Les émirats, la fin du choc des civilisations et l’osmose islamo-occidentale

Posté le mars 23, 2012, 12:00
14 mins

Le Qatar possède 2% de Total, 5,6% de Vinci, 5% de Veolia Environnement et 7,5% d’EADS. Il a racheté le PSG, les palaces cannois Carlton et parisien Royal Monceau. Sa télévision Al-Jazira Sports a acquis les droits télévisés de Ligue 1. Il détient officiellement 12,83% des parts et 10,05% des droits de vote de Lagardère.

Les médias

Il y a dix ans, tout le monde, après les attentats du 11 septembre, prophétisait un choc des civilisations. Nous avions d’un côté le gentil occident moderne et démocrate, de l’autre la théocratie barbare et le fanatisme islamique. Les camps étaient bien définis, nous étions tous contents.

Nous oubliions seulement qu’Obama serait élu juste après l’Autre ; que le pétrole allait monter à 100 dollars le baril en attendant 200 avec l’Iran carbonisé ; que les Ben Laden avaient été les seuls à pouvoir quitter le sol américain le soir de l’attentat ; qu’ils construisaient les nouveaux centres de pèlerinage de La Mecque en massacrant le patrimoine arabe traditionnel ; et que l’armée américaine, installée dans le golfe, allait accélérer, non pas le choc, mais l’osmose islamo-américaine dont pâtissent les peuples de l’Europe et de l’Amérique profonde aujourd’hui.

En France la situation est allée de même : alors qu’on redoutait que le pays ne devînt une république islamique, il va devenir à moyen terme un émirat arabe plus ou moins uni. Le pays a perdu son identité ; il est dirigé par une poignée d’oligarques ; sa population est peu à peu remplacée ; l’idéal collectif y est celui de la banlieue, avec sa consommation d’infos débiles ou de produits de luxe. Le pays est islamisé – la viande hallal – mais on n’y applique pas la charia : on a la laïcité pour cela. Un islam soft de ploutocrates, voilà ce qu’il nous faut. On comprend pourquoi le Qatar y investit tant d’argent.

Le Qatar… Pour tous les riches idiots du monde, les émirats arabes sont à visiter : c’est pour eux que l’on a fait les guerres dans le Golfe, et c’est pour eux que l’on fait la guerre maintenant contre la Syrie (oui, je sais, c’est le peuple insurgé…). Il faut les voir et les comprendre pour ce qu’ils sont, non pas des ennemis de l’occident, ou des bastions d’arrière-garde, mais bien plutôt le modèle à suivre pour nos démocraties agonisantes, transformées en États-cités basanés et sans histoires.

Modèle à suivre. Anciens États pirates, comme d’ailleurs les îles Caïman des Caraïbes, paradis fiscaux recyclés, ces états micronésiens affairistes incarnent au contraire le nec plus ultra de la mondialisation. Les castes qui les dirigent sont intouchables (sic), comme les banques d’affaires ou les vieilles dynasties de l’Europe bourgeoise protestante ; la religion qui les domine se métisse avec le droit anglo-saxon ; leurs armées sont américaines et elles sont financées par les puits de pétrole et par les gazoducs ; leurs World Trade Centers sont escaladés par Tom Cruise après les tours de Shanghai (on n’ira plus sur la lune !).

C’est que leur civilisation repose sur le souk, la nôtre sur le centre commercial. Ces entités post-islamistes ignorent la terre, ne consacrent que l’oasis marchande entourée de désert. Elles encensent les caravanes, nous les lignes commerciales. Elles n’aiment pas les armées nationales, elles aiment les mercenaires humanitaires. Elles ouvrent des musées d’art islamique, et leurs mosquées sont vides.

Ces États n’ont pas d’identité autre que celle fabriquée par un calendrier, pas de passé autre que celui fourni par un guide touristique : il ne repose que sur la bonne volonté du pétrole et les combines du Foreign Office et de ses successeurs anglophones.

Enfin, et surtout, la population de ces États du golfe relève de la farce. La population des émirats y a été multipliée par cent – comme le prix du baril – en cinquante ans ! Il y a 20% de qataris, tous privilégiés, au Qatar. Puis, il y a les cadres expatriés et friqués des multinationales qui aiment à vivre dans ces hideuses tours suspendues dans les déserts, les boys philippins, et les esclaves. Ils représentent 80% de la population, ces misérables venus des Indes, du Pakistan, qui n’ont aucun droit et ne savent pas à quelle sauce ils seront mangés par leur patron. Ils seront tout au plus payés 100 ou 200 dollars par mois, sans susciter de préoccupations de la part des ligues des droits de l’homme et autres ONG, à peu près toutes sous contrôle des sévices secrets aujourd’hui. Quant au qatari fauché, on se doute que, pour son bien, il n’ira pas voter pour la candidate contestataire locale.

En revoyant ces sociétés-écrans, leurs pistes couvertes de ski, leurs marinas bouffonnes, leurs courses de chameaux, leurs centres commerciaux bourrés de badauds ahuris et de chiffons Vuitton, en voyant les 4×4 ensablés par des crétins dans les dunes ; et en voyant ces armées d’esclaves suspendus en haut des tours à 20 000 du mètre par des températures de 50 degrés, je me dis, comme un colonel Kurtz égaré dans la jungle du Vietnam :

– Quel génie dans tout ça ! Et si c’était cela la modernité ?

C’est qu’en plus ces États pétroliers, en osmose totale avec le Pentagone, la NSA, ou bien nos politiques en mal de recyclage (voir Blair et ses milliards kazakhs tous nets d’impôts), veulent détruire l’Iran ou la Syrie. Ils installent des bases (comment on dit, en arabe ?) internationales sur leur sol, ils nous dictent notre politique, ils décident de ce qui est mauvais pour nous, le nucléaire au Japon, le nucléaire en Iran, le nucléaire en France, le nucléaire ailleurs. Ils célèbrent un monde fondé sur la nécrose des civilisations, le consumérisme ultra et le nihilisme ; illustrant la phrase de Zarathoustra (le prophète de Nietzsche, pas celui des perses) : le désert croît, malheur à qui recèle des déserts ! C’est que l’islam, religion antinationale, est beaucoup plus utile au système actuel que le christianisme enraciné sur les nations.

Les émirats soi-disant arabes incarnent un monde à la fois ultralibéral, autoritaire, festif et surarmé, qui impose une loi de plus en plus cruelle aux Zarathoustra États avec encore une identité. Un monde où il y aura cinquante millions de travailleuses sexuelles mais où l’on n’a pas le droit d’embrasser sa femme dans la rue. On se voilera la face !

Je ne polémique plus du tout avec le néolibéralisme ; ce n’est pas moi qui ai dit que le monde était ma tribu, c’est Guy Sorman. Lui-même expliquait dans sa pseudo-révolution conservatrice que l’Amérique reproduisait jusqu’à la nausée les mêmes villes, les mêmes hôtels, les mêmes centres d’attraction parce que les hommes d’affaires sont toujours en déplacement. Il faut donc que l’on voit partout la même chose. Relisez Boorstyn et son chef d’œuvre (*), c’est beaucoup mieux expliqué.

Le nomadisme islamo-occidental aboutit à la stérilisation des civilisations, à leur destruction. Même en Chine, réputée la plus ancienne civilisation du monde on aboutit, de l’aveu même du lucide Hu Jin Tao, à la liquidation de l’exception culturelle chinoise. De ce point les Micronésies marchandes et islamiques sont les modèles de notre société post-humaine. Allez voir sur place : il y aura bien un vol ou une croisière en promotion, non ?

Et qu’on ne me parle plus de menace islamique ou d’islamophobie, alors que nous sommes déjà égarés dans le bazar labyrinthique de cette société bédouine. Nous finirons comme un grain de sable dans le désert.

Les prisonniers demeurent ensemble tranquilles, ils n’entendent pas la voix de l’exacteur (Job, 3, 18).

(*) Les Américains, Bouquins, Laffont.

Article précédent

Vu sur le net

Article suivant

Vu sur le net

9 réponses à l'article : Les émirats, la fin du choc des civilisations et l’osmose islamo-occidentale

  1. OuSakt

    07/04/2012

    Ils l’appellent pompeusement "péril islamique". Je le trouve assez correct pour doper perpétuellement l’industrie militaire. Ils font faillite ces derniers.

    Répondre
  2. zorba13

    28/03/2012

    Très bel article, mais je n’adhère pas à l’idée que l’alternative à ce consumérisme soit représenté par par la Syrie et l’Iran des mollahs, devenu tout à coup plus fréquentables. On ne transmute pas ainsi en deux minutes la merde en or.
    La Syrie c’est le régime national-socialiste qui a abrité la plupart des nazis en fuite en Orient ( avec l’Égypte de Nasser), c’est la dictature que l’on connait. Et l’Iran, ça n’est pas la Perse romantique que certains voudraient nous vendre.
    Si l’occident se débilise, c’est aussi du à la faillite du catholicisme : gauchisation, affaires de moeurs et d’argent, reculades face à l’expansionnisme musulman.

    Répondre
  3. HOMERE

    25/03/2012

    Il y a deux choses qui n’ont pas d’avenir…….Le socialisme et l’islam.Le premier à court terme et le second le plus vite possible….ainsi parlait Zarathoustra !!

    Les premiers ont inventé l’égalité et ne l’ont jamais faite,les seconds ont inventé Omar Kayyam et ne l’ont jamais écouté….

    Les premiers ont spolié des générations les seconds ont lapidé les femmes….à l’évidence les hommes et les femmes aspirent à autre chose….

    Citation : " l’Islam cette théologie absurde d’un bédouin immoral est un cadavre putréfié qui empoisonne nos vies " Mustapha Kémal dit Attatürk….

    Citation "le Socialisme est l’expression la plus aboutie de l’égalité que les individus redoutent le plus" Frédéric Bastiat

     

     

    Répondre
  4. isocrate

    24/03/2012

    Du super-Bonnal (98) en pleine forme, et pourtant Allah sait si  je n’épouse pas ses idées !

    Répondre
  5. midal45

    24/03/2012

    Il ne vous aura pas échappé que là où règne l’islam, les peuples obéissent au nom de leurs croyances religieuses, lesquelles ont beaucoup plus d’impact sur la conscience des gens que le simple respect de la démocratie. Et c’est justement ça que veulent les puissants du monde de toutes obédiences et croyances : une obéissance aveugle des peuples afin d’instaurer une gouvernance mondiale. Ce que n’ont jamais réussi les idéologies politiques, y compris le communisme, « religion athée », l’islam le servira sur un plateau à ces messieurs (du moins le pensent-ils). L’islam n’est l’ennemie ni de l’argent ni du luxe, ni de l’esclavage, ni de la féodalité. Elle est seulement l’ennemie de la liberté. Pour les élites mondiales, la gouvernance mondiale passera par la mise en place d’une religion unique, totalitaire et autoritaire (mais il se pourrait qu’elles se trompent et que tout ça se termine dans une immense déflagration qui remettra les pendules à l’heure… Car les peuples ne sont pas tous aussi mystiques et manipulables qu’il y paraît). Cette réflexion vous paraîtra peut-être stupide, mais je ne vois pas d’autre raison à cette obstination des démocraties de faciliter l’émergence de l’islam (fusse-t-il modéré, si ça existe) partout dans le monde et la substitution des populations dans les pays occidentaux.

    Répondre
  6. quinctius cincinnatus

    24/03/2012

    @  NL

    " adieu vielle Europe
    que le diable t’emporte ""

    si vous continuez sur ce registre de lansquenets le "patriot act " à la Sarko aura vite fait de vous clore les lèvres !

    Répondre
  7. NL

    23/03/2012

    Adieu vieille Europe….
    Que le diable t’emporte….

    Répondre
  8. quinctius cincinnatus

    23/03/2012

    vous citez Sorman …mais j’avais entendu de la bouche même d’un " homme d’affaires internationales " qu’il " descendait toujours dans un établissement de la même chaine hôtelière car quand il rentrait "bourré " au petit matin il n’avait pas à chercher son chemin …il était le même partout "

    Répondre
  9. dissident

    23/03/2012

    peut etre, mais en attendant les quataris sont privilegies chez eux et nul Besson n ira leur dire que le quatari de souche cela n existe pas

    en France, le francais d origine europeenne bien qu encore majoritaire est tenu pour negligeable par l oligarchie au pouvoir, exemple qii s est soucie du supplice de la pauvre jeune fille nantaise assassinee dans des conditions atroces par un etranger deja condamne a de multiples reprises, possible au QATAR ? poser la question c est y repondre

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)