Courrier du numéro 527

Posté le 22 janvier , 2006, 12:00
11 mins

Villepin
«Plutôt que de faire des réformes douloureuses, notre Premier ministre se préoccupe de ses ambitions personnelles ! Il prône la continuité de la politique qui nous conduit inexorablement à la faillite. Cela au détriment des intérêts supérieurs de la France. Les citoyens qui aspirent aux réformes, à la rupture face aux déficits, sont qualifiés de «déclinologues ». Pourquoi le système ne bouge-t-il pas ? Parce qu’il est aux mains d’une certaine aristocratie d’État, déconnectée du réel, qui en profite et en vit bien. Nos malheurs, ce n’est pas de la faute au libéralisme, à Bruxelles ou aux Anglo-saxons ! Il va falloir : accepter modestement l’économie de marché avec ses aléas et en finir avec les illusions, les utopies et les vaches sacrées. 2006 sera encore une année perdue pour les réformes, mais le test de la présidentielle sera important. On verra si les Français croient toujours aux sirènes des rêves et des utopies. Ou s’ils en sont enfin vaccinés…»
Gérard Gele
< gele.gerard@wanadoo.fr >
Irresponsables
«Ces dernières semaines, la lâcheté de nos gouvernants éclate en plein jour, un des derniers avatars étant cette sinistre affaire du train Nice-Marseille-Lyon du 1er janvier au matin. Toutes les «autorités» ont refusé la moindre responsabilité devant cette ignoble attaque.
Les responsables français sont actuellement tous en état de sidération absolue devant les risques, tout à fait prévisibles, de troubles à l’ordre public provoqués par toutes ces peuplades allogènes qui habitent partout en France. Le Président de la République, son Premier ministre et son ministre de l’Intérieur (les autres suivant en vrac) font tout pour ne rien faire ! Ils organisent l’occupation de notre Patrie par des peuples parfaitement étrangers à nos «valeurs» et animés d’une haine particulièrement féroce contre tout ce que nous aimons et avons développé depuis des siècles : leur lâcheté les conduit à organiser le culte musulman en France, à vouloir financer ses mosquées, à former ses Imams dans des «séminaires» ad hoc, à supprimer toutes les contraintes judiciaires gênant les voyous ethniques, à ne pas considérer un «Djeune» de douze ans responsable de ses actes de malveillance comme un adulte…
Leur lâcheté était déjà bien connue par leur absence de résistance face aux méfaits des syndicats soi-disant représentatifs. Elle les a conduit depuis la Libération à tout lâcher et à tout laisser faire, même le plus néfaste pour les Français. La CGT et ses filiales s’arrogent le droit de refuser les lois sociales.
Et que fait le gouvernement ? Il plie, il cède, il fuit ses responsabilités, mais il parle !… Ah ! ça, il parle, il annonce, il promet sans arrêt, mais on ne voit rien venir de sérieux : c’est le règne de la réformette, du faux-semblant, du vide de sens, du compliqué qui ne veut rien dire, des lois innombrables qui s’entrechoquent et se neutralisent, se contredisent et s’empilent par milliers, amenant une paralysie presque totale des institutions.
Qu’est devenue la France sous la « gouvernance» de tous ces responsables politiques, d’une invraisemblable lâcheté ?»
Philippe Hartemann
Martel (46)
Repentance
«Bien sûr, on en a marre de toutes ces critiques anti-françaises sur le rôle nocif de la France dans ses colonies. Mais personne à droite (?) ne se permet à haute voix de remettre à leur place nos socialistes moralisateurs. La repentance est à l’honneur au plus haut niveau de l’État. État minable et honteux, indigne de se considérer comme français ! Il y en a marre de ce Président larmoyant qui nous humilie. Et de ces députés qui ont soi-disant été élus par la majorité des Français et qui les cocufient en se ralliant à la gauche…»
B. Julien
Par courriel
Polygamie
«Jacques Chirac a déclaré qu’il n’y avait pas de liens entre la polygamie et la « crise» des banlieues. Pourtant le lien indirect existe bel et bien, depuis le regroupement familial, les familles regroupées comptant plusieurs épouses et donc beaucoup de futurs «jeunes». Mais ce qui me choque, c’est que Jacques Chirac ait choisi de déclarer cela à Bamako, devant un parterre de chefs africains. L’interprétation sera claire : la France accepte la polygamie. Certes le Président a ajouté qu’elle était illégale en France. Mais alors pourquoi avoir abordé le sujet ? Si elle était vraiment illégale, il n’y en aurait pas et il ne serait pas nécessaire de savoir son rôle dans les émeutes. Il suffit de réussir à faire entrer un homme dans notre pays et trois ou quatre femmes suivront avec les enfants…»
Pierre Laroche
La Rochelle (17)
Vœux
«Au seuil de cette nouvelle année, c’est à notre pays qu’il faut souhaiter prospérité, réussite économique et paix sociale pour 2006. Il mérite beaucoup mieux que les dénigrements systématiques. Ce pays plus que millénaire, que nos ancêtres ont aimé, nous avons le devoir de le préparer aux épreuves qui l’attendent. Si chaque Français, qu’il soit Gaulois ou immigré, pensait davantage à notre avenir commun au lieu de fixer son nombril ou de ressasser un passé révolu, peut-être pourrions-nous restaurer la confiance que nous avons perdue et cesser de regarder derrière nous. Nos enfants auront dans vingt ans le pays que nous aurons su leur préserver. Il nous appartient de ne pas les trahir.»
Jacques Guillemain
Versailles (78)
Incendies
«Le nouvel an civil aura débuté avec 400 voitures brûlées, sûrement beaucoup plus, car il faut maintenant cacher la vérité aux Français. L’année dernière, il y a eu 30 000 incendies criminels avec la dévastation de plusieurs centaines d’hectares de forêts, des entreprises anéanties, des écoles détruites, des dizaines de bus réduits en épaves, et même des personnes carbonisées. Le terrorisme peut s’exercer de deux manières, l’une spectaculaire par l’explosif, et l’autre larvée par le feu, comme le pratiquaient les nazis. Le résultat est bien là : la peur. Quand s’arrêtera donc cette spirale de la revendication violente alimentée par une extrême gauche politico-médiatique qui transforme les agresseurs en victimes de la société capitaliste ?»
J. Dinette
Strasbourg (67)
Démocratie
«Il est difficile de croire que la France puisse continuer longtemps sa course vers l’abîme. Le secteur productif du pays (les entreprises et surtout les PME) croule sous la dictature impitoyable et chaque jour grandissante des «improductifs» (fisc, fonctionnaires, syndicats, mais aussi banquiers, financiers, actionnaires…). La simple idée qu’un homme, aussi providentiel soit-il, puisse relever la France me paraît illusoire pour deux raisons : 1) Nous vivons dans une pseudo démocratie où les citoyens votent sans le moindre espoir de voir un jour se réaliser les beaux programmes de nos candidats ; 2) Nos élus sont par nature totalement dégagés de toute responsabilité personnelle en cas d’échec.
Dans ces conditions, à quoi bon voter ? Mon opinion est que l’état de la France exige d’abandonner l’idée d’élire un Président. Pour sortir la France de son ornière il faudrait un candidat au tempérament «fondamentalement suicidaire» ! Il lui faudrait prendre des mesures de sauvetage tellement drastiques et radicales qu’elles le rendraient inévitablement et définitivement impopulaire aux yeux de la majorité des Français qui ont intérêt à ce que le «système» perdure (mais il risque de s’effondrer avec les élections de 2007).
Il est temps de mettre en place un système politique où la conduite du pays serait confiée à une Assemblée de Sages, un aréopage de personnalités ayant fait leurs preuves dans leur domaine et dont la réussite professionnelle serait gage de leur désintérêt pour les prébendes. Là, l’espoir d’une France dynamique et enthousiasmante pourrait naître en chacun et elle serait alors un exemple pour les autres démocraties…»
Éric Mainardi
< emainardi@free.fr >

Courrier des lecteurs des 4 Vérités Hebdo

Un commentaire sur : Courrier du numéro 527

  1. sas

    22 janvier 2006

    Depuis 1789…le mot d’ordre est … L IRRESPONSABILITE…donc les conséquences de ces jours ,remonte à cet essemage… Dans l’ancien régime,les tyranies despotiques cessaient avec “la mort”des tortionnaires…(révoltution,coup d’etat,guerre…) aujourd’hui ,il va falloir réinventer une purge de cet accabit. sas le convaincu…

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)