En 2012, Le Pen au deuxième tour ?

Posté le juillet 12, 2010, 12:00
6 mins

Martin Luther King avait un rêve : la présidence Obama, qui prend un tour cauchemardesque sur le plan financier, économique et même militaire ou diplomatique. Je fais une prévision pour l¹hexagonie, ou le Sarkostan, comme on voudra : le retour de Le Pen. Une élection présidentielle en 2012, à supposer que la présidence actuelle aille à son terme, avec un deuxième tour qui opposera le candidat du PS, du FMI et des banques mondiales, et un des membres de la famille Le Pen.

 

Il y a quatre ans, de passage en France, j¹avais été frappé par deux choses : la folie immobilière (et l’on nous dit que l’immobilier a repris 15% en six mois, dans un pays plus prolétarisé que jamais) et l’apparence cool et désabusée d’une population assoupie, métro sexuelle et nihiliste, désormais contrôlée chimiquement par les trusts de la pharmacie et le caquetage abrutissant des médias people.

Cerné, que dis-je, terrassé entre ces deux dystopies venues de l’univers orwellien et huxleyen, je tiens donc à souligner le paradoxe suivant : cette populace postmoderne, qui s¹accommode de l’équipe de football que l’on connaît, et se prépare à payer à payer 7 000 euros du mètre carré quand elle en gagne 1 400 nets par mois, cette populace, dis-je, ce parent pauvre du lumpenprolétariat marxiste, est capable de voter à hauteur de, mettons, 20 ou 30 % pour Marine Le Pen au premier tour de la prochaine présidentielle. Le président de la république actuelle sera éjecté comme Jospin et nous aurons donc un deuxième tour entre un candidat nationaliste postmoderne et sans doute DSK ou un hiérarque du PS, un de ces infatigables responsables de l’euro, de ses désastres, des déficits, de l¹explosion bureaucratique et du reste.

Et comme nous sommes dans la cité des automates du mythe hindou jadis évoqué par Guénon, nous pourrons voir alors des millions de jeunes circuler dans les rues et hurler contre le fascisme, hurler pour leur SMIC à 1 000 euros et leurs 7 000 euros du mètre carré, hurler pour Britney Spears et pour lady Gaga, puisque c¹est cela qui les motive. Il ne faut pas sous-estimer l¹éternelle servitude volontaire évoquée en son temps par ce bon et brillant élève Etienne de la Boétie (il avait seize ans, tiens, et on peut comparer la performance intellectuelle de son petit essai à celles de nos petits bacheliers).

Je crois tous nos idiots utiles capables de défiler dans la rue pour conspuer le « fachisme » et instaurer un gouvernement aussi riche d¹idées que ceux des quarante années précédentes.

Revenons à la prévision : les années 2000 ont été une chute à ciel ouvert dans le gouffre béant de la dette immonde, du crédit infini, de la sottise humaine la plus incroyable depuis la Tour de Babel (la mondialisation, c¹est la même chose, non ?) Les années 2010 s’annoncent par contre comme des années décisives. Je ne dis pas que ce seront des années où les gens prendront de bonnes décisions, comme de se révolter (et puis quoi encore ?), mais une décennie où les élites en place, et qui ne tiennent plus rien entre les mains, sauf les armes les plus folles, prendront la décision de nous liquider, au sens du déluge, pour rester dans la référence biblique.

Si elles ne le font pas à temps, toute l’arche coulera, et elles avec. On ne tiendra pas en effet jusqu’en 2100 avec cent mille milliards de dettes et six milliards de vieillards dont quatre en Asie (mais oui !). Il va y avoir tout de même quelque chose de marrant en 2012, année de la fin du monde, comme le savent tous les cinéphiles si subtils de notre époque ahurie : le retour d’un Le Pen au centre de l’actualité, au centre de ce mystère élyséen de l’exception française.

Gageons que la France éternelle, aussi digne de son histoire que de son équipe de football, saura quand même comment étouffer ce serpent qu’elle ne peut s’empêcher de réchauffer en son sein.

Article précédent

Vu sur le net

Article suivant

Vu sur le net

25 réponses à l'article : En 2012, Le Pen au deuxième tour ?

  1. domi

    04/08/2010

    Cet article est pas mal, bien écrit et avec des idées, ce qui est rare, mais vu la qualité de l’auteur, je suis étonnée qu’il n’est pas dépassé ce politiquement correcte qui fait croire que Le Pen est fasciste, que Sarko est libéral et que DSK ou autres représentants de ce parti déliquescent sont socialistes. Puisque l’on veut donner dans la neutralité journalistique, il serait bon de redonner aux mots leur sens et non le sens qui arrange la bien pensance actuelle et dire que les Le Pen sont plutôt des nationalistes que des fascistes, terme aujourd’hui employé pour disqualifier l’ennemi politique et ne reposant sur aucune des définitions historiques. Il serait bon aussi de voir réellement les comportements et non les discours des sarko, aubry, royal etc…et réaliser que l’autoritarisme dont on accuse les seuls Le Pen sont déjà le fait de toute cette clique, que le fait premier du fascisme est de se constituer une clientêle électorale par attribution de priviléges à certaines catégories de la population, les autres n’étant là que pour travailler et payer, ce qui revient à rétablir une forme d’esclavage. Il serait bon de souligner aussi que quand des candidats à la présidence sont prets à ruiner le pays par des promesses couteuses, uniquement par appât personnel du gain et du pouvoir, et non pour le bien de notre pays, que ces candidats ont déjà fait la preuve de leur corruption et de leur double langage, il vaut mieux se tourner vers autre chose, en partant du principe que de toute façon on n’a plus rien à perdre ayant déjà testé le reste et que cela ne peut pas être pire. L’Histoire nous à déjà montré que le rétablissement d’une nation passe parfois par des solutions peut être radicales et faisant des dégâts mais curatives. Or notre propension à penser plutôt en individus que en nation a fait que nous avons élu des gens -qui nous promettaient toujours plus de confort, -qui mettaient en place toujours plus « d’ ile de la tentation  » et autres abrutissements, -qui pour complaire aux bobos parisiens déconnectés ( c’est marrant aujourd’hui ces 3 mots sont indissociables) ont étendu cette idée de la France terre d’accueil pour en faire une France terre d’assistanat -et qui sans travail pour l’augmentation des ressources de notre pays, n’ont fait que l’endetter de maniére intolérable. Ces mêmes gens n’ont d’ailleurs pas l’idée de mettre à contribution nos créanciers qui se gavent depuis des années sur notre dos, n’ont pas l’idée ( et pour cause, ils se mettraient à dos leur clientêle) de fermer le robinet de cette immigration inutile pour notre économie et trés couteuse ( 36 milliards d’euros/an, difference rectte, depenses, investissements etc… lire le rapport des contribuables http://www.le-cout-de-la-politique-migratoire.fr/presentation/le-cout-de-l-immigration/ ) Dans ces conditions, face à un PS ou un sarko qui pourrissent la situation dans les banlieues en n’intervenant pas pour mettre en face en 2012 un Le Pen face à une alternative soit disant moins pire, ne tombons pas dans le panneau et collons leur le fameux « cauchemar » qui aura pour effet au moins de voir cette clique déguerpir au mieux ou faire des courbettes au pire, ce qui ne m’etonnerait pas.

    Répondre
  2. Anonyme

    21/07/2010

    C’est marrant, ça fait 3 ou 4 mois que je n’arrête pas de le dire à mes amis. Nous devrions normalement avoir un 2ème tour PS/FN, et donc un président socialiste.

    Une exception sur l’issue du duel pourrait provenir de la proportion d’électeurs de droite incapables de voter à gauche, contrairement aux socialistes qui en 2002 avaient appelé à voter Chirac. Beaucoup de ces électeurs ont certes accepté nombre de délires de l’UMP, mais de là à voter socialo…

    L’autres paramètre principal est le choix du candidat dans chacun de ces deux camps…

    Une petite question en passant, une femme aurait-elle vraiment une chance d’être élue Président de la République Française ?

    Répondre
  3. Pit01

    14/07/2010

     

    C’est un lieu commun de rappeler que l’agressivité des expressions est toujours proportionnelle à la crainte engendrée par la méconnaissance d’un sujet. On en revient alors à répéter voire à réciter ce que disent les « gens qui savent » sans l’avoir mastiqué ni, a fortiori, l’avoir digéré…

    L’idée est simple : le politiquement correct énonce que le Front National est dangereux et les personnes qui sympathisent avec le FN des fachos. Donc, on le récite, comme dans un lieu de culte où il ne s’agit pas de vérifier mais de croire. S’agissant de politique, ce sont des hommes et des femmes qui sont en cause et ils se jugent sur les faits et les résultats.

    Avez-vous remarqué tout ce qui peut se dire, surtout entre deux tours d’élection et avez-vous comparé avec les décisions et les actions conduites par celui ou celle qui a remporté l’élection ? Etonnant, non ?

    Premier constat : une erreur, une contre vérité ou un mensonge, même énoncé avec style dans un vocabulaire choisi, sur le ton de circonstance, bien travaillé lors des medias trainings*, n’en fait pas une vérité…

    [* pour ceux qui ne sauraient pas, les medias trainings sont des entrainements spécifiques assurés par des professionnels de la communication et notamment des journalistes qui préparent à une interview : ce qu’il faut dire et comment le dire, ce qu’il ne faut pas dire, comment se tenir, comment s’habiller… Tout ce qui est important pour paraître naturel et sincère afin de convaincre !]

    Tous les gouvernements qui se sont succédés ont démontré leur incapacité à renverser la tendance : on a eu la droite, la gauche, un président de droite avec un gouvernement de gauche, un président de gauche avec un gouvernement de droite, actuellement un président qui intègre dans le gouvernement (alors que ce devrait être le rôle du premier ministre, chef du gouvernement) des hommes et des femmes de droite, de gauche, issus de la diversité (comme on aime à le dire maintenant) et même un ministre qui revendique avoir fait du tourisme sexuel…

    Deuxième constat : le président a encore éprouvé le besoin de venir s’exprimer pour expliquer aux français, compte tenu de leurs réactions, qu’ils n’ont rien compris, qu’il a un cap, qu’il fait ce pourquoi il a été élu (sic) et qu’il n’a pas eu de chance en se heurtant aux crises successives… Dormez, braves gens, ne craignez rien, il va bien se passer ce qu’il a dit : ça va être de plus en plus dur !

    Pendant ce temps, les entreprises délocalisent pour assurer leur production dans les pays qui n’assurent aucune protection de leurs travailleurs et le nombre de chômeurs augmente en France comme l’immigration qui ruine le pays et fait s’effondrer notre système de protection sociale, les produits qu’on consomme proviennent de plus en plus de l’étranger sans barrière douanière et le nombre de zones de non droit est en croissance permanente : le président lui-même (qui devait faire un nettoyage au karcher) a eu droit à un « va te faire enc… ici, tu es chez moi » lors de sa dernière visite surprise dans une cité. Arrêté, « le jeune » a été condamné à quelques jours de travail d’intérêt général !

    Troisième constat : les faits montrent que les français n’ont plus confiance, que ce soit le peuple qui parle de corruption ou les entreprises qui fuient la France.

    Comme il s’agit d’un forum, j’arrête ici la mise en place du contexte par cette ébauche : des pages et des pages de faits illustrant la situation dramatique dans laquelle nous nous trouvons, en contradiction totale avec les promesses faites jusque là, seraient nécessaires.

    Que propose Marine Le Pen ?

    Sur l’immigration : fermer les frontières, faire un moratoire sur l’immigration, mettre en place une politique d’immigration dissuasive, modifier le code de la nationalité (suppression du droit du sol), déchéance de la nationalité française pour ceux qui ne respectent pas nos lois…

    Sur le développement de l’islam : financement exclusif des mosquées par les fidèles de France. Pas d’argent publique, pas de financement de l’étranger. Interdiction de toute revendication religieuse ou communautariste dans l’école publique.

    Sur le patriotisme économique : instauration d’une taxe aux frontières pour rétablir l’équité des échanges et des systèmes sociaux et pour financer les retraites ; lutte contre la fraude sociale.

    Sur le financement de l’état : maîtrise de notre monnaie en mettant en place une « déprivatisation » de l’argent public et rétablissant la Banque de France dans sa capacité de financer l’État pour ne plus avoir recours aux emprunts auprès des marchés financiers internationaux qui nous ruinent.

    Sur le comportement des « banksters » : dissuasion de la spéculation par l’impôt ; placer dans des actions, oui, mais pour permettre aux entreprises d’investir, par un impôt sur les plus-values dégressif avec le temps de possession des actions.

    Sur les violences de banlieues : réforme du système carcéral, recalage des peines à la hauteur des méfaits commis (priorité à la victime), référendum sur la peine de mort, présomption de légitime défense pour la police et attribution de moyens pour remplir leur mission et en finir avec les caïds.

    … et bien d’autres points encore, mais ce forum n’est pas fait pour expliquer les programmes des partis politiques : ce n’est qu’un éclairage pour passer de la caricature à un début de réflexion.

    Pour finir, rappelons que nous prétendons vivre en démocratie où le pouvoir est exercé par les représentants du peuple…

    Que dire d’une république qui trafique sa carte électorale pour exclure a priori du débat un pourcentage important du peuple et admettre un autre pourcentage plus faible ? Par exemple le Front National vs Parti Communiste. Sommes-nous dans une République démocratique ?

    Répondre
  4. Jaures

    14/07/2010

    Kototenta, pour comprendre relisez les précédents articles de Bonnal.

    Répondre
  5. R. Ed.

    14/07/2010

    Petite correction à mon post précédent :

    Un Belge, entre autre, ne peut pas obtenir la nationalité marocaine, à moins et je n’en suis pas certain d’être converti à l’islam.

    Les Marocains en occupation en Occident qui donnent " des prénoms non musulman " à leurs enfants "n’obtiennent plus de passeports marocains pour leur rejetons.

    A ce qu’il paraît que c’est pour faciliter l’intégration…

    Répondre
  6. mag

    13/07/2010

    Qui serait cet homme ? c’est cela le hic!il y avait Philippe De Villiers qui aurait pu changer beaucoup de choses si certains se rappelle sa campagne , ( je ne m’adresse pas à ceux qui le critiquent et ne le connaissent pas )!Beaucoup se sont bien moqué de lui avec les merdias , mais tout ce qu’il disait est arrivé ou est à venir ! Aussi je dis  » bienfait pour vos gueules à ceux qui se plaignent aujourd’hui « ! @ FLORIN ,vous avez raison , et aussi comme le préconisait justement Philippe De Villiers , investire toutes les citées de non droit avec l’armée ,supprimer de suite les organisations musulmanes genre UOIF etc…Il n’y a pas à avoir dans notre pays un Etat dans l’Etat disait-il ! voila quelques mesures couillues entre autres qu’il aurait prises ! mais voila ….

    Répondre
  7. kototenta

    13/07/2010

    Jaures

    Votre Woody Allen est bien le type qui engrossa sa fille adoptive, Rhomer et le genou de Claire, bon pour le cinma de minuit et les adeptes de la masturbation intellectuelle.

    Que vient faire Sénèque, une erreur de casting!

    Répondre
  8. Jaures

    13/07/2010

    "TOUT VA MAL DANS CE PAYS OU IL FAISAIT SI BON VIVRE DANS LES ANNEES 60" dit Charrat.

    Tout d’abord, il est probable que Charrat n’est pas une femme. Sinon, il se souviendrait qu’avant 1965, les femmes ne pouvaient gérer leurs biens, exercer une profession ou ouvrir un compte en banque sans l’accord de son mari.
    Tous les enseignements ne leurs étaient pas ouverts.
    Elles n’ont eu accès à la contraception qu’en 1967, remboursée en 1974.
    Elles n’étaient pas l’égal de l’homme en droit parental.
    Il était légal, à travail égal, de moins payer une femme.
    Certaines professions leur étaient interdites.
    etc,…

    De plus, on partait en retraite à 65 ans pour une espérance de vie de 67,5 ans.
    Les enfants d’ouvriers et de paysans n’accédaient pas au lycée, encore moins à l’enseignement supérieur.
    Le service militaire était obligatoire et durait 18 mois.
    On travaillait 4h de plus par semaine.
    etc…

    Il faisait bon vivre en 1960, à condition de ne pas être jeune, femme, paysan, ouvrier, malade,…

    Et quand vous dîtes "7 Français", est-ce une évaluation administrative ou "au jugé" ?

    Répondre
  9. Anonyme

    13/07/2010

    *** L’opinion du plus réactionnaire des évêques du XIXème siècle *** J’aime les dinosaures de la théologie catholique.J’ai parlé du cardinal Pie. * La situation française en 2010 * Avec la tyrannie et l’instabilité, le manque total de grands hommes, ce que Mgr Pie appelle «la décadence et la nullité des hommes»,châtiment suprême des sociétés qui ont rejeté le Christ Roi. Châtiment suprême, puisque ces sociétés n’ont plus d’hommes qui puissent les délivrer de la tyrannie et les guérir de la fièvre des révolutions. Il n’y a pas d’hommes. «Malgré leurs vains efforts pour se hausser et se grandir, nous dit l’évêque de Poitiers, les hommes continuent à descendre et chacun des sauveurs qui apparaît à l’horizon ne tarde pas à tomber au-dessous de celui qui l’a précédé ; c’est comme une compétition et une rivalité d’impuissance». «Les principes manquant, explique-t-il, la disette d’hommes est devenue si grande dans le camp de l’ordre qu’on ne voit surgir en ce temps ni chef politique, ni chef militaire, ni prince, ni prophète qui nous fasse trouver le salut.» «Je le crois bien, continue Mgr Pie, il n’y a pas d’hommes là où il n’y a pas de caractères, il n’y a pas de caractères où il n’y a pas de principes, de doctrines, d’affirmations ; il n’y a pas d’affirmations, de doctrines, de principes, où il n’y a pas de foi religieuse et par conséquent de foi sociale.» «Jamais, écrit-il encore, le monde n’a été livré aux chances du hasard et de l’imprévu autant qu’il l’est à cette heure. Tout ce qu’il y a de solide dans la raison et dans la tradition naturelle, achève de s’évanouir avec les notions de la foi. Les plus grandes et les plus urgentes questions européennes demeurent sans solution. Avec la fixité des principes, a disparu toute fixité de vues ; les difficultés s’aggravent par les efforts qu’on fait pour les aplanir, comme ces nœuds qui se serrent davantage sous la main qui cherche à les dénouer, comme ces écheveaux qui se mêlent et deviennent inextricables après le travail qui tendait à les débrouiller.» Combien le grand évêque insiste sur ce point ! Avec quelle douleur, il constate que nos grands hommes, nos prétendus restaurateurs ne sont que des nains. «Comment, s’écrie-t-il, seraient-ils des guides sûrs quant aux questions pratiques de second ordre, ceux pour qui la question première et capitale n’existe pas encore ? Gens avisés qui pensent à tout, hormis Dieu ; obliti sunt Deum, et qui, ne semblant pas soupçonner le vice radical de nos institutions, sont toujours prêts à recommencer les mêmes expériences, qu’attendent les mêmes châtiments divins. N’apprendront-ils donc point, à l’école de l’histoire et du malheur, ce qu’ils ne veulent pas entendre de notre bouche, à savoir qu’on ne se moque pas de Dieu : Nolite errare, Deus non irridetur ? Or, c’est se moquer de l’Être nécessaire que de se poser socialement en dehors de Lui. Depuis l’Incarnation du Fils de Dieu, le gouvernement de l’ordre moral ne peut être que le gouvernement de l’ordre chrétien. Aussi longtemps que les droits de Dieu ou de Son Christ seront méconnus, passés sous silence, la confusion régnera par rapport à tous les droits secondaires, et cette confusion propice aux complots du despotisme et de l’anarchie reconduira une fois de plus aux alternatives de la servitude et de la terreur.» Or, dans cette disette de grands hommes ainsi constatée, le Cardinal Pie refuse absolument ce nom à ceux que prétend lui opposer le parti libéral et conservateur. D’un mot il dénonce leur incapacité. «Ils reculent, dit-il, devant la logique du bien»… «à l’heure où il serait si essentiel que les bons fussent pleinement bons, voici que, contrairement à la recommandation de l’Apôtre, il s’est établi une société de la lumière et des ténèbres, une convention du Christ avec Bélial, un pacte du fidèle avec l’infidèle, un accord du temple de Dieu avec les idoles, et quand l’Église nous crie avec le même apôtre : «Sortez de ce milieu, séparez-vous-en, ne touchez pas à cet ordre immonde d’idées et de choses et moi je vous reprendrai sous ma protection et vous replacerai sur mon sein paternel ; voici que c’est le christianisme du siècle qui veut éclairer l’Église enseignante et en particulier lui apprendre dans quelle mesure le droit de maudire et de blasphémer est un droit désormais acquis aux hommes, un droit qui doit être reconnu, proclamé, protégé, organisé au sein des sociétés humaines.» En d’autres termes, ceux qui veulent nous sauver sont presque tous atteints de cette maladie du libéralisme. Ce sont eux aussi des malades et comme le dit Mgr Pie : «malades désespérés qui invoquent à grands cris le médecin, mais à la condition de lui dicter ses ordonnances et de n’accepter pour régime curatif que celui-là même qui les a réduits à la dernière extrémité. Naufragés qui se noient, et qui appellent le sauveteur, mais résolus à repousser la main qu’il leur offre, tant qu’il n’aura pas à repousser lui-même à son cou la pierre qui les a fait descendre et qui les retient au fond de l’abîme.» Tyrannie des gouvernements, instabilité des pouvoirs, nullité des hommes, voilà le triple mal qui découle de l’abandon du droit chrétien. Cardinal Pie, fils d’ouvrier et serviteur de Dieu. J’aime cette théologie politique rejetée par le plus grand nombre, jusqu’à l’apocalypse finale ou la contre révolution. Bonheur de déplaire aux impies, crainte de déplaire à Dieu. Troubadour

    Répondre
  10. Anonyme

    13/07/2010

    La bête blonde Teuton : "A regarder absolument !! http://www.youtube.com/watch#!v=kHDTj25jdzM&feature=related
    –    A part la chanson sympa qui ne sera sans doute pas suffisante pour éjecter les étrangers de France, tout le monde a remarqué que, dans les propos spécifiques et pas vraiment impressionnants des "Morsay" and cie, le mot Islam n’a jamais été employé, pas une seule fois. C’est clair comme ca?
    A part ca, j’aime bien l’intervention du Corse a 5’10. Un copain de Watson, assurement.

    Best,

    Macney

    Répondre
  11. Florin

    13/07/2010

    Le Pen, ou tout(e) autre, SEUL(E), ne fera rien !

    Faut lui donner une majorité (des deux tiers) à l’Assemblée et au Sénat, changer la Constitution, abroger un paquet de lois pourries, mettre en cabane quelques poissons pourris, FAIRE LE MENAGE !!!!

    Moratoire des naturalisations sur dix ans. Moratoire des visas de dix ans. Changements de procédures d’entrée dans le pays.

    Rétablir immédiatement la double peine.

    Doublement du nombre des places en prison sur quatre ans.

    Triplement du budget de la justice.

    Election directe des juges et commissaires principaux, comme aux USA.

    Refuser toute aide sociale, allocs et autres confiseries aux familles polygames.

    Retirer la nationalité française à toute personne (se trouvant "par hasard" en possession de papelards français) condamnée à plus de 5 ans de taule (ou ayant récidivé deux fois, sans distinction de gravité des actes).

    PUBLICITE des votes de "nos" députés à l’ASSemblée : faut savoir à tout moment ce que font nos élus. En temps réel. Internet est fait AUSSI pour ça.

    Publicité des comptes locaux : (je serais bien curieux de savoir, sou par sou, comment dépense-t-on 33 MILLIARDS par an à Paris intramuros).

    Liberté du commerce – mais plafonnement des marges brutes.

    PUBLICITé obligatoire des comptes individuels & groupe des grandes surfaces.

    Répondre
  12. Magny

    13/07/2010

    Nous sommes tellement décadents que nous ne sommes même plus capable de nous rendre compte de la gravité de notre décadence .

    Plus qu’à attendre les invasions barbares .

    Répondre
  13. jdes74

    13/07/2010

    ET POURQUOI PAS QUELQU’UN D’AUTRE QUE LA FAMILLE LE PEN???? POURQUOI PAS UN PERSONNAGE PROVIDENTIEL QUI VIENDRAIT EXPLIQUER AUX FRANCAIS LEUR SITUATION DESASTREUSE ET LES REVEILLER AVANT QUE LA FRANCE NE DEVIENNE UNE REPUBLIQUE ISLAMIQUE?? MAIS QUI??? VOILA LA QUESTION…..

    Répondre
  14. R. Ed.

    13/07/2010

    @ charrat…

    Il faut quand-même un peu nuancer… Parmi les sept Français, il y a peut-être un Belge ou un Suisse.

    Un "vrai" Belge et un "vrai" Suisse, car dans ces deux cas, la double nationalité n’existe pas.

    Un Marocain naturalisé peut être Marocain ET Belge, mais un Belge ne peut pas être Belge ET Marocain, si il opte pour une autre nationalité, il perd d’office la belge.

    C’est à cela, entre-autre, que l’on reconnait un Belge de souche, et au fait qu’il parle au moins une langue nationale.

    Quant aux profs, soit ce sont des gauchistes pur porc, soit ce n’est pas de courage qu’ils font preuve mais d’abnégation.

    Répondre
  15. 13/07/2010

    VIVEVEMENT QUE L’UN DE LA FAMILLE LE PEN ARRIVE AU GOUVEREMENT TOUT VA MAL DANS CE PAYS OU IL FAISAIT SI BON VIVRE DANS LES ANNEES 60 .A PR0POS DES MAGREBINS JUSTE UNE REMARQUE MA PETITE  FILLE VA DANS UN COLLEGE DANS SA CLASSE SUR 25 ELEVES IL Y A 7 FRANCAIS !..il FAUT ENTENDRE LE VOCABULAIIRE DE CES JEUNES!…..SANS COMMENTAIRES ET CHAPEAU AINSI QUE BON COURAGE POUR LES PROFS!….

    Répondre
  16. grepon

    13/07/2010

    MLK voulait, au contraire, qu’on juge les gens par les contenus de leur "character" (leur virtus a peu pres) et non pas par la couleur de leur peau.

    Barack Obama croit dur comme fer que "identity politics" doit primer…c.a.d. la couleur de la peau, le sexe, le "gender", la preference sexuelle, l’origine nationale, l’ethnicite, l’age, et tout un tas d’autre parametre n’ayant strictmenent rien a voir avec le contenu du "character" de chacun.    C’est la facon Democrat de mettre en relief les differences construites autour de details et apparances, pour mieux diviser, gagnant piece par piece, avec cadeaux et punitions et belle paroles, la vote de minorites ainsi definis.    BHO en est un produit de ce racisme primaire de gauche, qui n’accepte pas que le meme niveau soit demande aux minorites proteges, que aux membres de groupes dominants designes.   Il est, en outre que le premier president anti-amercain des Etats-Unis, le premier arrive au pouvoir par la discrimination dite positive.    Voyons, la presse a ridiculiser le gouverneur d’Alaska pour son peu  d’experience executive, en tant que candidat a la vice presidence des Etats-Unis, sans piper mot sur la totale manque d’experience executif, d’aucune sorte, chez BHO.   Il etait incritiquable dans les medias, et meme par les autres candidats Democrats, du fait de sa race.    Arrive au pouvoir, a la suite de son installation, il pousse le "identity politics a chaque opportunite, dans chacun des ses innombrables et incessantes addresses, et meme dans sa politique dans le Department of Justice, qui laisse passer violations de la fameuse "Voting Rights Act" des que le violeur soit noir et radicale.   Cet homme est une maladie.

    Répondre
  17. HOMERE

    12/07/2010

    Apocalyptiquement Bonnal !….le cauchemard est en place reste les acteurs….Dupont T et Dupond D , Bonnal blanc et Blanc Bonnal…..mais qui nous sauvera de nos stigmates créditonesques ? DSK ? Narine Le Pen ? ou bien Goal Nicht ? Moi je pari pour Sarko si !  le fascisme ne passera pas entre les mailles du filet qui se resserre autour des cous tordus…..Le Pen est un détail de l’histoire comme son parcours politique est une histoire de détail….. toujours besoin des autres pour exister….! Le Pen le retour ? oui ….d’âge !

    Répondre
  18. Paul

    12/07/2010

    J’y ai souvent songé : une Marine Le Pen, assez jeune pour tenir 20 ans à la tête de son parti, venant mettre un coup de pied dans la fourmillliaire. Des journalistes dépités au "20 heures", des guignols organisant une manif contre les 20% du FN, lequel ferait 25% au second tour en réponse… Une bonne dose de rigolade.

    Quant à savoir si l’élu final serait DSK, Aubry ou Sarkozy, ça n’a aucun intérêt. Dans tous les cas, c’est nous qui paierons pour leurs conneries sotises. Si un candidat voulait vraiment s’occuper de son peuple, ça se saurait !

    Répondre
  19. Don Quichotte

    12/07/2010

    Monsieur, Je viens de vous découvrir, que je ne possède pas votre rhétorique, ni votre culture et après avoir lu certains de vos articles (Obama, Islam, Zemmour, Le Pen..) je suis attristé de voir que je partage vos idées. D’un côté c’est triste déconcertant de l’autre me voilà moins seul dans cet univers de gogo, bonimenteur, incompétent, vaniteux, qui est le leiu de la voix du plus fort. C’est à vous en dégouter de la démocrassie et des masses merdias. Merci d’exister.

    Répondre
  20. IOSA

    12/07/2010

    Choisir la Droite ou la Gauche c’est comme se faire harakiri avec un manche à balai…alors autant choisir l’option la moins désastreuse et qui malheureusement pour certains aveugles bornés, présente elle au moins un petit espoir pour la France.

    La Gauche et la Droite ont elles peur du groupe Lepeniste ? Ben! fallait pas taper dans la caisse et s’ engraisser comme des porcelets, maintenant c’est presque l’heure de l’addition pour eux !!!

    Ne vous en faites pas, vous n’en mourrez pas…..la preuve, nous après des années de galère, on est encore vivant !

    IOSA

     

    Répondre
  21. SAS

    12/07/2010

    NE vous leurrez pas…..si par le plus grand hasard et combat LEPEN PERE OU FILLE ARRIVAIENT ENFIN AUX AFFAIRES EN FRANCE……

    ….ce dont je doute avec nos horde de pseudos democrates de mes burnes qui préfèreront le chao , au respect des votes…..

    RAPPELEZ VOUS QUE LES 1 ER A VENNIR TEMBOURINER A LA PORTE DE LA RIPOUBLIK SERONT LES CREANCIERS DE LA FRANCE POUR 3 MILLES MILLIARDS D EUROS (3 000 000 000 000 )……CAR C4EST LE MONTANT DE LA DETTE

    …..elle nous era exigée rubis sur l ongle…..et en cas de non paiement ca pourrait finir comme pour la SERBIE…..frappes onusienne concertées et en bandes maffieuses.

     

    c’est certain

    SAS

    Répondre
  22. Jaures

    12/07/2010

    Voir une lueur d’espoir dans un (ou une ) Le Pen qui personnifie le populisme le plus niais, l’intolérance la plus vile et l’inculture la plus crasse laisse pantois.

    Faut-il qu’un intellectuel se soit à ce point abandonné à l’aigreur pour en arriver là.

    Retournez à Woody Allen, à Eric Rohmer et à Sénèque: c’est d’eux qu’il faut que vous continuiez à parler.
    Pas de Le Pen.

    Répondre
  23. La bête blonde Teuton

    12/07/2010

    Le Pen / Bayrou serait sans doute un scénario envisageable. Bayrou serait élu dans ce cas, même s’il est, selon certains dires, un " Le Pen light " et un " populiste ".

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)