Islam, burkini et traditions françaises

Posté le 30 août , 2016, 2:41
6 mins

Le 26 août, le Conseil d’État a suspendu un arrêté pris le 5 août précédent par le maire de Villeneuve-Loubet, dans les Alpes-Maritimes, pour interdire « le port de tenues qui sont regardées comme manifestant de manière ostensible une appartenance religieuse lors de la baignade et, en conséquence, sur les plages qui donnent accès à celle-ci ».

Cet arrêté fut attaqué par la Ligue des droits de l’homme, organe bien connu de la gauche radicale depuis des décennies (très largement subventionné par nos impôts) et par le non moins tristement célèbre Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF, subventionné, entre autres, par la Commission européenne et par le milliardaire mondialiste Georges Soros). Bref, par des officines de l’anti-France !

Signalons, avant d’aller plus loin, que le CCIF considère officiellement que la fermeture de mosquées salafistes ou l’expulsion de personnes impliquées dans le terrorisme islamique est de « l’islamophobie »…

Mais, surtout, « padamalgam » !

Toujours est-il que, derrière cet arrêté du maire de Villeneuve-Loubet, la trentaine de communes ayant pris de semblables arrêtés va mécaniquement être frappée par la jurisprudence du Conseil d’État.

Celle-ci, dans la mesure où elle donne raison aux provocateurs islamistes, ainsi qu’à ces associations spécialisées dans la haine de l’identité française, est une mauvaise nouvelle.

Cependant, c’est aussi une décision logique. Le maire ne pouvait prendre son arrêté qu’en vertu de ses pouvoirs de police lui permettant d’empêcher un trouble à l’ordre public. Porter un « burkini » ne porte pas nécessairement atteinte à l’ordre public. Et le juge des référés du Conseil d’État conclut laconiquement « qu’aucun élément produit devant lui ne permet de retenir que des risques de trouble à l’ordre public aient résulté [du port du burkini par certaines femmes]. En l’absence de tels risques, l’émotion et les inquiétudes résultant des attentats terroristes […] ne sauraient suffire à justifier légalement la mesure d’interdiction contestée. »

Cette défense des libertés fondamentales que beaucoup reprochent au Conseil d’État est aussi, malgré tout, une bonne nouvelle : ce n’est pas aux pouvoirs publics de décider comment nous devons nous habiller.

Mais, surtout, cette décision judiciaire va forcer les décideurs politiques à se saisir du véritable problème : non pas une mode vestimentaire, mais bel et bien la compatibilité des valeurs islamiques avec les nôtres.

Pour le moment, les islamistes ga­gnent à tous les coups : soit on les laisse faire et ils font avancer la charia dans l’espace public ; soit on les en empêche, et ils peuvent dire à tous les musulmans de France que les Oc­cidentaux décadents veulent con­traindre les musulmanes à se baigner à peu près nues.

Il faut lire ce qui circule sur les ré­seaux sociaux musulmans pour constater à quel point l’unité nationale a régressé au cours des dernières semaines.

Au point que l’on peut se demander si certains ne travaillent pas à créer les conditions de la guerre civile (M. Soros, en particulier, est réputé doué en cette matière et les révolutions « de couleur » qu’il a largement financées en Europe de l’Est en témoignent…).

La réponse purement laïciste n’est pas non plus satisfaisante. D’abord, parce que l’on ne va pas raser toutes nos églises pour éviter de « heurter » les non-catholiques par cette présence religieuse dans l’espace public.

Et, surtout, parce que le problème est fondamentalement identitaire. Les is­lamistes s’engouffrent dans une brèche que les politiciens des dernières décennies ont délibérément creusée. En déracinant les Français, en pratiquant à outrance la repentance, ils ont créé un vide identitaire que l’islam remplit fort bien.

Il est temps de nous défendre : nous sommes chez nous et ceux qui veulent agir selon d’autres valeurs ou traditions que les nôtres peuvent le faire en privé, pas en public. Alors que ceux qui agissent selon les valeurs et traditions françaises peuvent naturellement le faire en public.

Nous avons d’autant moins de scrupules à avoir que les pays musulmans ne sont pas spécialement réputés pour leur « accueil de l’autre ». Il n’y a pas une seule église en Arabie saoudite. Célébrer la messe y est passible de la peine de mort. Nous sommes loin de ce régime, en France, et c’est heureux. Mais je ne vois pas pourquoi nous ne pourrions pas imposer à toutes les personnes présentes sur notre sol de respecter nos traditions. Cela vaut, en particulier, pour le statut de la femme. Mais cela vaut aussi pour tous les sujets d’opposition entre l’islam et nous.

16 Commentaires sur : Islam, burkini et traditions françaises

  1. Le Ket

    2 septembre 2016

    Lentement, mais sûrement, l’Islam envahi toutes les sphères de notre société, grâce à la complaisance, à la tolérance et à la complicité de ceux qui nous gouvernent depuis 40 ans.

    En fermant les yeux, en baissant la tête, en courbant l’échine, devra-t-on bientôt mettre genou à terre avant de ramper devant les babouches pour avoir à les embrasser ?

    Assez de simagrées : la France est une terre de beffrois et de cathédrale depuis des siècles, et non pas de mosquées et de minarets !

    RECONQUISTA : foutons-les dehors ! ! !

    Répondre
  2. DAVID DOM972

    2 septembre 2016

    Le burkini cristallise les passions et les sentiments refoulés, notamment depuis les derniers attentats perpétrés en France. Vouloir l’interdire au nom de la laïcité, de nos traditions et de notre « unité nationale » est un leurre, voire une guerre inutile. En ce qui me concerne, si je vais à la plage et que je vois des femmes se baigner en burkini, je serai moins choqué d’autant que des femmes presque dénudées nous imposent par moment un spectacle indécent, notamment par celles qui viennent bronzer aux caraïbes, les seins nus. Nos traditions ont été perverties et dévoyées au fil des années et des siècles. Alors stop !! Arrêtons l’hypocrisie. Ma femme et mes filles se baignent en bikini ou en maillot une pièce, si le bukini est une solution permettant à ces femmes musulmanes de profiter des loisirs balnéaires, où est le mal ? Par contre, le voile pose problème, quant à l’identification des individus sur l’espace public. Il ne faut pas voir le burkini comme un signe ostentatoire religieux mais comme une opportunité de certaines femmes de profiter de la vie.

    Répondre
    • Jaures

      2 septembre 2016

      Je partage votre avis quant à l’aspect hystérique de certaines réactions d’ailleurs contre-productives.
      Je ne suis cependant pas sûr que le burkini soit innocent car son aspect flashy le rend ostentatoire. Les femmes musulmanes très pratiquantes (et la majorité ne sont pas bigotes) peuvent fort bien se baigner couvertes mais de manière plus discrète. Le problème est que les élus et la police des plages ont considéré pareillement celles qui arboraient un drapeau et les pudibondes.
      Par ailleurs, je ne sais pas ce qu’est une « tradition pervertie ». Autrefois le bain de mer était un acte thérapeutique et jusqu’au XXème siècle on se baignait totalement habillé, en costume de bain les hommes comme les femmes, et seules les classes aisées étaient concernées.
      La question du maillot de bain n’est posée que depuis la fin de guerre et jusqu’au milieu des années 50 c’est le bikini qui était interdit sur de nombreuses plages. Le monokini des années 60 reste très marginal.
      Où est la tradition dans tout cela ?

      Répondre
  3. druant philippe

    2 septembre 2016

    Dans un objectif de créer les conditions de remigration à long terme des afromuzz (chaos et guerre ethnique ) il s’ agit de favoriser à outrance la communautarisation et l’ expansion d’ un islam agressif : « chers muzz » (sic) endossez burkini , burka , hijab , sacs à patates et autres attirails de la muzzerie ; socialos poussez à la séparation étanche entre communauté FDS et afromuzz , venez conflits ethniques !
    C’ est la seule manière de renverser les fiottes maçonniques du gouvernement , de l’ Umpute et les intellectuels façon jaures qui nous précipitent dans l’ abîme du tiers monde et de la charia .
    FDS , aiguisez les coutelas et les katanas voire les guillotines ou préparez des gibets pour la pendaison simultanée de 100 personnes , créez des groupes de la mort pour la liquidation de tous les types de racailles jauressiques ou non , soyez durs et impitoyables !

    Aie , jaures va me traiter de nazi , ach !

    Répondre
    • Jaures

      2 septembre 2016

      « Aie , jaures va me traiter de nazi , ach ! »
      Inutile. Vous lire est suffisant.
      Mais je vous reconnais le mérite d’aller au bout de votre logique quand Millière se contente d’attiser les haines en restant dans le flou pour ne pas se compromettre.

      Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    1 septembre 2016

    au paisible Royaume de Danemark *** la police vient d’ arrêter un Danois ( dixit les agences de presse ) qui avait pris pour cibles vivantes de débonnaires et démocratiques, à la façon scandinave, policiers … ce Danois est, et là on est, il faut bien le dire étonné, un réfugié ( depuis 5 ans ) , bosniaque ( merci l’ OTAN ), connu depuis longtemps pour ses liens assidus avec un groupe djihadiste allemand ; notons cependant qu’ il était parfaitement intégré: en effet ne travaillait il pas consciencieusement dans le quartier des dealers de la capitale

    *** qui a interdit aux Danois de vendre leur résidence secondaire à des étrangers par crainte d’ une immigration massive … d’ Allemands !

    Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    1 septembre 2016

    c’ est une évidence pour chacun que l’ Islam tel qu’ on le pratique quotidiennement (  » à couteaux tirés  » ) en France ne représente pas ne serait qu’ un chouïa de risques de troubles à l’ ordre public et affirmer le contraire ferait l’ effet d’ une bombe !

    Répondre
  6. BRENUS

    1 septembre 2016

    Les islamo-gauchistes à la jojo se rengorgent du déni de provocation islamique obtenu par une justiice qui suit probablement les recommandations du gouvernement « dormez braves gens, tout est bene » . D’ailleurs le parasite de service y va de son habituelle tirade sur ce sujet. Personnellement, je suis bien content de ce dénis qui aide, comme beaucoup de mensonges gauchistes a faire émerger les réalité auprès de l’esprit du bon peuple que l’on veut endormir. La réaction n’en sera que plus intense. Et le rejet des collabos aussi. Gare tes fesses sophiste.

    Répondre
    • Jaures

      1 septembre 2016

      Ce que vous appelez « les recommandations du gouvernement » s’appelle en réalité la Constitution qui autorise l’expression religieuse dans l’espace publique.
      Vous remarquerez que « les recommandations du gouvernement » s’appliquent de manière encore plus large dans les autres pays, notamment en Angleterre où on trouve des femmes voilées dans la police.
      Si vous voulez interdire l’expression religieuse, il faut changer la constitution. Si vous voulez autoriser l’expression uniquement à votre religion ou à d’autres de votre choix et interdire les autres, il ne faut plus que notre constitution soit adossée à la Déclaration des Droits de l’Homme car son article 10 précise:
      « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi. »
      Ce n’est pas de la sophistique mais du Droit.

      Répondre
  7. frei

    31 août 2016

    Comme je l’ai déjà souvent écrit sur ce blog , nous n’avons aucune chance de nous en sortir aussi longtemps que nous continuerons à prendre l’islam pour une religion , ce qu’il essaie de faire croire mais qu’il n’est pas .Allah n’est pas Dieu mais une idole sanguinaire issue des cultes préislamiques sur laquelle ont été malignement plaqués quelques éléments tirés de la Bible et des Evangiles .
    L’islam est donc une idolâtrie mais , au plan politique , c’est une arnaque à la pseudo religion ; il faut donc traiter ce problème au plan politique seulement et admettre (enfin!) l’évidence : l’islam est un projet politique totalitaire , sectaire et immoral puisque , dans cette idéologie la fin justifie les moyens . Je lis avec intérêt qu’aux Pays Bas , M.WILDERS envisage l’interdiction pure et simple de l’islam .

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      31 août 2016

      et si dans les  » 4V²  » on faisait autre chose que de la théologie à deux balles , articles et commentaires ?

      Répondre
    • quinctius cincinnatus

      1 septembre 2016

      mais l’ Islam EST une Religion, une Religion un peu particulière je vous l’ accorde, et c’ est bien là où est tout le problème

      Répondre
  8. vozuti

    30 août 2016

    On installe les musulmans par dizaines de millions depuis des décennies (on continue toujours au même rythme) et on veux les forcer à ressembler aux français…c’est absurde,si on n’aime pas les musulmans tels qu’ils sont,on ne les invite pas à venir en masse pour peupler le pays…lorsqu’ils seront suffisamment nombreux, ce sont eux qui imposeront leurs lois aux gogos français.

    Répondre
  9. Jaures

    30 août 2016

    Cette affaire a été gérée de manière lamentable.
    Les arrêtés pouvaient être légitimes à condition d’être plus sérieusement argumentés. Le problème est qu’il n’ont pas été pris pour des raisons morales ou par souci de laïcité mais uniquement pour des raisons politiques.
    En effet, moins d’une dizaine de PV ont été dressés pour l’ensemble des plages concernées. La plupart n’ont d’ailleurs vu aucun burkini sur le sable.

    Peu informés sur le sujet, quelques policiers municipaux zélés ont même verbalisé des femmes en legging. D’autres ont dû retirer sur la plage leur tenue trop voyante.
    Une bêtise ambiante digne de Ludovic Cruchot.
    Bêtise relayée par les candidats de droite qui, pour ces quelques tenues grotesques veulent voter une loi, amender la constitution, pourquoi pas changer de république !

    Une stupidité consternante où cette tenue est assimilée à l’Islam radical, comme si les salafistes ou Daech encourageaient les femmes à se rendre à la plage !
    Une hypocrisie criante quand ceux qui prétendent oeuvrer pour le respect de la femme s’évertuent à leur barrer la route de l’assemblée quitte à payer des amendes et qui n’ont strictement rien fait alors aux affaires pour l’égalité salariale ou l’accès des femmes aux plus hautes fonctions publiques ou privées.

    Enfin, bien sûr, de Thieulloy prêche pour sa paroisse. On peut interdire les signes ostentatoires des autres mais pas les miens.La tradition invoque-t-il. Mais laquelle ? A partir de combien de temps considère-t-on qu’une religion fait partie de la « tradition » ?
    Rappelons que la grande mosquée de Paris a près d’un siècle. Son projet date du milieu du XIXème siècle. Longtemps la religion juive fut bien moins bien considérée. Au XIXème siècle, l’antisémitisme était la norme. Le journal « La Croix » se définissait comme « le quotidien le plus anti-juif de France ». L’Etat français n’a pas eu à forcer sa nature pour voter les lois anti-juives et organiser la rafle du Vel’d’Hiv.. L’antisémitisme est permanent dans l’Hstoire de France. Sous différents rois , ils ont été communément persécutés, expulsés, dépossédés.
    On serait donc tenté de demander à de Thieulloy quelles autres que la religion catholique seraient en droit d’exposer des signes ostentatoires au nom de la Tradition.

    Mais après tout, qu’avons nous à faire de la tradition ? En régime démocratique, seule la loi définit les règles. Tout ce qui n’est pas limité par la loi relève de la liberté individuelle. La tradition doit se plier aux lois, non le contraire. En soi, la tradition n’a aucune légitimité. D’ailleurs, les traditions évoluent, disparaissent et d’autres apparaissent. Mais surtout, en démocratie, elles sont pensées et revisitées par chacun. Le mariage, par exemple, n’a plus rien à voir avec le « traditionnel ». Chacun le conçoit et le vit à sa guise et beaucoup s’en passent totalement. La liberté s’exerce également à l’égard des traditions.

    M de Thieulloy doit donc s’y faire: si les signes religieux sont interdits dans l’espace public, tant que la France sera laïque, tant que sa constitution sera liée à la Déclaration des Droits de l’Homme, cela concernera également ses coreligionnaires et si une musulmane peut être verbalisée pour port d’un voile sur un espace public, si un juif ne peut porter la kippa ou le Bekeshe, alors s’en sera fini entre autres des processions ou messes en plein air lors du Vendredi Saint et les cols romains ou cornettes seront prohibés. Est-ce souhaitable ?

    Répondre
  10. balanine

    30 août 2016

    Alors devançons le mois d’octobre, mois du Rosaire, et prions le Rosaire. Il n’y a que le Rosaire qui nous sauvera !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      1 septembre 2016

      vous allez leur mettre un … chapelet à la cheville ?

      Répondre

Répondre

  • (pas publié)