Courrier du numero 510

Posté le septembre 18, 2005, 12:00
11 mins

Énarchie
«Avec adresse, le clan Chirac tente de déstabiliser Nicolas Sarkozy… Il est facile de comprendre la stratégie de ceux qui n’ont pas intérêt à la rupture du modèle social à la française. Villepin c’est la continuité de l’énarchie; c’est l’homme de Chirac. Dans son dernier discours, le Premier ministre s’est en permanence référé à l’État. En dehors de ses tâches régaliennes et d’un rôle d’arbitre, l’État ne peut ni ne sait gérer l’entreprise. Le désastre du Crédit Lyonnais en offre de nouveau la preuve. Les énarques formés pour servir l’État ne devraient pas avoir le droit de le diriger…»
Jean-Claude Janet
Par courriel
Alternative libérale
«À l’occasion des cent jours de Villepin et de la convention économique de l’UMP, Nicolas Sarkozy a retrouvé les vertus d’un libéralisme pragmatique en constatant les conséquences d’une fiscalité qui décourage ceux qui travaillent et enferme les plus faibles dans l’assistance.
Même si on peut apprécier ce discours du président de l’UMP, est-ce que ce parti et son président sont en mesure de défendre un programme qu’ils n’ont jamais appliqué depuis trois ans malgré une majorité absolue à l’Assemblée nationale?
Seule une nouvelle génération pourrait mettre en place une « alternative libérale », européenne et sociale. Cela répondrait à une attente de nombreux Français, non pas ceux issus de classes aisées peuvent toujours s’en sortir, mais plutôt de cette majorité silencieuse de Français, non représentés à l’Assemblée qui travaillent, prennent des risques, participent par leurs efforts à la croissance, et sont en même temps découragés par une société qui semble les oublier.»
Patrick Garfanelo
Nantes (44)
Profits
«Le président de la FNSEA  s’est dit choqué par les profits colossaux engrangés par Total (trois milliards d’euros en trois mois). Rappelons que, lorsqu’une société fait des bénéfices, elle paie des impôts, investit et crée des emplois. Le jour où nos entreprises n’afficheront que des pertes et licencieront en masse, la France se retrouvera au rang du Bangladesh. Il sera alors bien temps d’être choqués !»
Jacques Guillemain
Versailles (78)
Recherche
«La Cour des comptes constate qu’aucun organisme ne contrôle si les enseignants-chercheurs assurent bien la part de recherche à laquelle ils se sont engagés (qui doit occuper, en principe, la moitié de leur emploi du temps), sauf s’ils postulent en vue d’une promotion: seul leur temps d’enseignement fait l’objet d’un contrôle. Il en résulte que certains peuvent choisir de rester au bas de l’échelle, mais d’être payés pour un temps complet tout en n’accomplissant qu’un mi-temps…»
A. M.-C.
Par courriel
Récidive
«J.-C. Bonnal, 52 ans, dit  “Le Chinois”, déjà condamné par le passé à trente ans de réclusion criminelle, va repasser devant les assises, après sa libération conditionnelle, pour plusieurs meurtres sauvages en compagnie de complices. Une fois de plus, des victimes innocentes ont payé, soit le laxisme de certains juges, soit une législation inadaptée à la dangerosité de certains individus. 
Il est incontestable qu’il existe des êtres intrinsèquement malfaisants, qui sont inamendables et inaptes à toute réinsertion. Si la peine de mort n’avait pas été malencontreusement supprimée, les drames  relativement fréquents de la récidive après une libération conditionnelle, n’existeraient pas, et la Justice ne pourrait en être tenue pour responsable comme c’est souvent le cas aujourd’hui. À défaut de peine de mort, les citoyens ne pourront être protégés avec certitude contre les dangers de la récidive, que si les assassins sont condamnés à une perpétuité réelle, les mettant définitivement hors d’état de nuire.»
G. d’Avray
Boulogne (92)
Élites
«Dans son article “En finir avec les grandes écoles” (4V n°506), Pierre Barrucand fait un bon diagnostic d’une des racines du mal français: la formation des dirigeants. Mais, bizarrement, le traitement qu’il préconise n’a rien à  voir avec le diagnostic!
Sans aucun doute, nos grandes écoles donnent aux futurs serviteurs de l’État une formation de qualité, mais archaïque. Notre élite est formée à gérer l’existant, très peu à entreprendre. Ce grave défaut dans la formation de nos jeunes existe d’ailleurs à tous les niveaux de notre Éducation nationale qui a encore beaucoup de mal à valoriser l’enseignement professionnel.
Et pourtant, contrairement à ce qu’avance Pierre Barrucand, c’est bien cette élite qu’il faut former à créer et développer des entreprises. C’est la formation qu’il faut modifier, et non la structure, qui est efficace. Les modèles existent à l’étranger et nos écoles de commerce donnent aussi des exemples à suivre. Et c’est bien cette élite qu’il faut récompenser quand elle réussit… mais seulement quand elle réussit!»
Pierre Revelin
< [email protected] >
Clandestins
«Si l’État accepte d’accueillir des immigrés, il doit se donner les moyens de les faire vivre dignement; se pose alors la question du contrôle du flux migratoire clandestin. Si les immigrés clandestins, trop nombreux, ne peuvent plus être accueillis, il faut cesser de leur faire miroiter une régularisation de leur situation et les reconduire à la frontière.
D’autre part, si l’État français a le devoir de respecter les personnes qui se trouvent, même illégalement, sur son sol, je conteste à ces personnes le droit de manifester et d’exiger quoi que ce soit. Si les conditions de vie qu’elles trouvent ne leur conviennent pas, elles ont la possibilité de repartir dans leur pays!»
Claude Méreau
< [email protected] >
ANPE
«France 2, dans un beau reportage, nous a conté l’histoire d’un jeune menuisier heureux d’avoir trouvé un CDI dans le métier de son choix après plusieurs mois de visites infructueuses à l’ANPE locale qui n’avait rien pour lui… Le miracle réside dans le fait que le Conseil général de son département a passé une convention avec un bureau de recrutement privé qui a déjà procuré 54 emplois à des chomeurs. L’ANPE, vivant des deniers publics, défend ses effectifs. Elle a donc tendance à conserver précieusement ses chômeurs comme fonds de commerce. L’agence concurente, qui ne vit que par les primes afférentes aux embauches effectives, fait des efforts récompensés et elle a de l’avenir devant elle…»
Numa Vial
< [email protected] >
Pédagogie
«Le gouvernement nous a annoncé cette semaine qu’une somme de 1,3 milliard d’euros sur cinq ans allait être débloquée pour aider le système éducatif. Utilisation prévue : créations de postes de psychologues, orthophonistes, éducateurs, assistantes sociales, afin d’aider les enfants en échec scolaire et/ou situation familiale difficile. Bonne intention, mais qu’en est-il des méthodes d’enseignement? Remettre de l’eau dans une baignoire qui fuit, sans s’attaquer à la fuite (en l’occurrence les bases de lecture et calcul) n’est guère efficace! Ne devrait-on pas étudier en détail les méthodes d’enseignement qui marchent et celles qui ne marchent pas ?»
Sophie Trouvin
Paris (75)
Éducation nationale
«À propos de rentrée scolaire, les télévisions nous ont montré les reportages qu’elles ont organisés avec la complicité cachée des syndicats. Bien sûr, pas les très nombreuses classes ayant moins de vingt élèves (cela n’aurait pas été médiatique)! Parallèlement, les organisations syndicales ont déjà annoncé la reprise des grèves. N’est-ce pas insupportable avec plus de trois mois de vacances? Quand tous les salarié travaillent 35 heures par semaine, les enseignants ont une présence utile de moins de vingt heures devant les élèves. Les enseignements de base sont identiques sur tout le territoire. Alors il faut cesser d’affabuler sur des temps de préparation qui ne devraient pas exister si ces personnels étaient bien formés et bien recrutés. L’absence d’esprit critique des médias n’est-elle pas, en la matière, stupéfiante?»
Jean-Michel Schwartz
Paris (75)

Courrier des lecteurs des 4 Vérités Hebdo

Une réponse à l'article : Courrier du numero 510

  1. Lafouge

    20 septembre 2005

    Jean-claude Janet, Les énarques sont des techniciens de droit public hors paire.Leurs talents doivent servire l’Etat car ils ont des capacités d’adaptations exeptionnelles.Vous êtes dans l’erreur car ils sont plus ou moins compétants(certains sont même excellents)mais d’autres(en effet) sont nuisibles pour la France(le crédit…qui d’ailleurs tente de changer de nom,ou plus proche de nous:celui qui n’est venu en France que pour faire science-po et l’ENA,je veux parler de de Villepin.Comme vous je pense que CERTAINS ne dervraient pas toucher à l’Etat:mais qui décide? EUX!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)