Un très grand film !

Un très grand film !

Comme on pouvait s’y attendre, le film-choc de Mel Gibson, « La passion du Christ » déchaîne les passions, autant en France qu’aux États-Unis.

On lui reproche en premier lieu d’être « antisémite » (au sens moderne du terme, évidemment). Pour ma part, je n’ai pas du tout eu ce sentiment et je ne comprends même pas les arguments de ceux qui le disent. Par exemple, samedi dernier, dans son émission « Tout le monde en parle », Thierry Ardisson, plus politiquement correct que jamais, voulait faire dire à son invité, le Tunisien Taraq Ben Ammar, distributeur du film pour la France, que la scène où l’on voit Judas ramasser par terre les 30 deniers qui lui ont été jetés par le grand prêtre, constituait un cliché typiquement antisémite. Pourtant, la prime des 30 deniers figure dans les Évangiles. Et on conçoit que le grand prêtre du Temple de Jérusalem ait pu avoir un peu de mépris pour son coreligionnaire…

Que le film de Mel Gibson soit hyper violent est un fait indiscutable. On savait que les Romains de cette époque n’étaient pas des tendres mais on découvre qu’ils avaient même, et en grand nombre, des vocations de bourreaux.

En tout cas, le Pape Jean-Paul II, après avoir vu le film, a dit, pour que cela soit répété : « C’est bien ainsi que cela s’est passé ». Dont acte. Mais cela n’empêche pas les controverses de continuer d’aller bon train, y compris au sein de l’Église catholique : Mgr Bernard Fellay considère ce film comme « une grâce de la miséricorde de Dieu pour notre temps », tandis que le Cardinal Bernard Panafieu n’y a vu que « du sang à la une »…

On conçoit que la controverse soit plus vive encore si l’on considère l’opinion des représentants des autres cultes. C’est ainsi que le rabbin Josy Eisenberg, par ailleurs producteur de télévision (« Le jour du Seigneur » sur France 2), conteste la vérité historique du film. Pour lui, la prédication de Jésus pouvait certes déranger les prêtres du Temple et leur pouvoir clérical, mais elle était en quasi-totalité conforme à l’orthodoxie pharisienne. Le pouvoir juif, selon sa loi, ne pouvait pas prononcer la mort de Jésus. Il ne peut donc en être tenu pour responsable…

Si l’on étend le débat au-delà des croyants, de nombreuses autres thèses ont cours et sont encore défendues. Pierre Lance dans ces colonnes (« Les 4 Vérités Hebdo » du 27 mars) pointait une contradiction entre l’essence divine de Jésus et son supplice douloureux du Golgotha. Notre correspondant, Gérald Messadié, dans son livre « L’homme qui devint Dieu » (Éd. Robert Laffont – 1988) défend la thèse selon laquelle le Christ n’est pas mort sur la croix (et il serait d’ailleurs réapparu vivant à ses disciples…) mais qu’au contraire il a survécu à sa crucifixion, comme cela serait arrivé plusieurs autres fois, quand le supplice n’était pas prolongé au-delà de quelques heures… Mais il y a aussi ceux qui soutiennent, mordicus, que Jésus n’a jamais existé… Comme Jean-Pierre Pagès-Schweitzer, dans l’article ci-contre.

Comme le film de Mel Gibson est bien parti pour être l’un des tout premiers succès de tous les temps du cinéma mondial, la polémique ne fait sans doute que commencer !

Pour completer cet article :

http://www.les4verites.com/articles/N%B0441_Alain+Dumait_Autres_Alain+Dumait_152.html

Partager cette publication

(12) Commentaires

  • maranzana robert Répondre

    A tous les commentateurs ils  leur devrait etre décerné le prix nobel de l’intelligence……….!!

    27/12/2006 à 19 h 02 min
  • Boadicia Répondre

    S’il faut voir un homme torturé à mort, de la violence et de l’injustice pour croire en l’amour et au pardon, où va le monde? Voilà pourquoi ce film ne me dit rien. Quand à accuser les Juifs de la mort du Christ, la réaction que ces gens ont eue n’était pas due à leur religion mais à une réaction humaine, ils étaient heurtés.

    16/04/2004 à 17 h 37 min
  • Madalina Répondre

    Bonsoir, Svp. le lien internet pour le « Livre d’Urantia » ! Merci, Madalina

    15/04/2004 à 0 h 20 min
  • NL Répondre

    Le Pape, qui dit que cela s’est passé ainsi, doit être mal renseigné. On ne parlait pas latin à Jérusalem à l’époque mais grec. D’ailleurs le Vatican a démenti que le Pape ait dit cela.

    14/04/2004 à 23 h 20 min
  • Martel Répondre

    Le Saint-Père a beau être fatigué et malade, il n’en est pas moins un trés grand Pape, et de toute évidence un futur saint.

    13/04/2004 à 11 h 59 min
  • Adolphos Répondre

    De toute façon, qu’est ce qu’on en a à faire que ce film plaise ou non au Juifs et aux Musulman ? Esy ce qu’ils nous demande notre Imprimatur eux quand il tourne des film sur notre histoire ou notre culture ?

    13/04/2004 à 10 h 16 min
  • pouet Répondre

    Pour ma part, le fait que Jean Paul II affirme « c’est bien ainsi que cela s’est passé » ne constitue guère une preuve vu l’état de fatigue perpétuelle et de sénilité qui est le sien.

    12/04/2004 à 14 h 24 min
  • Jean Répondre

    J’ai beaucoup apprécié ce film. Je trouve que le thème du film, la Passion du Christ, a été traité avec beaucoup de talent et de vérité, en utilisant toutes les ressources de l’art cinématographique. Tout le message du Christ a été traité: le pardon, la réconciliation, la fraternité humaine… Mel Gibson a réussi à produire un électrochoc émotionnel chez des centaines de millions de spectateurs, à partir de sa vision personnelle de la Passion du Christ. L’utilisation de la langue araméenne et de la langue latine (avec l’accent italien) contribue à cette réussite. Quant à la justesse de cette vision personnelle de la Passion, le témoignage du Pape Jean-Paul II est une garantie; « c’est bien ainsi que cela s’est passé ». Jean

    12/04/2004 à 10 h 06 min
  • Jean-Luc Répondre

    Si vous voulez savoir comment celà s’est vraiment passé, je vous invite à lire « Le Livre d’Urantia » qui est, à mon avis, le livre le plus remarquable de tous les temps!! Vous le trouverez gratuitement sur internet.

    12/04/2004 à 8 h 06 min
  • eric Répondre

    Jesus etait Juif et rabbin, et ceci etait donc une affaite entre Juifs, interne donc, alors arretez de nous les briser avec cela pour justifier vos 2000 ans de pogroms et de Shoah!

    11/04/2004 à 15 h 49 min
  • Martel Répondre

    Ce film est remarquable et justifie à lui seul l’invention du cinéma.

    11/04/2004 à 9 h 04 min
  • HS Répondre

    Le problème n’est pas de savoir si les juifs sont responsables ou non de la mort de Jésus car de toute façon ce serait un non sens d’accuser les juifs d’aujourd’hui des actes des juifs d’hier! ce film n’est donc pas par définition antisémite!

    11/04/2004 à 6 h 33 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *