Macron

Posté le 19 avril , 2017, 9:32
2 mins

M. Hollande le machiavélique, pur produit de l’énarchie, a raté son quinquennat. Voici le premier président qui ne peut même pas se représenter pour cause de bilan désastreux !

Vous devez vous connecter ou vous abonner pour avoir accès à ce contenu.

7 Commentaires sur : Macron

  1. Gérard Pierre

    21 avril 2017

    À l’instar de son marionnettiste François Hollande, la poupée Macron ne se représentera non plus pour second mandat ! …… mais pas pour les mêmes raisons !

    Macron, …… lui, …… ce sera parce qu’il n’aura pas été élu pour effectuer un premier quinquennat !

    Répondre
    • Gérard Pierre

      24 avril 2017

      Bon ! …… C’est décidé ! …… je change de métier !

      Pour ce qui est de la voyance j’ai du contracter une sévère DMLA !

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        25 avril 2017

        en politique il y a toujours un espace entre ce que l’ on souhaite, sans aucune  » raison « , et ce qui arrive, et là avec une raison : le vide cérébral ( et pas sidéral ) de l’ électeur … le Media et les réseaux sociaux le créant et le confortant

        Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    19 avril 2017

    se laisser prendre par les subtilités de Machiavel cela a pu être compréhensible il y a un certain temps et pendant un certain temps pour une certaine oligarchie ; se laisser entraver par les grosses ficelles de Hollande montre seulement que la démocratie ( c à d le vote universel ) est bien la pire des choses pour la bonne gouvernance de hommes

    Répondre
  3. Gérard Pierre

    19 avril 2017

    Monsieur Macron peut-il nous préciser ce que fait dans son cercle rapproché la sénatrice Bariza Khiari ? …… et quel rôle il lui réserverait dans son gouvernement si, …… par malchance, …… il était élu ?

    Ministre de l’éducation nationale ? …… comme ça commence à se susurrer !

    À côté d’elle Najat Vallaud-Belkacem n’est qu’une jeannette à socquettes blanches !

    Cette personnalité du mouvement du sieur Macron a de quoi inquiéter les électeurs soucieux de préserver une certaine idée de la France, ainsi que de ne pas livrer la France à l’idéologie mortifère de l’islam !
    Cette franco-algérienne, née de parents fervents militants du FLN et sénatrice PS de Paris depuis près de 15 ans, n’a jamais caché son militantisme pro-islam.
    L’idéologie portée par Bariza Khiari est un danger pour la République, car sa proximité avec le CCIF, et notamment avec Marwan Muhammad, est révélatrice de ce double discours insidieux que pratique à merveille une certaine frange de l’élite de la communauté musulmane.
    Pour rappel, en 2011, Bariza Khiari déclarait que pour elle, « le problème ce n’est pas Tariq Ramadan, c’est le gouvernement ».

    Cette phrase venant exempter Tariq Ramadan de toute logique idéologique tendant à paver la voie à l’islamisme a de quoi étonner.
    Dans « Non je ne me tairai plus », livre publié par Amine El Khatmi, cet élu socialiste et musulman montre la face cachée des collusions entre une certaine élite socialiste et l’islamisme radical. Pour cet élu, difficilement soupçonnable d’islamophobie, les socialistes tendent à nouer des pactes du diable avec des acteurs ouvertement antirépublicains.
    « Sur des questions aussi fondamentales que celles de la laïcité et de la résistance au communautarisme, les socialistes ne sont pas en ordre de bataille. Sur le terrain, des élus passent des compromis inacceptables », écrit le jeune élu socialiste.
    Parmi les élus accusés de collusion avec l’islamisme radical par Amine El Khatmi on retrouve notamment la fameuse Bariza Khiari, qui a été vice-présidente du Sénat lorsque celui-ci est tombé à gauche pendant 3 ans, de 2012 à 2015.
    L’auteur explique ainsi que des élus locaux et des parlementaires ont trouvé la parade pour financer des lieux de culte sans enfreindre l’article 2 de la loi de 1905, qui précise que la République ne reconnaît ni ne subventionne aucun culte.
    Pour contourner cette loi majeure de notre République, certains élus versent leurs subventions à des associations présentées officiellement comme engagées dans un combat uniquement culturel, mais qui poursuivent en réalité une finalité bien plus perfide et sournoise : mettre en place des montages financiers complexes pour financer la création de mosquées grâce à de l’argent public.
    Archétype même de ces montages financiers complexes, l’Institut des Cultures d’Islam dirigé par Bariza Khiari est révélateur de ces pratiques qui bafouent ouvertement les valeurs républicaines. De concert avec Anne Hidalgo, toujours aussi complaisante à l’égard d’acteurs qui gravitent pourtant dans des sphères foncièrement islamistes, Bariza Khiari a fait voler en éclats les frontières entre culturel et cultuel.
    L’ICI cohabite en son sein avec une école où est enseigné l’arabe littéraire et…une salle de prière pilotée par la Grande Mosquée de Paris, mais financée par de l’argent public. Interrogée en septembre 2016 par Bernard de La Villardière dans le cadre de son émission « Dossier Tabou », Bariza Khiari, acculée par les faits manifestes et incontestables, reconnaîtra du bout des lèvres que le centre, financé par la municipalité de Paris, est bel et bien une seconde mosquée de Paris. »
    Bariza Khiari est déléguée nationale du mouvement « En marche » ! … le …… parti de la nouveauté ! ! ! !

    Il y aurait beaucoup de soucis à se faire si, d’aventure, l’éphèbe « immature et inexpérimenté » était élu !

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      19 avril 2017

      tout cela est connu, mais d’ un tout petit nombre de personnes : de gens comme vous et moi. La question est alors la suivante : pourquoi un Fillon ou une Le Pen ne le mettent ils pas sur les …  » plateaux  » ? leurs conseillers en communication ne sont ils pas vraiment à la hauteur ? ou bien craignent ils plus simplement de … stigmatiser ? de ne pas être  » politiquement corrects  » ?

      p.s. : on sait très bien et depuis fort longtemps que la radicalisation se fait dans les prisons  » ordinaires  » plus encore qu’ à la mosquée, et personne n’ a, là non plus, osé aborder le problème … de front … la responsabilité des candidats est donc forte qui par, dissimulation, idéologie, peur, calculs électoraux, naïveté ou toute autre motivation qui vous plaira, cachent aux citoyens ce que , eux, les  » politiques « ,savent … la presse ne s’ en faisant que très peu souvent l’ écho

      Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    19 avril 2017

    Macron serait la première victime des  » fake-news  » … deux remarques :

    la première : étant le plus exposé ( au sens propre ) dans le paysage du Media qui, lui aussi, distille des …  » fake-news  » nationales et surtout internationales il est logique que son chouchou soit lui aussi le plus …  » exposé  » aux fake-news

    la seconde : certaines, sans doute rares mais importantes de ces fake-news se révéleront être exactes si … Macron perd ces élections , comme par exemple l’ origine du financement de sa campagne ou le montage financier de ses avoirs réels

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)