Loi sur la colonisation et Histoire

Posté le janvier 15, 2006, 12:00
5 mins

On parle beaucoup, ces derniers temps, du fameux article 4 de la loi du 23 février 2005 « portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés ».
Comme tout le monde évoque cet article à tort et à travers, citons-le in extenso : « Les programmes de recherche universitaire accordent à l’histoire de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, la place qu’elle mérite. Les programmes scolaires reconnaissent en particulier le rôle positif de la présence française outre-mer, notamment en Afrique du Nord, et accordent à l’histoire et aux sacrifices des combattants de l’armée française de ces territoires la place éminente à laquelle ils ont droit. La coopération permettant la mise en relation des sources orales et écrites disponibles en France et à l’étranger est encouragée. »
Plusieurs remarques s’imposent. 1) Il n’est nullement question d’esclavage. Les socialistes, qui ont pris l’initiative d’en parler, pourraient peut-être nous éclairer sur les raisons de cette absurde campagne.
2) D’ailleurs, là où se pratiquait l’esclavage, ce sont souvent les colonisateurs qui l’ont aboli.
3) Ajoutons que l’esclavage se pratique encore dans certaines parties du monde, dont la gauche tiers-mondiste et marxiste nous promet qu’elles sont l’aile marchante de l’humanité…
4) Que l’État demande à la recherche universitaire de s’intéresser à la présence française outre-mer (ce qui n’est pas synonyme de colonisation, faut-il le rappeler ? La France est présente outre-mer au moins depuis Charlemagne, sans être pour autant à chaque instant de son histoire une puissance coloniale) n’a rien qui puisse choquer. Jusqu’à plus ample informé, l’État est le principal bailleur de fonds de la recherche universitaire historique. Je fais partie de ceux qui déplorent cet état de fait, mais les socialistes, eux, s’en réjouissent. Or, on ne peut à la fois demander à l’État des subsides et le prier de ne pas s’inquiéter de ce qu’on en fera : qui paie commande !
5) Je ne crois pas que quiconque se soit insurgé contre l’idée d’une coopération universitaire.
6) Je ne crois pas non plus que quiconque ait rappelé que dans la phrase évoquant le « rôle positif », il est également question de l’aide militaire des colonisés à la métropole, ce qui nuance fortement le côté paternaliste prêté à la loi…
7) Enfin, on n’a pas souvent entendu la droite rappeler à la gauche que la colonisation était, à la fin du xixe siècle, une idée de gauche. Les socialistes nous ont habitués à leur perpétuelle réécriture de l’histoire, mais l’impudence de leurs procédés surprend toujours !
Bref, beaucoup de bruit pour rien, serait-on tenté de dire… Mais, il reste le fond de l’affaire et celui-ci est de première importance : le Parlement doit-il s’occuper de vérité historique ? Ceci est à la fois une question politique et une question « métapolitique ». Politique, parce qu’il serait absurde de résoudre le problème en catimini, sans débat public. Métapolitique, car cela concerne l’idée que nous nous faisons de notre propre société.
Pour ma part, je conteste au Parlement toute compétence en matière de vérité. Aucun pouvoir humain d’aucune sorte n’a compétence pour m’imposer de croire ce que je juge irrationnel.
Mais, actuellement, droite et gauche parlementaires partagent un même présupposé : le Parlement peut (et même doit) définir le bien et le mal ou le vrai et le faux. À terme, cela ne peut que déboucher sur une conception totalitaire de l’État comme de la démocratie, mais c’est ainsi.
Ce qui est donc hautement contestable dans la position socialiste sur l’article 4, c’est son « deux poids, deux mesures ». Pourquoi parler de cette loi et non de la loi Taubira du 21 mai 2001 « portant reconnaissance de la traite et de l’esclavage en tant que crime contre l’humanité », de la loi Gayssot du 13 juillet 1990 pénalisant les contestations des attendus du tribunal de Nuremberg, ou encore la loi du 29 janvier 2001 portant reconnaissance du génocide arménien ?
Décidément, il est plus sage de n’admettre aucune vérité d’État !

14 réponses à l'article : Loi sur la colonisation et Histoire

  1. sas

    20/01/2006

    FLORENT,je vais te faire rire…je suis les entretiens par la commission d’enquete parlementaire d’OUTREAU(choisi sur le fil….syndicaliste,maçons et ex ministres…) Figure toi que le président avec les lunettes est un juge et forcément maçon (puisque président de la commission)… Pour eviter les errance supposée du juge …qui n’a tout simplement pas son boulot tel que l’entend le b/a ba du métier de juge…(vérification perspicacité etc,etc,) les inities dont le ptrésident de la commission proposent de rajouter un terme qualifiant dans le serment républicain du juge….et tu sais quoi , il faut qu’il soit HUMANISTE OU HUMANISE….moi je lui aurais plutot demandé d’arrêter d’être con…non…il doit être « humaniste »…je redis donc encore que dans cette sordide affaire de pédophilie…touchant toute lezs strates de la justice boulonnaise….les frères et maçons ne sont pas loin…c’est sure et certain. sas qui les voit à l’oeuvre…partout où ils se trouvent.

    Répondre
  2. Florent

    19/01/2006

    Très bon article. J’ajoute que les adversaires fanatiques de cette loi feraient bien de revoir leur propre militantisme. Ainsi, Aimé Césaire fut longtemps communiste ( peut être encore maintenant ) donc un supporter du totalitarisme Lénio-Trosko-Stalinien qui a exterminé des dizaines de millions de pauvres gens pour leurs opinions ou religions. Quant aux autres, les Langs, Fabius, Strauss-Kahn et jusqu’au petit facteur, inutile de rappeler les innombrables compromissions dans lesquelles ils furent impliqués ( des écoutes de l’Elysée au faux suicide de Bérégovoy, en passant par l’adulation de Mao et le soutient au Hamas ). Sans verser dans la théorie du complot qui n’en est pas un d’ailleurs, je commence à me demander, comme SAS, si les francs-macs ne sont pas un tantinet impliqués dedans comme toujours pour priver la France de ses racines. Oui mais…les grands colonisateurs, Ferry en tête, furent justement maçons aussi. Contradiction, maso?

    Répondre
  3. blue

    16/01/2006

    Une fois de plus la perche est tendue à la Fraance pour qu’elle puisse faire enfin face a son passé sans honte ni repentance. Les actes qui ont été commi hier ne furent pas excuter par les personnages d’aujourd’hui(enfin en grande majorité) donc aucune accusation envers qui que se soit n’est commise. La vérité peut donc sortir sans crainte. Que fera donc la france d’aujourd’hui? Va t elle agir une fois de plus comme elle a pu le faire dans le passé en falcifiant de nouveau son histoire. Car comme l’on dit la personne qui cache la vérité a quelque chose a se reprocher. Est-cele cas de certain de nos dirigent…

    Répondre
  4. sas

    14/01/2006

    A bbern…gayssot,taubira…le communiste et la « frangine »…et pourquoi pas citer delanoé…ainsi le tableau est complet. sas …quand la vérité se fait jour…

    Répondre
  5. bbern

    13/01/2006

    Excellente et tres instructive discussion en verité….Curieux de voir si le futur proces Gollnish (historiens contre version d’Etat) entrainera la remise en cause des lois Gayssot, Taubira…

    Répondre
  6. sas

    12/01/2006

    C’est marrant tout de même que de constater, que les suppôts et tenants de l’abrogation de l’article honteux(4) entérinant et consacrant « les bienfaits de la colonisation »….sont toujours ou souvant des fonctionaires et fonct/teritorriaux…droit commun ou syndicalistes subversifs ou PERSONNEL de l’éducation nationnal…surémunérés,privilégiés et sans cesse en grèves et autres revendications catégorielles….ils n’ont même pas honte et ne cesse de mordre la main qui les nourrit grassement.De plus si les politiciens ne dictent pas l’histoire …ce n’est pas non plus aux syndicalistes de le faire… sas l’observateur.

    Répondre
  7. Adolphos

    12/01/2006

    Les citoyens ont le droits de choisir ce que leurs enfants apprenent ou non à l’école public. Donc le rôle du parlement est de faire les programmes scolaires. Car ce ne sont pas aux enseignants, qui ne sont que des exécutants, à déterminer ce que doit être le contenu de leur travaille, pas plus que le Juge ne décide qu’elle Loi lui serai la meilleur pour exercer le sien. L’école public à pour but de faire de bon petits français, pas de s’occuper de recherche universitaire. On a vu récement dans les banlieues le prix que la société payait pour l’avoir oublié..

    Répondre
  8. sas

    12/01/2006

    A pol emic…non tu as raison l’extermination silencieuse des profanes « gaulois » est simplement économique et sociétale…un point de détail vois-tu pour un citoyen « vertueux ». SAS

    Répondre
  9. Pol-Emic

    11/01/2006

    Dès lors que l’on admet que l’Etat définit les programmes scolaires il est dans son bon droit s’il décide du bien et du mal en matière d’instruction.C’est à l’évidence du totalitarisme. Totalitarisme, n’est pas nécessairement synonyme de camps d’extermination, et nous sommes en totalitarisme mou (mou dans le sens où l’on élimine relativement peu physiquement) au moins depuis la fin de la seconde guerre. Inutile donc de craindre son avènement.

    Répondre
  10. Charles

    11/01/2006

    Un petit clin d’oeil pour une fois: L’article est daté du 15/01/06, nous sommes le 11/01/06…..serait-ce un exemple de paradoxe temporel?…;-))

    Répondre
  11. grandpas

    11/01/2006

    Les grands amis de nos gauchistes patentés ont des opinions aussi tranchées voir plus virulentes sur le peuple noir mais comme d’habitude,omerta totale de tous nos médias sur ces pensées islamistes d’un autre temps et qui pourtant sont toujours d’actualité au Darfour.

    Répondre
  12. sas

    11/01/2006

    Bravo fred…et de rajouter que ces nobles pensées et avis « éclairés » sur ce sujet…émanaient de « grands humanistes »(unpeu lourd comme syntax)…étaient proférés par des modèles de »tolérance » et de lumière avertie….bref des francs maçons abolutionistes sans qui rien ne se serait fait…même SCHOELCHER avait eu des mots en d’autre temps sur ce sujet…stupéfiants… sas qui déclare que les frangins nous embrouillent en permanence.

    Répondre
  13. Florent

    11/01/2006

    Peu de gens savent que le premier plan comptable national français a été adopté en … 1942, à la demande des autorités d’occupation allemandes. Voilà un exemple parfait de « rôle positif », mais dont la source était à 100% négative (l’occupant avait besoin d’outils efficaces et fiables pour contrôler et taxer les entreprises françaises). Après la guerre, cet « acquis » a été conservé et amélioré au fil des années – preuve qu’il correspondait à un besoin réel. Pourtant, il ne viendrait à l’esprit de personne d’invoquer un quelconque « rôle positif de l’occupation nazie ». Sans comparer les nazis en France et les Français dans le monde, il convient d’aller sur la pointe des pieds quant au bon ou mauvais rôle des uns et des autres. Je me souviens encore du déferlement de missionnaires occidentaux, en 1989-1990, dans les ex-pays de l’Est, pour … les « christianiser » !!!! Comme si, à Prague ou à Moscou, les gens dansaient nus autour du feu en attendant la parole divine (portée par des Messies d’occase, en jeans et tee-shirt!!! Moi-même j’en ai fait l’expérience : en plein jour, à … Levallois-Perret, j’ai été abordé par un missionnaire américain, très jeune, parlant un bon français, qui voulait … m’apporter la parole du Christ !!! Il faut le faire quand-même ! Le gars, j’en suis persuadé, est convaincu d’avoir fait une bonne action … Moi, de mon coté, je ne pense pas avoir le bon profile du « bon-sauvage-à-domestiquer », tout en étant ouvert à la discussion par ailleurs. MAIS, si d’aventure demain, on voit quelqu’un se pavaner, « on a civilisé des gens à Levallois », alors là, je dirai le mot de Cambronne.

    Répondre
  14. Fred

    10/01/2006

    Ce fut « Les 4 vérités d’un colonialiste » et pour ajouter au débat quelques éléments de réflexion je cite quelques grands esprits français: La race des Nègres est une espèce d’hommes différente de la nôtre (…) on peut dire que si leur intelligence n’est pas d’une autre espèce que notre entendement, elle est très inférieure. Ils ne sont pas capables d’une grande attention » Voltaire « Ceux dont il s’agit sont noirs depuis les pieds jusqu’à la tête, et ils ont le nez si écrasé, qu’il est presque impossible de les plaindre… Des petits esprits exagèrent trop l’injustice que l’on fait aux Africains » Montesquieu « Cette Afrique farouche n’a que deux aspects: peuplee, c’est la barbarie; deserte, c’est la sauvagerie » Victor Hugo « Les races supérieures ont un droit vis à vis des races inférieures. Je dis qu’il y a pour elles un droit parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures » Jules Ferry « Nous admettons le droit et même le devoir des races supérieures d’attirer à elles celles qui ne sont pas parvenues au même degré de culture » Leon Blum

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)