Le vote libéral en 2017

Posté le décembre 13, 2016, 1:41
6 mins

J’ai lu, ces jours derniers, le livre que Jacques Garello a consacré à la situation actuelle de la France et aux élections présidentielles françaises qui auront lieu au printemps 2017.

Le livre s’appelle « Le vote libéral ». Il est d’une actualité brûlante, et je recommande sa lecture à ceux qui me lisent.

Jacques Garello note une volonté de rupture chez nombre de Français, conscients que le pays se dirige vers le naufrage, et une inadéquation de l’offre politique. Après avoir noté le fait que nombre de gens votent en fonction de leur appartenance à un groupe (et il analyse très justement l’existence d’un vote paysan, d’un vote pied-noir, d’un vote corporatiste, d’un vote ouvrier), il note l’existence d’un vote potentiel oublié, celui des abstentionnistes.

Il souligne ensuite l’exception française, que constitue, depuis le regrettable échec d’Alain Ma­delin en 2002, l’absence d’un choix libéral. Il attribue cette absence aux partis tels qu’ils sont structurés aujourd’hui, mais aussi au fait que, dans les médias et dans l’enseignement en France, le libéralisme est « ignoré, caricaturé, diabolisé ou dévié ». Il rappelle donc, et c’est le cœur du livre, ce que sont les principes fondamentaux du libéralisme économique : libre entreprise, libre échange, économie de marché, et souligne que le « capitalisme de connivence », utilisé dans tant de pays par la gauche, est une perversion grave du capitalisme qui ne peut et ne doit pas être confondue avec celui-ci.

Il rappelle aussi, et c’est essentiel, que le libéralisme est une éthique basée sur le respect de l’être humain : la liberté est indissociable d’un esprit de responsabilité, et la liberté associée à la responsabilité permettent l’existence d’une « société de confiance ».

Il rappelle enfin la dimension politique du libéralisme, et insiste, à très juste titre, sur le fait que les systèmes d’État-providence, si omniprésents en Europe, ont une dimension totalitaire : « entre l’État-providence et l’État totalitaire, l’écart tient finalement à peu de chose », écrit-il. « Ils ont pour objectif commun prendre totalement en charge les individus, de la naissance à la mort, et de les guider dans leurs activités économiques, voire dans leur vie privée. » Il ajoute plus loin que « le champ de l’État-providence est sans limites », et parle d’« omniprésence » accouplée à l’« omnipotence ». Il reprend l’idée hayekienne selon laquelle la justice sociale est un « mirage » dangereux et destructeur. Il démolit avec une grande rigueur intellectuelle l’idée de « solidarité publique », celle selon laquelle des biens publics impliqueraient des « services publics », ainsi que celle selon laquelle l’État est nécessaire pour traiter des externalités négatives de la production (la « pollution »).

Le libéralisme, conclut-il, entend remettre la politique à sa place, strictement à sa place.

C’est, précise-t-il, particulièrement difficile en France où l’État est devenu hypertrophié et où, ce qui explique beaucoup de choses, « un Français sur deux vit de l’État, pour l’État, par l’État ».
Le réveil, et la possibilité que la rupture souhaitée survienne, viendra, dit Jacques Garello, des carences de l’État, évidentes face au péril islamique et au terrorisme, mais aussi d’un retour aux « racines chrétiennes de la civilisation européenne ».
Deux textes sont ajoutés à la fin du livre et sont en eux-mêmes aussi lumineux que le livre lui-même.

L’un est dû à Jean-Philippe Delsol, l’autre à Patrick Simon.
Jean-Philippe Delsol rappelle qu’il n’appartient pas à l’État de concéder la liberté.

Patrick Simon note qu’on peut être libéral et conservateur, cite Edmund Burke, et ajoute que le plus grand danger pour la liberté aujourd’hui est l’islamisme – ce qui, la gauche étant de moins en moins en état de nuire, est tout à fait exact.

Y aura-t-il un vote de rupture en 2017 ? C’est possible. Les socialistes sont quasiment hors course, comme l’extrême gauche.
Le deuxième tour opposera sans doute François Fillon et Marine Le Pen.

François Fillon a un programme libéral-conservateur, très timide, mais sans précédent depuis longtemps en France. Marine Le Pen reste diabolisée.

J’ai des réserves concernant Fillon, mais il a de grandes chances d’être élu…

Acheter le livre ici

Voir les derniers ouvrages proposés par les4verites-diffusion.fr ici

87 réponses à l'article : Le vote libéral en 2017

  1. druant philippe

    22/12/2016

    Notre bien – aimé Jauressounet (lol) est l’ Attali du site , l’ homme dont tout le monde raille ce qu’ il raconte ; malheureusement , il ne peut s’ empêcher de nous les briser avec ses élucubrations et ses statistiques churchiliennes .
    Nous sommes en désaccord avec lui depuis ses débuts propagandistes sur 4v (sur demande de sa loge FM ou de son Parti sodomite PS ) : souvenons – nous de ses démêlés avec les 2 américains du site Mancney et Grepon le texan .
    Sur l’ immigration , l’ économie, la gestion de la sécurité , sociale , la question démographique nationale ou mondaile …. , tout nous sépare et le fossé d’ avec ses idées se fait chaque jour plus grand .

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      22/12/2016

      que voulez vous , il croit en lui comme Hollande croit en lui

      à propos de Hollande ce mot de Napoléon sur ce malheureux Louis XVI un roi qui n’ était pas à sa place sur un trône surtout si ce trône était celui de France :

       » che coglione « 

      Répondre
  2. quinctius cincinnatus

    22/12/2016

    à @ Jaurès qui se la joue … nobélisable avec Markov

    tout physicien sait que l’ hypothèse  » ergodique  » est le point faible de la statistique en physique et qu’ elle ne reste qu’ une … hypothèse !

    Répondre
    • Jaures

      22/12/2016

      Nobélisable ?
      Tout le monde sait que la chaîne de Markov est au programme de Terminale.
      Soit c’est le niveau de nos lycéens qui monte, soit c’est celui des prix Nobel (ou médaille Fields ) qui baisse.

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        22/12/2016

        tout le monde sait ( les enquêtes le prouvent ) que … le niveau de Terminale n’ est pas très élevé !

        Répondre
        • Jaures

          22/12/2016

          Pourtant, selon vous, une notion parmi d’autres de ce programme est digne d’un nobélisable.
          Comme quoi le niveau scolaire est très relatif.

          Répondre
  3. BRENUS

    21/12/2016

    Je maintiens que je souhaite l’éviction de ce site du nommé « jaurès-jojo ». La « diversité » n’a rien à faire là-dedans. D’ailleurs dans les médias gauchos (la grande majorité) aucun jojo de droite ne verrait ses commentaires passer. Alors dégages et si tu me trouves vulgaire, tant mieux.. Ce qui t’emmerde c’est que vous ne pouvez plus nous jouer du pipeau, sans recevoir une bordée d’injures que vous méritez. Méprisez nous : nous vous conchions.

    Répondre
    • 21/12/2016

      Pensons-nous que la section commentaires sous les articles de Milliere serait plus OU moins anime, plus ou moins serieux sans Jaures?

      Perso, tout comme personne ne voit jamais Bruce Wayne ET Batman au meme temps, je me demande si quelqun a vu Milliere et « Jaures » au meme moment.

      En bref: Jaures, peutil nous prouver qu’il n’est pas un « sock-puppet » de Milliere, brilliamment anime par Milliere lui meme, pour faire agite la section commentaires?

      Apologies a Guy mais j’ai eu du mal a resister. Qu es ce qu’il fout ici ce personnage « Jaures »? Poursuit-il Milliere aillieurs sur le ouaibe? Dans la vie reelle ou que numeriquement?

      Répondre
    • Jaures

      21/12/2016

      Au contraire ! Inondez-moi d’insultes !
      Chacune vous révèle tel que vous êtes !

      Répondre
      • quinctius cincinnatus

        22/12/2016

         » on ne fait pas de la bonne littérature avec de bons sentiments  »

        hélas [email protected] vous êtes une merde !

        Répondre
        • Jaures

          22/12/2016

          Avec de bons sentiments, non, certes, prodigieux Quinctius.
          Mais avec du talent.
          Vous également, vos insultes vous renvoient à ce que vous êtes sous le verni écaillé du docte que vous essayez maladroitement et plaisamment de nous suggérer.

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            22/12/2016

            mais [email protected] vous êtes un minable et il faut vous faire à votre état intellectuel

          • Jaures

            22/12/2016

            Cher Quinctius, j’accorde autant d’intérêt aux jugements que vous portez sur mon « état intellectuel  » qu’un artiste peintre à l’avis qu’un aveugle exprimerait sur ses oeuvres.
            Essayez simplement de varier un peu vos insultes. Soyez créatif, amusant à défaut d’être intéressant. Relisez tout Frédéric Dard. Soyez notre Alexandre-Benoit Berurier.

  4. BRENUS

    21/12/2016

    Ah bon, la CNAV peut être comparée a une compagnie d’assurance auto privée?. Encore un mensonge de ce fumiste de jojo. Qui connait une entreprise d’assurance privée fonctionnant en permanence en déficit (même actuellement (contrairement aux mensonges de la ministre aux yeux de veaux allumés) et accumulant une dette pharamineuse garantie par l’état, lequel paie en permanence les intérêts de cette dette. Dès que les taux internationaux vont remonter -et ça commence – vous verrez les conséquences. Ce jojo devrait être éjecté de ce site en tant que chef de la propagandstafel du milieu gauchofaschiste et qui se permet des appréciations négatives sur les autres intervenants pourtant globalement d’un tout autre niveau que lui et en tous cas honnêtes. De plus, il enrage qu’un authentique membre du peuple n’accepte pas ses mensonges à répétition : ce genre de con se croit propriétaire de l’opinion des « sans-dents » tout en lèchant le cul des bobogogofachos qui ne roulent que pour eux mêmes. La meilleure preuve de leur incurie est l’état actuel de la France qu’ils entraineront dans le gouffre avec eux.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      21/12/2016

      pourquoi  » gaucho-fasciste  » c’ est faire injure aux fascistes dont je suis … combien de fois faudra t il répéter qu’ employer le vocabulaire de l’ ennemi c’ est déjà être soumis !

      Répondre
    • Le Ket

      21/12/2016

      @ BRENUS :
      « les bobogogofachos….dont la meilleure preuve de leur incurie est l’état actuel de la France qu’ils entraineront dans le gouffre avec eux. »

      Vous avez raison, ces charlatans incompétents et arrogants nous ont mené au chaos et malgré leurs plans « Vigipirates » et « Sentinelle » (qui coûtent des centaines de millions) aussi inefficaces qu’imbéciles, plus de 230 morts sont à mettre au compteur des terroristes musulmans.

      Relevons aussi le refus d’ouvrir le feu de la part des militaires en faction à moins de 100m du BATACLAN.

      Mais notre Devoir de Mémoire nous conduit également à nous rappeler que Jacquot la fripouille et le nabot Sarko ont, EUX AUSSI, creusé un abime dans les finances publiques.
      Ils ont également laissé entrer des centaines de milliers d’immigrés clandestins dans l’Hexagone, et que sous leurs quinquennats l’insécurité a explosé, que par ailleurs, sur tout le territoire, l’islamisation a répandu ses métastases au point de voir le halal dans les écoles, les prières du vendredi dans nos rues, le voile et la burka dans les lieux publics et le monopole des tribunaux accaparé par les barbus !
      Tout ceci, au nom du « PADAMALGAM », de la société « multiculturelle et pluriethnique » et du « CEPALISLAM »….utopies initiées déjà sous Mitterrand avec les clowns Djack LANG, Joxe et C°, pour lesquels il ne fallait pas « toucher à leurs potes » ! ! !

      Répondre
    • Jaures

      21/12/2016

      Brenus, pourquoi encombrez-vous donc vos posts d’insultes inutiles ? Depuis le temps que vous les assénez vous devriez savoir qu’elles ne servent à rien sinon à noyer vos quelques mots qui sont matière à discussion.
      Ceci dit vous faites ce que vous voulez.
      Sur la CNAV, donc, il y a une part qui relève de l’assurance et une autre de la solidarité nationale. C’est le cas de la FSV qui est pour une large part dans le déficit de la CNAV et dont le financement doit logiquement être pris en charge par le budget de l’Etat.
      Et les entreprises privées endettées et aidées par l’Etat sont légions. Ainsi, les banques irlandaises ont été sauvées et refinancées par l’Etat irlandais lui-même financé par l’Union Européenne (dont la France) et le FMI.
      Sinon, Total est endetté de plus de 30 milliards, Renault de 31 milliards, Veolia de 21 milliards, Peugeot de 30 milliards, etc…
      Ce qui n’empêche pas ces entreprises de payer leurs patrons avec une indécente générosité et de verser des dividendes en hausse chaque année quels que soient les résultats.
      Enfin, il n’y a pas « d’authentiques membres du peuple ». Il y a juste un peuple dont nous faisons tous deux partie. Si vous êtes démocrate, il vous faut accepter la diversité, surtout sur un site ouvert au débat.

      Répondre
      • 21/12/2016

        Jaures, c’etait la confiance des investisseurs en la solidarite nationale….du fait que Fannie et Freddie ont ete choses de Congress…qui a fait que tant de mauvaise obligations « MMBS » ont ete achete par grosses organisations financiieres de part a l’autre du monde. Ces obligations DEVAIT etre solides car l’etat americain se trouvaient tres probablment derriere. Grosse fabrique de mauvaises dettes si toxiques et si grandes qu’elle ont faillit faire une chaine de faillites mondiale jamais vue. Sans l’action lourdes et tres peu naturels des banques centrales(choses peu naturelle deja) et les Dept Tresorie de divers gouvernment, entorses reglementaire et financieres spectactulaire, il y aurait eu un tabula rasa a laquelle seule commuinistes et socialistes de votre type pourraient rever.

        Aisni, entorses de ce genre, interventions et artifices public/privee de taille suffisantes peuvent faire sombrer beacoup d’autres choses aux alentours, avec efets nefastes durant decennies.

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          21/12/2016

          à @ Jauresse financier et démago

          tapez

          Federal National Mortage Association

          Répondre
        • Jacky Social

          21/12/2016

          « The powers of the federal government are enumerated; it can only operate in certain cases; it has legislative powers on defined and limited objects, beyond which it cannot extend its jurisdiction. » ​~ James Madison
          But Jaures is still of the opinion that G.W. Bush is the guilty party. Jaures is just another useful idiot.

          Répondre
        • Jaures

          21/12/2016

          Cher Bryan, en vous lisant je me dis que, bien heureusement, vous ne devez pas m’expliquer la chaîne de Markov.

          Répondre
          • 21/12/2016

            En bref, l’etat, par voie d’organisations semi-publiques intervenant massivement dans les marches financieres, ont fausse les prix, et risque d’obligations par lesquelles l’etat a sousventionnee la gonflage de la plus grosse bulle fiannciere d’histoire et l’enorme malinvestissment annex(bulle de construction reelle). Rien que ca. C’est comme si les bonnes intentions de grosses boites semi-publique peuvent faire de degats de severite et taille que boites strictement privees, du fait de leur contraintes, ne peuvent meme pas imaginer infliger.

            En parlant de boites semi-privee semi-etatique

          • Jaures

            22/12/2016

            C’était Bryan Davis, docteur es pataéconomie !

          • Jaures

            22/12/2016

            Pardon: Bryan Travis.

          • Raoul Villain

            22/12/2016

            C’était Jaurès, parasite subventionné par l’Etat français.

          • Jaures

            22/12/2016

            Ça, mon Raoul, j’aimerais bien !
            Pourrez-vous plaider mon dossier en haut lieu ?

          • quinctius cincinnatus

            22/12/2016

            à [email protected] notre Ubu Roi c. à d. une personne en déficit ou cessation d’ intelligence ( comme diraient les pédagos ) autrement dit brutalement un  » con  » :  » ès  » , avé l’ assent grave s. v. p. cela fait plus sérieux ( es étant le symbole de l’ einsteinium ce qu’ un docteur ès physique comme vous devrait savoir )

  5. BRENUS

    20/12/2016

    C’est quoi ce mélange foireux de comparaisons entre une entreprise, une banque et la CNAV. Malgré tous les efforts de sophisme personne ne pourra comparer une somme « à recevoir » (remboursement espéré d’un prêt fait à quelqu’un par exemple), avec un véritable actif existant. Sinon on pourrait dire que Madoff (une sorte de jojo de fait) a inauguré une nouvelle forme d’économie puisqu’il laissait croire à ses clients que ses « actifs » étaient bien réels. Sous forme de prêts à lui même. Heureusement que les mecs comme jojo ne dirigent pas toutes les ‘entreprises car le crash général serait imminent. De plus, à court d’arguments, ledit jojo ne s’affole pas de l’endettement, proposant comme remède, l’augmentation permanente des prélèvements d’une part et le recul de l’âge de départ en retraite pour tous – sauf ses copains fonctionnaires, regimes spéciaux, etc…) Ce même recul que ses propres syndicats combattent . En plus de pratiquer le sophisme, ces gugusses vous alignent des oxymorons genre « une plus proche tardive retraite ». Et tiens, un petit cours d’économie basique supplémentaire genre fumistos : 2 et 2 , ça fait 4, si je te le dois et ça fait 22 si tu me le dois. Enfin last but not least : rembourser la dette de a sécu avec des assignats. Ou du PQ !

    Répondre
    • Jaures

      20/12/2016

      Brenus, en nettoyant votre post des grossières niaiseries habituelles, j’ai pu sauver une question.
      Sur la comparaison de la CNAV avec une entreprise, la réponse est oui. Une entreprise peut être privée ou publique. Or, qu’est-ce qu’une assurance sinon une entreprise ?
      Que fait votre assurance automobile quand les coûts de la couverture (indemnisations, réparations,…) augmentent ? Elle augmente ses tarifs, ses franchises, ses exclusions,…
      Que la CNAV, si le rapport retraités/actifs évolue, augmente ses tarifs n’a donc rien d’extravagant ou d’original. Le souhait des organisations syndicales est d’étendre l’assiette de cotisations afin que les salariés ne soient pas lésés.
      Pour ce qui concerne la CNAV, entreprise publique, le choix est politique: soit on augmente les cotisations (en ce cas, qui paie ?), soit on recule l’âge légal de départ (en ce cas, tout le monde doit-il être logé à la même enseigne ?).
      Il est vrai qu’avec une assurance privée, le choix est plus simple: soit vous payez, soit vous partez. C’est ce qui amène 30% des retraités britanniques à vivre sous le seuil de pauvreté

      Répondre
  6. BRENUS

    19/12/2016

    JOJO fait semblant de croire que la CNAV, mal gérée mais très bien syndicalisée, avec de copieux avantages pour ses agents cadres (j’en connais personnellement) qu’elle n’est pas en faillite de fait avec sa dette détenue par un système de report éternel, garanti par l’Etat. Cette dette, qui ne cesse pas coute à l’Etat, c’est à dire aux contribuables. Mais cela ne dérange pas jojo qui fait partie des cohortes alimentées par la grande gamelle. Normal qu’il chante ses louanges.

    Répondre
    • Jaures

      19/12/2016

      Brenus, la CNAV est une assurance. Si vous connaissez une seule société d’assurance privée qui n’inscrit pas de dettes à son bilan merci de nous la signaler.
      Pratiquement toutes les entreprises sont endettées. Quel que soit le produit que vous achetez, une part des charges de la dette est dans le prix. Pareil,dans ce produit il y a la TVA qui finance les services publics et une part de la solidarité avec les personnes âgées (car tout ne relève pas de la CNAV).
      La CNAV ne peut pas faire faillite car elle redistribue des cotisations. Si son résultat est trop en déséquilibre, il suffit de relever les cotisations, l’âge légal de départ en retraite ou baisser les pensions. Le problème avec les fonds de pensions est qu’ils spéculent avec les cotisations ce qui provoque parfois quelques faillites avec la ruine des pensionnés pas toujours assez fortunés pour se retourner.

      Répondre
    • quinctius cincinnatus

      20/12/2016

      les DEUX systèmes sont mauvais, mais l’ un, le libéral, est … naturel : vous gérez mal, vous plongez

      Répondre
  7. quinctius cincinnatus

    16/12/2016

    nous devrions tous savoir sur ce blog que Mr Guy Millière qui a été Maitre de Conférence de je ne sais trop quoi confond ( intentionnellement )  » libéralisme  » et  » capitalisme financier  » … toute discussion est donc aléatoire sur ce sujet puisque personne ne parle de la même chose

    Répondre
  8. BRENUS

    16/12/2016

    JOJO nous sert la fable de la « CNAV à l’équilibre ». Foutaises. Un bilan présenté par une équilibriste gaucho, c’est plus sur.

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      16/12/2016

      un  » équilibriste  » ? disons plutôt un  » funambule « 

      Répondre
    • Jaures

      17/12/2016

      Brenus, pendant qu’en 2008 nombre de fonds de pensions faisaient faillite et que des retraités, victimes des différents Madoff, se retrouvaient ruinés et pour certains devaient retourner sur le marché de l’emploi à plus de 70 ans, en France, les retraités (dont quelques éditorialistes de ce site) continuaient de toucher leur pension garantie.
      Alors pensez que la CNAV est en faillite si vous voulez, les retraités eux ne s’en sont pas rendus compte.

      Répondre
      • Bryan Travis

        17/12/2016

        La bulls et puis krach ont eu leur origines dans la planification entralisee, aux intentions pure, du goivernement central des USA, par la force d’une part, et le profit offert par ces machins a detruire les GSE, FannieFreddie. En Europe, grosses institutions financiers ont achete cet merde en quantity car ils ne trouvaient pas de quoi investir en Europe, avec retour et taille suffisant, pour la quantite enorme de vieux et sans enfants qui pullullent la ou l’etat s’occupe de tout.

        Répondre
        • Jaures

          17/12/2016

          On connait la chanson, Bryan.
          Quand W.Bush était au pouvoir tout allait pour le mieux, c’était l’ownership society. Jusqu’à ce que tout s’écroule avec des millions d’Américains jetés à la rue.
          Mais pour les libéraux, le coupable, bien sûr, était Jimmy Carter, 30 après être sorti de la Maison Blanche.
          En France nous avons eu aussi nos théoriciens avec P.Salin qui nous intimait en 2007 d’imiter d’urgence l’Irlande et l’Espagne. Quand les deux pays se sont écroulés, sauvés par ceux que Salin fustigeait, notre économiste libéral avait son explication: ces deux pays décidément était encore plus socialistes qu’on ne le pensait !
          Que Trump rencontre quelques problèmes et gageons qu’on trouvera sans doute des explications étrangères à une théorie infaillible.

          Répondre
          • Bryan Travis

            18/12/2016

            Les GSE, engins principaux de la bulle, one ete cree et reglemente par Congress. La branche judiciare a ete le moyen de « weaponisation » de la CRA contre les banques. « w » e.g. son administration ont tres tot commence a faire campagne contre les distortions globales opererrs par les GSE et leurs allies en Congress. Mslheureusement Bush n’a jamias eu voix necessairres sister Congress pour stopper l’idiotie. Et puis comme vous dites, il y avail le « ownership » society, et le compassionate conservativatism. Esperons que c’est fini.

          • Jaures

            18/12/2016

            « Les GSE, engins principaux de la bulle, one ete cree et reglemente par Congress. La branche judiciare a ete le moyen de « weaponisation » de la CRA contre les banques.  »
            Voilà pour ceux qui n’avaient pas compris une explication limpide qui clôt définitivement le débat.

          • 19/12/2016

            Faisons plus simple. Les obligations massivement achetees par grosses boites europeennes, qui valait en relaite bien moins que qu’elles ne pensaient, ONT ETE CREE PAR UNE CHOSE CREE PAR CONGRESS. ET REGLEMENTE PAR CONGRESS (et non pas Bush, qui tiraient l’aalarme plusieurs fois devant Congress bien avant la krach inevitable de ses obligations). C’etait un programme de gouvernment central a la source de la « securitisation »..la conversion en obligations..de prets pour maisons. C’est comment et pourquoi les banques offrant prets maison n’avaient plus rien a foutre de si oui ou non les prets allaient etre repaye. Rien que ca. Les Democrates au Congress ont defendu ce programme d’armements de destructions financiere massive avec ferocite, et bien sure accusations de racisme etc. Ainsi, des fonds de pensions, grosses banque, boites d’assurance partout dans le monde, y compris en France et Allemagne, se trouvaient INSOLVENT quand…comme cela arrive toujours, le naturel est revenu chasser l’artifice de l’invervention grossiere etatique..

          • Jaures

            20/12/2016

            Arrêtez, Bryan. Bush et les Républicains ont eu la majorité durant 4 années. S’ils étaient conscients d’un danger quelconque, que n’ont ils agi quand ils le pouvaient.
            Au contraire, réélu en 2004, Bush a parlé d’ownership society et Millière, relai des néoconservateurs en France, n’a jamais évoqué ici le moindre risque de la nature que vous évoquez.
            D’ailleurs, les Américains ne s’y sont pas trompés et W.Bush est aujourd’hui si populaire qu’aucun candidat républicain souhaite le voir à sa tribune.
            Ceci dit, si vous voulez faire semblant de croire à ces fables, cela ne gène personne.

          • 20/12/2016

            Le crypto communiste Jaures m’accuse de croire en fables. Pas mal eh?

          • Jacky Social

            20/12/2016

            @Jaures: Le President George Walker Bush a bien averti le Congres pres de 20 fois sur Medicare/Medicaid et Fannie Mae et Freddy Mac et la crise a venir. Mais personne n’a rien voulu entendre. J’ai deja poste ceci sur les 4 Verites. Le President etait deja ostracise par son camp comme l’est Donald Trump aujourdhui. On appelle cela le Bush Drangement Syndrome transforme depuis en Trump Derangement Syndrome. Vous etes atteint au plus haut point, Jaures. La Ownership Society etait le remplacement de la secu actuelle par des comptes personnels, exactement ce qu’il faut faire et ce que Trump veut faire. Et ce parce que tout n’allait pas pour le mieux. L’Irlande est un pays qui fonctionne tres bien, meme avec des hauts et des bas, cad. bien mieux que la France malade qui ne connait que des tres bas (quand est-ce qu’on ferme la France, Jaures?). Le President des USA n’a pas toutes les competences consitutionnelles pour forcer le Congres a agir. C’est comme ca.

          • 20/12/2016

            « ?). Le President des USA n’a pas toutes les competences consitutionnelles pour forcer le Congres a agir. C’est comme ca. »

            Du moins, c’etait vrais jusqua ce que Barack Obama a perdu son super majorite au Congres, apres quoi il a commence a issuer « Executive Orders » et « Signing Statements » et communications et pressions tutti-frutti sur les maintes tentacules de l’Executive Branch pour detourner, augmenter, ignorer les lois. Meme Obamacare bien sure, loi fourre-tout terriblement mal fait et mal intenntionner, qui ne pouvait marcher suivant la text de la loi. Bien sure que lois sur l’immigration, etabli par Congress du passee de facons bipartisan, ont ete traite de papier pouir chiottes.

            La seule remede, Impeachment, Barack savait etre tres peu applcable a lui car RACISME! D’autres remedes genre proces grimpant de courts bas vers le Supreme prendraient leur temps a etre argumente, donnant temps de faire enormement de dommages sur le terrain. Par exemple, en laissant entrer enormement d’immigres juveniles (ou se disant juvenile) et faisant venir leur famille, leur distribuant partout dans le pays a coup de milliards d’aides. ETC

            Certes, sous Trump. la menace de IMPEACHMENT a ete remis sur la table immediatement sur la nouvelle qu’il a gange l’election.

          • quinctius cincinnatus

            20/12/2016

            Bush n’ aurait il pas été tout simplement comment dire ? …  » négligent  » c’ est cela  » négligent  » ! ! !

            rappelons, par un simple soucis d’ honnêteté toute calviniste, que c’ est un brillant économiste  » démocrate  » un certain Mr Clinton qui a impulsé le mouvement qui permit aux banques américaines de prêter aux … insolvables … ce qui est peut être aussi à l’ origine du crash à moins que [email protected] ne nous démontre le contraire

            les banques vivant de la dette il est après tout logique qu’ elles placent des hommes de paille au sommet du pouvoir politique ; ces derniers laissant le citoyen sur la paille mais qui les admirera toujours parce qu’ ils ont le label rouge de  » démocrate  »

            ainsi va le Monde

            … épurons !

          • 20/12/2016

            Effectivement, l’activation de la loi CRA sous Clinton a mis en peril le banquier qui ne faisait pas assez de prets immibiliere a des gens a haut risque(ayant revenus instables, risques credit, vouilant acheter en voisinages a haut risque(« redlining »)).

            Ceci a ete operer par moyen de prosecutions par l’Attourney General de Clinton avec cooperation avec des groupuscules tres tres a gauche genre ACORN, qui employait quand meme un jeune lawyer tres activiste Barack Obama a l’epoch. A coups de lawsuits, ils ont mis en place PUNITIONS pour banques qui ne faisait pas suffissamment de mauvais prets.

            Les RECOMPENSES pour le banquier accordant prets qu’il savait pertimment etre a tres haut risque sont venu avec l’innovation par Freddie et Fannie, les GSE, poussee par Democrats puissant au Congress(gerants des GSE), obligations dans lesquelles elles melangaient mauvaises prets(ACHETES AUX BANQUES SEMAINES OU MOIS SEULEMENT APRE LEUR CREATION) avec de bien moins mauvais prets, qu’elles recombine pour mise sur le marche financier. Grosse institutions euiropeennes entre autre les ont acheters a grand coups pour avoir investissments de retour et taille suffisants pour leur missions(l’enorme quantite de vieux en Europe). Les banquiers individus tgravaillant sur chaque pret n’avaient rien que des incentives a faire prets immobilier, d’aun cote du fait de la menace de prosecutions, mais surtout merci au PROFIT GUARANTIS pour leur employeur, PAR LES GSE, c.a.d. les choses de Congress.

            Retournons a Bush. Il avait A PEINE majorites au Congress. Majorites fragiles, meme au point ou Cheney devait etre le « tie breaker » dans un Senat 50/50. pendant un temps d’accord? Il faut 60 votes au Senat pour superseder un « filibuster ». Dans le House, il est difficile de faire sortir des committees applicables un projet de loi. Dans les committees applicables aux GSE, il y avait de tres puissant Democrats, et sur la scene nationale, le Black Congressional Congress et organisations de ce type s’appuyant sur IDENTITY POLITICS et RACISME pour decrire reformes utiles qui ont pu reduire l’ampleur du castatrophe. Ayant enormement d’autres affaires a pousser dans le Congress, majorites tres minces et fragiles(comme on a bien vu avec le Congress Pelosi/Reid a venir « sous Bush ») il y avait grand difficulte a FORCER quoi que ce soit. MAIS Bush et cie ont plaider, decriant la =possibilite= d’un castrophe financier =mondiale= comme resultat, si jamais la bulle se reversait, ce qui a eu lieu, bien que ce n’etait pas guarantit.

            La politic etant l’art du possible, Bush a fait ce qu’il pouvait faire, devant opposition de tres feroce Democrats, interets privees et publics liees a cette bulle giganteques, et pui les RINO toujours prets a se vendre. Avec l’arivee de Pelosi/Reid en 2006 il n y avait strictement plus rien a faire par Bush a part imaginer reponses palliatives pour la catastrophe a venir.

          • Jaures

            20/12/2016

            Très bien, Jacky. Voyons ce que va faire Trump et jugeons sur pièces.
            Je vous fiche mon billet que s’il échoue, ce sera la faute d’Obama.
            L’Irlande a effectivement « des hauts et des bas ». Heureusement que d’autres sont plus fiables car qui lui aurait prêté 70 milliards d’€ en 2010 pour ne pas faire faillite (je rappelle que rapporté à la population, c’est comme si la France avait reçu 800 milliards !) !
            Et la France, « toujours très bas » a fait partie des prêteurs.
            Grâce à cela et 6 années d’austérité (nationalisation des banques, baisse des salaires de 10%, hausse des tarifs médicaux, exil de 300 000 Irlandais,…) l’économie irlandaise repart mais sa dépendance accrue à l’égard de l’extérieur la laisse encore bien fragile.

          • Jacky Social

            20/12/2016

            Jaures: si Trump echoue, il echoue. Votre grande Goooooche echoue depuis toujours, alors? Ca ne peut pa etre pire. Le desastre Obamesque est deja connu. Votre ami Guy Milliere en a meme fait un livre.

          • Jacky Social

            20/12/2016

            Jaures: si Trump echoue, il echoue. Votre grande Goooooche echoue depuis toujours, alors? Ca ne peut pas etre pire. Le desastre Obamesque est deja connu. Votre ami Guy Milliere en a meme fait un livre.

          • Jaures

            20/12/2016

            « Votre ami Guy Milliere en a meme fait un livre. »
            Argument de poids, je l’avoue. Il a même écrit un livre en 2008, «L’Amérique et le monde après Bush», avec une clairvoyante postface intitulée « Pourquoi Obama ne sera pas élu ».

          • Jacky Social

            20/12/2016

            @Jaures: Obama a ete elu par le matraquage mediatique. Et donc Guy Milliere ne s’est pas vraiment trompe. Tout ce qu’il a ecrit sur Obama s’est produit et le constat ex post est sans appel.

          • Jaures

            21/12/2016

            On a vu que ces 8 dernières décennies démocrates et républicains ont alterné à part égale.
            Il semblerait que le « battage médiatique » ne fonctionne qu’une fois sur deux.
            Dîtes plutôt que vous refusez la démocratie si vous estimez qu’elle est pipée chaque fois que votre candidat n’est pas élu.
            Et si dire de quelqu’un qu’il « ne sera pas élu » alors qu’il est finalement élu puis réélu c’est avoir raison tout de même, on peut définitivement dire n’importe quoi, on trouvera toujours un Jacky Social pour affirmer que même dans l’erreur, vous aviez raison. C’est rassurant.

          • 21/12/2016

            J’en dirais que le battage mediatique nous a donne John McCain comme candidat pro-Americain a courir contre le Democrat en 2008. Ils lui donnait spots gratuitement tout le long de l’administration Bush et de la campagne primaire pour la nomination. De la pub constante et gratuite pour un RINO mal aligne avec son parti. Puis, a partir du moment de sa nomination, il est devenu diabolique et/ou ridicule instantanement.

            On a revu le meme film avec Mitt Romney en 2012. Et de meme, les primaires Republican « ouvert » du debut de la campagne ont permis Democrat de venir voter pour le candidat republican qu’ils trouvait le plus battable.

            En 2016, bien sure, The Donald peut remercier les medias pour enormement plus d’exposure que tout les autres candidats pris ensemble, mais voila que le public Republican est desormais immune ou presque de leurs procedes mensongeres et pas un peu anti-americain. Les primaires ouvert encore, ont permis au Donald de prendre momentum tres tot dans la campagne, parmi un champ de 17 candidats de qualite presque inouie se battant entre eux pour la vote non-folle. Deux Tiers n’ont pas vote pour Trump, mais l’amplification mediatique que Trump a joue et a dejoue frenetiquement comme un maitre lui ont donne la nomination.

            Cote Clinton, les medias l’ont traitee de deesse ou presque, a qui il ne fallait pas dire (et redire) combien et comment elle etaient corrumpu et incompetent le long de sa carriere.

            Merci a l’internet, le 1er amendment, et proces FOIA(transparence des affaire du gouvernement oblige par cette loi) le monde a evite le pire. Oui. Le monde.

          • Jacky Social

            21/12/2016

            Cher Bryan Travis, vous commencez a me les briser menus. Soit vous ecrivez en anglais, soit vous ecrivez en francais. Arretez le francais – les logiciels de traduction vous menent par le bout de votre queue. Ce que vous racontez est incomprehensible.

          • 21/12/2016

            Je n’utilse pas de logiciel ou service de traduction actuellement.

    • quinctius cincinnatus

      20/12/2016

      le problème voyez vous Brenus c’ est que les prêts [bancaires ] sont comptabilisés comme des actifs par les banques ..

      [email protected] nous dit que la C.N.A.V. ne peut pas faire  » faillite  » parce qu’ elle est placée sous la couverture de l’ Etat … le problème est que l’ Etat peut être lui aussi failli et alors là ce n’ est plus une crise simplement circonscrite mais un véritable tsunami qui emporte tout sur son passage … sauf les [email protected] … si on ne les éliminent pas !

      Répondre
      • Jacky Social

        20/12/2016

        @QC: vous avez parfaitement raison. C’est d’ailleurs ce qui s’est produit en ex-URSS. La Russie etait en faillite dans le sens qu’elle etait en « default ». Ceci dit, elle ne pouvait pas faire faillite dans le sens ou l’existence de l’etat n’est pas necessairement en peril a cause d’une cessation de paiement. On reajuste la donne et on s’en tire a bon compte. Mais la garantie de l’etat, qu’est-ce que ca veut dire? Un tsunami hyper-inflatoire et l’evaporation instantanee de l’epargne. Moi, je l’ai bien connu. Sans l’avoir connu, vous savez de quoi vous parlez. Notre Pompadour Jaures est evidemment a cote de ses pompes, comme d’habitude.

        Répondre
  9. quin ctius cincinnatus

    16/12/2016

    précisions sur les successions des biens professionnels *** :

    les biens professionnels sont expressément exclus de ‘ ASSIETTE de l’ I.S.F. à fin de ne pas pénaliser l’ outil de travail des particuliers

    articles 885 N à 885 R du code général des impôts

    sont exonérés :

    – les parts ou actions des sociétés

    – les biens d’ une exploitation individuelle

    –  » quelques  » biens ruraux

    *** pour lever l’ ambiguïté du propos de [email protected]

    Répondre
  10. Laudance

    15/12/2016

    Il ne faut pas oublier qu’en France le mot libéral reste une injure. François Fillon y est même qualifié d’ultra-libéral par les piliers du régime socialiste-soviétique, alors qu’il est tout au plus un peu libéral, moins à gauche que tous les autres formant le LRPS et même le parti nationaliste étiqueté d’extrême… droite, ce qui est une aberration puisqu’il est aussi de gauche. Les libéraux dans tout cela ? Ils ne représentent que des résultats proches du zéro et pour que cela change, il faudrait changer les mentalités, ce qui est très loin d’être gagné dans un pays biberonné au socialisme depuis des générations.

    Répondre
  11. dissident

    14/12/2016

    JORESSE se felicite de l existence de l impot sur la mort, dit sur les « successions », car comme lui, ses parents n ont rien fait, rien epargne, il n a ou n aura donc rien recu

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      15/12/2016

      idem pour ce qui est de la richesse d’ un pays , il suffit de laisser des dettes comme seul … héritage ; mais les socialistes ne sont pas les seuls à pratiquer l’ arnaque, les  » gaullistes  » , le F.N. aussi !

      Répondre
    • Jaures

      15/12/2016

      dissident, je pourrais vous retourner le compliment en vous disant qu’étant vous-même incapable de produire ou créer, vous êtes attaché à l’héritage pour que votre part du gâteau vous tombe sans effort.
      Mais élevons un peu le débat.
      Les libéraux eux-mêmes sont très partagés sur l’héritage. D’aucun relève que l’idéal libéral est que l’on s’enrichisse grâce au talent, au travail et à la créativité. Or, l’héritage vous arrive sans qu’il vous soit nécessaire de faire vos preuves.
      D’autres soulignent que la personne qui s’est enrichie doit être libre de donner ce qu’il possède à qui il veut, et en général, à sa descendance.
      Je pense que ces deux éléments sont justement compatibles.
      Une entreprise peut être transmise à ses descendants, l’outil de travail est exonéré. les enfants de l’entrepreneur (ou du commerçant) ont le temps de se former pour prendre la relève et à leur tour faire leurs preuves en pérennisant l’oeuvre familiale. Ils héritent mais à leur tour créent et produisent. L’héritage se justifie économiquement et éthiquement.
      Les héritiers inactifs, par contre, qui héritent de biens qu’ils donnent à des spécialistes pour les faire fructifier et encaissent les rentes, ne sont que des sybarites qui ne se sont que donné la peine de naitre.
      Il est contradictoire qu’un libéral cautionne ce type d’héritage car cela légitime une inégalité de départ qui fausse la compétition préconisée par cette idéologie.
      Je comprends qu’un libéral soit réticent à ce que ce soit l’Etat qui « hérite », il serait dés lors logique que l’héritage, hors outil de travail, revienne à des associations ou des fondations caritatives, à la recherche, aux universités,aux jeunes entrepreneurs,…

      Répondre
      • Bryan Travis

        16/12/2016

        La motivation d’un couple, d’une famile se concentre sur la famille. C’est humain. Quand les Jaures et etatistes travaillent, c’est pour la dependence de chacque individu sur l’etat, sa famille et la nature de l’espece leur faisant chier. Pour ce que il en est de « liberale » en France, c’est quand meme version maison de miroirs de circus. Tout est foire a ce point, la reglemengatiion tentaculaire se melant meme dans la mentalite des francais, peuple capture.

        Répondre
        • Jaures

          16/12/2016

          Il n’y a rien là de contradictoire. Un entrepreneur, un commerçant peut très bien léguer son outil de travail à ses enfants. C’est exonéré.
          Par contre, s’il s’agit de léguer une rente, est-ce à votre sens faire oeuvre utile pour sa famille ?
          D’autant que les enfants auront pu profiter d’une éducation haut de gamme et du réseau des parents. La famille a donc largement de quoi s’accomplir. Que faut-il donc de plus ?

          Répondre
          • 16/12/2016

            Vous faites comme toujours l’apologie du vol organise, arme, par votre gang cheri, le fonctionariat du proletatariat, si legitime du fait de la Democratie. Mais la democratie fini par etre fait de trois predateurs et une proie qui votent, en bon ordre et suivant regles preetabli et equitables, sur ce qu’il y aura a manger. Comme dans la nature, l’imbalance de producteurs(qui bossent pour creer) et predateurs qui passent leur temps a digerer ce qu’ils mangent, c.a.d. le producteurs, a toujours pour resultat l’implosion pour tous. Comme vous voyez tout autour de vous, ou la dette, les charges, les moyens sont ex-sangue. Car votre democratie sert surtout les predateurs faineants, qui votent tres previsiblement pour que le fonctionnariat continuent a depecer les productives et les stocks de tout pour leur charges. En Europe en gros, a eu pour resultat une baisse massive de la production la plus important qu’il y a, d’humains, les famnilles tout comme les entrepreises etant ecrase par l’etat toujours plus vorace. Les etatistes essaient de faire la difference par l’importation massive de gens venus de cultures ou les conditions sont encore pires, du fait de l’inferiorite abject des dudits cultures! En France bien sur, les etatistes cocorocoent leur pieds dans la merde que la natliaite fait bon train en France, tout en evitant soigneusement, par loi, de regarder la QUALITE de ce natalite. Voila que l’esclagasime pratique sur la femme par les immigres, aide par les allocs vole a force d’armes aux francais productives, a suffit d.amorcer la remplacement prevu par les islamistes.

            Il est grand temps de passer de votre Vieme « Republique » a quelque chose soutenable, ou bien continuer mais cesser d’etre francais en France, sur les decennies a venir.

    • Jacky Social

      21/12/2016

      @dissident: excellent !

      Répondre
  12. Jaures

    14/12/2016

    Il faudrait déjà définir ce qu’est le libéralisme car le moins que l’on puisse dire est que ceux qui se définissent comme libéraux ne sont pas en plein accord.
    Ainsi, Millière considère le programme de Fillon comme « très timide » alors que le candidat libéral qu’il a soutenu en 2002, A.Madelin en dit le contraire: «Si François Fillon, qui a sûrement beaucoup mûri, passe pour le plus libéral, c’est hélas parce que son programme est assurément, en matière de purge, le plus abouti». Il ajoute: «Voilà qui prête le plus à la caricature d’un libéralisme antisocial…».
    Ce que Madelin considère comme une « caricature antisociale », Millière le juge au contraire « trop timide ».
    Qui tient le discours libéral ? Qui croire ?

    Au delà, quel est le but d’une politique économique ? La prospérité, certes, mais pas comme but ultime. Il faut que les richesses produites améliorent la vie des gens, leur apportent plus de bien-être, de perspectives, d’espoir pour leurs enfants.
    Or que propose Fillon ? Supprimer les 35h et tout horaire légal pour s’en tenir à la durée du travail maximale européenne, soit 48h/hebdomadaires.
    Le résultat est que les heures supplémentaires ne seront plus majorées, les salariés perdront donc en pouvoir d’achat. On peut également craindre, si l’activité ne repart pas de manière importante, que les patrons rechignent à embaucher: pourquoi recruter quand il suffit de faire travailler plus les salariés présents ?

    Idem avec la retraite. Fillon propose de la passer à 65 ans. Pour ceux, nombreux, qui ont connu des accidents de carrière, notamment les femmes, cela voudra dire une retraite à taux plein à 70 ans.
    Quel intérêt pour les salariés ? Fillon nous dit que c’est pour sauver les retraites mais si sa politique crée de l’activité, la CNAV qui est aujourd’hui à l’équilibre devrait être florissante. Il s’agit soit d’un aveu d’échec anticipé, soit d’une volonté de transférer ailleurs la part de croissance qui revient aux retraites. Où ? Pour qui ?

    Enfin, pour s’en tenir à ces 3 exemples, Fillon propose une hausse de la TVA pour effectuer son « choc fiscal » qui consiste en une baisse de l’impôt sur le revenu, la suppression de l’ISF, une baisse des taxes sur les successions.
    Or, 50% des Français ne paye pas l’IRPP, moins de 350 000 paient l’ISF et la moyenne des successions ne dépasse pas 100 000€, seuil d’exonération, alors que la moitié des Français n’en reçoit aucune.
    C’est à dire que tous les consommateurs se verront prélever 2€ sur chaque caddy de 100€ à destination de ceux qui vivent déjà aisément et hériteront de plus de 100 000€.

    Les questions que je poserais à Millière, s’il était tenté d’y répondre, seraient d’une part en quoi tout cela améliorera la vie des gens et d’autre part, si tout ceci est trop timide, jusqu’où souhaiterait-il élever barre ?
    3 points de TVA ? 4 ?
    La retraite à 67 ans ? 70 ?
    La semaine de 55 heures ? 60 ?
    Dans quel but ? Pour quel résultat final dans le quotidien des gens ?

    Répondre
    • quinctius cincinnatus

      16/12/2016

       » il faudrait déjà définir ce qu’ est le libéralisme …  » nous assène notre rigoureux logicien de Gauche; tout comme le sont … LES socialismes !

      Répondre
    • Le Ket

      16/12/2016

      @ Jaurès = LES CAISSES SONT VIDES ! ! !

      La plupart des états européens vivent à crédit, en bénéficiant des largesses de la BCE qui fait tourner la planche à billets 24/24 hres.

      Il est aussi facile d’être généreux avec l’argent des autres…

      Le résultat des Etats Providence (concept innové par Olof PALME en Suède, il y a bientôt 40 ans) est un trou abyssal des dettes publiques. Et curieusement TRES PEU de politicards, qu’ils soient de gauche, de droite, du centre ou des extrêmes, osent en parler et proposer des solutions structurelles.

      OUI, les états sont en faillite et cela handicape nos enfants et plus tard nos petits-enfants : c’est là une réelle lâcheté des gouvernants depuis des décennies qui lèguent ce problème à leurs successeurs .

      Ceci est une réalité qu’il va falloir admettre bon gré, mal gré.

      Alors, OUI, il est urgent de réduire le train de vie de l’Etat, partout et certainement réviser les tranches d’imposition, pour tous, en mettant au même niveau les taux concernant l’IRPP, l’impôt sur le capital et l’impôt sur les société.

      En outre, la longévité des individus s’est fortement prolongée ces 40 dernières années, grâce aux progrès de la médecine et au système sanitaire. Mais toutes les caisses de retraite et les compagnies d’assurances (vie et complémentaires) n’ont plus un sou. Le problème est ici aussi à résoudre : augmenter les prélèvements sociaux, allonger non seulement la durée hebdomadaire du travail mais aussi le nombre de trimestres d’activité et réduire le montant des retraites, tant que le rapport entre actifs et inactifs ne s’améliorera pas.

      Le langage de vérité consiste à informer la population, les travailleurs, les patrons, les contribuables, les électeurs ou les parents qu’il va falloir se serrer la ceinture, abolir les privilèges dont bénéficient certaines catégories, et effectivement, travailler un peu plus pour le même revenu.

      Quand on est passé de 39 à 35 heures, les salaires n’ont pas diminués. On était en période de prétendue « vaches grasses ». Maintenant on connaît un temps de « vaches maigres » il est logique de se retrousser les manches en travaillant 4hres de plus par semaine pour le même salaire !

      Il n’y a pas de miracles et les arbres de grimpent pas jusqu’au ciel, alors : AU BOULOT ! ! !

      Il ne faut pas pour cela être absolument « libéral », « social », « marxiste », « conservateur », « nationaliste » ou « écologiste », seul une dose de bon-sens suffit : on ne peut pas dépenser plus que l’on ne gagne !

      Bon appétit !

      Répondre
      • Jaures

        16/12/2016

        Le Ket, je crois que vous mélangez beaucoup de choses et nous allons essayer d’y mettre un peu d’ordre.
        Tout d’abord, ce ne sont pas « les Etas européens » ou « les Etats providence » qui sont endettés mais tous les Etats des pays industrialisés. Le Japon (250% du PIB), les Etats-Unis et le Canada (+ 100% du PIB),…
        De plus, quand les Etats ne bénéficient pas d’un « Etat providence », la dette des ménages aussi s’envole: aux Etats-Unis, la dette étudiante est hors contrôle, au Royaume Uni, les ménages sont endettés à près de 150% de leurs revenus (moins de 90% en France),…

        Ensuite, qu’appelez-vous « le train de vie de l’Etat ? On peut imaginer faire des économies ici ou là, globalement mieux gérer, mais il n’y a pas de miracles: les Etats européens qui dépensent moins sont ceux qui offrent moins de prestations. Ainsi, la France est la seule à proposer un service publique de la petite enfance. Elle est également la seule, avec le R.U, à posséder l’arme nucléaire. On peut renoncer à l’école maternelle et économiser 25 milliards mais les Français vivront-ils mieux pour autant sachant que les jardins d’enfants en Allemagne coûtent en moyenne 400€/mois ?
        Par ailleurs, vous stigmatisez l’endettement des Etats mais voulez que les économies permettent des baisses d’impôts immédiates. Comment réduire le déficit ainsi ?

        Ensuite, le passage aux 35h a conduit à des négociations sur l’annualisation des heures de travail, l’augmentation de la productivité, la flexibilité, la modération salariale,…
        Repasser aux 39h signifierait que les heures supplémentaires ne seraient plus majorées: il y aurait donc une baisse de pouvoir d’achat (moins d’activité) et moins de cotisations. Vos propositions n’amélioreraient ni l’activité, ni les déficits mais feraient simplement passer une part des fruits de la croissance des salariés vers les actionnaires.

        Enfin, la CNAV est aujourd’hui à l’équilibre. Si l’espérance de vie a effectivement augmenté, l’effet baby boom tend à s’estomper. Les finances des caisses de retraites dépendent surtout de l’activité et de l’assiette de cotisation.
        On a voulu pour des raisons électorales exonérer les retraités de certaines cotisations. Sachant qu’aujourd’hui les revenus des retraités sont globalement supérieurs à ceux des actifs, il est nécessaire que leur contribution soit en rapport (là nous sommes d’accord à condition que les petites retraites ne soient pas concernées).
        De même, nombre de salariés ont été remplacés par des robots. La cotisation patronale doit donc être assise sur la valeur ajoutée et non plus seulement sur les salaires.
        Enfin, il faut admettre que si l’on veut vivre en meilleure santé, il est nécessaire qu’une part plus importante de son revenu y soit consacrée, quitte à renoncer à certains éléments de consommation peut-être moins indispensables, voire néfastes (smartphones sophistiqués, cosmétiques, 4X4, tabac, alcool,…).

        Enfin, les assurances-vie se portent au contraire très bien ( plus de 1600 milliards d’encours).

        Répondre
        • Jacky Social

          20/12/2016

          @Jaures: « les assurances-vie se portent au contraire très bien ». Tiens, c’est con, la societe ERGO ferme en Belgique car les assurances-vies ne rapportent plus du tout. Renseignez-vous avant de causer.

          Répondre
          • Jaures

            21/12/2016

            Comme d’habitude, vous ne lisez pas ce à quoi je réponds.
            On prétendait que les assurances-vie n’auraient « plus un sou ». C’est pourquoi j’ai rappelé l’encours de 1600 milliards.
            Maintenant, que les assurances-vie soient moins rentables qu’autrefois (pour tout le monde d’ailleurs), c’est juste mais les banques qui les proposent sont bien loin d’y renoncer !

          • quinctius cincinnatus

            21/12/2016

            [email protected] est satisfait, n ‘est pas là l’ essentiel ?

             » … ainsi la France est la seule à proposer un service public à la petite enfance  »

            ah bon ? avec aussi des résultats (d)étonnants !

          • Jaures

            21/12/2016

            Cher persiffleur Quinctius, n’étant pas concerné je comprends que les services à la petite enfance suscitent votre goguenardise.
            Annoncez seulement aux parents que vous fermez les crèches et écoles maternelles en raison de résultats pas assez « (d)étonnants ». Juste pour voir.

          • quinctius cincinnatus

            21/12/2016

            mais je suis … concerné !

            affirmer, même de façon subliminale, que la France est unique en cela et serait LE modèle inégalable relève simplement de l’ imposture … une spécialité du socialisme … à la française

            demandez donc aux parents si la réforme des temps scolaires Peillon les a satisfaits !

            soyons clairs : les socialistes français ( et je les ai fréquentés de plus près que vous ne l’ imaginez ) sont des incapables congénitaux ; quand bien même ils seraient 25 ans dans l’ opposition ils ne pourraient pas même définir le début d’ une ligne de conduite efficace

            une bonne remarque lu sur un autre blog

            François Hollande, d’ après ses proches, regrette sa décision [ de ne pas se représenter ] voici cette remarque toute empreinte de l’ Esprit biblique :

             » Mon Dieu surtout pas ça [ c.à d. sa candidature ] si vous voulez nous punir, affligez nous d’ une longue sécheresse et de nuages de sauterelles « 

          • Jaures

            21/12/2016

            Je réponds à la première partie de votre post, la seconde étant sans intérêt.
            Effectivement la France, sous de nombreux aspects, offrent les meilleurs services à petite enfance: l’âge d’accès à la maternelle (2,5 ans), l’accès pour tous (à 3 ans 90% des petits Français sont scolarisés. En Allemagne, par exemple, c’est à 6 ans qu’on atteint cette proportion.), la gratuité, les places en crèches, les aides à la garde à domicile,…
            Certains pays ont ces prestations, mais en Europe, seule la France les a toutes.
            Beaucoup voient dans la qualité de ces services (auxquels il faut ajouter les crèches d’entreprises) la bonne tenue de la natalité en France associée au taux élevé de Françaises au travail.
            Après que tout fonctionne parfaitement, évidemment non, mais il faut améliorer ce bon système et non le casser comme ce serait forcément le cas si Fillon supprime plus de 100 000 postes d’enseignants en 5 ans, comme le prévoit son projet.

    • 16/12/2016

      Attend. Laisson nous comprendre votre these…Fillon veut reduire la faineantise ici et la, pensant parait il que travaillant plus la France pourrait s’en tirer mieux que avec la politique actuel, qui force faineantisme meme sur ceux qui VOUDRAIENT de leur plein gres, etant donne la LIBERTE, de le faire, travailler plus. Prochainement vous allez me dire que Fillon veut reduire les incentives a la faineantisme aussi, histoire de faire bouger les faineants ainsi que de re-motiver ceux auquelles on vol actuellement pour rendre meillieurs la vie de faineants.

      Bien sur que ca ne va pas etre populaire dans la France de la dictature « social-democrate » ou vous et vos camarade ont construit majkorites permanente sur dos du vol organise. Mais democratiquement!

      Répondre
      • Jaures

        16/12/2016

        Bryan, n’étant pas Français, vous n’en connaissez visiblement pas le droit du travail. En France, c’est le patron qui décide des heures supplémentaires: s’il vous demande en raison d’un surcroit de commandes de travailler 40h, vous devez le faire.
        Mais au taux majoré.
        Avec Fillon, il en sera toujours de même.
        Sauf que le salarié gagnera moins.
        A moins que pour vous la fainéantise se mesure au salaire et que plus un salarié gagne, plus il est fainéant.
        C’est une thèse…

        Répondre
        • quinctius cincinnatus

          16/12/2016

          en Suisse c’ est cependant ce qu’ ont fait les salariés des entreprises qui connaissaient des difficultés transitoires … mais chacun sais , en France, que l’ Helvète est depuis toujours en tout cas depuis au moins le XV ième siècle un pays habité par des  » soumis « 

          Répondre
          • Jaures

            17/12/2016

            Des accords d’entreprises ont été signés dans ce sens en France également. Cela n’a rien d’exceptionnel.
            Autre chose est qu’un accord répondant à une situation ponctuelle devienne général et force de loi.

        • Bryan Travis

          17/12/2016

          c.a.d. que le libre echange n’est pas sur le menu en France car les reglementations du mafia du fonctionnariat y chasse le naturel comme d’hab. ainsi, toujours et encore plus de dependents sur le Parti, des mi!!ions de manques-a-gagner qui consomment, et votent.

          Répondre
        • 19/12/2016

          Mwais c’est la France hierarchisee et hierachisante/centralisante en tout. Boites concurrentielle du monde moderne essaient de pousser decisions sur le comment et quand de la production aussi bas que possible, mettant les decisions de travaille et productions dans les mains de ceux qui savent le mieux adjuster lors de changements d’offre, demande, saison, perturbations de toute sortes. Les equipes qui font le travail s’ajustent, et c’est le boulot de leur bosses de rendre cela possible. En France bien sure L’etat a deja mis les batons dans les rues de tous et de tout, et vous etes du coup anti-concurrentiel en cela et tant d’autres activites.

          Répondre
          • quinctius cincinnatus

            20/12/2016

            la France est foncièrement  » conservatrice « , mais les  » conservateurs  » ne se trouvent pas là où ils sont dans les autres pays [ anglo-saxons, germaniques et même  » scandinaves ] : ils se placent sur un large éventail qui va du F.N. à Mélenchon et on devrait plutôt les appeler  » étatistes et jacobins « 

          • 20/12/2016

            Je n’ai parler de « conservateurs » our de conservatisme, mais de la caractere francais, qu’on peut observer le long de son histoire, de preferer la centralisation de decisions, l’hiearchisation dans l’organisaton du travail. Jaures nous dit que les patrons decident et les travailliers doivent executer. Il parlent de facon caricaturalement francaise de l’organisatoin du travail. Aillieurs, on voit que ce qui marche le mieux est la preference de pousser de telles decisions, comment reagir le mieux a la demande, changements de toutes sortes impactant la production de biens et services, et de lassier decideer les experrts, ceux les plus proches du probleme a resourdre, ceux les plus investit personnellement dans l’exceuction. En France on plaident a ce que le gouvernemet, Enarques et polytechniciens et haut cadres d’intervenir, toute en faiant le « Gallic shrug ». Je caricature bien sure, mais en connassance de cause. J’ignore pas du tout la rigiditie des organisations francaises et les attitudes qui y contyribuent. C’est une maladie civilisationnelle. J’admet que dans certain domaines d’entreprises ou le « top-down organisatoin » grandew=ecolique a la francaise peut toujours marche mieux que la reaction organique, et on peut voire ca dans les quelques domaines oou boites francaises ont fait un nom mondialement. Je pense a programmes et produits d’infrastructure, enormes projets a objets limite comme avions de ligne ou fusees. Projets s’immiscver avec gouvernements bien sure. Il a contre exemples mais leurs createurs doivent se sentire plus anglo-saxon que francais, a coups d’efforts a avancer dans l’environm entn labas.

          • Jaures

            20/12/2016

            Juste sur les heures supplémentaires: ce sont effectivement les chefs d’entreprises et personne d’autre qui en décident.
            Il n’y a rien là de caricatural, c’est juste la réalité.
            Pour le reste, rien que des poncifs !
            Il y a des entreprises françaises qui marchent très bien et d’autres non.
            Comme il y a dans les autres pays des entreprises qui font faillites et d’autres non.
            J’aimerais connaître un pays où il n’en est pas ainsi.

          • Jacky Social

            20/12/2016

            @Jaures: ben oui, il y a la Coree du Nord, pays qui correspond en tous points a vos criteres de viabilite, de prosperite et de justice sociale, ce tellement bien, qu’il n’y a meme plus de syndicats.

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)