Le coût de la médecine n’augmente pas

Posté le novembre 03, 2010, 12:00
6 mins

Les médecins deviennent de plus en plus efficaces et, en France, la durée de vie augmente de trois mois tous les ans.

La France bat un record mondial dont on peut être fier : c’est le pays qui, dans le monde, compte le plus de centenaires pour mille habitants.
De très nombreux médias pensent donc que le coût de la médecine augmente de façon parallèle : les médicaments nouveaux coûtent de plus en plus cher et font faire de gros bénéfices aux laboratoires qui les produisent. Des opérations de plus en plus complexes comme la réfection d’un visage voient le jour. Des appareils médicaux de plus en plus performants et coûteux sont utilisés (lunettes, appareils dentaires, prothèses ou imagerie médicale)

Les personnes âgées coûtent cher. Elles sont, en effet, bien plus exposées que les jeunes à des maladies graves comme l’infarctus ou le cancer.

Les prix de journée d’une maison de retraite ou d’un hôpital coûtent de plus en plus cher avec les augmentations rapides du SMIC…
Toutes ces informations sont exactes. Mais elles ne représentent que l’aspect négatif du bilan.

La mise au point d’un nouveau médicament coûte actuellement plusieurs milliards d’euros. C’est évident. Mais, ensuite, sa fabrication est très peu coûteuse. Ce n’est que la production d’une molécule chimique particulière, comme une molécule de sucre. Avec la mondialisation de l’économie, le coût de la recherche n’est pas supporté par quelques dizaines de millions de consommateurs éventuels. Il est supporté par des milliards d’individus. Il peut donc s’amortir en quelques années. Le laboratoire peut donc diminuer ses prix de lancement.

Il y a 20 ans seulement, pour explorer ce qui se trouvait dans nos poumons, dans notre estomac, ou dans notre vessie, on ne disposait que d’engins peu performants et difficiles à manier, dont l’utilisation exigeait souvent une anesthésie générale. Maintenant, on vous fait pénétrer très facilement dans tous ces organes une toute petite caméra accrochée au bout d’un fil. Et cette caméra dépiste de toutes petites lésions.
Il y a 20 ans seulement, pour enlever un caillou situé dans la vésicule, il fallait hospitaliser pendant une dizaine de jours le malade, l’opérer sous anesthésie générale, lui faire une grande balafre. Ce qui exposait à de nombreuses complications. Au­jourd’hui, on fait cela au bout d’un petit tuyau sous anesthésie locale.

Que ce soit un microbe ou un cancer, nos laboratoires disposent aujourd’hui de moyens permettant de les identifier avec une précision de plus en plus grande. Et, ensuite, les médecins qui les soignent disposent de médicaments de plus en plus adaptés à chaque cas particulier. On ne fait plus une chimiothérapie globale détruisant les cellules cancéreuses, mais détruisant en même temps tout le système immunitaire et exposant ultérieurement à de graves infections. On fait une chimiothérapie « ciblée » ne détruisant que certaines cellules cancéreuses.

On réduit ainsi tellement le nombre des journées d’hospitalisation, que certains services de chirurgie sont obligés de fermer, faute de clients.

Pour finir, avec l’utilisation des cellules souches qui commence seulement à atteindre la France, on arrive à transformer le cœur d’un vieux qui marche mal par le cœur tout neuf d’un jeune de 20 ans.

Contrairement à ce que pensent de nombreux médias, les progrès de la médecine n’augmentent pas son coût. Ils vont même certainement le réduire !

Article précédent

Vu sur le net

8 réponses à l'article : Le coût de la médecine n’augmente pas

  1. jaculia

    8 novembre 2010

    L’article de M Trémeau me laisse perplexe, non pas que je conteste son  avis car ne disposant pas suffisamment de renseignements sur le sujet, mais enfin, les médecins et praticiens ont tous demandé de l’augmentation, y compris le personnel hospitalier, les déremboursements battent leur plein, la Sécu n’en peut plus de rembourser des prestations de tous genres et des transports (ambulances, VSL etc..) je ne m’étendrai pas sur le fameux "trou" dont chacun a sa petite idée, sans parler des factures laissées impayées par certains patients (indélicatesse ou cadeaux) .  Quant aux médicaments moins chers, si, comme pour les fruits et légumes, les intermédiaires ne s’en mettaient pas plein les fouilles, ils seraient encore moins chers. Concernant les coûts de recherche pour la mise au point de médicament nouveaux, j’ai des doutes, cela me fait penser aux autoroutes dont les péages ont largement amorti les coûts mais qu’on continue à prélever (et relever) sous le prétexte de l’entretien . Je ne nie pas les progrès de la médecine, mais ils nécessitent l’utilisation de technologies et de matériels sophistiqués très coûteux  qui n’échappent ni aux coûts d’amortissement ni aux augmentations de tarifs.  

    Par ailleurs, si les coûts de fonctionnement n’avaient pas augmenté, je ne vois pas pourquoi, hors le rapport dépenses/recettes, les petits établissements régionaux fermeraient . Notons que ce sont surtout des établissements privés, ceux qui subsistent ne le pouvant qu’avec l’aide de structures départementales et régionales, voire locales qui , pour des raisons politiques souhaitent les maintenir .

    Si M. Trémeau voulait nous dire que, globalement, le ratio coûts / nombre de patients n’a pas été excessif,soit,quoique , soyons objectifs, l’amélioration du système de soins ces dernières décénies, tant en accueil qu’en traitement n’est pas gratuite, si son coût se mettait à baisser , j’y verrais putôt un jeu de concurrence, c’est un des quelques aspects bénéfiques qu’ait apporté au citoyen l’Union Européenne. 

    Répondre
  2. IOSA

    8 novembre 2010

    [email protected]….

    Je n’ai pas oublié cette solution radicale, c’est juste que j’avais déjà mentionné l’euthanasie dans un autre article sur la réforme des retraite.

    Mais bon, [email protected]…. m’avait demandé si j’avais trop picolé pour proposer cette éventualité.

    Bonne journée à vous.

    IOSA

    Répondre
  3. Elia

    7 novembre 2010

    "L’espérance de vie augmente de 3 mois tous les ans"

    Ce slogan répété n fois quotidiennement  me fait sauter en l’air !

    C’est d’une stupidité effarente.

    A moins qu’ils prennent les gens pour des cons !

    Ou qu’ils soient eux mêmes très cons !

    S’il y a eu cette augmentation de vie jusqu’à maintenant, c’est parce que les gens qui ont actuellement 70, 80, 90, 100 ans qui alimentent ces statistiques à la con, sont des gens qui ont vécu les meilleurs années du siècle précédent. Ils ont profité d’un climat heureux toute leur jeunesse, il ne manquait pas de travail, il y avait moins de pollution, ils gagnaient plus d’argent, ils pouvaient jouir d’une vie meilleure, sans le stresse que les jeunes ont tous actuellement. Dans ces condition, naturellement que leurs espérences de vie ont été supérieurs, ont augmenté constemment et cela continu jusqu’aujourd’hui.

    Cela va continuer encore un certain temps, encore une dizaine ou vingtaine d’années, jusqu’à ce que cette génération s’épuise.

    Dans quelques années, la courbe va s’inverser gravement, il ne faut pas se faire d’illusion.

    La propagande qu’ils font maintenant leur sert uniquement à faire passer la réforme des retraites, si l’on peut appeler cela une réforme.

     

     

     

     

    Répondre
  4. Christian

    6 novembre 2010

    Bonsoir,

    @IOSA, vous avez oubliez ce qui sauvera le système!!!
    Pendant plusieurs années, les média vont vous vendre l’Euthanasie.
    Et c’est avec une conscience bien propre, que l’on mettra un terme aux grabataires des mouroirs.
    Pour le coup les mois gagnés, seront vite repris.
    Bonne soirée.
    Christian

    Répondre
  5. Frédéric Bastiat

    6 novembre 2010

    Coût d’une consultation chez un généraliste.

    Février 2002 18,50 €

    Janvier 2011 23 €

    Soit près de 25% d’augmentation.

    Et à part ça Madame la Marquise? Que veux dire journal de droite "libéral"?

    Répondre
  6. IOSA

    5 novembre 2010

    Augmentation de la durée de vie de 3 mois tous les ans ?

    Compte tenu que;

    L’age légal pour le départ à la retraite est à 62 ans.

    Qu’il faut 42 années de cotisations pour l’obtenir à taux plein.

    Qu’actuellement l’espérance de vie est en moyenne de 80 ans ( soit 18 ans maximum de retraite avant les 4 planches et que déjà on est dans la merde avec la réforme sarko).

    Il en résulte que les jeunes d’aujourd’hui…grace à la médecine vont pouvoir vivre 10 années de plus que ceux sont déjà à la retraite et obtenir ainsi 28 ans de prestations retraite ( 3×42/12= 10,5 années).

    Maintenant calculons le coût d’un retraité en maison de retraite après 10 années passées chez lui.

    28-10= 18 ans en maison de retraite soit 18×12= 216 mois à environ 2000,00 euros mensuel ( soins compris dans la prestation, pour une maison de retraite moyenne…

    216×2000,00 euros = 432000,00 euros

    Qu’il faut ensuite multiplier par le nombre de retraités futurs qui arriveront de façon exponentielle…..

    Là, je pleure quand je lis cet article prétendant que le coût de la médecine n’augmente pas, car pas encore à la retraite et déjà endetté pour mes descendants sur plusieurs générations !

    IOSA

    ps: la réforme des retraites sarko ne change sur notre avenir merdique….pas plus que cet article !

     

    Répondre
  7. GUS

    4 novembre 2010

        Je ne comprends pas que l’on puisse se glorifier d’avoir ,en France, le record mondial de centenaires.Ceux que l’on nous montre réguliérement à la télévision sont dans un tel état de gatisme avancé que celà donne à tout le monde l’envie d’ètre centenaire, c’est manifeste…
        L’article de Mr.Tremeau est, à cet égard, un remarquable mode d’emploi sur la manière de devenir centenaire…
        Quand j’étais gosse, et sans avoir à subir la réprobation gluante des vertueux , ceux que Mitterand appelait les chiens, on pouvait rigoler. On nous racontait que, dans ce que l’on nomme aujourdhui l’Afrique sub-saharienne, càd du Tchad jusqu’au Cap, les vieux, on les faisait grimper aux cocotiers, et on secouait l’arbre. Là, 2 solutions: soit ils tombaient, et ils avaient droit à des obseques convenables, soit ils tenaient, et l’année suivante, on remettait çà… Nous,vrai ou faux, çà nous faisait rigoler…
        L’expression, en tout cas, est bien connue:" secouer le cocotier." C’est ce que je me souhaite…

    Répondre
  8. Alain

    3 novembre 2010

    Au sujet des cellules souche: J’ai tente l’operation en Hongrie (puisque bien sur en France c’est interdit, comme beaucoup de choses!) ou je vis. Il s’agit bien sur de mes propres cellules, revitalisees puis reinjectees. J’ai 60 ans. Du moins, depuis les injections, j’ai 60 ans "sur le papier" 🙂 Car je me suis retrouve subitement, en 2 a 3 semaines seulement, avec un tonus de 40 ans. Capacites physiques mais aussi intellectuelles, je me sens reellement plus jeune! Bien sur, aucun effet sur le plan physiologique, si ce n’est un teint de peau moins "vieux" 🙂 mais les rides n’ont pas disparu bien sur 🙂

    Bref! Pour en venir a l’article, je poserais une question philosophique: Le fait de vivre centenaire est-il vraiment un progres, sur le plan personnel? A plus long terme, l’immortalite (on y arrivera j’en suis certain) sera-t-elle un progres? Je ne le pense pas! Et c’est d’ailleurs pour cela que j’ai tente le coup des cellules souches, pour bien vivre mes dernieres annees, sans pour autant esperer gagner des annees de plus.

    Alain

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)