Jean-François Revel va me manquer

Posté le mai 10, 2006, 12:00
6 mins

La mort, cela ne s’apprend pas… À partir du moment où on ne croit pas à un au-delà ou à une réincarnation, il ne reste plus qu’à accepter le néant ». Je relisais récemment cette phrase de Jean-François Revel. Je le savais malade, hospitalisé. Je m’attendais à une terrible nouvelle : elle est tombée. Plus on avance en âge, et plus la mort devient une compagne qu’on ne peut faire autrement que regarder en face. On sait que le jour viendra et que la vie est une aventure qui finit mal pour chacun de nous. Ce qui compte est sans doute ce qui reste quand le parcours est achevé.

Jean-François Revel laisse une œuvre immense. Je vois en lui le dernier des très grands penseurs français. Sa culture était immense comme devrait l’être celle de quiconque entend se donner les moyens de penser le monde avec pertinence. Rien ne lui était étranger, ni la philosophie ancienne ni la littérature, ni l’histoire des cultures ni la pensée économique. À la différence de tant de gens qui dissimulent leurs lacunes sous un style abscons et inutilement complexe, Revel, qui savait presque tout, avait su épurer son écriture, la rendre souple, limpide, brillante. Lorsqu’il se faisait polémiste, il savait viser juste et frapper là où la frappe serait définitive. Le premier de ses livres que j’ai lu était « Ni Marx ni Jésus », et cette lecture a été pour quelque chose dans les liens que j’ai commencé alors à nouer avec l’Amérique. Je me suis imprégné, moi qui ai eu initialement une formation littéraire, de son « Histoire de la philosophie », et j’y ai trouvé l’explication la plus limpide et la plus incisive (avec celle donnée par Friedrich Hayek) des dangers inhérents au rationalisme cartésien. Vinrent ensuite les très grands livres : « La tentation totalitaire », « Comment les démocraties finissent », « La connaissance inutile ». Je n’ai cessé de les relire. La tentation totalitaire dans les faits, n’a cessé de planer au-dessus de l’humanité et les intellectuels continuent à y succomber en grand nombre. Elle change seulement de masque et il faut une vigilance de chaque instant pour échapper à ses pièges. Les démocraties ne sont pas mortes, mais les raisons pour lesquelles elles risquaient de mourir voici un quart de siècle sont toujours présentes.

Le communisme n’est pas mort et l’islamisme vient naître dans les décombres. La pusillanimité de ceux qui font la cour aux tyrans reste ce qu’elle était alors, les réactions imbéciles face à George Bush aujourd’hui valent bien les réactions ineptes vis-à-vis de Ronald Reagan à l’époque. Comme je ne cesse de le constater en lisant la grande presse ou en regardant la télévision, la connaissance est toujours inutile. Il m’arrive même d’être triste de constater que tant de savoir disponible ne fait pas reculer la stupidité. En espérant que cela leur permettra de trouver une lueur de clarté qui, peut-être, changera leur existence et leur permettra d’être libres, je continue à demander à mes étudiants à l’université de lire Revel. Les livres plus récents restaient d’une identique et impeccable qualité, Revel n’y ménageait rien ni personne, un peu désabusé de voir que décidément la France ne changeait pas, mais plus déterminé que jamais à dire ce qui doit l’être et à dénoncer, par exemple, « L’obsession anti-américaine » qui continue à habiter tant de Français comme une incurable maladie de l’âme.

Comme pour payer un petit fragment d’une dette envers lui, j’ai dédié à Jean-François Revel deux de mes livres. Nous avons échangé une correspondance et quelques déjeuners dans les meilleurs restaurants de la capitale. Jean-François Revel n’était pas seulement un grand penseur, un homme que je pouvais humblement appeler « mon maître », il n’était pas seulement un homme d’une immense culture, c’était aussi un amateur de gastronomie, quelqu’un qui considérait la haute cuisine comme un art, quelqu’un qui aimait vivre, passionnément. Il savait à quel point le combat des idées était devenu difficile en la France crépusculaire d’aujourd’hui : cela le rendait humble et profondément bienveillant à l’égard de ceux qui, comme moi, continuent de se battre. « L’important, c’est d’essayer », m’avait-il dit lors de notre dernière conversation, voici quelques mois. Je vais essayer encore, et en écrivant mon dernier livre sur la France, je me remémorai des pages entières de Revel. Il va beaucoup me manquer…

26 réponses à l'article : Jean-François Revel va me manquer

  1. Xavier

    06/01/2009

    Un grand hommage à Jean François Revel

    C’est grâce à mon père que j’ai pu lire Ricard(son vrai nom) . Il me l’avait conseillé en m’affirmant que c’était un écrivain qui touchait là où ça faisait mal. J’ai lu "Ni Marx ni Jésus" et  je viens de terminer "L’Obssession Antiaméricaine" , et ,en effet, on peut bel et bien dire que ce fut l’un des plus grands penseurs de son temps… Il est très pertinent dans ses démonstrations , d’ailleurs cela ne m’étonnerait pas qu’on me dise que ce fut un grand Mathématicien, vu la rigueur avec laquelle il met en évidence certaines Vérités. Pour toutes ces raisons , je compte lire la majorité de ces livres , sa réflexion ne peut que nous apporter une connaissance utile et non pas "inutile" comme l’indique le titre d’un de ses livres.

    Cela me servira sûrement à me méfier de certains préjugés et certaines opinions, me méfier de ce que peuvent nous enseigner les profs sur Le Marxisme , sur Pierre Bourdieu ou encore ce qu’on peut nous apprendre comme conneries sur les Etats-Unis. Ce sont les mêmes personnes ,pour qui Marx est un modèle , qui viennent nous dire que l’Ecole est là pour qu’on ait l’esprit critique! Alors qu’on subit parfois un formatage de cerveau de la part de ces "gauchistes" pour reprendre un terme que Revel emploie souvent dans ses oeuvres.

    Ce que j’apprécie chez Revel, c’est aussi sa capacité à vous faire découvrir d’autres auteurs talentueux.Certes , il n’existe qu’un seul Revel , mais soyons optimiste!

    Un Lycéen admirable de Jean François Revel. Qu’il repose en paix

     

     

     

    Répondre
  2. Anonyme

    15/03/2007

    Bon, enfin un forum oû l’on par de Revel! Il y a quelque semaines j’ai écrit ce qui suit.

    Monsieur Pierre Boncenne,
    Je ne vous connais pas. Par contre, j’étais un lecteur "impénitent" de feu
     Jean-François Revel. Je n’hésite plus aujourd’hui à proclamer, à qui veut
     l’entendre, qu’il a été et demeure mon guide tous azimuts (à une
    exception près, ce qui confirme la règle, de son indifférence envers la
    condition animal et, du coup, ses goûts culinaires), alors qu’autrefois je
    ne révélais pas cette influence: son éducation virtuelle et spirituelle dont
    je suis imprégné jusqu’à la moelle. Je vous épargne les raisons d’un tel
    phénomène, vous qui avez tant de talent pour démontrer ses qualités
     extraordinaires. Sa mort, que je pressentais, a été une grave perte
    instructive en ce qui me concerne. Ce que je regrette avant tout, c’est de
    ne jamais lui avoir témoigné ma gratitude et mon respect quasi religieux
     pour lui, c’est-à-dire pour son savoir et son intégrité, (je crois en Dieu,
     on ne peut plus convaincu, mais je ne suis pas religieux.) J’ai lu tous ses
    livres et quand je prenais L’Express ou le Point, j’allais directement à la
    recherche de son éditorial. Je pensais qu’il ne lirait pas ma lettre et que je
     ne ferais que l’embêter en remplissant sa boîte à lettres d’un éloge
     supplémentaire par l’admirateur insignifiant que je suis, (je n’ai pas fait
     d’études et je pourrais presque déclarer sans vous fourvoyer que grâce
     à M. Revel j’ai développé un attachement singulier pour les arts. C’est
     grâce à lui que je sais reconnaître aujourd’hui, ce qui est bon ou mauvais
     en littérature, pour nous en tenir à ce domaine.)

    Je suis algérien, de père et de mère musulmans. J’ai 52 ans et je vis
     maintenant au Canada. Dernièrement, je suis allé en compagnie de ma
     femme dans une librairie pour me procurer un livre et, pendant que je
    faisais mes recherches, voilà qu’elle m’arrive avec le vôtre,
    "Pour Jean-François Revel"!? Elle l’a trouvé sur une table, bien exposé
    à la vue de tous! Sans hésiter la moindre seconde, j’ai happé le volume de ses mains
    et l’ai rajouté aux autres. Arrivé à la maison, j’ai commencé
     la lecture et,  ô bonheur! quelle joie de faire votre connaissance!
    L’écriture, la perspicacité, l’esprit, tout y est! J’ai en main, à travers vos
    écrits, la qualité littéraire et polémique de Jean-François Revel (paix à son âme  😆 .
    Je suis arrivé seulement à la page 58 et je ne peux
    m’empêcher d’exprimer ma satisfaction et de vous envoyer ces quelques
    lignes en espérant que vous les lirez.

    Ahmed, heureux de vous découvrir et qui prophétise la renommée
    posthume de Jean-François Revel à sa juste mesure.

    Répondre
  3. Florent

    19/05/2006

    Quel dommage de voir deux grands esprits (aussi plébéens soient-ils) comme Alborg et Lahitte se disputer bêtement sur un malentendu car c’est bien ce qui me semble être. Sinon, je participe aussi aux hommages rendus à Jean-François Revel, grand penseur et grand homme de principe, même si certaines de ses prises de position furent plus que discutables (le soutient au manifeste des 121 notamment) mais il est vrai qu’il était encore de gauche à ce moment et de toutes façons, comme le dit la Bible, que celui qui n’a jamais pêché lui lance la première pierre. Amicalement à tous.

    Répondre
  4. Helios

    17/05/2006

    À Jean-Claude Lahitte senior « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément. » « Pardonnez-moi d’avoir oublié son auteur. » L’auteur est Nicolas Boileau (1636-1711)dans L’ART POÉTIQUE, le concept de poésie a changé depuis et j’invite d’ailleurs tous les participants qui ne l’ont pas fait à se procurer Une Anthologie de la Poésie Française de J-F Revel. Justement la section concernant Boileau ne contient que deux vers, ce sont ces deux uniques vers qu’il a jugé poétiques et dignes de figurer dans son anthologie, je vous les cite: Extrait de Épître III « Le moment où je parle est déjà loin de moi » Extrait de Épître V « Mes défauts désormais sont mes seuls ennemis. » Autre point, je ne crois pas que JFR ait été « élevé » par les jésuites, nuance, il a plutôt ÉTUDIÉ dans un collège tenu par les jésuites, il s’est donc arrangé pour tirer le maximum de « connaissances utiles » de l’enseignement prodigué par ces pédagogues hors pairs. Le paradoxe des « jésuites qui fabriquent des athées » est amusant, il s’explique ainsi: les collèges jésuites abritent très peu de cancres, la faune estudiantine qui les fréquente est plutôt douée et quelque fois surdouée, de plus elle accède à une formation des plus solides, pas étonnant que dans ce contexte certains esprits supérieurs évoluent vers l’athéisme, d’autres au contraire verront leur foi chrétienne s’approfondir. L’autre explication qui a rapport avec le jésuitisme soit l’hypocrisie des jésuites, n’est pas à écarter mais je ne crois pas qu’elle soit aussi importante qu’on le laisse croire. Helios

    Répondre
  5. Jean-Claude Lahitte senior

    16/05/2006

    Pour en revenir au sujet principal de ce forum, Jean-François Revel, je pense que, pour comprendre son mode de pensée, ses comportements vis-à-vis de la classe intellectuallo-médiacticio-politique, ses écrits, on devrait se souvenir qu’il avait été élevé par les jésuites. Les jésuites dont il disait lui-même qu’ « ils fabriquent des athées ». Cordialement, Jean-Claude Lahitte senior

    Répondre
  6. Helios

    16/05/2006

    À Alborg Merci aussi pour votre contribution sincère et passionnée. Vous traduisez bien mes sentiments dans ce passage: « JF REVEL, un des rarissimes penseurs de Droite qui refuse d’identifier bêtement « Droite » et « Religion », E N F I N ! Et c’est un homme comme lui que nous venons de perdre, d’une lucidité et d’une intégrité intellectuelle totalement insurpassée… parce que insurpassable ! ! » Et j’aimerai ajouter ceci: cette lucidité et cette intégrité intellectuelle se sont exprimées avec une langue et un style d’une clarté et d’une élégance telles qu’en lisant Revel on ne peut que se sentir partagé entre le plaisir et l’admiration. Je tiens aussi à vous citer dans ce passage: « Nous pouvons TOUS à des degrés divers -et en faisant d’énormes efforts!- nous dégager davantage de ce qui constitue notre conditionnement mental premier – c’est, j’insiste, valable pour TOUT LE MONDE ! Qui n’a jamais fait le moindre effort pour tenter de dépasser ses automatismes étroitement conditionnés sur les plans linguistique,national,social,professionnel, idéologique… et bien sûr religieux ne peut pas me comprendre…. !(Et je crois bien que notre ami JF REVEL me comprendrait ici à la perfection !!) » Ce paragraphe est à la fois admirable et profondément humain, pour comprendre et se rapprocher de la vérité il faut se libérer de soi-même, et pour réussir dans cette démarche il faut du courage et de l’humilité (et beaucoup de recherche et de travail!). C’est ce qui a probablement contribué à faire de J-F Revel une cible difficile. J’ai constaté que ses adversaires n’ont pas la tâche facile et c’est probablement pour cela qu’ils ne parlent pas beaucoup de lui, non seulement parce qu’ils éprouvent de la difficulté à le réfuter mais surtout parce qu’il leur inspire:(là je cite Revel lui-même) »…cette horreur particulière qui nous retient de prononcer le nom même de nos ennemis les plus haïs, afin de ne pas contribuer ainsi à confirmer leur existence et parce qu’en outre, s’agissant de la haine suprême, la haine philosophique, un penseur ne se contente jamais de chercher à réfuter un adversaire: il veut qu’on l’oublie, il veut empêcher qu’on le lise, il veut faire en sorte qu’il n’ait jamais existé. » (Histoire de la philosophie occidentale, penseurs grecs et latins, chapitre troisième) Pour ses admirateurs le relire et le donner à lire reste la meilleure façon de faire vivre sa mémoire. Helios

    Répondre
  7. Alborg

    14/05/2006

    …… »Observateur autant que penseur il(JFR)a perçu l’importance du combat quotidien contre la tyrannie, combat d’idées et incitation à réfléchir, à s’émanciper de l’oppression des idées reçues, des mythes rassurants et des réflexes conditionnés. Il s’est inévitablement attiré la hargne de tous ceux qui vivent et s’engraissent de l’abêtissement des gens et qui, par la même occasion contribuent puissamment à la sclérose de la société »….. … (Formidable reprise du même thème que j’essayais maladroitement de développer plus haut !) A HELIOS : Vous complétez et approfondissez admirablement l’article de G.MILLIERE; votre article à vous vaut plus qu’un hommage distant : c’est une véritable participation active à la pensée de JFR et devrait être un sujet de réflexion sincère pour chacun ! Encore bravo et merci pour votre précieuse contribution. Amicalement Alborg

    Répondre
  8. Jean-Claude Lahitte senior

    14/05/2006

    ALBORG. Je ne sais pas de vous ou de moi, lequel est d’origine la plus modeste (1). Cela n’a d’ailleurs rien à voir. Nous sommes d’abird ce que nous nous sommes fait. Et je laisse aux lecteurs de ce forum le soin de savoir ce qu’ils comprennent le mieux, de vos propos (2)auxquels, malgré mes efforts(3 je n’ai strictement rien compris, et mon « style patricien faussement bonhomme ».(4) Je vous rappellerai simplement cette phrase: « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire arrivent aisément. » Pardonnez-moi d’avoir oublié son auteur. Cordialement, Jean-Claude Lahitte senior P.S. Je ne vous avait pas traité de « philosophe de salon ». Mais sans doute, pour en avoir lu beaucoup, considérez-vous que ces « philosophes de salon » ont quelque peu déteint sur vous. Dîtes-moi ce que vous lisez et appréciez, je vous dirai qui vous êtes. Ca, c’est une paraphrase de « patricien » ! En ce qui concerne Marcel Gauchet, la formule citée vient du sujet d’une de ses conférences. Et – sans doute suis-je blâmable en cela – cela ne m’a pas donné l’envie de lire ses ouvrages. Nul n’est parfait. Le fait qu’il soit chrétien (je le suis aussi) ne le rend pas forcément lisible. Je n’ai pas dit « crédible ». (1) mon père avait démarré comme instituteur et à terminé sa carrière comme professeur de cours complémentaire, comme on disait à l’époque, sans que je sache à quoi cela correspond aujourd’hui. Et ma mère, comme on dit, était « mère – de huit enfants – au foyer »… (2) qui n’ont certes rien de « plébéiens » (3) je l’ai pourtant relu trois fois. Mais, je l’avoue, je suis plutôt de comprenure difficile. La faute à mes « origines », sans doute ! (4) je l’ai échappé belle : vous eussiez pu dire « …bonhommes faussement patriciens »

    Répondre
  9. Alborg

    13/05/2006

    JC LAHITTE, Quiconque me connait un peu sait que je n’ai rien d’un « philosophe de salon », comme vous dites. Vous extrayez de mes phrases des connotations qui ne s’y trouvent pas -ou en tout cas pas de façon DEFINITIVE : lorsque je parle du « petit peuple », ce n’est pas pour m’exclure de lui, bien au contraire. Mes origines sont probablement bien plus plébéennes que les vôtres, et je ne partage d’ailleurs pas ce style « patricien » faussement bonhomme que vous avez par rapport à toutes choses. Mais pour vous je vais tenter de m’expliquer…. Ce « petit peuple », donc, j’en participe pleinement à plusieurs titres. Je considère cette notion vaguement « anthropologique »(mettons des guillemets si vous voulez bien) comme un point de départ pour nous tous, tant que nous sommes, et non pas comme vous le suggérez comme un objet de mépris quelconque… il est donc totalement à côté de la plaque d’essayer de me transformer en SNOB comme vous essayez laborieusement de le faire ! …. Ce « petit peuple », je l’enviseage, figurez-vous, comme une POTENTIALITE – et pour être encore plus précis : comme quelque chose, un CONDITIONNEMENT QUI PEUT ETRE SURMONTE (pour paraphraser quelqu’un)….. Nous pouvons TOUS à des degrés divers -et en faisant d’énormes efforts!- nous dégager davantage de ce qui constitue notre conditionnement mental premier – c’est, j’insiste, valable pour TOUT LE MONDE ! Qui n’a jamais fait le moindre effort pour tenter de dépasser ses automatismes étroitement conditionnés sur les plans linguistique,national,social,professionnel, idéologique… et bien sûr religieux ne peut pas me comprendre…. !(Et je crois bien que notre ami JF REVEL me comprendrait ici à la perfection !!) PS : Figurez-vous, cher JCL, que je n’ai JAMAIS utilisé cette « notion » totalement RIDICULE en effet(*) de « socio-anthropo… trancendantale », etc !! Et je ne me souviens pas non plus que Marcel Gauchet(un chrétien) l’ait employée non plus dans son livre bien connu (« le désenchantament du monde »)…. Vous suarez du reste que je suis loin d’être d’accord en tout avec lui. Vous voyez donc à quel point il était inutile de m’assimiler à lui : je n’ai jamais rien fait d’autre que de reprendre UNE NOTION intéressante et utilisable par tous (celle de « Désenchantement du monde ») Ai-je été assez clair pour vous cette fois ? En tous cas pour moi la polémique est close – quoi qu’il arrive . PS (*) : Voyez-vous, quand il m’arrive d’être d’accord avec vous, ce n’est jamais à moitié ! Etrange, n’est-il pas ? Courtoisement aussi Alborg

    Répondre
  10. SAS

    13/05/2006

    le desert est une merde, trop fragile,en 357 il faut de suite changer les 2 ressorts récupérateurs, sinon la culasse se dame en 3 coups de cuillères à pot…(mauvaise qualité d’acier, même le jéricho est mieux) Trop facile la poudre, obliger au fleuret ou sabre, afin de voir dans les yeux…. son obligé. Ca serait vertueux ,pédagogique et utile. sas

    Répondre
  11. Jean-Claude Lahitte Senior

    13/05/2006

    Post-scriptum pour ALBORG senior. Est-il besoin de vous dire que je n’ai rien lu sur la socio-anthropologie transcendentale) chère à Marcel Gauchet(1). Rien que l’association de ces trois mots que je suis capable de comprendre séparément m’a fait fuir. Me pardonnerez-vous ? Sachez que je vous admire d’avoir eu le courage d’aborder ce sujet et, j’imagine volontiers, de l’avoir assimilé. Courtoisement vôtre. (1) si c’est à celle-ci et à celui-là que vous vouliez faire allusion.

    Répondre
  12. Jean-Claude Lahitte senior

    13/05/2006

    A Alborg senior. Après vous avoir rappelé que j’ai abordé le sujet de la REINCARNATION pour reprendre au vol une citation du regretté Jean-François REVEL (ce qui ne nous met donc pas « hors sujet »), sachez que je n’avais pas envisagé que vous soyiez « ignare » du fait que vous pourriez ne pas connaître la théorie de la réincarnation.. Mais, comme vous la traitiez de « fumeuse », j’avais simplement supposé – en me rapportant à mon expérience passée – que vous ne la connaissiez pas. Tout comme d’autres qui ne connaîtraient pas l’astrologie traitent automatiquement les astrologues de charlatans.(3). On ne peut pas tout connaître, ce qui devrait nous inciter à éviter de juger ce que l’on ne connaît pas… Et, pour n’avoir rien compris à vos derniers propos, j’aurais garde de les traiter de « fumeux »… Je n’ai sans doute pas votre intelligence, ni votre culture. Ce qui me permet de me classer au rang du « petit peuple » avec sa « croyance littérale (???) au surnaturel » même si je me rappelle que le « petit peuple » n’est pas dénué de bon sens dans la mesure où il est resté encore près de la Nature, plus près en tout cas des origines que bien des intellectuels ou philosophes de salon qui la ramènent dans des livres auxquels personne ne comprend rien. Pas même eux ! A part les snobs qui font semblant… Sachez simplement que, me souvenant de certaine phrase d’Herriot à propos de la culture(4), je me méfie d’instinct de ceux qui me paraissent étaler leur savoir sous des phrases pompeuses pour en masquer la superficialité… Bon dimanche, et bien cordialement à toutes et à tous, Jean-Claude Lahitte senior (1) Je vous rappelle que tant qu’elle n’aura pas été prouvée scientifiquement, la récincarnation reste du domaine de la théorie(2). Même si elle est étayée – dans pas mal d’ouvrages – sur des exemples « historiques » vérifiés par des savants. Des tas de livres sérieux (et non fumeux comme l’est le Da Vinci Code) traitent de ce sujet. (2) ce qui ne m’empêche pas d’y adhérer de toute la force de mon intuition) (3) ce qui n’empêche pas qu’il y ait des charlatans parmi les astrologues. Tout comme il y en a chez les médecins … (4) « La culture, c’est comme la confiture, moins on en a, plus on l’étale ! »

    Répondre
  13. black sheep

    13/05/2006

    Pour Alborg et JCL Sénior Pour les duels,je propose aux protagonistes,le Colt Single Action en 44 russian. Dieu créa les hommes,Samuel Colt les rendit égaux. Si le calibre vous parait un peu juste,IMI*(Israël Military Industrie) fabrique son Désert Eagle en 50(12,7mm),il parait que cela stop un c.. en pleine course. Papy Boyington *Pour les allergiques aux produits israëliens « Taurus »marque brésilienne produit un 50 mais en Révolver et non en automatique.

    Répondre
  14. Helios

    13/05/2006

    Jean-François Revel était de ces intellectuels ennemis de l’instinct du troupeau. Il savait que PENSER (par soi-même)constitue L’ACTE LE PLUS SUBVERSIF QUI SOIT! Qualifié de philosophe, il s’est employé à travers son oeuvre à débâtir certains mythes dont celui de la pertinence ou même de l’existence de la philosophie à notre époque; il n’a pas peu irrité les « philosophes » contemporains en démontrant l’incapacité de la philosophie à affirmer son originalité face à la science et à la religion. Avec ce mélange de sérieux de méthode et d’humour subtil qui le caractérisait il s’est attaqué au monument de la philosophie française : Descartes. Effacé ou faussement modeste il déclare au début de son chapitre sur le sujet : « Ce serait un puissant briseur de mythes, l’auteur qui parviendrait à défaire le lien établi entre l’adjectif « cartésien » et la notion de rationalité… » Et il s’est employé par la suite à démolir le mythe non sans nous restituer l’homme Descartes semblable dans son aveuglement volontaire à nombre de nos contemporains. Observateur autant que penseur il a perçu l’importance du combat quotidien contre la tyrannie, combat d’idées et incitation à réfléchir, à s’émanciper de l’oppression des idées reçues, des mythes rassurants et des réflexes conditionnés. Il s’est inévitablement attiré la hargne de tous ceux qui vivent et s’engraissent de l’abêtissement des gens et qui, par la même occasion contribuent puissamment à la sclérose de la société. À contre-courant de l’opinion générale et d’une certaine rectitude politique il a dénoncé l’anti-américanisme et ses effets pervers sur l’esprit des gens. L’opposition irrationnelle à tout ce qui est américain est liée subtilement au repli sur soi, au sentiment d’échec, à la peur de l’inconnu, à la fermeture au monde ainsi qu’aux multiples tentations totalitaires à gauche comme à droite. Ennemi de la médiocrité et de la désertification culturelle il a compris les dangers inhérents à l’exclusion induite par la faillite de l’école particulièrement chez les jeunes immigrés d’origine africaine. Il a dénoncé le « communautarisme à la française » qui sous couvert de respect des différences rend l’intégration impossible et engendre l’exclusion et la haine. Celui qui préférait Montaigne à Pascal et Descartes a manifesté régulièrement son attachement à l’expérience humainement vécue et son opposition aux édifices théoriques de toutes natures, de là découle son humanisme et son attachement profond à la liberté. Jean-François Revel est un auteur que l’on n’a pas fini de relire! Helios

    Répondre
  15. Alborg

    13/05/2006

    A JCL, Contrairement à ce que vous pensez manifestement, je ne suis pas un ignare complet en matière de religions orientales, et notamment le Bouddhisme et l’Hindouisme, que j’avais passionnément étudiés(en auto-didacte)il y a plus de 30 ans ! J’ai beaucoup oublié depuis lors, mais je suis sûr que je pourrais encore vous « en remontrer » sur un ou 2 points….. – et par exemple vous indiquer qu’il n’y a pas qu’une interprétation LITTERALE de la « Réincarnation » qui soit possible…. Comme d’habitude la CROYANCE LITTERALE AU SURNATUREL est la caractéristique anthropologique universelle : le petit peuple partout sur cette planète n’a qu’un seul et même rève : c’est de « ré-enchanter le monde », pour parler comme M.Gauchet ! Ce qui ne constitue (comme d’habitude!)aucune preuve EN SOI de la réalité de ce à quoi ils sont tellement attachés de croire ! Pour résumer au plus vite -et parce que ce n’est pas vraiment le sujet : 1°) OUI(vous avez raison),le Bouddhisme n’est pas vraiment « une religion » – du moins au sens où les gens l’entendent généralement, et surtout sous ses différentes formes contemporaines 2°) MAIS c’est justement pourquoi, si ces mêmes bouddhismes continuent de véhiculer l’idée de « réincarnation », il faut faire extrêmement attention à bien interprêter parce que : 1- Croyance « littérale » et superstitieuse à destination du plus grand nombre; 2- Vision métaphysique dont il conviendrait pour chacun de décrypter la symbolique au niveau de sa propre existence individuelle, dans l’espoir de rendre quelque chose « opératif » dans sa propre VIE RELLE ………………………………………….. ….. Et ici je m’arrête car sinon je risque à nouveau la censure et ici à bon droit – vu que nous nous trouvons totalement hors-sujet ! (La mort de Jean-François REVEL.) Cordialement à tous Alborg

    Répondre
  16. Jean-Claude Lahitte senior

    12/05/2006

    ALBORG senior. Libre à vous de considérer que la théorie de la réinccarnation esr une « théorie fumeuse »(1). Q uant à mon « nombrilisme supposé », là, vous repasserez. Contraitement à Maître Guy Millière, je n’ai ni ouvrages personnels, ni d’ailleurs aucun autre produit à vendre, pas même la théorie de la réincarnation. Et je n’ai parlé de cette théorie qu’en écho à la citation de Jean-François Revel citée par Guy Millière. D’ailleurs, à bien relire cette citation, et peut-être à cause de son fils boudhiste(2), il n’est pas interdit de penser que ce brillant penseur n’y ait pas cru lui-même. Comme d’autres brillants esprits (nota : je n’ai pas la prétention d’en être un !)dont je vous épargnerai la liste mais dont vous retrouverez les noms, pour peu que vous vous donniez la peine de lire quelques ouvrages sur le sujet. Mais sans doute préférez-vous vous en tenir à des livres plus « concrets ». Cordialement, Jean-Claude Lahitte senior. (1) c’est sans doute à peu près ce que j’en pensais moi-même avant de l’étudier ! (2) la théorie de la réincarnation fait partie de l’enseignement bouddhique. Mais sans doute trouvez-vous cette philosophie (contrairement à ce que pensent une majorité de gens, le bouddhistement n’est pas une religion) est « fumeuse » ! P.S. à Alborg. Moi aussi, je suis surpris de la disparition de notre camarade. Mais je n’en tire aucune conclusion. Il arrive à chacun d’entre nous de s’absenter et de ne pas trouver la possiblité d’accéder à Internet. Ou d’éprouver le besoin de souffler !

    Répondre
  17. Alborg

    12/05/2006

    ……PS : Tiens, mais où est donc passé notre JAURES ? ? Voila pourtant bien un sujet qui serait digne d’alimenter son inspiration, ce me semble ? Ou alors aurait-il peur LUI AUSSI de cette confrontation d’avec le fantôme de REVEL ? ? Décidément ce mec fait peur à tout le monde (de l’Extrême-Droite à la Gauche de Papa toute frileuse) ! ! Je crois décidément que j’y replonge aussi vite que possible, et cette fois, ce sera pour les oeuvres complètes ! ! !

    Répondre
  18. Alborg Senior

    12/05/2006

    Comme je le disais en d’autres termes en réaction à l’article précédent sur Revel, « ni de votre croyance, ni de vos croyances », toutes frappées selon Revel du sceau débilitant de l’IDEOLOGIE, c-à-d. ce que j’appellerais un véritable « fétichisme de l’esprit », vecteurs d’une foi aveugle et non d’un véritable savoir ! Pour Revel : Communistes,Socialistes,Islamistes ou Chrétiens intégristes : même combat, car tous bigots !….. JF REVEL, un des rarissimes penseurs de Droite qui refuse d’identifier bêtement « Droite » et « Religion », E N F I N ! Et c’est un homme comme lui que nous venons de perdre, d’une lucidité et d’une intégrité intellectuelle totalement insurpassée… parce que insurpassable ! ! Merci à G. MILLIERE pour ce très bel hommage, très sensible en même tps que très aigu qui restitue toute sa dimension réelle à un penseur probablement d’une trop grande stature pour la petite province appelée « France ». Et en ce qui concerne cette espèce d’invulnérable stupidité à laquelle vous faites allusion, je comprends et partage entièrement votre tristesse ! Cordialement A JCL (senior) Ce que vous reprochez à G. MILLIERE (son nombrilisme supposé), autant pour vous, cher Monsieur! Qu’a t-on à faire ICI de votre soudaine conversion à de fumeuses théories sur la Réincarnation ? Vous trouvez que c’est tellement le lieu et l’occasion ? ? J’oubliais! Ce n’était jamais qu’un prétexte comme un autre pour ne pas vous trouver confronté à une pensée qui pulvérise vos habituels clivages mentaux ! Quant à vos dernières allusions venimeuses aux Grands Restos fréquentés par JFR, et dont il aurait obtenu « le tiquet » à force de faire -selon vous – le jeu du « Politically correct », c’était évidemment plus fort que vous : il fallait que vous fassiez une fois de plus, l’étalage de vos ressentiments haineux habituels ! ! AU MODERATEUR Merci d’avance pour ne pas me censurer une fois encore – sinon je vous laisse définitivement seul au milieu de vos crocodiles bien-aimés ! Alborg

    Répondre
  19. Serge Weidmann

    12/05/2006

    Cher Guy Millière, Je sais, et pour cause, ce que vous pouvez ressentir, car je ressens aussi ce vide dans la maison France. Il nous faut à présent éplucher, expliquer, faire connaître, bref, faire vivre sa pensée à partir de son oeuvre. Que pensez-vous de la création d’un « cercle Revel », que l’on peut appeler comme cela ou autrement et qui se donnerait cet objectif? Amicalement

    Répondre
  20. David

    11/05/2006

    R I P M. Revel Votre oeuvre vous survivra Votre combat est immortel !

    Répondre
  21. Jean-Claufde Lahitte senior

    11/05/2006

    Même si je souscris aux propos de Guy Millière sur Jean-François Revel, tout en gommant certains propos un peu trop « thuriféraires », il me paraît regrettable que l’auteur d’un article consacré à la gloire d’un homme donne l’impression de vouloir profiter de la disparition de celui qu’il considère comme son Maître, pour faire sa propre « promotion » (euphémisme !) et celle de ses livres. Ce qui ferait douter de la peine qu’il ressent devant cette perte. Concernant le propos de Jean-François Revel cité en exergue, je dirai que je suis de ceux qui croient en la réincarnation. Seule théorie qui explique que Dieu ait pu créer les hommes en ne leur donnant apparemment pas les mêmes « chances ». Selon les « partisans » de cette thérorie, la réincarnation permet aux hommes, à travers leurs différentes vies, d’évoluer vers la perfection jusqu’à la divinité. Saint Irénée n’a-t-il pas dit : « Dieu s’est fait homme pour que l’homme se fasse dieu. » A chacun de se faire son opinion. Avec, comme condition préalable, de croire en Dieu, évidemment. Ce qui n’était apparemment pas le cas de Jean-François Revel. Ce que je regrette pour lui, même si cela n’enlève rien à la sympathie que j’avais pour lui(1) Mais rien ne dit qu’il ne L’ait pas rencontré à l’ultime moment. Comme il le rencontrera sûrement un jour. Que Dieu l’ait en Sa Sainte Garde ! Cordialement, Jean-Claude Lahitte senior P.S. A propos de « réincarnation », LA COSMOGONIE DES ROSE-CROIX, de Max Heindel, sans cesse réédité depuis 1912, explique bien cette théorie. (1) ce qui n’empêche pas le « pied noir » que je suis de se souvenir, lui aussi (comme le relève Raoul), de certaines positions « gôchistes » qu’il avait prises, notamment pendant la Guerre d’Algérie. Cette prise de « position », et quelques autres, même s’il les avait sans doute prises sans arrière-pensée intéressée, lui auront permis précisément de ne pas être ostracisé par le « politically correct », et de pouvoir continuer à s’exprimer avec une certaine liberté de ton, tout en étant publié. Seule façon, dans cette fausse démocratie, de pouvoir vivre confortablement de sa plume. En s’offrant notamment de succulents déjeuners ou dîners dans de grands restaurants. Notamment en compagnie de l’honorable Guy Millière !

    Répondre
  22. jfdh

    10/05/2006

    J’aimais bien J.-F. Revel.

    Répondre
  23. grandpas

    10/05/2006

    Les gueux vont glappir en choeur.Et les autres se souvenir.

    Répondre
  24. drzz

    10/05/2006

    Un grand hommage pour ce grand penseur de la liberté. Effectivement, Revel va nous manquer à tous. A nous de faire fructifier son héritage.

    Répondre
  25. Raoul

    10/05/2006

    Ancien d’ Algérie , je me souviendrais toujours que Revel a signé la pétition pour l’insoumission : merci pour mes amis qui sont morts là bas !

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)