les 4 vérités


Connexion
Rester connecté
Nos auteurs
Le dessin de la semaine
S’INSCRIRE À LA LETTRE D’INFORMATION
RSS
RSS delitdimages
  • Vidéo / Les salaires des médiacrates de Canal+! 22 octobre 2014
    Quand Denisot et Apathie refusaient de dévoiler leurs salaires indécents… (Aujourd’hui, accepteraient-ils????) Ce que certains auraient gagné en 2012… Canal+… et encore! Cet... Lire la suite...
    Delit D'images
  • C’est du Miège… 22 octobre 2014
    Cet article C’est du Miège… est apparu en premier sur Délit d'im@ges. Lire la suite...
    Delit D'images
  • Ils veulent tuer Vincent Lambert et ne s’en cachent pas! 22 octobre 2014
    « La Grande chambre de la Cour européenne des droits de l’homme est amenée à se prononcer sur le cas de Vincent Lambert. Hélas, regrettent François et Marie-Geneviève Lambert, son... Lire la suite...
    Delit D'images
Sondages

Souhaitez-vous que Christiane Taubira démissionne?

Loading ... Loading ...
Derniers commentaires
  • euréka: @Jaurès Il y a cent façons différentes de présenter les choses et la votre se tient bien sûr. Mais quand vous écrivez "Les chef-d’œuvres de nos musées n’étaient vus alors que par quelques privilégiés. 90% de la population était exclue de ce que nous admirons aujourd’hui. Les artistes eux-mêmes n’étaient que des serviteurs, des laquais" , vous vous placez dans le contexte de l'époque alors que nous tentons de lister les apports d'une certaine civilisation avec nos critères d'aujourd'hui. Bien sûr que le tailleur de pierre de l'époque et le maître-verrier à Venise n'avaient pas conscience de participer au génie de notre civilisation mais ils faisaient de leur mieux pour mettre en valeur leur discipline. L'exemple de Mozart est mal choisi parce que c'est le premier des musiciens à avoir proclamé son indépendance et à avoir rompu avec la tradition qui voulait qu'un musicien remarqué par un mécène soit rétribué par lui. Et pourtant tout musicien convoitait la place de maître-de-chapelle avec la rente assurée pour de longues années. Là je m'adresse au socialiste que vous êtes, à l'époque de Mozart il n'y avait pas les subventions de la DRAC , mais seulement le mécénat. Et à moins d'être un butor, tout artiste se devait de mettre les formes avec son mécène. Ca vaut encore pour aujourdh'ui. Doit-on juger une civilisation sur ses productions ou sur ses méfaits , dites-vous ? A mon humble avis, ce n'est pas une affaire de balance comptable mais juste une question d'admiration. Quant à l'esprit guerrier, et alors ? On ne compte plus les personnages historiques qui ont passé leur vie à faire la guerre et qui sont pourtant admirés de nos jours sous toutes les latitudes. De plus aucune civilisation ne s'est édifiée sans avoir recours à la guerre. La guerre, avec ses conquêtes ou ses défaites font partie de toute civilisation. Et lorsque vous dites qu'on répare à grands frais des choses qui étaient considérées par leurs contemporains comme ne valant pas tripette, oui ça peut arriver. C'est ce qui explique qu'il faut avoir le flair d'un marchand d'art pour déceler si telle ou telle oeuvre passera ou non à la postérité. Pour le commun des mortels le néophyte, cela nécessite souvent tout un travail intérieur de maturation-apropriation. Comme lorsqu'on lit le même roman à des âges différents.
    Voir l'article
Catégories