La Turquie dans l’Europe – le dernier livre d’Alexandre del valle

Posté le 13 mars , 2004, 12:00
5 mins

 ( Un message du site Alexandredelvalle.com)

Alexandre Del Valle

 La Turquie dans l’Europe
Un cheval de Troie islamiste ?

Avant-propos de Péroncel-Hugoz


Depuis plusieurs mois, le public attend la sortie du dernier essai d’Alexandre del Valle, La Turquie dans l’Europe, un cheval de Troie islamiste? annoncé dans C’est dans l’Air (La Cinq) par Yves Calvi lors d’une émission consacrée aux attentats anti-juifs et anti-britanniques survenus en Turquie en novembre 2003. Del Valle y avait longuement expliqué pourquoi ni la Turquie laïque, menacée par ses fondamentalistes anti-kémalistes, ni l’Europe – qui doit définir une fois pour toutes ses frontières et donc ses limites- n’ont intérêt à intégrer dans l’Union bientôt 100 millions de Turcs réislamisés, 92 députés au Parlement européen et près d’un millions de fantassins, ceci, qui plus est, alors que l’exception laïque et pro-occidentale turque héritée d’Ataturk et du kémalisme est en voie d’être définitivement eclipsée par la vague de fond électorale et sociale d’un islamisme revanchard qui traverse depuis plusieurs décennies déjà la Turquie. 

[ ACHETEZ MAINTENANT ] [ ACHETEZ MAINTENANT ] [ ACHETEZ MAINTENANT ]

La Turquie dans l’Europe, un cheval de Troie islamiste?  

http://www.alexandredelvalle.com

                     Quatrième de couverture du livre 

Loin de commencer par consulter les citoyens de l’Union et de débattre des limites de l’Europe, les dirigeants européens ont envisagé, lors du sommet de Copenhague de décembre 2003, d’entamer les négociations d’intégration de la Turquie dans l’Union européenne dès décembre 2004, à la seule condition qu’elle procède à certaines réformes démocratiques, sans exiger qu’elle libère les prisonniers politiques kurdes, que ses troupes quittent le nord de l’île de Chypre et, surtout, qu’elle reconnaisse le génocide arménien. Au lieu de signaler les risques majeurs que présenterait cette intégration – l’extension indéfinie vers l’Asie des frontières de l’Union, le voisinage de pays islamiques en proie au djihad anti-occidental comme l’Irak ou l’Iran, la déstabilisation de l’économie européenne, la montée en puissance des trafics de clandestins et mafias diverses, la transformation profonde des équilibres démographiques, la dilution de la culture européenne fondée sur le partage de valeurs communes –, ces dirigeants cèdent au discours de culpabilisation du gouvernement turc, répétant à l’envi que nul ne saurait nier que la Turquie fût européenne sans « exclure les Turcs musulmans » et prôner le repli du « Club chrétien ».

Que signifie le concept « d’islamisme modéré » ? Peut-on réellement parler de démocratie en Turquie et dans le monde islamique ? Au terme d’une analyse historique et géopolitique fouillée, Alexandre Del Valle démontre qu’en exigeant le démantèlement du pouvoir politique de l’armée, seule garante de l’exception laïque turque pro-occidentale, Bruxelles fait le jeu des islamistes d’Ankara. Quant aux États-Unis, qui appuient la candidature d’Ankara, leur calcul est dangereux : face à la menace islamiste, qu’elle soit idéologique ou terroriste, ils ont plus intérêt à consolider la solidarité panoccidentale avec l’Union, voire avec la Russie, qu’à servir d’alliés objectifs à ceux qui semblent bien décidés à devenir le plus grand lobby islamiste à l’échelle occidentale via l’Europe. Afin d’éviter les deux écueils de l’intégration et du rejet, l’auteur propose, comme alternative plus raisonnable, un statut d’association privilégié avec la Turquie que l’Europe et l’Occident ont tout intérêt à conserver comme voisin et ami proche.

 Collaborateur à de nombreuses publications, Alexandre Del Valle est l’auteur de plusieurs essais traitant des relations internationales et de l’islamisme, dont l’ouvrage très remarqué Le Totalitarisme islamiste à l’assaut des démocraties (2002).

 

17 Commentaires sur : La Turquie dans l’Europe – le dernier livre d’Alexandre del valle

  1. R. Ed.

    22 mars 2004

    Au pays des cow-boys ,ce n’est pas pour demain non plus .En tout cas moi je ne me laisserai pas faire et je ne suis pas le seul ,heureusement, dans mon cas .En France par contre l’esprit civique peine à se réveiller.Moi je préfère de loin Voltaire à Mahomet (qu’Il nous foute la paix)le Pédéraste .Il faisait encore mieux que Dutroux,lui il les prenait encore plus jeunes ,avec la bénédiction d’Allah . Vlad l’empaleur , Momo (qu’Il nous foute la paix)l’e……r

    Répondre
  2. bob

    21 mars 2004

    j’aimerais bien voir ça, la charia instaurée en corse 🙂

    Répondre
  3. Untel

    21 mars 2004

    La charia fera l’union européenne, même loi pour tous y compris les Corses. Le Islamistes Turcs, avec leur masse d’électeurs Européens, auront vite fait de mettre tous les Européens d’accord. Fini les procés interminables pour savoir si la loi de tel ou tel pays prévaut sur la loi Européenne. Les lois coraniques mettront tout ces là gens d’accord, de gré ou de force. La charia asservira en premier toutes les femmes européennes et les anciens chrétiens récalcitrants. Malheur à qui osera contredire la voix du porphète. Marchand de voile ou croque mort sont des métiers d’avenir.

    Répondre
  4. stef

    21 mars 2004

    Ne devrions nous pas plutot faire entrer Israel au sein de la comunauté internationale ? etant la 1er democratie du moyen orient (et la seule), son mode de vie à l’occidental, ses techniques de defenses,sa lutte perpetuelle contre le terrorisme, sa biotechologie, sa medecine … bref, tout cela serai que benefique pour l’europe. Et parfois un peu d’humilité ça fait pas de mal …

    Répondre
  5. Pancrace

    17 mars 2004

    Il paraît en outre qu’un accord à l’arraché vient d’être discrétement signé à la veille de l’entrée de la République de Chypre (partie hellène de l’île) dans l’UE avec Rauf Denktash, le “leader” des Chypriotes turcs; cet accord créerait une “fédération chypriote” purement fictive qui permettrait à la “république turque du nord Chypre” (RTNC)-en fait la partie de l’île occupée par la Turquie-d’être d’ores et déjà considérée comme membre de l’UE, et ce, sans contrepartie aucune, puisque les Chypriotes grecs expulsés du nord de la “ligne Attila” lors de l’invasion turque n’auraient toujours pas le droit de revenir dans leurs foyers ancestraux…Chypre, “Cheval de Troie” de la Turquie ?

    Répondre
  6. theodore

    17 mars 2004

    Quant aux États-Unis, qui appuient la candidature d’Ankara, leur calcul est dangereux : face à la menace islamiste, qu’elle soit idéologique ou terroriste, ils ont plus intérêt à consolider la solidarité panoccidentale avec l’Union, voire avec la Russie, qu’à servir d’alliés objectifs à ceux qui semblent bien décidés à devenir le plus grand lobby islamiste à l’échelle occidentale via l’Europe. / dixit bravo pour votre analyse Monsieur A. Del Valle, c’est exactement la mienne… il serait intéressant que vous ayez une véritable conversation avec M. Millière a ce sujet, car je ne partage pas comme vous pouvez vous en douter son analyse sur ce sujet / C’est un FAIT, et pas une opinion…( la turquie est dangereuse pour nous, car ambiguë… )

    Répondre
  7. Adolphos

    16 mars 2004

    Aprés la Turquie les Apaches, les tibétains et les Zoulous ! Vive l’Europe !

    Répondre
  8. Adolphos

    16 mars 2004

    L’intégrisme atholique n’a absolument rien à voir avec l’intégrisme Islamiste. D’un coté des gens qui veulent la messe en Latin et refuse l’avortement, de l’autre des poseur de bombe. Il ne faut pas tout mélanger ! D’ailleurs je suppose que la confusion et volontairement entretenue par nos média de gauche, sous entendue “ne jeton pas la pierre à al-quaida et autre, nous aussi ont a des intégristes, nous, les horribles blancs”

    Répondre
  9. ALEXANDRE

    15 mars 2004

    la question de l’admission de la Turquie dans l’Europe ne devrait normalement même pas se poser. Pourquoi pas la Chine? Le fait même qu’une telle monstruosité puisse faire l’objet d’un débat, au surplus à l’issue incertaine, montre que l’Europe n’existe plus. Elle est déjà morte, au moins dans les têtes.

    Répondre
  10. Martel

    15 mars 2004

    La Turquie en Europe, ce serait l’engloutissement simple et définitif de notre vieille Europe dans le Tiers-Monde et l’islam. Ce serait la mort de l’Europe chrétienne. Et le début de l’Eurasie musulmane, dont la France ne serait au mieux qu’une sous-préfecture.

    Répondre
  11. Aude

    15 mars 2004

    Dans son livre Tirs Croisés, La laicité à l’épreuve des intégrismes juifs, chrétiens et musulmans ; l’auteur explique qu’il y a plus de raisons d’inclure la Turquie, état laïque, que la Pologne où “l’intégrisme” catholique est très présent. Ayant trouvé ce point de vue intéressant, j’achèterai le livre de M Del Valle pour me faire une deuxième opinion. Mais je reconnais déjà une chose, peut on réellement parler d’Islam moderne ?

    Répondre
  12. MarkO

    15 mars 2004

    Je viens de lire le dernier livre de Guy Millière, “qui a peur de l’Islam” et visiblement, il serait intéressant de réunir messieurs Millière et Del Val à propos de la Turquie. Alors, la Turquie est-elle un éventuel cheval de troie de l’Islam en Europe ou bien, malgré sa re-islamisation, va-t-elle rester dans le chemin tracé par Ataturk et demeurer le seul exemple de mariage entre islam et modernité (exemple peut-être appellé à faire des émules…) ?

    Répondre
  13. jacob

    15 mars 2004

    LA TURQUIE DANS L’EUROPE,CE SERA LE DEBUT D’UN ENORME CATACLYSME ET CERTAINEMENT LA FIN DE NOTRE CIVILISATION.

    Répondre
  14. Adolphos

    14 mars 2004

    Tiens, le Monde parle des attentats de Madrid ? Je ne vois rien d’intéressant dans les propos d’un journal dont l’obsession seul est de vendre en voguant sur l’actualité international… C’est vrai quoi, il ferait bien mieux de donner des recettes de cuisine Mexicaine en premiére page. Voila : Vendre c’est mal ! Vive le Communisme !

    Répondre
  15. R. Ed.

    14 mars 2004

    “Turquie” :état du Proche-Orient.L’antonyme de “Orient” est “Occident” (cf Le Petit Robert).70 millions de Turcs qui se < réislamisent > à toute allure ,plus 110 millions de Turcophones = 180 millions de futurs ??? Européens ??? La loi turque accorde à chaque turcophone qui en fait la demande la nationalité turque .Si la Turquie entre dans l’Europe j’irai habiter là-bas ,ce sera presque le paradis car il n’y aura plus de Turcs,ils seront tous chez nous .Ceux qui nous gouvernent veulent reconstruire l’empire ottoman .Birol,lui ,il peut rester devant sa télé pour regarder Star Ac ,Dallas ou la boutique ,c’est beaucoup plus enrichissant sur le plan intellectuel .

    Répondre
  16. Birol

    14 mars 2004

    Je ne vois rien d’intéressant dans les propos d’une personne dans l’obsession seul est de vendre en voguant sur l’actualité international…

    Répondre
  17. Adolphos

    13 mars 2004

    Voila un livre que je lirais avec plaisir, les livres d’Alexandre étant toujours trés stimulant.

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)