Japon : nos verts voient rouge

Posté le 18 mars , 2011, 12:00
2 mins

Le séisme japonais à fait jaillir du bois tous les bien-pensants écolos, dont le raz-de-marée a plus sûrement ranimé la sensiblerie verte que la compassion !

Les Voynet, Mamère et consorts semblent satisfaits que la nature vienne démontrer la véracité de leur vision. Que des centaines de milliers de victimes aient succombé dans la monstrueuse déferlante liquide ne semble pas les troubler au premier chef. En revanche, les quelques morts irradiés, martyrs du consumérisme outrancier qu’ils dénoncent, sont affectés d’un coefficient multiplicateur de souffrance qui suffit à consolider leurs sombres présages. Ils semblent presque souhaiter qu’un désastre radiologique se confirme, qui leur fournira le combustible nécessaire à une super-campagne anti-nucléaire.

Ils devraient manifester un peu moins d’arrogance et davantage d’humilité. En premier lieu, eu égard à l’histoire du Japon et à sa relation à l’atome. Que le seul pays qui a souffert de la bombe A ait engagé un programme nucléaire civil, en dépit de l’immense aversion qui doit demeurer dans les mémoires, doit être analysé avec une modeste retenue.

En second lieu, les alternatives aux énergies nucléaire (et fossiles ?) qu’ils préconisent ne sont pas exemptes de pollution , à commencer par les innombrables effets secondaires ou pervers qu’ils engendrent. Telles ces belles éoliennes, arrogantes dans leur implantations, besogneuses dans leur travail et aussi versatiles que leur indispensable compagnon, le vent…

Henri Gizardin

15 Commentaires sur : Japon : nos verts voient rouge

  1. l'auteur

    23 mars 2011

    la solution vient d’^tre proposée par EDF: Augmenter de 30% le prix du KW en 5 ans nous obligera à diminuer d’autant la consommation! EDF fera les mêmes bénéfices, la CGT (plus riche CE de France!) pourra prendre des vacances encore plus dorées, et on justifiera ces surcoûts par les indispensables investissements pour les nouvelles énérgies. CQFD…

    Répondre
  2. Jaures

    22 mars 2011

    St Tex, les Allemands consomment 30% d’électricité de moins par tête de pipe que les Français.
    Je ne crois pas pour autant qu’ils s’éclairent à la bougie ou que le climat soit plus clément à Berlin qu’à Paris.

    Par ailleurs, si le coût des énergies alternatives est élevé, que vont coûter les démantèlements de centrales obsolètes ? Combien coûte la gestion des déchets ?
    Et pourquoi les centaines de milliards investis pour les centrales seraient plus légitimes que les milliards nécessaires à la diversification des énergies ?

    Répondre
  3. Anonyme

    21 mars 2011

    @ Nec mergitur : Ce que vous dites est judicieux, en effet, mais ce n’est pas pour autant qu’il faut développer des moyens de productions minables à tous points de vue (rendement, esthétique, pollution). Une issue est la fusion nucléaire bien moins dangereuse que la fission actuelle. Mais la technologie n’est pas encore au point. Mais de là à accepter de crever de sidérose avec les centrales à charbon, etc., il y a un autre pas. A moins que tout le monde réduise sa conso d’électricité d’au moins 50%… Et, vous vous le feriez ?

    Répondre
  4. Nec mergitur

    21 mars 2011
    Georges Charpak, prix Nobel de physique et pro-nucléaire acharné jusqu’à en être agressif lors de débats télévisés, avait fini par lancer à la fin de sa vie un cri d’alarme dans un livre intitulé "De Tchernobyl en Tchernobyls", effrayé qu’il était devenu, lui aussi, de la multiplication des centrales de par le monde, avec pour conséquence la multiplication des risques, en nombre et en gravité. Lui qui savait de quoi il retourne, avait pris conscience, hélas sur le tard, de la folie de répandre tous azimuts – suivez mon regard ! – cette technologie mortifère, dont les incidences ne sont comparables avec rien d’autre, même hors accident (accumulation des déchets dont on ne sait que faire, certains éléments ayant une période de radioactivité se chiffrant par centaines de milliers, voire millions, d’années, infâme "cadeau" fait aux générations futures. Le terme de "retraitement" , notamment utilisé pour qualifier l’activité de l’usine de la Hague, est parfaitement abusif).  
    Ce n’est pas du point de vue trivial de l’économie qu’il convient de regarder la chose, mais selon ceux de l’éthique et de l’ontologie, et avec sa conscience. Ceux qui ne souhaitent mourir ni idiots, ni irradiés, consulteront avec profit les sites de la CRIIRAD et du "Réseau Sortir du nucléaire". 
    Et merci de ne pas me coller d’étiquette politique, cette question n’est ni de gauche , ni de droite, elle concerne tout le monde, aujourd’hui et demain.
    Répondre
  5. l'auteur

    20 mars 2011

    SAINT-TEX, merci. Voici un commentaire quasi exhaustif pour réduire les clameurs vertes! Certes, il faut explorer les énergies alternatives, mais ne pas proclamer que c’est l’avenir. Le paradoxe écolo est à tout coin de phrase; Combien de tonnes de carbone pour fabriquer et transporter les produits manufacturés ? Quelles contraintes à la nature et aux hommes pour extraire le lithium nécessaire aux panneaux photovoltaïques et autres composants..etc Qui va vouloir payer les surcoûts énormes de développement et d’opération de générateurs écologiques? Dernier point: J’ai été témoin de, sans doute, la première ruine de ferme éolienne dans l’Aude: Personne pour démanteler et surtout pas la commune concernée qui avait engrangé la taxe professionnelle… Et le spectacle , y compris de loin était pitoyable!

    Répondre
  6. l'auteur

    20 mars 2011

    SAINT-TEX, merci. Voici un commentaire quasi exhaustif pour réduire les clameurs vertes! Certes, il faut explorer les énergies alternatives, mais ne pas proclamer que c’est l’avenir. Le paradoxe écolo est à tout coin de phrase; Combien de tonnes de carbone pour fabriquer et transporter les produits manufacturés ? Quelles contraintes à la nature et aux hommes pour extraire le lithium nécessaire aux panneaux photovoltaïques et autres composants..etc Qui va vouloir payer les surcoûts énormes de développement et d’opération de générateurs écologiques? Dernier point: J’ai été témoin de, sans doute, la première ruine de ferme éolienne dans l’Aude: Personne pour démanteler et surtout pas la commune concernée qui avait engrangé la taxe professionnelle… Et le spectacle , y compris de loin était pitoyable!

    Répondre
  7. Anonyme

    19 mars 2011

    @ J’HALLUCINE : Alors là, c’est moi qui hallucine ! Encore un exemple de préjugé. Le nucléaire est non polluant, mais quand il arrive une catastrophe, il devient certes très dangereux et pollueur. MAIS, la pollution nucléaire est variable selon les isotopes concernés. Certains, les plus nombreux en quantité d’ailleurs (ex : Tchernobyl) ont une demi-vie de 6 à 12 mois, vite absorbée par la nature. Les autres, en très faible quantité heureusement (uranium) ont une demi-vie bien plus longue, certes, mais qui sera très diluée sur la planète. Résultat : la planète va les absorber sur la distance et dans le temps. Qui s’est aperçu du développement de la ville d’Hiroshima aujourd’hui (cf. photos) alors que la bombe A (super sale) devait pourrir les lieux durant plusieurs siècles ?!!! En comparaison, la ville de Boston (USA) est devenue une ville quasi fantôme après le départ de l’industrie automobile. Donc il faut savoir de quelle type de pollution isotopique et de quelle quantité on parle avant de s’alarmer. D’autant que les Français passe maintenant pour de gros trouillard vu leur comportement au Japon ! Vous ne voulez pas subir de radiations ? Alors ne regardez plus la TV et n’allez plus au soleil, et n’allez surtout pas vous faire faire des radiographies ou pire un scanner ! La nature s’adapte à tout tant que la pollution est disséminée et donc à doses faibles. C’est comme l’immigration : plus elle est massive, moins elle est supportée (autrefois, elle déclenchait ainsi des guerres territoriales). Mais à dose homéopathique, ça passe. Maintenant, la plupart des écolos sont de bons benêts qui ne connaissent rien à la science ou sont de très mauvaise foi. Les éoliennes polluent autant la vue que les pilônes à haute tension toujours décriés ; et leur productivité est minable. Les centrales au charbon et au pétrole polluent massivement. Le meilleur est encore le photovoltaïque encore balbutiant : silencieux et discret mais son rendement doit évoluer. L’avenir du nucléaire dépend de ITER (fusion nucléaire) qui est théoriquement et techniquement plus fiable ; ou de la fusion froide. On aurait contruit des centrales au thorium (brevet Edgard Lazare) on aurait bien moins de risques d’accidents pour le même rendement. Par ailleurs, il faut savoir que la fusion froide, de son côté, implique une énergie quasi gratuite, ce qui gêne les consortium qui veulent faire du fric (je résume fortement). Quant aux morts dus à la pollution nucléaire, cela occulte les morts par les médicaments (iatrogène) qui tuent 4 fois plus que les accidents de la route chaque année, et ça personne n’en parle !!! Alors il faut relativiser et arrêter de se tordre les mains. Moralité : les verts sont des brelles qui bêlent n’importe quoi, même si l’écologie doit être désormais accentuée et si chacun doit faire un effort dans ce sens, ce n’est pas une raison pour raconter et promouvoir des conneries (par exemple, la soi-disant pollution électromagnétique des ampoules à économie d’énergie). Il y a des ces cons, je vous jure !

    Répondre
  8. IOSA

    19 mars 2011

    OUAIS!!! Mais personne ne propose une solution de rechange ( ce qui au passage aurait déjà du être envisagée depuis belle lurette).

    Au fait….les bouffeurs d’énergie, les GROS ce n’est pas nous, mais l’Industrie.

    Durant la dernière guerre, les gens faisaient ce qu’ils pouvaient pour rouler ( gazogène).

    Mais pas touche ! celà pollue.

    Pour l’éolienne, pas la peine, vous avez le droit d’en implanter une chez vous…si elle ne dépasse pas 12 mètres de hauteur et comme le vent permanent se situe à l’altitude des 30 mètres, vous l’avez dans l’os.

    Bref, tout est fait pour prendre du pognon sur notre dos, tout est fait pour que l’on utilise le pétrole et le nucléaire.

    Dernière solution….mettre les verts dans des grandes cages d’écureuils pour faire tourner les dynamos.

    Et comme disait Coluche….C’est Obligatoire !!!

    Répondre
  9. Jaures

    19 mars 2011

    Il y aune nuance tout de même évidente: les tremblements de terre ne proviennent pas des hommes mais de la Nature. Les catastrophes nucléaires sont, elles, le résultats d’initiatives humaines.

    Dans cet accident toujours en cours, alors que des dizaines de salariés sont en train de se sacrifier, on est stupéfiés de voir combien les avis de soit-disant spécialistes divergent et se contredisent. Visiblement, la technologie est loin d’être maîtrisée.

    On peut discuter l’avis des anti-nucléaire, mais certainement pas les mépriser.

    Répondre
  10. Simdew

    18 mars 2011

    Je suis d’accord avec vous quant à l’indécence de nombreux "verts" en ces circonstances.

    Cependant, il n’y a pas eu "des centaines de milleirs de morts", mais bien une vingtaine de milliers, ce qui est déjà énorme.

    Répondre
  11. Simdew

    18 mars 2011

    Je suis d’accord avec vous quant à l’indécence de nombreux "verts" en ces circonstances.

    Cependant, il n’y a pas eu "des centaines de milleirs de morts", mais bien une vingtaine de milliers, ce qui est déjà énorme.

    Répondre
  12. Laudance

    18 mars 2011

    Certes, éminents spécialistes en cette matière, les Verts ont la compassion sélective et l’indignation à géométrie variable, selon que les victimes soient conformes à leur définition d’une catastrophe et entrent dans le moule de leur idéologie. Mais ils ne sont pas les seuls, car on en trouve partout, surtout chez les Rouges et les journalistes, qui le sont à peu près tous, et dans des domaines éloignés des tremblements de terre, raz de marée et fuites nucléaires.

    Par exemple, si vous faites simplement partie des milliers de personnes qui chaque année, rien qu’en France, meurent d’une grippe traditionnelle, d’un accident de la circulation, d’une overdose, d’un cancer dû au tabac, etc, vous disparaîtrez dans l’indifférence générale des médias et des professionnels de l’émotion habilement exploitée. Par contre, si vous êtes l’une des rares victimes du virus H1N1, même si vous n’en mourez pas, vous aurez droit à la une des quotidiens et à l’ouverture du journal télévisé. Idem pour le moindre cas de vache folle. Mais il y a mieux quand il s’agit de victimes de l’un ou l’autre conflit.

    Si des Arabes sont massacrés par d’autres Arabes, si des musulmans, qu’ils soient noirs ou de type méditerranéen, sont tués par d’autres musulmans, si des chrétiens ou  quelques Blancs sont trucidés par des islamistes, si des "chances pour la France" sont abattus par d’autres "chances", c’est dans l’ordre normal du monde actuel tel que voulu notamment par la religion d’amour et de paix et soutenu par les idiots utiles et dhimmis européens. Dans ce cas, les victimes sont assurées de passer inaperçues, car personne ne va s’en inquiéter et encore moins manifester.

    Par contre, à l’exception d’un banal chrétien, si quelqu’un appartenant à l’une des catégories précitées est victime d’un Blanc, alors là les pleureuses vont nous inonder de leurs larmes de crocodiles et, telle une poussée de fièvre, l’indignation à sens unique des hypocrites sera vite à son comble et les manifestations vont se succéder au nom du monopole du coeur détenu par les gauchos de toutes les couleurs. Et si le Blanc en question est un G.I., cela va décupler leur fureur. Quant au cas similaire avec un Israélien, il mène au sommet de la haine propagée par les fous d’Allah et partagée par des tas de bien-pensants et de belles âmes.    

     

    Répondre
  13. WatsonCorsica

    18 mars 2011

    tout comme le FN a profité de l’invasion des Arabes…

    Répondre
  14. Guillermo

    18 mars 2011

    Difficile de faire un article plus nul.  Ce n’est pas parce des barges du style Voynet ou Mamère ou Eva Joly se sont emparés pour en conclure qu’il n’y a aucune matière à discussion. 
    L’argument des pro-nucléaires est simple ; "il n’y a rien à voir.  Si vous pensez différemment c’est que vous n’avez rien compris !".
    Faut aussi comprendre que tout ce qui concerne le nucléaire est entaché de mensonges de façon systématique.
    En tout cas une bonne chose c’est que les gouvernants vont un peu réfléchir (sauf en France bien sur mais c’est déjà le tiers monde).
    Et pour vendre leur saloperies de centrales ils vont s’amuser maintenant.
    Je serai pour le nucléaire le jour où ceux qui en ont fait le choix seront liquidateurs en cas de problème.

    Répondre
  15. J'hallucine

    18 mars 2011

    J’hallucine !!!! Les accidents nucléaires, ainsi que tous les essais à l’air libre sont marqué POUR TOUJOURS sur notre planête, gravé ad vitam eternam dans le lieu de vie de l’humanité pour des millenaires… Non ce n’est pas anodin, petit à petit, au gres des accidents, on remplit peu à peu l’atmosphère, le cycle de l’air et de l’eau de particule radioactives PAS NATURELLES, mais d’un autre genre…. On attend quoi pour passer à autre chose ? Que la coupe soit pleine ? Remarque c’est une attitude comprehensible… MAIS MAIS MAIS MAIS : on ne parle pas de climat, de pollution par le pétrole, de défigurer le paysage, de réchauffement climatique, de monoxyde de carbone les jours sans vent…. On parle de matière NOCIVES dans notre environnement qui ne partiront PAS. Alors qu’on se gausse de développement durable et de génération futur…. Quand la coupe sera pleine, on ne pourra pas la vider, ni la boucher, ni la remplir de béton….ON VIVRA SOUS TERRE pour des siecles et des siecles… Ca vous fait rire ??? En remplissant la coupe régulierement, tot ou tard, elle sera pleine. TOT OU TARD ELLE SERA PLEINE. AVEC LE NUCLEAIRE, NOTRE ENVIRONNEMENT EST DE PLUS EN PLUS NOCIF, jusqu’a ce que des étendues entières ne soient plus vivables POUR TOUJOURS. Tchernobyl est retiré de l’espace des humains pour TOUJOURS. Les centrales abimés au JAPON, pareil POUR TOUJOURS. Ouvrez les yeux et voyez plus loin que notre misérable séjour de quelques 10aines d’années sur terre.

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)