Reprendre en main notre destin

Posté le mai 09, 2012, 12:00
4 mins

On ne peut que se répéter, mais les événements actuels montrent que le système de fonctionnement par la dette ne marche pas, le système de commerce libéralisé à ou­trance par l’OMC et les institutions européennes ne marche pas, la monnaie unique ne marche pas : dans nos pays occidentaux, l’appauvrissement des po­pulations se généralise, la ruine des États est généralisée.

Depuis 1973, date à laquelle notre gouvernement s’est imposé, ou s’est vu imposer, l’interdiction d’être maître de sa propre monnaie, nous avons payé en intérêts aux banques, pudiquement appelés « la charge de la dette », quasiment la valeur de notre dette actuelle !
Toutes ces politiques qui nous ont été imposées ont entraîné la désindustrialisation, la déstructuration de notre agriculture et la désertification de nos provinces réduites à l’état de musées à visiter par les touristes. Les recettes fiscales sont de plus en plus difficiles à trouver, et la charge de la dette est telle qu’il nous devient impossible de la payer.

Nos gouvernants se débattent comme des diables dans des bénitiers pour sauver leur système… et pour leur survie. Quel intérêt y ont-ils donc ?
Des expédients sont fébrilement recherchés et la Banque centrale européenne imprime des milliards et des milliards d’euros à donner aux banques privées pour les « recapitaliser » et leur permettre de continuer à prêter aux États impécunieux.
Je dis bravo à la politique de Gribouille de Madame Merkel !

Il est temps de dire STOP à ces dérives. Que je sache, l’Europe est la première puissance économique et culturelle du monde. Il est temps que, unis, tous les pays d’Europe disent aux banques de la spéculation mondiale : stop, on vous a assez payés !
Que chaque pays reprenne son destin en main par sa banque nationale pour régler ses problèmes à sa façon, avec la coordination de la Banque centrale européenne dans le cadre d’un « serpent monétaire », comme cela a déjà existé.

L’heureux élu de notre élection présidentielle sera confronté à une situation probablement dramatique qui demandera une profonde renégociation des traités européens, et des décisions extrêmement importantes pour l’avenir.
J’espère qu’il saura s’entourer de conseillers de grande compétence qui auront une haute idée de l’intérêt supérieur de notre cher pays.

Gilles Mulatier

Ancien élève de l’École
Polytechnique

Courrier des lecteurs des 4 Vérités Hebdo

17 réponses à l'article : Reprendre en main notre destin

  1. Daniel

    13/05/2012

    ozone:
    Bonne argumentation même si elle déplait à celui qui n’a pas les cuisses propres  et qui  préfère la mafia et sa violence en oubliant que s’il y gagne (seulement en fric ) c’est que des gens tolérants le laissent gagner comme on laisse gagner les enfants encore immatures.

    Répondre
  2. IOSA

    13/05/2012

    On ne peut pas faire de la bonne purée avec des vieilles frites ou vis versa.

    Conclusion: Il faut d’abord virer les parasites suceurs de fric et consorts pour enfin prétendre pouvoir peut être reprendre son destin en main.

    Mais que voulez vous, les gars adhérents à l’ UMP préparent déjà la cuisson avec de l’huile plus qu’ usagée ?

    Rien ne changera jamais au pays des cocus….ils seront toujours les derniers à le savoir.

    IOSA

    Répondre
  3. ozone

    12/05/2012

    "veulent faire évoluer le monde à leur rythme, "

    Mais c’est ce que veut tout le monde,a commencer par vous et vos admirés amis

    Vous tombez dans l’invéctive

    Manqueriez vous d’arguments?

    Et si cela ne vous consolera pas,mon Alpha et Oméga n’est pas les pitres gauchards,a cotés de leurs pompes.

    Cértes Quinctius,mais pour faire monter Dupont Aignan il faut que l’UMP implose avant,la ligne caporaliste de ce parti(UMP) qui agite le Gaullisme comme un titre de propriété sur la France et se croient les dirigents "naturels" de la Nation est a vomir.

    Répondre
  4. Kim Kardachiasse

    12/05/2012

    Le titre de votre chanson à l’Eurovision: "Moi, calimerozone, loser A.O.C. ".  Accompagné au refrain "Ah ben l’économie, c’est trop injuste !" par Quintus Cincinnatus et Jaurès. Si vous gagnez (sait-on jamais), l’année prochaine rendez-vous à Pyong-Yang. Allez, courage, camarades-losers. Les damnés de la Terre – Russes, Chinois, Vietnamiens – ont fini par trouver la sortie de leur enfer sordide. Ces pays sont aujourd’hui des stars montantes vers la prospérité. Votre douce France, elle, descend vers l’enfer enfer chaque année un peu plus grâce à des caliméros comme vous, avec vos chefs Calimérhollande et Calimelanchon.     

    Répondre
  5. Kim Kardachiasse

    12/05/2012

    @ozone: blablabla. Je connais déjà cetre chanson. Je dois que, vu les circonstances, vous devriez repr"senter la République française, socialiste et égalitaire, à l’Eurovision. Vous êtes tombé à pieds joints dans la non-argumentation car vous ne répondez à rien du tout. Vous faites donc partie des losers aigris et jaloux qui, en bons petits dictateurs, veulent faire évoluer le monde à leur rythme, çàd. à reculons, sous prétexte de progrès, de justice et d’humanisme. Beau programme. Mais ça n’a jamais marché sauf sous la menace. C’est la zone quoi.

    Répondre
  6. quinctius cincinnatus

    12/05/2012

    précision et correction  ( si nécessaire ) :
     je ne me souviens plus  si j’ai mis au bon genre ( qui est le féminin ) le mot apocalypse veuillez donc lire ….  CETTE apocalypse des Nations
    merci

    Répondre
  7. quinctius cincinnatus

    12/05/2012

    @ ozone

    tout à fait en accord avec vous et c’est la raison pour laquelle je m’engage politiquement … chez D.L.R.
    pour combattre cette hydre économique , ce cancer social , cet apocalypse des nations qu’est le capitalisme " financier " puisque c’est bien de lui dont il s’agit dans l’ " ultralibéralisme "

    Répondre
  8. ozone

    11/05/2012

    Pour faire simple,l’ultralibéralisme est au libéralisme ce que le communisme est a la socialdémocratie.

    Dans les faits c’est la justification de l’enrichissement individuel sans limites,suivant l’idée de Milton Friedman selon laquelle cette richésse va se répandre d’elle même dans tous les strates de la societé.

    Appliquée depuis Ronald Reagan aux USA on constate a l’inverse une inégalité croissante,dans les années soixente celle-ci était moindre qu’en France,comme tout le monde constate ces revenus pour certains ne sont pas consommables par un seul individu et son entourage,donc il épargne et ceci a fait s’accroître de façon démesuré les fonds dans la sphére financiére,qui a son tour,de par son gonflement lui fourni encore plus de revenus,avec le laxisme des gouvernants gagnés a cette idéologie,laissant libre cours a l’imagination des intervenants pour méttre au point toute sorte de "produits" qui a leur tour ont mis en place une économie virtuélle qui détruit l’économie.

    Depuis l’arrivée a sa vitesse de croisiére de ce systéme,a peu prés vers la fin du second mandat du "grand communicateur" tout les huit a dix ans on se paye une crise,non provoqués par des gréves,non,mais par la finance.

    Une derniére pour la route;l’ultralibéralisme peut parfois étre difficile a cérner,comme ces maladies ou l’on ne connait pas tous les tenants mais dont il est facile de la repérer par les symptomes.

    Répondre
  9. quinctius cincinnatus

    11/05/2012

    @ François

    vous avez du faire vos humanités chez les bons pères pour manier si habilement la sémantique bravo

    Répondre
  10. François

    11/05/2012

      Kim, vous posez une question intéressante. " Que signifie ultralibérale"? Réponse RIEN. Ou plutôt c’est un élément de guerre sémantique.
       -1- Dans "ultra", il y a une idée d’extrême indéniable.
       -2- L’extrêmisme est à priori suspect. Il suffit d’enfoncer le clou dans le sens du poil ( si je puis dire).
       -3- Accolez le mot "ultra" à ce que vous voulez désigner à la vindicte populaire et le tour est joué.
      C’est ainsi qu’on a ultralibéralisme, ultradroite, ultraconservateur, ultratraditionaliste, ultranationaliste, ultrariche quand libéralisme, droite, conservateur, traditionaliste, nationaliste, ou riche ( liste non limitative) suffiraient…
      On ne dit jamais par exemple ultragauche, ultradémocrate, ultralaïque, ultraprogressiste, ultracommuniste, ultratrodskiste ou ultra écologiste ( liste encore non exaustive)…Parce qu’accoler un préfixe qui se veut infâmant à un mot que l’on souhaite valoriser n’est pas "politiquement correct".

    Répondre
  11. Kim Kardachiasse

    11/05/2012

    Le monde a changé effectivement: la France et l’UE sont plus socialistes que jamais et sont aujourd’hui des colonies. Que signifie le mot "ultralibéral"?  L’UE n’est pas un cheval de Troie pour dévaliser les nations. L’UE a un problème existentiel qui n’a absolument rien à voir avec un soi-disant libéralisme qui n’est d’ailleurs pas appliqué en Europe. Vous confondez les genres, camarades. Avec vous, bientôt, s’acheter une sucette au coca à la gare du Nord relèvera d’un "ultra-libéralisme" à interdire absolument. Maintenant, si l’UE est un cheval de Troie pour dévaliser les nations (les pauvres!!!), en suivant votre raisonnement, il serait vrai de dire que les nations sont aussi un cheval de Troie pour dévaliser les gens et spolier les acquis civilsationnels (culture philosophique, héritage judéo-chrétien etc.): la gabegie et la décadence – ce qui est le cas: sinon, où est le problème? Je vous signale que l’UE est issue de la volonté des nations représentées par leurs gouvernements (ce n’est pas ce qui manque en Europe). Ou alors, si vous n’êtes pas content, il faut apprendre à voter. Ensuite, qui vous a dit que je ne voulais pas d’état? Je veux un gouvernement limité qui s’en tient aux principes régaliens de l’état, et non l’étatisme qui est un véritable culte, une religion en France (quid de la séparation entre l’église et l’état? et donc quid de la séparation entre l’étatisme et l’état)? Il ne s’agit donc pas d’une utopie, étant donné que les Etats-Unis pratiquaient le "gouvernment limité" plus ou moins bien jusqu’à ce que le chicagogue  (chicago+démagogue) vienne, en bon marxiste, tenter de modifier le système afin de tuer les libertés essentielles qui sont autres que celle de faire grève, de boire du pastis, de rouler en peugeot ou de regarder des films pornos sur Canal+. Pour votre info, la Chine n’est pas un pays "ultralibéral" (on attend votre définition de ce terme). Quant aux gardiens à l’entrée des usines, ceux-ci sont bien contents de se faire payer par les méchants "capitalistes ultralibéraux" (que signifie ce mot?), l’état étatiste étant bien incapable de leur offrir une réménuration décente. Ah l’égalitarisme, on adore!!! Alors arrêtez de lire vos torchons franco-gauchistes qui vous rendent sourds, aveugles et français (pléonasme d’économiquement analphabète). C’est grâce à cette façon de voir les choses et d’aborder les réalités que la France est devenue une colonie.   

    Répondre
  12. ozone

    10/05/2012

    Kim

    Le monde a changé,c’est fini le capitalisme de papa,les financiers ultralibéraux ont écrabouillé les vrais chefs d’entreprises,ce sont les banques,que cela vous déplaise ou pas qui mènent la danse,et l’UE est devenue leur cheval de Troie pour dévaliser les nations,seuls les états sont de taille a y faire face,votre systéme utopique "sans état" n’existe nul part,a commencer par le paradis des managers de chez nous la Chine,ou l’état monte bonne garde a l’entrée de l’usine pour le plus grand bonheur des libéraux

    Répondre
  13. Kim Kardachiasse

    10/05/2012

    Avoir fait polytechnique et nous lâcher un article pareil ! Ce qui ne marche pas, c’est le socialisme. Ce qui ne marche pas, c’est l’étatisme. On aimerait bien reprendre notre destin en main. Mais celui-ci ne passe ni par le socialo-fascisme, ni par l’état voleur et imbécile. On a déjà donné dans ce domaine. Ca fait 50 ans qu’on écoute le boniment et qu’on raque dans le vide. C’est un peu facile d’accuser "les banques", alors que l’état est censé, lui, être infaillible. Ce n’est qu’un panier percé, un tonneau des Danaïdes. En plus depuis quand l’Europe est-elle "ultralibérale" ? Il n’y a jamais eu autant de règles, de règlements et de taxes que maintenant. Qui dirige l’OMC? Pascal Lamy, socialiste-hyper-caviar. Si c’est ça polytechnique, autant faire le café du commerce. Pensée bête et unique, quand tu nous tiens !!!

    Répondre
  14. ozone

    09/05/2012

    Et comble de tout,l Europe,qui avait déjâ le marché intérieur établi et le plus prospére ne l a jamais utiliser comme arme alors que celui-ci était l objectif de tous nos concurrents qui ont pu rentré dedans comme dans du beurre.

    Absurde,du vrai pére Ubu.

    Répondre
  15. ozone

    09/05/2012

    Bof,il ne lui restera qu’a appliquer le programme de Marine Le Pen,ce qu’il sera d’ailleurs obligé de faire,sinon au temps.

    Les chinois ont agité devant les yeux des abrutis de Bruxelles leur marché intérieur,iiiiimmmmmmeensse,"délocalisez vos entreprises,offrez nous vos technologies même si vous avez laissé la peau des fésses pour les développer,et vous toucherez du bout des doigts le Nirvana de nos millions de clients",ce fut fait,la croissance et partie làs bas,pour continuer a consommer nous nous sommes endéttés auprés des banksters et nous y voilà.

    CE QU’IL FAUT AVOIR A L’ESPRIT C’EST QUE "l’europe" EST LE PRINCIPAL FACTEUR DE MONDIALISATION,ILS PORTENT TOUTE LA RESPONSABILITE DE CETTE SITUATION;

    Les américains poussent le libre-échangisme par intéret,l’europe le fait a cause d’une idéologie forcenée.

    Article clair et lucide .

    Répondre
  16. quinctius cincinnatus

    09/05/2012

    lorsque François HOLLANDE chantre socialo-internationaliste enthousiaste de l’euro et de l’Europe supranationale aura à gérer et la sortie de la monnaie unique ( en son genre ) et l’implosion de l’Union ( Grèce , Chypre , et peut être même Portugal et Espagne ) cela sera un plaisir de gourmet pour nous les nationalistes

    Pour l’instant la une des journaux spécialisés en chichiteries féminines est que la " première cOmpagne "  de France fasse  des remontrances jalouses à ses consoeurs journalistes de son ex-employeur Paris-Match

    Répondre
  17. François

    09/05/2012

      Quand vous dites que depuis 1973 l’Etat doit emprunter aux banques ( ce qui est vrai) et payer des intérêts ( ce qui est vrai), et ne peut plus faire marcher la planche à billets ( ce que d’autres appellent le crédit à 0%) vous oubliez, seulement dans votre critique de signaler que ce système évite l’inflation galopante.
       Alors, c’est vrai que l’on paye des intérêts, ce qui nous appauvri. Mais l’ancien système par l’inflation qu’il générait appauvrissait tout le monde de 8 à 10% tous les ans…

       Je ne défends ni un système, ni l’autre. Simplement, il faut être suffisamment honnête pour admettre que les deux systèmes ont des effets similaires. Le seul défi étant de les chiffrer l’un par rapport à l’autre.

       Finalement, le seul système qui permette de ne pas s’appauvrir d’une manière ou d’une autre, c’est de ne pas faire de dette et donc d’adapter ses dépenses à ses moyens…
       C’est idiot à dire, mais faut il un tas d’experts bardés de diplômes prestigieux pour en arriver à cette constatation que Madame Michu a faite depuis longtemps?…

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)