Grenelle de l’environnement : du bon et du mauvais

Posté le octobre 17, 2007, 12:00
7 mins

En juin 1968, à la suite des grèves étudiantes, une grève générale a totalement paralysé le pays. Grève dans laquelle la CGT communiste, pour ne pas se laisser déborder par des éléments gauchistes, menait des actions de plus en plus violentes. Des commandos de la CGT venaient par exemple souder les grilles des rares usines qui continuaient à travailler…

Pour mettre fin à ces dangereux désordres, le Premier ministre Georges Pompidou réunit au ministère du Travail, rue de Grenelle, les partenaires sociaux. Après des discussions épuisantes, un consensus se dégagea, aboutissant à une augmentation moyenne des salaires de 10 %, à une augmentation des bas salaires de 25 % (le Smig) et à une réduction du temps de travail à 40 heures. Mais les syndicats, toujours débordés par des éléments gauchistes, ont refusé de signer ce que l’on appelle les « accords » de Grenelle. Le gouvernement les a cependant appliqués. Et Grenelle est devenu dans la culture française le symbole très fort d’un dialogue retrouvé et réussi.

Les accords de Grenelle sont encore considérés aujourd’hui comme une « grande avancée sociale ». La réalité économique est malheureusement bien différente. D’abord, du fait que le temps de travail a été réduit, la production du pays a été réduite. Il y a moins de richesses à partager. Ensuite une augmentation brutale et massive des salaires ne donne pas une augmentation du pouvoir d’achat. Elle ne donne très rapidement que de l’inflation.
Enfin, la France, en marche vers la monnaie unique dès 1968, avait remplacé, pour lutter contre l’inflation, le contrôle des prix par celui de la masse monétaire. Or, plus l’inflation est forte, moins la Banque centrale peut mettre de monnaie sur le marché, plus le pouvoir d’achat est diminué. Le chômage est apparu en France dès 1969. Il dure toujours.

Il semble difficile de considérer les accords de Grenelle comme une grande avancée sociale, car ils n’ont finalement donné au pays que moins de richesses, plus d’inflation et le chômage en prime.

Le « Grenelle de l’Environnement » a donc commencé. Tous ceux qui ont un mot à dire sur notre environnement présent ou futur sont convoqués. On y débattra de tout, sauf de l’atome : du CO2 et du réchauffement climatique, des avantages comparés de la bicyclette sur l’automobile, de l’agriculture intensive qui permet d’avoir du pain pas cher et de l’agriculture biologique. Des OGM qui sortent de la famine des milliards d’hommes, mais qui sont accusés de mettre dans nos assiettes des produits dangereux…

Plus de 98 % de la pollution mondiale se fait actuellement hors de la France. L’avenir de notre planète se trouve ainsi essentiellement à l’étranger. Mais la France a un rôle à jouer. Ses prises de positions, si elles sont rationnelles, peuvent orienter le comportement des autres pays. Surtout, la France est tout à fait capable de fournir des technologies non polluantes.

Ce Grenelle de l’environnement peut déboucher sur des taxes écologiques, pénalisant uniquement les entreprises françaises, comme une taxe sur le carbone. Un tel choix serait suicidaire : nos entreprises sont déjà dangereusement non compétitives. Nous aurions encore plus de chômeurs.

Mais il peut aussi déboucher vers d’excellentes solutions pour la France et pour le reste monde. Les besoins mondiaux d’électricité sont énormes : la Chine construit actuellement tous les ans trois centrales électriques à charbon très polluantes par leur rejet de CO2. Tandis que la France sait construire des centrales atomiques utilisant la fission nucléaire, centrales de moins en moins polluantes par leurs déchets et de plus en plus compétitives.

La France organise aussi en Provence la mise au point de la future centrale électrique utilisant la fusion de l’atome : centrale qui donnera à l’humanité toute l’énergie électrique dont elle aura besoin, sans rejet de CO2, sans risque d’explosion atomique et sans déchets atomiques. Mais cela ne se réalisera probablement pas avant trente ans.

Écoutons les écologistes quand ils nous demandent de ne pas gaspiller l’énergie. Mais eux qu’ils écoutent Nicolas Sarkozy qui veut s’opposer à la pollution par le CO2 en fournissant au monde entier des centrales atomiques françaises.
Il n’est pas encore interdit de rêver en France…

11 réponses à l'article : Grenelle de l’environnement : du bon et du mauvais

  1. Marc

    23/10/2007

    Dans tous ces commentaires,je n’en ai pas trouvé un seul qui pose la vraie question,ET SI C’ETAIT CLAUDE ALLEGRE QUI AVAIT RAISON ? Que toutes ces stupidités dont on nous abreuve,n’étaient en réalité que des prétextes suplémentaires pour nous gruger encore un peu plus . Qui s’est posé la question de savoir à qui profite tout ce battage ? Aux ayatholas verts et rouge!  Ces salopards en vivent, et grassement ! Ils vivent de votre stupidité à tous ,qui écoutez  ces fumiers ! Que représente la France ? Un tout petit point sur la planisphère ! Que représentons nous pauvres cons de Français, 62 millions d’habitants ! L’Europe 400 millions ! Croyez-vous pauvres idiots que les 6 milliards d’individus qui restent, vont , pour nous faire plaisir, arrèter de se développer, eux qui crèvent de faim ? Bandes de naîfs ! Tous ces salopards, de gauche comme droite, ne pensent qu’à une chose, nous baiser ! Nous faire cracher encore un peu plus au bassinet, la preuve, vous la verrez bientôt, avec toutes ces taxes qu’ils nous préparent !

    Répondre
  2. Florent Gallet

    18/10/2007

    Quel niveau d’analyse !

    On apprend dans votre article que l’énergie atomique est propre, que les OGM ne présentent comme mauvais côté QUE la présence de produits chimiques mais permettraient de nourrire les populations qui ont faim…

    Soit c’est de l’humour et bravo, soit vous êtes un ignorant et je vous pardonne.

    Mais n’allez pas propager de telles aneries sur internet avant de bien vous documenter…

    A bon entendeur, salut.

    Florent GALLET
    Solutions naturelles

    Répondre
  3. BELIGUE

    18/10/2007

    D’accord avec toi Druant. Le problème est l’adaptation des ressources aux besoins donc la maitrise de la demographie comme l’on fait le japon, certaines iles du pacifique et les papous sinon on subira le sort de l’île de pâques. Au fait à quoi pensera l’homme  qui utilisera le dernier litre de pétrole ou le dernier kilo d’uranium??

    Répondre
  4. linazard

    18/10/2007

       Je pense que si l’état reprenais son droit de créer l’argent dont on a besoin, il n’aurai  déjà plus d’intérêt à payer !

    Pourquoi avoir laissé ce soin à des banquiers ? ? ?

    A notre époque l’argent n’ai plus gager sur l’or. Et il en est céer à foison lors des crédits .
    L’argent viens de nulle part ! Il est CREER ! Par un simple jeu d’écriture .

    Les intérêts eux par contre ne sont pas créer !

    C’est un endettement sans fin !

    Les conséquences  de tout ça sont désastreuses  pour les citoyens , les états et pour LA PLANETE !
    Les citoyens payes lourdement l’incompétence des hommes politiques qui vendent à tour de bras les biens publics !

    Tout les impôts sur le revenu ne suffises pas à remboursé les intérêts de la dette !
    Faut bien trouver de l’argent ! ! ! ! Disent-ils

    Les services publique (pour nous les citoyens) sont bradés à la concurrence du marché !

    Hausse des prix à la clef !
    Marché = profit constant = réduction des couts où hausse des prix !

    De toute façon on est perdant !

    Cette loi du marché écrase tout sur son passage ! Le profit ! Encore et toujours plus !
    La planète aussi lui est brader ! Elle est pillée ! Maltraitée ! Souillée !
    L’argent est devenu le centre . La marchandise magique par excellence ! celle qu’il faut avoir à tout prix au risque d’y perdre la vie ! La nature souffre énormément de cet état de fait !
    Combien de temps nous supportera-t-elle ?

    N’est-il pas temps de réveiller nos consciences et d’arrêté cette mascarade !

    Comment me direz vous ?

    Le premier pas ne serait-il pas que le gouvernement n’ai plus à rembourser des intérêts ?
    Tout ces intérêts qui affaiblissent le pays ne sont n’y plus n’y moins que du vol organisé !

    Les travailleurs qui enrichissent le pays par leurs durs labeurs sont en proie de cette machine infernal qui lui suffit de 30 segondes pour créer  1 million € !

    Alors qu’il faudra des années  de travail pour en payer les intérêts !

    tout ceci est scandaleux sachant que l’argent est créer à partir de rien par les banquiers ! ! !

    L’état doit reprendre ce droit ! Pour commencer …
    Alors ! Plus de problème d’argent !  Tout deviens plus simple !

    Les preuves de cette vérité sont nombreuses !
     
    Pour en savoir plus :
    Tapez création monétaire où linazard youtube

    Répondre
  5. Jaures

    18/10/2007

    Une fois de plus Tremeau aborde un sujet auquel il n’entend rien. Juste un chiffre les 13 réacteurs actuellement en Chine ne fournissent que…2% de leur électricité. Je vous laisse deviner combien il leur en faudra pour arriver aux 75% de la France sachant que leurs besoins évoluent bien plus vite que les infrastructures. Par ailleurs, l’électricité ne représente que 17% des besoins en énergie. Alors, l’avenir appartient-il au nucléaire ?

    Répondre
  6. Jean-Luc

    18/10/2007

    Incroyable !
    un message du M.E.D.E.F. !
    L’intox gagne partout, vous vous moquez ?
    Vous souhaitez iminuer les salaires, vous croyez aussi que les salaires sont anti-économiques ?
    en effet, si comme pour le Mefef, l’économie est en fait LEURS économies.
    Je suis sidéré, le nucléaire non-polluant ?
    Savez-vous combien d’énergie est nécessaire à la construction d’une centrale atomique ?
    Ne savez-vous pas que le américains ont laissé tomber les deux filières "classiques" de la fusion ?
    (confinement inertiel et tore de plasma), non parsque l’intelligence humaine est limitée,
    en fait parsque cela nécessite des compétences incompatibles avec le carriérisme des "directeurs"
    de nos institutions scientifiques de plus en plus axés sur le service des grosses entreprises technologiques.

    Moutonnons, moutonnons, ils savent si bien nous tondre….

    Répondre
  7. RAHAN

    17/10/2007

    Un peu succint et simpliste à mon sens, en matière de solution énergétique. Mais comme je ne suis pas de ceux qui critiquent pour le plaisir de le faire, je vous livre ici quelques-unes de mes "solutions" pour un monde meilleur et dans le respect de l’énergie dont nous disposons actuellement:

    QUELQUES PROPOSITIONS CONCRETES PARMI TANT D’ AUTRES :

     

    – supprimer progressivement les télécommandes (gaspillage inutile d’énergie, pour un service somme toute peu utile à la qualité de la vie)

    – supprimer, ou interdire la fabrication et la commercialisation, dans le même esprit, de tous les "gadgets" consommateurs d’énergie, réglementer la fabrication des jouets à pile, interdire le fameux "cartable électronique", qui n’apporte rien, à part un surcroit de consommation d’énergie et d’écrans à devoir recycler par millions, plus tard………..

    – supprimer progressivement les emballages inutiles, la plupart du temps en plastic, de surcroît

    – interdire purement et simplement la fabrication de pièces en plastic, lorsqu’elles peuvent être avantageusement remplacées par les mêmes, faites dans des matériaux réellement durables, moins cassants.

    – réformer radicalement la gestion des marchandises, ce qui suppose de favoriser la création de stocks pour limiter les transports.

    – réformer radicalement le système du transport de marchandises, par la création immédiate d’une vraie logistique de ferroutage, également de transport fluvial et par canaux. (et pas dans 15 ans, comme il est dit dans Grenelle)

    – redonner une impulsion au transport ferroviaire des personnes (exemple: mon fils, dans le cadre du voyage scolaire de cette année, va partir avec sa classe en Andalousie, en autocar………………….c’est aberrant, n’y a t-il plus de trains sur Terre ?

    – supprimer la taxe incitative à l’utilisation du Diesel, pour sortir progressivement de la logique "tout diesel", dont sont déjà sortis les pays scandinaves et le Japon. Plus personne n’ignore que le moteur diesel a un rendement déplorable par rapport au moteur essence et de plus, même équipé de FAP,  il émet des micro particules excessivement nocives et hautement cancérigènes, de plus en plus d’études médicales se penchent sur le problème et aboutissent toutes aux mêmes conclusions. C’est un problème de santé publique, et la santé publique, c’est un vrai problème d’environnement………

     

    Je ne cite que quelques exemples, parmi des centaines de mesures qui pourraient voir le jour s’il s’affichait une réelle volonté de sauver notre planète ou au moins, de limiter drastiquement les dégâts…………

     

    J’espère ne pas avoir été trop long, j’ aurais encore des pages et des pages à écrire mais le temps me manque…………mais surtout, je me suis rendu compte qu’en réfléchissant d’une certaine manière dans la vie de tous les jours, les exemples d’erreurs environnementales faites par l’homme dans sa vie quotidienne et de par son mode de vie, les exemples allant à l’encontre du bon sens se comptent par milliers.

     

    Faites le test vous même: posez-vous des questions inattendues à propos de tout, du style:

    — est-ce vraiment utile ?

    — qu’est-ce que ça apporte ?

    — est-ce que c’est vraiment mieux que ce qu’on a connu jusqu’à maintenant ?

     

    Ne me mettez pas dans le camp des passéistes, je n’en suis pas, bien que farouchement opposé aux progrès qui ne sont  des progrès que pour les comptes en banque des marchands……………………….

    ………………….et parce que vous  savez tout comme moi que les 20% de toute la masse capitale que génère le commerce représentent une manne financière pour l’Etat, par T.V.A. interposée ; de là à vouloir encourager de plus en plus de transactions commerciales dans un libéralisme de plus en plus outrancier, il n’y a qu’un pas, bien vite franchi, un pas propre à décourager les meilleure intentions d’œuvrer pour l’environnement.

    Merci de m’avoir lu.

    Rahan

    Le pétrole – et son gaspillage – sont certes un problème crucial. Plus crucial encore est le problème lié à la manière dont nous en abusons, là où il n’est pas indispensable, loin de là : nous gaspillons de l’énergie, pas uniquement dans son utilisation pour les transports, mais principalement parce que nos modes de vie, notre recherche effrénée du confort confinant au « gadgétisme » et à un « modernisme » souvent crétin cautionnent son omni présence quotidienne. A la lecture de mes propositions, vous comprendrez mieux que la manière dont je me place dans le débat environnemental n’a rien à voir avec les propositions de Grenelle.

    Répondre
  8. Gaby JL

    17/10/2007

    L’énergie nucléaire possède des avantages, nous les connaissons tous, mais il reste des questions qui me turlupinent, pourriez-vous y répondre.

    1. Pourquoi les centrales nucléaires sont-elles une cible privilégiée de chantage par les groupes terroristes?
    2. Pourquoi une centrale suédoise a-t-elle en 2006 frôlé à 20mn près un incident de type Tchernobyl?
    3. Quelles compagnies assurent les risques majeurs des centrales nucléaires?
    4. Qui veut bien des déchets nucléaires auprès de chez lui?
    5. Pourquoi l’Autriche, qui rejette l’énergie nucléaire, a-t-elle si peu de chômage?
    6. Pourquoi aux USA n’y a t il pas eu de construction de réacteur depuis près de 40 ans?  
    7. Quel est le coût du démantèlement d’un réacteur?
    8. Quel est le prix réel du kWh nucléaire?
    9. Le démantèlement réduit-il la dangerosité et la radioactivité des matériaux radioactifs?
    10. Le démantèlement réduit-il le volume des matériaux radioactifs?
    11. Pourquoi le chauffage électrique est-t-il inconnu dans plusieurs pays?
    12. Pourquoi tout le krypton 85 radioactif est-t-il rejeté dans l’atmosphère?
    13. Pourquoi tout le radon radioactif est-t-il rejeté dans l’atmosphère?
    Répondre
  9. Michel MARIE

    17/10/2007

    De grâce, afin de rester crédible soyez rigoureux dans vos écrits et informations.

    Non, la fission nucléaire ne sera jamais la panacée énergétique. Nul n’est n’est besoin d’être idolâtre pour ou contre l’énergie nucléaire pour en faire un bilan honnête :

             – l’énergie nucléaire n’émet pas de CO² : voilà qui est fichtre réducteur (à souhait ?) car, d’une part le CO² est loin d’être le seul gaz à effet de serre (voyons voir du côté de la vapeur d’eau par exemple) et d’autre part le bilan en terme de carbone du nucléaire n’est pas nul, contrairement à ce que l’on nous martelle

            – l’énergie, au niveau mondial, ne participe que pour partie au changement climatique. Deux grands secteurs sont fortement émetteurs : les transports et l’agriculture intensive. Que fait-on de positif dans ces domaines ? De plus, le nucléaire, dans le secteur énergétique mondial, ne réprésente que quelques malheureux pourcentages de la production-consommation. Autrement dit, si le nucléaire était le sauveur du climat  (et que dans la partie "énergétique") il faudrait multiplier le nombre de réacteurs nucléaires actuels (en gros, 440) par 100. On imagine les tensions sur les financements, l’uranium combustible…. ET TOUTES LES TARES QUI SONT LIEES A CETTE ENERGIE

            – car, en effet, qu’on le  veuille au non, cette technologie est d’une complexité extrême, ce qui nous amène régulièrement -mais qui en France en est informé ?- à ce que l’on dénomme pudiquement "incidents" mais qui donnent des sueurs froides aux spécialistes. Et avec plus de 440 de cocotes-minutes à la surface du globe il y a lieu de croiser fort les doigts

            – quant aux déchets produits par ces réacteurs, rien de serre de gambader de droite et de gauche pour se persuader qu’ils sont gérés correctement. Non, ne nous en déplaise, aucun pays au monde ne sait éliminer la radioactivité toxique de ces rebuts. Et leurs caractéristiques sont si disparates (en terme de toxicité, de durée de vie, etc) que l’on est obligé de multiplier les avatars de solutions : certains de ces déchets sont rejetés dans la nature, d’autres sont stockés "en surface" pour des siècles, d’autres encore sont si encombrants qu’on se propose de les enfouir à des centaines de mètres de profondeur, et d’autres sont encore en attente de décision.

            – un dernier mot sur ces déchets : appréciez-vous les bulles royale du vin de champagne ? si oui, savez-vous que cette magnifique région attire toutes les poubelles nucléaires du pays et que, à force de tenacité incroyable, des citoyens et des élus de cette région ont pu démontrer non seulement les mensonges liés aux poubelles de Soulaines, Bure, etc, mais aussi les contaminations qui, déjà frappent les riverains…. quant à celle de Bure (enfouissement), en construction, des études indépendantes annoncent que c’est tout le Bassin Parisien qui s’en trouvera contaminé par les migratons des radio-éléments dans les nappes phréatiques. Pour ceux qui veulent en savoir plus, deux excellents sites : http://www.burestop.org / http://www.villesurterre.com

           – et pour terminer : ainsi le réacteur ITER (fusion), projet à Cadarache, ne produirait pas de déchets radioactifs ? On peut y croire, on peut s’en persuader mais la réalité est toute autre car c’est tout le réacteur qui sera bombardé de radio-élément et qui donc, en fin de vie, sera devenu à lui seul un immense déchets radioactifs ; combien de milliers de tonnes ?

    Bonne réflexion et osons regarder les réalités en face 

         

     

    Répondre
  10. dancoisne

    17/10/2007

    cet article est pitoyable : ainsi, les centrales nucléaires sont propres ? ben voyons, les héritiers des déchets le verront dans 500 000 ans …

    ainsi Monsieur Napoléon Sarkozy  se préoccupe d’autre chose que les yachts de luxe ? et de son avidité de pouvoir, avec ses amis les exploiteurs ?

    ainsi les OGM nourrissent les pauvres, alors qu’ils enchaînent les petits paysans à l’hégémonie des gros semenciers et polluent toutes les cultures, petite cuisine du diable que les assureurs….ne veulent pas assurer ???

     

    Monsieur Trémeau prend les gens pour des imbéciles, ou c’est à prendre au 25ème degré ??

    Répondre
  11. DRUANT Philippe

    17/10/2007

    Ce grenelle de l’environnement omet une fois de plus le problème qui tue, à savoir le problème

    démographique duquel découlent presque tous les autres; pollutions,surpêche,stérilisation des sols agricoles.

    Aucune politique écologique viable ne peut exister sans ‘adéquation entre un chiffre de population donné et les possibilités offertes par ce territoire.(capacité de charge)

    La densité de population doit s’adapter à la biosphère et non l’inverse. 

    De cela,rien ne semble ressortir du Grenelle car, bien entendu,un contrôle démographique bien mené serait  fatal pour la sacro sainte croissance synonyme de pillage planétaire de ressources aux fins de satisfaire les besoins insatiables d’une population en  lapinesque augmentation.

    @auteur:la fusion nucléaire me semble être une illusion technologique vu sa complexité et les limites de l’intelligence humaine.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)