Le pape dénonce le génocide arménien

Posté le 12 avril , 2015, 11:52
4 mins

armenie
Le pape François a déclaré ce matin dans la basilique Saint-Pierre de Rome, lors d’une messe à la mémoire des Arméniens massacrés entre 1915 et 1917, concélébrée avec le patriarche arménien Nerses Bedros XIX Tarmouni, avec des éléments du rite catholique arménien et en présence du président du pays, Serzh Sargsyan :

« En des occasions diverses j’ai défini cette époque comme un temps de guerre, une troisième guerre mondiale « par morceaux », où nous assistons quotidiennement à des crimes atroces, à des massacres sanglants, et à la folie de la destruction. Malheureusement, encore aujourd’hui, nous entendons le cri étouffé et négligé de beaucoup de nos frères et sœurs sans défense, qui, à cause de leur foi au Christ ou de leur appartenance ethnique, sont publiquement et atrocement tués – décapités, crucifiés, brulés vifs –, ou bien contraints d’abandonner leur terre.

Aujourd’hui encore nous sommes en train de vivre une sorte de génocide causé par l’indifférence générale et collective, par le silence complice de Caïn qui s’exclame : « Que m’importe ? », « Suis-je le gardien de mon frère ? » (Gn 4, 9 ; Homélie à Redipuglia, 13 septembre 2014).

Notre humanité a vécu, le siècle dernier, trois grandes tragédies inouïes : la première est celle qui est généralement considérée comme « le premier génocide du XXème siècle » (Jean-Paul II et Karekin II, Déclaration commune, Etchmiadzin, 27 septembre 2001) ; elle a frappé votre peuple arménien – première nation chrétienne –, avec les Syriens catholiques et orthodoxes, les Assyriens, les Chaldéens et les Grecs. Des évêques, des prêtres, des religieux, des femmes, des hommes, des personnes âgées et même des enfants et des malades sans défense ont été tués. Les deux autres ont été perpétrées par la nazisme et par le stalinisme. Et, plus récemment, d’autres exterminations de masse, comme celles au Cambodge, au Rwanda, au Burundi, en Bosnie. Cependant, il semble que l’humanité ne réussisse pas à cesser de verser le sang innocent. Il semble que l’enthousiasme qui est apparu à la fin de la seconde guerre mondiale soit en train de disparaître et de se dissoudre. Il semble que la famille humaine refuse d’apprendre de ses propres erreurs causées par la loi de la terreur ; et ainsi, encore aujourd’hui, il y en a qui cherchent à éliminer leurs semblables, avec l’aide des uns et le silence complice des autres qui restent spectateurs. Nous n’avons pas encore appris que « la guerre est une folie, un massacre inutile » (cf. Homélie à Redipuglia, 13 septembre 2014).

Chers frères arméniens, aujourd’hui nous rappelons, le cœur transpercé de douleur mais rempli d’espérance dans le Seigneur ressuscité, le centenaire de ce tragique événement, de cette  effroyable et folle extermination, que vos ancêtres ont cruellement soufferte. Se souvenir d’eux est nécessaire, plus encore c’est un devoir, parce que là où il n’y a plus de mémoire, cela signifie que le mal tient encore la blessure ouverte ; cacher ou nier le mal c’est comme laisser une blessure continuer à saigner sans la panser ! »

genocide-armenienAcheter le livre ici

16 Commentaires sur : Le pape dénonce le génocide arménien

  1. druant philippe

    19 avril 2015

    @QC :

    je le sais bien mais je ne eux y résister !

    Répondre
  2. druant philippe

    19 avril 2015

    Le grouillement humain délirant est bien le problème le plus grave qui se présente à nous et qui risque d’ être ravageur et meurtrier dans un avenir proche .

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      19 avril 2015

      Vous prêchez un convaincu , mais vous prêchez hélas aussi dans le vide ; pour ce dernier point deux facteurs sont en cause :

      –  » les gens  » croient en une Science  » qui peut tout  » (autrement dit ils ne tiennent aucun compte des limites que la Nature impose à l’ Homme )

      -et l’ humanisme égalitaire et universaliste ( tout le Monde DOIT pour son BONHEUR accéder à l’ american way of life )

      Répondre
  3. druant philippe

    19 avril 2015

    @Claudec :

    heureux de vous lire sur ce site ((je vous lis parfois sur agoravox) !
    Nous sommes quelques uns ici à défendre le malthusianisme qui prône l’ adéquation du chiffre de population (local / mondial) à la capacité de charge (aux ressources) de notre superbe planète .
    S’ il est vrai que nous connaissons une large surpopulation en Europe (amplifiée par les mouvements migratoires encouragés par l’ UE) , la vraie menace vient du lapinisme Africain que rien ne semble arrêter .

    Répondre
    • 19 avril 2015

      Merci de votre attention, ici comme sur Agvx, (dont la censure de plus en plus étriquée ne laisse hélas plus passer les articles qu’au compte-goutte)..
      J’espère avoir votre visite sur « Abominable pyramide sociale » et que vous y laisserez trace de vos passages par quelques commentaires (sans concessions).
      Oui, vous avez raison, c’est en Afrique que l’homme proliférera le plus durant les prochaines décennies. Reste à espérer que l’action de ceux qui œuvrent à la maîtrise de sa population réussiront à endiguer des flux migratoires qui sont la honte de l’humanité.

      Répondre
  4. 19 avril 2015

    Certains croient que – pardonnez-moi l’expression – pour être de bons catholiques, on doit être comme des lapins » a déclaré le Pape François, à l’issue d’une visite rendue aux plus pauvres des pauvres, au cœur des bidonvilles d’extrême orient. (« Le pape, les lapins et les enfants du bon dieu » Par Pierre Amar, le 20/01/2015 in FIGARO VOX SOCIETE).

    Probablement plus volontiers que ses opposants dévots, les athées et agnostiques les plus convaincus ne peuvent que saluer cette phrase lancée à la face du monde entier par le plus emblématique de ses guides spirituels. Jamais, depuis sa fondation, l’Église chrétienne n’a délivré un message aussi lourd de sens concernant ce qui confère à l’homme une richesse intrinsèque qui ne saurait se satisfaire du nombre. Le souverain pontife sort ainsi de leur isolement ceux qui ont pris conscience de la relation étroite existant entre démographie et condition humaines. En ce sens, les paroles d’un Pape sonnent le début d’une révolution sociale autant que sociétale dépassant le clivage entre mysticisme et incrédulité. C’est en effet le dogme reposant sur la parole du Christ, lorsqu’il prêchait de croître et se multiplier, qui est mis en cause, après que les hommes en aient abusé pendant des millénaires pour justifier une autre dogme, parfaitement laïc celui-là, selon lequel « Il n’est de richesse que d’homme[s] ». La multiplication de ces derniers n’a-t-elle pas eue pour effet essentiel l’accroissement d’une richesse, moins faite des individus eux-mêmes que du produit de leur travail, au-delà des prévisions les plus ambitieuses et dans une exploitation éhontée de l’homme par l’homme, au nom du seul progrès matériel ? Le Christ n’a probablement pas enjoint à l’homme de se multiplier à ce prix, même si à son époque démographie et statistique ne permettaient pas encore d’entrevoir la lutte des classes qui en découlerait, au service de laquelle se mettraient, non plus des religions mais des idéologies purement matérialistes.

    Certes, à peine de retour au Vatican, la curie manifestant sa réprobation, le Pape s’est trouvé dans l’obligation de calmer le jeu en louant la famille nombreuse à l’occidentale. Il devait endiguer de toute urgence le séisme et le schisme qu’étaient en voie d’engendrer ses propos. Mais, bien que la parole s’envole, il devrait en rester quelque chose. Qui peut dorénavant ignorer que les limites de l’humain ont été franchies ? Qui peut douter qu’une population moins nombreuse et par conséquent moins prédatrice, plus frugale, bénéficierait plus sagement et plus longuement – dans un monde fini – d’un progrès au moins égal à celui auquel nous sommes parvenus, plutôt que de subir sa dégradation par le simple effet du nombre ? L’écologie démographique ou le développement raisonnable, en somme.

    Quelles que soient nos convictions, politiques autant que religieuses ; quelles que soient les valeurs de progrès, de justice et de partage qui puissent animer chacun d’entre nous ; quand l’empreinte écologique de la population humaine dépasse la bio-capacité de la planète qui l’abrite (https://www.youtube.com/watch?v=vfV6BKDmXFQ&authuser=0), quel autre moyen que de limiter cette population, proposer à notre descendance pour qu’elle ait quelque chance de connaître un monde meilleur que celui dont nous nous plaignons chaque jour davantage, dans une multitude, un désordre, des violences et une cacophonie allant croissant, dont ne peut naître que le pire ?

    Précision papale : Nous ne sommes pas des lapins … génocidaires
    Prenant connaissance de la déclaration du Pape François concernant les génocides, au moment de publier le présent article, il semble opportun à son auteur de l’assortir des commentaires suivants, à l’intention des faiseurs d’amalgames :
    – Reconnus ou non, les génocides ne sont qu’une barbare réaction de défense (ou de conquête) de leur « espace vital » (tangible ou idéologique) par ceux qui les commettent.
    – L’écologie démographique peut, quant à elle, être considérée comme une réaction comparable, en cela qu’elle vise à protéger l’espace vital de l’espèce humaine ; à la différence près toutefois (et elle est de taille) qu’une réduction des taux de natalité partout où cela est nécessaire, est d’autant moins un crime que pouvant s’appliquer, notamment par l’éducation, avant même la conception, elle respecte pleinement l’éthique et la dignité humaine.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      19 avril 2015

      les  » Africains  » étant de plus en plus soit musulmans, soit membres d’ Eglises ( c. à d. de sectes ) Evangéliques (  » croissez et multipliez vous  » ) le lapinisme a de beaux jours et de belles nuits africain(e)s et les recommandations  » Ogino  » du Pape sont nulles et non avenues pour cette population !

      Répondre
      • 19 avril 2015

        Raison de plus pour encourager les efforts des ogino-humanitaires en action sur ce continent, quelles que soient les instances, religieuses ou laïques, qu les y missionnent.

        Répondre
  5. BRENUS

    14 avril 2015

    Nous attendons l’habituel déni de jojo le menteur. Sur cette question comme sur les autres. Je ne désespère pas de le lire disant que les massacres en irak sont le fait de bataillons de bonnes soeurs en cornettes. Il aime tant les adaptes de la religion qui prone la mort des autres.

    Répondre
  6. Scoubidou

    13 avril 2015

    Alors là, cher Pape, bravo !
    Cela change un peu de vos discours immigrationnistes à Lampedusa…
    Du coup vous remontez un peu dans mon estime.

    Répondre
  7. quinctius cincinnatus

    13 avril 2015

    Tous les Gouvernements et Présidents français, je dis bien TOUS , ont  » négocié  » avec la République de Turquie qui a fondé son identité sur des exils de masse ( Grecs ) et sur un génocide ( les Arméniens ), sans parler des problème kurde et chypriote … Mais ce même monde politique, sans qu’ il existe une seule exception, se bouche le nez dès que l’ on parle de J.-M. Le Pen … qui n’ est ni  » déportateur « , ni  » génocidaire  » ! ah ! la politique de la  » bonne conscience  » … à géométrie variable

    Répondre
  8. Martinjl

    13 avril 2015

    Il y a aussi le massacre des Chrétiens d’Oran le 5 juillet 1962.

    Répondre
  9. Albator

    12 avril 2015

    Il était temps que quelqu’un ait le courage de remettre en plein jour ce génocide commis par les Turcs.Il parait que notre cher Sarkozy aurait fait supprimer de la Constitution, l’article obligeant par référendum la consultation du peuple Français en cas d’adhésion de la Turquie à l’Europe.Si cela est vrai, alors il s’agit d’une trahison, une de plus perpétrée par Sarkozy.Il faudrait dans ce cas que le peuple en soit informé par tous les moyens.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      13 avril 2015

      ce que vous dites est exact … @ Homère vous le confirmera !

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        13 avril 2015

        … et puis vous savez le référendum et Le Levantin, cela fait deux

        Répondre
  10. Igor

    12 avril 2015

    Merci pour ce message, à l’heure de l’aveuglement christianophobe de nos propres gouvernants. Cher saint père, honte à eux et gloire à vous!

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)