Donner la parole au « peuple de droite »

Posté le juin 02, 2009, 12:00
8 mins

Après la publication du dernier article de Pierre Lance, certains lecteurs se sont inquiétés de savoir si les « 4 Vérités » allaient changer et si la censure allait y trouver droit de cité. Je voudrais les rassurer, en précisant ce qui fait l’originalité de notre journal.

Les « 4 Vérités » sont un journal de libre débat, sans exclusive, entre toutes les tendances de la droite française. C’est la marque de fabrique du journal ; il n’est pas question que cela change.

J’avoue volontiers que je suis un fieffé réactionnaire ; je ne l’ai jamais caché. Je ne crois d’ailleurs pas être tout seul parmi les lecteurs des « 4 Vérités ». Mais mes opinions ne m’ont jamais empêché d’écouter celles des autres. Et je ferai toujours tout ce qui sera en mon pouvoir pour que les opinions les plus éloignées des miennes puissent s’exprimer dans ces colonnes.

Il me semble que, dans cette discussion sur la « censure » qui guetterait les « 4 Vérités », il y a une confusion entre deux notions, tout à fait distinctes : la censure idéologique d’un article pour les thèses qu’il exprime et le choix entre plusieurs articles, plusieurs points de vue, plusieurs sujets…
Il est hors de question de pratiquer la première. Mais comment éviter de pratiquer le second ?

Je n’ai jamais empêché quiconque de défendre des thèses opposées aux miennes. En revanche, il est de ma responsabilité de respecter un certain équilibre entre les différentes sensibilités. Quand Pierre Lance écrivait trois ou quatre articles de polémique anti-catholique par an, cela me semblait ressortir à l’indispensable poil à gratter. Mais trois en un mois et demi, deux en quinze jours, cela change de nature. C’est une simple question d’équilibre…

La liberté a pour corollaire la responsabilité. Une liberté aussi vaste que possible dans le choix et le traitement des sujets entraîne aussi une responsabilité aussi étendue que possible.

En particulier, cette liberté devrait entraîner assez logiquement un certain respect pour les opinions des lecteurs, une certaine courtoisie dans le débat et une certaine rigueur dans l’information. C’est pourquoi j’avais refusé naguère un article de Pierre Lance sur les excommunications brésiliennes :
1) parce qu’il était factuellement erroné ;
2) parce qu’il contenait des insultes à l’encontre de Benoît XVI, dirigeant religieux respecté par la grande majorité de nos lecteurs – ce qui posait à la fois un problème du point de vue de la courtoisie des discussions et du point de vue du respect des lecteurs.

En tout cas, personne ne peut exiger dans ces colonnes de traitement de faveur. Car il y a une deuxième caractéristique fondamentale des « 4 Vérités », trop souvent oubliée : cet hebdomadaire est fait par ses lecteurs. Nous sommes en effet persuadés que la classe politico-médiatique n’est pas plus savante que le peuple et qu’il est impératif de laisser s’exprimer le « bon sens populaire ». C’est la raison pour laquelle nous laissons tant de place au courrier des lecteurs. Mais c’est aussi la raison pour laquelle tout le journal est écrit par ses lecteurs : les chroniques sont en effet des courriers de lecteurs plus longs que ceux des pages 4 et 5.

Nous recevons à la rédaction de quoi faire largement deux numéros par semaine. Cela implique de choisir entre différents courriers. Ce choix répond à plusieurs logiques : diversifier les signatures, diversifier les sujets évoqués, diversifier les points de vue des auteurs.

Ma responsabilité consiste à effectuer ces choix pour assurer un débat et permettre à toutes les tendances de la droite d’exprimer leur point de vue. Il saute aux yeux de tous les lecteurs que ce choix n’est pas fait sur des critères idéologiques. Ou alors ces critères manquent singulièrement de constance!
Puis-je ajouter que le Thieulloy, lecteur « réactionnaire » des « 4 Vérités » a plusieurs fois été « censuré » par le Thieulloy directeur du journal ? Car il est évident que, connaissant comme directeur les articles à paraître dans un numéro, j’ai plusieurs fois différé ou annulé la parution d’articles qui risquaient de déséquilibrer ce numéro.
Si Pierre Lance n’était pas tenu à « l’autocensure préalable » comme il dit, je le suis, moi. Et s’il n’y était pas tenu, si ni moi ni personne n’avait autorité sur ses écrits dans les « 4 Vérités », c’est tout simplement parce que la responsabilité du choix des articles m’incombait, comme elle incombait naguère à Alain Dumait.

En tout cas, il est absolument hors de question de changer un iota de la ligne éditoriale des « 4 Vérités ». Nous restons un journal destiné au débat entre toutes les droites et à l’expression de la « majorité silencieuse ».

4 réponses à l'article : Donner la parole au « peuple de droite »

  1. YannC

    5 juin 2009

    Salut.
    Pour l’idée que l’homme de la classe médiatico-politique n’a pas plus de compétence ou légitimité aujourd’hui .. que l’homme du "peuple" à donner de bonnes analyses et directives, je suis 100% d’accord avec vous.

    Ils se sont trompés. Ils ont tenu les manettes et se sont (très) souvent trompés.

    Aujourd’hui, on leur demande encore sans cesse leur avis, à eux, car la machine médiatique leur fait encore du crédit : elle leur dispense de la notoriété (clef indispensable à réélections, "ménages" lucratifs et mariages).

    C’est bien connu : "On ne prête qu’aux riches".

    Sur leur bonne mine, leur CV, leurs réseaux ? Cela ne compte pas. Seul compte leur serment implicite de vassalité.

    Sauf que voila : dans la famille des "Sauveurs", qui savent et qui détiennent invariablement la bonne solution, etc, eh bien ils sont aussi pauvres .. que tous les autres.

    Ils ne sont riches .. qu’à crédit !

    Les médias ne leur prêtent pas à tort. Un jour, ils leur demanderont le remboursement des crédits accordés, des dettes (en faisant voter des lois, entre amis). Ils se remboursent sur "l’héritage" que le gars va toucher plus tard. Ce calcul, c’est de la corruption par abus de bien public. Car l’héritage en question, c’est celui du labeur de nos ancêtres, c’est la France.

    Ce système, où les entreprises de médias, qui font ou entretiennent les notoriétés, sont liées à des intérêts (privés ou pas) dont la fortune est directement gouvernée depuis des lois ou des décrets ! Il est l’une des clefs du problème. Vous avez raison de comprendre que rien ne peut passer par eux, qu’il faut absolument rejeter tout chemin qui passerait près de chez eux. Bravo pour votre esprit d’indépendance constructif.

    Répondre
  2. L' Inedit

    4 juin 2009

    FAITES VOTRE CHOIX!

    D’ un côté des Démocraties perfectibles.
    De l’ autre, une organisation terroriste mondiale de mécréánts ivres de domination universelle.
    FAITES VOTRE CHOIX!

    Répondre
  3. Anonyme

    3 juin 2009

    Message du modérateur : les commentaires sur cet article seront validés prochainement, merci de patienter.

    Rappel : les insultes et attaques personnelles sont toujours à proscrire.

    Répondre
  4. Anonyme

    3 juin 2009

    Message du modérateur : les commentaires sur cet article seront validés prochainement, merci de patienter.

    Rappel : les insultes et attaques personnelles sont toujours à proscrire.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)