Télévision publique : un témoignage accablant !

Posté le février 14, 2004, 12:00
5 mins

À 72 ans, Roland Wieder a décidé de coucher sur le papier une sélection de ses souvenirs qui, pour l’essentiel, se rattachent à l’audiovisuel public puisque, pendant quelque quarante ans, il a été grand reporter à la télévision, successivement la RTF, l’ORTF, TF1 et France 3. Il y a réalisé plus de 3 500 reportages, aussi bien en France qu’à l’étranger. C’est dire qu’il connaît la maison de l’intérieur.

Son ouvrage fourmille d’anecdotes, souvent drôles ou amusantes, mais également tragiques car l’auteur a couvert toutes sortes d’événements notamment la guerre civile au Liban où il était devenu l’ami du Président Béchir Gemayel assassiné en 1982, un mois après son élection.

Roland Wieder est de religion juive. Ce qui ne l’a pas empêché d’être enfant de chœur, en Dordogne, en 1942, quand sa famille se cachait dans un maquis près de Brantôme… Pour cette raison, il a toujours été très attentif à la façon finalement très complexée avec laquelle sont traités à la télévision les sujets qui concernent Israël, les Juifs et les Arabes. Pourquoi, se demande-t-il, le terme même d’Israël a-t-il l’air d’écorcher la bouche des journalistes ? Pourquoi, si souvent, préfèrent-t-ils parler de « l’État hébreu » ? Pourquoi, si longtemps, ont-ils préféré le terme « israélite » au mot « juif » ? L’auteur répond lui-même : « Ils craignent notre courroux alors que nous autres Juifs, préférons le terme juif au terme israélite ». Par ailleurs, il témoigne du fait que, dès la fin des années soixante-dix, le traitement des sujets faisant apparaître la non-intégration des populations originaires d’Afrique du Nord était un tabou. D’ailleurs, il était de bon ton de ne pas parler d’Algériens, de Tunisiens ou de Marocains mais de Maghrébins, parce que c’était plus vague…

Roland Wieder s’est toujours affiché comme un journaliste de droite, sans prévention à l’égard de personne, mais prompt à dénoncer la mainmise des clans de gauche sur la télévision. Pour lui, il ne fait aucun doute que la télévision est bel et bien sous le contrôle de la gauche, même s’il y a évidemment de notoires exceptions. On lira, à cet égard, avec délice, le compte-rendu des parties de chaises musicales qui ont accompagné, si longtemps, les changements de majorité politique, avec des noms propres : par exemple, à la page 211, les communistes Marcel Trillat, Michel Cardoze, ou Jean-Luc Mano (toujours aux avant-postes), Patrice Duhamel, que Valéry Giscard d’Estaing appelait par son prénom sur le perron de l’Élysée (passé de TF1 au Figaro), ou encore, Claude Sérillon et Daniel Billalian, l’un réputé très à gauche et l’autre plutôt à droite. Selon lui, Serge Moati est le prototype des réalisateurs-télé de gauche.

Roland Wieder* – abonné fidèle des « 4 Vérités » – n’a jamais eu sa langue dans sa poche. Dès le premier chapitre de son bouquin, il annonce la couleur : « Je suis du RPR depuis sa fondation. J’étais du RPF. L’UMP n’est pas assez à droite. En ce qui me concerne, je suis surtout nationaliste ». Mais tout, sauf sectaire.

Son père était coiffeur. Son premier métier fut horloger. Il est arrivé à la prise de vue par la photo puis les caméras. Il a presque tout fait, tout vu, à la télé, qu’il continue d’ailleurs à regarder d’un œil acéré. Tous ses témoignages sont de belles tranches de vie.

 < [email protected] >

Une réponse à l'article : Télévision publique : un témoignage accablant !

  1. hdperso

    19/02/2004

    « Roland Wieder* – abonné fidèle des « 4 Vérités » » Bravo !  » – n’a jamais eu sa langue dans sa poche. » Bravo ! « Dès le premier chapitre de son bouquin, il annonce la couleur : « Je suis du RPR depuis sa fondation. J’étais du RPF. On vous pardonne, Monsieur Wieder : nobody’s perfect… :o) D’autant plus que le RPR a longtemps donné l’illusion d’être à droite… « L’UMP n’est pas assez à droite. » En fait, l’UMP n’est pas à droite DU TOUT. Parlons plutôt de gaullo-gauche, de gauche molle, de gauche bis, de social-démogaullisme, d’archéo gaullo-travaillisme, etc. « En ce qui me concerne, je suis surtout nationaliste ». Mais tout, sauf sectaire. » Bravo ! Alors, bienvenue au Front National, Roland ! :o) Vous ne serez ni le premier ni le dernier déçu de l’UMP à franchir le seuil du seul parti de droite en France ! hd

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)