La pénurie de pétrole menace

Posté le décembre 12, 2007, 12:00
6 mins

Toutes les réflexions sur l’écologie, avec leurs peurs de produire trop de dioxyde de carbone (CO2) risquent d’être vite obsolètes et le réchauffement de la terre également moins urgent.

En effet, en ce qui concerne la production de pétrole il semble que nous ne sommes pas loin de plafonner. Mais en même temps, pour la même quantité de pétrole produite, il y aura de plus en plus d’acheteurs. Les cours ne peuvent donc que s’envoler dans un premier temps. Ensuite, tout est possible pour que les plus forts s’approprient la production de plus en plus faible de ce produit. Le recours à la force, c’est-à-dire à la guerre, ne peut alors être exclu et cela a peut-être même déjà commencé en Irak.

Bien sûr, d’autres sources d’énergies pourront remplacer le pétrole, comme le charbon, les sables bitumineux… qui produiront encore plus de CO2, mais alors sera-t-on encore à y regarder de si près devant le manque d’énergie ?

Peut-être écouterons-nous davantage certains savants qui pensent que les changements climatiques ne sont pas entièrement dus à nos rejets de gaz polluants dans l’atmosphère et peut-être penserons-nous alors qu’il ne faut pas être trop pointilleux sur la pollution par les gaz à effet de serre, surtout que les pays pauvres n’accepteront pas d’être écartés de la civilisation industrielle. Eux aussi veulent vivre comme nous, les Occidentaux, et donc avoir leur part d’énergie même si elle est de plus en plus faible.

C’est donc tout un monde qui va certainement s’écrouler, un mode de vie que nous allons peut-être devoir changer, alors que nous sommes si bien dans notre civilisation du confort. Bien des choses qui paraissent très importantes maintenant (les salaires, les protections sociales, les appareils numériques…) risquent de devenir pour nous secondaires devant cette crise de l’énergie programmée, à plus ou moins court terme. Que sera notre vie devant un baril de pétrole à deux cents ou trois cents dollars, comme cela peut arriver assez vite ?

Nos États occidentaux se rendent-ils compte du danger ? Ce sont eux qui doivent impulser la recherche vers des énergies nouvelles. Qu’en sera-t-il du coût trop onéreux des moteurs à hydrogène, si c’est la seule solution qui nous reste ? Et les centrales nucléaires de deuxième ou troisième génération nous paraîtront-elles encore néfastes ?

Ce qui peut remplacer le pétrole n’a pas encore été assez exploré, car trop d’intérêts qui y sont liés traînent les pieds pour innover. Il faut activer la recherche et les grandes compagnies pétrolières doivent y consacrer tous leurs bénéfices.

Bien sûr, je n’oublie pas les productions d’énergies renouvelables, soi-disant propres, mais, même en couvrant la France d’éoliennes et en couvrant tous les toits de panneaux solaires, nous serons encore loin du compte, malgré ces écologistes rêveurs qui voient là la solution à nos problèmes.

C’est peut-être la pénurie de pétrole qui provoquera cette guerre prévisible entre les pays dits riches et ceux encore pauvres. Il y a donc danger.

Ce sont les États occidentaux qui doivent s’atteler à la recherche de solutions nouvelles plutôt que de passer leur temps à des « Grenelles de l’Environnement » qui risquent vite d’être dépassés par les évènements.

Recommander cet article sur les sites de syndication d’information :

6 réponses à l'article : La pénurie de pétrole menace

  1. richard

    17/12/2007

    selon certains, nous ne risquons rien en France car notre électrécité est d’origine nucléaire…..mais d’ou vient le combustible??? pas de chez nous ( nos réserves en uranium sont faibles !!)
    il faut donc importer et cela pose 2 questions:
    1/  le tarifs de l’uranium, si le pétrole devient rare et cher, vous pouvez être certain que les producteurs de produits nucleaires augmenteront leur tarif ….
    2/  quelles sont les ré&serves exploitables de minerais permettant l’extraction d’uranium???

    Qui a la réponse???
    qui peut garantir que nous passerons a travers d’un choc énergétiques???
    ( bien sur nous sommes plus malins que les autres et avons les meilleures centrales, la meilleur sécu, la meilleure TV, la meilleure éducation…etc…etc…)

    Répondre
  2. Anonyme

    13/12/2007

    Dominique Forte : " Nos États occidentaux se rendent-ils compte du danger ?"

    Non, ils vous ont attendus…  Vous les prenez vraiment pour des c..s?

    La question est d’actualité, certes, mais l’article est un peu léger.

    Best,

    Mancney

    Répondre
  3. BBI

    13/12/2007

    florin je te conseil d’aller éprouver tes interessantes théorie sur oléocène…

    http://forums.oleocene.org/

    tu comprendras rapidement à quel point ta vision du problème est irréaliste.

    Répondre
  4. sas

    12/12/2007

    Gageons que la prochaine campagne mediatique des petrolier sera de faire un test public et des annonces……et si le baril de brut dépassait les 200 dollards…..et de faire en sorte d’encore déprecier le dollards pour faire la nique à leuro et favoriser a outrance les exportations américaines…..car par ce jeu subtile et répondant aux lois de "leur marché" les rentrées de devises pétrolières américaines  : elles restent constantes…

    ils nous prennent vraiment pour des billes chez l oncle sam…

    sas

    Répondre
  5. Florin

    12/12/2007

    Les mensonges du politiquement correct : la pénurie d’énergie … Les mythes ont la vie dure.

    L’électricité est en France (à 86%) d’origine nucléaire, donc sans souci de pénurie, et en tout cas indépendante du pétrole. On va se chauffer à l’électricité, point barre.

    Reste le problème du transport. Il y a déjà des solutions de rechange (éthanol, huiles végétales etc).
    (D’où la hausse du prix des céréales, d’ailleurs). Et, OUI, il faudra changer certaines (mauvaises) habitudes. Ceux qui, par ex, vont chaque weekend à Deauville et restent des heures dans les bouchons, vont prendre le train (ça leur fera les pieds …).

    Répondre
  6. Luc SEMBOUR

    12/12/2007

    Le brillant prix Nobel Al Gore pourrait avoir écrit cet article. Hélas ce n’est pas en physique qu’Al Gore a décroché son titre car il doit avoir le niveau classe de 6ième sur cette matière. Dominique FORTE n’a semble-t-il pas poursuivi ses études scientifiques plus loin que lui.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)