Le complexe occidental : petit traité de déculpabilisation

Posté le juin 22, 2014, 5:58
58 secs

Le complexe occidental : petit traité de déculpabilisation, Alexandre del Valle publié aux éditions du Toucan (2014)

324_2014-04-10_17-43-19_Alexandre-Del-Valle-web-640x330Dans son dernier ouvrage, le géopolitologue Alexandre Del Valle, également enseignant à Sup de Co la Rochelle, montre que le combat politique et géopolitique n’est pas que de la matière mais aussi de l’esprit. Pour lui, « la vraie guerre est mentale ».

Mentionné dans le Figaro, qui le qualifie d’ « audacieux et tonique », le complexe occidental se focalise sur une thèse en particulier : redonner sa fierté à l’homme occidental et donc faire cesser la culpabilisation par une « thérapie de réarmement moral ».

En expliquant la nature des « 10 mythes fondateurs de la haine de soi » occidentale, que sont par exemple les Croisades, l’Inquisition, l’esclavagisme, ou encore le colonialisme, l’auteur pointe avec justesse l’origine de la culpabilisation de l’homme occidental et apporte quelques pistes pour régler ce problème. Alexandre del Valle affirme également les dangers d’une globalisation confondue avec « l’utopie d’une mondialisation heureuse ».

Le complexe occidental décrit donc à la fois un « complexe identitaire » émanant d’une culpabilisation collective du monde occidental, ainsi qu’un « complexe géopolitique », provenant cette fois-ci de l’auto-négation identitaire de ce même occident.

Cet essai montre l’importance de l’acceptation de son histoire, de sa culture et de son identité, sur le plan politique et géopolitique que psychologie. 

 

 

12 réponses à l'article : Le complexe occidental : petit traité de déculpabilisation

  1. jeanbo5075813800

    19 juillet 2014

    L’Occident a un complexe avec les croisades, car il oublie l’Histoire. Pendant 500 ou 600 ans la Terre Sainte a été romaine puis byzantine, donc chrétienne, l’islam l’a conquise un peu avant l’an 700. Les croisés ont cherché vers l’an 1000 à reconquérir une terre islamisée d’assez fraîche date.

    Répondre
  2. 12 juillet 2014

    Del Vallee reprend les idées de Gandhi, qui, pour vaincre les anglais, demandait aux hindous de commencer par retrouver leur propre identité et culture.
    Nous sommes riches de quelques 2000 ans d’histoire; il faut s’y replonger constamment, parce que l’histoire est répétitive.

    Répondre
  3. David

    23 juin 2014

    Toutes les guerres et tous les conflits sont basés sur un seul mot : la tromperie.

    La tromperie, le mensonge, l’enfumage, la désinformation, sont les outils entre les mains des puissants de ce monde, eux- même dirigé par le père du mensonge, le diable .
    La tromperie est devenue tellement monnaie-courante, qu’elle fait partie des stratégies de management et de politique. comment voulez-vous donc que ce monde s’améliore ?

    Répondre
  4. 23 juin 2014

    Vous vous trompez….lourdement !
    Les responsables (les vrais) sont à hercher vers Bilderberg, Le Siècle et la FM !!
    Tout le reste n’est rien que ces sectes qui constituent l’Ordre Mondial,antidémocratiques et manipulatrices….
    Demandons avec force la dissolution de ces groupes occultes qui nous pourrissent la vie….
    La mondialisation ? c’est eux !
    L’immigration ? c’est eux
    La monnaie ? c’est eux !
    L’Europe technocratique ? c’est eux !
    Les guerres ? c’est eux !
    Les famines ? c’est eux !
    La pollution ? c’est eux !
    Les gouvernements ? c’est eux !
    La démolition de Sarkozy ? c’est eux !

    Savez vous que Bilderberg a décidé que Fillon et Pécresse seraient les prochains dirigeants de la France ?
    Allez voir sur la toile…..édifiant !! lais chutttt personne en parle….même pas Okrent qui ne répondit pas à Polony à la question “Que faites vous au Bilderberg ? ” “C’est quoi çà ? Ah oui là ou on rencontre des gens importants ? Oui oui mais on n’y dit rien ” ils doivent fumer sûrement !!!

    Répondre
  5. Schaeffner

    23 juin 2014

    Quand aurons nous droit à un classement nominatif des intellectuels “bobos” qui nous pourrissent la vie et qui sont les vrais responsables du déclin de la France ?
    Réponse : …Jamais car ces bobos sont ceux qui sont à la tête des merdias qui nous enfument à longueur de temps

    Répondre
  6. Dr H.

    23 juin 2014

    Cette analyse conforte (ou complète) celle de Gramsci, marxiste, qui avait bien vu que le pouvoir se prenait plus facilement en agissant sur les cerveaux qu’en utilisant des canons. Les enseignants et la grosse presse ont réussi à transformer certains mots en muleta pour la plupart des gens.

    Répondre
  7. Agathe

    23 juin 2014

    La gauche a toujours essayé de supprimer l’enseignement de l’histoire à l’école, à tout le moins de le déformer.
    Comme de supprimer toute identité…
    Ça s’appelle le retour au chaos.

    Répondre
  8. Martinez

    23 juin 2014

    Depuis quand une vague de culpabilisation de l’occident s’est elle répandue, depuis que les pays musulmans et surtout ceux du golfe ont les moyens grâce à nous de payer ceux chez nous qui ont la haine de leurs propre pays.
    Moi je suis fier de ce que nous avons essayé de faire dans les territoires de peuples miséreux écrasés par le joug de leurs dirigeant. Voyez l’Algérie, croyez vous quelle serait à ce niveau d’évolution si la France n’avait pas été leurs apporter sa propre évolution?

    Répondre
  9. frei

    23 juin 2014

    Je suis entièrement d’accord avec l’approche de M.del Valle .Ainsi , les tentatives d’en finir avec le terrorisme islamique par des moyens militaires sont , dès l’origine , vouées à l’échec .En conséquence , nous ne devons plus avoir peur de briser les tabous sur l’islam , cette doctrine criminelle qui repose sur des bases historiques mensongères et qui ne cesse d’inspirer , jour après jour , des crimes plus horribles les uns que les autres .

    Répondre
    • HansImSchnoggeLoch

      23 juin 2014

      Ces gens veulent mourir, déclarons les dans le coma profond. Je pense que leur liquidation deviendrait alors légale.

      Répondre
  10. HansImSchnoggeLoch

    22 juin 2014

    Les relations avec les autres se fondent sur le présent et sur ce qui est actuel
    Faut-il répéter que personne n’est propriétaire de la misère de ce monde.
    Que celles et ceux qui veulent s’en sortir retroussent leurs manches et cessent d’accuser les autres de leurs maux.
    Et que celles et ceux qui sont accusés cessent de se faire du mourron et vivent leur vie.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)