La France a été longtemps un satellite de l’URSS…

La France a été longtemps un satellite de l’URSS…

Je lis ceci dans un journal daté du 30 septembre – un journal apolitique : « Aux municipales de mai 1945, le Parti communiste gagne plus de 1 000 municipalités par rapport à son score d’avant-guerre.

Les élections à l’Assemblée constituante en octobre font du Parti communiste français, le PCF, le premier parti de France. »

Cette situation reçoit la bénédiction du général De Gaulle, dont le premier gouvernement compte 5 ministres communistes, avec Maurice Thorez, secrétaire général du Parti, ministre d’État.

Les communistes sont à la porte du pouvoir, dont ils ne se sont pas emparés sur ordre de Staline – qui, déjà, avec l’Europe de l’Est, y compris la RDA allemande que les Occidentaux lui ont offerte, craint qu’une France carrément communiste, donc entièrement dépendante de Moscou, irrite les États-Unis, ceux-ci pouvant réagir violemment.

Malgré cette prudence imposée, les communistes sont de facto au pouvoir en France.

Nombre de Français jugés « collabos » ont été fusillés, non pas, en réalité, parce qu’ils avaient collaboré avec l’occupant, mais parce qu’ils étaient jugés comme « capitalistes », « patrons », donc à éliminer.

On me cite à ce sujet le cas d’un transporteur modeste dont les camions avaient été réquisitionnés par les forces d’occupation et dont le fils a été fusillé à défaut du père.

Celui-ci a demandé que le terrain sur lequel son fils avait été tué lui soit remis pour y construire un monument en son souvenir.

De nombreux cas analogues ont été répertoriés.

Ils ne s’oublient pas ou plutôt l’histoire qui a de la mémoire ne les oublie pas (cf. ma chronique du n° 1311).

Il est évident qu’une telle situation politique laisse des traces durables.

Mitterrand n’a pu être élu président en 1981 qu’avec l’appui du PCF qui a exigé l’ISF, une mesure qui a fortement contribué à l’appauvrissement de la France, aujourd’hui surimposée et surendettée.

Selon la politique soviétique, les empires coloniaux de l’Occident devaient disparaître pour être remplacés par des régimes communistes aux ordres de Moscou, ce qui s’est produit en maints endroits.

On voit aujourd’hui le résultat final de cette décolonisation : le chaos partout avec des guerres ethniques incessantes.

On ne peut oublier non plus les attaques dont ont fait l’objet les trains de militaires blessés rapatriés d’Indochine qui allaient de Marseille à Paris.

Ces attaques sur des blessés étaient menées par des militants communistes, dont d’autres s’étaient engagés pour l’Indochine, afin de passer au Viet Minh et de contribuer à tuer des militaires français.

Je n’ai pas entendu dire que ces traîtres aient été arrêtés et jugés.

Ils étaient les militants d’un parti qui a toujours pignon sur rue.

Devant une situation aussi déplorable, il ne sert à rien de s’indigner.

Il faut d’abord en connaître les causes, condition première pour espérer améliorer cette situation fortement aggravée par ce qu’on appelle pudiquement les « flux migratoires » – disons plus simplement par l’invasion en France de millions de migrants qui occupent des régions entières.

Je crains qu’améliorer cette situation soit impossible puisque la seule évocation d’une diminution du nombre des visas a provoqué de la part de l’Algérie une hostilité non déguisée.

L’Algérie étant frontalière du Mali, il se pourrait bien que les djihadistes que nous combattons au Sahel trouvent en Algérie quelques soutiens …

En tout cas, ce qui est sûr, c’est que l’Algérie vient d’interdire le survol de son territoire par des avions militaires français qui, maintenant, pour se rendre au Mali, doivent faire un large détour.

Cette mesure hostile est un acte de guerre contre la France où vivent, subventionnés de multiples façons, des millions d’Algériens et autres Maghrébins.

75 ans de mauvaise gouvernance, d’illusion et d’idéologie, ont créé un état de choses que l’on ne peut plus maîtriser.

Si les subventions aux migrants étaient supprimées ou simplement allégées, ce serait aussitôt le pillage des commerces. Un grand nombre de migrants n’attendent que cela !

Au conseil de l’Évangile : « Aimez-vous les uns les autres », le communisme a substitué un autre : « Détestez-vous les uns les autres. »

La lutte des classes pour supprimer les riches et les patrons est le mot d’ordre.

Elle a empoisonné la vie des peuples et elle est toujours là.

À l’espoir d’amour, le communisme a substitué la haine !

Sans doute certains diront : Vous exprimez là une conviction personnelle chrétienne.

Je réponds à cela : Non, c’est tout simplement un constat objectif.

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion ici

Partager cette publication

(1) Commentaire

  • quinctius cincinnatus Répondre

    le  » gaullisme  » a d’ abord mâché le communisme français puis le socialisme mitterrandien l’ a digéré
    bien évidemment cela laisse des traces dans … l’ organisme

    29/10/2021 à 14 h 25 min

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Vous venez d'ajouter ce produit au panier: