The Artist : la France qui gagne

Posté le février 27, 2012, 12:00
3 mins

Les raisons de se réjouir sont suffisamment rares en cette période de crise et de pauvres joutes politiques pour ne pas bouder celles qui se présentent. Les cinq oscars obtenus par le film The Artist, de Michel Hazanavicius, sont réjouissants à plusieurs égards.

En premier lieu, un film français, réalisé par un Français et joué par des acteurs français, est couronné par un jury américain, en terre américaine et dans un domaine – le cinéma – que les Américains regardent volontiers comme leur chasse gardée. Sans crier cocorico trop fort, car The Artist est avant tout l’œuvre de son créateur, c’est néanmoins le signe de la bonne santé du cinéma français.

Ce triomphe est d’autant mieux venu que le réalisateur a eu du mal à trouver un financement pour son film, qui n’a pourtant rien d’une production à grand spectacle et gros budget (celui de The Artist s’élève à 13,5 millions d’euros). Le producteur Thomas Langmann, fils de Claude Berri, a pris le pari et touche le jackpot : c’est justice.

Hazanavicius est parvenu à faire rêver en renouant audacieusement avec le cinéma muet en noir et blanc, sur un scénario mélodramatique et romantique, une fraîche histoire d’amitié, d’admiration et d’amour qui est aussi celle d’un sauvetage, sans rien de torve ni de tordu. Le talent de son épouse, la jolie Bérénice Béjo, s’y révèle pleinement et celui de Jean Dujardin est confirmé par l’oscar du meilleur acteur, décerné pour la première fois à un Français.

Ils représentent tous trois, avec l’équipe du film, une France que l’on n’a que trop tendance à oublier, en préférant se complaire dans un auto-dénigrement masochiste : la France qui marche, la France qui invente, la France qui crée avec bonheur.

Cette France-là existe aussi, et ne fait pas seulement du cinéma. Hazanavicius et ses comédiens nous donnent l’occasion de nous en souvenir. Qu’ils en soient remerciés.

5 réponses à l'article : The Artist : la France qui gagne

  1. quinctius cincinnatus

    29/02/2012

    les dithyrambes officielles et privées sont celles que l’on entend quand "par miracle" le  XV de France bat les All  Blacks ou bien qu’une équipe de foot marseillaise gagne un match en Angleterre … le chauvinisme stupide et bêlant dans toute son ampleur ! Ce n’est pas ça qui va sauver le Pays !

    Répondre
  2. mark

    29/02/2012

    Bravo et Vive la France!

    Répondre
  3. grepon

    28/02/2012

    C’est un signe qu’un INDIVIDU de nationalite francaise a fait une performance…comme il disait lui meme,,,"formidable."     Les autres responsables sont des individus aussi, qui bossait sur un projet dans le prive.   Toute la France n’a pas bosse dessus, ou disons tres peu…..  Je ne sais pas dans quel mesure les imposes ont donne de l’aide au projet ou les indvidus ou instances concernes.   C’est quand meme un secteur dans lequel l’etat s’emisce en donnant sous.

    Répondre
  4. Anonyme

    28/02/2012

    Et cerise sur le gâteau, Jean Dujardin ne nous soûle pas avec ses états d’âme politiques !

     

    Je pense aux Gérard Darmon ,et autres Richard Berry qui malgré leur dévouement à "la cause" n’ont toujours pas reçu d’Oscar et qu’Hollywood ignore superbement ! C’est ballot.

     

    Comme disait la Mère de l’Empereur : "Pourvou qué ça doure"

    Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    27/02/2012

    ou le triomphe de la …nostalgie et  surtout du nombrilisme* du " milieu " ( sans compter les affinités …particulières )personnellement  je préfère "La Taupe"

    * c’est Fredo qui ne va pas arrêter de "baver"

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)