La mutualisation des dettes dans la zone euro

Posté le juin 20, 2012, 12:00
7 mins

Les prix à la production français, espagnols, ou italiens continuent à augmenter plus rapidement que les prix allemands.
Comme nous sommes unis par une monnaie unique et que nous ne dévaluons plus, la compétitivité des entreprises françaises, espagnoles, ou italiennes diminue chaque jour un peu plus.

Le mal dont souffre l’Europe s’aggrave ainsi chaque jour un peu plus.
Les entreprises n’étant plus compétitives disparaissent donc et créent un « vide industriel ». Elles déposent leur bilan ou délocalisent. Dans les deux cas, le chômage progresse.

Depuis plus de 20 ans, les gouvernements français, qu’ils soient de droite ou de gauche, continuent à augmenter les charges qui pèsent sur leurs entreprises, alors que les gouvernements allemands, qu’ils soient de droite ou de gauche, font exactement l’inverse : ils les abaissent.
Les gouvernements allemands ont un comportement logique. Les gouvernements français ont un comportement illogique.
Ce comportement illogique pousse les électeurs français à ne plus voter pour les partis qui sont responsables de ce désastre économique. Ils s’abstiennent massivement de voter : ils pensent, en effet, que ça ne sert à rien.

Et s’ils votent, ils votent de plus en plus pour les partis dits « d’extrême droite » avec Marine Le Pen, ou d’extrême gauche avec Jean-Luc Mélen­chon. Les électeurs des 17 pays de la zone euro ont exactement le même comportement, souvent même beaucoup plus accentué qu’en France. Dans plusieurs pays, les partis dits « populistes » sont arrivés au pouvoir.

Par contre, droite et gauche s’unissent partout en Europe pour rendre les banquiers internationaux responsables de cette situation. Ainsi, vis-à-vis de leur opinion publique, ils ne sont plus coupables. Ce sont les vilains capitalistes internationaux qui sont les coupables. Il faut donc les punir en les imposant. Et c’est ce que fait la France.

Mais la France dépense bien plus qu’elle ne gagne : elle manque cruellement d’argent. Elle est donc obligée d’en emprunter aux banquiers internationaux. Ceux-ci lui font donc payer ce qu’ils lui prêtent un peu plus cher. Ce qui augmente les dépenses de l’État, donc aggrave encore un peu plus le mal dont nous souffrons.

De leur côté, les banquiers européens, les banquiers espagnols en particulier, ont prêté beaucoup trop d’argent à leurs clients. Leurs caisses sont vides. Il ne s’y trouve plus le minimum d’argent nécessaire pour assurer leur sécurité. Certaines banques sont pratiquement en faillite et leurs clients font même la queue pour retirer les économies qu’ils y avaient déposées.

Pour trouver une solution à ces problèmes, les gouvernements des 17 pays de la zone euro ont décidé de « mutualiser » les dettes des banques ou des Etats qui sont proches de la faillite. C’est-à-dire de les prendre à leur charge. Parfait.

Mais il ne s’agit pas de quelques millions d’euros. Ce sont des sommes fabuleuses qui sont en jeu, des centaines de milliards.
Et, comme un gouvernement tire ses revenus des impôts qu’il nous demande, c’est nous qui devrons payer.

Le gouvernement allemand a décidé à lui seul de prendre en charge un tiers de toute cette dette. Mais à une condition : il n’accordera cette aide qu’aux États qui présenteront un budget équilibré dans les délais les plus courts. Et ce sont des fonctionnaires allemands qui iront à Athènes ou à Madrid vérifier la préparation des futurs budgets. Situation jugée parfaitement intolérable par une grande partie de l’opinion publique des pays concernés.

Telles sont les toutes récentes décisions du gouvernement allemand. Décisions prises dans une période de très grande agitation électorale.
Les nouveaux élus, qu’ils soient de droite ou d’extrême droite, de gauche ou d’extrême gauche, seront confrontés à des situations totalement ingérables : ils devront augmenter les impôts au lieu de les abaisser. Ils devront diminuer les dépenses au lieu de les augmenter.
Toutes ces mesures vont finalement pousser la Grèce, l’Es­pagne ou même la France à retrouver un peu plus rapidement leurs monnaies nationales

12 réponses à l'article : La mutualisation des dettes dans la zone euro

  1. quinctius cincinnatus

    27/06/2012

    @ jean l’Alsacien

    deux remarques :

    la première ; économiquement  les deux ports ne jouent pas dans la même catégorie !

    la seconde : je ne me souvient plus quel auteur du XIX ième ( siècle pas arrondissement ) a dit :

    " j’ai rencontré des Anglais , des Allemands , des Russes , des Français , des Italiens , des Espagnols et la lecture de Montesquieu m’a même convaincu qu’il existait de Perses , mais je n’ai jamais rencontré d’Européens "

    Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    26/06/2012

    nous devons constater ce fait irréfutable : nous avons un Président  Français" normal " … c’est à dire avec toute la morgue que tout bon énarque se doit d’avoir …

    Répondre
  3. HansImSchnoggeLoch

    26/06/2012

    Pour tester la solidarité et la compréhension des peuples imaginez un instant deux personnes dans une même chambre condamnées à vivre ensemble. L’une venant d’Altona et l’autre venant de la Canebière. Altona est un quartier populaire de la ville de Hambourg quant à la Canebière tout le monde sait qu’elle se situe à Marseilles.  Ces deux villes sont des ports importants à peu près de la même taille.
    Pensez-vous honnêtement que ces deux zèbres vont arriver à composer ensemble, nonobstant la barrière linguistique existant entre les deux?
    À mon avis il vaudrait mieux avoir le SAMU à proximité car les plumes ne vont pas tarder à voler dans tous les sens.

    Répondre
  4. quinctius cincinnatus

    26/06/2012

    je ne sais pas si vous êtes au courant mais les Allemands , toutes tendances politiques confondues , sont résolument contre …  pour au moins 10 ans ( en espérant pour toujours )
    de toute façon cela reviendrait ( les euro-bonds  ) à mettre les " états " européens dans la gueule d’une F.E.D. , c’est à dire entre les mains d’une institution qui n’a pas de dépôts , qui ne crée que  du "crédit "et qui de ce simple fait crée de la dette , par le remboursement des intérêts de laquelle elle fait vivre SES banques comme par exemple … Goldman-Sachs , Rothschild , etc …

    Répondre
  5. F

    24/06/2012

      La mutualisation des dettes prônée par la baudruche que nous avons élue est dans la droite ligne de l’idéologie socialiste:
      Les pays qui font des efforts payeront pour ceux qui n’en font pas…
      Ce qui permettra à ceux qui ne font pas d’efforts d’en faire toujours moins et à ceux qui en font de payer toujours plus.
      Cela ne vous rappelle rien?…

    Répondre
  6. Le Ket de Bruxelles

    21/06/2012

    Et si les électeurs français votent de plus en plus pour les partis nationalistes ou de la gauche extrême, à l’image de ce qu’il se passe depuis quelques temps en Europe, c’est bien parce que les maux qu’ils subissent depuis 30 ans n’ont pas disparus !

    Immigration, chômage, drogues, impôts, insécurité : tout augmente !  Et  le cataclysme économique qui s’annonce (krach en perspective) ne va pas restaurer la confiance parmi les populations…

    Non seulement le bilan des institutions bancaires et financières sont troués aux mites, mais de surcroît les caisses des Etats sont vides .  Vidées depuis des décennies par des charlatans qui nous ont vanté les bienfaits de l’Etat-providence où tout était dû aux citoyens-consommateurs, sans contreparties. Maintenant, le Système présente l’addition !  Elle est très salée et la mafia socialaud-démocrato-écolo-libérale n’a pas de solution qui puisse satisfaire aux attentes des électeurs.

                       Il va bien falloir se serrer la ceinture et choisir entre le superflu et l’indispensable.

    Répondre
  7. HOMERE

    21/06/2012

    Pif Gadget de Tulle recule dare dare sur les euros bonds…..par la voie de son roquet nantais il a fait savoir que ce sujet n’était plus d’actualité……dont acte !! le reste va suivre !!!

    Par contre les riches à 4000€ eux, vont faire des bonds !!!

    Il fait des bonds, il fait des bonds le petit cocu qui chante……

    Vivement Sarkozy !!

    Répondre
  8. HansImSchnoggeLoch

    21/06/2012

    Le président normal va bientôt apprendre que l’on ne se moque pas de l’Allemagne, surtout quand on est comme lui dans une position de faiblesse. Le sale coup qu’il voulait infliger à Angela Merkel en invitant les dirigeants de la SPD à l’Élysé se retournera contre lui.
    En effet la SPD est prête à signer un accord avec Angela Merkel : elle ratifiera le 29 juin prochain le pacte budgétaire européen. Le président normal l’a dans l’os.
    D’autre part les Euro-Bonds et la mutualisation de la dette sont des enfants mort nés. Toutes les promesses sur la croissance de l’ex candidat Hollande n’étaient donc que des mensonges. Je souhaite à ce gouvernement de clochemerles un échec retentissant. Il faudra que l’opinion publque française apprenne enfin par la manière dure que le socialisme c’est de la fumisterie à la puissance infinie.

    Répondre
  9. quinctius cincinnatus

    20/06/2012

    Pour le lecteur des " 4V2 ", lire les articles du docteur Trémeau c’est comme pour un curé  ( à l’ancienne )  lire son bréviaire il nous propose toujours la même messe …  si après ça vous n’êtes pas croyant , c’est qu’il vous manque la Foi

    Répondre
  10. HansImSchnoggeLoch

    20/06/2012

    La cour constutionnelle de Karlsruhe vient de rendre un verdict qui va compliquer les décisions du gouvernement allemand actuel et futur. En effet toute décision devant être prise par le gouvernement pour aider à assainir la situation des pays endettés de la zone euro nécessitera dorénavant un débat préalable devant le Bundestag, Des accords en catimini seront désormais interdits.
    Si d’embée la SPD devait prendre le pouvoir l’an prochain elle devrait se conformer à cette loi. Tous les espoirs que le président normal français actuel fondait dans cette prise de pouvoir tombent désormais à l’eau.

    Répondre
  11. ozone

    20/06/2012

    http://www.francetv.fr/info/le-royaume-uni-va-injecter-120-milliards-d-euros-dans-ses-banques_107513.html

    Pourtant

    Que je ne sache que les charges sur les entreprises anglaises soient ruineuses pour celles-cis.

    Que la réglementation du travail soit coercitive.

    Que les mesures extrémes prises pour diminuer leur détte donnent pas le résultat qu’ils prévoyaient,encore une fois la croyance que le marché va faire "repartir" l’économie et prise en défaut.

    Malgré tout cela la situation continue d’empirer,seul le fait de ne pas étre dans l’euro leur permet d’eviter la chute libre.
    D’ailleurs l’on attend toujours qu’une agence de notation menace en quoi que se soit cet antre de pirates.

    Nous,nous sommes obligés d’emprunter aux banques privés en grande partie pour rembourser les intérets de la dette,50 milliards pour le moment,

    Dans ces conditions la dette est impayable,et que l’on ne me bassine pas avec la Suisse ou le Luxembourg,deux paradis fiscaux qui logiquement en temps de crise voient les dépots dans leurs coffres augmenter,ça va de mieux en mieux pour eux,merci.

    Impôt sur les revenus :Angleterre

    L’année fiscale commence le 5 avril et se termine le 4 avril de l’année suivante.
    Barème de l’impôt 2005/2006 :

    Revenus Type Taux IR
    0 – 2.090£ Starting rate 10%
    2.090£ – 32.400£ Basic rate 22%
    Au dessus de 32.400£ Higher rate 40%

    Pas triste,en bas de l’echélle on se fait étriller,mais bien sur,cela on ne le fait jamais remarquer a la masse des veaux français qui vont gobber ce que l’on va leur dire a propos des plus riches,pour ainsi leur faire les poches,ce que les nantis ne payent pas devinez qui va le faire?

    En ce moment,l’augmentation des impôts est l’oeuvre du sauvetage de l’euro,les plus riches chialent,c’est pourtant eux qui ont voulu l’abolition des frontiéres ainsi que la monnaie unique,mais ils ne veulent pas payer pour leurs caprices,ils demandent surtout des augmentations de TVA pour que la grande masse le fasse pendant qu’eux iront se réfugier ailleurs.

    FIN DE L’EURO ET FIN DE L’UE;
    VITE

    Répondre
  12. F

    20/06/2012

       La seule majorité ( au sens majorité légale) qui vaille est la majorité économique. Et cela s’applique aux états aussi.
       Si les états nécessiteux jugent intolérable que les bailleurs viennent mettre leur nez dans leurs affaires, la seule solution pour eux est de se passer d’eux et par voie de conséquence de leur argent…
       Exactement comme un ado qui refuse que ses parents lui demandent des comptes sur l’argent qu’ils lui donnent n’a qu’une solution pour que cela cesse: Gagner sa vie tout seul.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)