Dieu, le meilleur et le pire…

Dieu, le meilleur et le pire…

Que Dieu soit une invention des hommes ou non, un constat s’impose : depuis des siècles et des millénaires, il ne cesse de les diviser !

Que de crimes, que de massacres, en effet, pour le simple nom de Dieu !

On pense, bien sûr, aux terroristes islamistes qui, aujourd’hui, au nom d’Allah, n’hésitent pas à perpétrer les pires attentats, mais l’Église, dans le passé, n’a pas été en reste : les Croisades, l’Inquisition, la conquête du Nouveau Monde, etc., etc.

Et, pourtant, si l’on voulait bien réfléchir …

Qu’entend-on par Dieu ? Ce n’est peut-être qu’un nom sous lequel les hommes – attirés par la transcendance mais incapables de la définir – désignent ce qui les dépasse et les dépassera toujours.

Sans nier son existence, les hommes rangent sous ce nom des concepts différents, se tuent et s’entretuent depuis des siècles, alors qu’ils devraient se rassembler et mettre en commun, dans une même tolérance et dans une même humilité, ce que l’intelligence et le cœur de chacun les invitent à imaginer.

Le drame, c’est que chacun prétend détenir LA Vérité et veut l’imposer de force aux autres !

Dans sa pièce « Ajax », Sophocle, voici plus de 2 400 ans, faisait dire à Ulysse : « Je vois bien que nous ne sommes, nous tous qui vivons ici, rien de plus que des fantômes ou que des ombres légères. » (Ajax v. 125-126)

Quelles que soient nos croyances, que nous soyons juifs, chrétiens, musulmans, bouddhistes, hindouistes, animistes, athées ou autres, nous ne pouvons échapper aux questions existentielles : D’où venons-nous ? Où allons-nous ? Y a-t-il une Vie après la vie ?

Et il faut reconnaître que personne ne peut prétendre répondre à ces questions inéluctables. Il faut donc faire preuve de la plus grande humilité.

On ne saurait faire l’impasse de « Dieu » mais il faut reconnaître qu’on range sous ce mot – d’une façon souvent sectaire – tout ce que l’on veut : les notions de Bien, de Mal, de vie éternelle, de libre arbitre, etc.

Ce sectarisme est très regrettable.

Les hommes devraient être capables de discuter sereinement et sans haine, de toutes ces questions. Ce n’est malheureusement pas le cas.

Un mot pour finir, à propos de la Foi chrétienne : ce n’est pas, selon moi, un catalogue de dogmes à croire ou à ne pas croire, mais une confiance à toute épreuve en l’avenir et au Royaume promis par Jésus-Christ dans les Évangiles. Royaume, « hic et nunc », « ici et maintenant », marqué par l’Amour, la Paix et la Joie. L’avènement de ce Royaume ne dépend que de chacun de nous.

Partager cette publication

(7) Commentaires

  • quinctius cincinnatus Répondre

    Avec ou sans Dieu , la Vie c’ est quand même une … sacrée plaie !
    ça vous laisse jamais en repos !
    toujours à la recherche de quelque chose à bouffer
    Alors en Paix faut mieux pas s’ y risquer !
    même en pensée !
    Faut se l’ inventer soi même la Vie
    Ne rien attendre des charognards
    Demandez plutôt à Louis-Ferdinand !

    13/08/2022 à 18 h 25 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

    en fait le titre aurait du être celui ci :

     » Dieu pour le meilleur et pour le pire « 

    29/07/2022 à 13 h 43 min
  • Laure Tograf Répondre

    Dieu ! Si vous n’aimez pas ça, n’en dégoutez pas les autres. Et surtout, évitez de Lui trouver des substituts : ce sont les pires de tous.

    28/07/2022 à 15 h 53 min
  • quinctius cincinnatus Répondre

     » Tuez les tous Dieu reconnaîtra les siens  » Mais c’ était aux temps de l’ extermination des Cathares par les  » Croisés  »
    d’ un autre  » côté  » le génocide vendéen par la République

    27/07/2022 à 15 h 35 min
  • Rolland Répondre

    « On pense, bien sûr, aux terroristes islamistes qui, aujourd’hui, au nom d’Allah, n’hésitent pas à perpétrer les pires attentats, mais l’Église, dans le passé, n’a pas été en reste : les Croisades, l’Inquisition, la conquête du Nouveau Monde, etc., etc. »

    On croit rêver à lire celà sur « Les 4 vérités » !!!

    Il ne vous est jamais venu à l’idée, M. Lafforgue, que l’Islam perpètre des massacres ignobles et barbares EN APPLICATION EXPLICITE DU CORAN, tandis que les exactions – beaucoup plus rares que ne l’affirme l’Histoire enseignée de nos jours – dues aux chrétiens ne l’ont été que par la méchanceté et la bêtise des hommes, EN PARFAITE CONTRADICTION avec l’enseignement du Christ ?

    Est-ce que ça ne fait pas une « légère » différence ?

    26/07/2022 à 17 h 26 min
    • quinctius cincinnatus Répondre

      cette remarque est aussi valable pour le soufisme … et dans les communautés mzabites enfin ici jusqu’ à ces derniers temps ! tout n’ est, d’ un côté comme de l’autre, qu’ une question d’ intelligence et / ou d’ une disposition naturelle à la bonté

      29/07/2022 à 12 h 18 min
    • Gérard Pierre Répondre

      @ Rolland

      Je vous rejoins dans votre analyse.

      Le Christianisme a eu sa période d’excès, … dans laquelle j’éviterai de fourrer les Croisades. Les premières furent des pèlerinages pacifiques dont peu revinrent, et l’on sait pourquoi. Dès lors que les partants s’armèrent, se « croisèrent », les retours furent plus nombreux.

      On sait quand même quels « hôtes » les attendaient à l’arrivée et ce n’était pour entreprendre des colloques de théologies comparées des uns et des autres !

      Quant à l’Inquisition, ce fut effectivement une tache sur le Christianisme dont il convient, là encore, de rappeler que, sur trois siècles, cette dérive fit moins de victimes que n’en fait, chaque année, le mois du ramadan au cours duquel des mahométans « puristes » zigouillent des musulmans impénitents pour leur apprendre à respecter correctement les préceptes de vie du dénommé allah !

      En reprenant un raisonnement du type Assurance Qualité, je dirai que l’islam a son référentiel : les six mille et quelques versets ventilés à l’intérieur des 114 sourates du coran, auxquels il convient d’ajouter les milliers de hadiths de la sunna et « La vie du prophète ».

      Le Christianisme en a un autre : la Bible dans sa totalité … (que le Christ n’est pas venu abroger), … les quatre Évangiles, complétés par les Actes des Apôtres.

      C’est en mesurant l’écart entre le « produit de sortie Inquisition » et son Référentiel que le Christianisme a pu entreprendre les effets correctifs visant à obtenir un « produit de sortie » moins non conforme.

      En revanche, le musulman  »intégraliste », tel que nous en voyons quotidiennement sur l’ensemble de la planète, égorgeant, pulvérisant, pendant, brûlant vif, … etc, … applique strictement le contenu de son Référentiel, … c’est pourquoi, sauf à se parjurer et devenir apostat, … (avec les conséquences que l’on sait sur la « santé » de l’imprudent), … on peut toujours rêver d’un islam modéré, d’un islam républicain, à la française et que sais je encore, … c’est ne pas avoir lu les textes mahométans que de croire à un tel avènement !

      … Et quand on a bien compris que le coran est considéré par les « savants » comme « La dictée incréée d’allah », que le moindre signe du texte auquel on s’aviserait de toucher serait considéré comme un sacrilège, alors on ne peut plus croire que l’islam est réformable !

      Le réalisme commande de ne jamais l’oublier !

      06/08/2022 à 21 h 31 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *