La démocratie : avancées ou régressions ?

Posté le 13 février , 2012, 12:00
5 mins

Les pharisiens restent sourds devant les réalités.

Politiques et médias, depuis plusieurs années, se focalisent sur des campagnes de vocabulaires où la parole des Pharisiens atteint une telle ampleur que l’on s’approche du moment où le sacrilège sera condamné comme il le fut sous l’inquisition, certes avec les peines de notre époque, au moins dans le monde occidental !

Robert Badinter, ancien ministre de la justice et ancien président du Conseil Constitutionnel, s’est élevé contre la dernière loi condamnant le génocide arménien : en vain. Cette loi vient après une série de lois condamnant la parole dans de multiples domaines, sous le motif que la démocratie doit progresser.

Est-ce qu’elle ne régresserait pas au contraire ?

Plusieurs faits-divers devraient d’ailleurs nous faire réfléchir :

  1. La Chrétienne Asia Bibi est condamnée à mort au Pakistan pour avoir donner un verre d’eau à une musulmane.

  1. Claude Guéant est voué aux gémonies pour avoir déclaré que « toutes les civilisations ne se valent pas, il y a une différence entre une civilisation qui favorise la démocratie et celle qui accepte la tyrannie ».

  1. Marine Le Pen, avec 20 % d’intentions de vote, peine à trouver ses signatures, car elle veut limiter l’immigration et sortir de l’euro. On peut être en désaccord, mais elle ne constitue pas un danger pour la démocratie.

Dans le premier cas, celui d’Asia Bibi, la campagne en sa faveur, tant politique que médiatique, fut réduite à sa plus simple expression : cela n’était pas politiquement payant !

Concernant Claude Guéant, on peut certes débattre avec lui, mais que dire des régimes arabes, chaque jour plus nombreux, qui se réclament de la Charia après leur révolution dite démocratique ?

Concernant Marine Le Pen, diabolisée, que signifieraient des élections présidentielles et législatives qui verraient des élus, gouverner avec 35 à 40 % de l’électorat, si l’on retire les abstentionnistes, le F.N. et l’opposition ?

Dans les trois exemples cités, le politique se réfugie dans un légalisme formel qui rappelle les pharisiens des Evangiles. Pourquoi cette remarque et quel rapport avec la géopolitique ? Ce rapport est criant, même si il est encore masqué, mais pour peu de temps, par la crise financière que nous subissons.

Rappelons d’abord l’opinion de Wladimir Poutine, le Premier ministre russe avec ce jugement sans appel : « dans vingt ans, la France sera devenue la colonie de ses colonies ». Rappelons ensuite l’explosion imminente des volcans du Moyen-Orient, car les guerres et les révolutions, touchant 500 millions d’habitants, ont ruiné des économies aussi faibles que fragiles.

Quelles conséquences ?
  • L’extrémisme islamique a pris et prendra le pouvoir.

  • L’émigration risque de devenir massive, dans une sorte de sauve-qui-peut.

  • La frappe d’Israël sur l’Iran serait un détonateur de conflits menaçant les approvisionnements pétroliers.

Commander, c’est prévoir : concernant la France, cela exigerait de la part de nos responsables la recherche de constats objectifs et l’adhésion à des vraies priorités, à une vraie morale, avec cette union nationale sans laquelle aucun redressement durable ne peut être espéré.

L’histoire va galoper : préparons nous, chers lecteurs, chers auditeurs, restons sourds aux chants des faux prophètes et retrouvons le sens des vraies valeurs.

Hubert Beaufort,

avec l’aimable autorisation de Radio Notre-Dame

7 Commentaires sur : La démocratie : avancées ou régressions ?

  1. Daniel

    14 février 2012

    Claude  R
      "Mais sur le fond, il faudrait déjà simplement que dans leur esprit, les Français abandonnent ce principe instillé par les cathos que la pauvreté est une vertu."
    Cela peut être une vertu dans des conditions bien définies exactement comme pour la richesse (il faut juste que les régles soient communes).
      C’est un principe effectivement lourd de conséquences dans un monde de charognards, un monde qui me semble désormais plutôt fonctionner selon l’autre extrême où gagner se confond avec voler; où mériter est assuré par un droit et non par la reconnaissance de celui qui paye. 

    Répondre
  2. kirad

    14 février 2012

    …et c’est ce type, qui laisse une ardoise de 500 milliards d’euros à rembourser par nos enfants, qui s’accroche aux branches de l’Elysée ? Dehors, foutons-le dehors !

    Répondre
  3. HansImSchnoggeLoch

    14 février 2012

    <<Claude Roland: Et là, je préfère l’esprit protestant qui édicte que la richesse est issue du travail honnête par l’exploitation du ou des dons personnels accordés à l’individu par son créateur.
    Étant protestant de la Confession d’Augsburg, je ne puis qu’approuver. Voir la parabole des talents qui décrit très bien le processus.

    Répondre
  4. Anonyme

    14 février 2012

    HOMERE m’a bien fait rire… 😉 Merci Ben pour frapper l’Iran, les Israëliens sont déjà sur les starting blocks… Pas besoin de s’en mêler. On y sera tôt ou tard par voie de conséquence. Pour ma part, j’ajouterai à ce programme la forte limitation des émoluments et primes des Ministres, députés, sénateurs et hauts fonctionnaires ramenés au salaire de simples cadres. On ne fait pas de la politique pour faire de l’argent. Il me semble voir entendu d’ailleurs que Marine Le Pen a dit qu’elle réduirait ces salaires. Mais sur le fond, il faudrait déjà simplement que dans leur esprit, les Français abandonnent ce principe instillé par les cathos que la pauvreté est une vertu. Il n’y a pas plus hypocrite ! Et là, je préfère l’esprit protestant qui édicte que la richesse est issue du travail honnête par l’exploitation du ou des dons personnels accordés à l’individu par son créateur. Je rappelle que Louis XIV a, par la révocation de l’Edit de Nantes littéralement cassé le moteur économique de la France qui, depuis, est + ou – embourbée dans un marécage socio-économique (au contraire des pays à obédience protestante). Maintenant, étant donné que les quelques gens intelligents et lucides sont littéralement encerclés par les mongoliens et les 2 de QI, on est pas rendus…

    Répondre
  5. serio

    14 février 2012

    Dans ces élections qui approchent, le plus important est de jeter le fourbe, le plus méprisable.

    Répondre
  6. gatea

    13 février 2012

    La démocratie n’est un mode de gouvernement qu’à l’école. Dans les faits, elle n’est qu’un slogan de diversion employé par les gouvernants pour faire croire que le bien public est leur première préoccupation.

    Répondre
  7. HOMERE

    13 février 2012

    Par ordre de priorité :

    Frapper l’Iran d’urgence,

    Assainir les finances publiques,

    Virer les assos anti françaises,

    Virer les syndicats politiques,

    Virer les journaleux insipides et incompétents,

    Restaurer la France dans sa culture judéo chrétienne,

    Déplacer les mosquées de 1000 kilomètres,

    Rendre obligatoire la religion chrétienne sous peine d’expulsion,

    Virer tous les écolos bidons dans un goulag enfumé à la marijeanne,

    Nommer Hulot premier ministre des pinsons et Cohn Bendit aux calins des petits,

    Désigner le plein de boutons aux commandes de l’inculture généralisée,

    Mettre Mélanchon Ministre de la Guerre,

    Et Marine Le Pen Présidente des anti Sarkozy…..

    Elle est pas belle la vie ?

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)