Lu pour vous : Attac

Lu pour vous : Attac

Jacques de Guenin a l’habitude de se colleter avec les représentants de la gauche marxiste la plus ringarde. Non seulement parce que dans le département des Landes dont il a été l’un des élus locaux de 1995 à 2001, cette gauche-là, on connaît ; mais encore parce qu’il a eu le courage d’affronter, au nom de la droite pour une fois rassemblée, Henri Emmanuelli, personnage emblématique de cette gauche archaïque.
Jacques de Guenin est avant tout un scientifique, ancien élève de l’école des Mines et titulaire d’un « Master of sciences » de l’Université de Berkeley. Il met cette fois-ci sa rigueur à passer en revue les erreurs des alter-mondialistes. Et il démontre, tour à tour, que la taxe Tobin n’est pas sérieuse, que la mondialisation libérale a surtout profité aux pays pauvres, que les OGM constituent un espoir avant tout pour les agriculteurs du Tiers-Monde et que la solidarité est bien mieux assurée par les dons volontaires que par les transferts étatiques.
Comme l’auteur est tout sauf sectaire, il sait aussi accorder quelques bons points à ses adversaires. Notamment quand ils critiquent le fonctionnement des institutions économiques internationales, FMI, Banque mondiale ou OMC. Car les libéraux sont, sur ce point, sur la même longueur d’onde.
Comme Jacques de Guenin est aussi – et surtout peut-être – le président du Cercle Frédéric Bastiat des Landes (et à ce titre mondialement connu pour avoir organisé un colloque international à l’occasion du 150e anniversaire de la mort du plus grand économiste français), on ne s’étonnera pas de trouver en annexe de son ouvrage un petit texte d’une dizaine de pages dont tous les libéraux de ce pays prendront connaissance avec délectation et intitulé le plus simplement du monde « Savez-vous vraiment ce qu’est le libéralisme ? »
Bernard Piard

Jacques de Guenin
ATTAC
ou l’intoxication des personnes de bonne volonté
Institut Charles Coquelin, 2004
173 pages – 19  euros
Institut Charles Coquelin,
Cefgec, 75 rue Claude Bernard
75005 Paris

Partager cette publication

Commentaires (3)

  • Anticommuniste Répondre

    Oui, les OGM vont éliminer la famine dans le monde (dailleurs même sans les OGM elle disparaitraît). Et ce ne sont pas une poignée d’anti-américains qui me feront croire le contraire. De plus, il vaut mieux laisser le terme alter-mondialisme aux anti-mondialistes et les dénommer comme ils le méritent, c’est important.

    08/06/2004 à 21 h 19 min
  • Révélation Répondre

    L’altermondialisme est cette idéologie qui pense que le monde doit être dirigé par un état mondial. Elle se situe bien dans la lignée du trotskisme. Ses défenseurs utilisent toutes sortes d’arguments plus ou moins fallacieux pour tenter de l’imposer : problèmes écologiques, problèmes de la pauvreté dans le monde, de l’inégalité entre les pays, des conflits dans le monde… Dans l’esprit de ses défenseurs, cette autorité mondiale aurait naturellement le droit de percevoir des impôts et taxes et verrait ses pouvoirs augmenter continuellement, en somme juste une étape vers le but final du Trotskisme. Mais avant d’arriver au but final, les partisans de cette idéologie peuvent accepter une étape intermédiaire, comme créer une Europe avec de plus en plus de pouvoirs, de plus en plus élargie avec même des pays extra-européens, comme la Turquie. Les meilleurs défenseurs de l’idéologie altermondialiste et de ATTAC ne sont pas forcément là où on le croit. Sait-on que Chirac et une bonne partie de l’UMP sont des défenseurs acharnés de l’altermondialisme ? Impossible penserait-on ? Et bien les faits suivants vont vous prouver le contraire :  Financement du Forum social européen : L’UMP a apporté son soutien au deuxième forum social européen, la grande réunion altermondialiste. Sur un budget de 3 millions d’Euros, le FSE a été financé à la hauteur de 81 % par les pouvoirs publics, dont 500.000 euros, à la demande de Chirac, par les fonds du premier ministre et le ministère des affaires étrangères.  Projets d’impôts et de taxations mondiales : – A Johannesburg, au sommet de la terre en 2002, Chirac a proposé l’établissement d’une taxe mondiale pour financer le développement. – Il a officiellement installé en novembre 2003  » un groupe de travail sur les perspectives de taxation internationale  » pour financer l’aide au développement. – le 30 janvier 2004, le président brésilien Lula a rallié Chirac à son idée de taxe internationale sur les ventes d’armes et sur les transactions financières, afin de lutter contre la faim dans le monde (AFP).  Tentatives de créer un super-état européen, via la constitution européenne, qui imposerait des conditions fiscales et sociales uniformisées, au niveau des pays ayant le plus de contraintes fiscales et sociales, comme la France : – le 23 janvier 2004, Dominique de Villepin a appelé de ses vœux « la mise en place de coopérations plus étroites » entre la Russie et l’Union européenne pour contribuer à l’édification d’un « nouvel ordre international ». (Reuters) – Après l’échec de l’adoption de la constitution européenne, en décembre 2003, Chirac a annoncé sa volonté de créer avec l’Allemagne « une union rapprochée franco-allemande, une sorte de  » noyau dur fédéral » s’étendant progressivement à ceux qui le souhaiteraient (Valeurs Actuelles, décembre 2003). – Lors de son discours, le 9 mai 2004, au 4ème conseil national de l’UMP, Sarkozy a déclaré : « Mais il faut aujourd’hui rappeler qu’il n’y a pas d’Europe sans respect d’un minimum de règles, (…), nous ne pourrons longtemps accepter des pratiques de dumping fiscales ou sociales à l’intérieur même de l’Europe. »  Volonté de détruire l’identité culturelle de l’Europe : – Chirac et une bonne partie de l’UMP militent pour l’entrée de la Turquie, pays musulman essentiellement asiatique, dans l’Union Européenne. (discours de Chirac, le 29 avril 2004, « Une entrée de la Turquie n’est certainement pas souhaitable à court terme. Mais ma conviction c’est qu’elle l’est à long terme, naturellement si les évolutions positives que nous observons aujourd’hui dans ce pays sont confirmées. (…) Pour deux raisons. La première, c’est que la Turquie a une vocation européenne. » – A Séville, en juin 2003, Chirac s’est opposé avec succès à une politique efficace de lutte contre l’immigration clandestine. – Chirac a « une nouvelle fois exclu toute référence aux valeurs chrétiennes dans le préambule de la future Constitution européenne » (PARIS AP – 2/6/2004) : « En France, après de longs débats, nous avons acquis la paix dans ce domaine à partir de l’affirmation de la laïcité, qui exclut toute référence religieuse dans des textes officiels. Je n’ai pas l’intention de changer cette situation », a averti Jacques Chirac.» (AP)  Opposition de Chirac aux peuples qui voudraient se libérer d’un état totalitaire : – A propos de la venue à Paris du président chinois le 27 janvier 2004, Chirac a rappelé la position constante de la France « sur l’unicité de la Chine » et a condamné le référendum de Taiwan prévu le 20 mars pour conserver son indépendance vis-à-vis de la Chine. (AFP).

    08/06/2004 à 3 h 01 min
  • Gino Répondre

    Progrès de l’humanité que de fadaises ne dit-on pas en ton nom !!! Votre article tend donc à prouver que l’on peut « gober » (des tas de fadaises) tout en étant un scientifique ! La preuve : il y a donc des qui croient encore que les OGM c’est l’avenir des agriculteurs, la solution aux famines, bref l’avenir de l’humanité… (et de façon très accessoire quelques subsides bien mérités pour de grandes firmes multinationales). Inutile de vous donner des arguments en sens contraire, il est évident que vous prendriez cela pour du ringardisme. En premier lieu, votre idéologie sur l’avenir de l’Humanité, idéologie du genre « demain sera un jour béni » me rappelle si étroitement l’idéologie communiste dans toute sa naïveté Ensuite, juste pour compléter votre digression chez les Ingénieurs des Mines, n’oublions pas qu’ils constituent le corps le plus corporatiste et le plus « protégé » de notre pays après celui des Inspecteurs des Finances. Et tout qu’ils soient, cela ne les a pas empêchés de croire en masse à la fable des avions renifleurs (de pétrole) à l’époque de Giscard d’Estaing, …, ceci à grands frais pour le contribuable bien entendu. Il n’a jamais été question de leur faire payer une bourde aussi énorme : tout le monde peut se tromper. Précisons que ce corps est si lourdement hiérarchisé que l’on n’y remet jamais en question l’avis d’un supérieur, s’il est lui-même Ingénieur des Mines. Donc, pour les OGM, je me fie plus à mon avis ou à celui de personnes qui me paraissent censées qu’à des scientifico-technocrates sous influence. Et de grâce, la prochaine fois, cherchez un autre critère de respectabilité que celui de l’appartenance à un Grand Corps d’Etat..

    07/06/2004 à 22 h 25 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: