Les pouvoirs publics doivent protéger les Français de souche

Posté le mai 18, 2010, 12:00
8 mins

Les « faits divers » se suivent, et hélas ! se ressemblent fort. Pour ceux d’en­tre nous qui sont habitués à consulter la « réinfosphère » (c’est-à-dire ces blogs et sites internet, souvent de droite, qui révèlent ce que la grosse presse s’obstine à cacher), au cours des dernières semaines, nous avons eu droit à plusieurs révélations effarantes.

Je glane au hasard.

Le 9 mai dernier, Josette, une conductrice de bus de 48 ans, est rouée de coups à Aulnay sous Bois par trois gamines de 12 ans – le tout devant sa propre fille. Motif : elle leur avait expliqué que son bus avait un itinéraire pré-établi et qu’elle ne pourrait pas les déposer où ces charmantes enfants demeuraient.

Le 19 avril, à Perpignan, le domicile d’un jeune couple, en plein centre-ville, est violemment envahi par une meute de « jeunes ». Au moment où la jeune mère parvient à se réfugier avec son bébé dans les toilettes, son mari est ainsi pris à parti : « Sale Français, on va b… ta blanche ! »
La police arriva à temps pour épargner aux malheureux le programme d’intégration rapide prévu par ces « chances pour la France ». L’un des agresseurs avait, à 15 ans, 123 chefs d’inculpation au compteur !

Le 18 avril, à Narbonne, un retraité de 67 ans, Guy Trilles est lapidé (oui, lynché à coups de pierre) par une autre horde. Sans raison apparente, par cruauté gratuite. Après une crise cardiaque, le pauvre homme est tombé dans le coma.
Je pourrais continuer ainsi longtemps. Mais cela me soulève le cœur. Ceux qui sont plus résistants que moi peuvent trouver sur internet de quoi poursuivre cette pénible énumération.

De toute façon, ces trois exemples suffisent largement à illustrer de quoi je veux parler.
Tout d’abord, le plus clair de ces histoires, c’est que, malgré tous les discours, nous sommes à des années-lumière d’un retour de l’ordre et de la sécurité.

Ensuite, chacun aura noté que ces « faits divers » pourtant gravissimes passent, dans la presse nationale, largement après les hoquets d’un volcan islandais, la prétendue persécution judiciaire d’un cinéaste réputé violeur de petites filles, ou la sélection de l’équipe de balle-au-pied pour les prochains jeux du cirque…

À nouveau, internet reste l’outil majeur de la réinformation. Sans les sites de ce que les bien-pensants appellent avec horreur la réacosphère, nous n’aurions rien su de ces sauvages agressions.

Enfin, il est clair que, quand la police fait son travail (ce qui n’est pas toujours le cas), la justice, quant à elle, bousille à coup sûr ledit travail, en relâchant les bourreaux comme mineurs, comme titulaires de circonstances atténuantes, comme malheureuses victimes de l’oppression bourgeoise, ou pour tout autre motif aussi valable…

Alors ? Alors, le premier impératif est de regarder la réalité en face et de ne pas se bercer d’illusions. Et le deuxième impératif, c’est de se fixer des objectifs précis pour sortir de cette guerre civile larvée. Ces objectifs doivent être mis en œuvre au plus vite et, au strict minimum, devraient figurer en bonne place dans le programme des prochains candidats de droite, notamment pour les échéances de 2012.

J’en vois immédiatement trois, relatifs à l’insécurité, mais la liste n’est évidemment pas exhaustive.

1) Il faut en finir avec l’immigration, au moins durant une génération. Cela implique des sanctions dissuasives contre l’immigration clandestine. Cela implique aussi de stopper l’immigration de peuplement légale. En revenant sur le regroupement familial et en réservant les prestations de l’État-providence aux Français. Et que l’on ne nous refasse pas le coup de l’absence de relation entre immigration et insécurité. Tout le monde connaît ces liens, même si, en l’absence de statistiques, ils ne sont pas chiffrables. Si vous parlez de sécurité, les Français n’entendent pas hausse du nom­bre de radars sur les routes, mais lutte contre l’immigration…

2) Il faut que les forces de l’ordre servent à assurer la sécurité et non pas à remplir de la paperasserie ou à enquiquiner les honnêtes gens. Mesure facile à mettre en œuvre et qui ne coûterait rien à l’État.

3) Enfin, les juges doivent assumer leurs responsabilités. Le plus simple, pour cela, serait qu’au moins une partie de la magistrature soit élue. Mais, au minimum, il faudrait qu’un juge ayant relâché un criminel récidiviste – fût-ce en conformité avec le droit – soit sanctionné.
Ces trois éléments ne suffiront certainement pas. Mais, c’est un minimum pour que les « Français de souche » puissent à nouveau faire confiance aux pouvoirs publics…

11 réponses à l'article : Les pouvoirs publics doivent protéger les Français de souche

  1. Anonyme

    11/03/2012

    ok pour tous les commentaires qui précèdent hormis le fait que seule Marine pourra décider des réformes nécessaires.

    Il ne reste plus qu’à espérer que HOLLANDE soit à la place de CHIRAC et MARINE à celle de JEAN MARIE.

    Et alors ?

    Eh bien je suis prêt à parier qu’un électeur de droite au second tour des présidentielles de  2012 sera moins bête qu’un électeur de gauche au second tour de 2002.

    Là est la différence entre Marine et Jean Marie……

    Répondre
  2. IOSA

    25/05/2010

    [email protected]

    Comment faire pour trouver le juste milieu ?

    Expulsion des délinquants étrangers pour commencer ( après avoir purgé leur peine de prison).

    Pour les crimes de sang…rétablir la peine de mort, même si celà ne fait pas baisser le taux de criminalité, celà aura le mérite de prévenir la récidive et de sauver des innocents, sans compter qu’une exécution capitale coutera à long terme, bien moins que l’entretien à vie d’un meurtrier.

    IOSA

    Répondre
  3. Jaures

    24/05/2010

    Cher Bidulon, savez-vous pourquoi on a fermé les maison de correction au début des années 70 ? Après étude, totalement inefficace:coût élevé et récidive quasi générale.
    La peine de mort ? Les USA qui l’appliquent avec zèle ont bien plus de délinquants et de meurtriers que nous.
    Les meurtres de policiers ? Même si ils font la une des journaux leur nombre ne dépasse pas les doigts d’une main. Est-ce cela le remède à la criminalité ?
    Mieux surveiller les détenus ? Les éduquer ? Les former ? Soit. Mais êtes-vous prêt à y consacrer les milliards nécessaires ?
    Si la responsabilité pénale des médecins et juges est engagée en cas de libération, il n’y en aura plus. Etes-vous prêt à construire les dizaines de prisons nécessaires à l’accueil des milliers de prisonniers supplémentaires que cela occasionnera ?

    En bref, n’avez-vous pas l’impression que vous allez créer des bêtes fauves, prêtes à tout pour ne pas être prises et impossibles à réinsérer ?
    Ne pensez-vous pas que vous aggraverez la situation ?

    Répondre
  4. MAGNE

    24/05/2010

     

    Il est plus tard que tu ne penses …

    Tentative d’homicide sur un policier à Paris

    Un homme a tenté cet après-midi de tirer dans la tête d’un policier qui voulait le contrôler au marché aux Puces de Paris-Saint-Ouen, mais son arme n’a pas fonctionné.( 24 mai 2010 )

    On serait stupéfait de constater le nombre d’actes inqualifiables commis sur les français de souche depuis plus de 4O ans …

    Répondre
  5. Marie

    24/05/2010

    Bof, tant que c’est le peuple qui trinque, pas de quoi fouetter un chat!
    Le peuple est crasseux, raciste, stupide, ignorant. Manquerait plus qu’on lui attribue des origines dont il pourrait être fier, et qu’on maintienne une unité qui, à terme, pourrait lui donner des idées de solidarité et une force bien génante, par ces temps de paupérisation des classes moyennes!

    Non, non, le peuple Français doit être noyé sous une masse d’asiatiques, d’africains, d’arabes, de sud-américains….divisé en permanence, harcelé au quotidien, victime d’une infinité de petits tracas, grèves, hausse du coût de la vie, incivilités, menaces de mort, scolarisation épuisante et inutile, abêtisation de masse via le détournement des médias en simili-muezzin de conneries…..

    Etre Français de Souche, Monsieur, ce n’est pas donné à tout le monde. C’est une sorte de privilège.
    Que les manants soit indéfinissables de par leurs origines, rattachés à un meltingpot relevant de la bouillie multiculturelle, cela nous arrange bien. Un je-ne-sais-quoi parlant uniquement un français laborieux, voilààààà le prototype idéal du bon peuple. "Français".

    Répondre
  6. Bidulon13

    22/05/2010

    Toute tentative de bon sens dans la gestion de la sécurité publique est aujourd’hui vaine, car il n’est pas pire aveugle que celui qui s’obstine à ne pas voir;

    On a élu et réélu par alternance les même politiciens carrièristes et peu soucieux de l’avenir de la nation;

    Le dernier en date s’appelle Nicolas Sarkozy. Il n’y à guère si longtemps, il promettait le "Karcher" pour la "racaille", incantait que "la peur allait changer de camp", on allait voir ce que l’on allait voir…

    Et on à vu.

    On a vu, a quelques mois des élections présidentielles de 2007, de grandes curées médiatiques au JT de 20h, ou l’on voyait a répétition des descentes musclées des GIR dans différentes cités de France.
    Pas un JT sans son réveil viril d’une quelconque banlieue à 6 heures du matin. Chez Germaine du Cantal, "ça pète" de voir des jeunes basanés a casquette malmenés par la police sur écran plasma, on en oublierait presque d’aller voter pour le Pen tant le spectacle est rassurant!

    On a vu des noirs, des arabes menottes dans le dos et tête baissée, entre quatre grands CRS, presque tous les jours jusqu’en juin 2007. La reconquête des quartiers commencait, la police regagnerait du terrain jusqu’a ce que plus un endroit ne soit infréquentable dans notre pays, disait t’il…
    On a vu, dés le lendemain de l’élection, un président de droite former un gouvernement avec des personnalités de gauche, des anciens ministres de la chiraquie, etc…quelle trahison!

    Les seuls qui avaient la volonté réelle d’apporter de la lutte et du changement l’ont payé très cher en étant écarté sans ménagement de leur ministère, et jeté à la vindicte d’une presse toujours plus féroce, madame Dati s’en souvient encore.

    Aujourd’hui, cette reconquète n’a pas eu lieu.

    De l’incantation médiatique, on est passé à un état de contention, de rustinage. L’insécurité continue de galoper, et pour cause, on ne s’attaque pas frontalement au vrai problème.

    Le vrai problème, il n’est pas à rechercher dans la diminution des effectifs de police (la gauche aujourd’hui monte au créneau pour se plaindre du manque de policiers, faut t’il en rire ou en pleurer…?), ni le sacro-saint "manque de moyens" (devenu la justification fourre-tout officielle de toutes les carences de l’administration).

    Il n’est pas non plus à rechercher dans l’inactivité de la police, la police fait ce qu’elle peut avec ce qu’elle a…Risquer sa vie pour interpeller des mineurs ultraviolents et intouchables, impunissables, tout cela pour les voir relâchés quelques heures après, cela vaut t’il le coup?

    Le problème restera toujours le manque de volonté dogmatique des magistrats à punir, à réprimer.

    Bien sûr, critiquer le laxisme des magistrats fait partie des choses proscrites par la bien-pensance, et si d’aventure vous vous laissez aller à une petite diatribe sur l’inaction des juges face à la petite délinquance, vous serez immédiatement taxé d’ignorance et de populisme.

    Ca tombe plutôt bien, car il se trouve que justement, je suis ignorant et populiste, et que j’emmerde surtout la dhimmitude amiante qui gangrène notre pays.

    Oui, nos magistrats sont laxistes, les peines infligées sont risibles, la vie d’un être humain ne vaut plus guère que quelques années de prison en France, l’intimité d’une fille quelques mois.

    Les mineurs restent intouchables. La répétition sans fin des mesures éducatives sans aucune punition assortie banalise l’acte criminel, il ne faut pourtant pas sortir de Saint-Cyr pour le comprendre, non???

    Les centre d’éducation renforcé sont des colonies de vacances passablement grillagées, les centre d’éducation fermés n’en ont que le nom, tant il est facile de s’en évader. Quant aux Etablissements Pénitentiaires pour Mineurs, leur nombre est tellement risible qu’il faudrait en construire un tous les jours jusqu’à la fin de l’année pour être au niveau de la "demande"…

    Bref, notre sécurité est suspendue à quelques poignées de gourous nostalgiques de 1968 qui vivent dans le fantasme, et non dans la réalité. Inutile de tenter de converser avec eux, ils savent tout mieux que vous, sont meilleurs que tout le monde, et si par malheur vous n’êtes pas d’accord avec eux, c’est parce que vous êtes assurément arriéré, fasciste, réac et passablement sous-instruit.

    Passez votre chemin.

    Ce qu’il faudrait faire?

    -Punir les mineurs encore plus sévèrement que les majeurs. Les "traumatiser" de repasser à l’acte, en somme. Comment?

    Un délit, une incivilité = une punition + une réparation.

    Ouvrir des centres pénitentiaires de rééducation, tenus obligatoirement par des militaires retraités (35ans et +) volontaires pour cette affectation, dans des endroits isolés (Corse, Auvergne, etc…) Lever à 5h, deux heures de marche à pied par tous les temps, Classe le matin puis atelier obligatoire l’après-midi (menuiserie, fabrication, couture, confection, etc…)jusqu’à 18h, coucher à 20h, un jour de repos le dimanche, cellules individuelles sans télé ni radio, juste la possibilité d’emprunter des livres à la bibliothèque, de dessiner ou d’écrire.

    Mais à l’heure ou même la bonne fessée de nos mères est lourdement condamnable jusque dans les plus hautes instances des inquisiteurs du droit-de-l’hommisme, à l’heure ou de bons pères ordinaires font de la garde à vue pour avoir giflé leur enfant, ou des professeurs comparaissent  à la barre des accusés pour avoir repris de volée un gosse turbulent, qui serait prêt à adopter ces méthodes Texanes?

    -Ensuite, rétablir la peine capitale pour les crimes concernant les enfants, les personnes vulnérables et les dépositaires de l’autorité publique. Tuer un policier doit être le sacrilège ultime dans toute société civilisée qui se respecte.

    -Rendre effective la perpétuité, ne plus relâcher des gens dangereux et totalement désocialisés sans aucune surveillance ni suivi sous prétexte qu’ils "ont payé leur dette à la société". La société n’en aura jamais fini avec eux de toutes façons, autant ouvrir les yeux avant qu’une nouvelle victime ne tombe pour rien.

    -Rétablir la double peine, engager une déstitution immédiate et définitive de nationalité pour tout immigré ayant commis un délit sur notre territoire.

    -Engager la responsabilité civile et pénale des magistrats et médecins ayant autorisé la remise en liberté d’un meurtrier qui à récidivé.

    -Rétablir le droit dans les prisons, cellules individuelles sans télé ni radio, travail, sport et école obligatoire, nettoyage et entretien minutieux des cellules et de la prison par les détenus.

    Ce ne sont évidemment que des fantasmes, on est à des teramilliards d’années-lumière de voir ces mesures être appliquées en France, depuis que nos humanistes sont obsédés par le seul bien-être et la liberté d’expression des criminels, depuis que réclamer un peu plus de sécurité est devenu un symptôme de fascisme aggravé, depuis que battre à mort un petit vieux dans le bus pour lui voler dix euros est devenu la norme quotidienne d’une insécurité fantasmée par l’extrême-droite…

    Répondre
  7. ozone

    21/05/2010

    "faut être sacrément con ou dans un plan général pour faire comme il est fait aujourd hui……"

    Ou sacrément malin

    Répondre
  8. sas

    21/05/2010

    Les pouvoir public doivent appliquer les lois de la république a tous et toute……sans reserves, derogation et autre instrumentalisation…

    …..ce n est pas le cas…..c’est donc le chao

    Le peuple ne respecte les lois que si elles sont justes et applicables a tous…..qu il en soit autrement et c’est la chao…..

    socrate 5 av JC…….

    faut être sacrément con ou dans un plan général pour faire comme il est fait aujourd hui……

     

    sas

    Répondre
  9. Anonyme

    21/05/2010

    « Les pouvoirs publics doivent protéger les Français de souche » Tout est dans le titre, la guerre subversive est totale, elle s’attaque aux cerveaux, aux biens et aux personnes. Pour compléter la liste de mesures de Guillaume de Thieulloy, mesures de bon sens qui ne m’étonnent pas chez un homme de qualité, il faut aussi que la délinquance au sommet soit plus sévèrement réprimée qu’à la base. C’est parce que la délinquance est quasiment impunie au sommet que la justice trouve prétexte à être laxiste avec la base. Pour neutraliser la délinquance de la piétaille, il faut s’attaquer d’abord à la délinquance en cols blancs. La subversion utilisera toujours la lutte des classes en arguant non sans raison de l’impunité de l’oligarchie financière. Tant que les vampires de la finance internationale, les grands escrocs sont au pouvoir dans les banques et vivent en consanguinité avec le pouvoir politique, il est illusoire de vouloir nettoyer les bas quartiers. Pendant que le menu fretin vole et cambriole, la haute société corrompue se subventionne très officiellement, spécule contre les produits qu’elle a vendu à ses clients sans autres risques que quelques amendes qu’elle financera avec l’argent volé aux clients. Les oligarques qui ont pris le pouvoir sont des gibiers de potence et sont la cause première de l’effondrement moral de notre société et pas qu’aux USA avec les « banksters » de Wall Street ou en Russie avec sa maffia, mais en France où le sommet est gangrené en profondeur, d’où notre impuissance à remettre de l’ordre. Il est vain de vouloir s’attaquer aux petits voleurs quand les grands truands se pavanent dans nos palais nationaux. Il faut toujours frapper à la tête.

    Répondre
  10. ozone

    19/05/2010

    L’insécurité est le carburant de la droite pour arriver et rester au pouvoir,comme en face la "goche" ne réagira jamais c’est du tout cuit,"nous ou le chaos".

    Qui a supprimé la "double peine" ?

    Aprés novembre 2005,137 étaient éxpulsables,combien le furent?,qui était le ministre de l’intérieur?

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)