Fatima (à propos de la mort de soeur Lucie)

Fatima (à propos de la mort de soeur Lucie)

La Vérité des miracles : De Jésus à Padre PioSœur Lucie, l’une des trois voyants de Fatima, vient de mourir à 97 ans. Si ses obsèques ont été célébrées au Portugal en présence d’une foule immense (un jour de deuil national ayant été décrété), en France la grande presse en a peu parlé. C’est que, vu le rationalisme et le scientisme ambiants, les apparitions de la Sainte Vierge semblent des faits aberrants mis automatiquement sur le compte de l’autosuggestion et de la crédulité. Pourtant les phénomènes mystiques présentent un intérêt considérable dans la mesure où ils semblent nous ouvrir une fenêtre sur le monde invisible. Encore faut-il ne pas se nourrir d’illusions. Il y en a des quantités qui paraissent frelatées et auxquels on ne peut donc accorder aucune confiance. C’est pourquoi, il est indispensable de les étudier de façon scientifique, en faisant abstraction de ses convictions religieuses, en s’efforçant à l’objectivité et en appliquant avec rigueur les règles de la méthode historique, aidé, si possible, de bonnes connaissances en psychologie.

Si beaucoup d’épisodes mystiques ayant attiré les foules ne résistent pas à cet examen, les apparitions de Fatima, au contraire, sont on ne peut plus convaincantes. On sait peut-être qu’elles ont eu pour témoins, en 1917, trois enfants, Lucie (dix ans) et ses cousins germains François (neuf ans) et Jacinthe (sept ans). La première date du dimanche 13 mai. Elle a été racontée par l’abbé Ferreira, curé de Fatima, très circonspect, très réservé, qui a interrogé les enfants dans les jours suivant chacune des apparitions. Son attitude était conforme à celle de l’Église, méfiante à l’égard des phénomènes mystiques, qui l’embarrassent.

Les enfants faisaient avancer leur troupeau de brebis, quand ils virent apparaître sur un chêne vert une dame vêtue de blanc qui commença par leur dire : « – N’ayez pas peur ! (formule courante dans la Bible lors des manifestations surnaturelles)… Je suis du Ciel… »

Elle irradiait une lumière intense, puis elle s’éleva doucement, jusqu’à disparaître dans l’immensité du ciel. Elle avait demandé aux enfants de revenir pendant six mois le 13 du mois au même endroit (Cova da Iria) et à la même heure (vers midi). En effet, l’apparition se reproduisit chaque mois jusqu’au 13 octobre, en présence d’une assistance de plus en plus nombreuse. Le 13 août, 18 000 à 20 000 personnes… mais les enfants n’étaient pas au rendez-vous. Ils avaient été enlevés puis séquestrés par l’Administrateur (une espèce de sous-préfet, président-fondateur d’une loge maçonnique) afin d’empêcher l’apparition supposée telle. Cependant, la foule observa les prémices de celle-ci, qui demeura incomplète, mais qui survint inopinément devant les trois enfants le 19 suivant.

La dernière, celle du 13 octobre, présenta des caractères différents des précédentes. Il y avait entre 50 000 et 70 000 personnes, des paysans, des bourgeois et des intellectuels venus des villes, même des incroyants, parmi lesquels le rédacteur en chef d’ « O Seculo », quotidien libéral, anticlérical et maçonnique de Lisbonne qui a laissé un récit de ce qu’il a vu : des phénomènes d’ordre cosmique qu’on a dénommés « la danse du soleil ». Les témoignages sont nombreux. Le soleil semblait tomber sur la terre. Les objets reflétaient toutes les couleurs de l’arc-en-ciel. « En nous regardant les uns les autres, l’un paraissait bleu, l’autre jaune, l’autre rouge. « Les observatoires n’ayant rien enregistré, il ne s’agissait évidemment pas de faits d’ordre astronomique. On pense donc à une hallucination collective, événement rarissime, inconnu à cette échelle, mais les habitants du village d’Alburitel à 15 km, qui ne s’attendaient à rien, purent constater au même moment exactement la même chose. Il n’y a pas d’explication rationnelle. S’agissait-il de montrer la puissance de Dieu ?

Dans l’espace d’un simple article, on ne peut entrer dans le détail des apparitions, mais succinctement donner quelques arguments en faveur de leur authenticité : l’exceptionnelle valeur morale des enfants, l’absence chez eux de toute exaltation suspecte, leur totale absence de vanité, l’invariabilité de leurs témoignages, la résistance qu’ils ont opposée à leur persécution par les autorités civiles, la façon dont ils ont répondu à l’interrogatoire ecclésiastique, la vision par presque tous les assistants, y compris les incroyants, des phénomènes cosmiques du 13 octobre, enfin les nombreux ouvrages écrits sur la question, les critiques mal fondées de quelques auteurs progressistes et la manière satisfaisante avec laquelle elles ont été réfutées.

Quant au sens à accorder à tout cela, il ne peut être donné que dans la foi. Nous sortons alors du cadre de cet article.

Acheter La vérité des miracles de Jésus au Padre Pio avec Amazon , avec Chapitre.com

………………

Turquerie

Qui a dit : « Cette histoire de l’élargissement (de l’Europe) est absurde. La Turquie est maintenant candidate. Demain, ce sera le Zimbabwé. » (RMC, 25 avril 1980)? Jean-Marie Le Pen ? Philippe de Villiers ? Ne cherchez pas, c’est Jacques Chirac ! Le même qui, devenu Président pour la seconde fois, devait déclarer en 2004: « Les racines de l’Europe sont autant musulmanes que chrétiennes »…»

Jean-Claude Lahitte

Paris (75)

Partager cette publication

(2) Commentaires

  • sas Répondre

    Mr lahitte , votre mysticisme de circonstance m’interpelle et vous précise , étant athé et très curieux des choses de la vie et notamment de la puissance du mal à travers ses serviteurs et leurs oeuvres particulièrement en france …les francs maçons et autres… J’attends juin ,la mort du pape et la nomination d’un papae juif pour être conforme à des écrits que j’ai vu cette période se nomme « des olivera »(les oliviers) et si cela se passe réellement comme cela, je serais contraint et forcé de m’investir dans la religion et la foie chrétienne militante… car alors , je serais sure que le mal existe vraiment et que le souffre est son odeur !!! j’attend et à 44 ans je verrais SAS

    21/03/2005 à 15 h 21 min
  • R. Ed. Répondre

    A propos de « La Turquerie » : De la part de Chirac, cela s’appelle le « gâtisme », une affection due à son grand âge, malheureusement, irréversible.

    20/03/2005 à 14 h 24 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: