Le lavage de cerveau : mythe ou réalité ?

Posté le juillet 03, 2007, 12:00
7 mins

lavage cerveauDans les campagnes contre les « sectes », on trouve le reproche de pratiquer des « lavages de cerveau », comme les régimes totalitaires. Mais qu’est-ce donc ?

Deux éminents spécialistes, D. Anthony et M. Introvigne, dans un livre exceptionnel*, nous donnent la réponse : le lavage de cerveau, même sous ces régimes, n’existe pas. Le principe serait de « supprimer l’ancien comportement, instiller un nouveau comportement » mais il est irréalisable quelles que soient les méthodes employées.

Au début, il y a eu une interrogation sur les méthodes utilisées par les pays communistes : les gens les plus divers, dignitaires du régime, militants, prêtres, voire officiers, avouaient les crimes les plus invraisemblables dans des procès.
Or, la méthode pour leur obtention est maintenant connue : tortures, menaces, promesses, le but étant l’acquiescement à des accusations préfabriquées. L’énorme machine de propagande soviétique procédait toujours par amalgames et les aveux les confirmaient.

En Chine communiste, on procéda autrement, notamment avec les prisonniers américains de la guerre de Corée. Ceux-ci étaient maltraités et beaucoup moururent en captivité, mais en même temps, ils étaient obligés de suivre des cours de marxisme-léninisme, de pratiquer autocritiques et « témoignages ». Certes, beaucoup acquiescèrent, mais, une fois libérés, la quasi-totalité d’entre eux rejetèrent ce qu’ils avaient déclaré…

Curieusement, les tentatives les plus poussées de « lavage de cerveau » furent faites par… la CIA (le fait est avéré) qui croyait à sa possibilité ! Ainsi naquit le projet MKULTRA où toutes sortes de procédés furent utilisés sans que jamais on ait pu « instiller de nouveaux comportements ou opinions ». Le pire fut imaginé par un psychiatre pervers, Donald E. Cameron qui pratiqua des choses effarantes. Ainsi, beaucoup de « volontaires » souffrirent de graves troubles, parfois irréversibles, furent transformés en « légumes » mais en aucun cas, on ne put modifier leur personnalité sauf par destruction et le projet MKULTRA fut abandonné.

Ainsi donc, tant l’expérience chinoise que celle de la CIA prouvent que le lavage de cerveau est impossible. D’autre part, les observateurs intelligents constatèrent que la « persuasion coercitive » à la chinoise ne diffère pas fondamentalement de celles, plus ou moins coercitives, utilisées dans les institutions de toute société, même libérale, depuis les écoles jusqu’aux rares prisons cherchant à « réinsérer » les détenus en passant par les centres de formation de certaines entreprises privées.

Dans le domaine religieux, on peut parler du catéchisme ou des séminaires ou, particulièrement coercitives, des « écoles coraniques ».
Il y a toujours eu création et/ou disparition de mouvements religieux minoritaires, beaucoup étant, dès leur naissance plus ou moins persécutés. Ainsi sont apparues les campagnes anti-sectes et c’est dans ce contexte que, aux USA, la psychologue Margaret Singer (1921-2003) inventa une théorie extraordinaire fondée sur un amalgame stalinien de mouvements divers qualifiés de « sectes » et du principe que tout ce qui relève des idées ou pratiques d’une secte n’est que lavage de cerveau et négation de la liberté de la « victime » et que tout ce qui relève des idées d’une non-secte est normal et acceptable, par principe.

Dans l’hystérie anti-secte, on vit apparaître, aux USA, des criminels qui utilisèrent les pires méthodes de violence pour convertir les membres de sectes : les déprogrammeurs. Beaucoup finirent en prison et la complicité du mouvement anti-sectes CAN avec eux entraîna sa condamnation à une très lourde amende amenant sa mise en faillite, ce qui permit son rachat par… les scientologues !
En 1987, la très officielle et puissante Association américaine des psychologues rejeta les idées de Margaret Singer comme anti-scientifiques et cette dernière, apparemment paranoïaque, parla de Complot avec un C majuscule.

Dès lors, les tribunaux américains refusèrent les théories du lavage de cerveau et la polémique décrut. La deuxième association antisecte AFF, loin des aberrations du défunt CAN, adopta une position plus modérée, acceptant même le principe d’un dialogue objectif. On est loin des positions de certaines associations françaises…

10 réponses à l'article : Le lavage de cerveau : mythe ou réalité ?

  1. HansImSchnoogeLoch

    11 juillet 2007

    La manipulation mentale marche très bien. En France les medias y contribuent tous les jours ouvrables et fériés. Comment voulez-vous que la vérité unique ait pu y planter ses racines autrement?

    Répondre
  2. foison

    10 juillet 2007

    C’est tellement plus facile de dire que le lavage de cerveau n’existe pas ! quelqu’un a écrit "faible l’argument" je vais personnellement plus loin: "nul,inexistant "!

    Tant que cela ne touche pas directement la personne concernée , tant que vous ne constatez pas de vos yeux votre enfant manipulé , qui vous tourne le dos ,votre foyer pulvérisé par des pseudo pasteurs,vous avez du mal à penser que cela existe !

    Faites une expérience: allez dire à une personne adepte d’ un quelconque mouvement sectaire ,évangéliste ,catholique intégriste ,ou autre,dites lui que ce qu’on leur raconte dans leur mouvement est irréaliste , dangereux pour leur vie ,et vous verrez la réaction !…Même si vous avez toutes les preuves du lavage du cerveau,les chances de les convaincre sont quasiment nulles ! …et pour cause car s’ils le savaient ils ne resteraient pas une minute de plus dans leur folie!

    Au contraire! vous serez écarté,voire diabolisé …c’est vous le fou …

    Ce problème n’est malheureusement pas jugé avec assez d’ampleur , malgré les avancées dans ce domaine, des pouvoirs publics ,cela parait tellement énorme qu’on ne vous prend pas au sérieux.et pourtant!

    Dans l’état actuel,on est mal parti !…

     

     

     

     

    Répondre
  3. Dagmar

    9 juillet 2007

    Merci de votre référance, j’ai tout de suite acheté le livre, cela m’intéresse, je suis ressortissante d’un pays communiste et mon père travaillait dans la recherche sur le fonctionnement du système nerveux central dans les conditions extrèmes. Le brain washing des systèmes totalitaires divers était un des ses sujets examinés . Son cerveu à lui a résisté et à 69, après le 68 perdu,  il a cher payé cette résistance.

    Mais revnons en France

    Ainsi donc, tant l’expérience chinoise que celle de la CIA prouvent que le lavage de cerveau est impossible

    Si c’est vrai, cette phrase prouve ce que j’avance depuis des décénies et mes amis pensent que je blague, tandis que je suis très serieuse à savoir: Le communisme en France est génétiquement transmissible. La France n’a jamais été summise à telle terreur que nous et pourtant le communisme, la pensé étatico- communiste periste 20 après le chute de SSSR; La preuve que c’est génétique, donc inréformable.

    Répondre
  4. Anonyme

    7 juillet 2007

    Il y a confusion chez beaucoup de commentateurs, y compris chez l’auteur de l’article.

    Lavage de cerveau signifie vider le cerveau de ses données pour faire un légume d’un être humain devenu obéissant comme un chien.  C’est comme vider un disque dur de ses données.  Sauf à un formatage de bas niveau, et encore, c’est impossible. Il reste toujours des traces.

    Ce qu’on évoque par lavage de cerveau est un reconditionnement.  Les pays totalitaires ont des experts pour celà, et ça marche bien, hélas, n’en dépalise à l’auteur de cet article et à ceux sur lesquels ils s’appuie.  D’autres pays opposés font de même car c’est de bonne guerre.

    Que croyez-vous que les gvt Français ont réussi à faire avec le peuple Français devenu un troupeau de bons moutons dociles complètement cons qui ne pensent pas plus loin que le bout de leur nez et ont un niveau culturel de plus en plus bas ?  C’est justement ainsi qu’ils deviennent des proies faciles pour un conditionnement quelconque. Les sectes le savent.

    On va chercher les sectes. OK, mais toutes les églises sont des sectes.  La magistrature est aussi une secte.  Les mafias sont des sectes. Les ordres des médecins, avocats, etc. en sont aussi. Et les Francs-maçons et les Rosicruciens, etc ?

     Tout dépend du niveau de conditionnement mais rares sont les gens non conditionnés sauf à vivre isolé sur une île.

    Allez, va, réveillez-vous car penser par soi-même, c’est un début de déconditionnement.

     

     

    Répondre
  5. Gérard Pierre

    5 juillet 2007

       Cet article me paraît un peu bâclé. Il me laisse sur ma faim. Monsieur Pierre Barrucand entend, si j’ai bien compris, nous présenter la synthèse d’un livre rédigé par deux auteurs que je ne connais pas personnellement et qui auraient conclu que le lavage de cerveau est un mythe. N’étant pas à proprement parler un spécialiste en la matière, je laisserai à ces deux auteurs la responsabilité de leur conclusion.

     

       Quelques questions toutefois à monsieur Pierre Barrucand :

     

    è    1) – Le principe du lavage de cerveau serait de « supprimer l’ancien comportement, instiller un nouveau comportement », et vous ajoutez : « mais il est irréalisable quelles que soient les méthodes employées. » Pour avoir vécu mai 1982 dans une grande entreprise industrielle, j’ai pu assister précisément à de nombreuses suppressions d’anciens comportements et à l’instillation de nouveaux comportements chez bon nombre de mes collègues et plus encore dans le personnel de direction. Ainsi, tel directeur d’établissement qui faisait jusque là une chasse impitoyable aux délégués du personnel, qui n’entendait pas que l’on by passa la voie hiérarchique et ne voulait entendre parler que ratios techniques et économiques se mit à m’expliquer du jour au lendemain que les syndicalistes étaient des partenaires indispensables, que le dialogue était la solution à tous les problèmes et que la richesse de l’entreprise c’était l’homme ! …… et son cas ne fut pas isolé, loin de là ! … si cela n’est pas l’instillation d’un nouveau comportement en lieu et place de l’ancien, qu’est-ce ?…… de l’opportunisme ?…… admettons ! …… mais alors, articulé par qui ou par quoi ?

     

    è    2) – Je ne sais plus qui a dit : « lorsque tu tiens fermement un vase dans ta main, tu peux enfouir à l’intérieur de ce vase tout ce que bon te semble ». Durant mon service militaire dans les troupes aéroportées (1963 & 1964), ce n’est qu’après que nous ayons été éreintés à l’entraînement que l’on nous faisait entrer en salle de cours. C’est toujours au cours de séances en salle, où certains luttaient contre la tentation du sommeil, que les cadres pratiquaient un endoctrinement rustique mais efficace à long terme, du style : « Les paras sont l’élite de l’armée et vous, vous serez l’élite de l’élite ! ». Au début, l’esprit critique réagissait, s’amusait en constatant la grosseur des ficelles utilisées. Mais petit à petit, la résistance s’érodait, la recrue finissait par se dire : « personne n’en bave autant que nous, … on est peut-être tout compte fait une élite ! ». J’ai pu constater qu’au bout de quatre mois de ce régime, sanctionnés par l’obtention d’un brevet mythique, alors que nous étions tous issus du monde civil, il existait alors un esprit et un seul au sein de notre unité. Un nouveau comportement s’était bien substitué à l’ancien. Qu’était-ce ? …… du conditionnement ?…… admettons ! …… mais alors, articulé par qui ou par quoi ?

     

    è    3) – Les gamins qui ânonnent pendant des années, dans les madrasas, des formules apprises par cœur et non interprétables, et se portent ensuite candidats à la pulvérisation de leur "sainte" personne et des « impies » pour la plus grande gloire d’un dénommé Allah, …… qu’est-ce ?…… sinon du récurage de cervelet ?

     

       Il n’est peut-être pas prudent de traiter si légèrement un sujet aussi vaste et inquiétant que celui d’une méthode mal connue qui généra des bataillons de SS, ou engendra des Boudarel et des Béria, pour ne citer que ces quelques exemples.

    Répondre
  6. Jean-Luc Barbier

    4 juillet 2007

    En effet la lutte anti-secte ne doit pas à son tours faire des victimes.

    Toutefois M. Introvigne semble visiblement faire l’erreur de nier ce qu’est un endoctrinement néfaste en nous parlant exclusivement du lavage de cerveau. De plus il ne semble pas aborder dans son livre le sujet des délits sacrés, un aspect qui pourtant caractérise fondamentalement les sectes et groupes nuisibles. (Délits sacrés = Faire des actions sans respecter les lois du pays et au seul profit de la secte : atteinte au patrimoine – contrainte – usure – abandon des études – etc. etc)

    Dans les groupes nuisibles des actions criminelles et des violations de nos lois sont  présentes. Il n’est pas juste de fermer les yeux sur de telles manipulations sous prétexte qu’il n’y aurait pas de lavage de cerveau.

    Le lavage de cerveau dans sa définition c’est aussi le fait de perdre sa propre détermination et perdre son intégrité.

    La manipulation mentale comme dans toutes chose est une question de dosage.

    Par exemple, si vous prenez les méthodes de vente de la scientologie : en apparence ce sont des méthodes courantes utilisées par bien des entreprises. …Oui mais !  La grande différence c’est l’intensité des actions commises par cette secte à l’encontre de ses victimes et le fait que de nombreuses pressions sont également exercées : menace d’expulsion – menace de perdre une offre alléchante – menace de mort – contacts à tout heure du jour et de la nuit – etc . etc.

    La résistance d’un être humain a des limites. Une secte comme la scientologie (et sans doute bien d’autres groupes), n’en tient aucunement compte. Seul l’encaissement d’un nouveau chèque est le bon critère pour la scientologie !

    Si ce n’est pas du lavage de cerveau c’est au minimum un lessivage de votre porte-monnaie

    Jean-Luc Barbier / fondateur du Centre Info-sectes du canton du JURA

    http://www.info-sectes.ch

    Répondre
  7. Anonyme

    4 juillet 2007

    Il semble que vous ne soyez pas au courant de travaux qui durent depuis la seconde guerre mondiale après l’exfiltration, en 1945, du Dr Mengele par les services secrets Américains lors d’une opération dénommée "paperclip" menée par le fils Roosevelt liu-même (alors officier dans ce qui devint plus tard la CIA). 

    Le Dr Mengele, spécialiste du conditionnement cérébral, travailla plusieurs années au Royaume Uni puis fut transféré aux USA. Il continua paisiblement jusqu’à sa mort aux USA (et non au Brésil) à former des spécialistes et continuer ses recherches de façon très discrètes au profit du gvt Américain. Celà dit, je ne jette pas l’anatème sur le gvt Américain d’auatnt que de nombreux autres pays font de même ; il ne faut pas se leurrer.

    Il en résulte qu’ils ont trouvé la méthode pour faire des esclaves humains indectectables.  Les hommes de la Force Delta sont un exemple de conditionnement parfait.  Ils répondent à des ordres formulés précisément avec un vocabulaire choisi, même à celui de se tirer eux-mêmes une balle dans la tête, et ce, sans sourciller ni hésiter.  Des témoins de celà existent.

    Deux livres (j’ai ont été publiés par des chercheurs écoeurés qui, à cette heure, ont probablement été éliminés d’autant qu’ils étaient partis vivre loin de toute civilisation pour s’en laver les mains.

    Aussi, si le lavage de cerveau proprement dit est improbable, le conditionnement est lui très avancé.

    Répondre
  8. Anonyme

    4 juillet 2007

    American Psychological Association
                    Association Psychologique Américaine

    [que je p^résente ici traduit face au délire CESNURien qui prétend faire disparaître le lavage de cerveau d’un coup de mensonge]

     
     

      12juillet 1983

     M E M O R A N D U M   (*note*)

       A   Le conseil de responsabilité sociale et éthique, association psychologique américaine  (BSERP de l'APA)
     

    FROM    :  Steve Morin
    de:

    SUJET Proposition pour une force d'étude sur les techniques psychologiques coercitives

     


    • But de l'équipe
    Nous proposons que soit établie une équipe destinée à enquèter et publier une série de recommandations au sujet de techniques psychologiques coercitives.  Il s'agit pour l'équipe de discuter et déterminer si l'on pourrait/devrait imposer des limites à l'usage de techniques psychologiques coercitives, ainsi que de déterminer quels sont les techniques et principes utilisés par les psychologues et/ou les non-psychologues d'une façon qui parviendrait à diminuer leurs droits individuels ou constitutionnels. Le but de l'équipe sera de définir les paramètres et limites de techniques psychologiques coercitives pouvant être utilisées avant que l'on puisse invoquer le principe de "protection de l'individu".
    [on pourra observer d'entrée qu'il y a là un postulat de départ indiquant assez clairement qu'une telle possibilité de contrôle existe bel et bien dans l'esprit de l'auteur de ce mémorandum, contrairement à ce qu'affirment les apologistes des sectes]

     

    • Projection au public en général et à la psychologie
     
    Les psychologues ont développé, décrit et vulgarisé diverses techniques detinées à altérer les comportements, croyances et attitudes des individus. L'association psychologique américaine est particulièrement intéressée par le fait que de telles techniques soient utilisées afin d'améliorer la condition humaine. Il est tout à fait évident que des techniques de ce type sont utilisées aussi par des non-psychologues, par exemple par les professeurs, pour modifier les comportements. L'APA a cependant tenté de définir les conditions dans lesquelles l'usage de telles techniques psychologiques serait approprié ou non.  Le bien-être de l'individu est un concept fondamental pour la pratique éthique de la psychologie par les professionnels et se trouve tout aussi bien au centre des préoccupations de l'APA, qui désire avoir un impact sur le public à l'extérieur de la profession.
    • Information sur les bases pertinentes
    L'APA s'est fortement impliquée dans l'aspect éthique entourant l'application de techniques psychologiques : c'était le travail  de l'équipe sur la modification comportementale. Certaines méthodes psychologiques n'ont toutefois pas assez complètement étudiées, et les principes de leur usage pas assez clairement définis. C'est ainsi qu'en particulier les techniques d'endoctrination, de "lavage de cerveau" et de "persuasion coercitive" n'ont pas reçu la même attention  que d'autres techniques psychologiques. L'étude de ces techniques remonte au moins à la Geurre de Corée. Elles sont actuellement en usage dans des sectes religieuses, par exemple l'église de l'unification (Moon) ou l'église de scientologie, etc, ainsi que dans des groupes non religieux (exemple: EST, Life Spring).
    [ce passage montre plus clairement encore la probabilité que de telles techniques existent jusqu'à un certain point, le but étant évidemment d'en définir les limites]
    Les psychologues sont de plus en plus impliqués dans certaines controverses contemporaines entourant les sectes religieuses.Nous avons ainsi un évantail de témoignages psychologiques lors d'auditions [de justice] en vue de la mise sous tutorat de membres de l'église de l'unification (Moon), afin de déterminer si les adeptes en question étaient libres lorsqu'ils choisissaient de rester avec l'église en question, ou si l'on devrait permettre à leurs parents d'assurer la tutelle dans le but de "faire déprogrammer leurs enfants". Nous avons aussi des témoignages extensifs lors de délibérations de justice récentes, afin de déterminer si l'église de scientologie est une organisation religieuse ou une affaire de profit destinée à priver ses adeptes de leur rentrées. De même, les psychologues commencent à prèter attention aux "séminaires d'entraînement" du genre de EST et Life Spring, lesquels ont démocratisé l'usage de techniques coercitives de masse. Ces mouvements n'ont pas été assujettis aux mêmes  enquètes ni aux règles d'éthique standard s'appliquant au travail des psychologues membres de l'APA, qui doivent respecter ces normes éthiques.
    Il est tout à fait évident que nombre d'organisations religieuses se sont engagées dans des techniques de recrutement équivalent à une estimation psychologique. Il semblerait que ces techniques ont besoin d'être très définies, et, si certaines personnes courent un risque réel, il faut les en avertir. Le problème principal pour la psychologie consistera à déterminer s'il est nécessaire ou non que certaines personnes reçoivent une protection face à ces techniques coercitives psychologiques. Il peut s'avérer impossible de discuter de l'aspect abusif de telles techniques coercitives sans aborder les implications légales. Une large discussion portant sur les techniques coercitives et les besoins éventuels de recommandations destinées à protéger le public serait du plus grand intérêt de la pychologie.

    • Procédures à utiliser
    De la même façon que nous l'avons fait pour l'équipe d'étude destinée à règler les priorités dans l'engagement de l'APA en ce qui concernait les enfants, les jeunes et la famille, nous recommandons qu'un comité planificateur soit nommé pour définir l'emploi du temps de l'équipe. Une fois les paramètres d'activité de l'équipe déterminés par le Comité planificateur, on devra choisir les membres de l'équipe parmi les psychologues experts qui ont travaillé à définir les limites d'abus de techniques psychologiques, en particulier lorsqu'ils sont appliqués aux techniques coercitives. L'équipe devrait se réunir deux fois par an durant trois ans afin d'accomplir sa mission et rendre son rapport final.

    • Les résultats attendus
    Le premier résultat demandé à l'équipe est un rapport finalisé comprenant des recommandations pour le BSERP. Le rapport définitif serait à peu près du même ordre que le rapport final de l'équipe ayant travaillé sur le rôle de la psychologie et du système de justice criminelle. On peut espérer que ce rapport final et ses recommandations soient soutenus par des exposés des positions ayant trait aux diverses zones où des techniques coercitives psychologiques sont abusivement utilisées. On s'attend aussi à recevoir un rapport du type "Qui est le client?: l'éthique de l'intervention psychologue dans le système de justice criminelle". (Monahan, 1980)

    • Séquence des opérations
    Un comité de planification comprenant 5 à 7 membres devrait être choisi en 1982 afin d'établir des buts et objectifs plus spécifiques à l'équipe. Les membres de l'équipe finale devraient être entre cinq et sept, nommés pour siéger dès 1983: ils serviront durant deux ou trois ans, en fonction du temps nécessaire pour remettre le rapport final.
     
    • En quoi le BSERP est concerné
    Il est évident que le BSERP est de plus en plus impliqué par les aspects responsabilité sociale. Le BSERP est entre autres chargé d'être la conscience sociale de l'association de psychologique américaine. Historiquement, le BSERP s'est engagé dans des mouvements où l'on protège ceux qui en auraient besoin, par exemple, les enfants face aux abus commis envers eux. Il semble raisonnable que la psychologie organisée, au travers du BSERP, prenne position sur des sujets comme la protection des adultes face aux techniques psychologiques coercitives.

    Nota: si après cela, les apologistes et autres amis des sectes viennent chanter que l’APA a pris parti contre la possibilité d’existence de techniques coercitives destinées au contrôle mental, c’est qu’ils n’ont pas très bien lu ce mémorandum.
     

     
     

     


     

    (*)    attached to the letter of July 12 th, 1983, signed by Arnold S. Kahn,
             Administrative Officer Social and Ethical Responsibility.
    (Document inclus dans la lettre signée le 12 juillet 1983 par Arnold S. Kahn, officier administratif de BSERP)


    (note: ce 2e mémorandum a été émis suite aux travaux effectués par le Dr Margaret Singer et son équipe, nommés par l’APA pour étudier le lavage de cerveau ou contrôle mental; ce document démontre, contrairement à ce qu’ont voulu faire croire les apologistes des sectes (Melton, Introvigne et autres) que l’APA estimait le travail effectué comme assez valable).
    (Bilingue: traduction en bleu)
     

      29 décembre 1986

     M E M O R A N D U M
     

    TO     
    Force d'étude sur les méthodes de contrôle persuasif indirect

    FROM  de:  :  Dorothy Thomas

    SUBJECT :   rapport final
     

     


     
     

    Sur demande de Michaël Langone, j'ai joint une copie du rapport final de l'équipe Margaret Singer et Langone.
    Lors de sa réunion des 31 octobre et 2 novembre 1986, la BSERP a exprimé sa satisfaction envers ce rapport, attendu déjà depuis quelque temps. Les opinions des membres du BSERP se situent entre positives à plus mitigées compte tenu de l'étroitesse du champ du rapport. Ils estiment pour la plupart qu'il s'agit d'un bon travail. Cependant, en raison de l'ampleur des sujets abordés, le BSERP a décidé de faire parvenir ce rapport pour révision indépendante à quelques personnes particulièrement expertes du domaine. On a également demandé aux membres du BSERP d'examiner le rapport de plus près, la version finale ayant été distribuée lors de la réunion, puis de préparer des commentaires pour la prochaine réunion, prévue pour mai 1987. Les commentaires des experts externes seront également communiqués alors.
    Lors de la réunion d'octobre-novembre, le BSERP n'a pas alloué de fonds à la force d'étude afin qu'elle puisse tenir une réunion préparatoire pour finaliser le rapport. Je suggère cependant que la Force d'étude continue sa tâche par lettre ou téléphone, et de présenter les frais afférents qui seront certainement remboursés. J'espère que lors de la réunion de printemps du comité dirigeant du BSERP, lequel se rassemble entretemps pour définir l'emploi du temps du Conseil, la Force d'étude aura achevé son travail afin que le Comité directeur puisse obtenir une version finalisée du rapport, avec la liste de références.
    Je tiens à vous informer que Pamela T. Reld, docteur en philosophie, a accepté sa nomination au Comité Central de l'APA en tant que Directrice du 'Bureau de la responbilité sociale et éthique'. Pam Reld assurera entièrement cette responsabilité à temps plein à compter du 5 janvier 1987 pour les programmes SER. Nous tenons ici à la féliciter.

    Faites-moi savoir si vous avez des questions ou en quoi je puisse vous assister si nécessaire. J'attends de vos nouvelles.

    PJ.

    Répondre
  9. roger gonnet

    4 juillet 2007

    Ce qu’écrit Massimo Introvigne  sur kle lavage de cerveau est inadmissble. Je sors du Congrès annuel ce week-end préparé par la plus grande association mondiale d’étude du phénomène sectaire, l’ICSA, International Cultic Studies Association, et bien évidemment, divers universitaires conférenciers nous ont présenté diverses avancées effectuées en matière de Lavage de Cerveau. Parmi eux, Madame Janja Lalich, Monsieur Ben Zablocki, Monsieur Stephen Kent.

    Une bonne partie des conférences (84 en tout, j’ai moi-même assisté à 27 d’entre elles) durant les trois jours du Congrès ont porté sur divers aspects d’influence indue, de contrôle mental, de manipulation mentale, de mise en sujétion, d’abus de l’état de faiblesse et autres manières de désigner le concept du lavage de cerveau.

    Il est impensable que des gens soient encore payés à l’heure qu’il est pour faire croire qu’il n’existe pas de manipulation mentale, alors que le mensonge est le début de la manipulation – eux-mêmes ne donnent que des arguments d’autorité supposés prouver quelque chose, alors que le concept existe depuis des décennies et que les études allant dans ce sens ne cessent d’accumuler des preuves de son existence.

    Hypnose, privation de liberté, activité trop intense et emploi de la force peuvent aussi faire partie des méthodes utilisées durant  lavage de cerveau. Mais il est vrai que le CESNUR et certains de ses participants n’ont pas le courage nécessaire pour abandonner la défense de mouvements richissimes qui utilisent ces méthodes. Ils préfèrent continuer à prétendre plutôt qu’à observer les faits.

    Que ceux qui veulent vraiment se renseigner sur la question n’hésitent pas à chercher sur le web les nombreux textes et témoignage prouvant l’existence de cet état "second" où d’autres peuvent vous influencer à agir contre votre intérêt et celui de vos proches, ou contre vos convictions, par exemple dans le cas des kamikazes.

    Répondre
  10. jacques

    4 juillet 2007

    Très faible votre article.

    D’abord et surtout parce que vous ne définissez pas "lavage du cerveau"
    Voulez-vous dire persuasion durable? Combien de temps? Quel degré de changement?

    "l’expérience chinoise que celle de la CIA prouvent que le lavage de cerveau est impossible."

    Erreur logique monumentale. Ce n’est pas parce que les quelques expériences citées n’ont pas marchées que d’autres méthodes forcément gardée secrète ne sont pas efficaces à des niveaux divers. D’ailleurs les publicistes (et politiciens) en savent pas mal plus que votre auteur.

    Le lavage le plus évident et terriblement efficace est le lessivement religieux. Mais il ne semble efficace que s’il est commencer jeune et doit s’accompagner de rites qui renforcent constamment les idioties que l’on veut enseigner.

    Le résultat est spectaculaire. Qui n’a pas rencontrés de ces scientifiques, ingénieurs, médecins, détenteurs de doctorats, lessivé jeune, et qui croient ENCORE dur comme fer à 50 ans, et à un niveau LITTERAL, des croyances catholiques, juives ou islamiques totalement ridicules et invraisemblables alors qu’ils n’hésitent pas à qualifier de "superstitutions"des croyances similaires chez les adeptes des autre religion.

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)