La France renoue avec les Etats-Unis

Posté le 28 août , 2007, 12:00
8 mins

Il faudra beaucoup de temps sans doute. Tant d’inepties et de stupidités ont été écrites et dites. Tant de décisions grotesques et délétères ont été prises. Tant d’insultes haineuses ont été proférées. Néanmoins, la politique étrangère de la France est apparemment entrée dans une phase de changements qui, si elle devait se poursuivre, permettrait à ce pays de tourner une page absolument lamentable et de retrouver le chemin de la dignité.

Cela avait commencé, en fait, avant l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République, avec un voyage aux États-Unis, une rencontre avec George Bush et un discours où avait été évoquée l’arrogance du couple infernal Chirac-Villepin. Le mot n’effaçait pas le comportement, mais il était approprié. Il indiquait que la France ne pouvait se résumer à un couple infernal. Cela s’est poursuivi avec la rencontre entre Nicolas Sarkozy, devenu président, et Bush père et fils, à Kennebunkport. Cela s’est continué, de manière éclatante, par la visite de Bernard Kouchner à Bagdad, venu affirmer qu’une certaine façon de pratiquer les relations internationales était, en France, en train de se trouver rangée au magasin des accessoires honteux.

Ce qui peut se produire, c’est le renouveau de liens d’amitié, que rien, en toute logique, n’aurait dû distordre, entre la France et les États-Unis. Ce qui peut se dessiner, c’est la fin d’une division dommageable de l’Europe, et la possibilité pour les principaux dirigeants de celle-ci de renouer avec des principes que, pendant quelques années, Tony Blair avait été presque seul à assumer. Un message est envoyé ainsi à l’ensemble du monde arabe selon lequel la possibilité de s’abriter derrière la France pour justifier cautèles, lâchetés et turpitudes se dérobe.
Les dirigeants iraniens discernent qu’ils ne pourront vraisemblablement plus compter sur la France pour les protéger implicitement et parler d’eux comme d’une « force de stabilité ». Le message, par ondes de transmission, pourrait aller jusqu’à Moscou, où Vladimir Poutine ne peut que commencer à voir qu’il ne reste à peu près rien de ce qu’un journal américain avait défini voici quatre ans comme l’« axe des fouines ». Schröder est tombé le premier. Le couple infernal a suivi et est condamné désormais à jouer le rôle de spectateur d’une histoire qui s’écrit sans lui, et contre lui.

Rien n’est parfait, bien sûr : je continue à m’interroger sur l’épisode Kadhafi en juillet. Néanmoins, Nicolas Sarkozy et Bernard Kouchner discernent que la France ne peut avoir un futur que dans une synergie de l’Occident tout entier, et non pas en tournant le dos à la première puissance démocratique et capitaliste du monde. Ils voient que se placer en position de chef de file des diverses satrapies du monde sous-développé ne peut que conduire à l’ornière.

Parce qu’il est un homme d’éthique, parce qu’il a vu directement les souffrances des Irakiens au Kurdistan, Bernard Kouchner, avec courage, a approuvé le renversement de Saddam Hussein, l’ami fidèle du couple infernal. Je me souviens de ses mots à l’époque, qui étaient ceux, aussi, d’André Glucksmann. Aujourd’hui, Bernard Kouchner, comme Nicolas Sarkozy, sait que le statu quo en Irak était intenable, qu’un changement de régime était salubre et nécessaire.
Il sait, comme Nicolas Sarkozy, que le peuple irakien n’est pas de la fange dont on fait les bourbiers, comme disent, méprisants, tant de pseudo-humanistes et de vrais racistes. Il sait que les Irakiens sont des êtres de chair, de sang, de souffrances, mais aussi d’espérances.

La politique étrangère française change, mais, en fait, c’est toute la situation planétaire qui pourrait bien changer. Ceux qui ont voulu diviser la Civilisation pour faire le lit de l’islamisme et du terrorisme, ceux qui pensaient que c’était mieux sous Saddam, ceux qui se réjouissaient à l’idée d’une victoire de l’obscurantisme génocidaire au Proche-Orient et en Europe rien que pour le plaisir moisi de se dire que cela humilierait l’Amérique, risquent fort d’en être pour leurs frais.
Je m’amuse d’ores et déjà de les voir se contorsionner en disant que Chirac et Villepin avaient raison, que Sarkozy et Kouchner ne font que « continuer » l’action du couple infernal. La politique étrangère française change, oui. Le monde bouge. Il serait utile que certains journalistes, commentateurs et politiciens reconnaissent qu’ils ont péché par vanité, par myopie et par ignorance.

Recommander cet article sur les sites de syndication d’information :

27 Commentaires sur : La France renoue avec les Etats-Unis

  1. Misanthrope modéré

    10 septembre 2007

    Je poste un nouveau message, le précédent n’étant pas passé, apparemment. Serait-il possible à la modération de publier celui ci ? Je la remercie d’avance.

    +++++++++++++++++++++++

    >>> Et bien simplement au nom du "bon sens" et de l’honneur, notions que vous ne semblez pas posséder. 

    Je considère que, si vous confondez les prisonniers – qui sont des victimes- et les traîtres, c’est vous qui "semblez" ne pas posséder d’honneur.

    +++++++++++++++++++++++

    Vous etes simplement "géné" qu’il y ait eu des résistants; vous vous faites le défenseur des soumis et des laches.

    Et vous le défenseur de la calomnie, de fait.

    Celui qui traite de "traître" un prisonnier qui obéit à son geôlier, j’affirme bien sûr que cette personne n’a pas d’honneur (ainsi de Staline qui faisait fusiller les soldats soviétiques qui s’étaient rendus aux allemands… Bravo !). C’est ce que vous faites en reprochant leur comportement aux 90% de Français qui n’étaient pas des collaborateurs actifs.

    Par ailleurs, j’ai parlé de "témérité", s"agissant de l’action de certains résistants. Je suppose que vous loueriez le courage de gens qui tireraient dans le tas sur un otage et son ravisseur ?

    Si lorsqu’un résistant tuait un Allemand dans un attentat, les Allemands tuaient dix Français en représailles, on comprend que l’action d’un résistant de ce genre était téméraire, pour être gentil. Evidemment, de nombreuses actions intelligentes et admirables ont été menées par la Résistance. Je ne l’ai jamais nié ; ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit.

    Hélas, quoi qu’il en soit, la Résistance intérieure n’aurait pu chasser les vichystes, soutenus par les nazis. Seules des armées externes le pouvaient. Voilà pourquoi je dis que la Résistance intérieure n’était ni impérativement requise (quoique bienvenue et appréciée comme force d’appoint), ni décisive pour la victoire.

    ++++++++++++

    Enfin, je ne vois pas au nom de quoi ceux qui affirment que Vichy était la France devraient s’attendre à de la gratitude de la part des Français. Soyez logique, bonsoir !

    Si l’on pense que la France légitime était celle de De Gaulle (et donc que Vichy n’engage pas la France), alors, on peut admettre que les Américains s’attendent à être remerciés par les Français pour les avoir libérés du vichysme. Si, par contre, les Américains pensent que Vichy était la France (c’est bien ce que vous dites ?), et donc que les Français se reconnaissaient dans Vichy, pourquoi voudraient-ils que la France ait de la gratitude pour ceux qui l’ont privée du vichysme qu’elle aimait ? Si vous traitez les Français de vichystes, comme le font les Américains depuis un moment, vous devez renoncer à attendre de notre part aucune gratitude. De Gaulle se méfiait d’ailleurs de l’Amérique parce qu’elle a tardé à reconnaître la France libre, contrairement aux Britanniques. Heureusement que l’entourage de Roosevelt a convaincu ce dernier de se ranger plutôt aux vues britanniques sur la question.

    De toutes façons, si l’on juge que le nazisme était le Mal dans l’absolu, alors les Américains ne devraient pas demander de remerciement à Untel ou Untel pour avoir combattu ce Mal, puisque ils n’ont fait que leur devoir. Combattre le nazisme, ce n’était pas optionnel, normalement, n’est-ce pas ? Bon, vous vous y êtes mis qu’en 1941, après avoir été attaqué, très bien, mais il était temps. Et vous auriez le front, encore, de critiquer ceux qui combattaient Hitler avant vous mais qui ont été ses victimes à cause du retard de votre contribution à la lutte contre le nazisme ?

    >>> Etes-vous etes devenu "Misanthrope" en vous regardant dans la glace?

    ++++++++++++

    Je le suis devenu en comprenant les nuisances causées par la plupart des tenants de la "mémoire" et de la repentance, qu’ils soient atlantistes ou tiers-mondistes.

    >>> Mouais, " protéger son aviation", not fair de  dire ca de cette facon ; au début de la guerre l’Angleterre a fait de son mieux et a envoyé 4 escadrons d’Hurricanes (Nos. 1, 73, 85 et 87) en France et a conservé ses Spit pour la défense du territoire ( Il y avait quand meme une rumeur sur l’invasion de la GB par Hitler, a l’époque, n’est ce pas?) .  Il semblerait que le déroulement ET le résultat magnifique de la Bataille d’Angleterre, ai bien donné raison a Hugh Dowding d’avoir conservé ses Spits.  Tenez imaginez seulement que, par manque de résistance aérienne suffisante,  Goering ait gagné et que la Wehrmacht soit passée en G.B.  Et vous savez bien que c’est cela qui se serait passé.

    Pourquoi cela devrait-il m’intéresser ? Mon reproche est au moins largement aussi valable que le vôtre, qui consiste à critiquer les Français pour ne pas s’être assez sacrifiés dans la lutte contre Vichy. A ce moment là, il ne faut pas vous attendre à ce qu’on s’intéresse à vos justifications.

    Répondre
  2. £d&n

    9 septembre 2007

    Bien le bonjour , bonsoir ;salam , ou bien tout ce qui vous fera plaisir.

    Je suis jeune et c’est en regardant sur un symple cite de telechargement, que je tombe sur vous là, en train de reprendre l’un pour qq chz l’autre pour l’autre .. on serait malins on parlerait pas de tout ça .

     Aurevoir Alahimanet. Edin.

    Répondre
  3. Anonyme

    6 septembre 2007

    Misanthrope modéré,

    Je vous écrivais plus haut : " Sur ce, on est malgré tout en droit, et meme en devoir, de se faire une idée sur l’attitude des Francais sous l’occupation, et, désolé, on peut meme en conclure qu’il ne fut guere brillant. "
    et vous r
    épondéz :  " Mais ça, je le conteste. Je ne vois pas au nom de quelle morale, on peut émettre un jugement tel que le vôtre. ça vous paraît peut-être un lieu commun, mais c’est le résultat d’un long travail de propagande francophobe.

    Et bien simplement au nom du "bon sens" et de l’honneur, notions que vous ne semblez pas posséder. 
    De meme quand vous
    écrivez: "Les actes des résistants de l’intérieur étaient certes louables, mais en aucun cas indispensables à l’honneur de la France. C’était des actes héroïques, or l’héroïsme est exceptionnel, et l’absence d’héroïsme n’est nullement une "faute".
    Interessant. Vous etes simplement "g
    éné" qu’il y ait eu des résistants; vous vous faites le défenseur des soumis et des laches. Etes-vous etes devenu "Misanthrope" en vous regardant dans la glace?

    Mancney

    Répondre
  4. Misanthrope modéré

    6 septembre 2007

    >>>Ne refaite pas l’histoire de France. De Gaulle n’a jamais été reconnu chef de la vraie France

    Ah ouais ? C’est pour ça que la France a obtenu un siège de procureur au Tribunal de Nuremberg (et je ne parle même pas du siège au Conseil de Sécurité de l’ONU et de la zone d’occupation de l’Allemagne) ? Si Vichy, complice de la Shoah,

    était "la France" il faudrait m’expliquer comment les alliés ont pu coopter comme procureur le complice d’un crime pour juger ledit crime. Je veux bien que l’on puisse arranger le Droit pour raison d’opportunité politique, mais pour une chose aussi grave que celle-là, qui tenait à coeur la conscience de l’époque, il ne faut pas pousser… Au plan interne, dès lors que le vote des pleins pouvoirs à Pétain ne respectait pas la constitution (c’est-à-dire le mandat confié aux députés par le peuple français), cette prise de pouvoir était un coup d’Etat. Il y a eu deux lois : celle des pleins pouvoirs, le 10 juillet et celle de la fondation de l’"Etat Français" (une "puissance de fait" puisque ce régime était illégal), le 11 juillet. L’une comme l’autre étaient inconstitutionnelles.

    Evidemment, certains diront que les putschs qui réussissent sont légaux.

    > parce qu’ils sont tacitement validés par le peuple si ce dernier ne se révolte pas. Mais le peuple français était dans l’incapacité d’exprimer librement sa volonté, on l’a dit, puisque des forces étrangères s’en seraient pris à sa vie s’il avait renversé les autorités de collaboration. Voilà ce qui a retardé le rétablissement de la légalité républicaine en France. Avec le soutien de ses alliés (qui se sont fait parfois désirer un moment), le peuple Français a chassé les autorités vichystes et rétabli le gouvernement légal, celui de De Gaulle (ce dernier, après avoir vérifié qu’il était le premier dans l’ordre consulaire à n’avoir pas trahi, a donc logiquement conclu que la direction de la France lui revenait). La légalité républicaine a été restaurée progressivement sur le territoire français, d’abord dans l’ambassade de France à Londres, puis à Saint-Pierre et Miquelon, puis en Afrique du Nord et enfin en métropole. Je cite Wikipédia : "Les résistants et le Gouvernement provisoire de la République française contestent la légalité du régime de Vichy. Ainsi, à la libération, tous les actes du régime sont frappés de nullité. Il ne sera pas jugé nécessaire de proclamer la République puisque l’ordonnance du 9 août 1944 relative au rétablissement de la légalité républicaine proclame en son article 1er que : "La forme du Gouvernement est et demeure la République. En droit, celle-ci n’a pas cessé d’exister". Le régime de Vichy, considéré comme une autorité de fait, est nul."

    > Lorsqu’il y a reconnaissance internationale du nouveau régime. Or, je le répète, la communauté internationale a refusé de valider le coup de force de Vichy.
    Evidemment De Gaulle n’a pas été reconnu par grand monde au début parce que seul le Royaume-Uni (et la France libre, donc) étai(ent)t en guerre contre l’Axe. Pour savoir quel gouvernement était celui de la Vraie France, il faut demander l’avis de la communauté internationale légitime, celle qui combattait le nazisme, c’est-à-dire le Royaume Uni puis ceux qui se sont alignés sur ses positions au fur et à mesure qu’ils entraient en guerre contre Hitler. Evidemment, l’Axe et certains neutres reconnaissaient Vichy mais ce n’est pas une référence.

    Enfin, tout ça est bien connu. Cela a été expliqué par René Cassin. Les juristes de l’époque avaient du bon sens, pas comme les lobbies victimaires actuels qui font du chantage au racisme et à l’antisémitisme, et devant lesquels Chirac s’est couché en 1995 avec son discours du Vel d’Hiv. Jospin a d’ailleurs mis 15 jours pour s’aligner sur la position chiraquienne, preuve qu’il était gêné aux entournures, mais Sege Klarsfeld l’a sommé de reconnaître la culpabilité de la France, et Jospin savait que s’il ne lui avait pas obéi, il aurait été accusé d’antisémitisme. Un truc pareil, ça peut briser votre carrière politique.

    Alors, si les Français sont lâches, ce n’est certainement pas ceux de 39/45, mais ceux de maintenant qui se croient pourtant meilleurs que leurs ancêtres parce qu’ils laissent traîner dans la boue leur mémoire.

    +++++++++++++++++++++

    >>> et Vichy était bien légal (Sinon pourquoi autant de lois et organisme créés par Pétain existent ils encore? de la retraite par répartition à l’ordre des médecins en passant par les vacances scolaires d’été).

    Ah bon ? ça se veut un argument ça ? Mais hélas, Vichy a géré une partie du territoire et il a fallu tenir compte du fait accompli pour les actes administratifs courants. C’est une exception à la règle selon laquelle Vichy était nul et non avenu. Juridiquement, je ne vois pas où est le problème. La république a repris à son compte les rares choses positives faites par Vichy, oui et après ? Hitler a bien fait construire des autoroutes. Les Allemands les ont bien gardées après la défaite et on n’a pas dit que c’était une approbation tacite du nazisme.

    +++++++++++++++++++++

    >>> Les socialistes et autres forces de progrés françaises (PCF) soutenaient en 40 le parti national socialiste des travailleurs allemands. Lisez la route de la servitude de Hayek, publié en 1941.

    Pourquoi vous me racontez ça a moi ? Je ne suis pas communiste, moi ! Je sais bien que les cocos n’ont résisté qu’en 41. Ben oui, les soviétiques (comme les USA) ne sont rentrés en guerre qu’après avoir été attaqués par l’Axe. Bon, enfin, De Gaulle n’allait pas cracher sur ceux qui se proposaient de l’aider, même tardivement, que voulez-vous que je vous dise ?

    Churchill aurait dit, paraît-il, qu’"on n’a[vait] pas tué le bon cochon" (comprendre : "il aurait fallu combattre Staline en s’alliant à Hitler"). Oui bon, l’Histoire aurait pu être différente, mais avec des "si" et des "mais", on mettrait Paris dans une bouteille…

    +++++++++++++++++++++

    >>> La bataille d’Angleterre fut trés difficile et pénible pour les anglais, eux, au moins n’ont jamais utilisé leurs services publics (postes et chemins de fer) pour aider les nazis. Ils avaient aussi un flingue sur la tempe.

    Mais qu’est ce que c’est que cette argutie ? Cette bataille fut très pénible pour les Anglais, je vous l’accorde, mais ils avaient la mer qui les séparait des armées terrestres allemandes. Ils bénéficiaient d’un avantage dont nous ne disposions pas. Dans les territoires britanniques conquis par l’Allemagne – les îles anglo-normandes –  les sujets de sa Majesté n’ont pas montré un comportement différent de la population française sous occupation allemande (ou à la merci de Vichy, cet artéfact de l’Allemagne).

    Donc, non, les Britanniques n’avaient pas un pistolet sur la tempe comme la population métropolitaine française, dont la situation était comparable à celle d’un prisonnier de guerre. Il n’en allait pas de même pour les Anglais ni pour les Forces Françaises Libres, qui avaient la possibilité de faire leur devoir : combattre l’Allemagne. Je reviendrais plus bas sur les Forces Françaises de l’Intérieur.

    +++++++++++++++++++++

    >>> Sur votre fouillis sur la démocraties, les valeurs de liberté individuelles etc… sont l’expression de droits naturels et inaliénables de l’individu, c’est à dire non opposable à un état et donc devant être respectés même si le peuple veut l’inverse et ce toujours dans le respect des autres (vous savez, la liberté s’arrête la ou commence celle des autres, seule et unique borne de ces valeurs). Et je ne crois pas qu’un dictateur est couvert par le bon vouloir du peuple qui refuse la démocratie. Comme le dit l’autre, la dictature aimer la ou quitter la ( ah non pardon ou faites vous executer).

    Je connais vaguement votre préchi précha hayekien, mais les théories hayekiennes de l’"ordre spontané" sont basées sur des considérations historicistes ad hoc et ne découlent pas d’un raisonnement juridique et logique sur la source du vrai Droit. Si vous pensez que l’on peut attaquer n’importe quel état dont le régime ne nous plaît pas au nom de "la liberté", sachez que ce point est fort disputé, y compris par des libéraux plus intransigeants que vous. Allez sur "Liberaux.org", par exemple et vous verrez que, pour de nombreux libéraux, votre Hayek est un socialiste collectiviste. Eh bien, ces libéraux, qui ont une conception très rigoureuse du Droit, ne voient pas en quoi les dirigeants de certains Etats, au prétexte qu’ils seraient "démocratiques", auraient toujours raison quoi qu’ils entreprennent contre les populations d’autres pays, quand bien même ces derniers seraient dictatoriaux.

    +++++++++++++++++++++

    >>> Sur ce, on est malgré tout en droit, et meme en devoir, de se faire une idée sur l’attitude des Francais sous l’occupation, et, désolé, on peut meme en conclure qu’il ne fut guere brillant.

    Mais ça, je le conteste. Je ne vois pas au nom de quelle morale, on peut émettre un jugement tel que le vôtre. ça vous paraît peut-être un lieu commun, mais c’est le résultat d’un long travail de propagande francophobe.

    Voyons cela. Tout le monde reconnaît qu’il y a eu trois attitudes :

    > La collaboration "active". 5% des Français se sont comportés ainsi. C’est Mal. Pas de problème en général sur ce point.
    > La résistance. 5% des Français ont "résisté" en gros. C’est Bien. Pas de problème, non plus, normalement. Quoique… j’y reviendrai.
    > Tout le problème porte sur la qualification des 90% de la population qui ont eu une attitude de collaboration dite "passive". Et là, les atlantistes comme les gauchistes, sont d’accord pour juger la France coupable, parce qu’ils sont unis dans la francophobie. Le mot de "collaboration" pour qualifier l’attitude de la population française est choisi à dessein par les antifrançais pour exercer leur odieux chantage moral.

    Mais je ne connais aucune morale qui impose aux individus de se révolter contre l’autorité au risque d’être tué ou torturé. On exige pas cela d’un prisonnier de guerre, et on ne doit pas non plus  l’exiger d’une population civile occupée par une puissance étrangère. Les Juifs communautaires sont bien procéduriers aujourd’hui pour gratter de la thune au détriment des Français innocents. C’est facile, quand une grande part de la population vous a caché et défendu, d’utiliser ses lois et ses tribunaux pour lui soutirer son pèze (je ne parle pas du jugements des collabos, mais du pognon versé par l’Etat, donc la collectivité, au titre de la culpabilité de la France dans la Shoah, Papon n’ayant payé que la moitié de la somme). Certes, selon la morale chrétienne, on peut accéder à la sainteté par le martyr, mais même le christianisme n’exige pas la sainteté pour accorder le salut. A fortiori, cette exigence n’est requise par aucune morale laïque.

    La question du "mythe de la France toute entière résistante" auquel le discours chiraquien de 95 aurait mis un terme, est un faux débat : nul ne soutenait plus depuis longtemps que la France avait été "toute entière résistante". C’est qui est une infamie est de considérer que la France était "coupable" pour autant, et maculée par les actes de Vichy.

    Oui, les Français des territoires libérés, avaient, comme tout soldat, le devoir de se battre contre l’ennemi. C’est en vertu de cette exigence qu’on peut juger de la bravoure, ou non, des Français, pas en fonction du "comportement des Français sous l’occupation", comme nous le serine le pouvoir ethnomaso actuel.

    Alors j’en arrive à la résistance intérieure. Les actes des résistants de l’intérieur étaient certes louables, mais en aucun cas indispensables à l’honneur de la France. C’était des actes héroïques, or l’héroïsme est exceptionnel, et l’absence d’héroïsme n’est nullement une "faute" : c’est pourtant le raisonnement implicite de ceux qui reprochent aux Français la "faute" de la collaboration. J’irai même plus loin. Je me demande dans quelle mesure les faits de résistance intérieure ne dépassaient pas parfois le courage (admirable) et ne confinaient pas à la témérité. C’est un tabou, selon l’historien Marc Ferro, mais De Gaulle se méfiait, dit-on, des résistants de l’intérieur. Je me dis qu’il n’avait peut-être pas tort.

    Cordialement.

    Répondre
  5. Anonyme

    5 septembre 2007

    Thanks pour l’analyse,  Misanthrope. Vous avez l’air d’en savoir un bout sur le comportement "sous influence". D’une maniere légérement différente, ca me rappelle un peu les observations de Stanley Milgram, décrites dans son bouquin " Soumission a l’autorité". Un regal.
    Anyway, vous avez absolument raison sur un point, c’est celui de notre capacité a juger l’Histoire et, je répete, encore une fois, on NE PEUT PAS JUGER FAITS EVENEMENTS survenus 1000 ou 50 ans en arriere avec nos PRINCIPES ET REPERES ACTUELS. Pour etre honnete et pour ne pas se planter, il convient absolument de se replacer dans le CONTEXTE de l’époque, ses valeurs, ses technologies, ses moeurs. Obvious, non? (Idem pour le lieu géographique).
    Sur ce, on est malgré tout en droit, et meme en devoir, de se faire une idée sur l’attitude des Francais sous l’occupation, et, désolé, on peut meme en conclure qu’il ne fut guere brillant. Le comportement sous la pression est un des attributs de la personnalité, individuellement ou collectivement, et on attend du Commandant de bord qu’il sauve notre peau et ramene l’avion quand il y a le feu et que le temps est tres mauvais.

    Misanthrope modéré : " Churchill a dû batailler contre son opinion publique pour oser s’en prendre à l’Allemagne, et il nous a quand même laissé tomber en 40 pour protéger son aviation. "
    Mouais, " protéger son aviation", not fair de  dire ca de cette facon ; au début de la guerre l’Angleterre a fait de son mieux et a envoyé 4 escadrons d’Hurricanes (Nos. 1, 73, 85 et 87) en France et a conservé ses Spit pour la défense du territoire ( Il y avait quand meme une rumeur sur l’invasion de la GB par Hitler, a l’époque, n’est ce pas?) .  Il semblerait que le déroulement ET le résultat magnifique de la Bataille d’Angleterre, ai bien donné raison a Hugh Dowding d’avoir conservé ses Spits.  Tenez imaginez seulement que, par manque de résistance aérienne suffisante,  Goering ait gagné et que la Wehrmacht soit passée en G.B.  Et vous savez bien que c’est cela qui se serait passé.

    Misanthrope modéré : " Nos chers amis Américains ont daigné finalement se pointer quand tous les autres étaient bien esquintés."
    Pas tres sympa non plus. Et beaucoup d’Américains se sont engagés individuellement bien AVANT Pearl Harbour et sont venus volontairement en Grande Bretagne pour PARTICIPER a la guerre contre les Nazis. Merci pour la gratitude a leurs égards. (Sale défaut, l’ingratitude, bien plus grave que la misanthropie).  Vous ne voulez pas etre juste objectif, non? Ca n’aura pas pris bien longtemps a "tous les autres" pour etre bien esquintés" comme vous dites;  par la faute des Ricains, des Allemands ou simplement des Francais et de leurs déja fameux "Gouvernements" d’avant guerre?

    Non, la question qui se pose, est celle de la "démocratie" en France : Vu la qualité des gouvernements que l’on s’offre démocratiquement, vu les conséquences bien trop prévisibles des politiques menées par nos deux derniers presidents, et qui risque de mener a la destruction du TISSUS Francais, la France a-t-elle intéret a etre une démocratie? Voila.
    Je n’ai pas la réponse.
    Remarquez, ca va etre réglé dans qqs dizaines d’années.

    Best,
    Mancney

    Répondre
  6. Anonyme

    5 septembre 2007

    St Ex : " Quant à une intervention armée Française en Irak, arrêteeeeeeeez, soyez sérieux… quelle armée Française ?!!!  Que peut-on faire avec une petite armée équipée de quelques échantillons de prototypes et d’engins usés à la corde?
    Il faut six/huit mois pour entrainer un combattant. On commence demain. Voila.

    Best,
    Mancney

    Répondre
  7. doctorevil

    5 septembre 2007

    Un peu d’humour,

    Une reponse de Churchill à De Gaulle qui le questionnait sur les tenus élégantes de Churchill:

     "Mon cher, tout le monde n’a pas la chance de s’habiller en soldat inconnu"

    Répondre
  8. doctorevil

    5 septembre 2007

    Misanthrope moderé,

    Ne refaite pas l’histoire de France. De Gaulle n’a jamais été reconnu chef de la vraie France et Vichy était bien légal (Sinon pourquoi autant de lois et organisme créés par Pétain existent ils encore? de la retraite par répartition à l’ordre des médecins en passant par les vacances scolaires d’été).

    Les socialistes et autres forces de progrés françaises (PCF) soutenaient en 40 le parti national socialiste des travailleurs allemands. Lisez la route de la servitude de Hayek, publié en 1941.

    La bataille d’Angleterre fut trés difficile et pénible pour les anglais, eux, au moins n’ont jamais utilisé leurs services publics (postes et chemins de fer) pour aider les nazis. Ils avaient aussi un flingue sur la tempe.

    Sur votre fouillis sur la démocraties, les valeurs de liberté individuelles etc… sont l’expression de droits naturels et inaliénables de l’individu, c’est à dire non oppossable à un état et donc devant être respectés même si le peuple veut l’inverse et ce toujours dans le respect des autres (vous savez, la liberté s’arrête la ou commence celle des autres, seule et unique borne de ces valeurs). Et je ne crois pas qu’un dictateur est couvert par le bon vouloir du peuple qui refuse la démocratie. Comme le dit l’autre, la dictature aimer la ou quitter la ( ah non pardon ou faites vous executer).

    Répondre
  9. Misanthrope modéré

    4 septembre 2007

    >>> Il ne faut pas oublier, il faut toujours avoir a l’esprit que l’écrasante majorité du peuple de ce pays -et c’est naturellemnt son droit- a été pour Pétain et que quelques 60 ans plus tard elle a été unie comme jamais avec Chirac/Villepin contre l’intervention en Irak.

    +++++++++++++++++

    Il est complètement stupide d”invoquer ce que pensaient les Français durant l’Occupation pour en déduire quoi que ce soit sur l’esprit de ce peuple.

    Les Anglo-Saxons étaient pro-nazis avant-guerre. Ils nous ont dissuadé d’intervenir au profit des Républicains espagnols contre Franco. La France et le Royaume-Uni étaient parties au conflit contre Hitler (en Norvège) avant que les gentils Américains et les gentils soviétiques daignent entrer en guerre, et encore, seulement après avoir été attaqués par l’Axe. Churchill a dû batailler contre son opinion publique pour oser s’en prendre à l’Allemagne, et il nous a quand même laissé tomber en 40 pour protéger son aviation. Nos chers amis Américains ont daigné finalement se pointer quand tous les autres étaient bien esquintés. Alors qu’ils ne la ramènent quand même pas trop avec leurs leçons d’antinazisme ou d’antipétainisme.

    Ce que "pensaient" les Français n’est pas pertinent. Est-ce qu’on s’est occupé de l’état d’esprit des Britanniques dans les îles anglo-normandes sous occupation allemande ? Est-ce qu’on demande son avis à quelqu’un qui a un pistolet sur la tempe, ou à un soldat fait prisonnier ? Non, parce que le consentement de ces personnes est vicié, naturellement, ce qui entraîne la nullité de tous les actes qu’elles pourraient effectuer sous la contrainte. Quant aux appréciations selon lesquelles les Français "approuvaient" Pétain, elles se rapportent à des sentiments, à l”"esprit de l’époque", et ce genre de choses toutes plus floues les unes que les autres, mais n’engagent certainement pas la responsabilité des Français. Même un référendum validant le putsch de Pétain n’aurait eu aucune valeur dans les conditions de l’époque : la présence de troupes étrangères sur le territoire français.(1)

    Chirac n’a par ailleurs rien avoir avec Pétain. Le second était antisémite, Chirac a le défaut inverse : c’est un ethnomaso qui se prostitue avec les mafias mémorielles ; juive d’abord (d’où l’écoeurante reconnaissance de la responsabilité de la France dans Vichy pour complaire aux associations juives francophobes). Hélas pour les atlantistes et les Juifs communautaires, Chirac a en quelque sorte prêté une double allégance : aux mafias juives du racket victimaire mais aussi à certains lobbies des pays du tiers-monde. D’où le différend avec l’Amérique sur l’Irak, qui a bien surpris les Juifs communautaires qui pensaient avoir Chirac dans leur poche.

    Mais ne parlez pas d’antiaméricanisme. Vous additionnez des pommes et des poires : l’opinion tiers-mondiste et les quelques Français nationalistes qui se trouvaient par coïncidence en accord sur l’Irak contre les atlantistes.

    La plupart du temps atlantistes et tiers-mondistes sont unis dans l’hostilité aux véritables intérêts français. On l’a vu avec les guerres en Yougoslavie, lorsque les pro-Américains BHL Kouchner et Glucksmann, soutenus par les gauchistes, ont forcé la France à trahir son alliance traditionnelle avec la Serbie. On le voit aussi avec la Turquie que ces deux forces anti-françaises veulent faire rentrer en Europe. Par ailleurs, comme le montre votre exemple, il n’y a pas une feuille de papier à cigarette entre les atlantistes et les gauchistes en matière de reductio ad hitlerum (ou de reductio ad petainum). Le père des neo-conservateurs, Leo Strauss avait pourtant dénoncé ce travers…

    Et vous voudriez, pendant que les Kouchner et compagnie favorisent un immigrationnisme qui compromet l’équilibre civilisationnel de ce pays, qu’en plus les Français aillent sacrifier leurs vies aux antipodes pour départager les méchants islamistes des gentils musulmans modérés ?

    ++++++++++++++++++

    2ème point : défendre la démocratie, dites-vous. C’est-à-dire le gouvernement du peuple par lui-même, normalement. Mais vous dites vous-mêmes qu’il ne faut pas toujours suivre le peuple. Ben alors ? A quoi ça sert de prôner la démocratie ? Ah mais je sais ! En fait, vous prônez surtout les droits de l’homme, la liberté et ce genre de trucs ; la démocratie n’étant souhaitable qui si elle est "bornée" par ces "valeurs". Autrement dit, ces "valeurs" sont un absolu supérieur à la volonté du peuple.

    Mais alors si le peuple n’est pas toujours capable de déterminer ce qui est bon, s’il existe des valeurs qu’il faut faire respecter au besoin contre sa volonté, d’où émanent ces valeurs ? Qui a assez d’autorité pour dire au peuple à quoi il doit se conformer ? Les monarchistes absolus se réclamaient au moins de Dieu. Le Saint-Esprit inspire le conclave qui va élire le Pape, mais vos mystérieuses "valeurs" supérieures au peuple lui-même, d’où sortent-elles ?

    Vos valeurs supérieures à la démocratie prônent bien pourtant la démocratie, dès lors, certes qu’elle est encadrée par lesdites valeurs. C’est pourquoi il faut exporter de partout, même chez les peuples arriérés soumis au culte du chef, ces valeurs de "démocratie encadrée". Mais lorsque les peuples arriérés refusent votre démocratie, lorsqu’ils sont prêts à mourir pour conserver leurs moeurs dictatoriales rétrogrades, qu’est ce que vous faites ? par exemple, lorsque les peuples refusent démocratiquement votre conception de la démocratie pour lui préférer une dictature charismatique plébiscitaire (je ne parle pas de Saddam, mais plutôt de Poutine assurément plébiscité par les Russes). Est-ce que vous tuez ce peuple sous un tapis de bombe jusqu’à ce qu’il "accepte" votre type particulier de démocratie ? C’est-à-dire, non pas qu’il exerce sa volonté souveraine (c’était déjà le cas par hypothèse, puisque nous avons posé que ce peuple plébiscitait son dictateur, lui donnait souverainement son aval), mais qu’il accepte les "valeurs" droit-de-l’hommistes que vous lui imposez ?

    Puisque vos valeurs sont un absolu supérieur à la volonté des peuples, que prônez-vous lorsque les peuples s’obstinent à les refuser, même jusqu’à la mort ? Allez jusqu’au bout de vos convictions : si vos valeurs sont absolues, périssent ces peuples plutôt que d’en être exemptés ! Périsse même toute l’humanité si elle ne veut pas de la démocratie à votre sauce… Si l’on refuse de telles conclusions, l’on est logiquement un relativiste moral munichois, n’est-ce pas ?

    Cordialement.

    +++++++++++++++++

    (1) Je rappelle que Vichy était illégal, les pleins pouvoirs ont été attribués à Pétain inconstitutionnellement (donc en violation du mandat confié par le peuple à ses représentants), et De Gaulle était reconnu comme seul Chef de la vraie France. Certes, nos chers amis américains ont fricoté autant qu’ils ont pu avec Vichy avant de s’aligner sur les autres alliés et de reconnaître De Gaulle. Pétain était l’équivalent d’un Gauleiter dont les actes n’engageaient pas la souveraineté française, n’en déplaise aux révisionistes francophobes Chirac et Sarkozy (les précédents présidents n’auraient jamais reconnu la responsabilité de la France dans Vichy. C’était également l’avis de Raymond Barre qui n’avait pas sa langue dans sa poche : http://judeomanie.blogspot.com/2007/08/raymond-barre-avait-aim-mon-livre-la.html).

    Répondre
  10. Anonyme

    3 septembre 2007

    A KAMEL : Je veux bien agréer ce que vous dites et faire le discernement entre Musulmans et islamistes. Je l’ai toujours fait.  Je reconnais que de nombreux musulmans ne demandent qu’à pratiquer peinards leur religion qui a quelques points communs avec la Bible.

    MAIS, je n’ai jamais vu de preuve évidente et systématique que les musulmans de pays soumis aux islamistes ne profitent pas en silence et discrètement des lois instaurées (la Charia, etc.) par les islamistes et des bénéfices matériels et autres avantages fournis par les islamistes.  Quand les fauves ont dépecé et mangé leur proie, il y a toujours les petits carnivores pour venir finir les restes sans se faire prier ni déranger les fauves qui peuvent, certes, s’en prendre à eux mais en étant prudent et patient, on arrive toujours à grapiller des restes et vivre bonnant malant.

    Ainsi, sous Hitler, de nombreux allemands anti-nazis, profitaient quand même des ressources de guerre provenant de pays pillés et ne s’en plaignaient pas.

    Pour moi, un bon musulman est celui qui offre honnêtement, sincèrement et loyalement ses services (notamment dans les services de renseignement) pour lutter directement contre les islamistes et participer à leur éradication.

    ———

    Quant à une intervention armée Française en Irak, arrêteeeeeeeez, soyez sérieux… quelle armée Française ?!!!  Que peut-on faire avec une petite armée équipée de quelques échantillons de prototypes et d’engins usés à la corde?

    Celà dit, effectivement, Mr Millière a trop tendance à penser que ceux qui sont anti-Bush sont anti-USA.  Il y en a, certes, mais il y a beaucoup de gens qui ne supportent simplement pas la personne tout en étant d’accord avec les Républicains et en aimant les Américains.

    Répondre
  11. Anonyme

    3 septembre 2007

    customers.tvtnet.ch : " c’est vrai ! les usa tu les aimes ou tu les quittes ….. moi je les fuis."
    Yeah, bonne id
    ée, et please, embarquez Rosie O’Donnell et Cyndy Sheehan avec vous.
    Sur que les USA vont vous regretter. V
    ous avez déja des bovins en Suisse, non?

    Mancney

    Répondre
  12. Anonyme

    1 septembre 2007

    Richard : " il faut toujours avoir a l’esprit que l’écrasante majorité du peuple de ce pays -et c’est naturellemnt son droit- a été pour Pétain…"

    Yep, c’est exact, et on se rappelle, en Avril 44, c’etait " Maréchal, nous voila" sur les Champs Elysées,  et en juillet 44 c’etait " Vive De Gaulle".  Ca laisse songeur.  Bah, I guess ce n’etait pas forcément les meme……

    Misanthrope et Richard, etes vous en train de dire qu’il faut renoncer a faire ce qu’il faut dans le but de plaire au peuple?

    Richard : " Cela ne sert à rien de vouloir voir les choses autrement, impossible de déformer la réalité et vous n’éduquerez personne…le bon peuple de France est foutu comme ça.  Brave gens,  comme ils disent… ou tu l’aimes ou tu le quittes. "

    Pas tout a fait d’accord, Richard, apparemment, chaque Homme a du bon en lui, sans doute autant que du mauvais, et si on le plante dans le bon pot, ca peut favoriser le bon plutot que le mauvais. L’engrais, c’est les VALEURS, et elles sont supposées etre répandues par l’éducation (et la religion).
    C’est faire insulte aux Francais que de ne montrer que le mauvais coté, et des milliers d’entre nous se sont battus pour l’honneur et l’avenir (merci) de notre Pays.

    Best,

    Mancney

    Répondre
  13. Richard

    1 septembre 2007

    ok avec misanthrope modéré. Si Sarko envoyait des soldats en Irak sa cote degringolerait.

    Il ne faut pas oublier, il faut toujours avoir a l’esprit que l’écrasante majorité du peuple de ce pays -et c’est naturellemnt son droit- a été pour Pétain et que quelques 60 ans plus tard elle a été unie comme jamais avec Chirac/Villepin contre l’intervention en Irak.

    Cela ne sert à rien de vouloir voir les choses autrement, impossible de déformer la réalité et vous n’éduquerez personne…le bon peuple de France est foutu comme ça.

    Brave gens,  comme ils disent… ou tu l’aimes ou tu le quittes. 

    Répondre
  14. Anonyme

    31 août 2007

    Misanthrope modéré : " S’il fait ça, Sarkozy est sûr de passer directement de 70% d’opinions favorables à 5%.’

    Merci de votre avis, mais je m’en doute un peu. Et puis, ce n’est pas si sur.
    Bon, c’est le moment de replacer les mots de St Ex, d
    éja cités par Gérard Pierre la semaine derniere :
    "C’est pourquoi se trompent ceux la qui cherchent a plaire, et pour plaire, se font malléables et ductiles, et répondent d’avance aux désirs, et trahissent en toute chose afin d’etre comme on les souhaite."

    C’est bien clair, non?

    Best,

    Mancney

    Répondre
  15. Feravec

    31 août 2007

    Le général Petraeus et la counterinsurgency

    Le général Petraeus ( ancien patron de la 101e Airborne ) a la responsabilité des forces militaires au sol en Irak . Il est l’auteur de la mise a jour du manuel de contre-insurrection ( counterinsurgency  ou COIN ). Il a repris les principes classiques selon lesquels les pouvoirs militaire et politique doivent être sous la même autorité pour être efficaces. http://usacac.army.mil/cac/repository/materials/coin-fm3-24.pdf

    paragraphe 1-121: « Dans l’idéal, un seul centre de direction de la contre-insurrection doit avoir l’autorité sur les agences gouvernementales impliquées dans les opérations. En règle générale cependant, les commandants militaires s’efforcent d’unir leurs efforts en créant des liens avec des dirigeants de nombreuses agences non militaires… »

    « La victoire n’est possible que si la population donne son consentement au gouvernement. »

    En Irak, le pouvoir militaire est sous l’autorité de Petraeus et le pouvoir politique sous la relative autorité du gouvernement irakien ( Kouchner semble être assez réservé sur ce point  ). 

    En bref, l’action du général Petraeus n’est pas cohérente avec le manuel qu’il a signé avec le général Amos en décembre 2006. On voit mal l’armée américaine en Irak passer sous le contrôle du gouvernement irakien ni le gouvernement irakien remplacé par un proconsul américain.

    "Les Irakiens sont des êtres de chair, de sang, de souffrances, mais aussi d’espérances". On peut craindre que les souffrances soient bien plus fortes que les espérances.

    Une première réponse sera donnée par le général Petraeus dans son rapport au Congrès le 15 septembre ( en lisant entre les lignes; Petraeus, tout militaire qu’il soit, maîtrise aussi bien la langue de bois que les politiques français )

     

     

     

    Répondre
  16. Misanthrope modéré

    31 août 2007

    >>> en commencant, par exemple,  a envoyer 10,000 soldats Francais en Iraq

    S’il fait ça, Sarkozy est sûr de passer directement de 70% d’opinions favorables à 5%.

    Cordialement.

    Répondre
  17. PHILIPPE (Québec)

    30 août 2007

    Très belle analyse de Guy Millière. Il fait partie des prophètes modernes des plus lucides dans la lignée de Jean-François Revel.

    Répondre
  18. EIFF

    30 août 2007

    Il y a quelques jours Sarkozy bombait le torse et laissait le choix : " la bombe iranienne ou le bombardement de l’Iran"….Trés bien, mais quel crédit accordé à quelqu’un qui n’a même pas pu rétablir la sécurité dans son propre pays, qui a attendu sagemment que les émeutes de banlieues se calment d’elles-mêmes, qui dirige un gouvernement qui négocie toutes les semaines avec des sans-papiers, qui laissent s’installer des zones de non-droits colonisées par l’immigration, qui ne prend aucune mesure concrète pour stopper le foutoir en France et qui allège toutes ses promesses de réformes ?

    Que monsieur Sarkozy et le va-t-en guerre socialiste Kouchner n’oublie pas qu’ils sont à la tête d’un pays avec 2 000 milliards d’euros de dette, avec 10 % de chômage, un pays en voie d’islamisation et un pays socialiste où 55 % de l’économie est englouti par l’Etat, Neuilly n’est pas Beverly Hills et l’Iran, sous bien des aspects, n’a rien à nous envier.

    Répondre
  19. Yann

    30 août 2007

    Aaaaah ce sympathique et bienheureux Milliere… Une Bar Mitzva, un mariage, un baptême ? Guy Milliere se rendra disponible pour vous faire rire toute la nuit.

    Répondre
  20. grepon le texan

    30 août 2007

    une sainte disette americaine:

    "Try to be part of the solution, not part of the problem."

    Tres serieusement, -grepon le texan

    Répondre
  21. Anonyme

    29 août 2007

    Quote : " Néanmoins, Nicolas Sarkozy et Bernard Kouchner discernent que la France ne peut avoir un futur que dans une synergie de l’Occident tout entier" . Unquote.
    Bravo. On est confus devant un tel discernement!  C’est vrai que c’est un peu le niveau de la cours de récré ou les petites bandes de gamins de 10 ans avaient déja des problemes d’alliances. Bravo, les mecs, on écrit  "En progres" dans la marge  et surtout  " Peuvent faire mieux", en commencant, par exemple,  a envoyer 10,000 soldats Francais en Iraq. That’s all.
    Les mots, ca SUFFIT.
    Bel article, Guy MIlliere, thanks.

    Best,
    Mancney

    Répondre
  22. Jaures

    29 août 2007

    Il y a une grande malhonnèteté intellectuelle chez Millière a toujours voir dans la critique de l’administration Bush une haine de l’Amérique. Si tel était le cas, les américains, largement aujourd’hui opposés à Bush, seraient eux-même devenus anti-américains. Chirac, premier à survoler les ruines du World Trade Center, était en 2001 considéré comme un grand ami de l’Amérique. Ceux qui ont soutenu Bush ont été désavoués par leurs peuples: Aznar, Berlusconi, Blair. Alor que Chirac, en refusant de s’y associer, culmina alors à 71% d’opinions favorables.

    Pour Millière seul compte l’allégeance à Bush. Que l’on soit conservateur  (Sarkozy), socialiste (Kouchner) ou ex maoiste (Glucksman), soutenir la guerre en Irak est le seul critère retenu pour trouver grâce à ses yeux.

    Enfin, si les journalistes ont "péché par vanité, par myopie et ignorance", que dire de celui qui écrivait "Le terrorisme reflue en Irak"(15/01/2006), "Le bilan de Bush sera acclamé par l’Histoire" (01/11/2006) ou "La situation en Irak s’améliore"(28/03/07) ?

    Répondre
  23. Fauchet Sylvie

    29 août 2007

    Enfin la France est véritablement de retour sur la scéne Internationale à sa vraie place aux cotés des défenseurs de la liberté et des combattants pour la civilisation face à la barbarie. Et n’en déplaise aux esprits chagrins comme l’a affirmé B Krouchner ,pas une ame en Irak qui ne regrette l’arme de destruction massive S Hussein,non la plupart des Irakiens ne souhaitent en aucun cas le départ immédiat des Américains et la France doit désormais s’impliquer dans la pacification politique entre les communautés religieuses et se ranger e définitivement du coté des defenseurs de la démocratie dans les pays Arabes et redevenir un véritable allié et ami d’Israel.                                                                                                                                                                                 

    Répondre
  24. Anonyme

    29 août 2007

    N’avait-il pas dit, j’irai dans une abbaye, ou dans la solitude d’une maison amie, réfléchir à l’ampleur de la tâche?
    C’est dévorant des langoustes en famille, sur un yacht de soixante mètres, au large de Malte, qu’on le trouvera.

    Répondre
  25. Kamel

    29 août 2007

    Oui euh … Merci pour ta citation de la bible , mais je ne vois en rien ce qu’elle vient faire ici . Mais je crois savoir où tu veux en vennir . Si tu penses qu’une guerre contre l’Islam est en train de se derrouler tu te trompe .  Les Americains sont en guerre contre des porcs qui ont detournés notre religion . Ils se servent du visage de l’Islam pour comettre tous leurs crimes . Allah le misericordieux n’est pas mort , les terroristes essayent de le tuer en diabolisant notre religion , et en lisant tes textes ça semble te faire plaisir , tu n’arretes pas de defendre ces porcs  qui font de l’Islam la religion la plus detesté .  Abdallah II qui est le 43 eme descendant en ligne direct de Mahommet est mennacé par Al Qaeda , quel bon Musulman mennacerait un descendant de Mahommet ? Tu oses dire qu’ils sont Musulmans ?

    Tiens jettes un oeil là dessus , et tu verras que Bush est l’un des seul qui nous soutiend  et nous respecte .

    http://www.muslimsforamerica.us/fullstories/June2007_NOterrorism.html?PHPSESSID=0bbbc996b08296fd8777b2c5beb95124

    Répondre
  26. Anonyme

    29 août 2007

    la sainte bible:

    1 Timothée 2:11-15) Que la femme apprenne dans le silence, en toute soumission; mais je ne permets pas à la femme d’enseigner ni d’user d’autorité sur l’homme; mais elle doit demeurer dans le silence; car Adam a été formé le premier, et puis Eve; et Adam n’a pas été trompé; mais la femme, ayant été trompée, est tombée dans la transgression; mais elle sera sauvée en enfantant, si elles persévèrent dans la foi et l’amour et la sainteté, avec modestie.

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)