Écologie : à droite, toute

Posté le mai 30, 2007, 12:00
7 mins

Si quelque chose aujourd’hui peut me rendre optimiste, c’est bien le fait que notre nouveau Président ait intronisé comme N° 2 du gouvernement le Ministre de l’Écologie et de l’Environnement. Certes, j’ai été surpris de voir M. Alain Juppé hériter de ce poste, car rien ne laissait prévoir que cet énarque pur sucre puisse se passionner pour l’écologie. Mais il paraît que M. Juppé a tiré profit de son « exil » doré au Québec pour nourrir de saines réflexions sur le devenir de la planète.
Après tout, pourquoi pas ? Tout homme intelligent est capable d’évoluer, pour peu qu’il ne fige pas son esprit dans des principes archaïques. Et nul n’a jamais mis en doute l’intelligence d’Alain Juppé, même si elle apparaissait un peu trop formatée par l’étatisme.

On peut également concevoir qu’en nommant à ce poste un homme politique de premier plan, grand fidèle de Jacques Chirac, MM. Sarkozy et Fillon aient ainsi voulu marquer l’importance qu’ils attachent à une évolution résolument écologiste de notre gouvernance. Nous allons maintenant observer dans les faits comment les choses se passent. Accordons à Alain Juppé le même délai de grâce qu’à ses deux mentors.

En tout cas, il faut se réjouir de voir la droite s’emparer enfin des problèmes écologiques, qu’elle avait jusqu’alors stupidement abandonnés à la gauche, voire à l’extrême-gauche. À cause de cette erreur monumentale que je dénonce depuis vingt ans, les Verts « pastèque » ont pu s’approprier pendant quelques années le monopole de ce qui devait être et devient enfin la préoccupation prioritaire de notre pays. Que de temps perdu avec cet écologisme politisé dans le giron socialiste ! Et combien de gens de droite un peu myopes ironisaient sur l’écologie, partant du principe que du moment qu’elle était à gauche, elle ne valait pas qu’on s’y intéresse. Et les Verts de répéter à tout bout de champ que la droite était incapable d’être écologiste. Or, comme le disait Paul Valéry : « Le grand triomphe de l’adversaire est de vous faire croire ce qu’il dit de vous ».

Des écologistes authentiques à droite

Enfin, heureusement, ces temps sont révolus, ce qui a été confirmé par la belle gifle électorale encaissée par Dominique Voynet. Et grâce, pour une large part, à l’action mobilisatrice de Nicolas Hulot durant la campagne présidentielle, la droite française a enfin pris conscience qu’il était de son devoir national de prendre à bras-le-corps le devenir de l’écologie. La droite américaine, elle, ne veut toujours rien entendre et reste attachée au productivisme à tout prix (encore que de nombreux élus républicains, tel le gouverneur Arnold Schwarzenhegger, se distinguent par leurs actions écologistes résolues). Mais comme l’administration Bush est en train de sombrer dans le discrédit (et pas seulement à cause de l’Irak), on peut espérer que le prochain Président des États-Unis, quel que soit le parti dont il sera issu, comprenne enfin le rôle majeur et moteur que doit tenir la première puissance mondiale dans l’urgent sauvetage de notre planète. Je crois que l’on pourra compter sur Nicolas Sarkozy pour le rappeler opportunément à nos amis américains.

Quelles que soient les attitudes à cet égard des appareils politiques et des gouvernements, il y a une chose que je sais depuis longtemps : il y a beaucoup plus d’écologistes authentiques à droite qu’à gauche. Et cela dans toutes les droites. En France notamment, j’en veux pour preuves l’excellent livre de Philippe de Villiers pour la défense des abeilles ou encore la non moins excellente publication des militants du Front National : « FÉE – France Écologie Environnement » (BP 54, 27340 Pont de l’Arche – <[email protected]>).

Discutant récemment avec un militant écologiste quelque peu socialiste, je lui affirmai que la droite comptait davantage d’écologistes que la gauche. Après un instant d’hésitation, il reconnut que les électeurs de droite appartenant statistiquement à un niveau socioculturel supérieur à la moyenne nationale, et sachant que les écologistes convaincus sont généralement plus instruits et mieux informés que l’ensemble de la population, il était logique qu’on en trouve plus à droite. J’ai salué cette belle objectivité.

16 réponses à l'article : Écologie : à droite, toute

  1. serge belloni

    09/06/2007

    Les plus eduques ayant le plus souvent un diplome. Les diplomes ayant vote en large majorite pour Segolene Royal, les ecologistes etant les plus eduques, et Segolene Royal etant de gauche, les ecologistes sont le plus souvent de gauche. Quod erat demonstrantum. Mais bon je plaisante, c’etait une logique de la meme veine que l’article, chaque element de ma proposition est correcte mais la logique a une faille la trouverez vous?

    Répondre
  2. Jean-Claude THIALET

    04/06/2007

    04/06/07   – "Les 4-Vérités"

    SAS. Vous évoquez le "général" Boulanger. Dans un courriel adressé au président de l’UMP qui trépignait déjà d’impatience pour se lancer dans la "course" (c’était à l’époque du "Référendum" !) je lui avait suggéré de prendre la tête du "NON" en lui promettant en 2007 une "élection de Maréchal". Il m’avait répondu par le silence du mépris. Je lui avais réécrit en pronostiquant qu’il ne serait en définitive qu’un général Boulanger, porteur d’espérances et créateur de déceptions. Depuis ses démêlés conjugaux, je n’ose plus évoquer le nom de celui qui, selon le mot de CLEMENCEAU, est mort en sous-lieutenant. D’autant que, contrairement au "général", lui a été au bout de ses ambitions : devenir "président de la République ! Dira-t-il, comme un illustre prédécesseur, "J’y suis, j’y reste !" lorsque, aux premières déceptions de ses électeurs (particulièrement celles de ceux de la Droite Nationale qui se sont laissés abuser par de mâles propos "nationaux" !), l’heure des "demandes de comptes" sera venue ?

    Concernant les chasseurs, bien que n’étant pas chauseur moi-même, bien qu’il me semble que, parmi les chasseurs, il y a un fort pourcentage de (vous qui les connaissez mieux que moi, je vous laisse le soj du qualificatif !) …, je partage votre avis : les chasseurs, ou plutôt les sociétés de chasse, se comportent en parfait(e)s écologistes. Simple question : le plomb (en tant que métal) est-il toujours accepté en France parmi les munitions ? Mais le plomb dont les chasseurs parsèment (parsemaient ?)  les prairies, les forêts et les étangs sont largement moins nocifs que les pesticides et les engrais chimiques dont se servent les agriculteurs soi-disants "protecteurs de la Nature" !

                     Cordialement, Jean-Claude THIALET  

    Répondre
  3. grepon le texan

    04/06/2007

    Cette histoire de rechauffement par le CO2 est toujours et surtout un "acting out" psychiatrique de la part des centaines de millions de post-chretiens de l’ouest qui ne sont pas, neamoins, arrives a jeter leur coupabilite.   Ils se sentent coupable d’etre humain.  Ils cherchent des matieres en quoi les humains sont mauvais, et en le faisant, arrivent a creer une autre religion.   La preuve?  Dans leur religion la nature et l’humain serait different.  Le premiere est mauvaise.   Le dernier, issu de la nature, est tout de meme mauvais, ET ils font parti de la pire espece des humains, ceux qui vivent relativement bien.   Pour les autres, plus ils vivent comme…et avec..des animaux moins ils sont mauvais.   Et, surtout, il vaudrait mieux qu’il y ait moins d’humains de tous types, quelque soit leur niveau sur le l’axe d’animalite/humanite.

    Les faits par terre, et sur les oceans, et au dessus, et dedans, sont que, l’effet du CO2 sur la temperature de la planete est petite, et le restera, en rapport avec l’effet effectivement enorme du…H2O.   Ce dernier recouvre la planete, et pese enormement plus que l’atmosphere.   En ce meme temps, nous avons une etoile assez proche, largement responsable de l’energie derriere notre rechauffement ou manque relative de rechauffement.  Cette etoile est notoirement assez variable dans son activite, pas seulement dans la puissance totale de l’enegie quelle nous envoie mais aussi dans les composants de l’energie quelle nous envoie .   Du coup, la planete peut etre rechauffe, et s’est deja rechauffe, relativement a d’autres periodes historiques et prehistorique, sans influence par l’homme.   Il est plus que probable que la petite tendance au rechauffement actuelle soit  en cours malgre l’activite, ou l’opiniopn, et surtout des etats d’ames des hommes.

    Répondre
  4. sas

    02/06/2007

    Au boulanger (général ???) productiviste et ecologiste ne sont pas forcément incompatible……de droite, entrepreneur, j’ai toujour produit en respectant "l’ordre naturel des choses et mon environnement"…..si ecologiste veut dire contemplatif passif pour ne point déranger…….alors l’homme n’a pu lieu d’être.

    Le liberalisme avec comme base le culte du veau d’or est nocif pour la planête et les hommes…..même à petites dose sa peux être létale pour le biotope….y compris pour une economie maîtrisée….et ca c’est l’intelligence qui le démontre et elle, ne se situe ni à droite ,ni à gauche…….

    exemple: en tant qu’armurier je connais des tas de chasseurs qui sont et dans le coeur et l’esprit de vrais ecologistes……ne vous déplaise et stop aux provcès d’intention: pour chasser , vous devez absolument entretenir les terrains de chasses…..le gibier ne prospère et se multiplie qu’en clirière principalement…..et les oiseaux ne se posent que sur des terrains nettoyés des arbustres et ronces inortunes pour les atterissages ……!!!  qui le sait ? CERTAINEMENT PAS UN BOUGRIN MES COUILLES OU UNE VOINET qui sont au courrant….d’autre part la cynégétique est fort utile au renouveau génétique et à la perfection des variétés……il devrait en être de même au Senat…..et l’assemblée nationnale….ecolos n’est pas un perti , c’est un état de conscience.

    NB°ce n’est pas un plaidoyé pour chasser tout et n’importe quoi en quantité….je dis respect de l’ordre naturel des choses….

    sas

    Répondre
  5. BOULANGER

    01/06/2007

    Etre de "droite", si ça veut encore dire quelque chose, tout comme être "de gauche"  et faire (seulement) quelques choix dit écolos, d’accord. Mais il est rare que les gens de droite – j’en connais – ne soient pas productivistes.   

    Mais aller juq’à trouver écolos des gens  de l’extrème droite, c’est vraiment pousser loin la plaisanterie. Ca fait  penser aux gens du MNLE (courroie de transmission environnementale de l’agonisant PC) qui sont écolos ET pro-nucléaires.

     

    Répondre
  6. grutjack

    01/06/2007

     Je me réjouis comme Pierre Lance de certaines conversions inattendues , comme celle d’Alain Juppé, mais, à mon avis,  l’écologie n’est ni de droite ni de gauche. Ce n’est pas une question "politique" dans le sens habituel du terme. On croit sincèrement que la planète est menacée ou l’on estime  que toutes ces histoires de changements climatiques ou de gaz à effet de serre sont des bobards ou du moins de grosses exagérations. Ce qui s’est passé, c’est que depuis une ou deux décennies, d’anciens staliniens et d’anciens trotskystes ont trouvé dans les "partis"  écologistes un cadre commode pour se recycler et essayer de faire oublier leurs  péchés d’autrefois. Mais, historiquement, les responsabilités sont partagées dans la destruction de la santé  de notre planète. Les Etats-Unis ont été certainement de très grands pollueurs, mais ils ont été battus par l’ex-Allemagne de l’Est, pays du communisme pur et dur. Et aujourd’hui, le flambeau est repris par la Chine, à la fois communiste et capitaliste (on ne sait plus très bien, on demande un démêloir).

    Répondre
  7. jean dort

    01/06/2007

     

    << Au clair de la lune…………….etc. … >>

    OVNI…. : Obédiences Vénales Non Identifiées…

    Ecolo…… Mon C..! … commes disent les … sapiens…de la BM.

     

    Répondre
  8. Anonyme

    30/05/2007

    M. Lance ,

    " C’est le premier pas qui coûte , mais c’est le dernier qui compte " .

    Seront – ils à même de le réaliser . J’en doute .

    Il y a plus de 70 ans que que Callendar avait attiré l’attention sur le fait que la concentration de CO2  dans l’atmosphére  risquait d’augementer par suite de la combustion de charbon  ( et d’hydrocarbures). D’où pourrait résuter à terme un accroissement de température … bénéfique ,   et étendant , entre autres , les zones de culture plus vers le nord .

    Il y a 30 ans des études ont montré que si la concentration de CO2 qui étaient de 33O ppm , était multiplié par 2 , il pourrait en résulter un accroissement de température de 1,9 à 2,9° C dans la troposphére , et même deux à trois fois plus aux hautes altitudes .

    L’on sait ou l’on ne sait pas non plus que la plus grande quantité de CO2 provient des usines de ciment ( quatre en tout en France ) . Il suffisait de mettre des capteurs de CO2 pour faire diminuer la quantité de CO2 dans l’atmosphére .Mais probablement , cela aurait gêné les compagnies pétrolières .

    Il existe quatre poubelles de CO2 : la stratosphére , l’atmosphére ,  ( 54 % du CO2 produit en 1970 ) , les couches supérieures des océans ,la masse profonde des océans .

    Les trois pays qui produisent le plus de charbon ( la Chine qui peut polluer , puisque pays en voie de développement , la Russie et l’Amérique qui semble ne pas prendre l’affaire au sérieux .

    Il suffirait que la forêt amazonienne s’embrase , faute de pluie , ce qui dégagerait une forte concentration de CO2 réchauffant la mer qui dégagerait des quantités incalculables de ce même CO2 , pour que la vie devienne irrespirable pour tous les êtres .

    Qu’importe , le pôle sud était le pôle nord voici 7OOOOO ans et les pôles s’inverseront sûrement encore , la température de l’eau était supérieure à 20 degrés il y a deux millions d’années , la neige n’ayant apparût qu’il y deux millions d’années sur les monts du Kilimandjaro. La neige et l’homme ayant la même époque de naissance .

    Je ne pense pas comme vous . Je pense que nous sommes seuls dans l’Univers ( ni Dieu , ni hommes ou quelconques êtres ) , et que si ce monde devait disparaître , cela n’aurait aucune importance . Il

    Répondre
  9. ozone

    30/05/2007

    Attendez la fin des legislatives avant de parler.

    Répondre
  10. Emmanuel Pointu

    30/05/2007

    L’enjeu de 20% d’énergie renouvelable d’ici à 2020, suggéré par le pacte écologique de Nicolas Hulot, dont l’évidence n’est pas à démontrer sur le plan écologique, pourrait néanmoins présenter un inconvénient majeur sur le plan politique.

    Les différentes techniques , je pense à la cogénération où les chaudières à cycle combiné par exemple qui permettent de produire de l’électricité et de la chaleur à partir du gaz naturel, pourraient donner une marge de manoeuvre à GAZPROM société gazière nationalisée Russe. De ce fait , je pense qu’il est absoluement fondamental d’effectuer la fusion GDF-SUEZ , afin d’éviter l’implantation de GAZPROM en Europe de l’ouest , et de protéger les interêts de ces deux sociétés françaises très complémentaires en matière environnementale et largement implantées dans le monde.

    Mercredi 30 Mai,

    Emmanuel Pointu.

    Répondre
  11. Jean-Claude THIALET

    30/05/2007

    30/05/07    – "les 4-Vérités"

    Si, comme on dit, "la fonction crée l’organe" pourquoi ne pas penser que la création d’un super-ministère de l’Ecologie ayant regard sur tous les autres Ministères ou presque (l’Agriculture exceptée, m’a-t-il semblé, ce qui me paraît contradictoire avec une véritable volonté "écologique"), créera en France un véritable sursaut écologique.

    Qu’il me soit permis quand même de me demander si AL JUPPé ( comme l’a appelé plaisamment, par référence à AL GORE, un journaliste de "RIVAROL") est vraîment le "right man" à ce poste. Que je sache, ce NEO-CON (néo-converti, si l’on préfère !) de l’Ecologie, dans ses différentes (et importantes fonctions) tant comme Premier Ministre, que comme Maire de BORDEAUX ou comme Président de la Région AQUITAINE ne s’est pas montré un fervent défenseur de l’Ecologie, à commener par la "quotidienne", celle qui répond le plus aux besoins urgents de ses compatriotes, de sa ville, de sa région ou de son pays.

    Et il me paraît facile de clamer urbi et orbi  les dangers de "l’effet de serre" ou du "réchauffement de la terre" (1) alors que l’on ne s’est pas inquiété, par exemple, de la pollution de nos sols et de nos rivières  davantage par l’Agriculture (transformés en "industriels", nos "paysans" sont devenus les premiers pollueurs en France)(2) que par l’Industrie. Mais pour ceux qui se souviennent que saint PAUL du temps où il s’appelait "SAUL" avait été un grand massacreur de chrétiens, avant de devenir le véritable fondateur du christianisme, pourquoi ne pas penser qu’Alain JUPPé, ne puisse se transformer en apôtre agissangt et efficace de l’écologie, après s’être montré tiède ou simplement ndifférent  à son égard? Et imaginer que la rue (j’en ignore encore le nom) où est installée son super-ministère (exigé par Nicolas HULOT, faut-il le rappeler ?) devienne son "chemin de Damas" ? L’avenir le dira. Souhaitons que ce soit avant que les effets de serre ne nous aient littéralement "cuits", ou le réchauffement de la terre engloutis sous les flots !

      Cordialement,  Jean-Claude THIALET

    (1) à ce sujet, comme le révéle un excellent article paru dans "RIVAROL" sous un titre évocateur, "Réchauffement climatique : une maniputation ?" ( 25 mai 2007 < http://www.rivarol.com >), un long documentaire intitulé "The Great Global Warming Swindle"(3) programmé par la chaîne privée anglaise CHANNEL 4, semble prouver que les activités humaines sont loin d’être responsables – avec le CO2 – de ce "réchaufement "et de cet "effet de serre". Dans ce film, le Pr John CHRISTY, scientifique américain de "grand renom", montre que le CO2 généré par les activités humaines ne représentait qu’ "unre quantité infinitésimale". Pas plus de 0,5 % de l’ensemble des gaz atmosphériques, selon Tim BALL, climatologue à l’Université de WINNIPEG (Canada). Et quand on saura que 19 scientifiques – dont certains de renommée mondiale siégeant au GIEC (le "machin" convié en Avril à Paris par le nouveau "grand’prêtre" de l’Ecologie mondiale qu’est devenu Jacques CHIRAC en quête d’une reconversion)(4), en ayant démissionné, interviennent dans ce documentaire pour coroborer les affirmations de John CHRISTY et de Tim BALL, il est permis, sinon de douter, du moins de se poser des questions quant aux réalités, non des menaces qui pèsent sur notre Terre, mais des véritables responsables…  Une responsabilité que, pour des raisons que l’on peut deviner, les "mondialistes", s’efforcent de faire porter davantage sur le "vulgum" que sur les requins de la finance internationales". Comme popur mieux faire avancer dans nos "crânes" de demeurés, l’idée d’un Gouvernement mondial qui pourrait impodser son diktat sous le prétexte de préserver l’Humanité d’un cataclysme ! Il est vrai que pour ceux qui ne croient plus en Dieu, l’Homme est forcément responsable de tout ce qui peut arriver à la "Planète bleue". Tout comme il devrait l’être de ses actes et de son destin !  Ce que dénient par contre les humanitaristes de tous poils, sans souci de contractiction ou d’incohérence …

    (2) il n’est que de voir les précautions (masques, scaphandre, etc) que sont obligés de prendre les "industriels-paysans" lorsqu’ils épandent sur leurs champs les pesticides, engrais, et autres poisons de l’industrie chimique que l’on retrouve dans nos assiettes et qui sont parmi les responsables de cancers et autres maladies de dégénérescence ! A telle enseigne que, récemment, un agriculteur a obtenu d’un Tribunal que "son" cancer, généré par ces pesticides, engrais, etc. soit considéré comme une "maladie du travail" (sic). Et tous ceux qui s’imaginent que "l’agriculture prétendue raisonnée" (tout comme celle, d’ailleurs, du "commerce équitable" !!!) leur épargne cet empoisonnement à terme, se trompent (ou sont trompés) lourdement. L’agriculteur "raisonné" (raisonnable ?) se contente de doser au milligramme près, grâce aux ressources de l’informatique,  ces "poisons". Non pour des raisons "écologiques" ou "sanitaires", mais simplemenyt pour des raisons "économiques". Les engrais et les pesticides, on le sait, coûtent de plus en plus cher ! Et, les marges des agriculteurs étranglés par la "grande distribution" (et les exigences de consommateurs qui consacrent de moins en moins de "budget" à leur alimentation), sont de plus en plus faibles. SQue n’ont-ils choisi, au lieu de se placer sous le joug de ‘"Bruxelles" la voie du "bio". Comme on dû le faire les producteurs Cubains. Après avoir été eux-mêmes les champions de la productivité industrielle et polluante, du temps où l’URSS qui tenait à bout de bras l’économie cubaine achetait la canne à sucre contre la fourniture de produits tout aussi industrielles et de prétrole. Nécessité fait loi ont eu l’intelligence de comprendre les Cubains dont le pays est devenu le premier producteur "bio" au monde. Donnant des idées aux "farmers" américains dont certains ont commencé à abandonner le tracteur pour le bon vieux cheval. Dont ils ont constaté, études chiffrées à l’appui, qu’il était beaucoup plus rentable tant en terme de productivité que de coût, que son concurrent à … roues. Quand on sait que les Américains ont le génie de mettre en oeuvre les bonnes idées, d’où qu’elles viennent !

    (3) swindle = escroquerie ! Mot, on en conviendra, qui est beaucoup plus "cru" que l’euphémique "manipulation" !

    (4) suivant en cela le néo-converti Al GORE (son modèle !)  qui en a fait son "job" avec toutes les royalties que lui rapportent son film, son livre et ses conférences … On le sait, le néo-retraité de l’Elysée, rêve d’une "planque" d’ambassadeur (pourquoi pas de l’Ecologie mondiale ?) qui lui permettrait, outre une activité dont il a certes besoin, les ressources, les honneurs et les avantages qui vont avec. Pourquoi pas l’immunité diplomatique (je n’ose écrire "judiciaire") qui va avec. Ou encore une éventuelle résidence de fonction un peu moins "riquiqui" que le "modeste" (pour lui !) appartement du Quai Voltaire mis gracieusement (gratuitement, si l’on préfère) à sa disposition par le fils de feu son ami, le milliardaire libanais Rafik HARIRI ?

     

    Répondre
  12. ambre

    30/05/2007
    Désolée mais :
     
    Je n’arrive pas à me résoudre à cette analyse car j’ai une vision totalement inverse.
     
    En effet, je "suis" culturellement et familialement de droite puisque j’ai grandi dans une famille de commercant absolument hermetique à l’écologie. Et c’est justement en me rendant compte de l’urgence environnementale et humaine que j’ai changé de bord politique (comme vous le savez pour la gauche alternative).
     
    Pourquoi ne pas être restée de droite et être devenue écologiste en même temps puisque c’est soit-disant possible?
    Justement parce que la dissonance était trop importante: il n’y a pas de logique du profit personnel en accord avec la sauvegarde de la planète. C’est totalement illusoire de croire l’inverse! et surtout c’est pratique car ça donne bonne conscience aprés avoir dénigré les écolos pendant des années. être de droite et être écologiste pour moi, c’est pas possible ou alors il faut m’expliquer longtemps!
     
    Effectivement, il y a peut-être plus d’"ecolos" (ceux qui mangent bio et trient leurs déchêts?) chez les personnes de droite qui ont un niveau socio-culturel favorisé.
    Pourquoi?
    Parce qu’il bénéficient de ce milieu favorisé et surement par parce qu’ils sont de droite! faut pas prendre les choses à l’inverse! Bientôt, il va finir par dire qu’il faut être de droite pour être écolo, non mais franchement? 
    Ils sont "ecolos" seulement parce qu’ils ont le choix (c’est toujours plus facile avec de l’argent, souvent gagner au dépens de la planète et l’humain) et parce qu’ils ont accés à une information de qualité. On ne pas dire que ce soit aussi facile dans les classes populaires.
    (C’est bien pour ça qu’il est impossible de s’ocuper de l’écologie sans s’occuper des problème sociaux en paralèlle).
     
    Je trouve que ce texte est de mauvaise fois, quand on considère que Juppé et Sarkozy ne laisseront pas tomber le nucléaire et les ogm en plein champ (a part quand ils y sont contraints et forcés comme pour le mais MON810). Et Sarkozy qui dit qu’il a été élu pour ses engagements et qu’il va les tenir, de qui se moque-t-on? Qui l’a élu pour bouffer de la merde, et peupler la france et le monde de centrales? Est-ce que c’est l’écologiste nouvellement né au canada (soit disant terre de toutes les sagesses… ??? ) ou est ce que c’est le financier qui miroite le profits potentiels engendrés par tous les petits EPR qu’il va pouvoir vendre au pays emmergeants?
     
    Pendant que j’y suis, je voudrais dire que la mauvaise fois est partout! car c »est aussi ce que je pense du clip de campagne des ecologistes independants qui disent, à juste titre, que l’écologie n’appartient à personne, ni de droite ni de gauche. soit! c’est vrai et c’est une position que je respecte profondemment (sinon je ne serait pas adhérente et militante active dans une ONG internationale de préservation de l’environnement)! mais par pitié, ne le dites pas quand vous avez des candidats aux elections! Ca veut quand même bien dire qu’ils pensent que l’écologie leur appartient sinon pourquoi faire un parti autant laisser les écologistes à droite et à gauche! ou alors je suis complètement con! C’est honteux de pouvoir dire une chose et de faire l’inverse en même temps. La campagne présidentielle nous a gâtés dans ce sens, et je crois qu’on va devoir encore le supporter pendant 5 ans, si on fait pas effort pour résister!
    sur ce…
    Répondre
  13. Anonyme

    30/05/2007

    M.Juppé n’a assurément pas les compétences ou connaissances scientifiques/techniques en écologie,géochimie/géophysique,climatologie requises pour diriger un tel ministère:( simple "politichien enarque") et pour y prendre des décisions qui vont engager très foertement notre avenir économique/démographique ou climatique.

    Cette tâche ne peut être confiée qu’à un ou un groupe de scientifiques triés sur le volet et aux compétences indiscutables.

    Si cela n’est pas fait des mesures essentielles comme le contrôle démographique et la nécéssaire dépopulation ne seront pas prises  par M.Juppé au nom d’une soi-disant dénatalité fatale pour notre sécurité sociale .

    L’écologie,science des interactions entre le monde vivant et son environnement,ne peut occulter le problème démographique(surpopulation mondiale),cause majeure de nos problèmes actuels et encore plus à venir.

    Je doute en outre de la sincérité de la soudaine illumination écologique qui l’a atteint ces derniers temps : il se sert uniquement de la mode écologique pour assouvir sa soif de pouvoir.

    Il est faux jeton et manipuilateur comme la plupart des politiciens.

    Répondre
  14. Jaures

    30/05/2007

    Cher P.Lance, quoique de gauche, je ne me sens pas fruste au point de méconnaître les problèmes écologiques. Qu’il existe des écolos de droite, je demande à voir dans les actes. Souvenons nous du sort réservé à Corinne Lepage sous le gouvernement…Juppé!

    O.K, jugeons à l’usage. De toute façon nous n’avons guère le choix. Voyons si on va remettre en cause l’agriculture productiviste et sa surconsommation de pesticides et d’eau. Voyons si les OGM sont enfin interdits en plein champs alors que 80% des consommateurs les refusent. Voyons si les transports en commun sont enfin développés au détriment des autoroutes. Voyons si le nucléaire, qualifié par Sarkozy "d’énergie propre" (alors qu’elle crée 1300 tonnes par an de déchets stockés pour nos enfants) est enfin remis en cause au profit des énergies renouvelables. Voyons si de nouvelles normes sont établies pour les constructions afin qu’elles soient moins gourmandes en énergie. Voyons si la pression sur les industriels permet de limiter les emballages, les ajouts de sel et de sucre. Voyons si la pêche est réorganisée afin de préserver, s’il en est encore temps, la ressource sauvage. Voyons si les villes sont incitées à limiter l’usage de l’automobile…

    Je crains que nous ne soyons vite déçus.

     

    Répondre
  15. DRUANT Philippe

    30/05/2007

    Je ne partage pas votre optimisme au sujet de la soudaine illumination écologique de ce bon M.juppé

    dont je doute de la sincérité et de la maîtrise de sciences telles l’ écologie(étude des interactions entre le monde dit vivant et son environnement ),la géophysique,l’astrophysique,la géologie,la climatologie et la géochimie,par exemple.

    Ce monsieur ou tout autre politichien ( technocrate enarque ou non) ne peut décemment s’occuper d’ évènements influençant l’écologie que sont la surpopulation humaine,les problèmes énergétiques,le dérèglement climatique,etc…  dont les décisions vont engager l’avenir climatique/démographique du pays.

    Un tel ministère  ne devrait êttre confié qu’à un ou un groupe de scientifiques triès sur le volet 

    Aucun politicard ne devrait même s’occuper de ce sujet capital car la plupart sont des pleutres et des incompétents notoires .

     

     

    Répondre
  16. carron-fourt

    30/05/2007

    L’écologie de droite est une écologie de productivisme ou de surface.

    Celui qui a écrit cet article n’est forcément par un écologiste.

    Elle ne tient pas compte dans une filière de tous les acteurs qui sont impliqués, et de la chaîne de la biodiversité qui sont  les garants de vie

    "Je ne vais pas demander à mon plombier de me couper les cheveux, mais je vais aller chez le coiffeur"

    Les politiciens ne sont pas des écologistes, pourquoi alors exclure de "leur grenelle" ceux qui les dérangent ! où qui peuvent leur dire comment fonctionne le  transgène ou une centrale nucléaire !

    et bien c’est parce que pour des raisons économiques tout est déjà décidé mais il faut faire bonne figure vis à vis des citoyens qui vont votés pour eux.

    Attention à l’arbre qui cache la forêt en périle !

    Quant au niveau ministre je ne veux pas polémiquer, nous le jugerons sur les faits.

     

     

     

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)