Une lézarde dans le mur de la vérité officielle

Posté le juin 03, 2008, 12:00
8 mins

Ma confiance en la justice de mon pays est relativement limitée, tout particulièrement lorsqu’il s’agit du secteur de l’information…
Il arrive néanmoins que, dans ce qui est le plus souvent le combat du pot de fer « politiquement correct » contre le pot de terre des défenseurs de la vérité, le pot de terre gagne. C’est ce qui vient d’arriver à Philippe Karsenty. Et il doit cette victoire, à son courage, à sa ténacité et à son opiniâtreté.

Ce dont il s’agit est un peu oublié en France : c’est ce qu’on appelle « l’affaire al Dura ». Un cameraman filme des images sur lesquelles on voit deux Palestiniens, un homme et un jeune garçon, sembler s’abriter pour éviter les balles. Un journaliste de France 2, Charles Enderlin, utilise les images et ajoute un commentaire censé expliquer les faits : un père et son fils « subissent les tirs de l’armée israélienne », quelques secondes plus tard, « le jeune garçon est mort ». Images et commentaires font le tour du monde. Le jeune garçon devient le symbole même de la victime de « l’atrocité sioniste ». Son effigie fait l’objet de murs peints, d’affiches, de timbres, de monuments et de célébrations malsaines par islamistes, gauchistes et autres personnages peu recommandables.

Des enquêtes sont menées par divers investigateurs, l’une par une cinéaste appelée Esther Schapira en Allemagne, une autre par la Metula News Agency. Philippe Karsenty, qui a fondé une agence de notation des médias, Media Rating, traite du sujet, enquête lui-même, et publie ce qui est à ses yeux la vérité : les images sont le résultat d’une pure et simple mise en scène. Charles Enderlin et France 2 déposent plainte pour diffamation. Ils gagnent en première instance. Ils viennent de perdre en appel. Certes, Philippe Karsenty continue à être considéré comme ayant diffamé, néanmoins, sa « bonne foi » est établie, ses preuves et expertises sont retenues, et il obtient une relaxe.

La « diffamation de bonne foi » est, bien sûr, une notion très étrange, une particularité qui a des allures de cercle carré ou de parallélépipède sphérique. C’est un petit pas en termes de justice, mais c’est un grand pas dans le contexte français !

De nombreux médias avaient fait état de la condamnation de Philippe Karsenty en première instance, les avocats de France 2 et de Charles Enderlin avaient littéralement traîné Philippe Karsenty dans la fange en des termes que la décence m’interdit de reproduire ici ; la relaxe qui vient d’être prononcée a fait, elle, l’objet d’une infinie discrétion…

Le mur de la « vérité officielle » tient encore, le pouvoir de parler pour dire certaines vérités qui ne sont pas conformes à la « vérité officielle » se trouve toujours tenu bien en main par le complexe médiatico-politique de la nomenklatura française.

Néanmoins une lézarde s’est dessinée, et ce devait être dit. C’est parce que Philippe Karsenty a tenu bon que la lézarde a pu se dessiner. C’est parce qu’un juge, Laurence Trebucq (qu’il lui soit rendu hommage) a tenté, dans un contexte où c’était difficile, de dire un tant soit peu le droit que la lézarde a vu le jour. Dans un geste qui n’a pas de précédent à ma connaissance, Charles Enderlin et France 2 portent l’affaire devant la Cour de Cassation, mais celle-ci ne peut trancher que sur la forme, pas sur le fond.

Ailleurs qu’en France, dans des pays de liberté de parole, ce sont bien davantage que des lézardes qui se sont dessinées dans le mur de la « vérité officielle » : je n’ai, dans ce pays de liberté provisoire et surveillée, pas le droit d’en dire davantage, la police de la pensée veille. Mais tous ceux qui me lisent savent qu’on peut utiliser internet pour s’évader.
On a parlé, dans la presse américaine, de nouvelle affaire Dreyfus, les choses, fort heureusement, n’ont pas été aussi longues et douloureuses pour Philippe Karsenty. Elles n’en ont pas moins été bien trop longue et trop douloureuses pour un homme intègre et qui s’est contenté de faire ce que nous devrions tous faire : ne pas fléchir, parce que c’est dans les gestes et les mots de chacun d’entre nous qu’avancent ou reculent le bien et le mal, la vérité ou le mensonge.

Philippe a contribué à servir le bien et la vérité. Je ne doute pas qu’il poursuivra un combat qu’il mène pour bien davantage que lui-même, et je voulais aussi lui signifier, par cet article, ma profonde gratitude.

Partager cet article sur Facebook

Recommander cet article sur les sites de syndication d’information :

45 réponses à l'article : Une lézarde dans le mur de la vérité officielle

  1. sas

    27 juin 2008

    a l homme du kiboutz……

    tu n’auras donc pas les réponses de sas……le commisaire politique tu site en a décidé ainsi…..

    …..je crois que c’est mieux pour les lois toubons,gayssot et devedjian…..

    sas

    Répondre
  2. Assertif

    25 juin 2008

    Albert,

    http://www.upjf.org/fichiers/dossier_nazis_palestiniens.htm

    Vous lirez d’autres information par exemple : le Grand Mufti de Jérusalem, Haj Amin al-Husseini, passant en revue les troupes musulmanes bosniaques – une unité des "Divisions Hanjar (Sabre)"de la Waffen SS, qu’il avait personnellement recrutées pour Hitler.

    La relation méprisable, je le souligne à la veille de la seconde guerre mondiale, d’un  Jabotinsky, politicien et de ses sbires avec le régime fasciste italien ne fit pas l’unanimité dans les différentes organisations juives. Dès le début de la second guerre mondiale, les Juifs s’enrôlèrent en masse dans les armées britanniques, et pour certains françaises (Général Koenig)

    Quel est votre logique dei mettre sur un pied d’égalité la démarche d’un Jabotinsky politicien, avec le plus haut dignitaire religieux du moyen orient, l’islamo-fasciste que fut le  Grand Mufti de Jérusalem, représentant d’une religion d’Amour et de Paix ?

    ..ne cherchez pas à atténuer les résponsabilités des musulmans, antisémites par essence donc par dogme religieux, et les comportements méprisables d’hommes politiques collaborant à divers degré à l’idéologie fasciste.

    Assertif 

     

     

    Répondre
  3. Albert

    25 juin 2008

       

    @ Netchayev

     

         Ce que vous dites des Palestiniens élevés dans une atmosphère de haine n’a aucune importance. Cela n’a pas davantage d’importance que si je vous dis : « Savez-vous qu’à la libération des camps, en 1945, des gardiens SS furent abominablement lynchés par les déportés, certains empalés sur les grilles de ces mêmes camps ? ». Et, à défaut d’excuser ou même de justifier de telles barbaries, du moins peut-on les comprendre. Les parents palestiniens ne sont pas dénaturés, ils aiment autant leurs enfants que les parents israéliens et souffrent autant de les voir mourir… [Si vous subissiez les mêmes épreuves qu’eux, vous auriez la même attitude].

     

         Comme d’habitude, vous pensez que c’est le soleil qui tourne autour de la Terre, vous inversez l’ordre des causalités. Ce ne sont pas les Israéliens qui ripostent légitimement à des actions de brigands, ce sont les Palestiniens qui sont excédés, recrus de fatigues, de privations et d’humiliations (Gaza est la plus grande prison du monde à ciel ouvert) qui ripostent légitimement aux conditions qui leur sont faites… Et il n’y a absolument aucune commune mesure entre les deux. En 7 ans, les roquettes Qassam ont tué 14 Israéliens. En 15 jours (fin février début mars de cette année), l’armée israélienne a tué 115 Palestiniens – pas tous, loin s’en faut, d’être des combattants.

     

         Pour moi, Français, aussi bien les Palestiniens que les Israéliens sont des étrangers. Je n’ai pas plus, a priori, à prendre parti pour les Israéliens que les Français n’avaient, en 1935, à prendre parti pour Mussolini contre le Négus…

     

    Répondre
  4. Albert

    25 juin 2008

     

    @ Assertif

     

         Vous resservez, ad nauseam, la tarte à la crème du Grand Mufti de Jérusalem, qui, à tous les égards ne prouve rien ! A supposer qu’il était l’oncle d’Arafat, qu’est-ce que cela prouve ? De quelles sources disposez-vous pour établir qu’il exerça une influence sur son neveu ? Quels discours ou écrits d’Arafat établissent-ils la filiation spirituelle de l’un à l’autre ? Et à supposer que cette influence ait eu lieu, en quoi fut-elle prépondérante et dans les motivations d’Arafat et (surtout) dans celles de la masse des Palestiniens ? Comme d’habitude (et comme souvent à droite), vous ne procédez que par juxtapositions…

     

         Qu’une légion SS ait été organisée par ce Grand Mufti (où ? quand ? de combien d’hommes ? sur quel front ? pendant combien de temps ? combattit-elle en Palestine contre les juifs ?), ne prouve rien non plus ! Elle ne prouve rien, d’abord, en ce que l’alliance – ou le rapprochement – entre les mondes musulman et germanique datait de la fin du XIXe siècle, et fut illustré, en 1914, par la réunion, dans le même camp, des empires allemand, austro-hongrois et ottoman, ou par l’appartenance des unités bosniaques (musulmanes) aux troupes d’élite austro-hongroises. Elle ne témoigne pas plus de l’engagement «des» Arabes aux côtés des nazis que l’engagement de la légion Charlemagne ou de la légion Azul ne témoigne de l’engagement «des» Français ou «des» Espagnols aux côtés de la Wehrmacht contre l’Armée rouge. [Pas plus que les Français ne sont «représentés» par leur ignominieuse participation à la guerre d’Afghanistan, aux côtés de l’armée américaine, comme fut ignominieuse la participation de la LVF aux côtés de la Wehrmacht…].

     

         Elle ne prouve rien en ce que, dans leur lutte réciproque, les Juifs, comme les Arabes ont fait feu de tout bois pour trouver des alliés : et, paradoxalement, pour les deux parties, du côté des régimes fasciste et nazi. Et, si vous voulez condamner le Grand Mufti, il vous faut également condamner les Etats-Unis qui, durant 14 ans, pour faire pièce à l’URSS, maintinrent aux Khmers rouges (l’un des plus abominables régimes du XXe siècle, communiste de surcroît !) leur siège à l’ONU, en la personne de l’ambassadeur Thiounn Prasith… Quant à la démarche de Jabotinsky, que vous vous évertuez à présenter comme individuelle, je vous rappelle que ce même Jabotinsky eut comme secrétaire Ben-Zion Netanyahou, père de Benjamin Netanyahou, premier ministre d’Israël…

     

         Que des nazis aient coulé des jours tranquilles dans des pays arabes ne prouve rien ! Ces nazis ont été largement aussi nombreux, voire davantage, et bien plus influents, en Amérique latine (Eichmann fut capturé en Argentine) où ils offrirent leurs précieuses compétences aux dictatures ultralibérales de droite et aux magouilles des Etats-Unis (Colonia Dignidad). Et ces nazis ont aussi coulé des jours tranquilles en Suisse, voire en Allemagne fédérale elle-même (sans omettre tous les nazis recyclés par les services secrets occidentaux – et, au premier chef, américains – dans la lutte anticommuniste…).

     

         En ce qui concerne les sources, il ne vous suffit que de chercher : elles abondent, dès lors que vous n’en détourniez pas votre regard… Et écrites par des universitaires, souvent juifs eux-mêmes, tout aussi attachés à l’existence de l’Etat d’Israël (mais qui ne font pas d’Israël un substitut de vos fantasmes colonialistes, de vos nostalgies de croisade ou un instrument des délires de Huntington ou de Lewis, bref un Etat d’Israël intégré avec ses voisins – et non pas tête de pont de l’Occident – et vivant avec eux sur un pied d’égalité).

    Répondre
  5. Assertif

    25 juin 2008

    Albert,

     

    J’ émets les plus grandes réserves sur de la véracité de telles assertions, écrites sous doute par des plumitifs véreux en mal de lecteurs… étant pragmatique, supposons ces assertions vraies. Comment pouvez-vous mettre sur un même niveau éthique, morale, des démarches individuelles méprisables, et celle du plus grand représentant de la religion d’amour et de paix ..Le Grand Mufti de Jérusalem ..Oncle de feu Arafat

    Encore un montage de la  Mena / Karsenty ?

    La légion SS musulmane fut organisée sous l’égide de ce Mufti.

    Encore un montage de la  Mena / Karsenty ?

    Au lendemain de la seconde guerre mondiale, combien de dignitaires nazis coulerent des jours paisible en Egypte, Syrie…

    Encore un montage de la  Mena / Karsenty ?

    Albert vous représentez le psittacisme dans toute sa splendeur.

    Assertif

    Répondre
  6. Anonyme

    25 juin 2008

    @ Albert,

    Votre dernier post adressé à "Assertif" a fini par me convaincre que votre cerveau est imperméable à toute forme de critiques, de questionnements et d’admettre toutes réalités incontestables. Le débat est impossible avec vous puisque vous niez même les évènements irréfutables. Pathétique !

    Vous rendrez un énorme service à ce blog en épargnant les internautes de vos énormes tirades sans queue ni tête qui ne font en rien avancer le débat ou enrichir les idées.

    Enfin pour conclure, pourquoi n’avez-vous pas répondu à mon interpellation concernant votre dernière (très longue) intervention ? Vous est-il insupportable d’admettre que les arabes de Palestine sont les plus grands comédiens de la planète, qu’ils rêvent de sacrifier leurs enfants pour noicir l’image d’Israël et qu’ils se complaisent dans une éducation basée sur la martyrologie, la haine et l’irrationnel ? Commençons par rétablir la Vérité si on veut réellement oeuvrer pour la Paix !

    Netchayev

     

     

    Répondre
  7. Albert

    24 juin 2008

     

    @ Assertif

     

         Vous pourrez fournir toutes les photos du Grand Mufti avec Hitler et toutes les citations du Coran que vous voudrez : cela ne constitue pas des preuves ! Il ne s’agit que de juxtapositions, de corrélations, pas de relations de causes à effets… [Et, apparemment, vous n’avez aucune idée de la façon dont on établit celles-ci].

     

         Vos «preuves» sur le Coran (ou sur le Grand Mufti) ne sont pas plus probantes que l’attribution, par Mussolini, d’une base navale à Civitavecchia, au Betar de Vladimir Jabotinsky, ou que la reprise par les militants juifs de l’hymne fasciste Giovinezza lors de l’inauguration de ladite base, ou de la proposition de collaboration adressée à Hitler (durant la guerre !), par le groupe Lehi (un des mouvements de résistance sioniste, comme le groupe Stern). En quoi cela constitue-t-il des «preuves» que les futurs Israéliens auraient été fascistes ou nazis ?

    Répondre
  8. Assertif

    23 juin 2008

    Albert,

    Je cite "Accessoirement, je vais vous apprendre une chose : l’islamo-fascisme (ou le nazislamisme), ça n’existe pas, ce sont des chimères (au sens étymologique du terme), des télescopages farfelus, comme «évêque bouddhiste» ou «choucroute au chocolat»…"

    http://www.dailymotion.com/video/xhuzt_hitler-et-le-mufti-de-jerusalem_events

    Et Oui Albert….encore un montage de la MENA + Karsenty..ach le mythe tenace des juifs égorgeurs d’enfants chrétiens pour la pâque …

    Albert, votre psycho-rigidité vous amène à refuser le dialogue…vous refusez le factuel, vous ête le chantre de l’amalgame, Vous refusez à reconnaître le Coran comme dogme explicite, tel un mouvement Politico-fascites…

    Assertif 

    Répondre
  9. Anonyme

    23 juin 2008

    @ Albert,

    Je ne compte pas passer la journée pour démonter toutes vos affirmations basées sur une vision & des interprétations assez curieuses de réalités historiques incontestables que vous refusez d’admettre; je n’essaierai même pas d’essayer de vous faire admettre des faits que vous n’êtes pas en état d’accepter ou d’intégrer… peine perdue d’avance.

    Je ne vous répondrai que sur votre dernier chapitre dans lequel vous accusez Karsenty de délirer.

    Pour quelles raisons les palestiniens noirciraient-ils le tableau ? Je pense que vous êtes soit un naïf, soit un être limité dans sa capacité de compréhension.

    Les raisons sont évidentes, il faut absolument que ces "victimes" montrent des images à l’ensemble de la planète pour faire voir comment ces nazis d’Israéliens les traitent. Vous pigez ?

    Etes-vous au courant que des mères palestiniennes se réveillent tous les matins en priant Allah que leurs enfants meurent en "martyrs" c’est à dire en se faisant exploser parmi des civils qui se trouvent dans des bus, des centres commerciaux, des écoles, des gares de bus… et qu’elles rêvent que leurs enfants deviennent des "shahids" c’est à dire des assassins ?

    Savez-vous qu’il existe à Gaza un musée où sont exposés les vêtements & autres objets portés par des assassins qui ont massacré des civils qui se trouvaient sur leur chemin ? La pizza "Sbarro" a été reconstituée par des artistes (sic) et le sang est omniprésent dans ce sinistre endroit qui commémore  le massacre de 19 civils & 114 bléssés/estropiés israéliens qui déjeunaient tranquillement.

    Connaissez-vous d’autres endroits dans le monde où la culture du "martyr", c’est à dire du massacreur  de civils, soit aussi développée que chez les arabes de Palestine, où les heureux parents reçoivent compliments, reconnaissance, cadeaux & argent pour les crimes commis par leurs enfants ?

    Savez-vous que 84% des habitants de Gaza soutiennent les attentats, le massacre de civils, le tir de missiles sur des cibles civiles & qu’ils pensent que c’est la bonne méthode pour créer leur état ?  

    Dans ces conditions, pourquoi des gens qui rêvent de sacrifier leurs enfants n’organiseraient-ils pas un pseudo assassinat sous la caméra complaisante d’un reporter palestinien auquel le permis d’exercer a été retiré, pour jeter à la face du monde le prétendu meurtre d’un enfant près de son père ?

    Savez-vous qu’à Gaza qui est parait-il sous blocus israélien, les salles de fêtes à 1.000 dollars la soirée sont réservées jusqu’en septembre 2008 ? Pas mal pour une population qui manque de tout !

    Personne ne m’ôtera de l’idée le refus des arabes de Palestine de se prendre en charge & de créer enfin, leur état, pensez donc, l’ensemble de la planète les vénèrent, leur verse de l’argent à gogo, leur accorde statut & représentations diplomatiques d’un état, tout en continuant à considérer les immeubles de Gaza comme des "camps de réfugiés". Pourquoi alors construire des écoles, des hopitaux, des égouts, des routes… alors qu’il suffit avec l’aide de torchonistes complaisants, de clamer & de mettre en scène son statut de victime expiatoire de ces salauds d’Israéliens qui ont le tort de se défendre contre des barbares prêts à tout pour préserver & conserver la situation actuelle.

    Au fait, lorsque les arabes de Gaza qui manquent de tout, ont fait tomber le mur égyptien & se sont précipités vers les magasins faire les courses de première nécessité, ils ont payé en faux dollars américains des téléphones portables, des ordinateurs, des paquets de cigarettes à 10 dollars américains l’unité, des frigos, des téléviseurs, des lecteurs de DVD… Pas mal pour des gens qui manquent de tout & souffrent du blocus inhumain imposé par les Israéliens. Le revenu par tête d’habitant chez les arabes de Palestine est un des plus élevés parmi les pays pauvres d’Afrique, d’Asie & d’ailleurs, en fait, ce sont les "réfugiés" les plus riches du monde !

    Voilà ce que vous n’arrivez pas à intégrer, mais je vous accorde le bénéfice du doute, du fait que les torchonistes français ne parlent & ne montrent jamais ces évènements qui mettent en cause leur partiablité, leur bêtise, leur lâcheté, leur dogmatisme, leur idéologie & leur stupidité.

    Juste avant de partir, si vous écriviez des posts moins longs & moins bavards, ce serait vraiment bien.

    Netchayev

     

     

     

    Répondre
  10. Anonyme

    23 juin 2008

    @ SAS porte plutôt mal,

    Vos théories sur un pseudo complot qui n’existe que dans vos délires n’est pas crédible, trouvez autre chose pour faire valoir vos fantasmes.

    Non, on n’est pas racistes lorsqu’on se pose des questions sur la réalité de certains faits, le questionnement devrait être la forme courante de la critique & de l’intelligence; apparemment, vous ne faites preuve ni de l’une ni de l’autre lorsque vous écrivez vos gribouillis insignifiants.

    Ainsi selon vous, il s’agit de relancer la terreur envers les goyims parce qu’un observateur met en doute la réalité d’un reportage très certainement mis en scène par des experts en mise en scène morbide ?

    Je vous plains sincèrement d’avoir un esprit aussi petit & aussi peu enclin à supporter vérité & critique…

    Netchayev

     

     

    Répondre
  11. Albert

    22 juin 2008

     

    @ Netchayev

     

         Il est vrai que mes remarques ont dérivé du sujet proposé par Guy Millière, qui reprenait les délires des Karsenty et autres «ravis» de la Mena. Néanmoins, elle n’en était pas très loin, en ce qu’elle s’inscrivait en faux contre l’histoire saint-sulpicienne que vous vous racontez sur l’Etat d’Israël : petit pays méritant, peuplé d’échappés de l’Holocauste, dynamiques, travailleurs, partis de rien (et, corrélativement, entourés de masses haineuses, envieuses, paresseuses, basanées, socialistes et islamistes, ces diverses tares s’enfantant bien sûr les unes les autres…).

     

         Reprenons vos affirmations. Vous dites : «Savez-vous qu’à cette époque c’étaient des survivants des camps de la mort qui immigraient massivement en Israël » et, plus loin : «Comment ces mêmes survivants, sans défense, dépouillés de tout, venus en Israël pour construire une vie nouvelle et oublier le cauchemar de la Shoah…»

     

         Voyons un peu, à titre d’illustration, le parcours des premiers dirigeants d’Israël : David Ben Gourion, né en Pologne, émigré en 1906. Moshé Sharett, né en Ukraine, émigré en 1908. Lévi Eshkhol, né en Ukraine, émigré en 1914. Ygal Allon, né en Israël en 1918. Golda Meir, née en Ukraine, émigrée en 1921. Yitzak rabin, né à Jérusalem en 1922. Menahem Begin, né à Brest-Litovsk, déserteur de l’armée polonaise en Palestine en 1943. Yitzak Shamir, né en Pologne, émigré en 1935. Shimon Pérès, né en Pologne, émigré en 1934. Ariel Sharon, né à Jaffa, issu de parents biélorusses, ayant émigré en 1920.

     

         Au total, donc, uniquement des gens ayant émigré avant la guerre et aucun issu ni d’Allemagne ni d’Autriche (qui auraient donc pu connaître les premières persécutions nazies). Les dirigeants d’un pays étant le reflet de la composition de ce pays (par la classe sociale, l’âge ou – dans le cas d’Israël – l’origine), on peut donc inférer, sans trop se tromper, que ces hommes politiques reflétaient la composition de la population juive dans les années 1945-1948 : c’est-à-dire une population de moyenne bourgeoisie instruite, majoritairement slavophone (on n’y trouve ni magyars ni germanophones), et, pour une part essentielle, établie en Palestine avant la guerre.

     

         Et, de fait, les 5 aliyot («montées» vers Israël), effectuées des années 1880 à 1932-1939, ont toutes été des immigrations majoritairement européennes (sauf pour la quatrième : 82 000 colons du Moyen-Orient), et, parmi elles, surtout slavophones, sauf la dernière qui, des années 1932 à 1939, concerna 247 000 Allemands. Mais ces Allemands juifs, chassés par le nazisme, n’avaient pas connu les camps : tout juste avaient-ils perdu de leur patrimoine (quand ils n’en avaient pas transféré par voie bancaire dans les banques suisses ou anglaises). Une large partie des 800 000 Juifs qui firent la guerre de 1948 (et, en particulier, tous les cadres de la politique et de l’armée) n’étaient donc pas des survivants des camps.

     

         Au passage, l’origine des cadres dirigeants explique pour une grande part la sympathie et le soutien qu’ils reçurent de l’URSS (les mouvements communistes, en Russie ou en Europe centrale, ayant souvent été formés de juifs), d’où le soutien accordé par Staline. Je persiste donc et je signe : lors de la guerre de 1948, Israël disposait d’une supériorité numérique (en soldats, bien entendu, pas en population), d’une supériorité en armements (fournis de tous les coins de l’Europe), d’une supériorité en organisation et d’une supériorité en expérience, nombre de soldats et d’officiers de la Haganah ayant servi comme soldats et comme officiers dans toutes les armes de toutes les armées alliées (notamment britanniques). En raison de tous ces éléments – et notamment du dernier – il est tout à fait logique de dire que la supériorité militaire des juifs sur les Arabes fut, durant cette guerre, extrêmement marquée. Donc très loin des images de propagande qui, sur le planisphère, montrent un minuscule Etat d’Israël enserré dans des immensités arabes…

     

         Accessoirement, les Israéliens, issus de classes instruites de la presque totalité des pays d’Europe, trouvèrent sans peine, pour les représenter à l’ONU, dans les ambassades et dans toutes les instances internationales, des diplomates hautement cultivés, parlant sans accent, et dans un idiome élégant, les langues pratiquées à New York, ce qui leur conféra, dès le départ, un avantage stratégique et psychologique décisif sur les Palestiniens.

     

         Accessoirement, je vais vous apprendre une chose : l’islamo-fascisme (ou le nazislamisme), ça n’existe pas, ce sont des chimères (au sens étymologique du terme), des télescopages farfelus, comme «évêque bouddhiste» ou «choucroute au chocolat»… Il n’existe de lien entre eux que dans la tête des excités (je vous retourne le terme), qui ne sont pas sortis de leur cinéma hollywoodien, où les mauvais se retrouvent amalgamés dans le même salmigondis: nazis, communistes, islamistes, tiers-mondistes, guérilleros sud-américains, syndicalistes et, (comme par hasard…) toujours bêtes noires des Américains ; en bref pas même du S.A.S. de bas étage… Et, pour la vérification, je vous renvoie aux nouveaux historiens israéliens, Simha Flapan, Tom Segev, Avi Schlaïm, Ilan Pappé et Benny Morris.

     

         Et, pour conclure sur les délires de Karsenty, quel besoin les Palestiniens auraient-ils de noircir le tableau, puisque les Israéliens tuent 8 de leurs enfants pour un enfant israélien ? Quelle est cet immonde campagne entreprise contre un pauvre père qui a perdu son fils ? Vous avez recruté Thierry Meyssan ?

     

    Répondre
  12. Albert

    22 juin 2008

     

    @ François

     

         Vous dites : « Les Français ont fait 1 million de fois plus en 130 ans que les Turcs en plusieurs siècles pour développer l’Algérie même si cela n’était pas assez. »

     

         Où avez-vous pris ce million ? Pourquoi seulement «un» million ? Pourquoi pas dix ? Pourquoi pas cent ? Pourquoi pas un milliard, pendant que vous y êtes ? Quelles sont vos sources ? Où se trouvent les relevés statistiques de la Monarchie de Juillet ou du Second Empire qui vous permettent d’avancer de tels chiffres : quels travaux d’histoire, de sociologie ou d’anthropologie vous permettent d’avancer de tels chiffres ?

     

         A supposer que le multiplicateur ait effectivement été de 1 million, comment justifiez-vous que, pour ce faire, on ait dû tuer 875 000 personnes sur 3 millions, soit plus du quart ? Et si vous le justifiez, l’appliqueriez-vous à vous-même ? Accepteriez-vous que, pour prix d’une multiplication de vos revenus par un million, on vous tue votre femme ou un de vos enfants ? Pourquoi ne vous mettez-vous jamais dans la peau de certains peuples ou certains individus ?

     

         Les Français n’ont strictement rien fait pour les Algériens eux-mêmes : la totalité des infrastructures (écoles, routes, hôpitaux) n’ont été réalisées qu’au bénéfice des colons eux-mêmes et non des Algériens. Ceux-ci ont été soumis au Code de l’indigénat et, jusqu’au bout, n’ont eu qu’une position subordonnée, dans tous les domaines, y compris dans l’armée où, s’ils pouvaient se faire tuer pour des causes qui ne les regardaient pas (accepteriez-vous que les Algériens ou les Marocains vous obligent, sous la contrainte, à vous faire trouer la peau pour récupérer ou défendre l’ex-Sahara espagnol ?), ils ne pouvaient, en revanche, dépasser le grade de sous-officier ?

     

         Je vous répète les mêmes choses à propos du Coran : d’abord, vous extrayez des citations sorties de leur contexte et, ensuite, vous ne prouvez absolument rien ! Et vous ne prouvez rien à tous les égards : d’une part, parce que vous ne pouvez, au mieux, établir qu’une corrélation (et une corrélation avec quoi ?) et non une relation de cause à effet et, d’autre part, que vous ne pouvez établir de lien logique entre tel meurtre – ou tel massacre particulier – et tel verset du Coran. Et ça, je vous mets au défi de le faire !

     

         Si la situation de dhimmi accordée aux juifs en territoire musulman n’était pas enviable, en quoi l’était-elle davantage en pays chrétien ? Si elle était si peu enviable dans l’empire ottoman, pourquoi les juifs chassés d’Espagne par les rois catholiques n’y retournèrent-ils pas ? Et qu’était-ce, en pays chrétien, que le port de la rouelle, de vêtements spéciaux, qu’était-ce que le confinement dans les ghettos, qu’étaient-ce que les taxes perçues sur eux, qu’étaient-ce que les interdictions d’exercer de multiples métiers, de posséder la terre, de se marier avec des chrétiens, si ce n’était la dhimmitude exercée par les chrétiens ? Pouvez-vous me citer l’équivalent de ce que fut la Shoah en pays musulman ?

     

         Le massacre des Arméniens par les Turcs n’a rien à voir avec l’Islam. Il a à voir avec la Turquie, avec le gouvernement jeune-turc, avec la guerre, avec les déboires subis face à l’armée russe, mais j’attends encore que vous m’apportiez la preuve d’un lien avec l’Islam.

     

         Je n’ai pas lu le bouquin de Gouguenheim. Pour plusieurs raisons : d’abord parce que j’achète rarement des livres de politique (y compris favorables à mes idées) : il y en a beaucoup trop et je les lis trop vite. A plus forte raison ne mets-je pas d’argent (ou rarement) dans un livre contraire à mes idées. Mais il y a une deuxième raison : je n’ai pas non plus lu les bouquins de Jensen, Cyril Burt, Murray ou Hernnstein (qui «prouvaient» – et de quelle manière ! – que les Noirs étaient moins intelligents que les Blancs) pour la bonne raison qu’ils ont été réfutés, et définitivement. Auriez-vous l’idée de lire un livre qui nierait la dérive des continents ? Or, le bouquin de Gouguenheim a été réfuté (et, je vous le rappelle, Gouguenheim n’est pas spécialiste de l’Islam médiéval, et il a été réfuté par des gens qui, eux, le sont). Or, au lieu de me répondre sur le fond, c’est-à-dire sur les critiques précises qui ont été adressées à Gouguenheim, vous me parlez «cabale» ou «politiquement correct» ! En quoi ces remarques constituent-elles une réponse sur le fond ? Mais je ne suis pas fermé à vos remarques : pouvez-vous m’indiquer les références des articles par lesquels Jacques Heers ou Jacques Le Goff approuvent Gouguenheim ? Et pouvez-vous, avant tout, me fournir les objections précises qu’ils ont opposées aux critiques non moins précises qui lui avaient été adressées ?

     

         Vous dites : «Je n’ai aucune haine contre l’égalité, je pense simplement qu’elle fait plus de ravages que de bien…». Autrement dit, après une clause de style (hommage désinvolte du vice à la vertu), vous concluez que l’égalité est mauvaise. Et vous concluez qu’elle est mauvaise parce que, dans ses expérimentations les plus emblématiques (Révolution française, Révolution russe), elle a été liée à des massacres (Vendée, Terreur, stalinisme). Oui, mais… lorsque ce n’est pas le cas ? Par exemple, au retour des Emigrés en 1814, Louis XVIII n’a pratiquement pas touché à l’organisation administrative et sociale de la France issue de la Révolution et de l’Empire : il n’est pas revenu sur la vente des biens nationaux, sur le principe de l’égalité civile, sur la division administrative, sur l’unification des lois et poids et mesures, bref, au grand dam des Emigrés revanchards, il n’est pas revenu sur la situation d’avant le 14 juillet 1789. [J’ajoute que, globalement, mis à part les réformes napoléoniennes (lycées, préfets, code civil), la situation de 1814 était celle de 1791, à laquelle, s’il y avait souscrit sincèrement, Louis XVI aurait pu présider… et, sans doute, terminer sa vie dans son lit].

     

         Je reformule donc ma question : l’état de la France en 1791 (c’est-à-dire une fois mis à bas l’Ancien Régime et avant les massacres de l’été 1792) ou en 1814 vous satisfaisait-il ? Ou bien : êtes-vous d’accord lorsque des mesures égalitaires ou sociales sont prises par des gouvernements de droite ? Par exemple lorsque Bismarck instaure ses lois sociales, lorsque Caillaux crée l’impôt sur le revenu, lorsque de Gaulle met en place les lois sociales issues du CNR (Conseil National de la Résistance) ? Etes-vous d’accord avec les mesures sociales prises par la municipalité social-démocrate de Vienne dans les années 1920 (et qui ne donnèrent lieu à aucun versement de sang… sauf lorsque Dollfuss écrasa le tout) ? Etes-vous d’accord avec les mesures prises en Allemagne, Autriche et Scandinavie après 1945 et qui organisèrent des redistributions de revenus ?

     

         Vous vous trompez (et c’est en cela que vous confondez contraire et contradictoire, comme on le fait très souvent à droite) en imaginant que, si je ne suis pas pour l’ultralibéralisme, je suis automatiquement pour Staline, Pol Pot ou Kim Il Sung. Si, en octobre 1917, j’avais su ce qui allait arriver, j’aurais préféré cent fois que la Révolution bolchevique n’ait pas eu lieu. Mais je n’en estime pas moins inadmissibles (injustifiables et injustifiés) les écarts de revenus et de patrimoines (comme celles qu’on trouve dans l’Amérique de Bush et que Sarkozy importe à toute vitesse). Etes-vous de cet avis ? Prôneriez-vous l’utilisation de tous les moyens pacifiques (grèves, boycotts, grèves de la faim) pour les éradiquer ?

     

         Par quel homme «de gauche» la Commune a-t-elle été écrasée ? Elle l’a été par Thiers, qui était un homme de droite, et la répression a été menée par le général marquis de Galliffet : où voyez-vous de la gauche là-dedans ? Et, surtout, elle a été soutenue par tout ce que la France comportait de forces sociales conservatrices et de privilégiés : Armée, Eglise, propriétaires fonciers, rentiers… Cette répression a été une répression de classe, menée par les riches contre les pauvres et une répression politique de la droite contre la gauche (encore entretenue des deux côtés, y compris par les tentatives révisionnistes du plumitif Sévillia…).

     

         Avant de conclure, pouvez-vous me dire où et quand j’ai parlé de fascistes ou même de fachos ? Cordialement.

    Répondre
  13. sas

    22 juin 2008

    a machin yev……

    ……ca y est a court d’argument, de cohérence et démenti par les faits incontournables……on en revient au reflêxes pavloviens…..c’est nerveux…

    ……votre détracteur est forcément RACISTE…..fachiste……nazi….. donc     …… antisémite… clarinettiste….philateliste…….et équilibriste…..

     CA MARCHE DE MOINS EN MOINS…….les goyim ont enfin fini par comprendre…..

    et vos relais contre nature et inavouables à la tête des nations, au conseil de l europe et au USA……commencent a s’user et s’essouffler…

    IL CONVIENT DONC DE RELANCER LA TERREUR……vite une pétroguerre…….en iran pas exemple

    sacré mac va…

    sas

    Répondre
  14. Anonyme

    22 juin 2008

    @ Guy Millière,

    Mille fois merci pour votre excellent article qui fait honneur à votre profession, tant par sa pertinence que par sa justesse et sa gentillesse envers une victime de lyncheurs professionnels bornés.

    Oser contredire leurs majestés journalistes ou mettre en doute leurs analyses expose ceux qui osent le faire à une furieuse réaction corporatiste à laquelle il est bon de rappeler ici, le soutien des amuseurs et de certains présentateurs de la télé, Ardisson et Guignols de l’Intox en tête.

    En lisant la liste des signataires de la pétition qui parle d’acharnement contre Enderlin alors qu’il s’agit de questions sur l’honnêteté d’un reportage apparemment bidonné par les arabes de Palestine, champions du monde toutes catégories de montages filmés, de mises en scène préparés par des dirigeants qui ont bien compris le poids des images et qui n’hésitent pas à envoyer leurs propres enfants à la mort, pourvu que les images montrent comment le "martyr" a été exécuté par ces salauds d’Israéliens désignés par la pluparts des supporters d’Enderlin, comme des êtres malfaisants; et gare aux contradicteurs qui émettent un doute sur leurs délires !

    Indiquez ceux qui répugnent à la contradiction et je me ferai une joie de les harceler et les maltraiter au point d’aller au tribunal en leur compagnie, pour que j’aie le plaisir de leur écraser le groin sur le tas de saloperies qu’ils commettent depuis de nombreuses années dans une indifférence effarante, même si la France n’est qu’une démocratie stalinienne qu’il est grand temps de secouer.

    Cordialement,

    Netchayev

     

     

    Répondre
  15. Anonyme

    22 juin 2008

    Et voilà, c’est reparti !

    Le fil du blog concerne les graves manquements des torchonistes français réputés pour leur arrogance, leurs mensonges, leur incapacité à analyser et formuler les évènements de façon claire, leur persistance à se tromper dans leurs prévisions… et à quoi assiste-t-on ? Aux sempiternelles accusations, calomnies, mensonges incroyables, rédigés par un excité qui fait autant dans le négationnisme historique, que dans le fantasme délirant.

    Comment osez-vous, Albert, écrire qu’en 1948, déjà, les Israliens étaient militairement supérieurs aux armées arabes ? Savez-vous qu’à cette époque c’étaient des survivants des camps de la mort qui immigraient massivement en Israël parce qu’aucun pays n’en voulaient ? Savez-vous qu’ils étaient armés de façon ridicule, sans commune mesure face aux armées arabes qui les ont agressés et qui possédaient des avions, des chars et autres outils de mort violente ?

    Comment ces mêmes survivants, sans défense, dépouillés de tout, venus en Israël pour construire une vie nouvelle et oublier le cauchemar de la Shoah auraient-ils pu influencer l’ONU pour qu’ils obtiennent un état indépendant au détriment des arabes ? Comment pouvez-vous écrire pareilles sottises ?

    Albert, votre texte injurieux aurait du être retiré par le modérateur, car il est le résultat d’un copié-collé du tract diffusé par la CAPJPO, Europalestine et d’autres associations islamo-fascistes et antisémites qui l’ont distribué pour une manifestation aux Halles; ce n’est qu’un tissu de mensonges, de calomnies, d’accusations infondées, de falsifications de vérités historiques et d’hallucinations indignes d’être publiées sur le site de Guy Millière qui a le courage de nous rapporter les magouilles, les manipulations, les mensonges, les accusations calomnieuses balancées par un journaliste (sic) qui ne veut pas reconnaitre qu’il s’est trompé dans son reportage et qui fait tout son possible, avec l’aide de tous ses collègues qui le soutiennent dans sa stupidité et lui apportent leur aide sous forme d’injures ou de pétition dont les signataires sont les dignes descendants de collabos.

    Albert, soyez sérieux et respectez les internautes en traitant du sujet qui est soumis, cessez vos accusations calomnieuses, ridicules et difficiles à prouver historiquement contre Israël, ménagez votre haine et votre colère pour de prochains articles qui traiteront d’Israël, pour l’instant, nous parlons ici de l’omerta de la classe médiatico-politique française qui est l’une des plus puantes de la planète.

    A bon entendeur…

    Netchayev

     

    Répondre
  16. François

    19 juin 2008

    Albert,

    Les français ont fait 1 million de fois plus en 130 ans que les turcs en plusieurs siècles pour développer l’Algérie même si cela n’était pas assez. D’autre part il n’y a qu’à voir ce pays s’enfoncer dans la violence, la corruption et la pauvreté depuis le départ des pieds noirs pour s’apercevoir de ce que les colons ont fait malgré les pesanteurs de la population locale et de sa religion arriérée.

    L’Ancien Testament relate des guerres et des massacres, choses courantes dans l’antiquité et pas seulement pour des questions religieuses, mais à aucun moment il n’appelle à tuer qui que ce soit comme le fait le coran tous les 3 versets. Et tous les attentats de nos jours sont commis par les musulmans y compris en Inde. Vous partez du principe que les musulmans sont oppressés, réthorique marxiste, en aucune façon ils ne le sont en Turquie, Egypte, Indonésie, Liban où pourtant ils massacres des chrétiens régulièrement. D’autre part si le concet de la "oumma" a un sens, il conviendrait que les richissimes émirs et rois du pétrole contribuent au développement de leur communauté, mais ils s’en gardent bien, car les musulmans sont extrêmement divisés et hiérarchisés entre eux (les arabes de la péninsule arabiques méprisent les maghrébins par ex)

    La protection accordée aux juifs en turquie est celle qui correspond au statut de Dhimmi en pays musulman et qui n’est guère enviable. Mais répondez moi donc sur le million d’arméniens massacrés par les turcs.

    Le bouquin de Gouguenheim, il se trouve que je l’ai terminé il y a 2 ou 3 semaines, l’avez vous lu?. A de Libera y est mis en cause nommément à la fin pour son manque d’impartialité. Il est donc normal que celui ci ait organisé la caballe en sous main. Des historiens du moyen âge j’en connais des très grands comme J Le Goff ou J.Heers et qui sont plutôt d’accord avec Goughenheim.

    Je n’ai aucune haine contre l’égalité, je pense simplement qu’elle fait plus de ravages que de bien, quant à savoir si je me moque des victimes de la révolution, vous nagez en plein procès d’intention, ce qui vous correspond parfaitement. C’est la convention qui ordonne le massacre des vendéens, ne vous en déplaise, quant à la commune il me semble que c’est un républicain (un type de gauche à l’époque)qui la noie dans le sang.

    Je vous invite en conclusion à lire le livre noir du communisme et vous verrez où votre idéologie égalitariste a conduit. L’idéologie la plus criminelle de tous les temps tout simplement: 100 millions de victimes au bas mot.

    Vous ne savez malheureusement en dernier recours que traiter vos adversaire de facho, mais nous sommes immunisés contre ce poison et comme je le dis dans mon intervention précédente, extrême-droite est un mot utilisé par les cons pour parler de la droite.

    Cordialement,

    Répondre
  17. Albert

    17 juin 2008

     

    @ François

     

         Vous dites : «la population musulmane passa de 3 à 9 millions d’habitants en 130 ans.» Voila bien une des arguties habituelles de l’extrême droite ! Pour s’en rendre compte, il suffit de transposer : de 1908 à 2008, la France s’est accrue de 22 millions d’habitants. Mais, entre-temps, il y a eu la Première, puis la Seconde Guerre mondiale, qui, au passage, ont respectivement laissé 1,4 million et 540 000 de ses enfants sur le carreau : une paille…. Au cours des 40 ans (jusqu’en 1872) de «pacification» (bien mal nommée !) de l’Algérie, 875 000 Algériens ont péri des faits de guerre, répressions, razzias, destructions de récoltes, enfumades de Bugeaud, etc. En proportion de la population, cela représente 29 % (soit, comparativement, 8,5 fois plus que la saignée de 1914 pour la France et 2,4 fois plus que pour l’URSS lors de la Seconde Guerre mondiale, qui eut pourtant les pertes les plus effroyables qu’un pays ait jamais connues durant l’ère moderne). Mais, comme vous dites, ces pertes ont récupérées, alors, à quoi bon s’attarder sur des «détails». Comme dirait Jean-Marie Le Pen…

     

         En ce qui concerne les «hôpitaux, routes, écoles, adduction d’eau, plantations, vergers…», vous ne faites que ressasser les manuels d’histoire d’enseignement primaire d’avant-guerre : vous avez (au moins…) 70 ans de retard ! D’abord, ces équipements n’étaient pas faits pour les naturels du cru mais pour les colons, qui accaparaient les meilleures terres. Les Algériens musulmans étaient soumis au Code de l’indigénat (qui les plaçait, juridiquement, dans la même situation que les serfs du Moyen Age) et assujettis au travail forcé (autre nom de l’esclavage), qui ne fut aboli que par la loi Houphouët-Boigny de 1946.

     

         Quant aux écoles, parlons-en ! En 1914, en Algérie, 5% seulement des enfants d’âge scolaire étaient scolarisés. En 1955, 15 %. En 1954, 13,7 % des musulmans de plus de 10 ans savaient lire et écrire. Si les chiffres ont un sens, cela signifie que 86,3 % de ces Musulmans étaient analphabètes… En 1956, Alfred Sauvy estimait le revenu moyen d’un Algérien au quart de celui d’un Français, et les soldats français qui firent la guerre d’Algérie (1954-1962), découvrirent, dans la campagne, une population en voie de clochardisation. Et, pour la médecine, laissez-moi rire ! A titre de comparaison, en 1932, selon Léon Archimbaud, député et rapporteur au nom de la commission des finance, il y avait: 419 médecins pour plus de 20 millions d’habitants en Indochine, 299 médecins en AOF pour 13 451 603 d’habitants, 154 médecins en AEF pour 3. 196 979 d’habitants, 14 médecins au Togo pour 750 065 d’habitants… et, en métropole, 28 000 médecins pour 40 millions d’habitants. Soit, au total, un peu moins de 900 médecins (886 exactement) pour un peu moins de 38 millions d’habitants (37 398 647 exactement) à comparer aux 28 000 médecins de la métropole pour une population comparable.

     

         Vos allégations sur la violence des musulmans, soi-disant attribuable au Coran, sont, à tous les égards, invalides.

     

         Parce que vous extrayez du Coran des passages isolés, qui ne rendent pas plus compte, a priori de la violence des fidèles, que l’Ancien Testament (qui déborde de violence) ne rend compte de la violence des juifs ou des protestants.

     

         Parce que, logiquement et scientifiquement, votre démarche est une ineptie. Lorsqu’on possède les deux bouts de la chaîne (des écrits, d’une part, des faits de l’autre), on peut toujours faire coller n’importe quoi à n’importe quoi. Ainsi en est-il des centuries de Nostradamus ou des prophéties de saint Malachie, à qui on peut faire «prédire» les choses les plus farfelues, du remariage de Sarkozy au résultat final de l’Euro 2008 de football…

     

         Parce que cela n’explique pas (et je comprends que cela vous dérange) pourquoi, en Espagne, 120 ans après la Reconquista, le roi Philippe III expulsa massivement tous les Morisques, et pourquoi, à l’issue de deux à quatre siècles d’occupation des Balkans et de la Grèce, les populations autochtones pratiquaient toujours le christianisme ; parce que vous ne m’avez toujours pas répondu sur la protection accordée aux juifs durant plus de quatre siècles, par les Ottomans (et attestée par Canetti), pas plus que vous ne m’avez répondu sur la protection accordée aux protestants hongrois contre les fureurs de la Contre Réforme catholique habsbourgeoise.

     

         Parce que les musulmans sont eux-mêmes, et d’abord, victimes des autres là où ils sont en minorités, comme en Inde, où ils ont, de multiples fois, depuis 1948, été soumis à la violence des hindouistes, et, tout dernièrement, à la violence du BJP (destruction de la mosquée d’Ayodhya, en 1992, entre autres multiples exemples…).

     

         Parce que les attentats, crimes et atteintes diverses aux chrétiens perpétrés par les musulmans sont sans comparaison avec les prédations, crimes et massacres perpétrés par les Occidentaux (Européens et Américains) sur ces mêmes musulmans, depuis que, politiquement, militairement et stratégiquement, ces Occidentaux l’ont emporté sur les Turcs, c’est-à-dire depuis le traité de Passarowitz, en 1718, c’est-à-dire il y a près de 3 siècles… Dois-je, par exemple, vous rappeler les bombardements et mitraillages effectués par l’aviation anglaise en Irak, dans les années 1920 ?

     

         Vous dites : «Quant aux 56 "collègues" (d’ailleurs très obscurs) de S. Gouguenheim, on se demande pourquoi un tel tollé médiatique…». Ces universitaires ne sont «obscurs» que pour des ignorants tels que vous, pour qui le mérite se mesure au nombre de passages à l’écran de plumitifs comme Xavier Raufer (chroniquement d’extrême droite) qui vous caressent dans le sens du poil, en répétant (comme des coucous détraqués) que «nous» sommes menacés par l’islamisme…

     

         Parmi ces obscurs, je vous signale tout de même un certain Alain de Libera, maître d’œuvre du monumental «Dictionnaire du Moyen Age» (avec Claude Gauvard et Michel Zink… qui, je suppose, vous sont tout aussi obscurs), où, si Gouguenheim est l’auteur de 7 rubriques (dont aucune sur l’Islam), de Libera, lui, en a effectué 36 et a supervisé et dirigé toute la rubrique «Philosophie», soit, au total, 356 rubriques (sans préjudice, bien entendu, de ses autres publications scientifiques).

     

         Et puisqu’il faut vous mettre les points sur le «i», et que, manifestement vous n’avez pas lu le texte auquel je vous renvoie (et qui vous écorche les yeux), je vous le communique pour que vous sachiez bien quelle valeur on peut accorder aux élucubrations de Gouguenheim…

     

         « Historiens et philosophes, nous avons lu avec stupéfaction l’ouvrage de Sylvain Gouguenheim intitulé Aristote au Mont- Saint-Michel. Les racines grecques de l’Europe chrétienne (Seuil) qui prétend démontrer que l’Europe chrétienne médiévale se serait approprié directement l’héritage grec au point de dire qu’elle «aurait suivi un cheminement identique même en l’absence de tout lien avec le monde islamique». L’ouvrage va ainsi à contre-courant de la recherche contemporaine, qui s’est efforcée de parler de translatio studiorum et de mettre en avant la diversité des traductions, des échanges, des pensées, des disciplines, des langues. S’appuyant sur de prétendues découvertes, connues depuis longtemps, ou fausses, l’auteur propose une relecture fallacieuse des liens entre l’Occident chrétien et le monde islamique, relayée par la grande presse mais aussi par certains sites Internet extrémistes. Dès la première page, Sylvain Gouguenheim affirme que son étude porte sur la période s’étalant du VIe au XIIe siècle, ce qui écarte celle, essentielle pour l’étude de son sujet, des XIIIe et XIVe siècles. Il est alors moins difficile de prétendre que l’histoire intellectuelle et scientifique de l’Occident chrétien ne doit rien au monde islamique !

     

         Il serait fastidieux de relever les erreurs de contenu ou de méthode que l’apparence érudite du livre pourrait masquer : Jean de Salisbury n’a pas fait œuvre de commentateur ; ce n’est pas via les traductions syriaques que ce qu’on a appelé la Logica nova (une partie de l’Organon d’Aristote) a été reçue en Occident ; enfin, et surtout, rien ne permet de penser que le célèbre Jacques de Venise, traducteur et commentateur d’importance, comme chacun le sait et l’enseigne, ait jamais mis les pieds au Mont-Saint-Michel ! Quant à la méthode, Sylvain Gouguenheim confond la présence d’un manuscrit en un lieu donné avec sa lecture, sa diffusion, sa transmission, ses usages, son commentaire, ou extrapole la connaissance du grec au haut Moyen Age à partir de quelques exemples isolés. Tout cela conduit à un exposé de seconde main qui ignore toute recherche nouvelle – notons que le titre même de son livre est emprunté à un article de Coloman Viola… paru en 1967 ! Certains éléments du livre sont certes incontestables, mais ce qui est présenté comme une révolution historiographique relève d’une parfaite banalité.

     

         On sait depuis longtemps que les chrétiens arabes, comme Hunayn Ibn Ishaq, jouèrent un rôle décisif dans les traductions du grec au IXe siècle. De plus, contrairement aux affirmations de l’auteur, le fameux Jacques de Venise figure aussi bien dans les manuels d’histoire culturelle, comme ceux de Jacques Verger ou de Jean-Philippe Genet, que dans ceux d’histoire de la philosophie, tel celui d’Alain de Libera, la Philosophie médiévale, où l’on lit : «L’Aristote gréco-latin est acquis en deux étapes. Il y a d’abord celui de la période tardo-antique et du haut Moyen Age, l’Aristote de Boèce, puis, au XIIe siècle, les nouvelles traductions gréco-latines de Jacques de Venise.» La rhétorique du livre s’appuie sur une série de raisonnements fallacieux. Des contradictions notamment : Charlemagne est crédité d’une correction des évangiles grecs, avant que l’auteur ne rappelle plus loin qu’il sait à peine lire ; la science moderne naît tantôt au XVIe siècle, tantôt au XIIIe siècle. Le procédé du «deux poids, deux mesures» est récurrent : il reproche à Avicenne et Averroès de n’avoir pas su le grec, mais pas à Abélard ou à Thomas d’Aquin, mentionne les réactions antiscientifiques et antiphilosophiques des musulmans, alors que pour les chrétiens, toute pensée serait issue d’une foi appuyée sur la raison inspirée par Anselme – les interdictions d’Aristote, voulues par les autorités ecclésiastiques, n’ont-elles pas existé aux débuts de l’Université à Paris ? La critique des sources est dissymétrique : les chroniqueurs occidentaux sont pris au pied de la lettre, tandis que les sources arabes sont l’objet d’une hypercritique. L’auteur enfin imagine des thèses qu’aucun chercheur sérieux n’a jamais soutenues (par exemple, «que les musulmans aient volontairement transmis ce savoir antique aux chrétiens est une pure vue de l’esprit»), qu’il lui est facile de réfuter pour faire valoir l’importance de sa «révision».

     

         Au final, des pans entiers de recherches et des sources bien connues sont effacés, afin de permettre à l’auteur de déboucher sur des thèses qui relèvent de la pure idéologie. Le christianisme serait le moteur de l’appropriation du savoir grec, ce qui reposerait sur le fait que les Evangiles ont été écrits en grec – passant sous silence le rôle de la Rome païenne. L’Europe aurait ensuite réussi à récupérer le savoir grec «par ses propres moyens». Par cette formule, le monde byzantin et les arabes chrétiens sont annexés à l’Europe, trahissant le présupposé identitaire de l’ouvrage : pour l’auteur, l’Europe éternelle s’identifie à la chrétienté, le «nous» du livre, même quand ses représentants vivent à Bagdad ou Damas. La fin du livre oppose des «civilisations» définies par la religion et la langue et ne pouvant que s’exclure mutuellement. L’ouvrage débouche alors sur un racisme culturel qui affirme que «dans une langue sémitique, le sens jaillit de l’intérieur des mots, de leurs assonances et de leurs résonances, alors que dans une langue indo-européenne, il viendra d’abord de l’agencement de la phrase, de sa structure grammaticale. […] Par sa structure, la langue arabe se prête en effet magnifiquement à la poésie […] Les différences entre les deux systèmes linguistiques sont telles qu’elles défient presque toute traduction». On n’est alors plus surpris de découvrir que Sylvain Gouguenheim dit s’inspirer de la méthode de René Marchand (page 134), auteur, proche de l’extrême droite, de Mahomet : contre-enquête (L’Echiquier, 2006, cité dans la bibliographie) et de La France en danger d’Islam : entre Jihad et Reconquista (L’Âge d’Homme, 2002), qui figure en bonne place dans les remerciements. Il confirme ainsi que sa démarche n’a rien de scientifique : elle relève d’un projet idéologique aux connotations politiques inacceptables.»

     

         Les massacres de la Révolution française (dont vous vous pourléchez, mais dont vous moquez éperdument, votre but n’étant pas de plaindre les victimes mais des les instrumentaliser au service de votre haine de l’égalité, de la justice sociale et de la remise en cause des hiérarchies) n’ont rien d’exceptionnel – loin s’en faut – avec les massacres commis, au cours des siècles précédents par les armées royales ou les bandes seigneuriales qui écrasaient les Jacqueries. S’il y eut de 35 000 à 40 000 victimes de la Terreur (hors Vendée) en un peu plus d’un an, la  répression de la Commune par les Versaillais fit, elle, plus de 30 000 morts… en une semaine ! Et les 117 000 à 150 000 morts, au minimum, de la Vendée (selon R. Sécher et F. Lebrun), ne sont pas tous à attribuer aux Bleus. Quant aux crimes commis par l’Occident, je vous invite à jeter, entre autres, un regard sur Le livre noir de la colonisation… Et je vous invite aussi à voir comment, en 1847, une application vigoureuse du libéralisme économique amena 1,5 millions d’Irlandais à la mort et 2,5 millions à l’émigration !

    Répondre
  18. François

    16 juin 2008

    L’Algérie n’existait pas avant que les Français n’y arrivent et ne la construise, hôpitaux, routes, écoles, adduction d’eau, plantations, vergers… la population musulmane passa de 3 à 9 millions d’habitants en 130 ans. Aujoud’hui tout cela est ruiné et la seule solution pour la population algérienne est de s’expatrier chez l’ex-colonisateur, les pauvres, on les plaint ! mais de tout cela ne parlons pas, cela dérangerait la doxa gauchiste.

    Il vaut mieux pour eux essayer de nous faire passer pour des fachos furieux. Que nous ne sommes pas évidemment. D’ailleurs extrême-droite est un mot utilisé par les cons pour parler de la droite.

    Quant à l’intolérance "supposée" des musulmans, cela relève de la grave déficience mentale de nier la réalité à ce point, nous frisons là le discours (toujours très argumenté d’ailleurs) de la LCR. je ne relèverai même pas tous les attentats perpétrés par les musulmans partout dans le monde au nom d’un islam pur. Je pourrai par contre citer les noms de tous ces intellectuels musulmans qui luttent contre le totalitarisme islamique comme S.Rushdie, W.Sultan, T.Nasreem et bien d’autres. Il suffit d’ailleurs de lire le coran pour s’en rendre compte où les juifs, chrétiens, païens et athés doivent être combattu sans relâche, tués ou à tout le moins être brimés sans pitié. Voir aussi le statut de Dhimmi dans les pays musulmans.  Et la tolérance légendaire des turcs, j’ai quelques amis arméniens qui peuvent en témoigner.

    Quant aux 56 "collègues" (d’ailleurs très obscurs) de S.Gouguenheim, on se demande pourquoi un tel tollé médiatique alors que ces questions font d’ordinaire l’objet de discussions feutrées entre spécialistes de la question. Tout simplement parce que la réalité est en train de rattraper le politiquement correct, c’est à dire tous les mensonges de la gauche bien pensante, de la gauche bobo-caviar aux pires étrons trotskystes. D’autre part, il est évident que S.Gouguenheim est dans le vrai, au moins pour une seule raison tout à fait simple: si les Arabes avaient réellement compris et intégré l’héritage grec de la raison, ils auraient eux mêmes inventé la science et la technique modernes qui en découlent plus ou moins directement. Seul le Christianisme, par l’exigence de sa pratique et la liberté fondamentale qui en est son fondement  a pu faire naître les conditions de la société moderne (exégèse des écritures saintes, invention de l’université, des techniques architecturales pour les édifices religieux, des hospices…).

    Comme toujours d’ailleurs, le procédé est le même, c’est à dire instruction à charge. Je le répète, faisons le point sur les crimes multiples de la révolution française (massacres de septembre,Vendée, Terreur) et de tous les pouvoirs de gauche depuis deux siècles, un flot de sang ininterrompu… que nous justifient Albert le gland par son incommensurable bêtise.

    Cordialement,

    Répondre
  19. Albert

    14 juin 2008

     

    @ Assertif

     

         Vous dites : «Vous préconisez la «solution finale» pour Israël… à savoir devenir un Etat levantin…». Première remarque : vous reprenez le poncif de l’assimilation de la critique d’Israël non seulement à l’antisémitisme, mais, pis encore à l’hitlérisme. Objection non valable : l’opinion que je formule est partagée par nombre d’Israéliens, tout aussi attachés à l’existence de leur pays que les électeurs du Likoud ou de Kadima. Mais il est révélateur que vous refusiez ce qui devrait être la norme (celle, par exemple, qu’entretiennent entre eux les pays européens), à savoir des rapports pacifiques, égalitaires (notamment sur le plan économique et social), et, surtout beaucoup plus étroits entre eux qu’ils ne le sont avec des pays lointains (en l’occurrence l’Europe et les Etats-Unis).

     

         Ce qui se dessine en creux, dans vos propos, c’est votre satisfaction de voir se perpétuer la situation actuelle, à savoir celle d’un Etat qui, par son niveau de vie (16 710 $ de PIB par habitant contre 4000 pour le Liban, plus favorisé des voisins), ses institutions, ses modes de consommation, sa culture, ses liens stratégiques, militaires, économiques et politiques avec des Etats distants, est clairement un Etat européen, c’est-à-dire non seulement un corps étranger mais – surtout ! – un Etat colonial (ce qui flatte vos vieux fantasmes), ce que reconnaissait déjà, en 1967, le général Dayan lui-même…

     

         Les remarques que vous faites sur la l’intolérance supposée des musulmans ne sont pas recevables. L’empire ottoman a occupé (selon les zones), la péninsule balkanique de 250 à 500 ans (moins de temps pour la Hongrie, plus pour la Grèce). En dehors de quelques lieux isolés (Bosnie, Albanie), tous les peuples ont conservé qui leur orthodoxie, qui leur protestantisme (Hongrie), qui leurs rites catholiques orientaux. Où est l’intolérance de l’Islam ? Où est l’équivalent des fureurs de l’Inquisition ? De l’expulsion des Marranes ? Des dragonnades de Louis XIV ? J’ai cité les Mémoires de Canetti : dites-moi, en quoi ses remarques sur la tolérance des Turcs envers les juifs sont infondées ?

     

         Je ne vois pas ce que vient faire, dans la discussion, l’histoire du «mythe arabo-andalou», à part exhaler votre islamophobie. Et si c’est au bouquin de Sylvain Gouguenheim (encensé par tous les plumitifs d’extrême droite…), vous pouvez remettre vos diatribes au clou. Les élucubrations de Gouguenheim (d’ailleurs pas spécialiste de l’Islam médiéval, ni même de l’Islam tout court) ont été réduites en petit bois par 56 de ses collègues : http://www.liberation.fr/rebonds/323893.FR.php

     

         Je maintiens bien le terme d’apartheid pour la situation faite aux Palestiniens de Cisjordanie et (dans une moindre mesure) pour les Arabes de nationalité israélienne. Et je la maintiens pour la bonne raison qu’elle est employée, au premier chef… par des Israéliens juifs eux-mêmes, tels que Uzi Ornan :

    [Réf. : http://www.ism-france.org/news/article.php?id=3198&type=analyse&lesujet=Racisme%5D. Cette situation n’est pas fondée sur la «race» mais, dans les faits, cela revient au même, c’est-à-dire à la sujétion d’un peuple par un autre, et à l’imposition à ce peuple de conditions de vie dégradées et d’humiliations quotidiennes : territoire palestinien morcelé en peau de panthère (comme les Bantoustans), routes réservées aux seuls Israéliens (ce qui n’existait même pas en Afrique du Sud !), interdictions de construire, interdictions de s’établir dans certaines zones, accaparement des meilleures terres, accaparement de l’eau (75 % de l’eau de la Cisjordanie), les interdictions de résidence qui frappent les époux dont l’un est Arabe israélien et l’autre Palestinien, la présence de centaines de checks points, où les Palestiniens attendent des heures avant de passer, sous des prétextes les plus futiles et les plus arbitraires. [Dois-je préciser que, non seulement ces mesures n’ont rien à voir avec les attentats, mais que ce sont elles qui les motivent ?].

     

         Je ne vois pas non plus la raison de votre salmigondis de cas (Al Dura, Timisoara, SMS de Sarkozy, Deir Yassine – et non «Yacine»… votre désinvolture à l’égard de l’orthographe de ce nom est symbolique du mépris dans lequel vous tenez les Palestiniens). «L’affaire» Al-Dura est une manipulation de toutes pièces montées par des officines telles que la Mena ou par des pinailleurs qui n’ont jamais quitté leur appartement parisien, pour camoufler ce fait si gênant pour leurs certitudes : entre les enfants palestiniens et les enfants israéliens tués, le rapport est de 1 à 8 au détriment des premiers. Le massacre de Deir Yassine figure bien parmi les 21 principaux massacres recensés, pour les deux parties, durant la guerre de 1948.

     

         Trois d’entre eux sont imputables aux Arabes : deux commis par la Légion arabe (Gush Etzion) ou par des Palestiniens (Mont Scopus, représailles après la tuerie de Deir Yassine). Tous les autres ont été le fait des juifs, soit des forces régulières, soit des milices telles que l’Irgoun ou le groupe Lehi.

     

         Vous dites : «Vous n’êtes pas sans savoir que les nouveaux historiens israéliens sont contraints pour des raisons alimentaires (subventions, bourses des ONG gauche caviar européenne) de dénigrer leur histoire….».

     

         Non, je ne sais pas ! Non, je ne vois pas pour quelle raison je saurais quelque chose pour lequel vous n’apportez pas le moindre commencement de preuve ! Votre affirmation navigue entre le bobard (si on est indulgent) et la calomnie (si on est sévère). Et, à partir du moment où les archives sont exploitables, en quoi ces chercheurs israéliens dénigreraient-ils leur histoire ? En quoi les historiens allemands qui étudient la Shoah dénigrent-ils l’histoire allemande ? En quoi les chercheurs français qui ont établi que la construction des 140 km du chemin de fer Congo-Océan coûta 17 000 morts indigènes, dénigrent-ils l’histoire de France ? Ce qu’ils démolissent, c’est le «politiquement correct» qui, contrairement à ce que vous imaginez, n’est pas de gauche, mais de droite, et qui cherche à faire passer des absurdités (le «bilan positif» de la présence française outre-mer) par le biais de la loi. Quant à Bat Yeor, qui navigue entre des fantasmes invraisemblables (une Eurabia qui n’existe que dans ses délires), je vous prierai de me fournir les références exactes où elle fournit ses « preuves » contre les nouveaux historiens israéliens.

     

         En ce qui concerne le «génocide» en Algérie, là aussi, vous exagérez à dessein les propos de vos adversaires (lesquels, d’ailleurs ?) juste dans une intention rhétorique. La France a commis suffisamment de méfaits en Algérie pour qu’il ne soit pas nécessaire d’en rajouter…

     

    Répondre
  20. VITRUVE

    13 juin 2008

    AVE
    TROIS types de lecteurs contre vous Albert:
    a)ceux qui tutoient:
    à ignorer immédiatement de suite, ce sont les nervis, les colleurs d’affiches, bref les porte-flingues des idéologues qui les laissent faire le sale boulot et surtout payer les pots cassés.
    Ne pas argumenter avec eux au niveau historique ou rhétorique, ils ne comprennent pas car sont limités aux fonctions biologiques de base

    b)les idéologiquement et politiquement engagés :
    vous pourrez leur démontrer par a+b que vos arguments sont irréfutables , ils ne vous comprendront jamais sur le moment, surs de leur vérité, celle que les commissaires politiques leur ont inculquées, ce sont ceux qui ont vendu et dénoncé leurs proches parents dans les régimes communistes et nazis par exemple… eux sont récupérables par l’un ou l’autre camp par immersion dans de nouvelles fonctions bien rémunérées… Voir les ex-maos qui peuplent les médias libéraux…et les oligarques russes, ancien théoriciens reconvertis également, c’est monsieur tout le monde en général, celui qu’on peut acheter…

    c) enfin ceux qui ont des racines religieuses et ethniques  profondes  avec une histoire vraie ou inventée qui souvent a muté en légende et qui se considèrent comme "peuple élu" , "peuple martyr", "descendants d’esclaves", "minorités exploitées", "peuple basque, corse…"etc , etc…
    Font le gros des engagés dans les guerres de religions, et se réfugient souvent sous les bannières de leurs leaders très souvent fascisants et haïssant la démocratie
    Ont souvent une grande connaissance culturelle de leur ethnie ou communauté, on peut les assimiler à des racistes par la façon dont ils méprisent l’autre qu’ils ne comprennent pas
    Ceux-ci sont absolument irrécupérables aujourd’hui pour animer un débat serein, ils ne sont pas encore prêts pour se considérer citoyens du monde, et réfléchir à une stratégie globale, ils leur faut digérer d’abord leur histoire avant de se pencher sur celle des autres et pouvoir seulement commencer une réflexion planétaire. Un bain prolongé en démocratie les sortira de cette situation
    Pour l’instant sont prêts au sacrifice suprême , font le gros de kamikazes…et ce sont les plus virulents de vos contradicteurs.

    Vous voyez maintenant Albert, dans quelle situation vous vous trouvez
    Donc rester cool et boire frais…
    VALE

    Répondre
  21. François

    12 juin 2008

    à Albert,

    Hé oui mon zami, si les israéliens avaient tes idées tu les aimerais bien, c’est normal. L’incapacité des musulmans à accepter l’autre, le coran étant profondément raciste et intolérant, les entraîne aux pires extrémités qu’ils reprennent après coup sur la tronche parce qu’ils ont en moyenne treize siècles de retard d’intelligence, de culture et de développement. Tu devrais lire cet énorme farce qu’est le coran pour t’en rendre compte ou allez vivre dans une banlieue bien "diverse", mais l’as-tu fait? De plus en plus de musulmans apostasient et ont le courage de parler, aussi tes thèses tiers mondistes moisies sont en passe d’être démasquées.

    Et oui, c’est une évidence, l’occident est une île riche et chrétienne, riche parce que chrétienne d’ailleurs. Et c’est pour cette raison que des millions d’immigrés y sont venus et continuent à venir. Même si, comme Raspail, je le regrette.

    Et puis arrête de prendre à témoin toutes les périodes de l’histoire et tous les peuples de la terre, ou en tout cas une grande partie,  pour leur faire dire exclusivement ce qui t’arrange. La culture c’est comme la confiture, moins on en a, plus on l’étale. Et l’intelligence aussi.

    Cordialement,

    Répondre
  22. Assertif

    12 juin 2008

    Albert,

     

    Vous préconisez la « solution finale » pour Israël… à savoir devenir un état levantin, sans garde-fous démocratique, avec des tyrans héréditaires ( Syrie, Egypte, roitelets  jordaniens et saoudien…)..Vive le Liban selon vous J

    Que sont devenus ces Chrétiens d’Orient (Copte, Assyrien, Maronites…) et autres cultes (Bahaïtes, Zorostratiens..etc..) sous le joug de la religion d’Amour, Paix et Fraternité..j’ai nommé l’Islam ?

    Ce fameux mythe arabo-andalou, cette apport de la culture arabe en occident qui n’a JAMAIS existé, pure invention de pseudo-historiens politiquement correct ?

    L’apartheid..laissez moi rire ! avez-vous déjà mis les pieds en Israël pour affirmer cela ? il est sur que votre ton péremptoire est le résultat d’un travail de formatage des Pravdas médiatiques en Frances…des images et des mots (Al-Dura, Timisoara, viol de palestiniennes par Tsahal,  SMS de Sarkozy, Djennine, Deir Yacine…)

    Vous n’êtes pas sans savoir que les nouveaux historiens israëliens sont contraints pour des raisons alimentaires (subventions, bourses des ONG gauche-caviard Européenne) de dénigrer leur histoire. Il existe fort heureusement, des HISTORIENS objectifs (Bat Yeor…) ayant conservé leur éthique, arguant avec des preuves contre des« historiens politiquement correct »

    En France nous connaissons ce style, ceux qui veulent que la France a commis un génocide en Algérie J

    Assertif

    Répondre
  23. Albert

    11 juin 2008

     

    @ Assertif

     

         Ce n’est pas à vous à déterminer si les Palestiniens ont ou non une légitimité ou non, mais aux Palestiniens eux-mêmes ! Les Allemands, Suisses, Autrichiens, une partie des Luxembourgeois et des Italiens du Haut-Adige partagent la même langue et la même culture, ils ne s’en éprouvent pas moins comme des ressortissants de pays individualisés. Même chose pour les multiples pays hispanophones de l’Amérique latine qui ont, chacun, une personnalité bien à part : un Mexicain, en Argentine, est à l’étranger… De même, avant 1783, les colons de la Nouvelle-Angleterre n’étaient jamais que des Anglais. De même, ce n’est qu’au travers des luttes d’indépendance que les peuples colonisés se sont éprouvés comme tels. Cessez de décider à la place des autres ! Pas plus que tous les Chinois ou les Noirs ne se ressemblent, les Arabes ne sont interchangeables…

     

         Par ailleurs, cessez de croire que le soleil tourne autour de la Terre : en dépit des apparences, ce n’est pas Israël qui subit, ce sont les Palestiniens ! Pourquoi voulez-vous être plus royaliste que le roi ? Pourquoi niez-vous à toute force ce que, depuis plus de 20 ans, ont établi les nouveaux historiens israéliens, à savoir la spoliation, accompagnée de massacres, des Palestiniens ? Cessez de voir le monde avec les yeux de Raspail, comme un îlot de civilisation (occidentale, riche, chrétienne, capitaliste, «blanche» et propre sur elle). Depuis plusieurs siècles, ce sont les Occidentaux qui ont mis leurs sales pattes sur le reste de la planète, ce sont eux les prédateurs !

     

         Cela dit, je le précise, je ne conteste pas l’existence d’Israël : ce que je conteste, c’est sa prétention à se croire propriétaire de sa terre, et ses liens avec l’Occident. Des Israéliens qui vivraient à égalité avec leurs voisins, juridiquement, socialement et culturellement, de façon à la fois individuelle et collective, des Israéliens qui répudieraient leur apartheid, des Israéliens qui rompraient leurs liens avec l’Occident et en noueraient de nouveaux avec l’Orient, des Israéliens qui considéreraient les Etats-Unis comme ennemis (j’entends les Etats-Unis tels qu’ils sont, ultralibéraux et impérialistes) me conviendraient parfaitement…

    Répondre
  24. Anonyme

    11 juin 2008

    Albert atteint de palestinisme,

    Le concept de "Peuple Palestinien" fut créé par Mitterrand…;Les résolutions antérieurs de l’ONU mentionnaient les arabes de Palestine.  

    Qu’est-ce qu’un Peuple Cher Albert ??

    Les arabes de Palestine parle la même langue, ont la même religion, la même histoire, ont une terre  .;etc. que les arabes de la région.

    Allez-vous parlez du Peuple Syrien, Libanais, Jordanien…:-) entités créées dans les Chancelleries occidentales… :-)..pour la petite histoire la jordanie est composée de 75% de "palestinien"

    Les Hébreux sont un Peuple et les Juifs rabbiniques sont une composantes de ce Peuple. 

    La fumisterie vous sied lorsque vous affirmez que les "Palestiniens" n’avaient aucunes raisons de se faire exploser parmi les civils Israëlien lors de l’annexion de leurs "terres" par leurs freres arabes..egyptiens et jordaniens… la constatation est : ces "combattants palestiniens " ne se sont pas fait exploser au milieu de leur freres arabes 🙂

    Vous me parles des chinois, japonais…revenez au moyen-orient…AUCUN Chrétien Palestinien ne s’est fait explosé parmi des civils israëlien.

    Israël subit une guerre de culture..de religion.

    Jérusalemen est mentionnée plusieurs centaines de fois dans les livres saints des juifs rabbiniques..pas une seule fois dans le Coran !  il existe des Lois Mosaïques liées à la Terre D’Israël. Pourquoi leur nier le droit a vivre sur leur Terre ?

    Assertif

     

    Répondre
  25. Albert

    11 juin 2008

     

    @ Preulx

     

         Vous dites : «…cessons d’être influencés par la gogauche marxisante foncièrement anti-capitaliste, donc anti-blancs, donc anti-américaine et anti-israélienne».

     

         C’est quoi, ces amalgames à la godille ? En quoi le fait d’être anticapitaliste a-t-il un rapport avec celui d’être anti-blanc ? Et, d’abord, c’est quoi, être «blanc» ? A partir de quel moment cesse-t-on de l’être et selon quels critères ? Et en quoi les intérêts des Américains devraient-ils être confondus avec ceux des Israéliens ? L’attaque du navire-espion américain Liberty, le 8 juin 1967 (34 morts, 171 blessés), ça vous dit quelque chose ? Le chantage israélien de ventes d’avions AWACS à la Chine, ça vous dit quelque chose ? Les Etats que vous chérissez et que vous voudriez bien voir ensemble contre les «barbares» peuvent aussi divorcer…

     

          Vous dites : «Il faut choisir son camp, et j’ai choisi le mien : celui de l’Occident et de sa civilisation, qui englobe les chrétiens et les juifs.» Vous passez un peu vite sur 2000 ans d’antisémitisme chrétien, marqué par une doctrine antisémite élaborée (qui n’eut aucun équivalent côté musulman), des massacres de masse sans équivalent non plus, et qui s’est poursuivi bien au-delà de la Shoah, de l’affaire Finaly aux déclarations douteuses de Le Pen… Cessez d’amalgamer christianisme et judaïsme, de les instrumentaliser au détriment de l’Islam… L’ennemi des Français (le vôtre, Preulx), ce n’est ni l’Islam ni même l’islamisme, c’est l’ultralibéralisme et l’impérialisme de Bush !

    Répondre
  26. Albert

    11 juin 2008

     

    @ Assertif

     

         Vous racontez, sur la création de l’Etat d’Israël, des histoires à dormir debout ! Que, depuis la seconde guerre juive, des juifs soient restés entre Méditerranée et Jourdain ne leur crée aucun droit. Depuis cette époque, bien d’autres peuples, dans l’aire de l’empire romain, sont demeurés là où ils résidaient il y a 2000 ans, et soit ont gardé le pouvoir, soit l’ont partagé, soit ont vécu sous la sujétion d’autres peuples. Le cas des juifs n’est pas exceptionnel : les droits que vous leur conférez sont imaginaires…

     

         L’Islam n’est pas plus sanglant, plus intolérant ou plus haineux que d’autres religions, par exemple que le christianisme, et même moins que lui ! Je vous rappelle (à tout hasard…) que la prise de Jérusalem par les croisés, en 1099, fut marquée par un épouvantable carnage (y compris de juifs…) et que sa reprise par Saladin, en 1187, se traduisit par une rançon de 30 000 besants, ce qui, eu égard aux mœurs de l’époque, équivalait à une grâce. Je vous rappelle aussi que, durant les siècles de l’ère moderne (XVIe – XVIIIe), l’empire ottoman offrit un asile aux protestants hongrois pourchassés par la Contre-Réforme catholique des Habsbourg. Je ne vous ferai pas l’injure, enfin, de vous signaler l’hospitalité qu’offrit ce même empire ottoman aux juifs chassés d’Espagne en 1491 et qu’Elias Canetti, dans ses Mémoires, rappelait encore, quatre siècles plus tard…

     

         Les attaques-suicides ne sont pas une spécialité des musulmans (les Japonais, les Chinois, les Indochinois en ont fait autant). Quant aux chrétiens palestiniens, ils ont aussi participé à la résistance, y compris par des attentats contre les civils, notamment dans le FPLP de Georges Habache (chrétien de rite grec orthodoxe). Par ailleurs, entre 1948 et 1967, les Palestiniens de Cisjordanie n’avaient aucune raison de se faire sauter auprès de civils ou de militaires israéliens, puisque ceux-ci n’occupaient pas leur territoire… Et en quoi l’annexion de la Cisjordanie constitue-t-elle un argument contre l’existence de l’Etat palestinien ? Et en quoi l’occupation de Gaza par l’Egypte [je précise bien «occupation» et non annexion, contrairement à ce que vous prétendez, Gaza gardant un statut d’autonomie] constitue-t-elle un argument contre l’existence de l’Etat palestinien ?

     

         Contre les légendes pieuses que vous cherchez à propager, la création de l’Etat d’Israël n’a pas été une belle histoire de pauvres et vaillants pionniers, s’installant au milieu de populations frustes, haineuses et paresseuses : ça, c’est de la propagande ! La création de l’Etat d’Israël est une entreprise à caractère colonial, réalisée non à partir d’une seule métropole (même si le Royaume-Uni y prit une part prépondérante) mais par les nations de civilisation européenne en corps (incluant donc les Etats-Unis et l’URSS). Sans la déclaration Balfour, sans les livraisons d’armes massives de l’URSS – et la contribution des juifs qui avaient combattu dans toutes les armées alliées, jamais il n’y aurait eu d’Israël ! Ce pays n’est pas le pauvre petit pays sans défense sur lequel vous faites larmoyer mais la partie émergée d’un énorme iceberg, dont l’énorme partie immergée n’est autre que l’Europe entière, de l’Oural à San Francisco…

     

         Enfin, vos couplets sur les droits de l’homme ne sont que du vent : de tout temps, les Occidentaux ont camouflé leurs forfaits sous les prétextes les plus invraisemblables. Au temps de la colonisation, c’était parce que les «sauvages» ne croyaient pas au «vrai» Dieu, qu’ils se promenaient nus, qu’ils forniquaient publiquement, qu’ils faisaient des sacrifices humains, qu’ils étaient cannibales, qu’ils n’avaient pas d’hygiène, qu’ils étaient perpétuellement en guerre, etc. Aujourd’hui, la mode a changé : on ne parle plus de religion ou de bonnes mœurs, on parle de droits des femmes ou de liberté de conscience, mais le boniment cache mal la même rapacité…

    Répondre
  27. Jean-Pierre

    11 juin 2008

    que fout donc sur ce site cet albert? communiste, anti occidental, pro palestinien donc pro terroriste nazislamiste et sûrement porteur de valises de l’invasion de la France par ses amis nos ennemis qui veulent notre destruction et notre mort.

    Répondre
  28. preulx

    10 juin 2008

    @ Florin…

    Tout à fait d’accord avec vous. Cessons de nous tromper d’ennemi, et cessons d’être influencés par la gogauche marxisante foncièrement anti-capitaliste, donc anti-blancs, donc anti-américaine et anti-israëlienne.

    Il faut choisir son camp, et j’ai choisi le mien : celui de l’Occident et de sa civilisation, qui englobe les chrétiens et les juifs.

    Répondre
  29. sas

    10 juin 2008

    au web master…….tu nous le jure sur la tête des pieds de la table ??????

    SAS qui marre….

    Répondre
  30. Assertif

    10 juin 2008

    Albert et autres atteints du Palestinisme aïgu,

    Palestine….vocable d’origine Hébreue signifiant "occupant" se rapportant aux Philistins…L’Empire Romain a introduit le nom de Palestine lors de son occupation, et pour tuer toutes vélléités de la résistance hébraïque. Les hébreux (juifs rabbiniques, caraïtes, samaritains, et hébreux évangélisés ou islamisés) ont toujours vécu sur cette terre. L’islam a au cour des siecle éradiqué toute présence non musulmane.;autrement dit la Choa lente (dhimmitude, conversions forcées, massacres..) et en déplacants des tribus du sud de l’arabie au début du XIX siecle, dans ce que l’on nommait la Palestine. sous occupation ottomane.

    Nous sommes loin de l’Islam paix, amour et fraternité 🙂 Croyez-moi, si un leader tel Ghandi, avait été choisi par les arabes de palestine, au liue de ce terroriste d’Arafat, la paix aurait été réalisé depuis longtemps…mais cela est peine perdue, car un des fondements de d l’ Islam est l’intolérance, la haine du non-musulman…combien de palestiniens chrétiens se sont fait sauté avec des bombes ? AUCUN

    Ce que vous nommez la Palestine fut annexée en 1948 par la Jordanie et l’Egypte….combien de Palestinien se sont fait suaté avec des bombes entre 1948 et juin 1967 ? AUCUN 

    Il s’agit bien d’une guerre de religion, de civilisation.

    Je préfère et de loin, siroter une bonne bière a la palge en regardant les jolies femmes..que de boire un jus de fruits et contempler les Tchadors.

    Etre libéral ne signifie pas cracher dans sa culture, sa soupe…il faut savoir que c’est un comabat contre la lacheté des civilisations qui avilissent les femmes et enfants, et ne respectent pas les droits fondamentaux de tout êtres humains : avoir une conscience et se service de son libre arbitre.

    Asssertif

      

    Répondre
  31. Anonyme

    10 juin 2008

    Devant certains e-mails se plaignant de censure de la part de Guy Millière et Pierre Lance je rappelle que ceux-ci n’ont aucun rôle dans la modération du site.

    Le modérateur

    Répondre
  32. sas

    9 juin 2008

    Les magistrats déviants français ont encore frappés……la cours de cassassion entérine la discrimination "positive " à l’egard des étrangers qui travaillent sur le synchroton…….même habitant sur place depuis longtemps ……ils auront droit à une prime d’eloignement……

    ……..c’est marrant c’est le même principe stupide et inique des primes des fonctionaires aux antilles et autres dom tom……L’ îlien SE FAIT MUTER et revient chez lui……et en étant chez lui il perçoit toujour une prime d éloignement…….

    allez comprendre…..pourquoi la  france est ruinée méthodiquement…..par ses propres hauts fonctionnaires…

    sas

    Répondre
  33. Albert

    9 juin 2008

     

    @ Florin

     

         Vos remarques sont intéressantes en ce qu’elles sont typiques du salmigondis intellectuel de ceux qui défendent Israël pour de mauvaises raisons. J’appelle «mauvaises raisons», celles qui se placent dans une perspective de droite particulière : celle qui n’est pas sortie de son «occidentalo-centrisme», et qui, dans la continuation de la mentalité colonialiste, s’est bâti un conte de fées (à quatre sous) en réinterprétant tout, depuis les guerres médiques, comme la lutte de la «Civilisation» – blanche, riche, chrétienne, actionnaire et propre sur elle – contre les «Barbares» : des Perses aux islamistes, en passant par les Huns, les Sarrasins ou les Turcs.

     

         Vous dites : «Lorsque l’on lancera des Scud depuis Sarcelles et Grigny vers Paris, vous ferez quoi ? Lorsque les gars de Sarcelles travaillant à Paris reviendront la nuit foutre le feu chez leurs employeurs, vous ferez quoi ? Lorsque vos enfants, descendus jouer devant votre immeuble, se feront kidnapper et égorger, vous ferez quoi ?»

     

         Ce qu’il y a de caractéristique dans ce délire (complaisamment cultivé par des plumitifs genre Raspail), c’est qu’il y transparaît non pas la crainte ou l’appréhension que de tels événements se produisent, mais, au contraire, le souhait (et même le souhait ardent) qu’ils se produisent afin d’avoir – enfin ! – le prétexte rêvé pour assouvir une rancune datant d’au moins l’indépendance algérienne. On sent, dans vos propos, un prurit de vengeance toujours à vif depuis 50 ans…

     

         Vous dites : «Peu m’importe le contexte géopolitique, l’Histoire ou les histoires – rien à foutre !!! Face aux barbares, il n’y a pas d’autre réponse que la barbarie.»

     

         Lorsque les arguments en faveur de vos idées sont trop faibles (et, dans le cas d’Israël, comment en serait-il autrement ?), la solution la plus commode (et la plus paresseuse) consiste à jeter par-dessus bord le contexte historique qui a amené jusque là. [Il est symptomatique de noter, d’ailleurs, que cette attitude d’esprit est typiquement de droite en ce qu’elle ne fait que décalquer, au plan collectif, ce qui est son refrain au point de vue pénal : « Rien à foutre de savoir que l’accusé a été battu ou violé dans son enfance, que son père était alcoolique, qu’il frappait sa mère ou que l’accusé lui-même a commencé à se droguer à 12 ans ! »]. Le monde mental de la droite dans laquelle vous évoluez est un monde de la première moitié du XIXe siècle, antérieur à la psychanalyse et à la sociologie… [Et, puisque ces sciences existent, j’ajouterai même : viscéralement hostile à ces sciences].

     

         L’invocation de la barbarie doit être comprise à l’inverse de ce que vous entendez : c’est vous, initialement, qui êtes le barbare. [Comme ont été barbares les conquistadors du XVIe siècle – qui ont éliminé les civilisations aztèque et inca – les colonisateurs du XIXe siècle, et, depuis 1948 –et, plus encore depuis 1967 – les prédateurs israéliens qui étranglent lentement le peuple palestinien]. En fait, vous êtes bien satisfait de trouver dans les roquettes Qassam des prétextes (mais des prétextes a posteriori) pour justifier vos rêveries impérialistes…

     

         Je ne vois d’ailleurs pas pour quelle raison, parce que je me trouve en France, citoyen français, je devrais me sentir solidaire des Français contre les immigrés vivant sur notre sol (y compris lorsque ces immigrés sont les auteurs de préjudices contre les personnes ou contre les biens). Pendant la guerre, les avions américains bombardaient les villes françaises et la propagande de Vichy ne se faisait pas faute d’exploiter les morts français de ces bombardements. Mais, «objectivement» (comme le dit le discours marxiste), l’ennemi du peuple français c’était le gouvernement de Vichy et leur ami, c’était l’Américain qui les tuait… De même, dans le conflit palestino-israélien, les Français n’ont pas à se ranger plus spontanément du côté des Israéliens que, pendant la guerre, ils n’en avaient à se ranger du côté de la Wehrmacht se battant contre l’Armée Rouge…

     

         Et de même qu’objectivement, les amis des Français, durant la guerre, c’étaient les divisions de l’armée soviétiques ou les partisans communistes italiens, tchèques, yougoslaves, français ou grecs, qui se battaient contre leur commun ennemi nazi (et lui portaient de rudes coups), de même, en 2008, les alliés et amis des Français (donc vos amis et vos alliés, Florin), ce sont tous les guérilleros qui, d’une façon ou d’une autre luttent contre une Amérique (principal soutien d’Israël) impérialiste, capitaliste et ultralibérale [guérilleros qui, si je puis oser ce jeu de mots, luttent aujourd’hui contre les Bush comme, jadis, les communistes ont lutté contre les Boches… Les Barbares, Florin, ne sont pas du côté où vous les imaginez !].

    Répondre
  34. Florin

    9 juin 2008

    à Albert & Vale : Je vois que le lavage de cerveau médiatique tourne à plein régime … et surtout, je vois qu’en face on ne vous donne pas la réplique appropriée.

    Donc, d’après vous, balancer des roquettes en aveugle, parfois sur des pauvres ouvriers palestiniens qui travaillent dans les jardins israéliens est "un acte de légitime défense" ?

    Lorsque l’on lancera des Scud depuis Sarcelles et Grigny vers Paris, vous ferez quoi ?

    Lorsque les gars de Sarcelles travaillant à Paris reviendront la nuit foutre le feu chez leurs employeurs, vous ferez quoi ?

    Lorsque vos enfants, descendus jouer devant votre immeuble, se feront kidnapper et égorger, vous ferez quoi ?

    Moi – sans être Juif, et d’ailleurs sans distinction d’endroit – je tirerais dans le tas ! Peu m’importe le contexte géopolitique, l’Histoire ou les histoires – rien à foutre !!! Face aux barbares, il n’y a pas d’autre réponse que la barbarie. Ah, je vous vois d’ici, avachis sur vos sofas, bien au chaud, tenant un discours "pacifiste" (comme Chamberlain à Munich …).

    La première principale erreur d’Israël – impardonnable – c’est de ne pas avoir construit le MUR il y a 50 ans … et la deuxième erreur, c’est de faire appel à cette main d’oeuvre qui a la fâcheuse habitude de bosser le jour et de venir poser de bombes la nuit … Qu’ils embauchent des Lituaniens, il n’y aura pas de problèmes.

    Répondre
  35. sas

    8 juin 2008

    A vitruve……

    remarque frappé du sceau du bon sens…….mais peut être vitruve……que les lances ou millière sont les 4 vérités à eux seuls…..et peut être que cet espace n’existe que pour que bon gaulois comme nous se dévoile……

    …….les rg doivent avoir en permanence un regard sur ce site…….sinon nquelque autres doivent bien se charger  de caffeter…….

    …….ayant quelque acces aux fichiers des dieux et me concernant , je sais que des infos de ce site m’ont été reservi par les pendores "initiés" en d’autres lieux et circonstances…….

    Donc vitruve et sauf a être équipé……gaffe aux lois gayssot,devedjian et autres MAC……on est pisté.

    sas

    Répondre
  36. vitruve

    7 juin 2008

    AVE
    encore une censure cette fois-ci?
    Il n’y a plus que dans les 4V qu’on puisse lire des prises de positions aussi basiques pour la défense d’Israël et de sa politique qui a pourri la vie des millions d’habitants du Moyen-Orient depuis 60 ans.

    A croire qu’être de droite aujourd’hui, être libéral ne peut se concevoir que dans un soutien sans relâche aux ordres venus de l’AIPEC et des lobbyistes du complexe militaro-industriel américain.

    Guy Millière, vous ne vous adressez pas ici à des gamins idéalistes et boutonneux sur des bancs de fac, mais à des entrepreneurs, des professionnels responsables qui ont voyagé, lu  et analysé les situations du monde depuis des années. Ne les prenez pas pour des ignares…

    Que vous émargiez à une officine de désinformation manipulée par Brooklin, Tsahal, ou les marx brothers pourquoi pas? ou alors que vous vous transformiez en commissaire politique par pur plaisir de la manipulation, ce que je présumerais, est votre affaire mais le choix des 4V pour faire passer ces messages devenus has been depuis longtemps me semble mal choisi, en tous les cas il reflète une analyse médiocre du panel des lecteurs.
    Si vous avez par contre le pouvoir du choix des sujets et l’assujettissement du site des 4V à vos idées, cessez au moins la censure idiote que vous imposez à tous ceux qui , sans être d’anciens nazis racistes ou des antisémites convaincus ont une prise de position différente de la vôtre sur la façon dont le destin de ce petit pays a été saboté depuis des lustres au grand désespoir de ceux qui y vivent…par les vrais intéressés qui n’y vivent pas…

    VALE

    Répondre
  37. sas

    6 juin 2008

    Amen albert……

    et de plus en plus de gens le comprene……il va donc falloir rapidement que les méchants utilisent une nouvelles stratégie plus radicale…..

    d’où l’attaque de l iran dans les mois qui suivent…….avant la fin du mandat bush

    et avec une loi martiale au usa et un plein pouvoir à l’alcoolique illuminé benet….

    sas qui n’ignore jamais l’histoire …la vraie

    Répondre
  38. Albert

    5 juin 2008

     

    @ José

     

         Je vous renvoie, pour une partie des explications, au post destiné à gguy. Pour le reste, je le répète, Israël, depuis le début, a été dans une situation d’énorme supériorité, sur tous les plans, par rapport à tous ses voisins (y compris celui des effectifs – je dis bien «effectifs» – militaires), non seulement par rapport aux Palestiniens, mais aussi par rapports à l’ensemble des Etats frontaliers coalisés : Egypte, Jordanie, Syrie et Liban. Cette supériorité militaire, depuis 1948, n’a fait que croître et embellir : avec sa seule armée classique (armée de terre, aviation, marine, elle est écrasante sur tous les plans). Elle l’est encore plus avec les têtes nucléaires (sans doute 200 têtes nucléaires), dont aucun Etat musulman – au-delà même des seuls Arabes, ne possède d’équivalent. Même le Pakistan, seule puissance musulmane nucléaire, est loin derrière. De plus, Israël est adossé à la colossale puissance militaire américaine, qui représente 50 % des dépenses militaires mondiales (et 80 % des dépenses mondiales en R & D militaire), et bénéficie aussi de l’appui de l’OTAN, qui représente une large partie du reste. Alors quand on évoque, à propos du conflit israélo-arabe, le combat de David contre Goliath, il ne faut pas se tromper d’attribution : Goliath, c’est Israël…

     

         La vision pleurnicharde d’un petit Israël (îlot de civilisation, riche, blanc, capitaliste) entouré de masses haineuses, miséreuses et incapables (de préférence socialistes et basanées), est un de ces inépuisables cinémas qu’adore se jouer l’opinion de droite, qui se représente avec complaisance toujours dans le rôle de l’assiégé par les Barbares : l’assiégé de Lutèce par les Huns, l’assiégé de Constantinople par les Turcs (en 1453), l’assiégé de Vienne par ces mêmes Turcs (en 1529 et 1683), l’assiégé de Candie et de Malte par les Turcs (1648-1169 et 1565), l’assiégé de Fort Alamo (1836), l’assiégé de Camerone (1863), l’assiégé des Légations de Pékin (1900), l’assiégé de Dien Bien Phu (1954) ou celui de Khé Sanh (1968). Israël, en plus de ce rôle, a été investi de deux autres. D’une part, celui du continuateur de la guerre d’Algérie par procuration, du vengeur de la perte de l’Algérie, du consolateur d’une opinion de droite rancie dans ses aigreurs colonialistes, inconsolable de la perte de l’Empire. Et, pour faire bonne mesure, Israël a aussi été instrumentalisé sans vergogne en outil de terrorisme intellectuel pour faire passer tous ceux qui le critiquent en successeurs de Drumont ou Daudet (pour ne pas dire d’Hitler)… Cette vision est fausse ! Depuis la moitié du XIXe siècle, et plus encore depuis 1919, entre l’Occident et le monde musulman, l’agresseur c’est l’Occident ! Et Israël est l’un des éléments de cette agression…

     

         Et, contrairement à ce que ressasse une propagande lancinante, jusqu’à la nausée, les Palestiniens, en 1948, ne sont pas partis sur injonction de leurs chefs pour faire place nette aux armées arabes qui auraient massacré les juifs. Bien au contraire, le départ précipité des Arabes a été le fait d’une campagne de terreur (scandée, notamment par des massacres tels que Deir Yassine) soigneusement planifiée et couverte par Ben Gourion, ainsi que l’ont révélé des historiens israéliens tels que Simha Flapan, Tom Segev, Avi Schlaïm, Ilan Pappé et Benny Morris. L’agresseur, le terroriste, en l’occurrence, c’est d’abord Israël ! Le terroriste, c’est celui qui ne dispose pas de F-16 pour transporter sa bombe…

     

         N’inversez pas systématiquement les choses : ce que l’on voit n’est pas ce qui est ! C’est le soleil qui semble tourner autour de la Terre, mais c’est en réalité celle-ci qui tourne autour de l’astre. Ce qui est en cause, en premier, ce n’est pas l’existence d’Israël (qui n’a jamais été menacée), c’est celle de la Palestine, ce n’est pas la liberté d’Israël (qui n’a jamais été mise en cause), c’est celle de la Palestine, qui n’est qu’une immense prison à ciel ouvert… Les bombes qui explosent sur les marchés, les attentats-suicides, les fusées Qassam ne sont pas des gestes de fanatiques contre un pays pacifique, ce sont des actes de légitime défense (de faibles actes) contre un étranglement lent et impitoyable de tout un peuple, au vu et au su du monde entier…

     

    Répondre
  39. Albert

    5 juin 2008

     

    @ gguy

     

         Vous dites : « Albert compte le nombre de morts, mais oublie que les kassams suscitent – comme tout autre pays le fait déjà ou le fera – des réactions violentes des Israéliens , actions considérées comme légitimes pour tout pays attaqué (même si ses frontières ne sont pas encore définitives)».

     

         Vous partez de l’idée, radicalement fausse, selon laquelle les tirs de Qassam sont une agression injustifiée de terroristes contre un pays pacifique : c’est l’inverse qui est vrai ! Si, en violation de toutes les résolutions internationales, le territoire de la Cisjordanie n’était pas cancérisé par les métastases des colonies, il n’y aurait pas de ripostes de Qassam.

     

         Par ailleurs, cessez de voir, en Israël, un minuscule pays entouré de masses grouillantes, paresseuses, incapables et fanatisées : dès la guerre de 1948, Israël a eu, y compris au point de vue des effectifs, une supériorité très nette. Concernant les effectifs, ceux des forces juives ont évolué d’environ 50 000 à la fin de 1947 à près de 90 000 à la fin de 1948 ; les forces combinées des Palestiniens et de l’Armée de libération des volontaires arabes de Fawzi Al-Qawukji ont plafonné à moins de 10 000 hommes. Quant aux contingents envoyés par les Etats arabes, leurs effectifs, de 23 000 hommes le 15 mai 1948, atteindront un maximum de 25 000 à 30 000. A cette supériorité numérique des armées juives, puis israéliennes, s’ajoute une écrasante supériorité en armements, notamment à partir des livraisons tchèques qui commencent à la fin mars 1948 et s’intensifient avec le pont aérien entre la base de Zatec et le territoire du futur Etat d’Israël. Au-delà, on aurait tort de sous-estimer l’avantage stratégique majeur qui découle, pour Israël, du soutien soviétique et américain ainsi que de l’accord passé avec la Transjordanie.

     

         Cessez enfin d’instrumentaliser l’antisémitisme : l’hostilité à la politique israélienne actuelle est partagée par nombre de Français juifs, assidus à leurs devoirs religieux, et dont les parents et grands-parents ont connu, de 1933 à 1945, en France, en Allemagne ou n’importe où en Europe les persécutions antisémites (celle des nazis comme les autres).

    Répondre
  40. IOSA

    4 juin 2008

    Une chose que j’aimerai savoir…

    Si le mec n’est pas vierge non plus, le contrat de mariage est rompu ???

    Faudrait pas se moquer du monde et penser que la majorité des filles sont vierges au moment du mariage…tout comme les hommes !!!

    Au 21e siècle et en France, il n’y a plus lieu de chercher une excuse de virginité, mais plutôt se pencher sur l’invalidité d’un mariage arrangé qui saute aux yeux.

    Mais c’est normal, après un président people, il fallait s’attendre à des juges peoples.

    Demain, il y aura d’autres à monter sur la scène, à qui le tour ?

     

    Répondre
  41. gguy

    4 juin 2008

    Albert compte le nombre de morts, mais oublie que les kassams suscitent – comme tout autre pays le fait deja ou le fera –  des reactions violentes des israeliens , actions considerees comme legitimes pour tout pays attaqué(meme si ses frontieres ne sont pas encore definitives).

    Dans l’affaire Al-Dhura, ce qui est en cause, cest le dommage moral qu’ entrainé ce soi-disant assassinat d’un enfant  alors que la justice francaise, qu’on peut critiquer mais qui a toujours fait preuve d’intelligence, a reconnu que les rush contredisaient les declarations de M; Enderlin et qu’en fin de compte, tout avait ete monté de toutes pieces …les rush faisant foi.

    La haine anti-israel est manifestement plus grande a l’exterieur et en occident ce qui conduit à pender qu’il ne s’agit que d’une nouvelle forme d’antisemitisme applicable a tous les juifs d’ici ou d’ailleurs.

    Albert, regardes toi dans le miroir, tu es manifestement entrainé a des exces qui te conduisent a dire n’importe quoi.

    gguy

    Répondre
  42. Albert

    4 juin 2008

     

          

         Les conflits du Proche-Orient sont propices à générer la paranoïa. Dans quelques décennies, les historiens de l’information relèveront certainement la coïncidence d’au moins trois délires. D’abord celui de Karsenty et de la Mena : les Palestiniens tuent un de leurs enfants sous les yeux des Israéliens, filment la scène, et font porter le chapeau aux Israéliens. Puis le délire de Meyssan : le gouvernement américain a organisé lui-même les attentats du World Trade Center et du Pentagone pour justifier l’invasion de l’Afghanistan. Enfin le délire des néocons de tout poil, pour qui les armes secrètes de Saddam Hussein existaient vraiment et que la preuve de cette existence est, «précisément», qu’on ne les a jamais retrouvées ! Dans les trois cas, les auteurs de délires avancent des preuves «nombreuses», «concordantes» et «convaincantes» : comme on dit, le fou est celui qui a tout perdu, sauf la raison…

     

         En fait, comme pour l’Affaire Dreyfus (mais les coupables ne sont pas là où les imagine M. Millière), l’affaire ne se situe pas là : au-delà de l’histoire abracadabrantesque montée par la Mena, il s’agit de salir, de traîner dans la boue la cause palestinienne, face à un dossier israélien de plus en plus difficile à défendre au fur et à mesure que l’on connaît mieux les archives et l’histoire (jamais, depuis 1948 – et y compris durant la guerre de cette année-là, les Arabes n’ont eu la supériorité militaire, et cela n’a fait, depuis, que croître et embellir). Mais tout cela est impuissant devant ces faits incontournables : depuis le 29 septembre 2000, les Palestiniens ont tué 119 enfants israéliens. Dans le même laps de temps, les Israéliens, eux, ont tué 981 enfants palestiniens. Durant la guerre du Liban de 2006, les tirs du Hezbollah ont tué 48 civils israéliens. Dans le même temps les bombardements israéliens ont tué 1300 civils libanais… Et la «pensée unique» des médias, contrairement à ce qu’avance M. Millière est encore outrageusement pro-israélienne : fin février début mars, les médias ont beaucoup plus fait de foin pour 14 Israéliens tués pas les Qassam palestiniennes (en 7 ans), que pour 115 Palestiniens tués par Tsahal (en 15 jours)… Rapport des pertes entre les deux : 1 à 1500 (exactement 1495), au détriment des Palestiniens…

     

         La seule question à se poser n’est pas : qu’y a-t-il sur les rushes ? (On s’en fiche). Elle est : où se trouve Mohamed Al-Dura, censé être vivant ? Comment se fait-il que les services secrets israéliens, à la légendaire efficacité, avec leurs dizaines de milliers de collaborateurs, qui pistent les responsables palestiniens au mètre près (pour les assassiner avec leurs drones), n’aient pas, au bout de 8 ans, retrouvé trace de cet enfant ? Mais sans doute va-t-on me répondre que Mohamed Al-Dura a été exfiltré au centre du Hoggar ou dans les sous-sols du Vatican ? Comme – ainsi que chacun le sait – les armes secrètes de Saddam Hussein ont été «clandestinement» embarquées pour la Russie au début de 2003, sous les yeux des avions américains, des drones américains, des satellites américains, des commandos américains infiltrés, des espions israéliens qui, tous, comme par hasard, regardaient à ce moment-là d’un autre côté…

    Répondre
  43. sas

    4 juin 2008

    Quelle justice en France????? nouvelle démonstration avec le défaut de virginité et l’émotion d’une ministre qui s exprime sur les m^mes conneries de jeunesses, opérées volontairement, pour faire plaisir à ses parents aux coutumes particulières……elle voudrait en faire un cas d école…..

    Que dit le droit ? Si il y a mensonge ou ommission altérant le contrat de mariage….la nullité peut être prononcée……les 2 partis reconnaisse la tromperie et le non respect d’un des terme du contrat de mariage…..(virginité ou autre chose)…….alors il est naturel que le mariage soit annulé…dommage que cet aspect du code civil rejoigne la charia et le coran……mais c’est ainsi

    24h00 après, la ministre républicaine se ressaisie……pour cause d impopularité…..et rspectant l indépendance des parquets et les décisions judiciaires……ordonne au PG de faire appel

    Que n’intervenez vous pas avec autant d’energie, Me DATI, lorsque des justiciables vous démontrent et ecrivent pour dénoncer les ententes mafieuses et les dénis de justice en bandes organisées dans nombres e tribunaux de votre ripoublique…..

    c’est minable….et lamentable

    sas

    Répondre
  44. bruno spinazzola

    4 juin 2008

    il ne faut pas oublier Prof Landes a seconddraft .org, et Nidra poller, qui ont fait dans le monde anglosaxon ce que metula news agency a fait dans le monde de langue française, et nahum shahaf dans le monde hebreux.
    le silence de la metula news agency est hallucinant…

    Répondre
  45. bruno spinazzola

    4 juin 2008

    il ne faut pas oublier Prof Landes a seconddraft .org, et Nidra poller, qui ont fait dans le monde anglosaxon ce que metula news agency a fait dans le monde de langue française, et nahum shahaf dans le monde hebreux.
    le silence de la metula news agency est hallucinant…

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)