Grands vins, tableaux, actions : pourquoi il faut se moquer des experts

Posté le 15 avril , 2013, 2:39
11 mins

Et ils lui dirent : Nous avons songé un songe, et il n’y a personne pour l’interpréter. Et Joseph leur dit : Les interprétations ne sont-elles pas à Dieu ? Je vous prie, contez-moi [vos songes].

 Genèse, 40, 8.

 Nous vivons au siècle des pros et des experts, du nom de la célèbre série TV la plus vue dans le monde (et pour cause : elle nous explique pourquoi il n’y aura plus jamais de terrorisme et plus jamais d’insécurité !). Le domaine par excellence du désastre analytique est celui de la science économique : ce n’est pas pour rien que dans le Monde les excellents économistes médiatiques  (Thomas Pickety, Elie et Daniel Cohen, etc.) avaient décrété que le calamiteux programme de Hollande était le meilleur pour sortir de la crise. Ces bouffons finissent par coûter cher. Car nous leur devons nos vingt mille milliards planétaires de dettes, aux experts en économie, aussi bien libéraux que keynésiens d’ailleurs. Il est vrai qu’a priori personne ne nous fera la dette pour les réclamer, ces milliards. On verra.

Dans le monde renversé, dit Debord, le vrai est un moment du faux. Cette merveilleuse formule a été illustrée récemment par un reportage CBC d’un certain John Freed qui a courageusement relevé les inepties de tous les experts de par le monde, quel que soit leur métier. Monsieur Freed s’est aidé en France de l’amusant Jean-Loup Chiflet (lui se demande s’il faut ou non manger des sardines et si l’omega3 est si bon pour la santé, etc.) Sylvain Augé et ailleurs, surtout au Canada et en Grande-Bretagne, d’experts en experts, si j’ose dire, tels que William White (la bourse !), David Freedman (et non Freed !), auteur d’un livre complet en la matière, de Christopher Cerf ou de Matthew Stewart.

Pourquoi un tel recours aux experts ? C’est le nombre de chaînes qui devient prodigieux, confirmant que l’humanité ne fout plus rien ou presque, sauf dans d’obscures usines allemandes ou chinoises. Le reste regarde 6 000 chaînes de télé et a besoin de millions d’experts sur tous les sujets pour savoir quoi penser en matière de sommeil, de nourriture, de sexologie, d’atomisme nord-coréen ou de machins transgéniques. Et qu’est-ce qu’un expert ? C’est un hâbleur qui dispose d’un jargon (philo, psycho, techno-quelque chose) et surtout un réseau qui l’invite et le réinvite jusqu’à la nausée. Souvenez-vous de l’excellent texte de Fontenelle, qu’on nous lisait à l’école, et qui s’appelait la dent d’or. A l’époque le dada collectif c’était la théologie, aujourd’hui, où tout est fric, c’est l’économie. Et la santé, aussi : car vivra-t-on jusqu’à cent-trente ans en courant comme Lionel Messi comme le veut le Figaro ?

Je commence par le meilleur : le vin, car Dieu sait si c’est la marotte des beaufs et des nouveaux riches, des crétois en tout genre et des snobs se prenant pour James Bond (ce whisky a douze ans d’âge, ce n’est pas comme la marquise !) ou pour Arsène Lupin. Le film impertinent nous apprend tout de go que l’on va organiser, sur deux vins rouges, un concours qui engage l’honneur et la science des 54 experts ou sommeliers ou œnologues ou tout ça à la fois. Tout le monde  a jargonné (il est lourd, sa robe est souple, il sent la cerise, il y a du cuivre – surtout au Chili ! – et de la fraise, etc.). Comme dans la farce de maître Pathelin. Eh bien, il n’y a pas de vainqueur car personne ne n’est rendu compte qu’il n’y avait qu’un seul vin rouge. Il y avait un vin blanc qui avait été maquillé pour paraître rouge. Personne ne l’a su, sauf l’ingénieur farceur qui avait organisé le show.

Serge de Beketch m’avait dit un jour que 2% des gens étaient capable de reconnaître sans l’étiquette un vin rouge d’un vin blanc. En fait, c’est beaucoup moins. On achète des étiquettes et un code-barres et puis voilà. John Freed interroge un viticulteur français qui, guilleret, confirme les escroqueries de ce milieu huppé et explique qu’aucun vin, même un Montrachet, Nuits-Saint-Georges ou Romanée-Conti ne devrait coûter… plus de quinze euros. Le reste est affaire de communication, de marketing, de bourrage de crâne en fait. C’est peu comme dans la franc-maçonnerie : il y a les grands ancêtres qui ne faisaient pas d’humanitaire ou de mariage au mot et qui bâtissaient de leurs mains nos cathédrales, et il y les modernes, les spéculatifs, qui sont de tous les gouvernements et se foutent partout du monde. Il y a donc le viticulteur et il y a l’expert en vin, le paraphraseur de Parker (créé par un avocat de renom autoproclamé expert) pour les gogos et les médias. Platon aurait dit que nos experts sont ses sophistes peut-être.

On continue avec d’autres domaines dans cet excellent film : la météo, avec tous les scientologues ( !) qui se trompent et nous prévoient le réchauffement climatique pour hausser les impôts ou faciliter un ordre mondial de plus en plus inepte (on a  interdit le sel dans les restaus  à Mexico !) ; la bourse bien sûr, avec le retour à la fameuse image du singe qui ne se trompe pas plus avec ses fléchettes que n’importe quel analyste de Goldman Sachs payé des lunes. Evidemment, le réalisateur et sa troupe de joyeux drilles ne peuvent s’empêcher de parler des œuvres d’art et du marché de la copie : à l’œil nu personne ne peut reconnaître une copie parfaite.

Là-dessus aussi, Debord avait tout dit, et tant dans son style inégalable :

Ainsi, dans une époque où ne peut plus exister d’art contemporain, il devient difficile de juger des arts classiques. Ici comme ailleurs, l’ignorance n’est produite que pour être exploitée. En même temps que se perdent ensemble le sens de l’histoire et le goût, on organise des réseaux de falsification. Il suffit de tenir les experts et les commissaires-priseurs, et c’est assez facile, pour tout faire passer puisque dans les affaires de cette nature, comme finalement dans les autres, c’est la vente qui authentifie toute valeur. Après, ce sont les collectionneurs ou les musées, notamment américains, qui, gorgés de faux, auront intérêt à en maintenir la bonne réputation, tout comme le Fonds Monétaire International maintient la fiction de la valeur positive des immenses dettes de cent nations.

Qu’il s’agisse des experts en terrorisme, en islamisme, en soviétisme, en déclin du christianisme, en n’importe quel isthme, tout le monde se trompe. On en est revenu au temps du devin d’Astérix avec les besoins irrationnels en voyants, sibylles et autres divinateurs. L’humanité aime être trompée, et elle paie des fortunes pour être trompée.

On se souvient que dans les années soixante déjà, Umberto Eco, voyageant en Amérique et visitant Las Vegas, avait évoqué cette guerre du faux qui frappe aujourd’hui tous les domaines et nécessite pour la justifier autant d’experts incompétents et omniscients. Vivement un comité d’experts faisant la chasse aux experts !

Mais l’Ecriture sainte savait déjà tout sur le sujet :

Et de par moi fut donné un ordre qu’on amenât devant moi tous les sages de Babylone pour qu’ils me fissent connaître l’interprétation du songe. Alors vinrent les devins, les enchanteurs, les Chaldéens, et les augures ; et je dis le songe devant eux, mais ils ne m’en firent pas connaître l’interprétation.

Daniel, 4, 6-7.

ARTICLE PRÉCÉDENT

En marche vers Globalia

ARTICLE SUIVANT

La liberté en péril

8 Commentaires sur : Grands vins, tableaux, actions : pourquoi il faut se moquer des experts

  1. Magne

    14 juillet 2013

    C’est vrai , tous ces experts , c’est dingue .
    Le systéme est bien au point . Quelque soit le sujet , débarque immédiatement à la Télévision une multitude d’experts ( souvent les mêmes ) qui expliquent l’alpha et l’oméga du problème . Il est rare que l’on apprenne quelque chose .
    Les experts sont censés connaître à la perfection les sujets présentés . Ils sont bardés de diplômes , enseignent la plupart du temps dans des écoles prestigieuses , ne dérapent pas , sont réactifs et ne présentent pas de dangers : pas de déclarations intempestives pouvant faire réagir négativement le grand public qui ne demandent pas de tout connaître d’un problème .

    Dans le cas présenté , vin blanc et vin rouge , l’expert peut -il dire que le vin rouge présente des oxydants bons pour la circulation du sang ( attention deux verres maximum ) et que le blanc ne présente que trés peu d’oxydant donc pas d’effet sur la circulation sanguine , à une heure de grande écoute . Sûrement pas .

    Quant au vin rosé imaginons un instant un expert donner l’ancienne opinion que les gens avaient du vin rosé : ” des vins fruités, de structure légère et qui se boivent frais […] il n’en reste pas moins vrai qu’ils ne sont pas de grande classe […] on ne leur apporte pas toujours les soins nécessaires […] surtout on leur réserve rarement les meilleures vendanges […] ce type de vinification peut être recommandé pour éviter certains défauts des raisins noirs manquant de maturité, atteints de pourriture, possédant une saveur désagréable […] ou pour obtenir un vin rouge plus concentré. », alors que l’engouement pour ce vin est trés fort .
    Conclusion pour les experts : “s’en remettre aux grands penseurs, aux autorités et aux experts est […] une atteinte à l’esprit même de la démocratie. Toute démocratie repose sur l’idée que hormis certains détails techniques à propos desquels les experts peuvent être utiles, les décisions importantes pour l’ensemble de la société sont à la portée de n’importe quel citoyen ordinaire.” Howard Zinn .
    En Bourgogne les maternelles , comme le CP , CE , CM , reçoivent leur kit pour ” éveiller l’enfant à l’univers culturel de la vigne et des raisins … ” .

    ” Nouveauté 2013 : un kit pour les grandes sections de maternelle

    Toutes les grandes sections de maternelle de Bourgogne recevront d’office et pour la première fois, un kit qui leur est spécialement destiné.

    Le guide du maître de grande section propose un conte ludique et amusant « Les aventures de Beaugrain et Joligrain au Royaume des vignes de Bourgogne ». Une histoire d’amitié, pleine de rebondissements, pour éveiller l’enfant à l’univers culturel de la vigne et des raisins…

    Contenu d’un kit : guide du maître avec le conte, une fiche d’activités par enfant et 1 poster pour décorer la classe.

    Pour vérifier si votre école recevra bien son kit au début du mois de septembre prochain, n’hésitez pas à nous poser la question en utilisant la rubrique « contact ».”

    On ne sait pas encore si cette opération va être au goût de tous les parents français et bourguignons .

    Moi , j’y suis favorable .

    Allez ! Bonne dégustation … avec modération .

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      14 juillet 2013

      pas des ” oxydants “, heureusement pour les buveurs de Vin, mais des anti-oxydants ; le cépage Gamay semblant être celui qui en contient le plus … sur ce je m’en vais faire un petit tour dans les … vignes

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        14 juillet 2013

        parole … d’expert !
        dire que j’allais l’oublier celui là !

        Répondre
  2. pierre alain

    16 avril 2013

    Eh oui les exerts!…j’ai toujours été” tres reserve”sur cette corporation d’escrocs et j’avais raison,merci de mettre si bien cela en mots.
    J’ai fait parti d’un conseil municipal d’une ville de 10000h,j’etais plombier chauffagiste(compagnon)il y avait un artisan charpentier plusieurs techniciens en informatique,electronique,electricite,et d’autres,tous competents,mais le maire et ses adjoints etaient des fonctionnaire internationaux en retraite(c’etait pres de geneve)qui n’y connaissaient rien à rien(et pourtant nous toisaient de haut)et ne voulaient pas nous ecouter,il faut toujours et pour tout avoir recour à des cabinets d’experts moyennant argent sonnant et trebuchant,pour recevoir des raports imbuvables sur la base desquels aucune decision sensée ne pouvait etre prise ou des raports tres orientés dictant preque les decisions à prendre et recommandant les entreprises agrées ou adéquates.je me souvient d’une ecole neuve qui prenait l’eau,(ca pleuvait literalement dans la cantine,)le charpentier et monté sur le toit avec d’autres pour diagnostiquer le probleme qui durait depuis deux ans,et bien quand il y à eu proces contre l’entreprise qui avait baclé le travail,le tribunal l’a mis en acusation parce qu’il avait outrepasse son role de conseiller municipal et n’avait pas ete agree pour cela.je pourrais multiplier les exemples,c’est un vrai scandale,surtout dans les assurances,et une pompe à fric intarissable,certain se font une fortune,et on paye avec nos inpots,nos primes d’assurance,les surcouts en tout genre,ex du vin.

    Répondre
  3. Michel

    16 avril 2013

    En matière d’art, les outils existent pour déceler les faux, en tout cas la copie d’une oeuvre ancienne. Ces moyens techniques permettent une “graphologie” d’un peintre de la Renaissance ou d’une autre époque.
    Le travail de l’expert ne peut se limiter à regarder une oeuvre pour ensuite déclarer si elle vraie ou fausse (sauf si le travail est grossier), des moyens techniques sont nécessaires.
    Ensuite, le marché de l’art décide de tout, et ce marché se porte très bien et rapporte gros aux investisseurs-collectionneurs.
    Il y a aussi les ayants-droit qui refusent de reconnaître des oeuvres authentiques découvertes tardivement, afin de préserver une quantité faible et de prix très élevé de certaines oeuvres d’art. Là aussi l’expert expertise….

    Répondre
  4. BRENUS

    16 avril 2013

    Et j’ajouterai : “buvez du Kiravi” l’abrasif de l’estomac. Rien de tel pour nettoyer les tuyaux!

    Répondre
  5. quinctius cincinnatus

    15 avril 2013

    d’ailleurs ne dit on pas …. grands vins FINS de Bourgogne … ce que les Bordelais n’ont jamais pu dire de leurs vins composés et recomposés

    Répondre
  6. quinctius cincinnatus

    15 avril 2013

    ” le Bordeaux c’est bon pour les malades ” ….

    chantent les Joyeux Bourguignons de Beaune !

    j’ajouterai, à titre personnel et naturellement polémique , que les mélanges ( ici entre cépages ) sont de redoutables déclencheurs de migraines, et à dire crûment les choses une malversation oenologique … buvez les grands vins français qui ont su résister aux lois commerciales des américains … buvez du Bourgogne !

    santé !

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)