Lu pour vous : Personne et société

Posté le 16 avril , 2008, 12:00
3 mins

Personne et sociétéJacques de Monléon, remarquable philosophe catholique français, est surtout connu pour son excellent « Marx et Aristote », qui proposait un retour au réalisme de la « philosophia perennis » d’Aristote et saint Thomas d’Aquin comme réponse aux apories de l’idéalisme et du matérialisme.

Les anciens élèves de ce professeur (qui a enseigné des deux côtés de l’Atlantique) ont souhaité, quelque trente ans après sa mort, réunir des conférences qu’il avait prononcées dans les années 1970 au sujet des rapports entre personne et société.
Il est bien connu que les rapports entre thomisme et personnalisme ont été assez tumultueux au cours du XXe siècle. L’un des mentors du personnalisme, Jacques Maritain, fut également l’un des principaux artisans de la renaissance thomiste. Monléon a d’ailleurs été le suppléant de Maritain à l’Institut catholique de Paris.

Mais, face à Maritain, un collègue de Monléon à l’université de Laval, Charles De Koninck s’est fermement opposé au personnalisme au nom du bien commun.

En gros, la thèse du personnalisme est que l’individu est partie de la société et doit éventuellement se sacrifier pour elle, mais que la personne (en tant qu’être rationnel et spirituel) est supérieure à la société. À quoi Charles De Koninck répondait par une série de questions : la société n’est-elle qu’une réunion d’individus ou bien a-t-elle une existence propre ? La société n’a-t-elle pas une destinée spirituelle ? La distinction entre personne et individu est-elle conceptuelle ou réelle ?…

Naturellement, ces débats ont des conséquences très pratiques sur les rapports que nous entretenons avec les sociétés qui nous ont vus naître.
Ce livre posthume de Monléon apporte une nouvelle contribution au débat.


ACHETER AVEC AMAZON

Un commentaire sur : Lu pour vous : Personne et société

  1. HansImSchnoggeLoch

    18 avril 2008

    Les théories sur la condition humaine devraient rester couchées dans les livres. C’est quand elles trouvent un metteur en scène, voir Lénine, Hitler, Pol Pot, Mao et bien d’autres qu’il faut commencer à chauffer le pot de colle…

    Répondre

Répondre

  • (pas publié)