Modestes propositions pour sauver la planète

Posté le novembre 06, 2007, 12:00
7 mins

Diminuer les émissions de gaz carbonique est une priorité absolue. Malheureusement, les propositions du Grenelle de l’environnement ne vont pas assez loin. Il existe une source importante de ce terrible polluant dont l’aréopage réuni par Monsieur Sarkozy ne semble pas se soucier : la respiration.

Celle des humains émet autant de gaz carbonique que toutes les automobiles de la planète réunies. Chacun d’entre nous expire en moyenne 900 grammes de gaz carbonique par 24 heures. Soit pour l’ensemble de la population mondiale qui est de 6,7 milliards d’individus un total de 2,2 109 tonnes par an ! Comme il circule de par le monde quelque 600 millions de véhicules équipés de moteurs à combustion interne, ceux-ci produisent à peu près la même quantité de gaz carbonique (en admettant qu’ils émettent en moyenne 0,2 kg de gaz carbonique par kilomètre en roulant 20,000 km par an) que l’ensemble de la population humaine. CQFD. Alors pourquoi réduire la production de CO2 des voitures et pas celle des humains ? Une molécule de gaz carbonique est une molécule de gaz carbonique quelle que soit son origine !

L’idéal serait que nous consommions moins d’air en sautant une inspiration sur cinq. Nous atteindrions l’objectif du nouveau Grenelle qui impose une diminution de 20 % de la production de gaz carbonique à l’horizon 2020. Hélas, les spécialistes me disent que cela est impossible. D’accord. Mais il est tout à fait possible d’éliminer les émissions excessives. Les 900 grammes de production quotidienne par tête ne représentent qu’une moyenne. Des efforts physiques entraînent une plus forte production d’énergie avec transformation d’oxygène en gaz carbonique. Ce sont de tels efforts qu’il faudrait réguler. Il conviendrait d’interdire les sports à tous les niveaux (professionnel et amateur). Comme il est à craindre qu’ils soient pratiqués subrepticement nous devrions réglementer la vitesse de déplacement des piétons (le jogging pouvant être sanctionné par des peines sévères).

Les émissions de dioxyde de carbone provenant des personnes en surcharge pondérale sont excessives. Comme les Français plébiscitent à 61 % l’imposition d’écopastilles sur les voitures polluantes, pourquoi ne pas les faire porter aussi par les obèses (qui devraient se coudre une pastille jaune sur la poitrine). Les anorexiques bénéficieraient de primes.

Je dois aborder ici un sujet délicat : nos excréments. Comme ils se décomposent en lâchant du gaz carbonique (représentant environ 5 % de celui résultant de notre respiration), il conviendrait de ne plus les évacuer par les égouts. Chaque individu devrait les disposer dans des sacs en papier recyclé paraffiné scellés et collectés par les mairies afin d’être enfouis au fond de mines désaffectées et recouverts chaque jour d’une couche de ciment. Nos cadavres, en se décomposant, dégagent aussi du gaz carbonique et devaient subir le même traitement (mais pourraient être enfouis dans des mines différentes).

Malheureusement, l’homme n’est pas le seul animal qui pollue par le simple fait d’exister. Les bovins sont 1,5 milliard sur notre planète. Une vache produit à peu près autant de gaz carbonique qu’une voiture (plus même en comptant la décomposition de ses déjections). Les vaches dans leur ensemble produisent davantage de gaz carbonique que les hommes et leurs voitures réunis ! Et en plus, en ruminant, elles dégagent du méthane, autre gaz à fort effet de serre. Un contrôle social adéquat devrait s’exercer sur ces bestiaux. Surtout sur les vaches suisses, dont le lait va dans le chocolat (qui fait grossir, donc produire du CO2 en excès).

Une taxe à l’importation des biens helvétiques (en particulier du chocolat) devrait apprendre à nos voisins à mieux respecter l’environnement. Il en va de même des porcins. La Chine, qui en élève beaucoup, devrait être punie fiscalement à l’instar de la Suisse. Mais les pays musulmans (et Israël) qui, religion oblige, ne mangent pas ces animaux, donc ne les élèvent pas, pourraient bénéficier d’aides écologiques idoines. Il n’y a pas de raison que les ovins, les chevaux et tous les autres animaux domestiques ne soient l’objet de réglementations citoyennes.

Je n’ai fait ici qu’esquisser quelques modestes propositions qui ne couvrent pas, loin s’en faut, tout l’immense problème de la production de gaz carbonique d’origine respiratoire. Les mesures à prendre devraient en fait s’étendre à toute la sphère animale. Chers lecteurs, sauvons ensemble la planète (du ridicule).

Recommander cet article sur les sites de syndication d’information :

6 réponses à l'article : Modestes propositions pour sauver la planète

  1. L'ignoble Infreequentable

    15/01/2008

    Monsieur le Professeur,

    Très étonné d’avoir retrouvé le texte de votre article en commentaire d’un article posté récemment sur mon blog : http://infreequentable.over-blog.com/

    Vous pouver vérifier : "Baupin ès péages !" http://infreequentable.over-blog.com/article-7345224.html.

    Je ne connais pas personnellement "Nabu", le commentateur, mais j’ai appris au moins combien rejetait de CO2 un être humain normalement constitué. 900 g/J ? C’est ça !

    Effarant et remettant enfin à leur place, de "façon scientifique", tous les donneurs de leçon soi-disant écologiste. Pour eux, manifestement, c’est l’humain le pire ennemi de la planète. Ce qui en soi n’est absolument pas faux, mais en humain qui se respecte, j’aurai tendance à croire "qu’il faut faire avec", avant tout.

    Merci pour cet article !

    J’en attends d’autres, naturellement, de votre part !

    Bien à vous,

    L’ignoble Infreequentable.

     

    Répondre
  2. Gérard Pierre

    09/11/2007

       En lisant les trois premiers commentaires de l’article délicieusement caustique de monsieur Aftalion FLORIN, je ne comprends pas pourquoi le webmaster a bloqué mon post dans lequel je tentais de pousser au paroxysme la logique décalée de l’auteur.

       Tant pis ! ………. il n’est sans doute pas passé par l’école du rire ( en tout cas, il n’était pas dans ma promo !)

       Une question : Fabriquer de l’acier sans produire du CO² est TECHNIQUEMENT IMPOSSIBLE ! …… les zékolos se proposent-ils de pratiquer une pédagogie de l’exemple en se dessaisissant de leurs voitures, de leurs réfrigérateurs, de leurs machines à laver (utilisant du savon sans détergents, cela va sans dire), en demandant l’arrêt définitif de l’exploitation des chemins …… de fer, ……  en demandant le retour de la marine à voile et de ses bateaux en bois de châtaignier (bois réfractaire à la combustion), en n’empruntant comme moyens aériens que les planeurs propulsés par un câble (zut ! … c’est métallique) rétracté par un enrouleur mécanique ? ………… bref, en restaurant la civilisation ante industrielle ?………… " on s’est trompés, alors on efface tout ! "

       Cela dit, Luc Sembour a raison de faire remarquer qu’il y a, en matière d’écologie comme en matière climatique d’ailleurs (les deux choses n’étant pas systématiquement liées) le problème propement dit avec ses éléments constitutifs d’ordre scientifique d’une part , ………… et leur traitement médiatique absolument consternant d’autre part .

     

     

    Répondre
  3. Jean-Claude Thialet

    09/11/2007

    08/11/07    – "Les 4-Vérités"

    Que Florin AFTALION veuille bien me pardonner : sans le vouloir (je n’avais pas encore lu ses "modestes propositions pour sauver la planète"), j’avais emprunté à son idée de "sauter un inspiration sur cinq" en suggérant  – carrément pour ce qui me concerne –   de s’arrêter de respirer cinq minutes par jour.

    Mais que voilà un article rempli d’humour ! Un humour dont manquent malheureusement les "écolos" purs et durs, particulièrement ceux du genre "pastèque" (1). C’est pourquoi je crains que cet article déplaise souverainement à celles et àceux qui s’imaginent que, grâce au "GRENELLE DE L’ENVIRONNEMENT", la FRANCE a pris résolument la tête d’un mouvement qui va sauver la planète.

    Je crains aussi que les propos de Florin AFTALION ne déplaisent aux Sarközystes convaincus (il me semblent nombreux parmi les lecteurs de "4-Vérités") qui apprendront sans plaisir que "super-jogger" est donc aussi un "super-pollueur" qui, une fois de plus (mais n’y sommes nous pas habitués tant avec nos gouvernants qu’avec nos élus) NE DONNE PAS L’EXEMPLE. Avec son "jogging" quotidien, tout comme ses incessants déplacements ici ou là sous le moindre prétexte ou au moindre évènement, n’est-il pas devenu le Français(2) le plus pollueur ? (3).

    Mais Florin AFTALION, conscient sans doute du tollé que son article va susciter ici où là(4), particulièrement chez les Sarközystes qui ont pris leur grand homme pour un super-écologiste, n’est pas allé jusqu’au bout de son propos. La solution qu’il préconise est largement insuffisante. Tout comme celles d’ailleurs exigée par les Voynet, Bové, etc. Car, même s’il revenait à une économie de cueuillette, de chasse et de pêche, l’homme demeurerait un pollueur. Malgré lui, oserai-je dire…

    Alors, nous avons l’explication des guerres, des épidémies, des cataclysmes, des famines, et autres calamités qui, périodiquement, déciment la planète. Ce n’est pas pour punir les hommes de leurs turpitudes. Ou en tout cas pas seulement pour cela, mais bien plutôt pour permettre aux survivants de respirer un peu plus … librement sans trop se soucier du CO2 qu’ils rejettent impunément, sinon en toute bonne conscience. Une "bonne conscience" qu’ils ne pourront plus avoir  – à commencer par moi-même – après avoir lu Florin AFTALION.

    Lequel n’a pas osé aller jusqu’à proposer des solutions aussi radicales que l’avortement (il laisse cela – j’imagine – à un de ses "voisins de pallier" !) ou l’eugénisme. Un "eugénisme" qui consisterait à ne conserver que les individus les plus aptes à respirer convenablement. Personnellement, pour compléter son propos, je suggère qu’on ajoute aux décisions du "GRENELLE DE L’ENVIRONNEMENT" :

        – la création en urgence  d’écoles où l’on apprendrait aux Français à respirer . C’est bon pour la planète, ça, mais aussi pour la santé !

        – la conversion sinon au Judaïsme (religion fort exigeante, on le sait !), du moins à l’Islam qui, comme sa religion-soeur, proscrit le porc (super-pollueur, lui aussi !)

        – le végétarisme, et même le végétalisme qui rendrait inutile l’élevage.

    Je m’étonne encore que Jean-Louis BORLOO et les crânes d’oeuf qui l’ont assisté n’aient pas songé à ces mesures de pur bon sens qui, elles, n’auraient pratiquement rien coûté aux contribuables et donc à un ETAT super-endetté. Dieu que nous sommes diirgés par des gens sans imagination et sans courage ! Notamment celui qui aurait consisté à demander à certain Elyséen d’aller "jogger" ailleurs !

       Et je signe, en bloquant ma respiration, mais tout aussi cordialement qu’à l’habitude, Jean-Claude THIALET

    (1) vous savez, ceux qui sont "verts à l’extérieur et rouges à l’intérieur", selon le mot de Jean-Marie LE PEN.

    (2) façon de parler car, lors d’un voyage aux Etats-Unis (c’était bien avant d’être élu), il avait regretté devant des étudiants américains, de "ne pas (se) sentir … français" !

    (3) en écrivant cela, je réalise la raison pour laquelle le nouveau Président a tenu à faire augmenter sensiblement ses "émoluments". Cela lui permettra de payer la taxe CO2 pour compenser les émanations engendrées par ses séances de jogging et ses déplacements aériens continuels !

    (4) ce qui ne m’a pas empêché de le diffuser auprès de mon "fichier". A moins que ce ne soit précisément pour cela !

    Répondre
  4. sas

    08/11/2007

    Une très bonne idée pour libérer la terre, sauver la planète et supprimer le plus gros problème de notre astre?????

    EXTERMINER la race humaine dans son entier….prédatrice, inadaptée, spéculatrice, salopeuse de perfections autoniomes, guerrière et gratuitement sanguinaire enfin préjudiciable au reste du monde animal terrestre……..et certainement plus grave : non perfectible , et ca doit tennir depuis le jardin d’eden…

    Etant entendu que si on ne le fait pas pour elle, elle arrivera très certainement à le faire toute seule…. s’autodétruire……et un nouveau cycle de vie reviendra sur terre le 4 ème je crois…ou la race humaine s’évertuera a réinventer ce qui a déjà été inventé dans d’autre temps , et où le savoir encore une fois se tranmettra entre initiés……..pour de nouveau arriver au cataclisme final….théorie des atlante et des hyperboréens…

    sas

    Répondre
  5. Vercors

    08/11/2007
    Suivant ces suggestions pertinentes, tout écologiste cataclysmique digne de ce nom et conséquent avec lui-même devrait immédiatement mettre fin à ses jours pour ainsi cesser sa participation à l’assassinat collectif de la planète.
     
    Mais comme le disait Brassens dans un autre contexte :
     

    ‘Les saint jean bouche d’or qui prêchent le martyre
    Le plus souvent, d’ailleurs, s’attardent ici-bas
    Mourir pour des idées, c’est le cas de le dire
    C’est leur raison de vivre, ils ne s’en privent pas
    Dans presque tous les camps on en voit qui supplantent
    Bientôt Mathusalem dans la longévité
    J’en conclus qu’ils doivent se dire, en aparté
    "Mourrons pour des idées, d’accord, mais de mort lente
    D’accord, mais de mort lente"

    Répondre
  6. Luc SEMBOUR

    08/11/2007

     

    Amusant. Et exact à première vue.

    On sait que le seul véritable ennemi des écologistes est l’Homme qui est manifestement de trop sur cette terre. De même que "si le peuple a tort, il faut dissoudre le peuple", « si l’Homme gêne mère-Nature, il faut interdire l’Homme ». Ainsi le monde pourra enfin être soulagé de ce fardeau inutile à sa survie. C’est évident. Ainsi, seule une chasse à l’Homme planétaire rondement menée, avec détermination et exhaustivité, peut sauver notre pauvre planète de façon certaine et définitive. Il y a urgence. Mais que fait donc la police?

    Ceci dit, il semble bien que tout ce qui est officiellement dit dans les médias est d’extraordinairement bas niveau du point de vue scientifique, tout en se perdant dans des considérations techniques très sophistiquées.

    Le CO2 est de toutes façons un gaz dont l’effet de serre est négligeable vis à vis de H2O en vapeur. Et absolument personne ne pourra jamais contrôler, ni réduire la vapeur d’eau, sauf peut-être au moyen de titanesques cataclysmes par détonations atomiques H massives et en série rapprochée, avec pour résultat un hiver atomique de longue durée par masquage du soleil (écran de poussières). Un piégeage massif de la vapeur sous forme d’eau et de glace en résultera, et donc une réduction drastique de l’effet de serre déjà minimal. Le bénéfice écologique en fin de bilan est très très discutable. Une réduction impressionnante et quasi immédiate de la population humaine, animale et végétale sera l’un des effets les plus probables. Ce qui est sûr est que les bombes étant déjà fabriquées, disponibles et opérationnelles, une telle réduction de la vapeur d’eau et de l’effet de serre serait une spectaculaire réussite du point de vue « météo engineering ». Le coût immédiat en est quasi nul, puisqu’il se réduit à quelques frais de télécommunication pour envoyer les messages d’attaque aux sous-marins nucléaires en veilles immergées (hors coûts de reconstitution des nations ravagées, certes appréciables mais « amortis » par étalement  sur les siècles ou millénaires suivants).

    L’affaire du CO2 est une des plus belles escroqueries financières imaginées à ce jour. Mais, encore là, que fait la police?

     

    Répondre

Laisser un commentaire

  • (ne sera pas visible)