L’affaire Dekhar et le rejet de l’oligarchie

Posté le novembre 27, 2013, 9:23
3 mins

L’affaire de l’arrestation d’Ab­delhakim Dekhar (accusé de la fusillade au siège de « Li­bération », de BFMTV et de la So­ciété générale) est un formidable condensé des travers de notre société à bout de souffle.

Tout d’abord, il est évident que cette affaire a d’abord semblé aux oligarques qui nous gouvernent une belle occasion de monter une nouvelle provocation. Le tireur, initialement présenté comme étant « de type européen », aurait été un parfait sujet pour un vaste complot d’extrême droite contre la presse, garante de notre belle démocratie.

Seulement voilà, en fait de type européen et de complot d’extrême droite, nous trouvons une personne d’origine algérienne et ayant sévi naguère à l’extrême gauche.

Et, naturellement, les habituels accusateurs de « l’extrême droite » ont été bien discrets lors­que l’identité du tireur est devenue plus nette

Ce genre de mensonges, si complaisamment relayés par la presse bien-pensante, contribue largement au discrédit de la parole de l’oligarchie.

La rapidité d’interpellation est un autre sujet de méfiance. Comment se fait-il que l’homme ait été identifié si rapidement, alors que la plupart des enquêtes prennent des mois ?

Au demeurant, il est remarquable que le suspect n’ait pas été arrêté principalement par la police, mais par l’action d’un simple citoyen. Ce qui confirme l’idée que des citoyens responsables (ce que déteste l’État socialiste) sont une meilleure garantie pour notre sécurité que des milliers d’agents recrutés pour calmer notre « sentiment d’insécurité » (dixit Jospin)…

Je note aussi que les pleureurs qui s’apitoyaient sur la liberté d’expression en danger pour cause d’attaque de « Libération » sont aussi ceux qui ont fait passer toutes les lois liberticides.

Enfin, constatons que le suspect avait déjà été condamné pour sa complicité dans un assassinat. Dans une société normale, on s’interrogerait sur la prévention de la récidive. Mais, ici, rien. Comme Mme Taubira est devenue une sorte d’icône intouchable de l’humanisme républicain, et que toute critique à son encontre doit être assimilée à du racisme, il est fortement déconseillé d’émettre des réserves sur sa réforme pénale.

Et l’on s’étonne que les Français se détournent des oligarques et se tournent vers les « populistes » ! Mais peut-être est-ce d’ailleurs l’objectif du PS pour minimiser sa prochaine débâcle électorale (auquel cas, je redis que le calcul me semble singulièrement risqué !)…

Article précédent

Clichy-sous-Bois

8 réponses à l'article : L’affaire Dekhar et le rejet de l’oligarchie

  1. BRENUS

    27/11/2013

    Allons, lecteurs, un bon geste : présentons nos regrets aux jaurès de toutes tendances gauchisantes de les voir privés de la possibilités de poursuivre leurs débLatérations phatasmatiques sur la persoalité clairement suggérée d’extrème droite du personnage dekha (binet) . Pour un peu, les intellectuels auto-problamés de libé (la bible de ces pignoufs) nous auraient affirmé que le type était blond, aux yeux bleus, avait une croix gammée tatouée sur la joue et avait crié « heil fuhrer » en tirant. Merde, c’est loupé pour cette fois, mais nous savons que vous ne vous découragerez pas, camarades.

    Répondre
  2. christiane

    27/11/2013

    Faut-il rappeler à nos journalistes, amoureux de la
    <> et de la <> que c’est dans les milieux d’extrême gauche que se trouvent de véritables terroristes. Auraient-ils oublié les exploits de la Bande à Bader ? des Brigades Rouges ? les Fascistes Rouges qui ont assassiné le PDG de chez Renault et le général Audran ? le Gang de Dekhar et Florence Rey qui a froidement assassiné des policiers, pères de famille ? la liste serait longue si on faisait le recensement de tous ces mouvements de terroristes d’extrême gauche de par le monde et si on additionnait le nombre de leurs victimes; mais, la presse bien pensante a dans ces cas-là, de regrettables et bien commodes absences de mémoire.

    Répondre
    • christiane

      27/11/2013

      Je complète : amoureux de la  » liberté d’expression » et de la  » vérité. »

      Répondre
    • lavandin

      28/11/2013

      tous les crimes politiques (hors guerre d’Algérie) commis depuis la fin de la 2eme guerre mondiale en France l’ont été par l’extreme gauche et meme la gauche. Il y a eu un sabotage de voie ferrée qui fit des victimes et dont les auteurs étaient des militants communistes, dans la région d’Arras

      Répondre
  3. 27/11/2013

    Une autre explication simple et humaine:
    Abebdelhakim Dekhar , toujours amoureux de la très jolie Florence Rey, dont il était le mentor, est simplement venu la chercher; il s’est montré à la télé pour la faire sortir de sa cachette et de son silence.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      27/11/2013

      alors là, on est véritablement dans le roman de gare pour dames et demoiselles de Ségur …

      Répondre
      • 28/11/2013

        Mon cher Quinctius, vous devez être jeune, vous connaissez bien mal les hommes et les femmes… Et la passion politique.

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          28/11/2013

          jeune d’esprit et de corps mais civilement très âgé !

          Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)