Ce que cache la burqa des plages

Posté le 06 septembre , 2016, 9:37
6 mins

Le combat mené au cours de l’été contre le burkini, cette burqa des plages, a été largement perdu par ceux qui le menaient.

Il a permis de voir des lignes de démarcation se tracer.

Les partisans de la burqa des plages ont été toute la gauche politique, à l’exception de Ma­nuel Valls, et une partie de la droite, qui a montré une fois de plus qu’elle ne comprenait rien à la gauche et à l’islam.

Les opposants ont été ceux qui, à droite, comprennent que la gauche cherche la destruction et que l’islam est conquérant.

Les premiers, les partisans de la burqa des plages, avaient gagné d’avance : ils avaient avec eux, outre la gauche politique et une partie de la droite, toutes les organisations islamiques et tous les mouvements « anti-racistes », pour qui les porteuses de burqa appartiennent à la « race musulmane », les abrutis de base, aux yeux de qui la burqa est un choix vestimentaire anodin et une marque de « liberté individuelle », les grands mé­dias, bien sûr, et un nombre certain de commentateurs internationaux…

Ce qui me semble ne pas avoir été compris par les partisans de la burqa des plages est ce qu’est réellement celle-ci : une façon d’imposer la conception islamique des femmes aux femmes musulmanes, en les renvoyant vers l’orthodoxie stricte, mais aussi aux autres femmes, de facto qualifiées d‘impudiques.

Ce qui constitue une atteinte très grave à la liberté individuelle de toutes les femmes.

Ce qui me semble ne pas avoir été compris non plus est les conséquences potentielles de cette atteinte pour la société en général.

Quiconque entend comprendre cette atteinte n’a qu’à observer les effets du voile et de la burqa, ces prédécesseurs de la burqa des plages, dans les banlieues islamisées.

Les femmes et les jeunes filles sont sommées de se couvrir, par un diktat non écrit, mais omniprésent : celles qui ne se couvrent pas sont considérées comme des prostituées et du gibier pour violeurs, et femmes et jeunes filles, pour ne pas risquer d’agressions, revêtent, musulmanes ou non, l’uniforme obligatoire.

Quiconque entend comprendre ce qui, dans les banlieues islamisées, va de pair avec l’uniforme obligatoire doit voir que ce­lui-ci s’accompagne d’un endoctrinement intense qui offre aux femmes et jeunes filles voilées une alternative à l’écrasante soumission : la possibilité de devenir militantes de l’islamisation, et de discerner qu’en portant le voile ou la burqa, elles affirment un refus de la société ouverte et de ses valeurs. En outre, elles affirment leur volonté d’abolir cette société ouverte pour la remplacer par une autre société, conforme à la vision islamique du monde.

Le grand islamologue américain Robert Spencer appelle celles qui deviennent militantes des soldats de l’islam, et il a raison.

Le mot soldat est approprié. L’islam est en guerre. Il utilise, pour mener la guerre, la violence. Il utilise le vêtement, l’occupation de l’espace, la propagande. L’occupation de fragments de plage est une occupation de l’espace, et la burqa des plages un moyen de propagande.

Dans toute guerre, il y a des idiots utiles et des complices, et on a vu, avec la burqa des plages, qu’idiots utiles et complices ne manquent pas.

Le combat contre la burqa des plages a été largement perdu par ceux qui le menaient, disais-je.

Il m’arrive de craindre que nous soyons, en France et en Europe, en train de perdre la guerre.

Gagner impliquerait de voir les idiots utiles et les complices comme ce qu’ils sont, de n’avoir strictement aucune illusion sur le caractère délétère de la gauche, toute la gauche, et de discerner – ce qui est en filigrane de ce que je viens d‘écrire – que l’islam en guerre n’est pas une religion, mais un totalitarisme en marche.

Un totalitarisme ne passe ni accord ni contrat, et ne s’arrête que si on le met hors d‘état de nuire ou si, pour le moins, on l’endigue.

Pour l’heure, l’islam n’est pas mis hors d‘état de nuire.

Il n’est pas même endigué. Les quelques tentatives d‘établir des digues ont cédé.

Je dois l’écrire à nouveau : le pire est à craindre. Ceux pour qui vivre libre et debout n’a aucune importance sont d‘un autre avis, bien sûr…

19 Commentaires sur : Ce que cache la burqa des plages

  1. BRENUS

    11 septembre 2016

    JOJO . A poil on affiche surtout son cul .Ce que tu ne te prives pas de faire dans tes soirées partousantes de ta cellule.

    Répondre
  2. BRENUS

    9 septembre 2016

    Que proposer en lieu et place du burkini ? A POIL les moukères !

    Répondre
    • Jaures

      9 septembre 2016

      Même à poil on affiche sa religion.

      Répondre
  3. Alain

    7 septembre 2016

    La Burka n’est qu’un prétexte hypocrite de DAESH qui l’a même interdite à Mossoul, comme bien d’aurtres pays musulmans. Pour les mêmes raisons que chez nous: sécurité publique-elle permet de dissimuler des criminels et leurs armes qui ont exécuté leurs dirigeants.
    A quand une formation « burka » aux agents de la DGSI ???
    Le principe même obligerait les islamistes à se méfier de toute burka circulant dans l’espace public ..

    Répondre
    • Jaures

      7 septembre 2016

      Daech n’a pas interdit la burqa à Mossoul mais uniquement dans les lieux stratégiques suite à des attentats commis par des femmes intégralement voilées. Ailleurs, le port de la burqa est obligatoire.
      La burqa n’est pas interdite dans les pays anglo-saxons.

      Répondre
  4. R. Ed.

    7 septembre 2016

    Officiellement, 6,500000 mahométans en France !
    Officieusement, je n’ose même pas le dire…. le double ? Encore plus ?
    Pour un pays qui compte entre 60 et 65 millions d’habitants ( il doit bien y avoir dans les 4 millions de  » non recencés  » dans les banlieues de non droit – la où la police ne va plus, cela m’étonnerais que les agents chargés du recencement y aillent, eux ! ), cela représente entre 10 et 20 % de la population.
    Ces gents ont leurs propres lois, leurs propres coutumes et leur propre manière de vivre,isl ne s’assimileront jamais, un petit nombre s’intégrera peut-être, mais leurs extrémistes finiront par mettre les modérés au pas.
    Et ce sont des dizaines et des dizaines de milliers de nouveaux arrivants mâles à 95% adeptes de la secte du bédouin pédophile pour la plupart qui déferlent sur l’Europe,
    Martel, Eudes, Sobieski, Isabelle, Ferdinand au secours, revenez-nous.

    Répondre
    • Jaures

      7 septembre 2016

      Il n’y a pas de chiffre officiel du nombre de musulmans (ou de toute autre religion d’ailleurs) car aucun représentant de l’Etat n’est en droit de vous demander de décliner vos opinions politiques ou religieuses.
      Les enquêtes disponibles sont donc celles commandées aux instituts privés (Ifop, TNS, CSA) ou publiques comme l’Ined mais sous contrôle de la CNIL. Celles-ci donnent des chiffres allant de 5 à 6 millions en comptabilisant les personnes issues de pays majoritairement musulmans et de 2 à 3,5 millions de musulmans selon la teneur de l’enquête (musulmans déclarés, pratiquants,…).
      Si vous possédez d’autres enquêtes d’où émaneraient vos chiffres « officieux », je vous remercie de nous en faire part.
      Quant aux manières de vivre, dépendent-elles tant que cela de la religion ? Un ouvrier musulman a-t-il une manière de vivre si différente de celle d’un autre ouvrier ?
      Un millionnaire musulman a-t-il une manière de vivre si différente de celle d’un autre milliardaire ? Un médecin musulman a-t-il une manière de vivre si différente d’un autre médecin ?

      Répondre
      • R. Ed.

        7 septembre 2016

        Il faut arrêter de penser qu’il n’y a qu’un seul état en Europe.
        Il n’y a pas que la France…
        Ce qui est interdit en Francne l’est pas obligatoirement dans un autrepays ???
        Reductio ad Francilium ?
        Bien sûr qu’un ouvrier musul a d’autres manières de vivre, il doit lever son cerveau 5 fois par jour plus haut que sa tête même pendant les heures de boulot.
        Un millionaire musulman, cela s’appelle un Saoudien, ils vivent au milieu du désert.
        Un médecine man musulman ne soigne que les êtres supérieurs, donc pas les femmes !
        Va donc vivre 15 jours avec eux, tu reviendras nous expliquer ce que tu auras vécu, gros rigolo.

        Répondre
        • Jaures

          8 septembre 2016

          R.Ed, je me demande simplement si vous vivez en France !
          Des millionnaires musulmans, il y en a plein les beaux quartiers, à Paris ou Neuilly. En Régions, certains ont acheté des clubs de rugby.
          Des médecins musulmans, il y en a dans nos hôpitaux et ils soignent les hommes comme les femmes. Et la meilleure preuve qu’ils ne soignent pas que les êtres supérieurs est que si vous vous présentez aux urgences et que le médecin de garde est musulman, il vous prendra en charge comme n’importe qui.

          Répondre
  5. Laudance

    7 septembre 2016

    Que des femmes soient poussées à se baigner en burkini ou même habillées des pieds à la tête m’importe peu, car cela fait longtemps que le ridicule ne tue plus, sans quoi les cadavres s’accumuleraient non seulement sur les plages, mais aussi dans les coulisses de la république bananière. En effet, ce fameux burkini qui est aujourd’hui l’objet de maints regards réprobateurs à défaut d’être concupiscents, permet aux emmaillotées et aux politiques de se donner en spectacle. Et le moins que l’on puisse dire ou écrire, c’est que ce spectacle est vraiment lamentable comme tous ceux donnés précédemment sous le règne de Normal 1er.

    Quelle nouvelle cacophonie, quelles chamailleries, quelles querelles de bac à sable au sein du gouvernement chaque jour plus méprisable dans ses louvoiements et le comportement de ses plus « illustres » représentants. C’est ainsi qu’au lieu d’assurer la défense des sans-dents, les pieds nickelés préfèrent se toiser du haut de leur ego démesuré, afin de pouvoir encore exister dans les médias et les pensées des Français dont je me demande ce qu’il leur faut de plus pour balayer cette chienlit. Probablement de nouveaux attentats. Mais je crois qu’ils devront être nombreux et plus sanglants pour qu’ils aient enfin les yeux dessillés.

    Puisqu’aujourd’hui certains parlent de défi, relevons celui auquel appartient le burkini. Lancé comme tant d’autres par l’islam conquérant, intolérant, violent et totalitaire, le burkini jeté à la face des dhimmis et de la confrérie des béni-oui-oui n’est qu’un défi de plus à mettre au passif du fascislamisme. Mais, loin de le relever, la crasse politique préfère en faire un sujet supplémentaire de discorde auquel, malheureusement, se joignent médias, belles âmes et bien-pensants, trop nombreux à capituler pour ne pas s’inquiéter de la soumission chaque jour plus accentuée du pays. En prévision d’une élection, on est en pleine comédie.

    Cette comédie honteuse jouée par de pitoyables acteurs ne fait plus rire personne, mais elle occupe quand même le devant de la scène au détriment des drames en gestation dans l’indifférence des irresponsables et de leurs électeurs. Plutôt que de reconnaître leurs erreurs, les uns et les autres préfèrent encore s’entêter dans le déni de la réalité et s’y maintiendront enfoncés jusqu’à ce que survienne la fin. En effet, chez les endoctrinés, la mort est plus douce que l’aveu de ses torts. En attendant un sursaut improbable, burkini, burqa et autres voiles destinés à provoquer les Français désarmés par leurs élites ont de beaux jours devant eux.

    Répondre
    • Jaures

      7 septembre 2016

      Admettons, mais concrètement, que proposez-vous ?

      Répondre
    • vozuti

      7 septembre 2016

      Laudance,totalement d’accord,plutôt que de prendre la seule décision efficace qui consisterait à virer les partis politiques responsables de l’invasion musulmanes pour stopper cette immigration,les français continueront jusqu’à leur fin(tragique) à tourner autour du pot,noyer le poisson,parler pour ne rien dire,et…. revoter toujours pour les mêmes.

      Répondre
  6. BRENUS

    6 septembre 2016

    Millière mènerait un « combat contre l’islam » ? Et alors ?
    Une bande de putes gauchislamistes dont fait partie jojo, mène bien un combat pro-islamiste et anti-blanc. Un point partout; Et surtout pas de véléité de repentance ou autre annerie. God bless Millière ! Pour t’emmerder jojo.

    Répondre
    • Jaures

      7 septembre 2016

      J’écris  » Millière ne mène un combat ni contre l’Islam, ni contre la gauche mais contre la France tout simplement. »
      Et Brenus traduit « Millière mènerait « un combat contre l’Islam ».
      Brenus ne sait donc pas lire, ce qui explique la teneur de ses opinions.
      J’attends d’ailleurs toujours que Brenus cite un seul de mes propos qui serait  » pro-islamiste et anti-blanc ». Un seul !

      Répondre
  7. vozuti

    6 septembre 2016

    le burkini et la la burqa sont des conséquences,la vraie défaite viens des lois qui ont permis l’immigration de peuplement,en particulier celle du regroupement familial de chirac en 1975.
    On ne gagne pas une guerre en faisant en sorte de devenir minoritaire face à son adversaire…et même en créant un adversaire qui n’existait pas,puisque la france n’avait pas vocation à devenir un pays multi-ethnique dans un premier temps,puis un pays musulman un peu plus tard.

    Répondre
  8. druant philippe

    6 septembre 2016

    Il ne faut surtout pas interdire l’ arsenal mahométan (burka / hijab / niqab , abaya, horaire séparé pour hommes et femmes)
    Comme je le rappelle , tout pas de géant vers l’ avant pour nous séparer d’ avec la population muzz est une bonne chose .
    Le but ultime et lointain étant la remigration massive de ces populations coûteuses et lapinesques aux cultures antagonistes : le passé nous enseigne de nous méfier de la muzzerie comme de la peste ; n’ oublions pas non plus la nuisance démographique et culturelle d’ autres peuples immigrés en France (noirs subsahariens / chinois, …)

    Répondre
  9. Jaures

    6 septembre 2016

    Cet article montre à quel point Millière ne mène un combat ni contre l’Islam, ni contre la gauche mais contre la France tout simplement.
    En effet, que veut dire « perdre le combat contre le burkini » ?
    Sur toutes les plages où celui-ci a été interdit, on relève en tout moins d’une dizaine de verbalisations. La plupart des plages où le burkini a été interdit n’en ont même pas vu un seul.

    Que ce vêtement soit une provocation grotesque n’a échappé à personne mais en créer un problème national quasi identitaire était sans doute inespéré des musulmans intégristes. Imaginer que pour cela on soit prêt à changer la Constitution, voire si nécessaire à mettre au rebut la Déclaration des Droits de l’Homme relève de l’hystérie.
    Millière propose-t-il d’entrer dans cette démarche institutionnelle ? Vous ne le saurez jamais: Millière dénonce, accuse, condamne mais ne fait jamais de propositions. C’est même à cela qu’on le reconnait.

    Si Millière se contentait d’accompagner cette agitation délirante on se dirait simplement qu’il entretient son fonds de commerce. Mais qu’il en fasse un problème européen et précisément français relève bien plus de la volonté de nuire à ce qu’il a décidé de fuir qu’à l’expression de réelles convictions.

    En effet, qu’en est-il ailleurs ? Aucun pays européen n’a pris de dispositions nationales contre le burkini. Comme en France, ce vêtement est interdit dans les piscines (les maillots réglementaires sont affichés à l’entrée) mais les pays disposant de plages n’ont pas interdit le burkini.
    Quant aux Etats-Unis ou l’Australie, le burkini est tout à fait admis. Des gardes côtes australiennes portent d’ailleurs le burkini. En fait, la burqa elle-même, contrairement à la France, y est légale.

    On serait tenté de conseiller à Millière de s’en prendre prioritairement aux pays les plus permissifs, les plus « idiots utiles » selon lui. Malheureusement, il se trouve que ceux-ci sont plutôt anglo-saxons et pas vraiment de gauche. Imagine-t-on Millière dénoncer la majorité conservatrice australienne admettant un burkini dont la créatrice est elle-même australienne ?
    Vous n’y pensez pas ! L’Europe et surtout la France sont à Millière ce que Carthage était à Caton l’Ancien. Tout sera prétexte au déversement de sa bile.
    C’est ainsi depuis plusieurs décennies et il n’y a guère de raisons pour que cela change.

    Répondre
    • R. Ed.

      11 septembre 2016

      Ce qui me fâche, ce ne sont pas les  » burka, burkini, djellaba, kamis, etc…, mais la présence de plus en plus nombreuse des représentants de la secte mahométane.
      Marre d’être envahis.
      Je suis un européen, blanc, athée, et je ne veux pas que mes compatriotes se métissent.
      Je veux que la France et les autres pays de l’Europe restent des territoires de blancs.
      Que l’Afrique reste noire , et bien tant mieux.
      Chacun chez soi et les vaches seront bien gardées, vieux proverbe paysan.
      J’ai connu l’époque où ne pas être en possession de sa carte d’identité etait une infraction passible du tribunal, dans mon cas, une amende de 1200 FEB ou 15 jours de prison en cas de non payement.
      Maintenant, les  » sans papiers « , on les nourrit, on les soigne on les loge et en plus, on leur donne 40 € par jour .
      Et après, on me demande de respecter la justice !!!
      Shit !!!
      Shit et reshit

      Répondre
      • Jaures

        12 septembre 2016

         » je ne veux pas que mes compatriotes se métissent. »
        Pardonnez-moi mais vos compatriotes font ce qu’ils veulent.
        Et il s’en trouve qui ne considèrent pas leurs prochains selon le degré de pigmentation de la peau mais sur leurs valeurs humaines.
        Personne ne vous oblige vous à vous métisser.
        Laissez donc les autres faire ce qui leur plait.

        Répondre

Répondre

  • (pas publié)