Vu sur le net

Vu sur le net

Média-comédie

Le microcosme médiatique parisien est en ébullition : après ses déclarations relativistes sur le « troussage de domestique » de DSK, Jean-François Kahn a annoncé qu’il se retirait. Son pote Laurent Joffrin vole à son secours : J-F K, reviens, tout est pardonné ! On parie que l’intéressé va céder à cet appel ?

La mort du socialisme

La fondation Polémia diagnostique, à partir de l’affaire DSK, « la mort du socialisme » : pour les dirigeants du PS, les valeurs socialistes sont bonnes pour la populace, pas pour leur caste.

Toujours selon la fondation Polémia, DSK, avant sa chute, aurait été largement fabriqué par les experts en communication d’Euro-RSCG :

Affaire Tron : les témoignages

Le Secrétaire d’Etat à la Fonction publique, Georges Tron, a démissionné du gouvernement après avoir été accusé par deux jeunes femmes d’agressions sexuelles – ce qu’il nie. Les deux anciennes employées de la mairie de Draveil ont exposé leur version des faits. Vrais ou faux ?

Partager cette publication

(2) Commentaires

  • Anonyme Répondre

     

    Excellent post de Watsoncorsica. Très bien observé. Je conserve ce texte bien travaillé dans mes archives personnelles.

    En sus, je dirai : attention, il n’y a pas que des méchants droitistes et des mauvais plaisants chez les lecteurs de 4V. Nous avons tout de même Jaurès qui sauve la mise, et apporte les bienfaisantes évidences de la Pensée Unique (pour médiatiquement lobotomisés), les parfums enivrants des merveilleuses réalisations de la gauche (exclusivement à crédit), l’espoir irrésistible de fastueux  lendemains qui chantent (pour la Nomenklatura seulement, et encore…).

    30/05/2011 à 17 h 37 min
  • WatsonCorsica Répondre

    Oui, avec l’affaire DSK, le socialisme est mort mais pas la connerie parce qu’encore beaucoup d’abrutis vont continuer à voter pour cette pègre politique !

    Lorsqu’on possède au plus profond de soi une haine démesurée de l’espèce humaine et que l’on veut réussir en politique, il ne faut pas hésiter : à gauche toutes !

    La vérité sur les hommes politiques de gauche ? Ils détestent le peuple !

    Dans les partis de gauche, vous pourrez donner libre cour à la haine sans jamais être inquiétés.

    Les plus gros salopards de la politique ne sont pas à l’extrême droite mais bien dans les partis de gauche ! Exemple, si vous êtes profondément racistes et que vous détestez par dessus tout les gens originaires d’Afrique noire et du Maghreb et qu’irrésistiblement vous ne puissiez vous empêcher de les désigner par des attributs discriminatoires et offensants au point que cela soit devenu chez vous une obsession et une maladie… Eh bien, à gauche, on ne vous en tiendra pas rigueur, car la règle veut que l’homme ou la femme de gauche soient naturellement désignés comme BONS ! Si je traite mon voisin de " sale nègre " et que je suis d’extrême-droite, je suis immédiatement traité de raciste et rejeté. Mais si je suis de gauche, j’ai le droit ! On considérera que c’est un trait de mon humour et qu’au pire, je verse dans la formule néo-ethnologique.

    Prenez un exemple historique : quand une mairie de droite ( Nice ) vire ses mendiants et les placent en périphérie, on peut dire que c’est une mesure discrimatoire, fasciste, répressive, car comme chacun sait le politicien de droite est naturellement un grand salaud égoïste. Maintenant, quand une mairie de gauche ( Paris ) vire ses mendiants pour des casernes en banlieue, ça ne peut pas être méchant car l’homme de gauche, même maire, est naturellement bon, donc s’il a placé les SDF en banlieue c’est pour mieux les prendre en charge et les aider. Génial, non ?

    Un homme ou une femme de gauche est à ce point si bien intentionné qu’il ne peut être incriminé pour avoir eu une pensée négative vers son prochain.

    Si vous désirez vous enrichir au dépend des autres, soyez de gauche ! On vous ouvrira grandes les portes. Même s’il s’enrichit au dépend des autres, l’individu de gauche le fait dans un esprit de générosité. C’est la juste récompense de sa bienvaillance intellectuelle à l’égard des autres. L’homme de gauche est à ce point naturellement bon qu’il ne peut un seul instant ne penser qu’à lui-même. Même lorsqu’il profite pleinement des bienfaits de la vie et des richesses, il le fait dans un esprit totalement libre et sans contraite par rapport à la lutte des classes. Il se situe en dehors des rapports dominant-dominé car à tout moment, il a une pensée pour les plus démunis et les plus défavorisés – et même s’il n’a pas cette pensée, on la lui attribue d’office car il est inscrit sur le registre des BONS.

    Ce n’est qu’une juste rétribution de son mérite et de son courage car il a eu la force et la détermination d’annoncer aux populations : " Oui, sachez nobles gens, que j’ai décidé de faire partie des Bons ! "

    Quel courage, quel force ! Saluons encore une fois la noblesse de son âme.

    Il est tellement facile de se laisser aller à ses penchants naturels et être mauvais ( les gens de droite ), mais faire partie des bons, hein ? Ce n’est pas donné à tout le monde. Aurez-vous le courage, vous qui me lisez, de faire vous aussi partie des bons, et surtout, surtout, de le dire ?

    Et l’autre idiote qui voulait être reine de la nation. En posant sur la table son chignon, elle pensait que tout le pays allait tomber à genou. Coincée jusqu’à la démence dans son face à face narcissique avec les pauvres gens qu’elle prenait en otage ; "  Le pouvoir c’est vouhouhous ! " qu’elle disait en s’accrochant comme une limace baveuse aux parois de la cuvette du grand chiotte de la générosité à deux balles. Ce ne sont que des prédateurs de la pensée, des salopards qui s’auto-sanctifient en s’adjugeant l’étiquette de justice, de liberté et de générosité. En réalité, ils n’en ont rien à foutre. Ils ne rêvent que de pouvoir et de luxe. Ils veulent les voix du peuple sans la voix du peuple !

    30/05/2011 à 14 h 40 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *