Nouveau procès en sorcellerie contre Jean-Marie Le Pen

Nouveau procès en sorcellerie contre Jean-Marie Le Pen

En déclarant à l’hebdomadaire Rivarol du 7 janvier dernier que l’occupation allemande n’avait pas été « particulièrement inhumaine », Jean-Marie Le Pen s’est attiré les foudres des inquisiteurs de la pensée unique. Pourtant, ce qu’il a déclaré, je l’ai entendu dire à maintes reprises par de nombreux Français qui avaient connu l’humiliation de la défaite de 40 et des quatre années d’occupation, y compris par des résistants qui savaient encore raison garder.

Le scandale, ce n’est donc pas que Jean-Marie Le Pen ait donné son opinion sur cette période, mais qu’un ministre de la Justice se soit empressé de convoquer les journalistes pour annoncer que le président du FN aurait à s’expliquer « devant le tribunal correctionnel ». Sur quelle base juridique ? Aucune, si l’on en croit Dominique Barella de l’Union Syndicale des Magistrats, cité par Le Figaro du 14 janvier, puisque la seule loi qui restreint la liberté d’expression en matière d’histoire, votée en 1990 à l’initiative du communiste Jean-Claude Gayssot, concerne la contestation du « plan d’extermination » des Juifs par les nazis.

Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose, telle est la devise de M. Perben. Que je sache, celui-ci n’avait pas jugé utile de mettre en branle la justice lorsqu’un téléfilm, diffusé par TF1 les 6 et 13 janvier 2003, avait traîné dans la boue deux figures éminentes de la Résistance : le général de Bénouville et Henri Frenay, accusés par le réalisateur d’avoir vendu Jean Moulin aux Allemands ! M. Perben ne voulait sans doute pas faire de peine aux deux larrons qui avaient inspiré ce torchon, Lucie et Raymond Aubrac, symboles intouchables de la Résistance communiste.

À l’époque où Henri Frenay constituait les premiers réseaux de Résistance, les communistes appelaient à la fraternisation avec les troupes d’occupation et cherchaient à obtenir des bureaux parisiens de la Kommandantur l’autorisation de faire reparaître L’Humanité. Il a fallu l’offensive allemande contre l’URSS, le 22 juin 1941, pour que les communistes, obéissant à Staline, retournent enfin leur veste. Et de quelle façon ! Ils ont abattu dans le dos des officiers et soldats allemands, sûrs de provoquer des représailles et prêts à sacrifier ainsi ceux de leurs camarades qui se trouvaient alors en prison.

Telle est l’origine de la plupart des « bavures » évoquées par Jean-Marie Le Pen. Les communistes se sont obstinés dans cette voie – « Ohé, les tueurs à la balle et au couteau, tuez vite ! » (Chant des Partisans) – et ce sont eux qui ont insufflé à la Résistance l’esprit de guerre civile, n’hésitant pas à assassiner des Français, parfois des familles entières, femmes, vieillards et enfants inclus, comme à Voiron, le 20 avril 1944. Ce sont eux encore qui, pour noyauter la Résistance, ont dénoncé à la Gestapo des officiers de l’état-major national des FFI – je pense notamment au capitaine Hubert de Lagarde –, qu’ils se sont empressés de remplacer par des hommes à eux.

Au moment de la Libération est née la légende du « parti des 75 000 fusillés » dont on nous a rebattu les oreilles pendant de longues années, alors que les Allemands n’avaient pas fusillé plus de 2000 Français, tous n’étant pas communistes, loin s’en faut. Sait-on, par exemple, que le nombre de fusillés au Mont-Valérien a été ramené en 1995 de 4500 à 1007 à la demande de… Serge Klarsfeld ? Sait-on également que la communauté juive a modifié en 1987 la plaque commémorative de la grande rafle du Vel d’Hiv qui indiquait le chiffre de 30 000 personnes internées en 1942 par une nouvelle ramenant ce chiffre à 8 160 ?

Certes, 19 000 déportés résistants et politiques sont morts en Allemagne, de même que 77 000 Juifs raflés en France (chiffre cité par Le Monde du 14 janvier, encore qu’il ne soit pas exclu que certains de ces Juifs, en grande majorité étrangers, aient pu survivre et s’expatrier après la guerre dans d’autres pays, rien ne les attachant à la France qui n’avait pas su ou pu les protéger). Mais ces chiffres, pour avoir une signification, doivent être comparés à celui des civils français morts sous les bombes anglo-américaines : 70 000, auxquels il convient d’ajouter les quelque 40 000 STO et 10 000 prisonniers de guerre français tués lors des raids alliés sur l’Allemagne.

L’Occupation ne fut une partie de plaisir pour personne, pas même pour les « collabos » qui ont payé un lourd tribut à la « justice » du vainqueur. Seuls quelques profiteurs, d’un bord comme de l’autre, se sont enrichis, impunément. Laissons les historiens – les vrais, il en reste quelques-uns – travailler en paix et les derniers hommes politiques courageux s’exprimer librement. Ou alors cessons de dire que nous vivons en démocratie. Il est vrai que depuis la loi Gayssot…

Partager cette publication

(42) Commentaires

  • Florent Répondre

    Expliquer en fond et en large l’occupation allemande en France requiert trop de temps si l’on veut faire cela bien. Je vous renvoie donc à ces quelques ouvrages: « L’histoire de Vichy » de François-Georges Dreyfus « Histoire critique de la résistance » de Dominique Venner « La grande histoire de la seconde guerre Mondiale » et « histoire des maquis » de Pierre Montagnon. qui mes emblent les plus objectifs et les plus à mêmes à démysthifier les erreurs commises sur l’occupation, mais aussi la résistance et la collaboration. Sinon, je remarque encore une fois que le totalitarisme intellectuel et la justice à 2 vitesses s’exercent encore en douce France. On condamne Lepen pour des propos somme toute bien modérés mais quid de Robert Hue « Il serait grotesque de réduire à cette comptabilité maquabre le bilan du communisme » en parlant du « Livre noir du communisme ». A moins bien sûr que le communisme n’ai jamais comis aucun crime, n’est-ce pas camarade Youri?

    29/10/2005 à 15 h 50 min
  • R. Ed. Répondre

    La suite, les nazis cherchaient la bombe A, mais ce sont les Japonais qui l’on prise sur la tronche ! Paradoxal.

    27/10/2005 à 0 h 38 min
  • R. Ed. Répondre

    @ A. Roak. L’assassinat volontaire de « civils » est un crime de guerre. Justifié, quand c’est le « vainqueur », condamnable quand c’est le vaincu. « Vae Victis », est toujours d’application, dans tous les cas. Donnez-vous la peine de répondre à la question de « bob », cet autre partisant des nazis, selon vos critères. Les nazis (la traduction de ce sigle, national-socialiste, l’allemand étant une langue germanique, de même que la mienne, quand on traduit, il faut inverser les mots, soit socialiste national

    27/10/2005 à 0 h 36 min
  • bob Répondre

    une toute petite question pourquoi les alliés n’ont t ils jamais bombardé la cloture de auswitch ? et pourquoi les résistants qui ont fait dérailler tant de trains de munitions, a ce qu’ils disent, pourquoi n’ont ils jamais fait dérailler ne serait ce qu’un seul train de déportés

    11/02/2005 à 22 h 19 min
  • Arthur Roak Répondre

    R.Ed, j’ai la nette impression que vous n’avez pas lu mon message, Quand on parle des crimes des nazis et que quelqu’un arrive pour nous dire quelque chose comme « les alliés ont tué plus de monde en moins de temps – ils étaient plus efficaces que les chambres à gaz – et puis evidemment les méchants c’est les perdants » j’en déduis que cette personne defend les nazis – et je me trompe rarement. Si les alliés ont commis des crimes de guerre cela ne me pousse pas à les mettres sur le meme plan que les nazis ou meme à me mettre du coté des nazis. Relisez mon message et dites moi si j’ai tort ? Si les alliés n’avaient pas arrété les nazis croyez vous qu’ils se seraient arreté à 5 ou 6 millions de juifs ? Croyez vous qu’ils n’auraient pas vitriollée l’angletterre à coup de bombe A ? puis un peu plus tard la « judéo-saxone » amérique

    29/01/2005 à 11 h 55 min
  • R. Ed. Répondre

    Roak a absolument raison, les crimes de guerre (assassinat de civils),cela dépend de la distance à laquelle on est de l’ojectif: à cinq mètres, c’est une monstruosité(Oradour), à cinq cent mètres c’est le bombardement d’un objectif militaire(Dresden), un enfant mâle de 5 ans étant de toute façon un futur soldat. Et une femme de 20 ans, la future mère d’un futur soldat. Quant aux vieillards, ils allaient quand même bientôt mourir. Alors, oui, vu sous cet angle là, je suis d’accord avec Roak. Et aussi, les monstres sont TOUJOURS du côté des perdants. Dire le contraire c’est du négationnisme. Dans quelle catégorie placez vous les 4500 officiers polonais dont les corps ont été découvert dans une fosse commune en 1943 à Katyn par les Allemands ? Un « accident »? Si je vous suis, il y a donc deux sortes de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité, ceux que l’on peut « justifier » et qui de ce fait ne le sont plus et les autres, les premiers étant l’apanage des vainqueurs bien entendu.

    29/01/2005 à 11 h 11 min
  • Roak Répondre

    « Hambourg, Hiroshima, Nagasaki? (pourtant bien plus « efficaces » en nombre de victimes à la minute!) » Le but des bombardements n’étaient pas d’exterminer la race jaune mais de mettre fin à la guerre. Si on peut discuter du fait qu’il s’agisse de crime de guerre cela n’est pas comparable. Les nazis essayaient d’avoir la bombe atomique – et croyez moi il l’auraient utilisée au maximum comme il l’ont toujours fait avec leur armes. Les nazis ont tué le maximum de gens qu’ils pouvaient ! – Les trains de deportés conitunant à rouler en pleinne deroute militaire le montre bien. Si les américains et les alies n’étaient pas intervenus ou n’avaient pas gagné ils auraient continué ! Evidemment si vous vous placez du coté des NAzi ou des callabos pret a suivre le plus fort vous vous en foutez , mais pour les autres ( non aryens, défenseurs de la liberté, et tout opposant au nazime) cela signifie la mort ou l’esclavage.

    29/01/2005 à 10 h 25 min
  • axel Répondre

    interrogez votre pere..votre grand pere.. votre mere ..votre grand mere sur cette periode de la guerre de 40 a propos le l’armee allemande face aux civils francais. ensuite lisez les déclarations et articles de le pen à ce propos Après vous pourrez le juger ..mais pas avant

    29/01/2005 à 7 h 24 min
  • bbern Répondre

    « Devoir de memoire »…à sens unique ? Nos chers medias vont ils faire une « couverture » -au moins – proportionnelle sur les centaines de milliers de victimes des bombardements sur les villes de Dresde (*), Hambourg, Hiroshima, Nagasaki? (pourtant bien plus « efficaces » en nombre de victimes à la minute!) Sur les genocides arménien cambodgien, rwandais, celui des Indiens d’Amerique, etc… Je ne me souviens pas d’une telle ampleur d’informations et temoignages lors du 50 eme anniversaire de la libération des camps, en 1995 ? Cette année, c’est peut etre politiquement mieux « placé »… (*): http://www.ifrance.com/illkirch-graffenstaden/dresde.htm

    28/01/2005 à 9 h 04 min
  • Alborg Répondre

    Bon ben moi, ce sera pas « Bravo,RASKO », que du contraire. Entre parenthèses, il semble que vous ayez trouvé en ce cher SAS un allié de choix, puisqu’entre monomaniaques, on peut s’entendre : lui, c’est les « FRANC-MACONS »qui sont sa grande obsession; et vous c’est,bien sûr, les « AMERICAINS »(tout comme F.MORLAN d’ailleurs)… Je ne me permettrais pas d’essayer de développer ici les tenants & aboutissants d’une stratégie des Américains disons « incertaine », c-à-d justifiée ou non, responsable ou non, etc… Je laisse ça à G. MILLIERE, et son point de vue m’intéresse toujours, même si je ne le suis pas à 100 %. Ce que je peux vous dire en revanche, c’est que utiliser comme vous le faites le mot de « génocide », ensuite le mot « occupation »(à connotation trop bien connue), enfin le mot « totalitaire » pour qualifier cette guerre en Irak en essayant désespérément de la faire coïncider avec L’AUTRE (39-45), EST VRAIMENT D’UNE GRANDE STUPIDITE. A moins que vous ne soyez littéralement cerné par l’INTOX de toutes parts(Lycéens gauchistes,copains islamistes,discours lepénistes ET medias arabes, etc…), et dans ce cas il suffit de vous souhaiter une bonne convalescence & un prompt rétablissement !? Les remarques qui précèdent valent également pour le sieur SAS dont les outrances sont tout aussi caractéristiques. Ce sont bien les mêmes qui JAMAIS n’élèveront la voix pour protester contre les ignobles meurtres de masse perpétrés par les Islamistes (New-York, Bâli, Madrid et autres), lesquels massacres n’ont rien à voir avec des erreurs de tir ou d’objectifs MAIS SONT VOULUS DELIBEREMENT POUR MASSACRER UN MAX. « DE FEMMES, DE VIEILLARDS & D’ENFANTS », précisément! C’est quand même curieux le manque de commisération de gens dans votre genre, dès que les victimes de ces chiens enragés ne sont QUE des policiers IRAKIENS, que des ingénieurs iraquiens, des chauffeurs de taxis, des commerçants, d’autres musulmans(c-à-d.d’une secte opposée),des femmes attendant le bus, des enfants, ou comme on le verra bientot des électeurs qui essaient désespérément de voter pour la première fois dans ce beau pays ?? Ce genre d’aveuglement volontaire tel qu’il est tellement pratiqué chez vous a quelque chose d’écoeurant.

    28/01/2005 à 4 h 03 min
  • Thierry Orlowski Répondre

    Cher Lecteur, Les propos de M. Le Pen ne sont pas absolument pas scandaleux…La vérité est que les médias Francais s’acharnent a vouloir discréditer Le Pen, comme ils l’ont toujours fait ces 15 dernieres années. Franchement, si Mr.Fabius avait eu les mêmes propos, qui ira me faire croire que l’impact aurait été équivalent? Cordialement Thierry Orlowski PS: OK,Je fais probablement un compliment a Mr.Fabius….

    27/01/2005 à 23 h 58 min
  • Furioso Répondre

    Lamirand merci. Clair, net, precis. Comme j’aime! Orlando

    27/01/2005 à 19 h 11 min
  • sas Répondre

    Bravo rasko , la FRANCE sombre définitivement dans le non sens et la crétinerie….car évidament pendant qu’est méthodiquement organisé la contrition nationale francaise avec l’aide des médias dont certain appartiennent aux affairiste collabo de l’époque…donc pendant ce temps on a pas à évoquer les 200 000 ou 5 00 000 femmes ,enfants,bébés et vieux , bombardés , explosés et atomisés sous un déluge de bombes et de gravats….en irak aujourd’hui janvier 2005 ….mais il est vrai que les « faucons » (plutot vrais d’ailleurs) ont expliqués et justifiés l’axe du mal et l’intéret economique sans que personne n’y trouve à redire… extraordinaire cette conscience à dimensions variables….SELON LES BESOINS DU MOMENT; heureusement qu’on aide les « goyes » à réfléchir et s’exprimer…. SAS

    27/01/2005 à 15 h 19 min
  • Stéphane Répondre

    Pourquoi Le Pen est-il dénoncé ? C’est qu’actuellement on célèbre l’anniversaire de la déportation. Cette célèbration quasi religieuse, comme le tsunami il y a quelques semaines, passe en boucle sur tous les grands médias ouvre les JT et occupe la meilleure place dans les programmations. Comme d’habitude, Chirac y va de sa petite phrase démagogique. Comme d’habitude tout le monde est invité à communier, témoigner sa gratitude ou faire acte de repentance… Ces grandes processions sont d’un autre âge. Et pourtant elles sont devenues incontournables devant le moindre événement symbolique (avril 2002, tsunami etc.) Ceci est le symptôme d’une maladie dégénérative, qui toucherait les Français. Sommes-nous tombés si bas ?

    27/01/2005 à 14 h 57 min
  • askell Répondre

    Merci à SAS qui donne enfin une précision qui m’éclaire sur ce qu’a pu vouloir dire Le Pen sur Oraour. En effet, je pense que c’est un homme intelligent (même si on n’adhère pas à ses idées) et qui ne parle pas de façon gratuite. Dire que l’occupation allemande EN FRANCE n’était pas PARTICULIÈREMENT inhumaine signifie simplement qu’elle n’a pas été pire qu’ailleurs. Et voilà que le pays (des droits de l’homme !) s’offusque dans son ensemble. C’est pourtant la thèse que défend également J. Sévilla (déjà cité ici) dans son livre sur l’historiquement correct. Il remarque notamment que le pourcentage de juifs déportés de France serait bien plus faible que dans la plupart des autres pays, ce que j’ignorais. Restait le cas d’Oradour. Je comprends maintenant moi aussi qu’il y aurait peut-être « beaucoup à dire ».

    27/01/2005 à 13 h 57 min
  • R. Ed. Répondre

    Rasko, lui aussi devrait utiliser de temps en temps un dictionnaire, cela ne lui ferait pas de tort, bien au contraire. Génocide: destruction méthodique d’un groupe ethnique, par extension extermination, action de faire périr jusqu’au dernier, les Mohicans par exemple. A mon avis, Rasko est nul en géographie et confond Turquie et Iracq et doit aussi être nul en histoire car il n’a jamais entendu parler des Arméniens. Il faut ajouter à sa décharge que les Turcs nient le génocide arménien. Pourtant, le négationnisme étant réprimé en France, on peut donc se demander pourquoi le grand mamamouchi est un si chaud partisan de leur venue parmi nous. ### Rhétorique verbale propre à l’extrême gauche ###

    27/01/2005 à 13 h 55 min
  • R. Ed. Répondre

    LAMIRAND confond « révisionnisme » et « négationnisme », mais il est vrai que la langue française n’est pas à la portée d’un cerveau obtu. Le négationnisme est puni par la loi, merci Gayssot, encore un communard, mais pas le révisionnisme, heureusement, car à chaque fois que l’on retrouve un document, quel qu’il soit, il serait alors interdit de « reviser » son opinion. Avec de semblables idées, la terre serait encore plate actuellement. Comme par hazard, le Coran ne pouvant absolument pas être remis en question puique la parole de ?dieu?, pour les musulmans, la terre est plate, effectivement.

    27/01/2005 à 13 h 38 min
  • Adolphos Répondre

    Et les gars, si on parlait plutôt de l’occupation Anglaise pendant la guerre de 100 ans ? Alors, humaine ou inhumaine ? Que dit la Loi ?

    27/01/2005 à 12 h 28 min
  • Rasko Répondre

    En tous cas l’occupation Allemande en France était au moins aussi inhumaine que le génocide perpétré en Irak par la guerre puis le blocus US puis l’occupation maintenant. L’histoire est un éternel recommencement des mêmes folies totalitaires.

    27/01/2005 à 10 h 42 min
  • R. Ed. Répondre

    Pour Floran Morlan: j’ajoute une petite précision, que l’article incriminant M.Le Pen est sorti comme par hazard le jour où celui-ci devait passer au tribunal, en appel de sa condamnation pour des propos tenu dans, nouveau hazard, ce même journal Le Monde,…l’histoire des 5 millions de musulmans qui deviendront 25… Moi, à la place de Le Pen, j’irai jouer un lot(t)o!

    27/01/2005 à 10 h 03 min
  • LAMIRAND Répondre

    Les « bavures » de Jean Marie Le Pen, Je pense plutôt qu’il s’agit d’une opinion de fond totalement délibérée et non d’une « bavure ». Chacun est libre de penser ce qu’il veut sur le génocide des Juifs, et de tous les autres comme les Tsiganes, les homosexuels, les malades mentaux. Il n’en reste pas moins que l’opinion publiquement exprimé par un homme politique qui a été au second tour des élections de 2002, n’est pas une « bavure » mais une constante de son opinion. Je n’irai pas ici l’accuser d’anti-sémitisme pour éviter de tomber dans le piège classique qui nourrira la réponse classique de ses soutiens, mais il n’en reste pas moins que le génocide a été pratiqué, que les camps d’exterminations ont fonctionné et que plus de 7 millions d’Européens ont été assassinés. Et j’insiste sur le mot « assassinés » parce qu’il ne relève pas du fait de guerre entre Etat, mais de la volonté et des moyens mis en place pour éliminer physiquement des personnes. Les pundits de Jean Marie Le Pen, notamment Gollnish à Lyon, ne font pas plus de bavures que leur chef. Il est à mon avis particulièrement dangereux pour notre pays, mais aussi pour l’Europe entière, qu’une figure proéminente de notre vie politique tente régulièrement de relativiser ce qui est un caractère majeure de la IIsd Guerre Mondiale : le racisme, et dans le racisme, l’anti-sémitisme. Le nationalisme est une idée de soi, une prise de conscience de soi en tant que corps social distinct et, si je pense ce courant dépassé, il reste d’une actualité vivante pour certaines parties du corps électoral. Mais, le révisionnisme, c’est à dire la négation debout des témoignages implantés dans l’espace géographique comme des témoignages apportés par les victimes encore vivantes, comme par les témoignages fournit par les bourreaux nazis capturés, jugés et exécutés ne relève pas du nationalisme, mais de tout autre chose. Cela relève d’une volonté de « trier » les Français et plus généralement l’humanité en Europe selon des critères qui sont absolument étatistes et dirigistes. S’y j’étais nationaliste, je prendrais le soin de bien comprendre la stratégie de minimisation du fait historique par Jean Marie Le Pen et ses Pundits afin que ma cause, qui est l’amour de mon pays, ne soit pas au final exprimé par l’amour des Français « après tris ». Le « tri » est commencé par la révision des faits historiques et si les victimes de l’histoire ne peuvent plus en souffrir, les rescapés et leurs descendants qui sont aussi des Français en souffrirons et constitueront dans cette logique de présenter au final comme « l’Allemand correct » une cible obligatoire pour le Front National. Le Front National n’est pas un parti de droite libérale. C’est un mouvement certe nationaliste mais construit sur la discrimination des individus selon sa grille de lecture. C’est un parti naturellement dirigiste et je m’étonne que votre auteur s’étonne de l’intervention d’un ministre sur un propos d’un leader d’opposition, alors même que l’homme qu’il défend représente la menace de l’Etat absolu dans la vie, sur la vie, et sur la pensée des gens. Le gouvernement et l’opposition parlementaire sont dans la pensée unique et n’ont pas de solution pour remettre notre pays sur les rails, mais ce n’est pas là à mon avis, une raison pour choisir par défaut, le Front National qui sur les questions essentielles de l’Alliance Atlantique ou de l’intervention en Irak sait se ranger du côté de la dictature au pretexte de la culture pour dénoncer comme un vulgaire marxiste de base, l’Oncle Sam et sa prétendue domination. Jean Marie Le Pen est un nationaliste mais le pouvoir qu’il « veut prétendument rendre aux Français » suppose l’interventionnisme discriminatoire de l’Etat, autrement dit le renforcement du pouvoir d’Etat sur nos libertés civiles. Etre Français dans cette orientation voudra simplement dire qu’il y a deux catégories de servitude : la moins pire à cause du statut de « Français » et la pire à cause du statut « d’Etranger ». Les témoignages de l’histoire sont là, les témoins vivants de l’histoire sont là et ne sont pas forcément des victimes, ce sont aussi des gens qui ont vu disparaître leurs voisins et leurs amis. Dés lors, il n’y a pas de « bavure » quand elle se répète à période régulière, il y a une détermination qui corrompt la cause nationaliste, dont notez le bien, je ne suis pas partisan. Les vignerons du Bordelais comme les crémiers de France sont toutefois sans doute tombés d’accords pour prétendre aussi que les « Allemands étaient tout à fait correct ». Je ne vois aucune beauté au fait national d’avoir un leader politique qui cherche a excuser aussi ceux qui ont exploité notre pays et qui ont assassiné une partie de notre peuple. Peut-être devraient ils eux aussi, comme de nombreux grands parents, tenter de gouter du rat, du rutabaga ou de trouver un oeuf dans une ferme pour le prix d’un loyer. Mais sans doute, les collabos de Jean Maris Le Pen, ont plutôt trouvé des biens immobiliers, des commerces et des entreprises pour pas trés chers au moment ou d’autres pesaient le beurre. Jean Marie Le Pen est une scorie du national socialisme véritable qui ne correspond a strictement aucun leader de l’histoire de France, y compris Pétain, et encore moins à nos rois de France, encore moins à nos Empereurs. La

    27/01/2005 à 9 h 39 min
  • R. Ed. Répondre

    Le 23 août 1944, Hitler donne l’ordre au général commandant le gross paris Dietrich von Choltitz (un noble) de détruire la ville. Il ne le fera pas, quoique l’influence de Raoul Nordling, consul de Suède y est peut-être pour quelque chose. Détruire Paris était vraiment en son pouvoir, puisque toute la ville était complètement minée. Il n’y avait pas que des SS dans l’armée allemande, il y avait aussi des hommes de bien. La preuve!

    26/01/2005 à 22 h 28 min
  • Florent Morlan Répondre

    JM, ce qu’il faut bien voir c’est que la phrase de Le Pen est tirée d’un long entretien accordé à l’hebdomadaire Rivarol et dont le sujet était la seconde guerre mondiale. Cela n’avait rien d’une déclaration médiatique ou d’une phrase de discours politique. Sortie de son contexte (deux semaines après la parution de l’article incriminé, les commissaires politiques sont longs à la détente), la phrase n’a pas vraiment de sens et s’apparente à ce genre de banalité que tout le monde a du entendu ou même proféré  » les allemands étaient corrects pendant l’occupation ». On n’est plus en 14, France et Allemagne sont maintenant réconciliées, les allemands ont assez payé les crimes du nazisme. On peut tout de même être un minimum nuancé quand on s’exprime sur la période 39-45 et s’affranchir du ridicule manichéisme auquel on veut réduire certaines périodes historiques. L’histoire est tout de même plus complexe qu’un bête film amerloc avec ses méchants indiens et ses gentils cow-boys (dont l’occupation des terres indiennes était très humaine évidemment, soit dit au passage).

    26/01/2005 à 20 h 21 min
  • Thierry Orlowski Répondre

    Cher Lecteur, Merci Mr. Valla pour cet excellent article. Si l’on regarde les consequences de la 2eme guerre mondial d’un point de vue global, Mr. Le Pen a tout fait raison: L’occupation Allemande n’a pas été particulierement inhumaine: Il n’y a pas eu en France de « Guetto de Varsovie », il n’y a pas eu en France de « Viol de Nanking ». Paris n’a pas été bonbardé comme le fut Londres et, sauf exeption, ce sont des villes intact dans lesquels sont rentré les alliés en 1945. Tres probablement, la France fut avec l’Italie, l’un des pays les moins touché par les conséquence de la 2eme guerre mondial. Il faut dire aussi, parce que ce sont des faits, que la campagne de France ne durat pas plus de 10 jours et qu’en 1941, seul 2% de la population Frnacaise etaient dans la resistance. Un guerre reste une guerre: elle a ses morts, ses massacres et ses injustices. Mais il ne fait pour moi aucun doute que si l’on fait une comparaison avec les autres pays de cette guerre MONDIALE, je suis heureux que nous ayons été occuppé par l’Allemagne, plutot que par le Japon par exemple(lisez donc un peu sur la Manchourie en 41, vous comprendrez!!!). Cordialement Thierry Orlowski

    26/01/2005 à 17 h 56 min
  • Marc Répondre

    Une précision s’impose tout de même pour  » Franck A » : Il y-a quand même une distinction à faire entre les  » Allemands  » et les SS, Gestapo, et autres factions nazies rattachées à l’armée régulière allemande. L’armée régulière n’a pas à se voir reprocher les atrocités des Waffen SS, et des agents de la gestapo. Certains officiers de la Wechmacht se sont vus fusillés pour s’être opposés à des ordres qu’ils jugeaient incompatible avec leurs galons et leur honneur, certains autres ont tenté d’éliminer Hitler comme le colonel Von Stauffenberg, le Maréchal von Witzleben, et beaucoup d’autres officiers supérieurs. Attention à ne pas verser dans l’amalgame grossier ! Les Français ne sont pas plus assimilables à  » Vichy  » que les Allemands le sont aux  » SS  » et à la gestapo.

    26/01/2005 à 10 h 27 min
  • JM Répondre

    Chers amis Je viens de lire les commentaires de chacun c ‘ est vrai qu ‘ en France nous n ‘ avons pas le droit de parler de choses et de faits qui peuvent allez à l ‘ encontre de la pensée unique ,mais il faut dénoncer la barbarie dans tous les cas, et ne plus jamais revoir ça !!! Alors pourquoi Mr Le Pen , reste aussi maladroit sur ces sujets aussi sensible en sachant qu’il va se mettre à dos toutes la presse aux ordres, et choquer ses partisants qui ne comprennent pas ,car Mr Le Pen ne disposera jamais assez de temps devant les médias pour donner une explication à ses propos, je crains que ce soit une nouvelle maladresse une de trop (avec celle de Mr Golnich) qui fera trés mal au front national , enfin c ‘est mon point de vue.

    26/01/2005 à 9 h 43 min
  • Florent Morlan Répondre

    Ca fait plaisir de lire ce type d’article sur les 4 vérités, ça nous change du catéchisme pro-amerloc de Guy Millière

    25/01/2005 à 18 h 06 min
  • SAS Répondre

    « ….nul ne peut être inquité par ses paraoles et ses écrits… » article prestigieux vu et visé par les franc-maçons dans la déclaration universelle des droits de l’homme…normalement d’actif en FRANCE….modèle de démocratie… NB) SAUF POUR LEPEN et quelque autres devrait elle préciser! De qui se fout-on ??? tous les historiens savent qu’à OURADOUR SUR G., que les FFI ont exécutés des soldats retardataires de la WERMART qui se sauvaient devant la monté des forces alliées…manque de chance , il y avait encore une division SS qui fermait la marche…. peut être que lepen à raison lorsqu’il met en cause l’irresponsabilité des résistants de dernière minute ou des communistes qui luttaiaient eux pour installer le rideau de fer jusqu’à l’atlantique…(ce qui explique que la france soit le dernier pays communiste d’europe) toujours prompt à récrire l’histoire hein … SAS

    25/01/2005 à 14 h 26 min
  • Marc Répondre

    Quel indicible plaisir que de découvrir qu’il existe encore bien plus d’ilôts de résistance à la pensée unique du P.C ( politiquement correct !) que l’on pourrait le croire. La forfanterie des politiciens n’a d’autre dessein que de faciliter leurs manipulations et mieux asseoir leur pouvoir. Etant données leur promptitude à fustiger sans discernement, et leur capacité à retourner leur veste, il y-a hélas fort à parier que dans une situation similaire nous ne serions pas mieux lotis que l’ont été nos ancêtres et compatriotes durant l’ocupation. Marre de voir la vérité sacrifiée de façon systématique sur l’autel del’oecuménisme ( intellectuel, politique et pas seulement religieux ). Voilà les  » valeurs  » de la France du XXI e : Démagogie, oecuménisme, avilissement intellectuel et culturel au nom du consesuel ! et pusillanimité sur la scène internationale. Ne vous semble-t-il pas parfois que Chirac se comporte comme un vulgaire petit roquet, qui aboit fort, montre ses crocs et va se terrer dans sa niche lorsqu’on lui donne un petit coup de pied ? ( c’est l’impression que j’ai eu lors de ses récents aternoiements vis à vis des USA ).

    25/01/2005 à 12 h 03 min
  • R. Ed. Répondre

    Pour Laurent: le premier paragraphe de votre commentaire résume parfaitement la situation de la France à cette époque. Par contre, à la débacle allemande les quarante millions de Français sans exceptions sont devenus des résistants. D’ailleurs, à la fin de la guerre, les Allemands ont cru, eux, qu’il y avait 80 millions d’habitants en France.

    24/01/2005 à 23 h 27 min
  • Laurent Répondre

    En resume, l’occupation allemande n’etait pas si inhumaine…tant qu’on collaborait et qu’on avait pas de sang juif. Presente comme ca, je veux bien. Cela dit, il n’est pas inutile de rappeler que la tyrannie communiste n’a pas eu grand chose a envier a la tyrannie nazie, et qu’on trouve curieusement beaucoup moins de gens pour s’indigner de la premiere. Ce sont pourtant deux variantes de la meme barbarie : le socialisme, c’est a dire la negation de l’individu devant la « collectivite », representee par l’etat tout puissant. Le fait de representer ces deux regimes aux extremites opposees de l’echiquier politique (« extreme gauche » et « extreme droite ») est une escroquerie intellectuelle dont continue de souffrir la droite.

    24/01/2005 à 18 h 56 min
  • Aude Répondre

    Petite précision pour franck a. Le révisionnisme n’a jamais été interdit et heureusement car ce terme ne s’applique pas qu’à la deuxième guerre mondiale mais à l’histoire en général. Par contre, le négationisme est interdit. Mais je sais que pour la plupart, la distinction est trop subtile…

    24/01/2005 à 15 h 45 min
  • Serge Garrigou Répondre

    Une fois encore, la fantastique machine à perdre les elections de « la droite la plus bête du monde » s’est mise en route. Actuellement le plus important est de sortir la France du bourbier où,depuis près de trente ans, quatre mandats présidentiels « à gauche »l’ont plongée. La seule chance pour la France d’échapper à une déchéance totale que constiturait l’agravation de sa « tiers-mondisation » actuelle, serait une union des forces de droite qui souhaitent réhabiliter les valeurs du travail, de la liberté et de l’effort en général. Toute déclaration tendant à fissurer un tant soit peu l’union de la droite est aussi stupide que criminelle vis à vis de la France. Quant à formuler une opinion sur l’époque 39/45, que j’ai vécue, je me souviens parfaitement qu’à cette époque, l’horreur absolue s’appelait, non pas « les Allemands »,mais « les boches »,les SS, la gestapo et la milice. Quant au problème des Juifs, des années après la guerre, les enfants Juifs avaient toujour peur d’avouer qu’ils étaient Juifs, c’est tout dire.

    24/01/2005 à 11 h 50 min
  • R. Ed. Répondre

    Pour franck a(nn): 250000 civils tués dans le bombardement de la ville de Dresden par les Alliés. Hiroshima et Nagazaki: 160000 civils vitrifiés. Au procès de Nürnberg, le responsable de l’assassinat de 4500 officiers polonais présidait le tribunal à charge « de criminels de guerre ». Andropov a reconnu il y a quelques annés ce fait ordonné par le grand Staline, le petit père des peuples. Oradour, c’est monstrueux mais surtout, c’est français! A choisir, si on pouvait revenir en arrière, et supprimer une horreur de la seconde guerre mondiale, Oradour ou Dresden ? 250000 ou 642 ? Prends donc ton clavier et réponds à cette question, mon petit!

    24/01/2005 à 11 h 14 min
  • Olivier trehard Répondre

    Cher Frank A, Nous avons tous nos victimes dans nos familles, certains en font un fond de commerce indécent et d’autres comme Le Pen un sujet d’allusions perfides. Vous n’émoeuvrez personne avec vos outrances, car nous sommes tous des enfants de victimes de la folie National-Socialiste, mais ouvrez aussi les projecteurs sur le Goulag communiste après les camps Nazis, cela vous évitera les indignations sélectives. Menteur par omission des crimes des uns au profit des autres, voilà la vocation ignoble de beaucoup.

    24/01/2005 à 9 h 34 min
  • Stéphane Répondre

    Je conseille à tous la lecture du livre de Jean Sévillia : « le Terrorisme intellectuel en France de 1945 à nos jours ». Ce terrorisme commence au procès de Nuremberg, où le tribunal s’arrogeait le droit de dire l’histoire et de condamner toute interpétation divergente comme révisionniste. Ce jugement a bien sûr été condamné par beaucoup d’historiens dignes de ce nom, comme Madeleine Rebérioux. L’histoire est forcémént révisionniste sinon elle est une récitation des hauts faits du prince, ou d’une lignée depuis des temps immémoriaux… Les lois Pleven de 1972 et Gayssot de 1990 ont enfoncé le clou. Il est pratiquement impossible maintenant d’énoncer publiquement qu’on a des sympathies pour le Front national, qui n’est pas le parti raciste que l’on dit, (en tout cas pas plus que Chirac et ses « odeurs »…), que l’immigration est LE problème N° 1 en France, etc., sans quoi on risque pour sa carrière… Depuis Gayssot, par exemple, aucune enquête sur la population ne doit mentionner l’origine géographique des « Français » de papier. Lors du dernier recensement de la population de 1999, les employés de l’INSEE n’ont pu pénétrer dans les cités sensibles pour faire leur travail. Donc, les résultats ont été estimés à la louche. Pour le recensement actuel, on n’interroge qu’1/8e de la population des grandes villes. Comme ça le tour est joué ! Signalons aussi pour les aficionados de Sarko, que ce dernier a fait interdire la publication des naissances dans les journaux, dès fois qu’on s’inquiéterait de ne pas reconnaitre un nom français ! A propos de le Pen, qu’on aime ou non, là n’est pas le problème, dîtes vous qu’il représente 20% des Français à qui l’on interdit une représentation à l’Assemblée nationale. Rappelons aussi qu’à la veille de toutes les élections majeures, Le Pen est, comme par hasard, attaqué en justice. Quand il faudra que le « oui » à la Constitution de l’Europe l’emporte, certains en haut lieu aimeraient que ce tribun soit privé d’expression. Quand on veut tuer son chien, on déclare qu’il a la rage !

    24/01/2005 à 3 h 56 min
  • numa Répondre

    Bravo Mr Valla pour ce bref raccourci sur l’histoire de France rétablissant certaines vérités. Les communistes lors de la libérations, pour essayer de prendre le pouvoir, ont fait plus de morts en France que les occupants

    24/01/2005 à 1 h 40 min
  • Mike Répondre

    Je crois que l’auteur de cet article n’affirme pas que l’occupation fut une période douce et légère de l’Histoire de France ; ce me semble, il – égratigne Perben (à raison : il est évident que le garde des sceaux a réagi par rapport à la personne de Le Pen, non à son propos) – rappelle quelques vérités sur ce que furent les communistes durant l’occupation.. (ça fait toujours du bien) – nous dit simplement que d’autres français sont morts entre 39 et 45, et que tous ne furent pas assassinés par l’occupant Nazi.. Je n’ai pas vécu l’occupation mais je crois que, au moins d’un certain point de vue, il a été aussi dur d’être un anglais libre (sous les bombes), qu’un français occupé…

    23/01/2005 à 21 h 04 min
  • laurent Répondre

    « Seulement » 8.160 rafles au Vel d’Hiv plutot que 30.000? Quel puissant argument, Monsieur Valla ! Voila qui rend l’occupation allemande particulierement humaine en effet!

    23/01/2005 à 18 h 25 min
  • cath Répondre

    Pourquoi ne pas demander à Marine Le Pen de nous dire ce qu’elle pense des écrits de son père ? Elle, qui a été si prompte à rouler Gollnisch dans la farine alors qu’il n’avait pas dit le dixième de son père « je nai pas dit que les chambres à gaz n’avaient pas existé…. » Lui faire suivre svp

    23/01/2005 à 10 h 44 min
  • franck.a Répondre

    ramassis de conneries revisionistes!!! mon grand pére a été tué par les allemands parcequ’il n’a pas baissé les yeux en croisant un officier ss. peut etre que si vous auriez vécu a cette epoque,vous verriez la vérité. honte a vous,allez visiter oradour sur glane,vous pourrez vous rendre compte des « bavures » de das reich.

    23/01/2005 à 3 h 55 min
  • R. Ed. Répondre

    Le journal « Le monde » ,n’est ce pas ce journal qui a été « renfloué » à plusieurs reprises par les sous des contribuables ?(sans leur accord bien entendu) On sait donc tout de suite pour qui il « roule ». Perben – Gollnisch, maintenant Perben – Le Pen. Où se trouve donc l’indépendance de la justice quand la chancellerie s’en même? Le garde des sots ferait beaucoup mieux de faire rétablir l’ordre dans les banlieues pourries de France, ça c’est son travail, sanctionner éventuellement les déclarations d’hommes politiques ne rentre pas dans ses attributions, où a t-on vu que l’on pouvait être juge et partie dans une « démocratie », enfin de ce qu’il en reste.

    23/01/2005 à 2 h 08 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: