Les limites de la liberté d’expression

Posté le janvier 22, 2014, 4:12
6 mins

On a beaucoup parlé ces derniers temps, du spectacle de Dieudonné, qui s’est trouvé interdit sur injonction de Manuel Valls. Des critiques ont été formulées concernant cette interdiction et j’entends ici revenir sur ces critiques.

Des gens ont invoqué la liberté de parole et le fait que celle-ci se trouvait violée par l’interdiction. Cette critique me semble infondée. Le spectacle en question excédait la liberté de parole, puisqu’il incluait des incitations à la haine et au meurtre. Toute liberté a des limites, et nulle société, même la plus libérale, ne peut exister dans une liberté sans limites. Le débat d’idées cesse quand vient ce qui peut conduire à la violence, et y conduit parfois. Des incitations à la haine et au meurtre, telles celles incluses dans le spectacle interdit, ont conduit à des agressions antisémites nombreuses au cours de ces dernières années, et à des meurtres, tels ceux commis par Mohamed Merah voici moins de deux ans.

Des gens ont dit qu’ils voyaient dans l’interdiction un dangereux précédent. D’autres interdictions pourraient suivre et avoir un spectre plus large ont-ils ajouté. Cette critique me semble davantage fondée. Les lois françaises existantes permettent, de fait, de limiter très gravement la liberté de parole, et elles ont servi déjà depuis des années à limiter la liberté de parole, dans des cas où il n’y avait aucune incitation à la haine et au meurtre. Elles peuvent aisément servir à nouveau.

Des gens ont évoqué, enfin, une inéquitabilité sélective. Le spectacle de Dieudonné a été interdit, ont-ils dit, mais les violences prédatrices de groupes, tels que les Femen ne l’ont pas été. Cette critique est, elle aussi, très fondée. Les Femen ne donnent pas de spectacle, mais recourent à la violence et à l’obscénité. Les lois françaises permettraient de condamner ces recours à la violence et à l’obscénité et elles ne sont pas appliquées.

Ce qui s’est trouvé révélé ainsi a été tout à la fois l’existence d’un climat malsain en France et d’un flou conceptuel. Que certains ne perçoivent pas la gravité d’incitations à la haine et au meurtre et qu’ils puissent considérer que la liberté de parole peut aller jusqu’à des incitations à la haine et au meurtre est préoccupant. Qu’il ne soit pas compris que la défense de la liberté a des limites, montre un déficit de réflexion grave, dont le pendant symétrique est, précisément, les lois liberticides en vigueur. La propension de certains à justifier l’injustifiable peut se trouver utilisée par d’autres pour délégitimer la défense de la liberté. Et c’est ce qui se passe. Dès lors que la défense de la liberté est délégitimée – et elle l’est –, on peut entrer aisément dans l’arbitraire – et on y entre.

Un travail des idées serait nécessaire, et sans doute urgent, aux fins de mettre en place des règles de droit dignes de ce nom, claires, nettes et précises. La France souffre de l’absence d’un texte fondateur tel que la Déclaration des droits anglaise ou américaine : seul un texte de ce genre permettrait ce qui devrait être fait, à savoir refonder le droit et, par là même, refonder la liberté.

Je citais récemment un livre que j’avais publié avec des amis avocats voici quelques années, appelé « Avancer vers l’État de droit ». J’y disais que la France n’était pas un État de droit, et que l’urgence était de fonder un État de droit. Je n’ai pas changé d’avis, bien au contraire. La France reste une société de non-droit. Elle n’a jamais trouvé d’équilibre entre les forces de déliquescence qui n’ont cessé de la traverser depuis plus de deux siècles, et les forces de la remise en ordre. Elle est traversée présentement, à l’évidence, par des forces de déliquescence, dont le spectacle interdit de Dieudonné fait partie, tout comme les actions des Femen, mais la justification ici ou là de l’injustifiable en fait aussi partie (qui peut ne pas voir où conduisent les incitations à la haine et au meurtre, quelles qu’elles soient ?), l’arbitraire et l’inéquitabilité sélective en font eux aussi partie.

Une remise en ordre suivra-t-elle la déliquescence ? Nul ne le sait. Mais cette remise en ordre éventuelle ne fera que préparer d’autres phases de déliquescence, tant qu’il n’y aura pas d’État de droit.

22 réponses à l'article : Les limites de la liberté d’expression

  1. 14 mars 2014

    Dieudonnée a critiqué la MBO ( minorité bien organisé e ) et il n’ pas tort . Mais que fait l’élite de cette minorité . Le dîner du CRIF , finalement , c’est une réunion de mecs qui toute l’année expliquent que les juifs ne dominent pas le monde contrairement à ce que pensent les antisémites , et qui salopent tout en un soir en faisant déplacer toute la classe politique .
    Dieudonnée a encore beaucoup d’avenir . Mais moi le français de souche je dois m’effacer avec la complicité moralisatrice d’une pensée juive qui a du pouvoir dans les médias et institutions ( comme notre ministre Peillon ) qui veut notre perte .

    Répondre
  2. 13 mars 2014

    Vous avez entendu ce que dit Peillon ? ” ON NE POURRA JAMAIS CONSTRUIRE UN PAYS DE LIBERTE AVEC LA RELIGION CATHOLIQUE ” . Donc , tout est bon d’après ce 1 pour mille des français pour débarrasser nos enfants de cette religion catholique . Il lui préfère la religion LAIQUE ( ni Dieu ,ni Diable ) et à la rigueur la religion protestante et pourquoi pas la religion musulmane qui respecte tant les femmes ou la religion juive qui elle aussi devrait bien avoir quelques péchés ( on les connait mais on n’ose pas ) ou ces religions d’extrême-orient avec leurs ” castes” .
    Ceux qui suivent de tels dictateurs haineux devraient réviser leur vote après avoir comparé l’histoire des religions et puis regarder d’un peu plus près laquelle présente un réel souci de nos jours , voire une menace tout azimuth ( 5ème colonne avançant par là et fanatiques destructeurs , de tours par exemple , ailleurs .)

    Répondre
  3. 13 mars 2014

    Dans le texte sensé mais aussi bien axé on trouve dans les 6 paragraphes de Milliere , six fois “appel à la haine et au meurtre ” .Cela veut dire que D, dans ses pitreries doit dire ” CES GENS LA , IL FAUT QUE VOUS LES DETESTIEZ AU PLUS PROFOND DE VOUS-MÊME ” et puis aussi dire ” JE VOUS INVITE A LES TUER ” . Or , si D. n’aime pas ces gens-là , si par des jongleries sémantiques il les désigne et par là même peut faire naître l’idée de cibles chez certains mabouls comme feu MERAH ,Dieudonné agit dans l’ombre des gens qui l’écoutent ( Tout comme les Rappeurs , qui ont eux aussi un public bien à eux , bien spécifique quand ils chantent dans leurs CD , vendus par la FNAC quand même , de vrais appels au meurtre et au viol tant pour les Français , de préférence flics ou dames .Oui , là , c’est CLAIR , tout comme un des versets du Coran ( verset contredit par un autre d’ailleurs … c’est brumeux cette bible musulmane ) qui recommande d’exterminer les non musulmans … quoique dans le Lévitique il y a ce fameux verset 45 ou 46 du chapitre 25 qui incite l’Hébreu a prendre escla

    Répondre
  4. Agathe

    12 mars 2014

    Personne n’a encore dépassé Coluche. À réécouter.

    Répondre
    • 13 mars 2014

      La liberté de parole est un risque qui doit être accepté . La société avance avec cette liberté . Dieudonnée a dit des vérités que cela plaise ou non à la communauté juive , il en a le droit , c’est son ressenti . Qui dit que notre société est dirigé au mieux des intérêts de ses citoyens ou au mieux d’une communauté minoritaire ?

      Répondre
  5. 28 janvier 2014

    En quoi le Femen “n’incitent à rien à la haine”? diable !! les catholiques ne se sentent ils pas humiliés par ces comportements ? et partant enclins à haïr ces femmes ?
    Jaurès pourrait il nous expliquer ce qu’il entend alors par une forme de combat opérante ?
    Peut il nous expliquer également la raison pour laquelle il existerait une “islamophobie” et pas une “christianophobie” ?
    Les Femen ne seraient pas christianophobes ? s’agirait il là d’un relativisme sélectif ?

    Répondre
  6. 27 janvier 2014

    Jaurès on dirait une page Wikiipédia.La haine? Où ça la haine? Dieudonné se paie quelques réparties antisémites d’humour (dit-on) dans son spectacle et de facto il le devient?
    Soyons sérieux,l’antisémitisme existe mais la caisse de résonance donnée par le ministre de l’intérieur a fait plus pour le répandre que l’inverse.
    On parle de division,de haine,d’antisémitisme,de racisme,de black-blanc-beur qu’à la fin l’autre se dit “mais c’est vrai qu’il nous font suer”,et il n’a pas trop le droit de le dire parce que sinon…connaissez-vous Orwell?

    Répondre
    • 28 janvier 2014

      Non , c’est comme tout départ de feu . S’il n’est pas arrêté immédiatement , il devient incendie .
      VALLS and Co agissent trop tard … Probablement lui et ses copains VIP de gôche , laissaient traîner ce brandon de Dieudonné en pensant qu’ils l’arrêteraient spectaculairement au moment de leur choix qui ne pouvait être que judicieux , comme à la veille des EUROPEENNES par exemple .( coup de billard qui d’une boule deux coups , nuit aux partisans de droite et d’extrême droite )
      De TRES FORTES AMENDES et la FERMETURE DE LA BOUTIQUE pour 2 ou 3 représentations suivantes lors de la constatation ( son et film en témoignage ) par huissier eussent pu TOUT SIMPLEMENT , arrêter là le ” vomi ” ou jugé tel par VALLS and Co, de l’humoriste-politique .
      Aujourd’hui , les choses étant ce qu’elles sont , certains ont cru voir l’ombre de TORQUEMADA un instant apparaître derrière le natif d’Ibérie .

      Répondre
  7. BRENUS

    24 janvier 2014

    On peut épiloguer sans fin sur le “cas” Dieudonné. Il n’en reste pas moins que : a) s’il a prononcé depuis longtemps des paroles interdites, pourquoi tous ces bien-pensants n’ont il pas saisit la justice alors et attendu que le sieur Valls outrepasse ses prérogatives en donnant l’impression d’être lui-même inféodé a des associations. b) d’ores et déjà, la méthode déplorable retenue donne à nombre de français l’impression que nous nous rapprochons de plus en plus d’un système totalitaire qui fait peur, n’en déplaise a ceux qui nient cette évidence. Enfin, c’est quoi ce cinéma d’un cumul d’amendes de toutes sortes impayées depuis des lustres. Le prétexte de l’insolvabilité pour ne rien faire, essayez donc de l’appliquer pour vous et vous verrez si vous vous en sortez si bien. Il y a une grande hypocrisie .C’est toujours dangereux.

    Répondre
    • Jaures

      24 janvier 2014

      a)Les “bien-pensants” ont saisi la justice et Dieudonné a été condamné à 10 reprises.
      b)Il existe des spécialistes de l’optimisation judiciaire comme de l’optimisation fiscale. Certains juristes arrivent, contre forte rémunération, à trouver les failles de procédures pour éviter de perdre un permis de conduire ou de payer de fortes amendes.

      Répondre
  8. 23 janvier 2014

    Plus de paroles , plus de livres , plus de risques , plus de révolution , bienvenu dans le ” monde nouveau du bonheur sans effort ” . Hitler a brulé les livres des écrivains juifs maintenant on interdit la parole surtout aux français de souche pour dénoncer son mal . Que ce mal soi vrai ou imaginaire .
    En France la parole n’est plus libre , la France est une dictature ( 30% des français n’ont que 2 députés pour exprimer leurs droits sur plus de 577 ) .
    J’ai écouté Dieudonné il n’appelle pas à la haine mais dénonce le système qui est entre mes mains d’une minorité ethnique . Moi aussi c’est mon avis . L’élite de cette minorité ethnique devrait se remettre en question .

    Répondre
    • Jaures

      24 janvier 2014

      En France l’appel à la haine est interdit. Les paroles antisémites expurgées, Dieudonné peut reprendre sa tournée. Je ne vois pas en quoi regretter les chambres à gaz est une expression anti-système et puis, vraiment, Dieudonné ou Anelka, on fait mieux comme crédibles étendards “anti-système”.
      Enfin, le FN n’a pas obtenu 30% aux dernières législatives mais 13,60%.

      Répondre
  9. 23 janvier 2014

    Comment une révolution peut elle se faire si il n y a pas de liberté de parole . La parole peut être vexant contre un politique , une organisation ethnique , raciale qui abuse de son pouvoir dans le pouvoir .
    Dieudonnée a donné des signes de lassitudes contre le pouvoir d’une minorité bien organisée comme le dit Soral . C’est peut-être à cette minorité donneuse de leçon de se remettre en question . L’élite d’une minorité bien organisé agissant politiquement , socialement , intellectuellement devrait savoir que un jour par leurs débordements on demandera des comptes à cette minorité ethnique ou raciale ou bourgeoise , noble . La révolution n’a pas fait de détail dans sa répression contre la noblesse . Pour l’Allemagne nous n’avons pas fait de détail non plus , tous responsable et pourtant …. ! Beaucoup étaient contre Hitler et ne pouvaient que se taire sinon les menaces . L’Allemagne par sa faute a eu plus de 24 millions de morts , c’est pas un détail , sauf pour certains ?
    Dieudonnée est la sécurité ou gentiment le bouchon d’une cocotte minute et qui tourne et qui tourne .

    Répondre
  10. Jaures

    23 janvier 2014

    Je suis d’accord avec Guy Millière sur le cas Dieudonné. Il s’agit en l’espèce d’enfin faire respecter la loi et que cesse cette hypocrisie infâme de produire sous couvert d’humour de graves propos antisémites comme de prétendre qu’un geste visiblement inspiré du salut fasciste serait un signe “anti-système” (comme si Dieudonné ou Anelka n’étaient pas de dignes profiteurs du système).
    Là où je diverge est évidemment l’assimilation avec les Femen. Je n’ai pas pour elles la moindre sympathie jugeant leur forme de combat inopérante mais peut-on sérieusement comparer les provocations de ces filles avec les références odieuses de Dieudonné à la shoah ? Cela relève d’un inquiétant relativisme.
    De même, on peut les trouver obscènes mais est-ce là un motif d’interdiction ? Personnellement je trouve obscène de prétendre que des femmes pratiqueraient des avortements “de confort”. Serai-je en droit d’interdire ce discours ?
    Les Femen n’incitent en rien à la haine et ne font aucunement référence à un génocide ou crime contre l’humanité.
    Ce type de discours, M Millière, n’est pas fondateur d’un Etat de droit car il revient à dire “je désapprouve certaines opinions et manifestations et j’estime qu’elles sont violentes et prédatrices, donc je les interdit”.
    Bien heureusement, un Etat de droit s’appuie sur des données objectives. Millière explique bien qu’un Etat de droit se doit d’organiser les libertés: on circule librement mais le code de la route encadre les déplacements, il existe de même un code du travail qui protège les salariés,…
    Les discours d’incitation à la haine, racistes, anti-sémites, homophobes sont ainsi répertoriés et la justice doit définir qui les enfreint sans pour autant brider l’expression des idées. On a pu ainsi, curieusement relaxer un député qui avait prétendu que les homosexuels sont inférieurs aux hétérosexuels. Qu’aurait dit M Millière si un discours similaire avait été tenu à l’encontre des juifs ?
    Notre Etat de droit s’appuie sur une constitution dont le préambule précise son attachement à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Cela n’est peut-être pas parfait mais le jour où tous les pays auront adopté ce fondement l’Humanité aura fait un grand pas.

    Répondre
  11. ROBERT

    23 janvier 2014

    je n’ai entendu nulle part ces paroles “incitant au meurtre”
    pouvez vous me les envoyer, car je n’ai pas vu le spectacle que Dieudonné a produit depuis quelque temps au théâtre de la main d’or et dont personne ne parlait
    merci

    Répondre
    • Jaures

      23 janvier 2014

      «Tu vois, lui, si le vent tourne, je ne suis pas sûr qu’il ait le temps de faire sa valise. Quand je l’entends parler, Patrick Cohen, je me dis, tu vois, les chambres à gaz… Dommage». Spectacle du 19/12/2013 à La Main D’or.

      Répondre
  12. 23 janvier 2014

    ” Déliquescence” pour ” déliquescence”, celle de M.
    M’bala m’bala me choque moins que celle des Femens….. c”’est comme ça ,épicétou !

    Répondre
  13. 22 janvier 2014

    Je n’ai pas lu jusqu’au bout mais si REELLEMENT le DIEUDONNE dans son spectacle appelait au MEURTRE ! Que faisait dès ce 1er appel la police ???? C’est INCROYABLE et peut-être donc non vrai que avec témoins de cela , avec enregistrement de ces ordres de tuer poussés lors de ce spectacle , il n’y ait pas eu de la part des ministres responsables , VALLS et TAUBIRA une réaction immédiate très sévère . Du genre DIRECTION PRISON et FERMETURE DE LA BOUTIQUE .
    Ou alors : A chaque incitation ou dérapage avéré aurait pu correspondre une amende importante et la suppression du prochain spectacle . Pas assez compliquée à faire ? Mesure trop simple ? Le peuple est donc composé de ” simplets” , d’andouilles ? N’est-ce pas monsieur dame ministre ????

    Répondre
  14. TRICOT

    22 janvier 2014

    Je crois que l’on peut impunément s’attaquer aux catholiques, aux français, aux arabes et aux noirs. C’est une réalité. Le catholique français, est entre toutes la cible idéale et impunie, reste à comprendre pourquoi!!

    Répondre
    • Jaures

      23 janvier 2014

      Pouvez-vous me citer les propos publics en France d’une personne incitant à tuer des catholiques ?
      Je peux à titre personnel critiquer les positions du Vatican, celles d’Israël ou les théocraties islamiques. Je n’en appelle pas pour autant aux pogroms contre les chrétiens, les juifs ou les musulmans. De même on peut blasphémer ou se moquer des religions comme de n’importe quelle opinion sans pour autant prôner la violence à l’encontre de ceux qui les pratiquent.

      Répondre
      • HansImSchnoggeLoch

        23 janvier 2014

        Je peux à titre personnel critiquer les positions du Vatican, celles d’Israël ou les théocraties islamiques.

        L’ordre de critique de cet intervenant est clairement indiqué.
        L’a-t’on déjà entendu une seule fois critiquer l’islam et ce qui en résulte?
        Les faits sont têtus, seul l’islam est violent par les temps qui courent et nous n’avons pas encore tout vu cet année.

        Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)