Espoirs d’hier et réalités d’aujourd’hui

Posté le 09 avril , 2008, 12:00
9 mins

À l’exception d’une minorité de conformistes pour qui critiquer le pouvoir est une impolitesse, les Français dans leur ensemble, me semble-t-il, en ont assez d’être bernés par les pouvoirs publics, y compris au plus haut niveau de l’État. Les Français ne sont pas tous des imbéciles.

Voilà des mois que la voix officielle nous serine que la dette va vers son extinction et qu’enfin, réformes faites en profondeur, on va devenir sérieux.

En réalité, qu’a-t-on fait ? Rien. Sinon quelques réformettes
tellement complexes que seuls les experts peuvent les comprendre. Malgré la volonté quotidienne de pratiquer la méthode Coué, on ne peut pas toujours masquer la réalité. La réalité dévoilée aujourd’hui, c’est une dette qui augmente, un déficit qui se creuse et une administration gigantesque et tentaculaire qui, toujours, dépense plus. La dette – 1 209,5 milliards d’euros, plus les provisions pour pension – est à 64,7 % du PIB. Pour l’éteindre d’un coup, chaque Français, nourrissons et vieillards inclus devraient verser au Trésor quelque 25 000 euros, soit pour une famille de cinq personnes, 125 000 euros !

Les dépenses des collectivités territoriales (communes, départements et régions) ont continué de croître de 6,9 % en 2007 pour atteindre 210 milliards d’euros. La mairie de Paris « montre l’exemple » avec 44 777 fonctionnaires plus 10 000 contractuels, la CGT communiste étant le syndicat majoritaire. En six ans, la masse des salaires des personnels de la capitale a grimpé de 23,1 % et en termes d’effectifs, a bondi de 14,9 %, plus les subventions aux associations distribuées à tout va, par exemple, 560 000 euros pour les associations de gays et lesbiennes…

S’agissant de l’État lui-même, on nous avait promis que le nombre des fonctionnaires diminuerait de 41 000 en 2008. On n’en est plus qu’à 22 700 et on finira, peut-être, par arriver à zéro.

Mais l’on n’aura rien dit, si l’on ne parle pas de l’immigration. L’immigration subie, sinon de facto encouragée, depuis des décennies coûte à la France 36,4 milliards d’euros par an, soit les 4/5e du déficit du budget de l’État en 2008 (cf. « Le Cri du Contribuable » n° 45  : Ce que coûte vraiment l’immigration : ).
On se reportera sur ce chapitre à la très sérieuse étude publiée par « Contribuables Associés » sous la signature du professeur Jean-Paul Gourévitch. On pourrait écrire des livres sur ce sujet financièrement dévastateur qui, de surcroît, compromet gravement l’identité de la France. Je me bornerai à citer le cas de l’imam, Abdelkader Bouziane, 2 femmes, 16 enfants : 8 950 euros mensuel d’allocations. Avec 40 000 foyers polygames africains en France, alors que la polygamie est interdite par la loi, il est facile de faire la multiplication.
Je rappelle que, selon le professeur Jacques Dupâquier, 8 millions d’immigrés vivent en France, plus les clandestins, quelque 500 000, soit 14 % de la population et il en arrive tous les jours de nouveaux.

Mais il n’y a pas que l’État qui soit endetté. Les Français le sont aussi. Fin 2007, 52 % des ménages, près de 14 millions de foyers, étaient endettés pour un montant total représentant 63,7 % de leur revenu disponible. 5,1 % de la population est considérée comme constituant des « ménages fragiles » à tel point qu’un sur deux a déposé un dossier en Commission de surendettement dans l’espoir que le contribuable remboursera ! C’est que le niveau de vie en France est faible. La moyenne nationale des salaires est de 1 550 euros net et on nous raconte que la France est un pays riche. C’est le Liechtenstein qui est riche, pas la France.

La très importante ministre de l’Économie et des Finances et ses secrétaires d’État nous affirmaient, il y a peu, avec le sourire du plus bel optimisme, que la croissance en 2009 serait de 2,5 % et tous nos hauts fonctionnaires de bâtir un budget sur cette hypothèse. Las ! On est obligé d’admettre aujourd’hui que la croissance sera de 1,5 % contre 3 % de croissance mondiale.

Tout est à refaire. Alors où est la solution ? Elle est simple : augmenter les impôts. M. Sapin, qui connaît bien ses dossiers, ancien ministre des Finances, secrétaire national du PS à l’économie et à la fiscalité, juge inéluctable une augmentation des prélèvements obligatoires.
La France, percluse de dettes, à l’économie en berne – on achète beaucoup plus que l’on vend –, va prendre la tête de l’Europe à partir du 1er juillet alors que Bruxelles dénonce Paris comme étant le plus mauvais élève de l’UE avec un déficit public en 2007 le plus élevé de la zone euro.

Voici les perspectives immédiates. Pour le long terme, il faut savoir qu’en 2050, la première religion en France sera l’islam et la charia. La majorité de la population vivant dans l’hexagone sera sur le point d’être afro-maghrébine. 2050, à l’échelle de l’histoire, c’est demain.
Pour nous rassurer, nous avons les discours du chef de l’État, quelque 500 par an au rythme actuel ! Nous sommes comblés !

Christian Lambert
Ancien Ambassadeur

Partager cet article sur Facebook

Recommander cet article sur les sites de syndication d’information :

9 Commentaires sur : Espoirs d’hier et réalités d’aujourd’hui

  1. plouz

    27 octobre 2008

    Quand je commence à lire votre article et que , au bout de quelques liens je tombe sur http://www.lecri.fr/L-immigration-coute-a-la-France-810.html :

    "Chaque année, l’immigration coûte donc aux pouvoirs publics 26,19 + 10,808 – 0,593 = 36,4 milliards d’euros, soit les 4/5e du déficit du budget de l’État en 2008 (près de 42 milliards d’euros). La facture en sera adressée aux contribuables."

     

    Je dois avouer que je me contente de lire la suite en diagonale…et ça suffit à me faire sourire !

    (Remarquez que pour une personne intelligente lire en diagonale suffit à comprendre le texte…)

    Bref j’aurais juste aimé qu’au beau calcul sur le cout de l’immigration soit accolée une mention concernant l’apport de celle ci à un certain nombre d’entreprises françaises, par ex le BTP , la restauration, ou la main d’oeuvre à bas cout  est bien utile.

    Peut être que si toutes ces boites acceptaient de jouer le jeu du libéralisme et de payer leurs employés en rapport avec le prix sur le marché du travail plutot qu’avoir recours au travail illégal moins cher, alors l’immigration ne serait pas ce qu’elle est, les salaires seraient + elevés…

    Mais de toute façon , en dehors de cet angle de vue, il ressort de votre point de vue que vous avez peur de l’immigration, vous écrivez "la France" mais pensez "les français de souche" , bref ce discours ressemble a ce qu’il a toujours été, il y a des decennies on crachait sur les polonais, italiens espagnols, protugais qui bouffent le pain des français, maintenant ce sont d’autres, mais malgré tout la France va évoluer, et demain , même si la France n’est plus blanche il faut esperer qu’elle soit toujours debout, et pour ça elle a besoin de l’immigration puisqu’elle ne procréé pas !

    J’ai lu un commentaire sur les alloc’ pour ceux qui ont 16 enfants…ben faites les les 16 gamins si vous jalousez les alloc’, bande de bites molles !!! Mais autour de moi je vois plus de pleureuses qui se lamentent parce que c’est pas facile de faire des enfants, on ne peut plus partir en vacances à l’autre bout de monde, et faut faire des sacrifices pour les elever et pis on n’a pas confiance , on ne sait pas de quoi sera fait le futur…bon , pas besoin de chercher plus loin , quand on n’est même pas capable de faire des enfants tellement on a peur de l’avenir , on ne va pas chialler parce qu’on perd du terrain dans la course mondiale blablabla….

    Sur ce , j’ai du boulot, je retourne bosser !

    Répondre
  2. Aregundis

    14 avril 2008
    L’histoire de cette famille prolifique a consterné tout le monde, à gauche comme droite. A gauche, parce qu’on a beau aimer les Arabes, trop c’est trop ; à droite on regardait ailleurs par peur de mécontenter les bons samaritains et de se voir – vieille rengaine – accusée de racisme. C’est moins les opinions extrémistes du bonhomme qui ont indigné l’opinion et lui ont valu – après maintes péripéties – d’être expulsé, que la révélation de son incroyable smala. Quelle peut bien être la vie d’une femme engrossée en permanence dans un enfer de hurlements, de disputes, de pleurs, d’odeurs de bouffe orientale et de musique berbère ? De mes années africaines, j’ai vu bien des scènes de ce genre. Au moins, en brousse, il y de la place dehors. On va dire que j’exagère, parler de racisme, mais c’est plus fort que moi ; la situation évoque irrésistiblement le comportement du mâle dominant dans une troupe de babouins. Chacune à son tour : poum-poum-poum. Suivante ! Les Arabes ont renoncé à nous vaincre par les armes. Pour nous envahir, ils ont un autre moyen, moins bruyant, d’un emploi naturellement plus discret, mais aussi bien plus efficace sur le long terme. « Ce que le renard traîne », comme disait ma mère, avec décence. Requiescat in pace.
    Je laisse l’anecdote pour le fond. Bien sûr Christian Lambert est fondé à s’insurger. Le titre de son article (l’espoir, par définition, s’applique à l’avenir plutôt qu’au passé), est aussi symptomatique des maux bien connus qu’il dénonce que de l’impuissance générale à y remédier.  Est-ce que les Français sont lâches ? Des veaux, disait De Gaulle. Mais les « veaux » ne sont ni sourds, ni aveugles. Et ils sont très bien informés. C’est ce qui les rend responsables. Le gouvernement marche sur une corde raide. Sa marge de manœuvre est quasiment nulle. Et, manque de pot, la droite doit assumer les conséquences imprévues de la décroissance mondiale, de la hausse du cours du baril, l’envol du cours des matières premières. Les subprimes, la spéculation financière, ont rendu le système bancaire européen frileux. Cela fait beaucoup. Trop. Les socialistes doivent remercier le ciel de ne pas être au pouvoir par les temps qui courent !
    Reconnaissons aussi que Sarko s’est montré bien léger en promettant d’améliorer le pouvoir d’achat ! Une vraie sottise qui n’a pas plus de sens que celle de Jospin de supprimer les clodos. Et de réduire la dette en cinq ans ! Dans un marché désormais mondialisé, aucun chef d’État n’est en mesure de promettre quoi que ce soit en matière économique. Et toute mesure jugée protectionniste se heurterait au veto européen et non-conforme à la charte de l’OMC et au FMI. Hé oui, rien n’est simple. Et comme si cela ne suffisait pas, on a laissé des braillards injurier la Chine, notre principal débouché en technologie nucléaire, en transports terrestres et aériens. Et tout ça pour quoi ? Au profit du dalaï-lama, un personnage folklorique dont personne, au fond, ne se soucie !  
    Le pays paie très cher de s’être laissé piéger sans réagir dans l’utopie antilibérale, les thèmes gauchistes et mensongers du tiers-mondisme, la niaiserie droit-de-lhommiste, la paresse érigée en conquête sociale. Et dans l’avachissement moral de la contre-culture la négation des valeurs chrétiennes de l’Occident avec tout ce qui va avec en matière d’avilissement des mœurs.  A quoi il faut ajouter une Éducation nationale niveleuse, la prime à la médiocrité et le bac des illettrés. Il suffit de lire le charabia des forums, y compris ici, pour en mesurer les dégâts.
    Que faire ? Je ne sais pas. Je ne vois comment notre pays peut s’en tirer en traînant le boulet de syndicats corporatistes, d’enseignants incapables de se faire respecter (parce qu’ils ne sont pas respectables), d’une gauche inapte à s’extirper du magma collectiviste, d’une droite qui veut ménager la chèvre et le chou, d’une presse servile, une immigration parasitaire difficile à stopper. Et, pourquoi ne pas le dire, la démission généralisée d’un peuple fatigué et vieillissant qui ne veut ni d’une révolution, ni de réformes et qui attend, fataliste, on ne sait quoi qui pourrait bien ressembler à une catastrophe. Le jour viendra t-il d’une Restauration des valeurs qui ont fait la civilisation ? Pour que le bon peuple se bouge le cul faudra t-il un Adolphe Tiers ? Un autre De Gaulle ? Une Thatcher ? Un Reagan ? Un gouvernement de Salut public ? Ou bien un autre 11 Septembre ? Je ne sais vraiment pas. Et je suis trop vieux pour refaire le monde. Mon salut à Christian Lambert et à tous.
    PS : « Il cavaliere » a été élu en Italie. C’est une bonne nouvelle.
    Répondre
  3. Anonyme

    12 avril 2008

    GUILLERMO : "Malheureusement ça boucle : c’est un peu toujours pareil.  Et ce n’est guère contructif comme ça n’apporte aucune solution."

    Et oui, voilà un exemple de discutaillage néanmoins instructif mais qui prouve une chose vu la situation : les Français sont des bourrins.  Même quand on leur expose les choses 10 000 fois, ils ne réagissent pas.  C’EST LE VRAI PROBLEME. Et il n’y en a pas 36 autres.  On laisse un problème gonfler et quand il arrive à son paroxysme, on s’émeut (ça, les tarlouzes savent faire), on s’écrit qu’il y a un problème alors qu’on le savait pertinement (sinon, c’est plus grave encore) et on discutaille à l’infini pour le résoudre comme si on avait tout le temps.  Et là, les choses tournent à la catastrophe, mais là encore, on s’écrase et on feint d’ignorer le problème en le noyant sous l’argent du contribuable qui se laisse tondre sans broncher.

    Alors GUILLERMO veut qu’on lui donne les solutions toutes cuites, mais si personne ne se bouge l’arrière train, rien n’avancera quand même.  Le problème est l’inertie des Français.  Seuls les ango-saxons, les saxons et les scandinaves ont des réflexes et se bougent très vite.  Nous, on stagne, les 2 pieds plantés dans le tas de fumier (comme le coq, notre emblème).  Alors palabrez, palabrez toujours, les problèmes grossissent…

    A Gérard Pierre : et oui, vous avez raison, mais celà ne solutionne rien d’avoir seulement raison.  Quelle action alors ?

    Moralité : les Français attendent tout un chacun que ce soit le voisin qui bouge d’abord car ils ont la trouille.  CQFD, il ne faut pas chercher plus loin.  Ils laissent donc les minorités d’emmerdeurs faire le souk et dicter leur loi (les syndicats, les djeunes, les feignants et gauchistes anarchisants, etc…

    Je ne sais pas si la rouyauté est ce qui serait mieux que la ripoublique.  A moins d’être sérieusement dépoussiérée et repensée.  mais il est certain qu’en 1789, les Français se sont tirés une balle dans le pied et qu’avec Napoléon, ils se sont attirés la vindicte de toutre l’Europe, vindicte toujours d’actualité dans le fond de l’esprit des voisins Européens. 

    Dernier mot : je conseille vivement de lire "Le dictionnaire de la colère", de Serge de Beketch.  Edifiant et courageux. 

    Mais rien ne sert de lire ou d’écire, il faut AGIR.

     

    Répondre
  4. Gérard Pierre

    11 avril 2008

       Monsieur Christian Lambert, merci non seulement d’exister mais aussi d’écrire.

        Il est impossible qu’il n’existe pas au moins Un Homme Providentiel qui ait envie, sachant tout cela, de mettre le feu aux poudres !
     
       Encore une fois, quel est l’intérêt pour un homme politique de la raie publique, avec les mains bien prises dans le pâté, d’entreprendre les réformes qui apparaissent au plus grand nombre comme nécessaires et incontournables ?  
     
    A U C U N !
     
    1 ) Il ne dispose pas de la durée comme un Richelieu, un Mazarin, un Colbert et bien d’autres en régime monarchique. De surcroît l’alternance est considérée comme un dû de part et d’autre de l’hémicycle.
     
    2 ) Il est sujet aux « jugements » acidulés du moindre écrivaillon travaillant en réseau pour le faire chuter dans des sondages bidouillés tenant de plus en plus lieu d’expression démocratique.
     
    3 ) Son seul souci doit être de cumuler, d’amasser, de thésauriser, de placer et ensuite de jouir discrètement de ses « acquis » tout à fait « légaux » (1). Qui ne fut pas surpris d’apprendre qu’en son temps, le tandem Hollande Royal était concerné par l’ISF, sans avoir jamais produit la moindre richesse pour le pays ?
     
    4 ) Le respect de la règle du prêt à penser doit constituer son obsession. Pour avoir feint de l’ignorer madame Nathalie Kosciusko-Morizet s’est vue tancée par la nomenklatura gouvernementale. Espérons pour l’avenir qu’elle n’en aura cure et qu’elle recommencera chaque fois qu’elle le jugera utile pour l’intérêt général.
     
    5 ) Un homme politique peut commettre toutes les erreurs, toutes les manipulations, voire parfois des actes délictueux. A moins de s’appeler Carignon (il ne devait pas être aussi « doué » que les autres) il peut toujours espérer s’évanouir tranquillement dans la nature en gardant pignon sur rue ou même revenir aux « affaires » . Est-ce vrai pour un quidam non élu ?
     
       Conclusion : Si nous voulons sauver la France, enfin ce qui en reste (60 – 8 = tout de même encore 52 millions d’habitants, ……… mais il faut faire vite, ça ne durera pas !) il est urgent de flanquer la raie publique par terre. Ne serait-ce pas une manière de faire un pied de nez aux nerveux du sphincter qui ne songent qu’à « commémorer » le quarantième anniversaire d’une imbécillité aux funestes conséquences ?
     
    V I V E    L A     M O N A R C H I E
     
    V I V E     L A     F R A N C E
    *********************
     
    (1) Quand on fait soi même les lois, autant que ce soient de « bonnes » lois. 
    Répondre
  5. Guillermo

    10 avril 2008

    Les articles de Christian Lambert me font penser de plus en plus aux guignols de Canal+, tout au moins dans la forme.

    Bref c’est souvent très bien vu, très bien pensé.

    Malheureusement ça boucle : c’est un peu toujours pareil.  Et ce n’est guère contructif comme ça n’apporte aucune solution.

     

    Au passage merci de l’info des 560.000 euros attribués par le maire de Paris, dépenseur compulsif fou-furieux et hétérophobe. 

    Répondre
  6. Anonyme

    9 avril 2008

    "Les Français ne sont pas tous des imbéciles." : peut-être, et encore j’en doute, mais des lâches, oui.

    "(…) Sinon quelques réformettes " : c’est simple, je sais de source Ministérielle qu’ils ont peur de réformer réellement car dès qu’ils touchent une brique de l’édifice législatif et administratif, tout tremble et menace de s’effondrer, donc ils remettent la brique en place et voilà.  Ils ont peur de tout réformer à fond car ce serait un travail épuisant et ils n’ont pas envie.

    "Les dépenses des collectivités territoriales (communes, départements et régions) ont continué de croître " : Ben, logique car c’est le jeu des vases communicants.  l’Etat vire des fonctionnaires quand les administrations des collectivités locales en enbauchent à tour de bras.  Bilan, les Français payent même encore plus qu’avant !

    "L’immigration subie, sinon de facto encouragée, depuis des décennies" : Les chiffres ad minima du Ministère de l’Intérieur et de la Sécu sont les suivant. Il entre 250 000 immigrés légaux par an et 50 000 à 80 000 immigrés illégaux.  Tous essentiellement d’Afrique noire.  5 à 10 % seulement quittent la France par la suite. Il y a 110 000 naturalisations par an sur le territoire Français et 41 % sont des naturalisations automatiques de jeunes nés en France. Il y a eu 178 000 inscrits de plus à la CMU en 2007 qui ont coûté aux Français 500 millions d’euros en 2007. 

    Le vrai chiffre de la dette approche les 2000 milliards d’euros, soit 120 % du PIB. (chiffres ad minima 2007, je le rappelle).

    La France est non seulement perclue de dettes mais surtout perclue d’archaïsmes, de corruption et de conformisme. Un pays toujours à la ramasse, première ripoublique bananière de l’Europe.

    les Français, à son image, sont perclus d’immobilisme et se laissent tondre sans broncher.  Un peuple dans une telle merde et aussi passif que ça, il meurt.

    Le problème n’est donc pas tout ce qu’il se passe en France (dont on ne cesse de débattre et discutailler à l’infini) mais la passivité lâche des Français qui regardent et laissent faire.  Tout ce que les Français savent faire c’est palabrer sans cesse sur tout sans jamais avancer : grandes gueules et petits bras.

    On a ce que l’on mérite et à mon avis, ce pays n’est plus que le cul de basse fosse de l’Europe, avec des petits messieurs comme gouvernants.  Bravo les tarlouzes !!

    Répondre
  7. ozone

    9 avril 2008

    Felicitations Mr Lambert pour votre edito

    Répondre
  8. Marc

    9 avril 2008

    A  Jacques: Faut pas rêver mon vieux,c’est exclusivement réservé aux Arabes et aux noirs ! Et il ne faut pas être raciste ! Mais on fait tout pour que nous le devenions !

    Répondre
  9. jacques

    9 avril 2008

    Dites donc les potes,

    ‘2 femmes, 16 enfants : 8 950 euros mensuel d’allocations."

    Au fond, la France, c’est pas mal!

    SVP: Pourriez-vous m’indiquer pour recevoir les allocations quel formulaire remplir. Merci. Pour farie 16 enfants, ça je sais comme comment, nulle information supplémentaire requise.

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)