Avec nous, entretenez le débat à droite

Posté le juin 06, 2007, 12:00
5 mins

Lettre de l’éditeur

Nicolas Sarkozy connaît personnellement à peu près tous les patrons de presse, tous les directeurs de journaux, de radios et de télévisions. Il est capable d’appeler par leur nom, voire leur prénom, la quasi-totalité des journalistes politiques. Il fait la bise à toutes nos consœurs…
On pouvait en dire autant, à peu près, de tous ses prédécesseurs, y compris du Général de Gaulle qui ne manquait pas, au moins une fois par an, de recevoir, un par un, les patrons de la presse quotidienne de province.

Notre nouveau chef de l’État y ajoute son style personnel, encore plus démonstratif que celui de Jacques Chirac. En outre, il est de la même génération qu’Arnaud Lagardère ou Martin Bouygues…

Il ne faut pas confondre patrons de presse et rédactions. Aussi bien Robert Hersant que Jimmy Goldsmith, le premier au « Figaro », le second à « L’Express », ont pu mesurer combien il était difficile de modeler une rédaction à sa main.

Un patron de presse partage le pouvoir avec sa rédaction, ses syndicats (celui du livre et ceux des journalistes). Il est un peu dans la même situation qu’un président de la SNCF ou un ministre de l’Éducation nationale : dans les faits, il cogère avec les syndicats.

Comme nous l’exposons dans notre éditorial de première page, il faut distinguer la presse libre, et celle qui ne l’est pas car elle est la propriété de groupes dont les intérêts sont principalement ailleurs.

En France, la presse libre, depuis trente ans, s’est réduite comme une peau de chagrin. Tous les grands médias dominants appartiennent à des groupes financiers qui font l’essentiel de leurs profits dans d’autres activités. L’indépendance rédactionnelle est le cadet de leurs soucis.

Quelques médias, quand même font exception. Des journaux comme « Le Canard enchaîné » et « Marianne » sont certainement indépendants.

Et beaucoup d’autres journaux, également indépendants, sont clairement « à droite ». Mais, à ce jour, notre journal, « Les 4 Vérités Hebdo », est le seul à être à la fois indépendants, de droite, et ouvert à une diversité de points de vue.

Le débat à droite, c’est ici et nulle part ailleurs.

Très souvent, dans le passé, nos colonnes ont offert à la droite la seule tribune de débat. Ce fut le cas à l’occasion de la guerre contre la Serbie, ou encore la guerre en Irak.

Au plan de la politique intérieure, nous donnons la parole à des partisans des différentes familles de la droite française, du Front national à l’UMP.

Aujourd’hui, un débat – dont les autres journaux ne rendent pas compte – commence à prendre une certaine ampleur : « Nicolas Sarkozy a-t-il bien ou mal commencé son mandat ? » Plusieurs lecteurs, dans ces colonnes, donnent leur avis. Ce débat continuera sans doute quelques semaines ou plusieurs mois. Une fois encore, le débat à droite sera largement dans nos colonnes. Et pas ailleurs.

Vous voulez participer activement à notre développement ? Vous souhaitez contribuer à l’élargissement de notre diffusion ? Faites circuler ce journal. Envoyez-nous les noms de vos amis auxquels nous nous ferons un plaisir de faire parvenir gratuitement les quatre prochains numéros.

Amis lecteurs, continuez à nous écrire. Amis abonnés, continuez à nous soutenir. Le débat à droite est plus nécessaire que jamais.

Alain Dumait
<[email protected]>

2 réponses à l'article : Avec nous, entretenez le débat à droite

  1. Jean-Claude THIALET

    10/06/2007

    10/06/07    – "Les 4-Vérités"

    Soyez honnête à votre tour, camarade JAURES, Alain DUMAIT n’a pas la prétention de penser ni l’outrecuidance de dire, que "Les-4-Vérités" est un grand hebdomaire d’informations. Mais quand on se réfère au contenu habituel de ce qu’il est convenu d’appeler "la grande presse" et dont on sait que, majoritairement, elle défend le "politically correct",  et à celui des "4-Vérités", il est permis de penser que, en tant que "laboratoire d’idées" et sans doute surtout de réflexions sur des sujets les plus divers, "Les 4-Vérités" est un îlot d’originalité au milieu d’une mer de conformisme. Dont vous n’êtes pas le dernier à profiter même si la plupart de vos réflexions me semblent avoir été concoctées chez "FABIEN" ou à la CGT, sans parler, bien sûr, à l’école de la République, celle de l’omni-potent Philippe MEYRIEU, destructeur de l’école chère à JULES-FERRY !

                M’adressant ensuite à Alain DUMAIT, l’auteur de l’article que nous commentons, qu’il me permette les remarques suivantes :

    – je ne crois pas que Nicolas SARKÖZY (même si, on le sait, il a le tutoiement facile ce qui lui procure peut-être certaines "entrées" auprès des gens de presse) ait le monopole de la "connaissance" d’une majorité des journalistes. Cela fait partie du "professionnalisme" des politiciens.

    – il est évident que les magnats financiers qui possèdent des journaux n’ont pas toujours la partie facile avec leurs équipes rédactionnelles dont on sait que, très majoritairement, elles sont portées à gauche. Mais je pense qu’il faut relativiser cela quand on sait que grands patrons et employés sont d’accord sur les grandes orientations : l’immigration, l’Union européenne,  la mondialisation et toutes les marottes (le "réchauffement de la planète" en est un exemple à la mode !) de qui font perdre de vue  au bon peuple les urgences, les priorités, et même la survie de la France. Alors, qu’est ce que ça change ? D’autant qu’Alain DUMAIT doit savoir que les patrons de presse savent récompenser les journalistes qui acceptent d’aller à la soupe, et que ce sont précisément ces "plumitifs" qui font l’opinion publique…

    – certes, "Les-4-Vérités" représente un journal "libéral" indépendant de la finance internationale comme du Pouvoir politique, qui permet à ses lecteurs, même les plus opposés au "libéralisme" (l’omni-présence(1) sur ce forum de l’anti-libéral que vous êtes assurément,  est là pour en témoigner !) de s’exprimer en toute liberté. Ce qui est loin d’être le cas pour ses "grands" confrères prétendus "libéraux", je puis en témoigner…

    –  Mais Alain DUMAIT aurait pu mentionner un titre au moins aussi courageux, et sans doute plus lucide, qui, depuis plus d’un demi-siècle, sans avoir à se déjuger face à des "faits têtus", défend des valeurs dont, que je sache, le libéral  "4-Vérités", n’est pas éloigné même si ce n’est pas sa préoccupation majeure. Je veux citer là  "RIVAROL" (2). Depuis février 1951, par la plume et par la caricature (grâce aux talents de CHAR), cet "hebdomadaire de l’opposition nationale", créé par René MALLIAVIN, défend avec un courage et une constance dignes d’éloges, malgré l’ostracisme, malgré les procès dont il est régulièrement la victime, des valeurs morales, sociales, culturelles, historiques, économiques et écologiques, etc. sans lesquelles les femmes et les hommes hommes  – les Français particulièrement –  finiront par devenir les jouets de l’ultralibéralisme, des zombies du consumérisme. Des valeurs sans lesquelles la FRANCE finira par disparaître. Ce qui est le but poursuivi par les dirigeants de la caste syndicalo-médiatico-politico-financière qui dirigent la FRANCE depuis des lustres, ainsi que les meneurs – pour la plupart invisibles –  du mondialisme et de l’alter-mondialisme ! Car, AVANT même la LIBERTE économique ou politique, il y a LA LIBERTE INDIVIDUELLE, celle de l’HOMME UNIQUE et d’essence divine que nous sommes toutes et tous. Raison pour laquelle je préfère mettre l’expression LIBERTE INDIVIDUELLE au singulier !

           Cordialement, Jean-Claude THIALET 

    (1) la mienne aussi d’ailleurs, même si, pour ce qui me concerne, je suis loin d’être un "anti-libéral", particulièrement dans le domaine de la politique ! 

    (2) < http://www.rivarol.com > et < http://www.dessinsdechar.free.fr >  

    Répondre
  2. Jaures

    08/06/2007

    Soyons honnète mon cher A.Dumait: les 4V ne sont qu’un opuscule réunissant une petite dizaine d’éditorialistes recalés du "Figaro Magazine".
     Un recueil hebdomadaire de billets d’humeur.
     Ce n’est en rien hebdo d’information: tout ce qui y est commenté est connu, il n’y a pas d’enquètes, pas d’investigations, pas d’interviews, pas de correspondants….
    De plus, depuis plusieurs mois, le forum fonctionne au ralenti: de plusieurs dizaines nous sommes passé à une douzaine d’intervenants réguliers pour 20 ou 30 contributions maximum quand, l’an passé, il n’était pas rare qu’ils dépassent la centaine. Et pour cause: il faut parfois attendre 3 jours pour voir apparaitre un post et de plus en plus s’envolent sans raison. Et ce lors d’échéances électorales décisives. Le socialiste que je suis regrète de voir disparaitre ainsi un espace de dialogue avec des conservateurs libéraux.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)