La trahison de Najat Vallaud-Belkacem

Posté le 18 avril , 2017, 2:32
6 mins

L’actuelle ministre de l’Éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem, avec l’accord de François Hollande et Bernard Cazeneuve, instrumentalise l’Éducation nationale pour en faire l’outil principal de promotion de l’islam.

En effet, la circulaire de rentrée 2017, publiée le 9 mars, déclare à la 9e page, dans le cadre de la partie intitulée « une école ouverte sur le monde contemporain » : « Les enseignements in­ternationaux de langues étrangères (EILE) ont vocation à remplacer progressivement les enseignements de langue et de culture d’origine (ELCO). Ces enseignements sont dispensés durant le temps scolaire, en sus des 24 heures d’enseignement obligatoires et ouverts à partir du CE1 à tous les élèves volontaires, quels que soient leur origine, leur nationalité et leur niveau linguistique de départ. Les compétences acquises par les élèves sont systématiquement évaluées. L’enseignement est assuré par des enseignants mis à disposition par les pays partenaires et l’attention portée à la qualité de ces enseignements est renforcée. Au collège, la continuité de l’enseignement est assurée principalement dans le cadre de dispositifs bilangues. Pour l’année scolaire 2017-2018, l’objectif est le passage de tous les pays de langue arabe au nouveau dispositif EILE. »

Cela peut paraître anecdotique, mais il n’en est rien. L’arabe étant la langue de la révélation de l’islam, l’apprentissage de cette langue est obligatoire pour tout musulman. Une fois l’arabe implanté comme langue nationale – et non plus étrangère, d’où l’importance du changement de dénomination –, enseignée de fait à tous les élèves, la France deviendra une terre musulmane. Les non-musulmans deviendront étrangers dans leur propre pays.

Ainsi l’islam n’aura plus qu’à réclamer son dû. Ce qui permettra de valider la falsification de l’histoire déjà répandue dans les manuels scolaires depuis plusieurs années.

Pour bien comprendre ces éta­pes de l’islamisation et la gravité de cette injonction ministérielle, il faut avoir à l’esprit le processus sur lequel elle repose :

1) Une fois en place dans le pays d’accueil, les musulmans revendiquent des places privilégiées au nom de la « discrimination positive ».

2) Les musulmans réclament la mise en place de répression contre toute discrimination, par­ti­culièrement à leur égard. En sachant qu’un pays qui lutte pour défendre sa civilisation est considéré comme faisant preuve d’islamophobie (concept forgé par les musulmans qui définissent ainsi ce qui est « islamophobe »).

3) Ils réclament au nom de leur injuste discrimination un remaniement de l’histoire, afin que celle-ci devienne conforme à leur propre conception. Pour eux, la terre entière leur a été donnée par Allah et le simple fait de refuser l’islam sur un territoire fait de ceux qui refusent des agresseurs, alors que les musulmans se conçoivent toujours comme pacifiques et ne font que se défendre face à ceux qui refusent l’islam, fussent-ils sur leur propre sol ! Falsification de l’histoire déjà accordée et en place depuis plus de 15 ans en France.

4) Imposition de l’arabe comme langue d’usage courant. La seule chose que nos gouvernants oublient de dire, c’est qu’une fois que l’arabe est implanté officiellement, la terre devient de facto terre d’islam.

On en est à cette étape en 2017 avec cette circulaire de rentrée concoctée par une ministre marocaine au service de l’OCI (Organisation de la Conférence Islamique), dont le Maroc est un membre très actif.

Il s’agit bien d’une trahison du pays dont elle est ministre. Il ne faut pas oublier que tout le pourtour méditerranéen était chrétien avant la conquête par les armes au nom du djihad.

L’imposteur Macron, qui a appartenu au gouvernement Hollande et ne s’en est jamais repenti, sera le fossoyeur de la France s’il est élu, car il compte mettre en remplacement de l’actuelle ministre une islamiste convaincue.

Il faut savoir que tout cela se fait en plein accord avec l’Union européenne (acté entre autres dans le processus de Barcelone), l’Alliance des Civilisations de 2005 due à Zapatero, la Conférence Islamique de 2000 (qui a débouché sur la publication d’une brochure intitulée « stratégie de l’Action Islamique Culturelle en Occident »).

L’ONU est complice de cette mainmise et a bien confirmé son imposture en nommant à la tête de sa commission des droits de l’homme le représentant saoudien qui ne connaît que… la déclaration du Caire des droits de l’homme en Islam fondée sur la charia et publiée en 1990 !

Par un fonctionnaire de l’Éducation nationale

ARTICLE SUIVANT

Sondage

3 Commentaires sur : La trahison de Najat Vallaud-Belkacem

  1. BRENUS

    19 avril 2017

    Le dialecte de la Mecque appelé « arabe » est la seule langue que connaissait le « prophète » et elle est reconnue comme langue officielle – et bientôt imposée – Ca tombe bien. Tous les mélangisseurs vont pouvoir s’en donner à coeur joie. Encore que je suis d’avis qu’il faut absolument apprendre la langue de ses ennemis pour mieux les combattre. Mais avant il est clair qu’il faut d’abord maitriser sa propre langue. La « mélangitude » si chère à certains n’a jamais rien promis de bon.

    Répondre
  2. Gérard Pierre

    19 avril 2017

    Et si, par malchance, le sieur Macron était élu, la relève est assurée en la personne de la sénatrice Bariza Khiari !

    Le ‘’château‘’ n’a rien laissé au hasard avec son petit produit marketing !

    La technique du ‘’château‘’ est vieille comme le monde : S.C.P.T.M. …… Si Ça Passe Tant Mieux !

    Répondre
  3. 18 avril 2017

    Il est évident que cette BELkACEM est un sous – marin du sultan du Maroc et ils doivent bien rire à Rabat de voir comment les dirigeants actuels de la France la laissent faire , la laissent avancer ses pions , et , avec elle , bien d’autres  » chances pour la France  » font de même … Elle n’est pas traître , les traîtres sont ceux qui la laissent faire .

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)