La foire au sang

Posté le juillet 27, 2007, 12:00
8 mins

Et ça recommence ! Comme chaque année à pareille époque, en prévision de l’augmentation saisonnière des accidents de la route, les bonimenteurs télévisuels entonnent tous en chœur l’appel au don du sang. « Il s’agit de sauver des vies humaines ! », rappellent-ils avec des trémolos dans la voie. Et les braves gogos vont offrir leurs veines aux vampires assoiffés de la religion médicaliste, qui jettent le liquide le plus précieux au monde dans le tonneau des Danaïdes de l’hyper hémorragie collectiviste. C’est l’une des plus formidables opérations de bourrage de crâne entreprises au niveau national !

Mais la vérité toute nue est celle-ci : les transfusions de sang, qui ne sont pas dépourvues d’effets secondaires, sont parfaitement remplaçables. Un progrès très intéressant a été réalisé aux États-Unis dans ce domaine, et cela grâce à la nécessité de soigner des membres des « Témoins de Jéhovah », qui, comme chacun sait, refusent les transfusions. La revue « Times » a édité à l’automne 1997 un supplément à ce sujet, avec le concours de l’Institut de recherche de Englemond, USA. Cet Institut est en tête des 50 hôpitaux américains qui n’ont plus recours à la transfusion. Ils pratiquent un éventail de techniques réduisant les pertes sanguines.

Et ils peuvent encore éviter une transfusion dans le cas d’une perte de sang de 90 %, en ayant recours à une supplémentation en fer et en vitamines à hautes doses, auxquelles ils ajoutent de l’érythropoiétine de synthèse, qui stimule la fabrication des globules rouges au niveau de la moelle osseuse. Le Dr Edwin Deitch, directeur à l’University Hospital de Newark, USA, déclarait à ce propos : « Les techniques sans transfusion mises au point à l’usage des Témoins de Jéhovah ont montré que ceux-ci se remettent mieux que prévu des opérations, et mieux que ceux qui ont été transfusés.

De fait, le sang transfusé peut affaiblir le système immunitaire et entraîner des infections post-opératoires. Il peut aussi accroître le risque de récurrence du cancer ». Selon le « Times », 25 % des transfusions effectuées aux États-Unis ne seraient pas nécessaires. Gageons que cette proportion est égale en France, et plus probablement supérieure.

D’ailleurs, en bonne logique, étant donné que 50 % de nos bacheliers sont quasiment analphabètes, on peut en déduire que 50 % de nos scientifiques sont bornés et que 50 % de nos médecins sont ignares. (Si je dis seulement 50 %, c’est, on l’aura deviné, par pure indulgence.)

N’est-ce pas l’explication du fait que les hôpitaux français n’ont pas encore appris ou essayé ces techniques des hôpitaux d’outre-Atlantique, pratiquées depuis plus de dix ans ? Mais le plus fort dans cette affaire, c’est que ces merveilleux travaux américains, qui ont dû consumer des millions de dollars, étaient eux-mêmes totalement inutiles, puisque le grand chercheur français René Quinton se rendit mondialement célèbre au début du XXe siècle en remplaçant les transfusions de sang par… de l’eau de mer, et avec un succès total ! (De l’eau de mer puisée au large et ramenée à l’isotonie, c’est-à-dire à salinité réduite, appelée « plasma de Quinton »).

Il sauva ainsi des milliers d’enfants condamnés par l’épidémie de choléra. À l’époque, la grande presse américaine avait surnommé Quinton « le Darwin français ». J’ai conté tout cela dans le chapitre que je lui ai consacré dans le premier tome de mon livre « Savants maudits, chercheurs exclus ». Aujourd’hui, René Quinton est oublié, sa découverte occultée et les nigauds bac + 5 ou 6 vont répétant comme des zombies : « Donnez votre sang pour les transfusions ! » Le cinéaste Jean-Yves Bilien a réalisé un film qui vient de sortir en DVD et dans lequel sont contées les biographies de cinq de ces « chercheurs exclus », parmi lesquels René Quinton, qui gagna pourtant une seconde renommée en tant que grand promoteur de l’aviation française avant 1914.

Le film de Jean-Yves Bilien « Pierre Lance raconte… », contenant sur DVD ses récits biographiques illustrés sur Mirko Beljanski, Paul Kammerer, Antoine Priore, René Quinton et Jean Solomidès (durée 1 h 57) est en vente au prix de 25 euros port inclus à «
L’Ère nouvelle »,
BP 171,
06407 Cannes cedex.
Pour toute commande reçue avant le 15 septembre 2007, le livre de Pierre Lance « Réflexions d’un hors-la-loi » sera joint gratuitement à l’envoi du film.

29 réponses à l'article : La foire au sang

  1. sophie

    10/03/2011

    bonjour

     apres avoir fais un enorme hématome suite a une augmentation mamaire et une corrcetion de ptose, j ‘ai du etre réoperé d’urgence.

    Le lendemain , comme je me sentais extrement fatiguée  , ils m ont fait une prise de sang , mon taux  d’amoglobine etait descendu a 6g.

    j ‘etais fatiguée mais tout à fait consciente, elle est venur dircetement me transfuser en me dsaint que c’etait vital.

    Je n ai eu aucune information avant

    aucun papier non plus sur mon conseNtment avant cette transfusion , es ce normal?

    Aussi le chirurgien est rentré dans ma chambre , il m ‘a dit Madame , j ai une mauvaise nouvelle a vous annoncer , vous allez devoir payer en plus l anesthesite et aussi les poches de sang qui valent chacune  plus de 300euros , j en ai eu deux.

     Cela m’a choqué. Je lui ai meme dis si j avais su ça avant j’aurais refusé d’etre transfusée  il m a repondu qu il n’ avait le droit de ne pas me transfuser.

    Mon  mari lui a demandé puisque j etais le  seul cas a avoir fait un hématome de s’arranger avec  le directeur de la clinique , pour ne pas devoir payer.

    CE QUI a été accordé mais pas sans mal et ils ont bien insisté sur le fait de nous avoir fait  un geste commercial.

    j ‘ai quand meme du payer les analyses de sang faites avant ma transfusion , j’en ai eu pour plus de100euros

    Qu ‘en pensez vous?

    Répondre
  2. DMA

    19/10/2009

    "Bien sur , les médecins , qui , par orgueil , neveulent pas recevoir cette info, sont totalements responsables et fautifs, puisqu’ils refusent une information vitale pour leurs patients."

    Exemple récent : une TJ de 80 ans fait une chute, s’ouvre la tête et perd de 2.5 à 3 l de sang.
    Elle est emmené par le SAMU à Fourmies. Les médecins lui imposent la transfusion, sinon ils ne soignent pas.
    Elle est tombé dans le coma, resté 24 h dans son sang séché..
    Le lendemain, après la pression de ses amis, de membres du CLH, l’hopital accepte de la laisser sortir et rejoindre une clinique (j’ai oublié le nom, la louvière peut être). Elle y est bien traité et soignée.
    Aujourd’hui elle va bien (enfin aussi bien qu’avant son accident).
    Pourquoi faut-il changer d’hopital pour être soigné ? Pourquoi n’a ton pas dans certains hopitaux le choix des soins que nous recevons ?

    Répondre
  3. gbplou

    10/07/2009

    Concernant les transfusions de Sang, Mr Pierre Lance, ne fait que répéter avec beaucoup de sarcasme, ce qui disent poliment les témoins de Jéhovah depuis des dizaines d’années.
    Pour information , les TJ ont développés toute une organisation pour faire face à ce probléme de transfusion, surtout en France , mais aussi dans d’autres pays d’Europe et du monde , suivant la coopération des chirurgiens et anesthésistes.
    Cette organisation consiste en une information extrèmement détaillées données aux chirurgiens et anesthésistes sur tous les développement des techniques alternatives à la transfusion, en provenance des avancées techniques qui ont lieu dans le monde entier. Les témoins de Jéhovah sont évidemment les gens les mieux informés sur le sujet, puisque c’est leur vie et leur conviction religieuse , ainsi que leur conscience bafouée qui est en jeu.
    TOUS les chirugiens et anesthésistes sont systématiquement informés par des contacts directs avec les TJ , formés par leur organisation. Aucun chirurgien , ni anesthésiste dans le monde ne peut dire qu’il ne connait pas les techniques alternatives, car il a obligatoirement été contacté , et ceci a plusieurs reprises par ce qu’on appelle les CLH ( comités de laison hospitaliers). Le monde entier , y compris la France, est maillée par cette organisation. Et dans chaque département français, il y a un CLH.
    Bien sur , les médecins , qui , par orgueil , neveulent pas recevoir cette info, sont totalements responsables et fautifs, puisqu’ils refusent une information vitale pour leurs patients.
    Les témoins de Jéhovah n’ont plus aujourd’hui , trop de difficultés à trouver , même en France, des chirurgiens et des anesthésistes, qui coopérent et acceptent les interventions sans transfusion, avec évidemment tous les avantages qui en résultent sur le plan médical, mais surtout avec le respect de leur conscience éduquée par la Bible. Le comité d’éthique Français ( médecins Français) reconnait bien ce droit au respect des patients, d’où la charte du patient, affichée dans tous les hopitaux français , qui stipule expréssement que le patient est totalement libre de son choix éclairé , en ce qui concerne son accord ou refus de n’importe quel traitement, y compris le refus de la transfusion.
    Un CD est édité par les TJ et chaque personne qui le veut peut l’obtenir gratuitement auprès d’un témoins de Jéhovah. Si vous le voulez, demandez le à un TJ. Regardez le. Diffusez le et vous participerez à la diffusion d’une information vitale, ainsi que vous apprendrez aussi les raisons bibliques pour lesquelles les Témoins de Jéhovah refusent les transfusions. Que vous soyez d’accord ou non avec les raisons bibliques, vous aurez au moins les raisons médicales, documentées par des médecins de beaucoup de pays du monde, NON TJ, et tous trés grands spécialistes de la transfusion, dont une directeur d’un centre de transfusion ( information certainement d’une grande indépendance!). Ce qui vous permettra de discuter au moins avec un niveau de connaissance proche , sinon égal à celui du médecin.

    Répondre
  4. Colas BREUGNON

    30/03/2009

    Pourquoi le sinistre Benoit « Croix-Vé-Bâton » n’as-t-il pas eu le courage de pointer du doigt ce vecteur de pandémie que constitue la religion de la transfusion sanguine, plutôt que de s’attaquer au préservatif … ? Même si l’efficacité de ce petit morceau de caoutchouc n’est de toute façon que partielle (depuis quelques siècles qu’il existe, ça se saurait !) As-t’il eu peur de déplaire aux marchands du temple de la « médecine » capitaliste? A moins qu’il n’ai craint d’être pris pour un Témoin de Jéhova ? Il est vrai que le seul Pape qui ait éventuellement agi en « martyr » (= »témoin » en grec) s’appelait Jean-Paul Premier… 30 jours de règne, … pour laisser la place à ses successeurs opus-déiztes (avec un « Z » comme le jeune Ratzinger). Dieu reconnaîtra les siens. Signé d’un athée qui se marre.

    Répondre
  5. Bernard

    09/02/2009

    Je suis assez satisfait de constater que 1 an 1/2 après mon commentaire l’encre coule toujours à ce sujet.

    Des Tdj et Non-Tdj s’expriment et c’est le début de la prise de conscience.

    « Faire » de l’argent sur la vie des malades, c’est indécent.

    Je veux croire que tous les « donneurs d’ordre » de ce « business » ne sont pas conscients du désastre physique, mental et moral de ce « matraquage ».

    Malheureusement il y a tellement d’autres sujets de cet « espèce » , je veux parler de ce « business ».

    Le Lait, l’eau en bouteille, les OGM, les médicaments, le Diesel …

    La liste serait tellement longue.

    Bien évidemment tout peut être utile, mais dans quelle mesure ? Quelle alternative ? Quels sont les dangers et les risques.

    Heureusement qu’il y a encore des « Gens Normaux » qui réfléchissent et font réfléchir ; je n’ai pas dit imposent.

    Il n’y a pas pire, qu’une (soi-disant) Raison qui veut à tout prix avoir raison.

    Encore « Bravo Lance Pierre »

     

    Répondre
  6. Philippe LC

    06/02/2009

    Quel article intéressant ! la désinformation tue autant que la guerre d’où la nécessité d’éprouver les propos de ceux qui accusent et de ceux qui sont accusés sans se laisser manipuler par les médias ou les personnalités influencés malhonnêtement par des adversaires religieux qui n’ont en eux que le désir de préserver leur image mais en aucun cas le désir d’aider physiquement et encore moins spirituellement les hommes dont ils devraient proposer des règles morales basées sur les "Saintes Ecritures"  dont ils parlent en philosophant mais d’une façon"creuse" à mourir.

    Répondre
  7. Martin J

    07/01/2009

    Un article direct mais exact. Que demander de plus?

    Répondre
  8. frederiko

    05/01/2009

    très bon article,quand on se laisse guider par les faits et qu’on a suffisamment d’humilitè pour reconnaittre qu’ils sont juste cela aide.en france arretons d’etre hypocrites,les medecins qui encouragent la transfusion sanguine pour leur patient,la refusent quand il s’agit d’un membre de leur famille,ou pour eux meme.n’ayons pas la memoire courte,n’oublions pas tout les scandales liès aux sang.comment un medecin peut il vous promettre que vous vivrer en prenant du sang alors qu’il ne maitrise pas son sujet a cent pour cent.les annees ont passes mais la transfusion sanguine n’est pas plus sure,plus lucrative,oh oui.je prefere mourir en accord avec mes convictions,que de continuer a vivre sans en avoir.

    Répondre
  9. niadou

    04/01/2009

    c’est une erreur de croire que si on meurt sous prétexte que l’on a refusé, on aurait été sauvé si on avait accepté une transfusion de sang.

    l’acceptation de sang n’est pas un gage de vie sauvée.  c’est tout simplement ignoré que bien des personnes sont mortes, y compris avec une leucémie, même avec une transfusion de sang.  il en est de même pour le cancer : on a dit que seul une transfusion de sang pouvait sauver mon père, et il a été transfusé, et pourtant cela ne l’a pas empêché de mourir. il faut donc arrêter d’attribuer une vie sauvée grâce à une transfusion de sang. 

    des statistiques ont montré pour un mal égal, certains hôpitaux transfusent à 10, d’autres à un taux plus bas, et d’autres à un taux d’hémoglobine encore plus bas.  que cela signifie-t-il ?  que cette théorie qui dit que la transfusion est nécessaire dès que le taux d’hémoglobine atteint un certain niveau n’est pas recevable.

    de plus, il est prouvé qu’une personne soignée sans transfusion est bien mieux rétablie qu’une personne soignée avec transfusion.

    ce qui est surtout scandaleux, c’est la systématisation de laisser délibérément les gens, monsieur et madame tout le monde, dans l’ignorance et de leur dire l’exacte vérité en ce qui concerne les raisons véritables de cette soi-disant utilité du sang : comme l’on dit certains, le sang sert à remplir les poches de quelques-uns.  et après on s’étonne du trou de la sécurité sociale !!!

    et que dire de ces médecins qui refusent catégoriquement de soigner les personnes parce qu’elles refusent d’avoir du sang comme "médicament".  c’est tout simplement parce qu’ils ne veulent pas se donner les moyens d’utiliser les techniques alternatives.  en effet, cela demande plus de préparation, plus de méticulosité, peut-être plus de temps en bloc opératoire (et encore, je ne suis même pas sûre).  ce qui est sûr, c’est qu’effectivement, cela demande plus de préparation avant l’opération, et qu’en cas d’urgence, cela demande que l’hôpital ait toujours ses blocs opératoires préparés à recevoir des personnes à être opérées sans le sang.  cela oblige aussi les chirurgiens à être soigneux, à ne pas découper la chair "n’importe comment", ou "trop long", en tout cas, cela les oblige des faire preuve d’une extrême méticulosité.  et les anesthésistes se doivent aussi d’être en attention beaucoup plus grande.  le but étant de perdre le moins possible de sang.  cela demande aussi peut-être de revoir certains aspects dans les études de médecine.

    si une personne "devait mourir" sans transfusion, c’est qu’il y a de très grande chance qu’elle "devait "mourir" aussi avec le sang.  et si elle a "choisi" de se laisser mourir parce qu’elle refusait le sang, c’est aussi peut-être parce que le personnel médical n’a pas voulu utiliser les alternatives pour tenter de la sauver, alors que les médecins sont sensés être au courant.

    enfin, l’orgueil de certains pays poussent leurs médecins à considérer qu’ils sont les meilleurs et que ce qui vient d’ailleurs n’est pas valables.  or c’est honteux de ne pas partager les progrès entre pays : exemple la france, qui par chauvinisme, ne veut pas progresser dans le soin sans transfusion car les progrès viennent d’autres pays !!!  et dire que le médecin du début du XXème siècle dont parle l’article était français. et il n’est pas le premier à être écarté parce qu’il parle de ne pas utiliser le sang dans les soins.  il en est un qui s’est suicidé car ses travaux ont été ignorés et il a été "mis au placard" par ses confrères parce qu’il avait démontré l’avantage des soins sans transfusion.  20 ans après son suicide, on considère ses travaux comme base pour mettre en place tout ce qu’il faut afin d’utiliser les alternatives à la transfusion.

    que cela prouve-t-il ?  qu’il y a l’avidité derrière.

    alors vraiment : toute personne sensée devrait prendre le temps de se renseigner sur les alternatives à la transfusion, et les études de médecines ne doivent pas laisser dans l’ignorance ces jeunes médecins à qui on bourre le crâne en ce qui concerne la soi-disant utilité du sang dans les soins par transfusions.  c’est toute une mentalité à changer. et c’est surtout faire preuve d’honnêteté envers ces jeunes étudiants, afin qu’ils ne soient pas enseignés dans le mensonge, et envers monsieur et madame tout le monde, qui DOIVENT savoir qu’on les trompe.

    Répondre
  10. LAFITAU Roland

    01/01/2009

    Voila un article qui dissipe les doutes qui subsistaient encore malheureusement sur le fait que la transfusion sanguine est LA seule solution pour survivre en cas d’hémorragie massive avec un taux d’hémoglobine en dessous de 4.
    En ce qui concerne l’aspect religieux de la question du sang, à l’heure où il est facile de s’informer auprès des personnes concernées, il y a encore trop de personnes qui se contentent des rumeurs pour se faire leur opinion sur les Témoins de Jéhovah.

    Répondre
  11. Sain

    24/12/2008

    Enfin.!!!

    la vérité a enfin éclatée.

    C’est triste que tant de gens aient été victimes de cette erreur.

    Bravo à celui qui a dévoilé cette vérité.

    Répondre
  12. Anonyme

    02/09/2008

    Pour une fois que les choses sont dites clairement et intelligement, ça fait plaisir !!

    Bravo ! Il serait tellement bon que les gens apprennent à réfléchir par eux-mêmes et se renseignent là où il faut !

    Car le sang tue plus qu’il ne sauve !! Il faut le savoir …

    Répondre
  13. Anonyme

    22/02/2008

    Monsieur Pierre Lance

    un ami m’a communiqué votre article. Je suis médecin maintenant en retraite et ce que j’ai lu me réconforte : il y a encore des gens qui réfléchissent !!

    j’ai soigné des dizaines de Témoins de Jéhovah ( pour ne pas dire des centaines ) et je me suis entouré de confrères chirurgiens et anesthésistes respectueux des autres. Cela dit les techniques alternatives à la transfusion sanguine sont très au point et ont fait leur preuve. Le plasma de Quinton n’est malheureusement plus disponible autrement que sous forme d’ampoules ! Il m’a rendu service dans le passé.

    quant au mercantilisme concernant le sang il suffit de savoir que les centres de transfusion sont des organismes PRIVES et non publics comme beaucoup le pensent et donc doivent être rentables!

    il est vrai que j’ai connu plus de problèmes graves post transfusionnels qu’en l’absence de transfusion

    cordialement

    Répondre
  14. Riven

    16/10/2007

    Bonjour,

    Titin88, vu votre position vous devez être certainement au courant des techniques, quand il est question d’eau de mer, il s’agit d’une solution saline (actuellement du moins) qui a pour but de combler le volume plasmatique pour éviter que le coeur ne pompe dans le vide (à cause de bulle d’air).

    Répondre
  15. Ch.E

    28/09/2007

    Ce n’est peut être pas si mauvais que cela de l’eau de mer puisque la vie est censée être apparue spontanément dans un tel milieu ..?

    Répondre
  16. titin88

    14/09/2007

    Bonjour,

    fidèle donneur de sang et responsable départemental des donneurs de sang, je serais curieux de voir dans quel état sont les personnes qui ont été transfusées avec de l’eau de mer !  Je ferais volontiers partie de leurs héritiers !

    Répondre
  17. regis koppel

    21/08/2007

    Un commentaire à cet article appelle à s’interroger sur la taux de morbidité associé au deux techniques.

    Y a t il  des cas où seul le sang sauve? Evidemment soit on administre directement le sang et on saura jamais, soit on essaye les autres solutions alternatives d’abord, et dans le cas des tj on saura jamais non plus . Reste plus qu’à essayer de croire que le sang aurait pu…. Rappelons que l’article pointait la pertinence de ces campagnes médiatiques estivales pleines de bons sentiments au service d’une pensée unique.

    Quant à mourir parce qu’on a refusé une transfusion sanguine (en admettant que la preuve en a été faite)… Si, et je mesure la gravité de ce que je dis, dès que la vie est en jeu, les convictions tombent, alors,çà veut dire que la vie est la valeur suprême. Dans cas, plus de résistance au nazisme, au fascisme, au régime totalitaire, les martyrs chrétiens, les huguenots, les Lucie AUBRAC, les germaine TILLON les Guy Mocquet, tous ces gens qui surbonnaient la vie à des valeurs supérieures sur lesquelles en théorie au moins les régimes démocratiques sont fondés. Et finalement , n’est ce pas cela qui de l’homme , un être à part sur la terre?

     

    cordialement

    Répondre
  18. victoriah

    20/08/2007

    Pour répondre au message précédent le mien… Je suis désolée pour le malheur qui vous a touché. Concernant le choix de votre femme, par exemple.  Cependant, c’est certainement en toute connaissance de cause qu’elle a pris sa décision contrairement aux autres personnes qui subissent le harcèlement "publicitaire" en faveur des transfusions sanguines, sans mentionner tous les risques qui peuvent en découler (nous nous souvenons tous des hémophiles contaminés… et de tous les autres dont on ne parle pas…).

    En proportion, le sang n’est pas l’élément qui sauve… à tous les coups !

    Beaucoup de médecins sont "formatés" et persuadés que tout ce qu’ils apprennent à l’université est parole d’évangile (si je peux me permettre cette comparaison…).
    Les médecins m’ont bien dit un jour, et à plusieurs reprises, lorsque j’allaitais ma fille à 100 % avec mon lait , que je lui donnais – je cite : du pipi de chat après le 4ème mois ! (les analyses faites en effet avec les tire-laits démontrent apparemment que le lait maternel n’a plus de valeur nutritive après le 4ème mois  … ) ; Même en montrant ma fille qui pétait la forme et en interrogeant sur les gens qui n’étaient, il me semble… tous nourris qu’au lait de maman… ou de nounou…jusqu’aux multinationales comme Nestlé et Guigoz…
     "Alors ?" la réponse des médecins… "ils étaient tous anémiés !"
    Sans commentaire…( C’est vrai qu’à cette époque, on saignait les gens pour un oui ou pour un non…)

    Or, à sept mois, elle avait un tonus et une bouille qui en disait long sur la qualité du fameux pipi de chat…
    Sans commentaire…

    Pour en revenir au sang : soit l’on aurait survécu sans transfusion…
    Soit il y avait un autre moyen…mais on ne vous l’a pas dit pour des raisons commerciales…comme le dit si bien l’article !

    Si, au pire, on meurt pour avoir refusé du sang, pour des convictions religieuses on non, rien ne prouve que l’on aurait survécu avec (sauf cas exceptionnels, bien sûr).
    J’ai une amie qui est décédée lors de son deuxième accouchement, après avoir reçu des pochettes de sang (elle était Témoin, mais son mari ne l’était pas, et les médecins ont passé outre… en faisant pression… bref…le sang ne l’a pas sauvée ) Mais les mauvaises langues qui savaient qu’elle était témoin (y compris la presse) ont tout de suite mis son décès sur le dos de sa religion…

    A chacun de mesurer les risques, mais en toute connaissance de cause !

    Répondre
  19. RIGHETTI Hermès

    20/08/2007

    Bravo pour cet article. Il est vrai que le sang sauve des vies, mais on oublie souvent qu’il y a des 100 000 de milliers de gens qui en sont morts contaminés. Allez en parler aux parents des deux jumeaux de l’Isère, aux  100 000 de milliers de chinois morts du Sida par le sang contaminé, dont des villages entiers ont disparu, ceux qui dans le monde entier ont contracté l’hépatite, le sida ou encore incompatibilité ou erreur de groupe sanguin, sans oublier notre cher Pape qui avait contracté un Mégalovirus suite au coups porté par Ali Agpa et transfusé ensuite.

    J’aimerais bien savoir combien de fois le sang est vraiment indispensable et que l’on pèse un jour les vies "sauvées" et les vies "perdues" suite aux transfusions. Cela n’est pas de la philosophie mais des statistiques que l’on ne nous communiquera jamais car l’industrie du sang est florissante. On prends gratis aux gens de bonne volonté gentils tout plein et on fait payer les autres.A part le fait qu’il est utilisé à tort et à travers et que l’on pourrait peut être économiser à 99%, il faut penser à tous les stocks  qui ne durent qu’un nombre de jours limités et sont ensuite détruits.

    Un gachis sauf pour les labo et les collabo…..qui se remplissent les "poches" en remplissant leurs poches !

    Il est vrai qu’il y a des cas malheureux et qu’il faut tout tenter pour sauver une vie, Cependant dans tout traitement comme dans d’autres décisions dans la vie, il faut peser le pour et le contre. Malheureusement, des gens courageux comme l’auteur c’est rare. Attention, M. Lance Pierre car comme le chante Guy Beart, "celui qui dit la vérité doit être executé" et vous risquez un coup de "lance pierre", rasez les murs et surveillez vos arrières, vous êtes en danger….

    Amicalement

    Répondre
  20. remouchampschristian

    19/08/2007

              

             Bien d’accord avec l’auteur, mais qu’ auriez vous fait à ma place si votre fille de 14 ans avait une

             leucémie aïgue et un niveau d’ hemoglobine de 4.   Que faire encore quand quelques années plus

             tard ma femme se laisse mourir, ne voulant pas de sang (TdJ), toutes les techniques dites     

             "américaines" étant inefficaces.  Nous avions 6 enfants dont 2 de moins de 4 ans. Ce n’est pas de

             la philosophie cela…

    Répondre
  21. Gérard Pierre

    19/08/2007

       Donneur de sang occasionnel et bénévole ( 64 dons homlogués ) j’ai, dans un premier temps, été plus surpris par le ton que par le contenu de l’article de monsieur Pierre Lance. Depuis que je prends le temps de le lire je n’aurais pas du être étonné. Il force souvent le ton afin qu’il reste au moins quelque chose du message. A en juger par les commentaires dont j’ai pris connaissance, il y est une fois de plus parvenu.

       Je retiens donc, in fine, de ce message, que mes craintes devant la décroissance régulière du nombre de donneurs de sang peuvent s’effacer devant des possibilité techniques de substitution. Je m’en réjouis.

       Le questionnaire auquel je suis systématiquement soumis lorsque je me présente au centre de transfusion sanguine ( passé 60 ans, j’ai encore la possibilité de donner trois fois par an, jusqu’à la veille de mon 66ème anniversaire ) est un véritable rappel à la vie saine: pas de piercing, pas de tatouages, pas de voyages exotiques, pas de relations extra conjugales, pas de prises de drogues, pas de soins dentaires récents, pas de transfusuion reçue, pas de traitemant médical en cours, etc, etc ……………. En revanche, …….. rien concernant la Dive Bouteille ! ……….. question de concordance dans la couleur des produits, sans doute ! ! !

       Pour les six à sept occasions de donner qui me restent encore au compteur, j’ai donc résolu de terminer ma " carrière " de pompiste opérant gratis pro deo au profit d’un quidam circonstanciel qui n’en aura jamais les yeux bordés de reconnaissance en sachant que, comme certains fonctionnaires dont l’utilité n’est officiellement plus avérée, je ne serai pas remplacé. Je conserverai encore quelque temps l’illusion d’avoir, PEUT ÊTRE, été utile.

       Je suis réconforté à l’idée de finir un jour ma vie déguisé en station service, recevant dans le bras gauche de l’eau de mer, dans le droit du glucose, dans la cuisse un produit de synthèse, intubé par le haut sous prétexte de me nourrir et par le bas pour faciliter le transit. Vive le progrés technique et les grands garages modernes de la santé. Mourir risque tout de même de devenir un plaisir onéreux, réservé à une certaine élite sociale.

    Répondre
  22. Mayla

    18/08/2007

    Comme pour tout ce qu’a écrit Pierre Lance, et qui me va à chaque fois comme un gant..

    Je pensais qu’au moins une fois je serais en désaccord avec lui, mais non, encore et toujours en totale harmonie sur tout.

     

    Répondre
  23. richard

    17/08/2007

    pourquoi voulez vous que nous utilisions la methode américaine alors que nous avons les meilleurs médecins, meilleurs fonvtionnaires, meilleure sécu au monde…. EUX ILS SAVENT ce qui est utile voyons!

    Répondre
  24. DM

    17/08/2007

    Bon article même si la forme est un peu sarcastique. Si ça pouvait faire avancer les choses vers des techniques plus modernes que le Sang ! Mais là comme dans bien d’autres domaines il y a hélas la pensée unique !!! 

    Répondre
  25. Anonyme

    16/08/2007

    Trop fort cet article…  1000 merci à vous, ma belle mere me cassera plus les pieds avec ca !

    Répondre
  26. Bernard Werts

    15/08/2007

    Je suis tout à fait d’accord avec cet article.

    Le sang est précieux, mais unique ; si ses composants sont utiles, ils ne le sont qu’à son propriétaire.

    Lorsqu’il est « donné » il est systématiquement détruit par les éléments hôtes dans les heures qui suivent, et affaiblissent l’organisme, quant il ne l’infecte pas, ce qui est très courant et décelé parfois très tard.

    En attendant cela rapporte énormément.

    Il y a en effet plusieurs techniques qui permettent d’échapper à la transfusion.

    1)      Un travail méticuleux et rapide

    2)      L’utilisation de l’électrocoagulation

    3)      Les colles chirurgicales

    4)      La récupération, la filtration et la réinjection du sang écoulé

    5)      La dilution (avec la ‘fameuse eau salée’)

    6)      L’abaissement de la température du patient

    7)      La baisse de pression statique de la partie à opérer

    8)      L’ EPO associée au Fer (Déjà cité)

    Et quelques autres encore.

    A ce sujet les ‘Fameux’ Témoins de Jéhovah ont édité un DVD à l’attention du corps médical regroupant l’éventail de toutes les techniques possibles et acceptables ‘Bibliquement’ dont de plus en plus de personnes non TdJ profitent.

    Je connais des cliniques qui n’opèrent que sans transfusion sanguines ; non dans un but religieux mais de ‘Sécurité’ et d’économie …

    Quand y aura-t-il une information massive de renseignements de cette qualité ?

    Bravo pour cet article : Lance Pierre de Vendredi 27 Juillet 2007

    Répondre
  27. Anonyme

    15/08/2007

    Il s’averre que le sang est devenu l’"or rouge" et comme le pétrole il aura ses limites pour une simple raison:
    Il faut savoir que dans la plupart des centres de prélèvement on refuse comme donneur ceux qui auraient reçu une transfusion par le passé !!!
    Si donc on recourre systématiquement à la transfusion pour des raisons culturelles on risque d’amenuiser les possibilités de donner.
    En Chine c’est déjà un fléau qui fait des ravages et dont le gouvernement tente de cacher les dégats pour des raisons idéologiques…On compte bien trop souvent sur le sang des adolescents !

    Reste qu’en France si  l’Etablissement de la Transfusion Sanguine est un "bassin" d’emplois il demeure aussi un marché très lucratif:

    Bien que remboursé souvent par la sécu les transfusions de sang rapportent beaucoup à l’Etablissement puisque son conditionnement est onéreux…Merci pour le trou de la sécu…
    Par contre un échantillon d’EPO ou un autre restaurateur à base de solutions salines (Ringer lactate, Quinton, Dextran…) sont de loin beaucoup moins onéreux et donc leur utilisation intelligente entraînerait  la  faillite de l’industrie du sang.
    Question d’intérêts…

    Enfin  il ne faut pas être naïf car même en cas d’urgence (perte importante de sang) les camions du SAMU ne transporte pas de sang puisqu’il faut avoir la certitude du rhésus du sang avant de transfuser si cela est utile ; par contre elles ont bien souvent des restaurateur de volume plasmatique.

    Je pense qu’il y  a un gros travail de désinformation en raison de la publicité du produit et à cette vieille  habitude tenace qui réside dans les mentalités comme indispensable alors qu’elle ne l’est pas souvent.

    Répondre
  28. Hocine

    15/08/2007

    Il est tant de mettre ses préjugés d’ordre philosophique de côté et d’admettre qu’on ne pourra pas toujours recourrir aux transfusions sanguines du fait de l’apauvrissement des stocks et du caractère dépassé de la méthode au vu de l’évolution de la médecine aux Etats-unis. 

    De plus le sang comme chacun le sait est de plus en plus menacé par les nouveaux champs d’infections (SIDA, Grippe aviaire, MST, Hépatites B et C etc…)

    Exemple lu dans Businessportal24:

    "Le prion de la maladie de Creutzfeld Jacob (vMCJ: vache folle) fait partie de la famille des maladies neurodégénératives appelées encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST).

    La transmission de la vMCJ par transfusion sanguine est aujourdhui probable, et ce, des années avant l’apparition des symptômes. Initialement, la vMCJ a été transmise à lhomme par ingestion de viande contaminée par l’ESB (Encéphalopathie Spongiforme Bovine). Le premier cas humain de vMCJ a été identifié au Royaume-Uni en 1994. Dautres cas ont été observés en France (20), en Irlande (4), aux Etats-Unis (2), aux Pays-Bas (2) et respectivement un (1) au Canada, en Italie, au Japon, au Portugal, en Arabie Saoudite et en Espagne., Le Royaume-Uni rassemble une majorité des cas de vMCJ avec 162 cas révélés, ce qui au total, amène à 196 cas le nombre de vMCJ rapportés à travers le monde. »

    « L’éventualité d’une voie secondaire de transmission de la vMCJ par transfusions sanguines à partir de donneurs asymptomatiques de vMCJ risque d’accroître l’épidémie.

    A ce jour, il a été rapporté trois cas probables de transmission interhumaine de la vMCJ via la transfusion sanguine au Royaume-Uni. Etant donné qu’il nexiste aucun signe ni symptôme clinique de la maladie pendant de nombreuses années, et qu’il nexiste aucun diagnostic validé, la vMCJ peut être potentiellement en incubation chez les donneurs de sang. »

    Répondre
  29. Anonyme

    14/08/2007

    Bah alors le sang n’est pas necessaire pour sauver des vie. c’est bourré d’effets secondaires. Y’a tout un commerce derrière tout sa !

    J’espere que dans ce domaine (technique qui remplace les tranfusion) que la France va se mettre à jour !!!

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)