L’écologie enfin à droite !

Posté le 31 octobre , 2007, 12:00
8 mins

Lorsque j’ai fondé, en décembre 1980, avec mes amis Paul Ménard et Jean Brasier, la revue « L’Ère nouvelle » (qui vient de publier son 180e numéro), mon but était d’en faire principalement une revue écologiste de droite, car j’étais persuadé, depuis des années déjà, que la droite était seule capable de faire progresser l’écologie, si elle prenait conscience de cette nécessité. Et je répétais à qui voulait l’entendre : « Le XXIe siècle sera écologiste ou ne sera pas ! »

Mais il aura fallu un quart de siècle et l’inquiétude montante des citoyens pour que la droite comprenne enfin où était son devoir, un retard à l’allumage causé par ce préjugé imbécile répandu dans les milieux conservateurs, notamment américains, considérant que l’écologisme militant ne cherchait qu’à porter atteinte à la libre entreprise et au développement industriel. Moyennant quoi on abandonna l’écologie à la gauche, qui n’en fit rien de bon, comme de tout ce qu’elle touche. Car la différence essentielle entre la droite et la gauche se résume en six mots : La droite pense, la gauche rêve !

En mai 1993, les Éditions Filipacchi publièrent mon roman d’anticipation écologiste « Le Premier Président »*, dans lequel je passais en revue tous les problèmes d’environnement à l’échelle planétaire, situant en 2004 la grande montée des périls, et imaginant l’indispensable création d’une autorité mondiale prenant en charge cette problématique. Ce livre était en réalité un documentaire que j’avais transformé en roman pour le rendre moins rébarbatif, en créant un personnage aussi attachant que possible, dans le rôle d’un Président élu mondialement au suffrage universel et uniquement chargé de résoudre les problèmes d’environnement. On l’attend !

C’est vous dire à quel point je fus heureux de voir Nicolas Hulot réussir en 2006 à faire signer son « pacte écologique » aux principaux candidats à l’élection présidentielle, et plus heureux encore lorsque Nicolas Sarkozy, après son entrée en fonction, annonça la création d’un grand Ministère d’État de l’Écologie et la préparation d’un « Grenelle de l’environnement ». La droite se réveillait enfin !

Dans mon livre « Pour assistance à civilisation en danger », publié par « L’Ère nouvelle » en 1988, j’écrivais ceci : « Il y a des vérités chez votre adversaire. Si vous les rejetez en le rejetant, vous lui accordez la propriété de ces vérités, leur exclusivité ; vous lui faites le plus beau cadeau qu’il puisse rêver ; vous lui donnez des lettres de créance. Cherchez soigneusement les vérités de votre adversaire et arrachez-les lui ! » Eh bien, quoiqu’il n’ait sans doute pas lu mon livre, c’est exactement ce que fait d’instinct Nicolas Sarkozy. Il a pillé les vérités du Front National, du coup marginalisé. Il a dérobé les vérités du parti des Verts, du coup aplati. Il a capté les vérités de François Bayrou (notamment l’ouverture), du coup isolé. Il n’a pas pu prendre de vérités au parti socialiste car il n’en a pas, mais il a attiré à lui ses « éléphants », et du coup le PS est une coquille vide.

Le 7 octobre dernier, j’ai diffusé sur Internet mon « Appel solennel » à Jean-Louis Borloo et aux participants au « Grenelle », afin de les inciter à prendre des mesures beaucoup plus radicales que celles envisagées, notamment en ce qui concerne l’agriculture biologique, qui doit devenir une priorité majeure pour la santé de nos enfants et petits-enfants. Et ce n’est pas 6 % de cultures en AB en 2010 ni 20 % en 2020 qu’il faut viser, mais 100 % avant 2012. (Mon Appel était trop long pour être publié dans ces pages, mais vous le trouverez sur le site Internet des « 4 Vérités » ou sur celui de « L’Ère nouvelle »).

La première session du Grenelle de l’environnement s’est achevée sur des résolutions constructives. Elles sont nettement insuffisantes, mais enfin le départ est donné et la France se place résolument en tête d’un mouvement qui ne pourra que s’amplifier, en Europe et dans le monde. Et lorsque j’ai vu Al Gore aux côtés du Président Sarkozy et de Nicolas Hulot lors de la cérémonie de clôture, je me suis réjoui une fois de plus. Le sauvetage de la planète est enfin commencé. Haut les cœurs !

(*« Le Premier Président » est épuisé chez l’éditeur, mais quelques exemplaires sont encore disponibles par correspondance à « L’Ère nouvelle », BP 171, 06407 Cannes cedex –
560 pages, 23 euros port inclus.)


Recommander cet article sur les sites de syndication d’information :

11 Commentaires sur : L’écologie enfin à droite !

  1. Jean-Claude THIALET

    5 novembre 2007

    05/11/07  – "Les 4-Vérités"

    Précision : dans mon dernier "post", il fallait lire :

    en 2004 on comptait 49.489, explotations "BIO" EN ITALIE, 18.576 en AUTRICHE, etc.

    J’avais oublié le "EN ITALIE".

    Avec mes excuses et mes regrets, Jean-Claude THIALET

    Répondre
  2. SAS

    4 novembre 2007

    mR LE COMMISSAIRE POLITIQUE / pouvez vous expliquer simplement et précisément a sas ce qui prévaut à vos censures ???? VOUS CASSEZ LES CONVERSATIONS ET LES RENDEZ STERILES…..

    sas dans son précédent poste rappelait simplement que si l’écologie est de gauche…….les cravates sont forcément de droite……est ce politiquement incorrecte ?????

    sas

    Répondre
  3. Jean-Claude THIALET

    3 novembre 2007

    03/11/07    – "Les 4-Vérités"

    En guise de "post-scriptum" à une précédent "post" pas encore publié.

    A tous ceux qui s’ébaudissent de voir l’engagement pris par le Gouvernement (1) SARKÖZY/FILLON/BORLOO de développer en FRANCE 6% en CULTURES BIOLOGIQUES en 2010 et 20% en 2020, à tous les "sarkôcus" en puissannce, je rappellerai que l’ALLEMAGNE dont on sait que l’agriculture n’est pas sa préoccupation majeure, avait pour objectif 20% en … 2010 et qu’elle en est déjà à … 22% ! Et qu’en matière d’agriculture "bio", la France qui était naguère en tête dans ce domaine n’est plus qu’en sixième position(2)…

    En 2004, on comptait  49.489 exploitations "BIO ", 18.576 en AUTRICHE, 15.626 en ALLEMAGNE et seulement 11.288 en FRANCE ! Alors, de qui se moque celui qui, après nous avoir fait croire qu’il allait "nettoyer les banlieues au kärcher, veut aujoud’hui nous faire croire qu’il allait nettoyer, grâce à son "plan BIO" les terres empoisonnées par des centaines de milliers de tonnes de pesticides, d’herbicides, et de tous les autres poisons de l’industrie chimique. ?

          Cordialement, Jean-Claude THIALET

    (1) sans d’ailleurs nous dire avec quels moyens financiers iun ETAT archi-endetté aidera les agriculteurs à se mettre au "BIO". Espérant sans doute, une nouvelle fois, un "VETO" de "BRUXELLES qui lui permettra de mettre à la corbeille son "plan Bio" ! Une nouvelle fois, les cioyens/citoyennes auront été dupés. Avec cette fois-ci la "bénédiction" d’un Nicolas HULOT et de quelques autres "zozos" (le mot rime avec "gogos" !) de l’écologie.

    (2) dans tous les domaines, grâce à l’UMP, au PS et à leurs "vassaux" qui nous gouvernent en alternance depuis des

    Répondre
  4. Jean-Claude THIALET

    3 novembre 2007

    03/11/07    – "Les 4-Vérités"

    Si, assurément, Pierre LANCE se montre "visionnaire" dans certains de ses ouvrages, comme d’ailleurs dans l’ "APPEL SOLENNEL" (1) qu’il avait adressé en son temps à Jean-Louis BORLOO et à tous les participants au "GRENELLE DE L’ENVIRONNEMENT" (2), je crains qu’il se méprenne aussi bien sur les décisions dont ce "sommet" a accouché que sur le fait que, comme il le note "LA FRANCE SE PLACE RESOLUMENT EN TÊTE D’UN MOUVEMENT QUE S’AMPLIFIER EN EUROPE…"

    En écrivant cela, je crains aussi que Pierre LANCE ne se place, quant à lui, résolument en tête des gogos   – ceux de droite comme de gauche  – qui se sont laissés prendre aux bluffs de joueur de bonneteau de Nicolas SARKÖZY. ¨Pour rester dans le domaine de l’écologie ("enfin à droite !", se réjouit-il) voici un exemple de la manière dont le binôme SARKÖZY-BORLOO se moque des Français :

    – le "GRENELLE DE L’ENVIRONBNEMENT" prévoit que (seulement) 6% (alors que, comme le relève P.L. lui-même, se devrfait être 100% !) des cultures seront en Agriculture biologique en France en 2010. Et ce alors que l’ALLEMAGNE qui nous donne des leçons en matière de "BIO" (comme dans beaucoup d’autres domaines !) a déjà largement dépassé ce pourcentage ! Et que l’on apprend  – cette semaine dans … "Les 4-Vérités" !) –  qu’au cours des 10 dernières années, les agriculteurs scandinaves "avaient diminué de 50%" l’utilisation de pesticides dans leur champ. Preuve que, loin de prendre (résolument) la tête, la FRANCE se contentera, au mieux, de suivre (résolument, je l’espère), l’exemple donné par d’autres pays européens. Un peu à la façon des "suceurs de roue" dans le cyclisme qui se contentent de bomber le torse avant ou après la course, comme s’ils étaient des champions. Il y a des "Tartarin" dans tous les milieux. Notre monde politique en regorge … Et nous en avons même placé un au sommet de l’ETAT !

    C’est la preuve aussi que, comme le relève Pierre LANCE lui-même pour d’autres domaines de la "politique", Nicolas SARKÖZY a su"pomper" les "bonnes idées" de ses adversaires politiques. Si c’était pour les appliquer, notamment celles du FRONT NATIONAL ou du MOUVEMENT NATIONAL REPUBLICAIN en matière de sécurité et d’immigration, nous ne pourrions que nous en réjouir. Alors que tout montre, après six mois de pouvoir, que Nicolas SARKÖZY s’est contenté de "piquer" des voix en faisant semblant de "piquer" des idées, comme d’autres "pipent" les dés. Et, à ceux qui "pleurent"  (comme un certain Nnuma VIAL) ou se réjouissent, de certain "MORATOIRE" (c’est fou ce que ce mot devient à la mode !) sur les OGM, je dis, aux premiers, "ne vous lamentez pas trop tôt", et aux seconds, "ne triomphez pas trop tôt !". Il est en effet prévu d’attendre le début de l’année prochaine pour statuer sur le "sort définitif" de ces OGM. Et c’est en définitive Bruxelles qui décidera. Un "BRUXELLES" où, on le sait   – sous l’action des lobbies – les OGM sont considérés comme devant "éviter à l’humanité de mourir de faim" (4)(n’est-ce pas, Numa VIAL ?), ou permettre à la "Science" (mot que je mets délibérément entre guillemets !) de "guérir" des "maladies génétiques" (en les modifiant "génétiquement" ?). Et que l’on ne compte pas sur "l’exception française" pour régler définitivement leur compte à ces satanés OGM. On l’a vu avec la TVA sur la restauration où, pas plus CHIRAC I et II que Sarkô Ier n’ont été, et ne sont, capables de tenir leurs promesses envers nos "chefs", macaronnés ou pas. Ou encore avec la TIPP dont le Gouvernement SARKÖZY/FILLON n’ose pas (par crainte de "BURXELLES") envisager sa régulation pour permettre par exemple à nos pêcheurs d’avoir un ballon d’oxygène pour faire face à un gallon avoisonnant le $ qui les condamne à la ruine et au désespoir. Sans d’ailleurs qu’on nous explique pourquoi dans cette UNION EUROPEENNE qui se prétend "L’EUROPE", il y a des distorsions sur le taux de la TVA dans la restauration, ou, par exemple, les taxes sur l’essence, les alcools ou les cigarettes !

    J’en termine avec ce "GRENELLE DE L’ENVIRONNEMENT" dont on avait fait une "montagne" et qui vient d’accoucher d’une souris à peine verte,  en parlant de la façon dont on s’apprête à traiter les émissions de CO2. Une fois de plus   – pour donner un gage au lobby vert qui prétend que la "bagnole" est responsable de tous les maux, à commencer par le "réchauffement de la planète", on va taxer les automobilistes. Va-t-on installer, le lon de nos routes, un appareil ultra-sophistiqué, qui détectera à distance (comme les radars les excès de vitesse !) les véhicules qui "réchaufferont" un peu trop leur environnement ? On ne sait encore. Mais je préviens d’avance, comme les radars mal orientés dans leur angle de prise de vue se trompent, ce "mesureur "de CO2, s’il est mal orienté par rapport au vent, ne tienne compte ni de sa force ni de sa directio, ou de la température ambiante, etc. risque encore de pénaliser à tort des innocents ! Ce dont nos gouvernants, une fois de plus, se moquent comme de leur premier mandat. Pourvu que leurs "idées" leur permettent de se donner bonne conscience, au moins aux yeux des gogos, en rapportant au passage un peu d’argent dans les Caisses étatiques archi- vidées par leur gabegie !

       Bon dimanche à toutes et à tous et prenez  garde au CO2 ! Cordialement, Jean-Claude THIALET

    P.S. Puisqu’il faut absolument des "coupables", que l’on me permette d’en désigner un : les bureaucrates de l’UNION EUROPENNE qui obligent les fabriquants de différents matériels à joindre à leurs produits des plaquettes d’utilisation rédigées en … 15 langues. Je viens encore d’en faire l’expérience avec un GPS offert pour mon annivesaire : j’ai dû découper (et jeter)(5) pas moins de 90 pages inutiles rédigées pour la plupart en volapuk. Quand on sait que la production d’une simple feuille de papier rejette 7 g. de CO2 dans l’atmosphère, il y a de quoi se demander "mais bon sang, qu’est-ce qu’ils ont fichu dans leur "GRENELLE" ?". N’auraient-ils pas dû se pencher sur ce gaspillage (celui des arbres abattus inutilement) et des émissions de CO2 de l’industrie papetière (6) ! Oui mais voilà, le sujet ne figurait sans doute pas dans les contributions reçues par Jean-Louis BORLOO !

    (1) que j’avais personnellement relayé sur INTERNET

    (2) à l’appellation aussi prétentieuse que ses résultats ont été minces et prétentieux !

    (3) j’utilise le mot "décisions" plutôt que "mesures" car, en France, quand on prend des décisions, les mesures pour les appliquer ne suivent pas. Faute de volonté politique, de moyens humains, matériels ou financiers.

    (4) une pénurie alimentaire que les crânes d’oeuf de Bruxelles ont eux-même organisée avec leur politique des quotas et des jachères qui ont abouti, notamment, à une pénurie de lait, à une sous production de blé, etc. Et, ien entendu, à l’augmentation des prix. Tout ce qui est rare est cher, on le sait. Hélas ! la connerie, si elle n’est pas rare, devient, elle aussi, de plus en plus chère par ce qu’elle coûte à ceux qui en pâtisssent …

    (5) que les pur(e)s et dur(e)s de l’écolo se rassurent, j’ai utlisé le "tri sélectif" !

    (6) il est vrai que, pour ce qui concerne la FRANCE, cette industrie, grâce à je ne sais plus quels gouvernements, est devenue  … canadienne, ce qui a d’ailleurs été à l’origine de la fortune d’un de nos hommes d’affaires des plus en vue !

    Répondre
  5. J.D.

    3 novembre 2007

     

    Lisez "Le premier Président"… C’est le roman d’un ego presque autobiographique… Bien troussé, où il y a des bons…on suprime les méchants…mais, comme dans sa chronique du 27/10/07 on cherche vainement les truands…qui pourtant sont bien présents et toujours prêt a vous détrousser… dans l’hombre des officines dissimulées sous tous les paravents y compris dans les isoloirs où chaque utopiste pense que son éjaculation plus ou moins précoce sauvera le "petit monde" de son entourage ou de ce qu’il imagine que devrait être le reste des humanoïdes….  

    Il suffit de lire les revues financières et ceux qui en commentent les "secrets" pour s’apercevoir que la civilisation du profit vous bouffera les c……… avec un total mépris pour les moutons à deux pattes…

    Répondre
  6. richard

    2 novembre 2007

    Il faudrait arreter de nous gonfler avec l’ AGRICULTURE BIO!!!
    c’est l’agriculture que l’homme a pratiqué pendant des millénaires et que pratiquaient encore nos paysans il y  a 50- 60 ans avant que la chimie et les technocrates ( de tous pays) ne viennent  foutre le bordel..
    Il s’agit plutot de revenir à une agriculture naturelle, classique..
    mais ça sonne moins bien que BIO!

    Répondre
  7. DRUANT Philippe

    1 novembre 2007

    @ Beligue:

    Le type d’écologistes que vous évoquez sont des "écologistes politiques",alors vous pensez bien que les problèmes de la véritable écologie (gestion des équilibres indispensables entre humains et biosphère) ne les concernent pas le moins du monde.

    Les mots "pollutions des eaux/terres/air,surpopulation,stérilisation des terres agricoles"leur sont d’ailleurs totalement inconnus.

    Ce sont des écologistes dits "de Prisunic"(Mamère,Voynet par exemple).

    Répondre
  8. Luc SEMBOUR

    1 novembre 2007

    M. BELIGUE, vous avez raison (mais le tableau de Mendeleïev ne comporte que 103 éléments dont certains sont très peu "disponibles").

    Il existe de véritables défis écologiques dont la résolution intégrale est possible par des moyens humains.

    L’un est la pollution des aliments par les pesticides. Solution la plus immédiate: le tout-bio. Il y a d’autres solutions, mais restons simples…

    Un autre défi est l’habitude de facilité, détestable, des hommes à jeter leurs détritus partout, sur terre, en mer, dans l’atmosphère, dans l’espace (déchets sur orbites terrestres). Solution la plus immédiate : des amendes punitives dissuasives systématiques et sans sursis, pour obliger à ne pas faire de déchets ou bien à les regrouper entièrement et les livrer à des centres de traitement spécialisés et certifiés.

    Un autre défi est le traitement complet des déchets et non-pas leur empilement dans des zones sacrifiées. Solutions les plus immédiates : ne tolérer aucune activité ni aucune fabrication qui n’aurait pas totalement planifié ni intégré dans ses coûts la remise en fin de cycle de l’environnement dans une situation «ex ante» reconnue acceptable, sous peine de représailles parfaitement dissuasives.

    Voilà des tâches titanesques certes, presque utopiques mais atteignables, du moins sur le papier par des ingénieurs réalistes.

    Par contre, le réchauffement de la planète, c’est une toute autre histoire. Personnellement, ingénieur,  je n’y crois pas du tout, même si, depuis plusieurs lustres, il y a une très nette modification des phénomènes météo sur l’ensemble de la terre,  dans le sens d’un réchauffement sensible.

    Les conclusions de l’expert russe Abdoussamatov et de bien d’autres, allant dans le même sens (mais somptueusement snobées et ignorées par les « ayant-droits » et la presse), me paraissent beaucoup moins suspectes que le nouveau concert écologique du « sauvons la planète qui se réchauffe ». Ce sauve-qui-peut de pacotille nous fera probablement sourire dans 50 an, une fois les choses scientifiquement éclaircies, autant que nous fait aujourd’hui sourire le concert universel de 1971 « le pétrole dans 10 ans c’est fini, et dans 20 ans (soit 1991), il n’y en aura plus une goutte».

    Personne ne s’est encore excusé des idioties de 1971. Il serait intéressant de savoir ce qu’en avait dit Pierre LANCE. Un touche-à-tout comme lui ne peut pas n’avoir rien dit. Et si l’on recommence à se geler sérieusement en 2050, personne ne se rappellera avoir exigé la folie, qui pourrait devenir le plus colossalement pharaonique gaspillage d’efforts de l’histoire humaine:  rien moins qu’…une tentative de refroidissement de la planète qui se surchaufferait. Excusez du peu. C’est pourtant bien l’objectif. Ne rions pas.

    Le Grenelle de l’environnement (que salue Pierre LANCE), de même que toutes les manifestations allant dans le même sens, peut aider à prendre quelques décisions salutaires mais il esquive les vraies difficultés en en inventant de gigantesques fausses, car son seul moteur sociologique est fondé sur la technique dite du "LES ABSENTS ONT TOUJOURS TORT". Quel rapport?

    Très simple:

    D’une part il n’y a PERSONNE parmi les acteurs économiques ou politiques ou médiatiques (ceux qui ont un pouvoir et/ou une voix audible), qui n’ait pas un INTERET véritable à dire que la planète se réchauffe. Donc, de façon mécanique et logique, la planète est partout dans les conférences et dans les médias réputée se réchauffer.   

    D’autre part QUI est à la fois ABSENT du débat ET n’a PAS intérêt à ce que l’on considère que la planète se réchauffe? Cherchez bien…c’est facile… il s’agit du groupe d’hommes sans visages qui est le plus fabuleusement riche de ce monde, ceux qui, comme Monsieur Jourdain de Molière, sont courtisés, cajolés, manipulés, grugés sans vergogne par tous ceux qui visent le contenu de leurs poches infiniment profondes. Mais qui donc, qui sont ces très riches gogos ?

    Il s’agit de M. et Mme Contribuable, de M. et Mme Consommateur, de M. et Mme Toutlemonde et de leurs enfants. Ils sont tous cousus d’or de par leur foule innombrable de petites mains et de petites bouches, et presque totalement impuissants face aux loups voraces qui les manipulent. Tout est bon pour leur faire cracher la monnaie. Le réchauffement de la planète va permettre de leur « pomper un max ». On parle de trillions d’Euros.

    Manger entièrement bio, ne plus tolérer aucun déchet polluant, et traiter massivement la totalité des déchets par recyclage complet sont des objectifs aux résultats MESURABLES et ATTEIGNABLES (encore que très coûteux). Malheureusement  dans ces 3 domaines les responsabilités pourraient trop facilement être établies pour la non-satisfaction d’objectifs volontaristes.

    La lutte contre le réchauffement de la planète est beaucoup plus intéressante. Son coût potentiel est magnifiquement  illimité, comme les 3 autres objectifs, mais aucune responsabilité ne pourra jamais être établie dans la non-obtention du moindre résultat positif. Le rêve absolu du politicien est ainsi enfin à portée de main : avoir un chèque en blanc pour des décennies, signé et garanti par l’ensemble des pays de la planète, afin de faire des « choses » ne comportant aucune obligation de résultat.

    Le plus amusant est que les charlatans se couvrent déjà en prévenant que cette ponction indispensable n’arrêtera nullement le réchauffement mais fera qu’il sera un peu moins rapide (et encore, même ce résultat est sans garantie selon eux). Un observateur lucide ne peut que sourire.

    Le plus cocasse est que le réchauffement de la planète, s’il était possible et avéré, serait objectivement (une fois les ajustements importants et parfois douloureux opérés) un extraordinaire bienfait. La chute de température est  en effet dans l’ensemble nettement moins bénéfique que son augmentation. L’agriculture est beaucoup plus productive en climat chaud ou très chaud qu’en climat tempéré ou froid. Il est bien moins coûteux de faire pousser les végétaux sous un soleil de plomb (avec un arrosage goutte à goutte) que sous serres dans un environnement glacial. Le touriste moyen est mieux sur une plage tropicale qu’au bord de la banquise…

    Une association de scientifiques  américains a depuis de nombreux mois offert un prix de 150 000 USD à celui ou ceux qui pourront établir devant leur jury que la planète se réchauffe et que ceci est significativement imputable à l’activité humaine. Leur argent est en sécurité, car aucun des gourous du Grenelle ou d’ailleurs n’ose aller leur présenter les PREUVES INDUBITABLES qu’ils font gober aux journalistes.

    Répondre
  9. Jaures

    1 novembre 2007

    P.Lance se réjouit un peu vite. Tout d’abord, l’essentiel des mesures impulsées ont été avancées par Greenpeace et le W.W.F, pas franchement des organisations de droite. Ensuite, tout reste à faire. Pour l’instant le Grenelle n’a accouché que d’intentions. Les députés de droite vont devoir faire face aux lobbies qui les soutiennent: FNSEA,MEDEF,.. lesquels n’ont pas, jusqu’à présent, montré leur fibre écologiste. Ce que je crains ? C’est qu’en échange de 2 ou 3 avancées accessoires, le patronat n’obtienne de nouveaux avantages que le Grenelle n’aura servi qu’à camoufler. Restons vigilants.

    Répondre
  10. beligue

    1 novembre 2007

    Si je comprends bien quand sarko reprend les idées de gens d’extrème gauche, elles deviennent de droite, donc le déficit budgétaire est de droite, l’abandon de la TVA sociale est de droite, l’ anti OGM est de droite et une nouvelle taxe sur le carbone est de droite.A noter qu’il y a 256 éléments chimiques  donc 256 nouvelles taxes à créer.

    On a écarté du grenelle de l’environnement les gens qui s’occupent d’écologie mais qui eux ne sont pas des écologistes sectaires et doctrinaires ainsi que des nimby avérés. On les a remplacé dans mon département par des gens issu des lyons et des rotarys.

    Où sont les écologistes quand il faut s’occuper des sites pollués majeurs,métaleurope, salsigne et bien aux abonnés absents.Score des verts sur le canton de Salsigne 0.5%

    L’écologie ne peut être ni de droite ni de gauche,envoyer un éléments chimique indésirable chez son prochain ou chez son voisin est simplement un crime ou un délit.

    Personnellement je n’oppose pas production et pollution mais plus surement irresponsabilité et pollution et un peu de bon sens éviterait beaucoup de pollution.

    Par Ex la DRIRE rédige les règles de fonctionnement  et  fait les controles. Elle est à la fois juge et partie. Ne pratique qu’un controle inopiné sur deux auprès des industriels.

    Répondre
  11. grepon le texan

    31 octobre 2007

    Voila un se voulant visionnaire, qui a accepte la fiction, la grosse mensonge d’Al Gore, que la temperature de la planete augmente =a la suite= d’une augmentation des taux de CO2 dans l’atmosphere.  Il y a =une correlation= entre les deux courbes, mais on peut montrer, en regardant de plus pres, que les inflections de la temperature arrivent avant les inflections du CO2.  C’est a dire que la causalite doit marche dans le sens inverse…quelque chose d’autre est derriere l’augmentation de la temperature et du monte des taux de CO2.   Puis, il y a le problematique, toujours occulte par les eco-catastro-prophetes, que le CO2 soit tres minoritaire dans son effet "serre" par rapport a un autre gaz sur lequel il n y a aucun possibilite de controle humain: le H2O, qui recouvre la planete a un profondeur important en forme liquide sur plus de 70% de sa surface.  Au dessus de tout ca, si ce n’etait deja trop de savoir que le CO2 n’a que peut d’effet et que ses taux =suivent= les temperatures plutot que l’inverse, nous avons le fait que les emissions de CO2 par l’homme sont tres minoritaire en proportion au emissions de CO2 par les processus non-anthropogenique, dites "naturels".  

    A la fin, il ne reste pratiquement aucun role pour les emissions de l’homme dans l’histoire ou le futur du climat, du moins en ce qui concerne le CO2.  Neamoins, Pierre Lance et plein d’autre amateurs de gouvernement centraux ayant honte de l’humain nous fourgent des plans dessine pour nous empecher de vivre bien, ou pour d’autres sur terres d’apres ex trop peuple, de vivre tout court.   Dans leur manque de reflection raisonne, ils ne voient pas que leur croyances ont beaucoup en commun avec les religions plus vieille, qu’ils nient:    Ils sont consommes par la coupabilite d’etre humain. 

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)