L’étrange conception de la démocratie chez les puissances occidentales et quelques mots sur François de Rugy

Posté le juillet 23, 2019, 1:43
7 mins

La démocratie doit être, assure-t-on, le fondement de toute activité politique.

C’est sacré. Mais il s’agit en fait d’une démocratie très spéciale – celle des puissances occidentales, en premier lieu la France.

Hitler est arrivé au pouvoir d’une façon parfaitement démocratique. L’Anschluss autrichien a été approuvé à l’unanimité, et par les Allemands et par les Autrichiens. La population de Dantzig a, elle aussi, et pleinement, approuvé son rattachement à l’Allemagne.

Plus près de nous, les pays dits de Visegrad, en Europe centrale, la Hongrie de Viktor Orban en tête, se sont opposés en grande majorité à l’invasion par les musulmans venus de l’Est et autres Africains.

Mais cette démocratie-là, bien qu’authentique, vérifiable et vérifiée, n’est pas acceptée – ni à Paris, ni à Londres, ni à Berlin. La bonne démocratie, c’est la démocratie socialiste et populaire.

C’est une démocratie tellement merveilleuse que la France, lorsqu’elle a dû abandonner son empire à la demande menaçante de Staline et Roosevelt, a légué à ses anciens colonisés la démocratie avec tous ses attirails. Le Congo ex-belge a montré l’exemple avec la « République démocratique du Congo ». Toute l’Afrique « libérée » est devenue démocratique. C’est ce qui explique que partout en Afrique règnent aujourd’hui le chaos et la corruption. On en a des exemples quotidiens.

Mais il y a mieux encore: c’est la démocratie populaire. Je me souviens des efforts déployés par la plus grande partie de l’élite intellectuelle française pour obtenir des visas afin d’aller admirer en Chine la démocratie du camarade-président Mao Tse Toung, le « grand Timonier ». Étant en Chine à ce moment-là, par obligation, je n’ai jamais été autant surveillé (mais j’étais, en même temps qualifié « d’ami du peuple chinois»!).

La démocratie super-populaire fut celle qui fut imposée au Cambodge, notamment par le camarade Pol Pot, bon élève du Parti communiste français, lui aussi – comme chacun sait – démocratique. Un tiers de la population de ce malheureux pays fut démocratiquement massacré après avoir été souvent torturé. L’élite intellectuelle française, de cela, ne parla jamais et on a même entendu Jean-Paul Sartre, phare de l’intelligence française, dire et répéter: «Un anticommuniste est un chien. Je ne démords pas de cela.»

Avec le recul du temps et tout ce que l’on a appris depuis, on demeure stupéfait que tant d’intellectuels européens aient pu adhérer à un système qui fut (et reste encore à certains endroits) une barbarie stupide, sanglante et mafieuse et, avant tout, totalement hostile à toute forme de liberté. Une idéologie qui est toujours là. Le camarade-président François Hollande n’a-t-il pas déclaré dans l’exercice de son mandat qu’il nourrissait la plus grande considération pour le communisme, que d’ailleurs la république continue de rémunérer via la presse et les syndicats?

À la vérité, la conception de la démocratie chez les puissances occidentales, une démocratie donc très particulière, est un moyen d’influence et d’ingérence. Les partis politiques l’ont transformée en démagogie, avec tout ce que comporte cette politique fondée sur mille formes de corruption.

À ce propos, je dois dire quelques mots au sujet des repas offerts par le président de l’Assemble nationale, François de Rugy. Je ne le connais pas mais je connais les usages qui s’imposent au président d’un parlement. Sa fonction principale est de représenter, de recevoir, parfois des personnalités mondiales de premier plan, chefs d’État, Premiers ministres et autres présidents, dans le palais où généralement le loge la république.

Il ne peut tout de même pas déclarer dans l’allocution de bienvenue destinée à ses hôtes: « Mesdames, Messieurs, compte tenu des économies que m’impose le gouvernement, je dois vous recevoir de la façon la plus simple. Le menu républicain et démocratique qui vous sera servi sera donc le suivant : entrée, carottes râpées écologiques, plat principal, épinards à l’eau ou, si vous préférez, deux œufs à la coque et, comme dessert, une banane pour deux. Le tout sera arrosé par un vin de Guadalquivir que vient de m’envoyer Anne, notre Andalouse présentement maire de Paris.»

Cette affaire a été montée par une presse qui exploite le sentiment de jalousie qui maintenant en France, empoisonne tout. On a fait une affaire d’État d’un homard servi par Rugy sans savoir que, l’été, le homard n’est pas cher. Pour ma part, j’en ai consommé il n’y a pas longtemps. Dois-je aller me confesser ? François de Rugy a présenté sa démission. Emmanuel Macron n’aurait pas dû l’accepter car, ainsi, il a donné raison à ceux qui cultivent la haine, la bêtise et l’envie.

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

Article suivant

Déconnectés

3 réponses à l'article : L’étrange conception de la démocratie chez les puissances occidentales et quelques mots sur François de Rugy

  1. KAVULOMKAVULOS

    25/07/2019

    Actuellement, chez certains « Leclerc » , un prix attractif pour du homard dit d’atlantique nord est à 34.5 euros le kilo. Certains sont minuscules mais d’autres pourraient rivaliser avec la variété « Rugy ». Espérons qu’ils ne viennent pas de la baltique ou des sous-marins nucléaires accidentés reposent : pour le coup ils pourraient avoir muter et présenter 3 pinces au lieu de 2. Un petit problème cependant : dans le même aquarium il y a ce qui est présenté comme « cancer … » – des crabes en fait. Mais le mot ne donne vraiment pas envie.

    Répondre
  2. OMER DOUILLE

    23/07/2019

    Une petite remarque, s’il vous plait, votre honneur : Il y a une marge, que dis je, un gouffre, entre traiter « royalement » des chefs d’états, premiers ministres et autres présidents, et rincer la gueule de ses copains et ceux de sa rombière aux frais des contribuables. Ce qui, dans ce cas, est à mes yeux, une honte absolue et une spoliation des deniers de la Nation. Mais, je dois confesser que je n’ai jamais eu l’occasion de bénéficier d’un débordement de largesses gratuites (sauf pour les cochons de payants) et que, peut être, je manque de finesse sur ce point.
    La représentation style ambassade, même excessive, est une chose. Goinfrer aux frais de la princesse ceux qu’en certains pays on appelle les « cafards de grand maison » en est une autre.
    Je suis surpris qu’une personne de votre niveau ne fasse pas la différence et maintiens que ce de Rugy n’a pas fait honneur à son poste, même si bien d’autres pourris ne se gênent pas pour en faire autant. Il serait souhaitable qu’il dégage de la scène politique, ne serait ce qu’à titre d’exemple . (Après tout Fillion qui a commis l’erreur d’accepter des costumes d’un fumiste libanais copain de Sarko n’avait pas tapé dans la caisse pour ce point au moins)

    Etonnez vous après cela du rejet populaire.

    P.S. : pour les amateurs ayant très peu de moyens, merci de communiquer les adresses où l’on peut trouver du « homard pas cher en été », cela m’interesse. Je ne parle pas des rebuts canadiens envoyés sur le marché français trop fauché pour payer le prix réel.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      24/07/2019

      même en Islande où il remonte en raison du … réchauffement des eaux océaniques il est hors de … couronnes islandaises !

      Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)