’un moteur « relais ».

Le journal ne le dit pas, mais tout le monde traduit qu’il est question d’un sabotage dé­joué… et, si le potentiel saboteur s’est réfugié au Yémen, il y a des chances qu’il n’ait pas été mandaté par le Mossad !

Plus anecdotique, mais aussi plus révélateur, il est question dans l’article d’un agent de piste qui aurait refusé de guider un avion venant d’atterrir au motif que son commandant de bord était une femme.

Il est évident que ce refus est nettement moins dangereux qu’un moteur saboté et qu’un agent de piste récalcitrant peut facilement être remplacé par un autre moins hostile à la gent féminine.

Mais il est évident aussi que ce refus en dit long sur l’infiltration de l’islam dans la compagnie aérienne. Pour qu’un agent se permette de refuser de faire son travail pour une raison aussi farfelue, il faut bien qu’il soit conscient du soutien, au moins tacite, de ses camarades. Il est d’ail­leurs significatif que les agents repérés n’aient pas été virés, mais simplement mutés.

Ajoutons que, même si la compagnie prenait les mesures qui s’imposent, elle aurait un énorme travail à effectuer pour s’assurer que ses sous-traitants en font autant : des milliers de gens, non nécessairement accrédités sur les avions, ont accès quotidiennement aux aéroports, y compris à la zone au-delà des portiques de sécurité.

Voici des années, Philippe de Villiers avait été vilipendé pour avoir dénoncé les « mosquées de Roissy ».

Aujourd’hui, ce type de dénonciation se trouve dans le « Canard enchaîné ».

Peut-on raisonnablement espérer que les pouvoirs publics et les dirigeants d’Air France, d’Aéroports de Paris, et toutes les sociétés impliquées dans le trafic aérien, se réveillent avant la catastrophe ? Ou bien continue-t-on tranquillement à dé­noncer l’« islamophobie » et l’« amalgame » jusqu’au prochain massacre ?

3 Commentaires sur : Air France et l’islam radical

  1. genau

    13 octobre 2016

    La volonté d’imposer l’Islam n’a rien d’une empathie morale, c’est le chemin utilisé par les fonctionnaires dirigeants de s’assurer une population indistincte, facile à gouverner, plus occupée à savoir de quelle main il faut s’essuyer les fesses que d’avoir une pensée politique. L’Islam est le vecteur idéal de l’esclavage. Le triomphe de l’Islam, très peu spéculatif, sera la chute de l’Occident dialectique. Les musulmans ont toujours recherché cet effet, et les méridionaux n’oublient pas qu’il leur a fallu 150 ans pour les bouter hors de France.

    Répondre
  2. Boutté

    12 octobre 2016

    Villiers Président !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      17 octobre 2016

      ça vous a mené où De Villiers ?

      j’ ai un ami, ancien lecteur des  » 4V² « , qui me faisait discrètement la retape pour le M.P.F. du vicomte vendéen du temps où celui ci avait encore une activité politique … déclarée ; depuis il vit dans la … nostalgie et tout lui est devenu indifférent … y compris les  » 4V² « 

      Répondre

Répondre

  • (pas publié)