Vu sur le net

Vu sur le net

Le grand malaise des patrons français

Sophie de Menthon, chef d’entreprise et présidente du Mouvement ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance), publie sur le site d’Atlantico un article intitulé « Exil de patrons : arrêtons le massacre », dans lequel elle se fait l’écho de l’exaspération, du découragement et du ras-le-bol des chefs d’entreprise français, vaches à lait du fisc et de surcroît montrés du doigt par la classe politique et les médias. « Gagner au loto vous vaut les félicitations de la collectivité, mais introduire en bourse une boite qu’on a montée, c’est être regardé comme un quasi délinquant. Allons nous faire coter ailleurs, puisque la bourse est un gros mot ! » On s’en fout : comme le remarquait ironiquement Eric Zemmour, la France n’a pas besoin de producteurs, mais seulement de consommateurs…

Les Français moins favorables à l’adoption d’enfants par les homosexuels

Selon un sondage auquel fait écho Nouvelles de France, les Français favorables à l’adoption par les « gays » sont moins nombreux que l’an dernier. Encore la valeur de tels sondages est-elle sujette à caution, comme le souligne le journaliste de Nouvelles de France : « aux États-Unis, y compris dans certains États réputés liberals (Maine, Californie), les sondages prévoyaient la victoire des partisans du « mariage » gay lors de référendums… à tort ! »

Histoire : l’enseignement sabordé

Auteur, entre autres titres, de Historiquement Correct, ouvrage qui, même si la presse l’ignora avec une rare constance, connut un succès considérable, Jean Sévillia, journaliste et historien, tire la sonnette d’alarme : l’enseignement de l’histoire, en France, est de plus en plus aberrant et les jeunes Français ne peuvent plus compter sur l’Education nationale pour apprendre l’histoire de leur pays. Pourquoi ? Selon Jean Sévillia, « On doit cependant y voir également, multiculturalisme oblige, l’effet d’un changement de valeurs. Là où l’école d’autrefois parlait nation, patriotisme et assimilation, celle d’aujourd’hui parle mondialisation, ouverture des frontières et droit à la différence. Non seulement le roman national a été abandonné, mais il est en passe d’être stigmatisé parce qu’il manifesterait – horresco referens – une " passion identitaire ". » L’amnésie collective conduit à la destruction des peuples. A lire sur le site du Figaro.

Partager cette publication

(1) Commentaire

  • Daniel Répondre

    La suppression ou la falsification de l’Histoire fait partie du programme des apprentis sorciers de la haute finance pour réduire les démocraties et on y retrouve notre ami Sarkosy et son active "collaboration" pour servir ses généreux maitres.   Aprés Pompidou, Sarko a certainement été le plus zélé destructeur du pays sur le fond tout en annonçant l’inverse.  On jurerait un avocat!.  ou un affairiste sans scrupules! ou même un pro de la politique… 
    Si on veut comprendre ce que n’est pas la dignité humaine, observons nos Présidents et leurs mensonges.

    27/08/2012 à 23 h 34 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *